1 mars 2018

Pillage et récupération

N'avez-vous jamais volé ? Il y a des chances pour que la plupart d'entre nous l'aient fait au moins une fois dans leur vie.

Depuis l'acte totalement innocent qui consistait à prendre quelque chose que l'on pensait de bonne foi nous appartenir, jusqu'à celui délibéré de voler quelques pièces qui traînaient sur une table.

La plupart, je suppose, n'ont rien fait de tel depuis longtemps ; ou s'ils l'avaient fait, pourraient probablement en attribuer la cause à des écarts de conduite juvéniles pour lesquels ils auraient depuis longtemps payé leur dû...




Je m'attendrais à ce que peu sinon aucun de mes lecteurs n'aient déjà brisé une vitre ou défoncé une porte pour pénétrer chez quelqu'un et le cambrioler. Pas plus qu'enfoncé une vitrine pour en ressortir avec un écran plat sous les bras, ou quelques vêtements saisis dans les rayons. Ces deux actes sont similaires et reviennent à voler. Que ce soit l'argent d'un ami ou une télé dans un magasin, si vous prenez quelque chose qui ne vous appartient pas, ce n'est rien d'autre que du vol.

Y-a-t'il un moment ou le vol est légitime ? Peut-être pensez-vous qu'en temps de chaos, il ne s'agirait pas vraiment de vol mais plutôt de récupération, et que du coup, cela deviendrait légitime. Dans certaines circonstances et suivant la situation, ce pourrait être le cas. Mais il y a tout de même des nuances. C'est pourquoi aujourd'hui, je voudrais discuter de la différence entre pillage et récupération, de la manière dont les deux sont reliés, et comment dans une situation de chaos nous pourrions récupérer des choses susceptibles de nous sauver la vie.


Quand le pillage est-il légitime ?


Pratiquement tous les exemples récents de catastrophes, de manifestations, émeutes sportives ou soulèvements sous diverses formes ont mis en avant un certain nombre de pillages. Pendant l'ouragan Katrina, les pillards ont laissé des poubelles remplies de vêtements et de bijoux dans les rues. Avant même l'arrivée de l'ouragan Sandy, les gens tweetaient leurs plans pour piller les magasins. Les mêmes choses se sont produites lors des événements récents de Saint Martin, sous d'autres latitudes.

On trouve toujours dans les médias des gauchiasses ou des pseudo-experts prêts à excuser ce type de comportement et enlever toute responsabilité à leurs auteurs en les mettant sur le compte d'une rupture de la société. Ils insistent sur le fait que ces spécialistes de l'enfance malheureuse devraient être tenus pour non coupables du fait de la catastrophe et des conséquences horribles qu'elle a eu sur leur vie.

Je pense personnellement que dans la grande majorité des cas, un tel raisonnement est une ineptie et que les gens qui pillent sont en général de simples criminels qui devraient être punis. Pour moi, le pillage est un acte répréhensible et je peux facilement faire la distinction entre pillage et récupération. Cela se résume à quelques questions de base.

Qu'est-ce qu'on vole ? Les pillards en question durant Katrina ou à Saint-Martin n'ont pas volé des choses susceptibles de les maintenir en vie ; ils ont pillé les magasins pour s'enrichir. Une télévision à écran plat n'est pas quelque chose d'indispensable, et le fait d'en voler une ne pourra raisonnablement pas être excusé sous prétexte qu'elle est nécessaire à la vie. Il en est de même pour les bijoux. Les vêtements pourraient, à petite échelle, être interprétés comme nécessaires à la survie dans les bonnes circonstances, à moins d'en avoir déjà une pleine armoire.



Pourquoi on le prend ? Le pillard prend ce qui lui tombe sous la main, pas ce dont il a besoin. Les "experts" pourront prétendre que ces gens étaient pauvres et qu'ils avaient besoin de ces téléviseurs, vêtements et bijoux pour améliorer leur vie. Peut-être qu'ils allaient vendre ces biens pour de l'argent, ou qu'ils leur étaient dus en réparation d'une prétendue injustice. Encore plus absurde, ils vous diront qu'ils avaient besoin de vêtements pour pouvoir obtenir un meilleur travail, etc. On pourrait sans doute trouver d'autres raisons du même acabit aussi débiles les unes que les autres.

A qui on le vole ? Si vous prenez tout ce qui traîne dans un magasin d'électronique, des bijoux, de l'alcool ou des vêtements, alors vous pillez. C'est ce que nous voyons régulièrement aux nouvelles et il ne s'agit pas de gens qui luttent pour survivre. Il s'agit ni plus ni moins que de petites frappes qui volent simplement parce que la police n'est pas là ou pire, qu'elle ne fait rien pour les arrêter. Au bout du compte, ces gens sont des voleurs et dans une véritable situation d'urgence, je ne serais pas surpris qu'ils payent de leur vie pour de tels actes. A dire vrai, j'en serais même ravi.

Les trois questions ci-dessus n'amènent aucune raison qui puisse être légitime. On n'a besoin de rien que l'on vole et notre vie n'est pas en péril dans la mesure où les fournitures que l'on prend ne sont pas indispensables. On pille simplement parce qu'on le peut.


Qu'est-ce qui fait la récupération plus légitime que le pillage ?


La récupération, par contre, est ce que l'on peut voir dans presque toutes les représentations imaginaires d'une catastrophe ou d'un avenir post-apocalyptique dans lequel le monde est devenu un enfer où les gens mangent de la nourriture pour chiens. Si vous regardez n'importe quel film de survie, les personnages principaux trouveront invariablement des provisions dans un grand magasin ou une maison abandonnée, peut-être même dans une voiture. Les exemples abondent dans la série "The Walking Dead". Dans le film "The Road", ils trouvent un bunker enfoui plein de provisions.

La nourriture est une chose réellement nécessaire à la survie. Je fais allusion aux films et aux émissions de télé parce que la plupart d'entre nous n'ont jamais vécu de situations dans lesquelles ils en étaient réduits à voler de la nourriture du fait qu'il n'y avait plus d'endroit où en acheter. Ces films et séries télévisées sont le seul exemple d'avenir extrême qu'il leur est possible d'imaginer.



Imaginez un effondrement total de la société, pas une tempête régionale ni une émeute de banlieue. Une situation dans laquelle les circuits d'approvisionnement et les moyens de soutien sur lesquels nous avons compté pendant des années seraient complètement détruits. Au train où vont les choses, il n'est pas vraiment difficile de concevoir un futur où la récupération pourrait être nécessaire pour survivre...

Si nous devions faire face à une apocalypse zombie, une guerre nucléaire, une pandémie mondiale ou un événement massivement perturbateur qui a tué des millions de gens dans une période de temps relativement courte, nous pourrions certainement nous retrouver à chercher les objets nécessaires à la vie. Je peux vous garantir que si quelque chose de tel devait se produire, vous ne seriez plus à courir après des écrans plats ! Vous seriez à la recherche de nourriture - peut-être même d'un endroit pour dormir au sec - et de tout ce qui pourrait vous garder en vie et en sécurité. Tel serait votre vrai problème, comme celui de toute personne qui aurait survécu.

La récupération de nourriture est une chose qui parait logique dans des conditions extrêmes. Que feriez-vous si vous portiez des chaussures trouées, ou qu'elles ne convenaient pas à la marche de tous les jours ? N'iriez-vous pas vous enquérir d'une nouvelle paire ? Ne chercheriez-vous pas un bon sac pour tout transporter, en supposant que vous n'en ayez pas déjà un ? La récupération est la recherche d'objets susceptibles d'être utiles ou de garder en vie. Celui qui récupère ne pille pas un téléviseur tout neuf parce qu'il veut pouvoir regarder un match de foot au cas où le courant revienne.

La récupération n'est pas quelque chose que l'on prévoit de faire si les propriétaires sont encore là ou s'il est raisonnable de penser que l'événement qui a bouleversé notre vie sera de courte durée. D'ailleurs, c'est aussi pour éviter les aléas et les risques qu'elle entraîne qu'un survivaliste se prépare ; il ne s'attend pas à être affecté par des urgences à court terme. Un vrai survivaliste pénétrera dans des maisons ou des entrepôts abandonnés s'il est suffisamment certain que leurs propriétaires sont morts, ou si la situation porte à croire qu'ils ne reviendront pas. Ceci, autant par décence morale que pour se préserver d'éventuelles représailles.



La récupération doit aussi se baser sur une stratégie. En vivant à un endroit donné, je commencerais le plus loin possible de chez moi, et me rapprocherais au fur et à mesure. Pour garder une trace des maisons que j'ai visitées, j'essaierais d'établir une carte, afin d'éviter d'aller deux fois au même endroit et courir des risques inutiles. Je partirais très tôt le matin, voire au milieu de la nuit si nécessaire, de manière à me trouver à l'endroit visé avant le lever du jour, pour pouvoir fouiller à la lumière naissante sans utiliser de torche. Après quoi, en fonction de la situation, j'attendrais s'il le fallait une journée entière caché dans un coin, avant que de rejoindre ma base la nuit suivante.

Mais avant de choisir une zone quelconque pour y visiter les maisons, je commencerais par les points stratégiques tels que définis dans le dossier consacré aux Stratégies de survie urbaine. Ce sont des endroits qui se trouvent dans pratiquement chaque ville, et qui abritent des choses extrêmement intéressantes voire vitales dans un scénario de chaos ; des choses qui seront probablement délaissées par les pillards ordinaires, mais dont tout survivaliste saurait tirer parti.

Je chercherais ensuite ce que je n'ai pas ou qui pourrait augmenter mes stocks, comme de la nourriture supplémentaire, des médicaments, des munitions, ou des équipements susceptibles d'être utilisés de façon défensive. Vous allez sans doute me demander en quoi ce serait différent du pillage si j'ai déjà des réserves ? Dans mon hypothèse, tout le monde aurait quitté les lieux ou serait mort, et mon but serait de rassembler tout ce qui pourrait nous garder en vie plus longtemps mon groupe et moi. En temps ordinaire, je ne vais pas casser un magasin pour un téléviseur juste parce que le prix de l'eau a augmenté ou que l'électricité a été coupée temporairement.

Si vous avez besoin de récupérer, vous devez réaliser qu'agir de cette manière n'est pas sans risque non plus. Le risque à récupérer doit être mis en balance avec celui que vous courez en entrant dans un lieu quelconque, en laissant votre maison sans surveillance, et jusqu'à quel point la maison ou le quartier que vous projetez de visiter a déjà été fouillé par d'autres. La recherche de nourriture pour sauver la vie de ma famille est un risque que je suis prêt à prendre dans certaines conditions. Obtenir de nouvelles baskets ou un téléviseur à écran plat n'en fait pas partie...

93 commentaires:

  1. Je vais prendre un contrepied. Si je devais piller, ce serait pour que les "autres" n'en profitent pas, pour faire chier les frankaouis geignards et les collabos qui me pourrissent la vie depuis si longtemps.
    Il n'y a aucune gloire à se comporter comme un cpf, mais on parle de survie, je m'adapte à l'ennemi.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut CC,

      En extrapolant un peu, tu serais un adepte de la stratégie de la "terre brulée", en désolant un territoire tu le rendrais inhospitalier et donc infréquentable: pourquoi pas, surtout si connaissant ton "grand cœur" tu le fais pour venir en aide à des nécessiteux de ton entourage.
      ;)

      D'accord avec la façon de voir de Pierre.
      D'où la détention d'un pied de biche dans la caisse à outil du bon petit survivaliste en vadrouille. Récupérer nécessitera prudence et patience.

      Emmaus

      Supprimer
    2. @ CC

      "Sur leur chemin, ils font ce qu’ils peuvent pour compromettre et affaiblir les entités qu’ils laissent derrière eux, en infligeant une blessure politique permanente suintante et purulente. «Empoisonnons tous les puits» est la dernière chose sur leur liste avant de partir."

      Dans:
      http://lecluborlov.blogspot.fr/2015/12/manuel-pratique-de-leffondrement.html

      Stratégie déjà effective à grande échelle dont nous, collectivement, sommes victimes.

      Que ce soit pour rapiner ou récupérer, zigouiller son "voisin" ou survivre, pour ceux qui resteront, il n'y aura pas d'issue en dehors de stratégie de coopération.

      Supprimer
  2. En effet, je pratique déjà cette technique et j'aide les nécessiteux de mon entourage car je souhaite que nous ayons un niveau de vie équivalent afin que chacun joue son rôle le moment venu. Et puis j'ai appris qu'on ne laisse personne sur le terrain, c'est très important.
    Après, il est bon de réfléchir comme un cpf: perso, je pense que je leur reprends ce que je leur file contre mon gré en allocs, aides et autres produits de faits divers. Je n'ai pas de haine, juste des ennemis; je ne les juge pas, ce sont juste des ennemis.
    Et il faut bien reconnaître que leur mental haineux les rend bien plus forts que nous, comme quoi c'est dur de faire partie d'un peuple de vaincus.
    cc

    RépondreSupprimer
  3. @cc,
    En lisant l'article, il m'était venue l'idée de récompenser ces premiers pillards par de magnifiques éléments pyrotechniques et projectiles, sous ces cartons de télés et ces air max si désirables...

    Blague à part, le fait est que la récupération de matériel sera probablement dépendante des phases de développement du cacaos :
    - phase d'allumage : très risqué, il y aura surabondance de casseurs en nombres (miam la prise à parti ethnique) et si ça vous suffit pas le risque FO de l'autre qui fera pas de différence, sans oublier que les habitants, travailleurs, commerçants seront encore nombreux en poste, avec le risque de réplique, d'auto-défense etc.
    - phase chaos bien amorcé, en extension : le risque sera similaire entre les bandes de CPF vagabondes qui iront au jihad en tournant en rond en banlieue et d'éventuelles prises à parti FO/armée diverses. Sera t'il possible à ce moment de récupérer du matériel ? Oui sur ceux partis, très rapidement ou parce qu'à court de denrées et partis chercher l'herbe plus verte ailleurs. Cependant il est probable qu'ils soient partis avec leurs dernières provisions, laissant par contre les objets, outils et consommables du quotidien.
    - Chaos à long terme : la visite de maisons intactes deviendra sûrement la norme par tout groupe armé sans attache fixe. Plus aucune maison avec des denrées alimentaires sauf miracle.


    Enfin, partir faire de la récup c'est risquer se faire repérer voir capturer en chemin. S'ils sont malins et vous pistent, ils peuvent tomber sur votre abris.

    De plus, étant absent, il est impossible d'assurer une protection sinon à être en groupe suffisant pour se diviser ponctuellement pour aller faire "la cueillette".

    Deux conclusions me paraissent majeures :
    - savoir rendre son lieu dur d'accès (pièges, déchêts et débris) ou l'apparence du lieu déjà pillé.
    - savoir se déplacer silencieusement en binôme de nuit (seul pour avancer sûrement et porter assez ça me parait très surestimé)

    ender

    RépondreSupprimer
  4. Vu le nombre d'habitant au km2 en france, vu la rareté d'un choc de grande ampleur en france... Personne de sensé n'aura le temps de piller ; les vrais survivalistes iront tant que possible remplir les caddys de denrées et outils utiles tant que les rayons auront quelque chose a vendre; On blindera notre stock comme on peux; soit 24 a 48H Maxi pour le faire

    les bandes de pillards de "nature"eux s"en donneront a coeur joie sur hifi hightec mais ne verront pas la bouffe court terme..

    Et aprés c"est chez soit avec le 12 sur les genoux.. a ecouter la radio..

    Récupérer, oui au bout de 2 OU 3 semaines, il y aura du ménage naturel ou pas de fait.. mais récupérer quoi? Il faudra avoir oublié un truc important ou pas y avoir pensé.. Sinon, prendre ce risque .. A y réfléchir.. Car au bout de 3 semaines, c'est les purs et durs qui seront encore la;; soit armés soit nourris soit drogués.. Mais plus la masse inconsciente.. Eux seront morts d'une maniére ou d'une autre..

    RépondreSupprimer
  5. bonjour Enders ,assez d'accord avec vous,cette chronologie prévue est tout a fait plausible,mais là aussi tout dépend du lieu,les endroits consacrés aux villégiature ou 75% des habitations ne sont occupées que l'été pour la baignade ou l'hiver pour glisser seront des entrepôts par la force des choses,les ports de plaisance également.La "Récup"nécessite quelques connaissances tecniques pour précisémént sauvegarder ce que l'on pense sauver,la reprise en second oeuvre de panneaux ,grilles et autres matériaux de construction n'est pas si simple ,il ne faut pas récupérer pour récuperer mais avant tout par nécessité vitale et être pret à rendre a son propriétaire .Entre l'usus et l' abusus se trouve toute la différence entre la rapine et la sauvegarde.Les circonstances justifieront l'attitude a tenir,mais pour ce qui est de la bouffe ventre , affamé n'a pas d'oreilles et de morale non plus,il faudra monter au baobab quand les hyènes auront faim

    RépondreSupprimer
  6. le pillage est un rapport du fort au faible. Prochainement, la circulaire européenne 2017/853 pillera les heureux détenteurs de semi-autos à chargeurs de plus de 10 coups. Je vous donne en mille ceux qui seront spoliés en premier.
    Les gens prévoyants n'auront pas besoin d'aller piquer quoi que ce soit, hormis du consommable. Il y aura plusieurs sortes de pillages: celui des cons comme en 1991 chez nous; celui, très ethnique, comme à Los Angeles en 1992...Comme Saint-Martin en 2017 d'ailleurs, mais je fais des amalgames...
    les exemples sont nombreux mais nous écartent d'emblée de la tentation de foutre un 12 sous le nez du voisin pour lui piquer sa télé.
    Pour moi, comparer récup' et pillage revient à dire que la marché noir est plus noble car on échange quelque chose, bref y a un truc qui va pas. Ah oui mais en cas de chaos on peut!
    D'accord, alors autant se comporter en gros chef de guerre avec droit de justice et deux ou trois autres choses qui facilitent la vie, pourvu qu'on soit en haut de la chaîne alimentaire, ah oui y a un risque quand même.
    Les pillages existent déjà et certains sont mentionnés dans les faits divers. Cela entraîne des déserts commerciaux et déjà un commerce parallèle. Personne n'en entend parler mais on voit le résultat.
    cc

    RépondreSupprimer
  7. Cet article est libellé psychologie .
    Chacun est doté de sa psychologie propre sur la base de ses fondamentaux, carectere, éducation, sentiments, etc, etc.
    Comment cette psychologie va évoluer en fonction du devenir individuel dans une situation globale de plus en plus complexe et confuse au début pour se décanter et se simplifier ensuite.
    Un seul scénario , celui du pire ( ainsi , on ne risque pas d'être déçus.....) . Les autres scénarios mineurs ne seront, à mon humble avis , que des prémisses.
    Se retrouver, soudain ou progressivement , seul face à soi même ET aux autres, une évolution / transformation / adaptation au gre des circonstancesva s'imposer fissa , fissa .
    Le formatage imposé à tout membre de la societe va peut-être plus ou moins dur à abandonner pour s'adapter ce qui risque d'être la clé de la survie.
    Un uniforme , le sentiment confort / abandon d'appartenance à un groupe, un clan , le plat de lentilles dur, dur de les abandonner pour la jouer perso, manque d'habitude....
    A ce titre , à cette idée , je me félicite une fois de plus d'être un rebelle ne ayant refusé cette contrainte tout en respectant scrupuleusement ( à la réflexion , le mot est un peu fort et exagéré ! limitation 80 km / h ....bouh ! ) les règles.
    Spectateurou acteur INDIVDUEL de groupes pour conserver une liberté d'esprit , à l'occasion créateur de groupe reconnu , la psychologie de groupe ou des membres qui le compose m'a toujours intéressé et beaucoup appris.
    1) A CE JOUR : faire partie d'un groupe , quel qu ' il soit : QUE NENNI !
    2) jouer sur 2 tableaux , ménager la chèvre et le choux : NON ! Les " sous " servent à l'investissement de la survie . L'éducation du petit dernier ....il l'a fera sur le tas , à moi de le lui permettre en traversant le premier cahos. J'ai choisi mon camp, camarade .
    3) voler un œuf encore aujourd'hui , l' idée que je me fais de moi même ne me l'autorise pas . Demain sera un autre jour quand les seules structures existantes seront celles de l'esprit .....s'il demeure , le pauvre , ou bien il aura fui à toutes jambes.
    Recuperer sera l'ordre du jour , gare à la concurrence. 308 , 223 , 9 , 357 , 22 , 17 , 12 . Mon magasin ( jeu de mot ) est plein.
    Je me dis aussi que les prophéties annoncent qu'il faudra faire, parfois , 100 kms pour rencontrer alors âme qui vive en France et peut être en Navarre.......
    4) alors les survivants & compétents seront des candidats à une association que chacun qualifiera comme il l'entend !
    5) si certains états d'âme ne seront plus de mise, je continuerai à refuser d'éliminer le gamin , humble berger témoin de mon passage , ou MON chien qui s'amuse à courir après le bétail , simple mais chic .......
    6) déjà beaucoup a été dit dans les articles de ce blog, s'y référer ......de quoi se forger une opinion si besoin etait .........!
    7) je crois me souvenir que c'est Nietzsche qui a écrit qu'il faut vivre dangereusement ou savoir vivre dangereusement , bref , en situation de cahos nous n'aurons plus le choix , alors profitons en maintenant pour le peu de choix qui nous est encore Offert.
    Cordialement.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour monsieur Templar, pour votre site remarquable. Et bonjour messieurs Janus et Vianney, qui ont eu l'amabilité, et le sarcasme pour ce dernier, de faire suite à mon commentaire sur ce site, au sujet du précédent thème... Puisqu'on m'invite à choisir un pseudo, je choisirais personne, en hommage à Homère, bien sûr, plus qu'aux western spaghetti. Quant au feu, je pencherais plutôt pour Prométhée plus que du côté de Johnny... J'ai davantage d'estime pour les mythes que pour les stars.
    Revenons au sujet. Les voleurs, les pillards. Distinguons tout d'abord les uns et les autres. Si la vie me semble malgré tout avoir un sens, la société moderne, la pseudo-démocratie même, me semblent une vaste escroquerie. Le vol y prospère, à tous les niveaux de la hiérarchie. Les banquiers sont souvent des voleurs et la justice, comme l'Etat, recouvre leurs agissements. Il faut dire que l'avidité, comme la cupidité, sont leurs deux mamelles en commun, pourvu qu'ils soient les élus qui s'y abreuvent. Ainsi le pouvoir se tête en l'absence d'authentique esprit...
    Donc, du vol, nous avons l'habitude. Reste le pillage, le fait du manant d'infortune,de l'idiot estampillé voyou. Il est clair que lorsqu'il s'agit de se défendre contre la horde barbare, en le chaos total, il ne faudrait pas hésiter, je crois, en employer les moyens qui sont à sa portée, dans la mesure de ses moyens ou de ses appuis logistiques. Les antiques savaient y faire à ce sujet...
    Comme M. Vianney, j'ai cependant beaucoup de limites à la violence, du fait d'une éducation un peu trop éclairée...

    Une chose d'ailleurs, qui mélange l'histoire et la psychologie me taraude. J'appelle les commentaires à ce sujet. Pourquoi, lorsque l'on parle de chaos, genre post-apocalyptique, on fait subitement, brutalement, l'impasse sur toute l'histoire des millénaires de civilisation...? Dès que les énergies fossiles s'arrêtent, dès que l'électricité disparaît, on imagine revenir à la préhistoire, au temps de la cueillette, de la chasse, de la pêche, du viol dans les grottes et diverses cavités, quand la nourriture et la défense deviennent obsessionnelles. Aurait-on oublié que le pétrole et l'électricité, pour leur usage courant, ne date que du dix-neuvième siècle - et encore ! Et qu'avant cela nous avons pu vivre des millénaires de grandes civilisations, aux grands arts (supérieurs au contemporain, et de loin, et de haut), aux nombreuses recherches et spéculations de toute nature. St Thomas d'Aquin n'avait pas besoin d'EDF pour écrire, ni Platon. Sans doute même Victor Hugo s'en est passé. L'art de la Renaissance italienne, comme ceux de la Grèce ou de la Rome antique, ne nécessitaient pas non plus des routes goudronnées pour aller installer leurs statues et construire leurs monuments. Rome a conquis le monde en sandales !
    Alors pourquoi imaginer que l'arrêt du compteur électrique ou de l'essence dans le réservoir de la bagnole nous ramènerait direct dans la bouche du cannibale ???!!!
    René Guénon avait-il tant raison de ne lire toutes les composantes de la modernité qu'au travers de la quantité ? Signes des temps... Questions...

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre commentaire est judicieux, mais vous n'avez à mon sens qu'à moitié raison ; le problème étant que la grande majorité de la population n'est absolument pas prête pour retourner vivre au 19° siècle, et encore moins avant, même si je vous accorde volontiers que la civilisation du Moyen-Âge nous dépassait en de nombreux points.
      De là à en revenir au cannibalisme, peut-être pas, bien que je n'y mettrais pas ma main à couper...

      Supprimer
    2. Une nouvelle civilisation peut renaitre (et renaitra probablement) en empruntant beaucoup aux techniques pré-industrielles. Cependant, les cultures dont vous parlez se sont épanouies dans des structures ordonnées, pas dans le chaos, elles nécessitaient l'organisation de groupes importants au sein desquels les tâches étaient efficacement réparties. Il y aura donc obligatoirement, me semble-t-il, si les réseaux de la société actuelle s'effondrent, une période plus proche de la préhistoire (pour ceux qui seront capables d'y vivre) avant que les techniques anciennes plus développées soient redécouvertes et redeviennent répandues parmi les survivants.

      Supprimer
    3. Cher Personne,
      Ce n'est pas la coupure de courant qui inquiète, mais les bagaudes, les routiers, les coupeurs de route, les chauffeurs et autres plaies terrestres qui, comme j'essaie de l'illustrer, sont de tous temps.
      La question est de savoir si l'on pourrait se placer comme tel, après tout, les bagaudes n'étaient que des paysans ruinés. Comme vous le constaterez, l'Histoire se répète, avec ou sans courant puisque ce sont les ressources les plus en vue du moment qui sont convoitées.
      Pour la psychologie en cas de rupture, il faudra choisir entre le politicien ou le cpf pour nager au milieu de ces belles ordures, le bel esprit ne remplissant pas la panse.
      Ensuite, discuter avec Personne et trouver ça intéressant relève t-il d'un ego démesuré?
      cc

      Supprimer
    4. En réponse à "Personne".
      dans les 80's je vivais à Paris, voiture R25 (après la R30TS) avec téléphone (de l'époque) et je gagnais tant d'argent que je ne regardais jamais les étiquettes : mma carte American Express ou ma Diner's Club payaient pour moi...
      Et puis on m'a gravement blessé. ( tentative de meurtre).
      J'ai tout largué et suis parti en Guyane avec l'envie de ne plus avoir affaire à ce monde.
      Du jour où l'avion de brousse m'a déposé sur les berges de l'Inini, j'ai appris dès le 1er soir à manger avec la fourchette d'un autre, à la lueur d'une lampe à pétrole, et à dormir dans ce hamac qui balançais à me donner le tournis. Le lendemain il m'a fallu m'adapter tout de suite en participant à une pêche si je voulais manger à midi. Puis j'ai dû apprendre à chasser le steack.
      Au bout de 8 ans, je pressentais dans quelle direction je devais me diriger pour rencontrer mes futurs steacks... Moi, le parisien imbu de son fric, j'avais appris l'importance d'une brosse à dents, d'un savon de Marseille,irremplaçables avant le prochain "fret" et, surtout, j'étais devenu un prédateur.
      Mais j'ai vu des "peaux-tendres" venus se réfugier de leurs problèmes et ne tenir même pas un mois...

      Supprimer
  9. Mon cher Personne ,je ne pense pas qu'il s'agisse d'une impasse,comme vous le dites si bien les deux mille ans passés ont vu l'émergence des techniques et des découvertes corrélatives,le pétrole qui est notre civilisation n'est que l'aboutissement de la recherche de l'énergie que l'homme est incapable de créer,ceci étant qui aujourdhui fera le Denis Papin dans son garage ?connaissez vous jeunes capables de faire ou réparer un moulin ?même le mot antibiotique en cas de chaos prolongé s'éteindra avec les anciens,très peu nombreux sont capables de création,pourquoi faire une des quatre opérations du certif si la calculette le fait à votre place ?quaned je demandais à ma grand mère ce qu'elle avait trouvé de plus fantastique dans sa vie ,elle me répondit l'usage et l'avènement de l'électricité.Alors oui certes la houille blanche continuera,le pétrole un peu et le charbon aussi , réservés a une élite ou au mieux armé.Le savoir se transmet , sauf quand ceux qui sont responsables de la transmission ne le font pas ce qui est volontairement le cas ,actuellement,donc pas de retour a néanderthal pas plus qu'a la guerre des étoiles mais plutôt la fin du 18 siècle début dix neuvième.Cordialement

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour vos commentaires, et, monsieur Templar, pour l'honneur de votre intervention. Certes, François, une nouvelle civilisation peut renaître - en y mettant le temps - par l'émergence, il me semble de nouvelles élites. Car il paraît évident que les aristocraties engendrent les faits de civilisation, par la justification aussi de maîtrises dont, théoriquement, les élites, au départ font preuve, incarnant les valeurs et montrant l'exemple. Le fait premier de l'acte civilisateur, en art comme en société, me paraît être l'admiration...
    Il est clair que le monde contemporain l'a désenchantée... Il reste, disait Werner Sombart, les marchands et les héros. Ces derniers se sont raréfiés. Il faut espérer que la grande plongée dans l'épreuve puisse les ressusciter.
    Bonjour Janus. Il est vrai que nous ayons perdu de nombreuses connaissances, à force de nous en remettre, et soumettre, à la technologie. Tant de savoir ancestral oublié, tant d'ancêtres négligés. Plutôt que de céder à la mode, nous aurons à rétablir en premier lieu le culte des ancêtres. De simples connaissances parfois, souvent, sauvaient de nombreuses vies. Et les orientaient même dans le sens de la vie - et de l'être. Beaucoup de choses à réapprendre donc, et beaucoup à réinventer. Le temps se raccourcit, la boucle semble bientôt bouclée.
    La préhistoire dura des dizaines de milliers d'années ; l'antiquité, des milliers. Le moyen-âge s'éternisa durant mille ans. La renaissance, l'ancien régime, déjà ne s'annonce plus qu'en siècles. La modernité a 100 ans, et l'âge contemporain ne se pense plus qu'en décades... Bientôt l'oméga, le temps zéro ? Ou (hommage à Nietzsche) l'éternel retour ?
    Il est un autre problème, celui-là d'ordre quantitatif.
    Quelques centaines de milliers d'hommes à la préhistoire, quelques dizaines de millions dans l'antiquité. Et à peine 300 millions au moyen-âge, avec un rapport donc équilibré entre le plan humain, le plan naturel et le plan divin (spirituel), ce qui me semble au mieux définir le moyen-âge... Nous avons inversé les tendances, et méprisé autant le spirituel que la nature.
    Aujourd'hui, nous sommes des milliards, de façon exponentielle. Il y a là un problème...
    Les guerres mondiales ne font que 100 millions de morts, tout au plus. Les épidémies pourraient dépasser ce score... Comme au moyen-âge. Cependant, il reste une solution à la modernité. Voire deux. Un eugénisme extrême, d'ordre quantitatif (pour ne pas faire mauvais genre...). Et la restauration généralisée, mondiale (j'écris un roman à ce sujet), de l'esclavage, avec l'assentiment de la majorité de la population (les 2/3 ?), uniquement obsédée par ses profits, ses compromissions, et l'appât du jeu... Avant le chaos, il n'est pas impossible que le système se transforme, pour survivre, en un nouveau modèle de compromission présenté de manière ludique, avec l'esclavage comme solution aux problèmes de l'ordre mondial. Après tout, si la majorité y adhère, on reste en démocratie... Les survivalistes dignes n'auront d'autres choix que d'entrer en rébellion...

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème quantitatif me semble même essentiel. Sans la technologie et les énergies qu'elle exploite, il ne me semble pas possible de nourrir autant d'humains, que ce soit comme hommes libres ou comme esclaves. C'est pourquoi une nouvelle civilisation ne pourra émerger qu'après la disparition de quelques milliards d'êtres humains, que nous le voulions ou non.

      Supprimer
  11. @ Richard. Bravo ! Le choix de Robinson est un choix honorable, exigeant et méritoire.

    @ CC Je ne refuse pas la discussion d'autant que sur ce site, malgré les divergences, on y côtoie des personnes très riches, aux propos fort instructifs. Cela fait plus de deux ans que je suis ce site, et, s'il m'est venu l'idée, ou l'outrecuidance, d'y intervenir, j'en suis désolé...
    En ce qui concerne encore le sujet du vol, une autre réflexion m'anime. Il y a des millions de locataires, qui n'ont pas les moyens d'un San Giorgio,entre autres (ceci dit sans jalousie aucune), qui n'auront pas d'autre choix que de rester vivre en place.
    Comment se comporteront-ils lorsque l'économie s'effondrera (si elle s'effondre), quand la monnaie disparaîtra et qu'ils ne pourront plus payer leur loyer ? Et comment réagiront les propriétaires, dont certains n'auront que l'envie d'y loger des proches ? Prendront-ils le 12, pour sortir de forces leurs occupants, voire des familles entières ? Nous sommes au delà de la seule dynamique Cpf ou politiciens, non ? Il faudra bien nager face aux courants émergents, non préparés d'avance.

    Cordialement, personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les millions de morts prévisibles, le logement ne sera pas un problème...
      A quoi sert d'expulser un locataire par la force si c'est pour récupérer une ruine incendiée ???

      Les proprios devront s'estimer chanceux si ils récupèrent leurs biens intacts après le chaos.
      Je ne crois pas qu'un parc immobilier en location soit une bonne source de revenus.
      Mieux vaut vendre tant qu'il est temps même sous le prix du marché et acheter de la friche vieille d'au moins 60 ans.
      La terre agricole étant détruite par l'usage intensif des engrais et pesticides.
      Quand à ceux qui ne sont pas des san georgio .... il reste toujours la possibilité de trouver un lopin ou une parcelle à louer dans le village des ancêtres. Un agriculteur privé de pétrole pesticide et engrais aura besoin de bras.
      Et les bras de la ville auront besoin du savoir de l'agriculteur.

      Vers 1969-70 un très vieux m'a dit : une bombe sur ta maison tu n'as plus que les yeux pour pleurer, une bombe dans ton champs tu prends une pelle tu bouches le trou !!!


      21000dijon

      Supprimer
  12. Cher Personne,
    En effet, les dynamiques sont nombreuses et dépassent les deux extrêmes cités. Cependant, nous sommes tous le créancier de quelqu'un et le débiteur d'un autre, le tout étant de savoir comment et où se placer. Cependant, je ne crois pas à un effondrement laissant place à une forme de justice immanente, au grand Soir et autre fantasme qui débuterait par un coup de sifflet. je crois plus à un glissement de type fin d'Empire Romain, avec changement de culte et des élites. Les grands perdants ont été ceux jetés sur les routes car ruinés par les crises multiples: querelles dynastiques, religieuses, économie abattue, invasions multiples...
    Le 12 aura un rôle à jouer, comme les suicides de désespoir si la situation se précise mais cela ne voudra pas signifier le chaos, il suffit de voir comment ça se passe au Liban.
    cc

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Personne .
    Au nom de ma politesse et courtoisie coutumières permettez moi de vous souhaiter la bienvenue en cette " noble " maison templiere.
    Voici venir un commentateur distingue, fin psychologue , habile et un peu manipulateur comme il se doit, vos talents d'écrivain , sans nuls doutes !
    Ma fantaisie réelle ( et non supposée comme reprochée précédemment ) me ferait dire que vous avez réussi à entrer dans la bergerie sans avoir montre " patte blanche " .
    Puisque vous suivez le site depuis 2 ans , vous êtes en pays de connaissances alorspermettez nous d'approfondir la votre , livrez nous quelques détails de vous même, entre vielles connaissances , n'est ce pas bien volontiers ?
    J'espère que vous n'interpreterez pas mes propos comme séditieux à votre égard , loin de moi ce type de vilaines pensées , envers quiconque d'ailleurs , le système y Compris.
    Votre pensée cultivée évitera sans difficultés ce type de pièges.
    Au plait de vous lire.
    Salutations.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Messieurs, bonjour Dijon (dont la moutarde, paraît-il, aide aussi à n'avoir plus que les yeux pour pleurer... Mais la Bourgogne est magnifique - et ce fut une terre de sculpteurs et de chevaliers !)
    @ Vianney
    Non, je ne crois pas être manipulateur - sauf pour le plaisir de manipuler les mots, mais pas les personnes - sauf, encore, à désirer les enchanter par quelque création inspirée... Je ne crois pas non plus qu'un écrivain soit, hors ce contexte, un manipulateur en soi. C'est la plupart du temps, sauf, là aussi, dans le domaine des "stars", un être sincère qui croit en les vertus de la plume et des expressions de sa pensée.
    Un loup blanc ? drôle d'idée, même s'il m'était venu à l'esprit, pour le futur et si un terrain le permettait d'adopter un berger suisse, qui est blanc et ressemble à un loup...Très gentil avec les enfants au demeurant.
    Je ne me souviens plus si le thème du chien a été ici abordé...

    Que voulez-vous savoir de "mon" personne, qui puisse intéresser le site, tout en conservant, il va sans dire, un relatif anonymat...?
    J'ai consacré une grande partie de ma vie à différentes formes d'art. C'est là mon habilité, et mon combat de Don Quichote. Des partenaires ne seraient pas malvenus car, quelque soit le contexte, y compris une guerre nucléaire, j'entends poursuivre l'oeuvre artistique, et transmettre les termes de son alchimie... Il intéressera peut-être monsieur Templar de savoir que j'ai réalisé de nombreux bustes stylisés de héros, des bronzes de chevaliers notamment. J'ai une passion pour l'histoire, et quelques autres. Je pratique le tir sportif depuis plusieurs années.
    Mon père était un chercheur scientifique et un officier du renseignement militaire (Deuxième bureau, SDECE), il a beaucoup voyagé. Il dévorait les livres, et je lui dois quelques aspirations et quelques disciplines. Ancien chef éclaireur des scouts de France, de milieu catholique, il collectionnait les brevets de l'époque, et m'a transmis le goût de l'aventure et de la découverte. J'adore apprendre.
    Pratiquant les arts martiaux et les sports de montagne, j'ai beaucoup randonné en solitaire dans les Pyrénées, et encadré des groupes de jeunes dans les Alpes.
    J'ai déjà fait l'expérience de la ruine, de divers drames familiaux, et j'ai tenté de m'en relever, malgré les séquelles. Le chaos n'est pas daté dans le temps, mais dans l'épreuve à surmonter. Heureusement, j'avais lu Kipling !
    Ces premiers éléments biographiques devraient vous suffire. Sauf à vouloir poursuivre l'entretien hors site bien sûr, et je veux bien transmettre mes coordonnées à M. Templar au besoin, s'il est possible de communiquer directement avec les créateur du site.

    Cordialement, personne

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Personne.
    Ravi de votre présentation .
    Un Cv des plus intéressants et suffisant.
    En retour , je vais vous conter , brièvement rassurez vous, une histoire dont je laisse juge tout un chacun et vous même.
    Dans une autre vie , j'ai été approché par un journaliste d'une obscure et poussiéreuse revue dont il apparaissait evident que sa survie financière relevait du miracle ( ou autre canal dont je me fichais éperdument ) . Au cours de l'interview qui a duré un bon nombre de fois et de semaines , le journaliste, ou réputé tel , m'a confié que son frère était capitaine de la Dgse , son frère , son jumeau, ou dédoublement de la personnalité , je m'en fichais également .
    Non , ce qui m'intéressais vraiment c'était de l'utiliser comme messager auprès , non pas de ses superieurs ( car un uniforme n'a peu ou prou de velléités d'independance selon son arme , les militaires peut être en ayant le plus contrairement à ce que l'oncroit hors FO ) mais de ses commanditaires .
    Je n'ai pas été déçu.
    J'y songe encore parfois aujourd'hui'hui , nostalgie sans doute , je dois vieillir.....
    Si nous devions nous rencontrer un jour, je vous serrerai la main avec plaisir.
    Cordiales salutations.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  16. @ Vianney

    Tout le monde naît personne.
    Personne naît de rien.
    Comme personne n'est de rien,
    tout le monde est personne.

    @ Dijon,

    Sûr qu'il faudra des bras d'urbains affamés sur les parcelles si l'on souhaite nourrir ceux qui restent. Sans l'aide de la force des énergies fossiles (les esclaves énergétiques) ne mangeront que ceux qui travailleront. Les autres pilleront, voleront et finiront comme les grandes compagnies ont fini.

    @ Tout le monde et personne,
    Loyer: l'argent ne disparaitra pas, pendant un moment il ne vaudra plus rien, ce qui est différent.
    Un loyer de 600 balles, même avec une hyper inflation et que la baguette vaut alors 100 balles, il restera à donner 600 balles de rien (du mauvais pq libellé en € par exemple) pour honorer le contrat initial ou bien trouver 6 baguettes.
    Dans les hlm des cités, personne virera tout le monde.
    Le 12 est aussi à la disposition des locataires.
    Après ... c'est après et on verra comment en local on s'arrange.

    Quant à la quantité de population restante ou en diminution constante, il n'est pas dit que quelqu'un soit en mesure de compter et soit en capacité d'en faire un total, surtout sans calculette.

    Concernant la vie sans énergie et un chaos multivariété prédominant permanent, personne, à l'écrit comme à l'oral, est capable de prévisions et de questions :)

    Toutunchacun

    RépondreSupprimer
  17. Merci Tout un chacun de votre apparition...

    Tout est possible
    Sauf l'impossible
    Mais l'impossible
    ce n'est pas possible
    Donc tout est possible.

    Celui-là est libre...

    Revenons au sujet de la survie, du pillage, de la nourriture. Il est un fait que revient souvent, sur n'importe quel site dit survivaliste, l'obligation de constituer des stocks et de songer à la défense, en s'approvisionnant copieusement en armes et munitions. Mais c'est là une vision à court terme, une réflexion dans l'urgence. Les stocks d'eau et de nourriture s'épuisent vite, d'autant plus partagées. VolWest parle d'avoir autant de munitions que d'habitants dans sa commune... C'est dire le niveau de confiance. Et encore heureux qu'il n'habite pas à New York ou Paris. Il lui faudrait un container pour l'attente impérieuse ! Même les mormons, qui sont motivés à stocker un stock de nourritures et eau pour un an par famille, peuvent être vie à court. Ils ont cependant l'avantage de vivre en clan...
    En réalité, dans l'optique d'un chaos généralisé, un mois, un an même, c'est court. presque rien dans une vie. Et ensuite ?
    Il est effectivement plus sérieux d'apprendre à chasser, à pêcher, à recueillir des plantes comestibles, à cultiver son verger, son potager, à savoir mettre en conserves, préparer, cuisiner ; à disposer de son eau potable au plus proche. Ce qui demande encore beaucoup de connaissances, d'expériences, de partages...
    Même un commando en opération sur le terrain, fut-il le meilleur tireur, un excellent pisteur, un maître de l'orientation, un alpiniste chevronné, etc.., est le plus généralement ravitaillé. On le laisse rarement mourir de faim !

    Donc, et à ce niveau là Volvest et notre ami en Guyane ont raison. Mettre en oeuvre le plus possible l'autonomie, dans la mesure du possible, de ses alliances et du travail de ses compétences.
    Le camp romain, comme l'affûtage du gladius ou de la pointe du pilum retranché vient après. Du moins, en ne négligeant pas la pensée et l'oeuvre à long terme. Dire que les romains en sandales, pour conquérir l'Europe, absorbaient en grandes rasades des fûts d'eau vinaigrée !

    Après tout, Vauban raisonnait aussi la question nutrition...

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour le sophisme de de votre aphorisme ,un peu d'humour dans ce monde si gris n'est pas inutile,pour le reste la connaissance universelle tout comme la science infuse n'existant pas , il nous faire un choix et le temps voulu pour apprendre ce que nous pensons devoir être les connaissances utiles pour une survie en dehors des circuits organisés pour l'instant.Ce choix sera guidé en partie par le lieu ou nous décidons de vivre,la connaissance des catacombes ou du mètro ne présentera qu'un intéret limité du coté de Chateauneuf de Rendon ou est mort Du Gesclin .Certaines professions de haut niveau devront réaterrir ou disparaitre,c'est à dire apprendre a avoir des cals aux mains et quelques lombalgies en creusant les douves de leur future résidence,ou en plantant des topinambours(ça au moins ça pousse tout seul).il est temps d'y réfléchir pour ses enfants car eux seront en plein dedans et se fixer des objectifs raisonnables à atteindre.L'été je m'esbaudi souvent en voyant par 40° a midi des gros ventrus s'acharner a se péter une durite dans un semblant de course à pied qui ressemble plus aux titubations d'un poivrot ayant fait le plein qu' a un touriste ayant d'abord besoin de repos et de remise en forme progressive,en gros il faudra essayer de ne pas faire partie du "consommable" et seul c'est mission imposible,alors faites vous des amis choisis peu nombreux mais efficaces en suivant le proverbe bantou" une noix de coco dans la main vaut plus que trois dans le cocotier"

      Supprimer
  18. Bonjour Janus,

    Je remarque tout de même que, pour votre pseudo, vous avez préféré un terme de la mythologie à celui de Patate ! Au demeurant, Janus est plus un dieu des deux têtes que des deux bras... Non ?

    Cessons donc d'opposer le corps et l'esprit, le bras et la tête. C'est un débat dépassé depuis longtemps et que les Grecs avaient le mieux résolu. Alexandre le Grand doit plus encore à Homère et Aristote qu'à l'art du dressage de chevaux. C'est par Plutarque et Cicéron que Napoléon (quoiqu'on en pense) est venu à la politique, plus qu'aux manuels d'artillerie. La plupart des découvreurs, des explorateurs, au souffle bien trouvé, étaient des intellectuels, comme les meilleurs alpinistes.

    Chacun a sa place, son mérite, son intérêt même. L'avenir aura plus besoin de chefs que de bras, dont il ne manquera pas. Eh quoi ? Il eut fallu forcer Chopin au socle et à la charrue et briser son piano et ses doigts, pour faire de l'instrument le feu de camp de quelques nuits ? Pour satisfaire quoi ? Pour satisfaire qui ? Demain, nous aurons peut-être à combattre un ou deux milliards d'individus qui se battent pour un livre !
    N'avez-vous pas vu "le Livre d'Eli" ? N'en déplaise à cet imbécile de général américain qui clama, lors de la seconde guerre mondiale qu'il n'hésiterait pas à raser le Louvre pour sauver un de ses hommes, je pense au contraire qu'il eut été plus important de préserver la Bibliothèque d'Alexandrie que le vie de millions d'hommes. Contents pas contents, même tarif !
    Et puis, cette division n'est ni juste ni judicieuse. Le piano est un métier manuel ! Et beaucoup, même du socle et de la charrue, aimeraient l'entendre à leur moment perdu, le temps d'un autre remplissage...

    Cela me rappelle mon ex-beau-père de commerce alimentaire qui, pénétrant pour la première fois, dans mon atelier de sculpteur, s'ébroua, scandalisé : "Tout ce stock!!!". Pour lui, c'était de l'invendu, donc une charge inutile (comme les conquérants alpinistes précités) - Quel abruti! Revois les gunas ou modalités d'être de la pensée hindouiste...

    Heureusement qu'il y a des différences, même si le monde moderne voudrait tous nous transformer en marchands !...
    Fausses dichotomies. Nombre des officiers de la légion sont aussi des majors de St Cyr ?
    Parmi les divers stages militaires que j'ai accompli jadis, il y a en a un de deux mois au troisième Dragon sous le commandement du lieutenant Barthlen, devenu colonel au Premier étranger de cavalerie. Il nous réveillait à 5H45 en musique, une fois sur deux de la légion ou des paras (être et durer...), et une fois avec Beethoven !
    Le rapport au sport est aussi malvenu. Le sport n'est nullement incompatible avec les choses de l'esprit. J'en ai pratiqué durant plus de 20 ans sans que cela freine mon ardeur littéraire ou artistique - au contraire !
    Tous les métiers seront utiles, tant celui de l'architecte que du maçon ; tant celui de l'ingénieur que de l'ouvrier. Ni le maçon ni l'ouvrier ne tueront l'architecte un l'ingénieur, entre autres exemples. C'est du bolchevisme de penser le contraire.
    Et, coucou à Pierre Templar, il dit savoir ce que les Templiers mêmes doivent à St Bernard, pour leur règle, et encore l'art cistercien...

    Respectueusement vôtre

    personne

    RépondreSupprimer
  19. Pardonnez les quelques fautes d'orthographe du message précédent. exemple : "Pierre Templar doit savoir, et non dit savoir". On tape trop vite parfois. il est bon de se relire parfois, et de prendre encore le temps de réfléchir...

    Ajoutons que les caisses de livres sont souvent plus lourdes à porter que les caisses de poisson. Et que, en tant que sculpteur ayant réalisé beaucoup de travaux de ma rénovation de mon ancienne maison, je n'ai pas remarqué que la sculpture était moins "physique" que que de poser un carrelage, refaire la plomberie ou isoler des murs...
    Au contraire !

    Et puis..." une noix d'esprit dans la tête vaut souvent plus, pour survivre même, que deux cales aux mains " (proverbe de personne, donc à tout le monde). Salutations

    RépondreSupprimer
  20. Nul n'eut voulu forcer le Chopin d'hier à quoi que ce soit, celui de demain crèvera de faim quand à un rappeur du 93 il aura peut être une chance un court instant.

    Si demain les âges sombres, alors les intellos, les baratineurs, les poseurs et les phraseurs attendront les décennies qu'il faudra que la lumière revienne pour collationner.

    Le tchat éteint, la tchatche fera plus de mal que de bien à son proprio et ce n'est pas parce que l'on a prêté à un héro de la 23ème ou 25 ème heure quelques propos divertissant ou censément intéressant que ça en fera la vérité de demain.

    J'ai connu un gonze avec un pédigrée qui ressemblait à la poitrine d'uniforme d'un maréchal soviétique, ou un général mexicain au défilé, qu'est barré en Crête. L'était toujours meilleurs que personne, l'avait toujours quèque chose à dire ou à rajouter. L'avait jamais réussi à se faire un pote, l'était trop too much pour l'entourage, et du coup devenu insupportable.
    Que pourrait-il bien faire en cas de KK? Danser?
    Mais non voyons, piller!

    D'aucun

    RépondreSupprimer
  21. D'aucun s'insurge que la culture et le survivalisme puissent cohabiter... Et que le seul courage appartiendrait au Néanderthalien. C'est oublié qu'il fut décimé par l'homme de Cro-magnon, lequel à son tour dut laisser sa place aux civilisations suivantes. Et d'imaginer que celui qui éructe depuis son grouin est plus efficace que celui qui parle avec sa bouche. Sûr parce son clan est plus vaste ( comme les voyous qui agissent en bande). Et le solitaire serait l'importun - et pourquoi pas la victime expiatoire ? !! Voire... Et celui-là même encore, mu par sa panse au final, et devant oublier son esprit jusqu'à le vomir, devra faire comme tout le monde : piller... Ben voyons.. Même si, comme l'écrivait René Guénon : le plus contient le moins, le contraire n'est pas vrai.

    Ce site montre bien la variété des profils, comme la différence d'intentions. Il est vrai que la longue expérience de guerriers fanfarons fut souvent révélée aux récentes générations par le jeu vidéo où, infantiles et futurs psychopathes à peine voilés, ils rêvent d'un génocide plus que d'une transmutation.

    Sans doute les mêmes qui n'ont pas écouté Chopin mais se sont contenté du RAP du 93. Ils dureront peut-être quelques journées de plus, mais certainement pas le temps d'une éternité !

    Comme disait Janus, il faut se faire quelques amis choisis - mais pas plus !

    personne

    RépondreSupprimer
  22. Petit rappel, pour ceux que cela intéresse. On ne compte plus le nombre d'aventuriers, des survivalistes de terrain qui furent aussi des romanciers ou des théoriciens. Parmi les seuls contemporains, les plus connus : Bear Grylls, Mike Horn, Sylvain Tesson, Xavier Maniguet, Jean-Louis Etienne, Alain Bombard, etc, etc. Sven Hedin était un grand romancier et un illustrateur, qui accomplit des exploits en matière de survie. Henri de Montfreid savait survivre en mer. Comme Cook et la Pérouse, même si la Terre leur plus néfaste... Il n'y a pas que le paysan de sa campagne pour nous apprendre des choses utiles, et nous motiver. Chacun regarde le monde depuis son expérience, son profil particulier, ce qui ne l'empêche pas d'échanger, de communiquer, de communier même à l'ultime. Quoiqu'en pensent les intolérants, qui, bien davantage, se croient plus malins parce que plus arrogants, haineux, jaloux peut-être ?

    Si le chaos nous attend, il faut s'attendre à bien des surprises, à des rencontres surprenantes, peut-être même des survies partagées. C'est pourquoi, on ne doit négliger aucun lien, aucune figure, aucun rejet à priori.

    Les templiers, avant d'être des combattants, étaient des moines, des protecteurs, pratiquant l'oraison, rompus à la théologie comme à l'art de l'épée. C'est la discipline qui les maintenait, non l'anarchie.

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne confondez pas les aventuriers avec les survivalistes,ils sont l'exact opposé,je crains que vous ne vous fassiez une vision romantique , ou pour le moins du style Ko Lantha pour qualifier les survivalistes.Ils ne recherchent pas ce que vous considerez comme un "exploit"alors que ce n'est que de la connerie de s'exposer inutilement ,Monfreid était un trafiquant,bear machin vends sa soupe avec force caméras,tout comme Mike Horn,c'est leur bizness pourquoi pas ?je les comprends il faut bien gagner sa vie,il y a a apprendre de tous , sauf qu'en plein désert le poids en eau de la vénus de Milo sera plus utile que son poids de marbre (suivant les circonstances)<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<vous oubliez que rien n'est ni tout blanc ni tout noir ,être manichéen n'apporte rien,les templiers faisait corps non grace a une discipline acceptée librement (aucun groupe humain ne dure sans règles) mais parce qu'ils avaient la foi dans leur religion avant tout,je connais des paysans qui comme moi n'ont que le certificat d'étude et dont les connaissances théoriques et pratiques en surprendraient plus d'un.Quel bachelier est capable de donner la formule de calcul du volume d'un cône ? ou d'estimer la largeur d'une rivière sans autres instruments que ses pieds et sans se mouiller ?Mon propos n'est pas d'opposer
      les uns ou les autres simplement de dire que dans des périodes de chaos il faudra être multi-fonctions surtout pendant la première année.bon courage a tous

      Supprimer
  23. pour moi le débat est stérile, c'est comme les publicités : on rêve tous d'un corps avec moins de 10% de fat, on rêve d'avoir un arsenal, on rêve d'être conan, on rêve d'être chopin etc.

    la survie en tant que concept est déclinable à l'infini, on ne sait jamais quelle merde tombera et forcément on sera jamais prêt à 100%. chacun a son profil de vie et ses contraintes et ce site donne la chance à chacun de reconsidérer sos croyances erronnées, et de projetter à court/moyen et long terme les failles à nos systèmes individuels. Il n'y a pas d'autre choix que suivre votre profil : Il y a eu de tout temps des profils + ou - intello ou exécutant. Mais les marchands du temple et autres politicards sont hors profils à force de faire la girouette.

    Les artistes, oui, pour veiller au moral en cas de chaos. Ils ne peuvent avoir une place dédiée h24 que dans le cadre d'une civilisation stable.

    Et le pillage alors ?! il semble que l'on se soit fortement éloignés du sujet. Les politesses de bienvenue s'étant faite, vous pouvez reprendre vos activités normales, a ciao bon dimanche
    ender

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour à tous,je viens de lire vos appréciations, définitions , part d'humour, et j'en passe.Ah!..je suis en plein chaos, dégringolade du système brutal.Pour ma part, je serai tout, et rien.J'agirais en fonction de mes aptitudes, réflexions, de déduction.Certes, plus facile à dire , qu'a faire.Survivre c'est pour moi faire "FI" de des choses inutiles ,notre système nous a depuis si longtemps noyé dedans, déjà 65 printemps de passés.J'ai été témoin , et vécu quelques situations dramatiques.Là, par contre , plus rien à de valeur, oui , les lobotomisés de la télé et autres de notre société de consommation, les Rambos de bacs à sable:"Je défouraille, je parle après,les illuminés de Vishnou et autres jésus avec ou sans cris les comportements sont souvent similaires.Sans blablater , sans être un faux semblant, je pense que dans la précipitation ,notre société, va s’effondrer dans le sang, la douleur. Barbichous , et autres marcheurs de l'impossible sont déjà là. survivalistes ou tout ce qu'on voudra, n’arrêterons pas le déclin que formentent nos dirigeants. Ils nous saigneront , , certes on se défendra, mais ce jour qui arrivera, eux, ont déjà choisis:Ils nous pillerons,ils ont depuis longtemps récupéré TRÈS BEAUCOUP, alors personnellement, et ça n'engage que moi , je pillerai pas, je ne vais pas passer mon temps à récupérer :Je me servirai, sans scrupule, et avec tous les moyens à ma disposition.Je serai le plus opportuniste possible.Les sentiments, l'empathie débordante sera l'accessoire que j'accrocherai au porte manteau de l’accessoire.Je pense que nous tous avons dans le style "pas vu ,pas pris "avons nagé plus ou moins.Notre petite partie sombre.Face à ce dilemme les réactions, seront à la hauteur de nos décisions.Pour finir avec un peu d'humour, il y a quelque temps, j'ai écrit ce texte;Etre farfelu parfois put avoir du bon, non? L'inutile ne sert à rien. L'indispensable vous contraint, le futile vous fait perdre du temps,l'abus vous blanchit le sang.Quel mauvais commerce sont ces choses là.A choisir, je préfère le chocolat!...Vous allez me dire dans des moments pareils, le chocolat...Pff.Mr Templar toujours excellent ce blog et encore merci Bonne journée à tous

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour,

    Pour revenir au pillage, je crois qu'effectivement la nature profonde de chacun influera sur son comportement de demain. Les hommes n'ont pas que des conceptions du monde ou des opinions différentes mais bien des modalités d'être radicalement distinctes. La pensée engendre l'acte. Sauf exception, l'avare d'aujourd'hui sera l'avare de demain, et le généreux actuel le sera encore dans le futur. Parmi les avares, on comptera aussi beaucoup de pseudo-paysans (existent-ils encore, beaucoup d'exploitants agricoles donnent aussi la parole aux pleurnichards, et à leur soif de subventions...) ...), qui verront une manne dans cette copieuse retombée de bras venus travailler leurs terres, n'oubliant pas de rappeler, le moment venu, que c'est bien la leur et non celle des autres…. Les marchands du temple et autres politicards sont évidement hors concours. Aucun n'exprime plus d'héroïsme quelconque. Vision romantique ? Peut-être. J'ai certes plus appris des romantiques que d'aucun paysan. Le peu que j'en ai vu...

    Donc, faisons simple. Il y aura les templiers, les croyants, aux vertus et à la discipline, ceux qui agissent, vivent et meurent par principe (sans toujours se préoccuper de leur propre survie d'ailleurs). Ce sont souvent des gens aguerris, qui ont l'habitude de la discipline et du service. Mais ils risquent, par nécessité, de devenir de plus en plus durs, vis-à-vis des autres comme d'eux-mêmes. Sans doute comptera-t-on parmi eux de nombreux anciens militaires et policiers.

    Il y a aura les Robinsons, ceux qui sont (ou vont) sortis du jeu. Qui ne veulent "emmerder" personne (pas même moi), et surtout ne pas ou plus être emmerdés. A l'occasion généreux, de manière très sélective, et quêtant le maximum d'autonomie. Ceux-là, néanmoins, je les respecte.

    Et il y aura, plus nombreux, les charognards, sans foi ni loi, uniquement préoccupés de survivre ou de laisser aller leurs plus bas instincts. On en a vus souvent dans les fins de guerre, mais ils peuvent aussi n'être pas que de la 25 heure, mais parmi les premières aussi, car il y a aussi des fanatiques parmi eux. Ils sont généralement trop lâches pour supporter la solitude, et trop stupides pour inventer un nouveau monde. C'est pourquoi, ils vivent au présent le vol, le viol, les agressions de toute nature, pour le plaisir, par habitude ou pour faire comme le voisin. Ils ont pour nature et principe l'égoïsme et pour totem en réalité plus le rat que le chien, et leurs plus forts ennemis seront de la première catégorie. Ceux là, je les méprise.

    A quoi on peut ajouter, en grand nombre, les victimes, qui n'auront ni la force, ni les moyens, ni l'opportunité de résister ou survivre, au moins correctement. Encore une fois, l'aide de la première catégorie sera bienvenue. Ceux là, je les plains.

    Bonne journée, personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour " anonyme " ( hum, hum, hum , ) de 08 h 54 .
      Un paragraphe particulièrement intéressant dans votre commentaire ( Robinson / emmerdements / emmerdes / et le reste) .
      La sagacité qui y est contenue mérite le respect.
      Salutations.
      Vianney.

      Supprimer
    2. Bonjour à "Anonyme de 08 h 54,
      Je vous félicite pour ce classement, il est des plus judicieux et donne bien une idée générale de la situation à laquelle nous sommes confrontés. Sans savoir ni le jour ni l'heure, il résume bien le portrait de ceux avec qui il faut compter !

      Supprimer
    3. Pour Anonyme de 08:45.
      In hoc signo vinces.

      Supprimer
    4. Cher personne,
      Si l'on suit votre classement, les templiers rejoindront les Robinsons. Pour exemple, au Moyen Age, les seigneurs peu investis en économie, ont partagé les compétences des abbayes, véritables industries pour "vêtir le royaume d'un blanc manteau d'églises" et redevenir une puissance économique durable: la féodalité.
      Les charognards rejoindront les victimes dans une logique immuable.
      C'est pourquoi je soutiens le concept de population tampon qui, par paresse, négligence, mépris, lâcheté, subira le premier choc tandis que les prévoyants auront su détourner l'attention des charognards. Attention toutefois, cela n'est pas une garantie, nous avons aussi nos boulets qui, tout survivalistes qu'ils soient, paieront rapidement leur manque de cohérence.
      Un bémol dans votre raisonnement qui implique l'idée de violence puisque les bellatores sont votre première catégorie, ce à quoi je ne crois pas beaucoup. Une armée se lève si les ressources suffisent, sinon, ce n'est qu'une bande armée...Des pillards, justement.
      Une situation violente de chaos ne serait qu'une phase transitoire dans laquelle nous n'aurions pas le temps d'agir avant qu'une nouvelle autorité ne prenne le dessus, ce à quoi je crois le plus. Je ne suis pas devin et j'ignore qui sera cette nouvelle autorité, mais ça ne sera pas forcément mieux que maintenant. Dans ce scénario comme dans tous les précédents, les FO ont toujours suivi le pouvoir et une partie de l'armée n'a fait qu'un vague putsch dans les années 50 avec un résultat fort mitigé.
      En terme de vertu, ne nous plaçons pas au-dessus du commun en cas de rupture car nous profiterons du bordel ambiant pour faire, hors cours officiel, du marché noir, du vol de ressources s'il n'y a pas échange et du pillage si les biens appartiennent à celui qui sera déclaré ennemi.
      La camaraderie, le talent et la patience sont pour moi les seules vertus valables, quel que soit le scénario.
      cc

      Supprimer
  26. Merci Vianney,

    Cette liste n'est évidement pas exhaustive. Il y a des nuances. Certains de la zone templière peuvent aussi basculer dans la vermine par le choix mercenaire. A force de dureté, on peut aussi basculer...
    Mais, si l'on reprend ce schéma, pour réfléchir encore dans le cadre du débat abordé, on peut tout de même, au regard de ce schéma, réfléchir aux moyens, pour chaque catégorie, d'améliorer son office et sa survie pour la protection vis-à-vis des rapines et des violences en tous genres.

    J'excepte la catégorie des charognards, dont la survie m'importe peu, sauf dans l'exploitation que l'on peut faire, dans le cadre du renseignement, de la saisie de quelques individus... La moisissure évolue au gré des vents, et quand le charognard rejoint la charogne, ce n'est là qu'un retour aux sources, sans victimisation aucune.
    Globalement, je suis d'ailleurs d'accord avec les propos de Pierre Templar.

    Concernant les Templiers, l'entraînement et la doctrine me paraissent les fondamentaux, surtout au niveau des officiers (comme pendant la guerre d'Algérie ou celle d'Indochine). Conserver un cœur en l'absence de pitié n'est pas donné à tout le monde…

    Les Robinsons, par contre, ont énormément de choses à connaître à apprendre, puis à maîtriser, dans toutes les disciplines. Plus on est seul, plus on doit être, polyvalent. Le principal étant donc de maintenir la santé à son meilleur niveau, ce qui est loin d'être évident quand on n'a plus 20 ou 30 ans, et que les pharmacies sont fermées ou ont été dévalisées... Savoir se reposer, se relaxer me paraît indispensable. Mais c'est parfois aussi dur que d'imaginer traverser seul sur un radeau le pacifique... Peu l'ont réussi. Cela leur demande aussi d'avoir choisi leur refuge de la manière la plus opérationnelle, et de se tenir très informés des événements.

    Concernant les victimes ordinaires, non entraînées et prises au dépourvu, le souci est plus vaste encore. La qualité de l'environnement se raisonne en la qualité du voisinage. Le regroupement peut s'imposer : par groupe de trois maisons par exemple ; huit personnes pouvant être regroupées par maison. Et d'opérer des roulements : sentinelles, repos, activités, reconnaissance ou troc. En mode binaire de préférence. Sauf à regrouper déjà des spécialistes, comme en peloton militaire.

    Toutes les idées sont les bienvenues, pour améliorer la défense face aux hordes barbares, qui ne contentent pas du 12. Les voyous ont déjà des mortiers !

    personne


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les voyous ont déjà des mortiers et bien plus._._

      Supprimer
    2. Voilà si 100 bonhommes arrivent a semer la pagaille ainsi imaginez des dizaines de milliers ._._ http://www.fdesouche.com/965341-florence-italie-groupe-de-100-migrants-senagalais-seme-terreur-centre-historique-suite-a-mort-dun-de-leurs-compatriotes

      Supprimer
  27. Tout d'abord, merci M. Templar pour votre blog excellent.
    Cela fait plusieurs mois que je le suis. Je l'ai lu depuis le début, j'ai eu l'occasion d'apprécier son évolution sur la forme notamment avec les photos du début que vous avez bien fait de faire disparaître (car absolument pas à la hauteur de ce blog) et le bon choix des suivantes... Concernant le fond, rien à dire ... ou plutôt si, qu'il est le fruit d'une longue maturation. Ce qui est intéressant c'est la qualité des réflexions, l'absence d'égo (du moins chez + de 90% des intervenants), pas de polémiques inutiles et un vrai travail. Je vais acheter quelques dossiers dans les prochains temps. D'un naturel prudent, j'ai voulu voir de quoi il s'agissait avant. Sur le long terme et après quelques mois, ayant confiance, j'ai conseillé (et je continue) ce blog à quelques personnes honnêtes triées sur le volet.
    Je remercie aussi les contributeurs réguliers et quelques autres pour la qualité de leurs interventions qui viennent compléter utilement le gros travail fait par M. Templar.
    La force exclue la violence, les bisounours et les ayatollahs, c'est ce que je trouve intéressant au sein de ce blog. Nous n'avons plus le temps pour cela !
    Sans souhaiter le chaos, il faudrait être inconscient ou fou pour cela, j'ai une famille et des enfants et je suis réaliste, j'apprécie ici la rigueur du raisonnement général et son fil conducteur. Si je vais rendre visite à d'autres blogs qui ont des approches un peu différentes, c'est avec plaisir que je reviens régulièrement ici (presque tous les jours).
    Militaire, amené à bouger tous les quatre ans, il va falloir que l'on se pose, ma famille et moi, dans les prochains mois, au maximum dans les deux ans qui viennent. Votre blog m'aide beaucoup dans cette réflexion. Une fois le lieu défini, je contacterai avec plaisir ceux qui seront dans le département et alentours.
    Pour ceux qui découvrent ce blog, sachez qu'il vaut le coup. Par ma modeste expérience, n'hésitez pas à rester, le niveau de réflexion est parfois très élevé, jamais pédant mais toujours réaliste !
    Je vous souhaite à tous une bonne fin de journée et au plaisir de vous lire !
    A bientôt,
    Vlad7

    RépondreSupprimer
  28. Merci Vlad7, de votre appréciation quant à mon classement qui reste cependant imparfait. Et bienvenue sur ce blog. Merci encore à Pierre Templar de nous y avoir invités.

    La situation à laquelle nous sommes confrontés est effectivement proche d'une fin de civilisation. Les marchands se sont accaparés le pouvoir, et se fichent bien des modalités des pays et des peuples qui engraissent nos élites, pourvu qu'on ne les en déloge pas... Et c'est bien le mal aujourd'hui que tout le monde obéit à l'injustice, sans que cette obéissance - sans doute un fait unique dans l'histoire des civilisations - en contre partie, concoure à l'élévation de la société. Plutôt même à son abaissement... La chute est amorcée depuis longtemps, mais le temps s'accélère. Vous qui avez des enfants, vous songez sûrement plus encore à la responsabilité que cela engendrera pour les générations futures. Je raisonne, en ce qui me concerne, au niveau des œuvres, des idéaux. Tout a commencé par là, tout finira par là. Peut-être...

    Je sais que les policiers comme les militaires sont pour la plupart des gens fiables. Je ne parle évidemment pas des hauts commissaires ou généraux Francs-maçons, il y en a. Je parle des hommes de terrain, depuis les simples soldats, des humbles agents de police jusqu'aux capitaines ou commandants aujourd'hui, qui assument le courage et l'honneur quotidien.

    Parmi tous ceux-là, c'est humain, si la situation dégénère brutalement, beaucoup auront la tentation de rentrer au bercail protéger en premier lieu leurs familles. Mais d'autres poursuivront leur mission, vaille que vaille, et des premières défaillances, beaucoup reviendront, une fois la sécurité mieux couverte, retrouveront le sens du devoir. Sans juger les uns ou les autres, nous savons qu'il y aura beaucoup de gens de bien parmi les gens d'armes qui assureront la sauvegarde des gens ordinaires, des faibles et des opprimés, à l'instar des chevaliers preux d'antan.
    Le grand art surgissait des civilisations qui apprenaient encore la maîtrise et le perfectionnisme à tous les niveaux de la hiérarchie et dans tous les secteurs d'activité. On est loin là du monde contemporain qui a dilué l'esprit autant que mal faire se peut, en allant jusqu'à renier ses fondements, et toute la noblesse de ses identités.

    Demain le chaos ? Qui sait. Mais ce que sera demain pour chacun, malgré le flot d'incertitudes, se vit déjà aujourd'hui. Dans toutes les formes de préparation, en essayant de faire de son mieux selon ses moyens, son environnement, les possibilités restantes d'améliorer ses positions. Et ses alliances.

    Au plaisir aussi de vous lire

    personne

    RépondreSupprimer
  29. Vous m'avez mal compris CC.

    Je n'ai pas dit que les templiers rejoindront les Robinsons. Je dis que j'honore les templiers et que je respecte les Robinsons. Nuance. Les Templiers ne sont pas à proprement des survivalistes parce que beaucoup se destinent au sacrifice pour les autres. Ce sont aussi des hospitaliers, en plus d'être des protecteurs et des combattants aguerris. Leur mission, c'est l'exemple !

    Si vous laissez entendre que les charognards rejoindront les victimes, ce sera bien du fait principal des Templiers, dont l'une des missions sera précisément la dératisation.

    Les Robinsons feront tout leur possible pour rester à l'écart, mais ce sera dur ! Leur action coercitive, cependant, par principe sera limitée. D'où la nécessité des Templiers. Rassurez-vous, il y aura du boulot pour tout le monde !

    Les fragiles, en grand nombre, auront à assurer leurs arrières, et leurs devants ! Seuls, ils n'y arriveront pas. C'est pourquoi, ils devront absolument s'organiser pour survivre. N'oublions pas que même un Templier peut s'affaisser dans la fragilité, même un fort peut agoniser de ses blessures, ou être tout simplement malade…

    Je connais bien le problème de la minorité des activistes au courant des années d'Algérie - mon père en était. Et leur nombre, en métropole, ne dépassait pas 4000… Cependant, la situation n'est pas comparable, la métropole voyait venir ses années d'insouciance après tant de labeurs de la reconstruction et pour beaucoup le souvenir de la douleur des années précédentes. Les métropolitains étaient trop contents de se débarrasser des colonies… Sans se soucier des abandons et des trahisons de toute nature…

    Et puis, le Général de Gaulle, quoiqu'on en pense, bénéficiait encore d'une aura considérable qu'il avait soin d'entretenir par son pouvoir absolu sur l'ORTF, alors média plus limité qu'aujourd'hui. La France n'avait que 40 millions d'habitants, bien plus endogènes qu'aujourd'hui. Il y avait une certaine homogénéité des valeurs et une fierté nationale.

    En 1945, la population rurale était encore évaluée à 60% de la population française. Beaucoup possédaient un jardin, un potager, quelques arbres fruitiers, parfois même un peu d'élevage de poules ou de lapins, tous les voisins se connaissaient. On troquait naturellement. Les gens partageaient. Le moindre village avait ses fêtes, et non seulement pour les touristes, beaucoup nombreux qu'aujourd'hui. La plus grande partie de la jeunesse était éduquée moralement. Beaucoup étaient passés par le catéchisme, les communions, le scoutisme, les colonies de vacances, les camps de jeunes, les campings, etc. Ce qui fait qu'ils avaient appris et partagé le sens de la discipline, des valeurs et de la communauté. Les maîtres d'écoles étaient respectés. On parlait plus de devoirs que de droits ! L'un n'allait pas sans l'autre. Les familles étaient plus souvent soudées, proches, on faisait même le tour des cimetières familiaux à la Toussaint.

    Cette société là a totalement volé en éclats.Elle n'existe quasiment plus. L'individualisme et le consumérisme, s'alliant même à la nouvelle bien-pensance, ont vampirisé le quotidien. Combien aujourd'hui pourraient survivre ne serait-ce que trois semaines avec suffisance d'alimentation, sans passer par le supermarché, sans produire. J'ai même entendu une fois un maghrébin dans un bar dire : vous, les français, en cas de pénurie d'essence et de supermarchés, vous ne tiendrez pas plus de 3 jours ! Avait-il vraiment tort ?

    Bien à vous, personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien compris votre propos, et par voie de conséquence, je vous dis que les combattants rejoindront les artisans. Les véritables patrons seront ceux qui produisent. Ils dirigeront ceux qui combattent. Ceux-ci ne prendront le pouvoir que sous la bannière d'une autorité très grosse ou en se comportant en bandes errantes.
      En gros nous sommes d'accord sur l'essentiel.
      cc

      Supprimer
    2. Tu vois personne quand tu veux tu sais être sympa avec les ruraux.Tu reprends même les thèses que tu réfutes quand d'autres les tiennent en tes lieux et place.
      "Un jardin ,un potager quelques arbres fruitiers,parfois un peu d'élevage de poules de lapins;tous les voisins se connaissait."
      Tu peux mettre au présent et c'est chez moi,enfin chez nous,enfin chez les comme nous.Ceux que tu traites de ploucs pschychotruc.
      Et cette société n'a pas encore volé en éclats. Pas encore.
      Par rapport aux itinéraires,je fais jamais de photo,j'ai une très bonne mémoire visuelle,et excellent sens de l'orientation.
      Ha ça fait plaisir de voir que j'ai deux fois raisons!!
      J'espère que je vais pas être censuré pour le coup.
      Por favor.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  30. tempête Emma en angleterre ce que les médias ne vous ont pas montré:https://fr.sputniknews.com/international/201803051035388422-tempete-emma-rayons-vides/

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour,

    Je me garderai bien d'avoir un avis tranché sur la question.

    Actuellement, il fait 19 degrés dans ma maison, mon frigo est plein, j'ai du super dans le réservoir, l'eau coule du robinet.
    Toutes les conditions sont requises pour les bons sentiments, et pourvu que ça dure.

    Mais si un jour...quand j'aurai mendié dans tout le quartier, quand j'aurai brulé mes meubles et mon parquet, quand j'aurai mangé mon chien, et que ça n'aura pas suffit pour sauver le plus fragile de mes enfants...
    Alors peut-être...oui peut-être...je deviendrai le plus grand salopard de la decenie.

    Plus que la racaille de l'ordinaire, je crains beaucoup plus le mec qui explosera après avoir subi une vie de soumission et de convenances.

    Amitiés,
    AZ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne fait QUE 19° ???

      Bein moi dans ma "cabane" il fait 25 dans mon fauteuil, presque 30 là où je dors , alors qu'il y a encore de la neige non fondue à l'ombre.
      Et cela pour une consomation de un stère de bois par semaine soit trois litres d'essence de tronçonneuse pour un mois.
      Mes frigos sont vides ils servent d'armoires contre la poussière.
      Ma voiture sert une fois par mois, parfois une fois tout les deux mois pour le ravitaillement basique et uniquement pour des produits qui seront tôt ou tard produits chez moi ou mes voisins. Exit crackers et autres bouffe industrielle. Tout les mois ma réserve de riz sel poivre condiments augmente légèrement. Une fois par an c'est mon stock de blé maïs orge qui est compléter pour compenser ce que mangent mes poules.

      La pluie me ravitaille en eau et un filtre à eau potable doit remplacer un jour les 20 centimes quotidien d'eau en bouteille soit 6€ par mois.

      Nous allons TOUS exploser un jour ou l'autre, la patience et l'espoir a ses limites.
      Quand j'aurais fabriquer mon cercueil et acheter ma place au cimetière il ne faudra VRAIMENT PAS me faire chier.

      21000dijon

      Ps : quel merde ce recaptcha.

      Supprimer
    2. Personnellement, si je vois s'inviter à la fête, en brandissant une tronçonneuse, un furieux au regard en sécateur, je ne prendrais pas le temps de le laisser m'expliquer qu'il a fécondé sept nains avec Blanche Neige et que Simplet est très malade. Ou que, ayant goûté la chair tendre de sa voisine, en bon humaniste réconcilié, il préfère finalement l'humain au poulet...

      Je le fume aux petits oignons (en chevrotine liée) ! illico presto, je le renvoie, en tarif prioritaire (au diable l'avarice), au pays de la Belle au bois dormant. Libre à chacun de tenter de réanimer la passoire, en lui faisant le coup du bouche à bouche - à condition de ne pas être, bien sûr, allergique à ses oignons !

      P.S. La courtoisie a ses limites.

      Amitiés... personne

      Supprimer
  32. Bonjour à tous, une question : Peut on être considéré comme pillard lorsque on a la force, le droit que l'on s'octroie ou la responsabilité d'un groupe dans une zone que l'on contrôle ou que l'on va contrôler. N'est ce pas simplement une "prise de guerre " ? Dada.

    RépondreSupprimer
  33. C'est avec le même genre de fourberie de raisonnement que les vainqueurs de la seconde guerre mondiale ont établi leurs jugements... comme écrivait Carl Schmitt : un crime de guerre allemand, c'est un crime allemand. Un crime de guerre allié, c'est la guerre !
    En vérité, un crime est un crime - qu'il soit allemand, russe ou yankee.
    Réponse a la question.

    RépondreSupprimer
  34. L'armée et les JFOM : PERSONNE NE LE SAIT...!!!
    A lire absolument pour ceux qui ignorent la véritable raison. Chirac a eu raison de supprimer le service militaire mais il aurait du en donner la raison. Et Macron qui veut le réinstaurer, ou c'est un naïf ou un idiot utile de l'islam. Comme disait Simone de Beauvoir << le principal fléau de l'humanité n'est pas l'ignorance mais le refus de savoir >>. Pourtant l'ancien roi du Maroc, Hassan ll nous avait averti <>.
    FAUT SURTOUT PAS LE DIRE ....!
    CELA RESTE UN SECRET GOUVERNEMENTAL....!!!

    Chirac a supprimé le service militaire car, avec des beurs en grand nombre, l'armée n'aurait pas été gérable.
    A cela il faut ajouter qu'avec la parité il aurait fallu que tous les jeunes fassent le service : hommes et femmes ce qui n'aurait pas été supportable par les populations maghrébines qui n'auraient pas voulu de filles sous l'uniforme, surtout un uniforme français!

    Officiellement, personne ne sait pourquoi le service militaire a été supprimé : personne ne l'avait demandé.
    Un référendum aurait été le bienvenu.
    Aucune explication n'a été donnée aux Français!
    Aujourd'hui la situation dans les armées commence à se dégrader sérieusement.
    Et s'il y avait un conflit entre la France et l'Algérie ?

    Aïcha, attirée par l'armée, ne s'imagine pas faire la guerre contre les siens :
    " Dans ma tête, je suis algérienne, je ne me sens pas française. Pour moi, l'armée c'est pas le fait de se lever pour une nation, c'est découvrir un métier."
    Un rapport du Ministère de la Défense de janvier 2007 invoque " l'attitude intransigeante et revendicative tournant à la provocation" des JFOM (jeunes Français d'origine maghrébine) et de " la sur-délinquance au sein même de leur régiment."
    Un jeune officier parachutiste raconte que, dans son unité, les JFOM (jeunes Français d'origine maghrébine, dans le langage militaire) passent leurs journées au foyer à boire de la bière en regardant des films et qu'à la moindre réflexion, ils adressent au chef de corps un rapport dénonçant le racisme de l'officier qui, convoqué par le colonel, est obligé de revenir sur la sanction.
    A Saint-Cyr, on envisage la mise en place d'un système inspiré de celui de Sciences-Po et de ses conventions avec des lycées de zones d'éducation prioritaires.
    «L'objectif c'est de pouvoir appeler un jour le général Ben Babrouf ou le colonel Mohamed ».

    L'état major.html (source)
    Dans la Marine, les officiers n'oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Charles de Gaulle.
    Une soixantaine d'engagés volontaires, tous de parents maghrébins, avaient pris en otage leur officier.
    Après s'être retranchés 2 jours dans la cafétéria du porte-avions, ils avaient dû être délogés par un commando de fusiliers-marins.
    Ces «beurs» réagissaient contre une punition collective infligée à la suite d'une rébellion survenue lors d'une mission au large de la Yougoslavie, au cours de laquelle les Super-Etendards avaient effectué des frappes sur le Kossovo considéré par les recrues musulmanes comme un sanctuaire islamique..
    Les jeunes « Français » d'origine maghrébine commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d'obéissance,
    6 fois plus d'outrages à supérieurs et 8 fois plus d'insoumission.
    L'aumônier musulman en chef des armées françaises prépare l'organisation du prochain pèlerinage à La Mecque pour une quarantaine de soldats et une équipe d'aumôniers. Le projet lui tient particulièrement à cœur.
    Vive la Nouvelle France !!! ( PAUVRE FRANCE ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le ver est dans le fruit depuis longtemps déjà dans tous les domaines culturels. Beaucoup s'y sont montrés indifférents, sinon en ont ri. Alors que pourtant même le patrimoine culturel est le secteur primordial dans l'économie, puisque le tourisme en dépend, qui est la première économie nationale, européenne, et peut-être déjà mondiale... C'est de l'idéologie et de ses formes accomplies qu'a procédé méticuleusement la déconstruction de la civilisation.

      Du rapport entre le service militaire et le service de la nation, de la communauté d'un peuple, il y avait comme une évidence. Tous les officiers étaient animés jadis de cette foi, de cette doctrine. Là encore, il y a eu travestissement, trahison, jusqu'aux plus hauts sommets de la hiérarchie semble-t-il. Le service comme seul apprentissage professionnel, si ce n'est pour constituer une armée de mercenaires au service des instances internationales - y compris contre les intérêts du peuple !

      Les faits mentionnés ci-dessus le prouvent : les traîtres aujourd'hui plastronnent. Pour combien de temps ? Car, en cas de chaos formidable et durable, une chose est sûre, la justice devient implacable, sans compromission, sans corruption. Immédiate, publique, sans appel.
      On ne perd pas son temps à graisser les rouages de la machine judiciaire et les profits des magistrats ou des avocats. Du chaos, procède le nouveau talion.
      Le risque de suite d'une période d'anarchie, écrivait Platon, est certes la tyrannie. Mais de la tyrannie même, poursuit-il, s'extrait la nouvelle aristocratie. Ce dont notre société souffre le plus aujourd'hui est l'absence totale de réelles élites, qui incarnent l'exemple plus que l'image d'une carrière satisfaite.

      Courage, personne

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      Si l'on vous suit bien, il faut s'attendre aussi - si je puis dire - à une guerre civile dans l'armée ! Et dans la police... Avec un contrôle des armes en régiment ou bureau plus qu'aléatoire donc... Ça promet... Qui plus est, si les préfectures sont aussi noyautées (et les gendarmeries), on peut en déduire que, rapidement, les dits excités obtiendront les listes et les coordonnées de tous ceux qui possèdent légalement des armes... Cela pour en faciliter la récupération pour des motifs qui relèveront évidemment pas du tir sportif...

      personne

      Supprimer
  35. Appelé en 83, je suis volontaire pour servir sur la Porte Avion Clémenceau et partir faire la guerre au Liban.

    déja a l'époque, mes copains d'unités combattantes me faisaient état d'un probléme relevé par la hiérarchie avec les Beurs qui en grand nombre apprenaient de bon coeur le maniement des armes et explosifs pendant leur service, alors que nombre de petits blancs préféraient une planque (fourrier cuisine etc... ) 1983... Le ver dans le fruit déja..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, à la même période, les gradés d'origine CPF ne pouvaient pas aller au Liban, je parle au sol....nous n'avions que des officiers et sous off de souche....le vers était déjà dans le fruit.... Dada.

      Supprimer
  36. Chers compatriotes l heure est très très grave désolé http://www.fdesouche.com/965497-chef-dal-qaida-appelle-musulmans-maghreb-a-combattre-france

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et qu'y a-t-il de nouveau là dedans? Serais-tu en train d'ouvrir les yeux?

      Supprimer
  37. bonjour à tous, je fis autrefois mon service militaire, volontaire pour les troupes aéroportées, c'était encore l'époque ou les anciens d'Algérie étaient nombreux, et d'autres en Afrique subsaharienne, il etait clair que les problemes racontés plus haut n'existaient pas. le samedi soir permettait quelques explications avec la racaille locale, histoire de vérifier l'esprit de corps au cas ou un camarade fut légèrement incommodé dans un bar. c'etait le bon temps.
    bien plus tard, j'ai pu observer dans les forces de l'ordre, l'entrisme de certaines CPF, quelques uns , fils de Harkis étaient fiables, mais d'autres étaient plus que léger sur la voie publique, et quands à l'ambiance, grosse tendance à chouiner si quelque chose leur déplaisait, bref pas fiable , s'en méfier !
    quands j'écoute ce qui se pase dans les armées, actuellement, je ne peux que confirmer en dépit des belles émissions télévisées qui nous vantent le contraire, le combattre ensemble , toussa, mon oeil!!!!!!
    je suis fort heureux que ma descendance ait aujourd'hui atteint la majorité, je leur ai fourni quelques formations pour le cas ou avant qu'ils ne prennent leur envol et ils savent quoi faire si chaos il y aurait.
    de par mon pseudo, je dois donc me considerer plutot comme Teutonique que Templier, mais la fonction est la meme.
    je pense que si un chaos arrivait, le bouleversement qui suivrait la GROSS explicazion verrait une forme de féodalisme s'installer et un retour à trois classes principales oratores, bellatores, laboratores. avec leurs competences et utilités respectives.ceci etant pris au sens tres large.
    j'ai pu observer autrefois le comportement des pillards aux iles loyauté. ils avaient été vite stoppés et quands nous en attrappions un, nous lui expliquions que ce qu'il avait fait n'était pas bien au moyen d'arguments persuasifs avant de restituer son bien à la victime.
    par contre la récupération, je n'ai rien contre, un bateau abandonné qui flotte encore, un avion ou une voiture délaissés peuvent etre utiles. j'irai meme jusqu'à voir si la résidence d'un ancien politique corrompu est susceptible d'etre intéressante . là, les scrupules ne me tourmenteraient que moyennement .
    chaque jour les nouvelles du front Italien m'apportent des informations , par exemple ce qui s'est passé à Florence. nous nous rapprochons de l'issue de cette situation malsaine. la retraite me permet de m'entretenir efficacement. nous verrons bien si le mois de mars se révèlera bientot agité, comme 50 ans au paravant.
    bonne préparation à tous HERMAN STOSS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Herman Stoss, Vous pointez dans votre dernier paragraphe votre tolérance au pillage: un politocard, un cpf, un voisin con ou n'importe qui décrété ennemi pourrait faire les frais d'un syndrome dit "des pattes qui collent". Seul notre curseur nous ferait ou non franchir le pas.
      Les cpf ont très bien compris le concept: il suffit d'être blanc, catholique, autres au choix...pour s'adonner à qui mieux mieux au vol, viol, torture, pillage, sachant que le vol n'est qu'un plus.
      Il suffit de voir comment se sont comportées les troupes "françaises" en Italie en 44, avec l'assentiment de leurs officiers, bien français cette fois. Ca c'est pour le coin culture.
      Bref, chacun de nous peut se comporter d'une manière dont ne nous sommes pas habitués, je ne jugerai pas car pour moi, l'ennemi reste l'ennemi, gentil ou pas. Pour les ordures de mon camp, et il y en aura, les sanctions ne sont pas faites pour les chiens.
      Je ne saurais trop vous conseiller la lecture de La gestion de la barbarie, bréviaire du parfait jihadiste et dont le leitmotiv est l'humiliation et l'épuisement de l'ennemi. En lecture, c'est entre l'école militaire et contes folkloriques mais très éclairant sur la mentalité de nos amis embabouchés. Comme ils n'ont pas de règles, ils ne peuvent être vaincus.
      C'est tout ce qui nous manque: l'absence de règles contre un ennemi qui s'en fout car s'il meurt, il rejoint les 72 vierges; s'il vit, il continuera son carnage.
      Les grands dictateurs du XXème Siècle risquent de passer pour d'aimables troubadours avec ça.
      cc

      Supprimer
    2. Pourquoi imaginer un retour au feodalisme ??

      Pourquoi ne pas oeuvrer dès aujourd'hui pour une évolution vers une démocratie directe inspirée du systeme suisse.

      Mais il faudra se battre pour y arriver, et pas seulement avec des mots mais des armes.
      Nous pouvons considérer que le peuple Français est soumis à des forces d'occupation étrangères qui le pille et le détruise à petit feux.

      Ce sont d'une part la city de Londres et son
      larbin de wallstreet, et d'autres part la chair à canons africaine pour le sale boulot.
      Chair à canons gratuite, consommable à foison vu sa natalité, et stupide puisqu'elle endette sa famille pour payer sa migration vers une zone où elle est destinée à récurer les chiottes et vider les poubelles alors qu'il y a entre 20 et 30% de chômage chez les blancs.

      Faites des recherches sur le sort des peuples Ecossais et Irlandais au 16eme et 17eme siècle. Et vous verrez le sort destiné par la city aux peuples européens et africains.
      Faites des recherches sur la condition ouvrière anglaise au 18eme siècle victime du liberalisme anglais cher à Voltaire et la condition ouvrière française protégée par les corporations ouvrières gestionnaires de la "sécurité sociale" de l'époque en "partenariat" avec l'église catholique et la police des grains.

      Les juifs de Palestine AVANT 1940 ont du se battre contre les forces anglaises qui occupait le moyen-orient depuis 1919 et contre les arabes wahabites qui voyaient d'un sale oeil les réussites économiques et sociales des kibbouttz installés dans des champs de cailloux incultes et dans des marécages infestés de paludisme.
      Les féodaux arabes passaient pour des cons aux yeux des fellah qui voyaient les juifs pomper les marécages pour arroser les déserts de cailloux , tout cela achetés avec de l'or au prix fort.
      Desert de cailloux qui devenaient fertiles et productifs, sans oublier la contagions des valeurs sociales prônées par les kibouttzims. De là vient la guerre en Palestine.

      Coincés entre la majorité arabe et les forces d'occupation anglaises hostiles , les juifs ont dûs s'organiser dans la clandestinité.
      Ainsi est d'abord né la haganah ( force d'auto-defense ) puis l'irgoun puis la bande stern.
      Bisounours puis représailles puis terrorisme au fils des ans et des massacres perpétrés contre les juifs par les wahabittes sous l'oeil indifférent et complice des anglais qui ne voulaient qu'une chose : le pétrole.

      Ce qui a été fait peut être refait.

      Vu le carnage prévisible il est de votre devoir de jeter les bases du futur maquis qui protégera votre commune ou votre canton. De vous inspirer de la Suisse pour sa démocratie directe et de son service militaire et de la Haganah juive pour avoir réussi à se créer sous le feu ennemi et la répression anglaise.
      Tot ou tard vous devrez recréer une conscription militaire dans votre commune ou votre canton pour protéger vos familles et pour châtier traitres et collabos.

      Et cela non pas sous la répression anglaise mais sous celle de paris et bruxelles.

      Supprimer
    3. "Ce qui a été fait peut être refait." Justement pas. On ne peut absolument pas comparer les années 20 et 30 et la situation actuelle, quelque soient ses sympathies.
      Qui plus est, concernant l’État d’Israël en était à sa nouvelle genèse, soutenue par une partie de la diaspora juive mondiale, dont beaucoup des USA.
      Notre nation, notre Europe, notre civilisation même sont à l'agonie. Et il ne faudra attendre aucune aide extérieure -même pas un capital de sympathie...
      Au temps des persécutions des Irlandais, et notamment de la famine déclenchée par les Anglais, qui laissèrent des millions d'Irlandais au cercueil, d'autres millions partirent aussi au Far West - du temps où le fait d'être blanc,européen, ouvrait malgré tout beaucoup d'horizons dans tous les autres continents. L'avenir était dur, il fallait travailler et avoir de la chance, mais il était encore possible.

      (ne me rappelez surtout pas que j'ai écrit que tout est possible, svp !)

      La jeunesse actuelle n'a plus rien avoir avec celles d'antan, elle n'a plus ni son énergie, ni son élan, ni sa foi - sauf pour des stars de pacotilles, des jeux vidéos, des portables, des matchs de foot et des concerts... Autant dire le néant ! Elle refuse la douleur, sauf celle des autres (son côté sadique). Elle ne cherche surtout pas à recréer le monde, ou à en inventer un différent !

      Son seul idéal : s'adapter au système, gagner le maximum d'argent en en foutant le moins possible. Génération boursière...

      La Suisse est un pays déjà constitué dans une époque plus favorable et qui bénéficie d'une longue tradition. Il n'est pas sûr qu'elle ne soit pas touchée à son tour.

      Les Africains, par exemple sont plus d'un milliard, dans quelques années 2 ; et avant la famine du siècle, 4. Nos chers mondialistes (qu'ils crèvent)préconisaient déjà le bienfondé d'en faire venir 100 millions en Europe. Il s'agit d'un projet délibéré de génocide. Dans quelques années, il diront : 300 millions. et pourquoi pas éliminer tous les blancs pour en loger un milliard ?

      Sûr qu'ils y a des traîtres. Mais ils sont déjà des dizaines de millions rien que parmi les européens. Et ce sont des milliers de haras qu'on en fait débarquer en cheval de Troie. Ça hennit de partout !
      A en souhaiter une pandémie totale sur la planète pour remettre les pendules à l'heure... Les animaux sauvages ont déjà trinqué.

      Retour à la nature. Juste Adam et Eve pour apprécier les couchers de soleil, et les nuages sur les cimes...

      Je crains bien, comme CC, que ce soit moins un choc direct, une oeuvre au noir qui provoque l'alchimie, qu'une longue pourriture, une moisissure rampante qui s'attaque au moindre relief, emportée pas le vent vers chaque centimètre carré. Nous sommes déjà plusieurs milliards de trop. Et la planète va se rétrécissant...

      Un Robinson pourra encore ouvrir son îlot, son ermitage, aux justes de passage, derniers contemplateurs parmi les derniers des hommes.
      Il y aura bien quelques ultimes moines combattants, des préludes aux symphonies inachevées. Quelques notes qui siffleront au-dessus des tempêtes, quelques étoiles extraites des temps obscurs. Juste pour l'exemple.

      personne

      Supprimer
    4. L'espèce humaine, la plus malfaisante de la création, et dont je fais partie, ne peut continuer à se reproduire à l'infini. Si l'espace est infini, la Terre, elle, ne l'est pas.
      Il y aura forcément un coup de frein brutal à cette démographie exponentielle, juste avant le "point de non retour". Juste avant, car rien n'est dû au hasard...

      Supprimer
    5. Richard, la démographie exponentielle ne le serait pas si l'homme vivait en accord avec les lois de la nature.
      La terre pourrait nourrir deux fois plus d'habitants, ce n'est pas le problème ; le problème est que les gens confondent les possibilités de la planète avec celles qu'aurait la civilisation industrielle à nourrir autant de monde sur le long terme. Ces possibilités sont, elles, très limitées et ne pourront mener qu'au "coup de frein brutal" dont vous parlez.
      Arrêtez donc de vous préoccuper sans cesse de la démographie, vous êtes à côté du véritable problème.

      Supprimer
    6. Bonjour monsieur Templar,

      Je crois au contraire que la démographie est l'un des enjeux les plus importants de l'avenir. Nos ennemis l'ont d'ailleurs bien compris. L'arme démographique sera toujours plus un prétexte à notre destruction. L'alimentation n'est que l'un des aspects engrangés par cette problématique. Tout d'abord, nous savons que parmi les reproducteurs, les populations européennes sont loin d'être dominantes. Tandis que nous rétrécissons notre champ ethnique, d'autres l'accroissent, y compris au dépens de notre espace vital.A terme, objectivement, c'est le génocide programmé des populations indo-européennes. Premiers aspect de la question.

      Dans le champ ethnique, au plus large, j'inclus la langue (proche en cela de Herder), l'éthique, la logique, l'esthétique, et beaucoup d'autres choses encore.

      Ensuite, une masse exponentielle continue ne peut être viable. Il faut bien que cela s'arrête. 8 milliards, 20 milliards ? Cinquante milliards etc ? Les progrès de la médecine font partie de cette civilisation industrielle, ils en sont aussi l'un des alibis majeurs. Et donc, il faut conclure que, dépassé un certain de stade, la médecine joue contre l'humain autant que contre le spirituel. Faire en sorte que les hommes vivent plus longtemps, tous centenaires ? Comment cela pourrait-il ne pas avoir d'impact sur l'organisation de la société, qui sera alors nécessairement encore plus technocratique.

      Au-delà de l'aspect alimentaire, la démographie implique la gestion des humains, l'organisation de la société. Encore plus d''humains = encore plus de circulations, de productions industrielles. Qui des transports pour dix milliards, 20 milliards d'humains ?

      Ensuite, il est évident qu'un accroissement inconsidéré des humains a une incidence très grande sur le bouleversement des paysages, du fonctionnement de la nature. Parmi tous ces milliards qui se reproduiront comme des lapins, combien d'être responsables ? Les êtres responsables, disciplinés, ont toujours été en minorité. La majorité de 1000 individus est beaucoup plus gérable que la majorité de dix milliards. Le pouvoir d'une grand État est obligatoirement plus grand que celui d'une petite communauté. Ses incidences aussi sur toutes les formes de son environnement. Comme la modification, après la destruction, de tous les termes de son identité (coutumes, langues, philosophie, fêtes, art, esprit, idéaux...). La civilisation industrielle est elle-même le résultat de ces diverses modifications. Cela fonctionne dans les deux sens.

      Et puis, l'homme moderne, sans posséder les qualités de la noblesse, ou se justifier d'opérer ses mérites autrement, uniquement obsédé par ses profits et loisirs, ne cherchera pas non plus à plus travailler.
      De qui va-t-il profiter pour sa "retraite" ? Tous ces milliards d'exponentiels ne représenteraient pas un problème ? D'autant que beaucoup cherchent aujourd'hui à augmenter les technologies pour remplacer l'humain (augmenter l'homme comme ils disent)...

      C'est pourquoi j'avais envisagé que le système cherche à se réguler, préserver même les profits de ses élites, par la restauration de l'esclavage, généralisé ; par un eugénisme nouveau (limitation forcée des naissances) ; et pourquoi pas par la programmation de certaines pandémies.

      amicalement, personne

      Supprimer
    7. Avez-vous bien lu ce que j'ai écrit ? Concernant votre premier aspect : les populations autres qu'européennes accroissent leur "champ ethnique" parce que nous leur donnons les moyens de le faire ! Nous les aidons, à tous les niveaux, par notre argent, nos technologies, et notre propre effondrement moral. C'est la véritable cause du problème et le reste est littérature.
      C'est parce que nous vivons en dehors des lois naturelles, et notamment des principes élémentaires de survie, que ces peuples représentent une menace.
      Le reste de votre argumentaire n'est que l'expression de ce que j'ai dit précédemment, à savoir que la démographie n'est un problème que dans les sociétés industrielles. Pourquoi ? Simplement parce que l'accroissement des êtres humains ne sera jamais "inconsidéré" si - encore une fois- leur évolution suit les lois naturelles.

      Supprimer
    8. Les pillards sont déjà là , ou du moins en progression constante ,tout ces clandestins poussés par des institutions internationales (Onu etc etc etc )se servent joyeusement sans heurts (pour l'instant)dans notre budget d'état avec notre assentiment .Le plan kalergi est mis en route depuis longtemps , mais comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase ,ce n'est que maintenant que l'on se rend compte de ses méfaits.Ce n'est qu'un aspect de cette multifactorielle dont nous n'embrassons pas toutes les composantes:nous sommes la génération qui a eu la chance d'être celle pour qui l'énergie pétrolière a modelé le monde moderne en lui procurant un confort inégalé , il est évident que la croissance de la natalité exponentielle dans ce cadre précis est impossible,dès lors que cette énergie disparaitra.Comme le dit Pierre , il faut repenser notre civilisation dans toutes ses composantes , après le constat de sa non-viabilité a long terme.A ce sujet , lire sur le net "crash course" de Chris Martensen en Français.Les mondialistes se sont penchés sur la question en érigeant les Georgia guide stone aux Us(voir ce nom sur le net)ce nouvel stonehenge contemporain promeut , entre autres choses , la réduction de la population mondiale a 500 millions d'individus ! par quel moyens ? ce n'est pas clairement écrit sur ces pierres ,mais il y a tout lieu de penser que ce projet ne se passera pas avec des batons de guimauve.Alors libre à nous d'envisager un nouveau paradigme,je crains que ce soit les circonstances qui nous l'imposent , si nous vivons jusque là ,pour l'instant essayons de préparer une survie pour le temps possible qu'il nous reste.Salut à tous

      Supprimer
    9. Faites des recherches sur la grammaire:
      "des forces d'occupation étrangères qui le pille et le détruise à petit feux" Non, non, non
      DES FORCES est un pluriel, donc elles pilleNT et détruiseNT
      la "city". C'est un nom propre, donc une majuscule, svp (City)
      "les forces anglaises qui occupait". LES FORCES est un pluriel donc occupaiENT
      tout cela achetés. NON. Tout est un singulier, même si c'est sensé faire beaucoup. Donc acheté sans "s" (ça fait penser aux crétins d'appelés qui écrivaient "un ANS de service militaire parce qu'ils trouvaient ça long. C'est quand même un singulier)
      "désert de cailloux qui devenaient fertiles et productifs". S'ils devenAIENT c'est que c'est un pluriel, donc désertS
      "les juifs ont dûs s'organiser". Non, non. Pas de "s" à "dû", c'est un participe passé
      "Ainsi est d'abord né la haganah ( force d'auto-defense ) puis l'irgoun puis la bande stern". Un festival : Hagannah est un nom propre, comme Irgoun et Stern, un peu de respect, on met des majuscules. Ce que veut dire "respect" ? Pour les noms propres comme pour l'orthographe, voir un dictionnaire
      "au fils des ans". Au fil. Pas plus de commentaires. C'est compris ou définitivement sans espoir.
      "celle de paris et bruxelles". Noms propres, voir plus haut.
      Et ce serait bien d'éviter de ressasser une légende à laquelle on ne croit plus depuis 40 ans (ils viennent faire le travail que les Français ne veulent pas faire):
      "elle est destinée à récurer les chiottes et vider les poubelles alors qu'il y a entre 20 et 30% de chômage chez les blancs". La réalité était "le travail que les Français ne veulent pas faire A CE PRIX-LA".
      On a ouvert grand les vannes de l'immigration pour faire baisser le prix de la main d'oeuvre dans les entreprises qui filaient des enveloppes au Grand Charles pour payer ses campagnes électorales. D'où la légende.
      Et la réalité d'aujourd'hui, c'est qu'ils viennent pour vendre de la came et rouler en Porsche Cayenne en touchant le RMI et la CMU avec la complicité des collabos.
      C'est assez agaçant de voir des donneurs de leçons ne pas respecter la langue de ce pays. Merci de faire un effort.
      Ce que signifie "effort" ? retour au dictionnaire

      Supprimer
    10. Dans la grammaire française, il n'y a rien de plus important, ni de plus ignoré (Clément Marot -XVIème siècle)

      Supprimer
  38. Bonjour à tous.
    Quelques nouvelles du font ......italien !
    L'épisode de Florence est à la fois significatif et relativement peu important.
    C'était un groupe de Sénégalais : braillards, énervés ( 2 morts dans leurs rangs en quelques mois ) mais pas foncièrement méchants .
    D'autres ethnies sont plus, beaucoup plus à craindre . Plus que la religion ( faux nez ) est leur relation avec la mort, les autres, la mort des autres ......
    La jeune italienne de 18 ans violee , tuee ( encore vivante , suspicion non confirmée , étanchéité de l'info à ce sujet précis donc doute naturel , le mieux est l'ennemi du bien ) , le corps lave à l'eau de javel puis dépecé ( seins, vagin , etc à cause du viol ...) transporte dans 2 / 3 valises.
    Loin de moi l'idée d'exciterles passions ou la prose mais la realite du quotidien italien non muselé par la presse normalise les ressentis, à force , et comparativement , les Cpf me semblent jouer petits bras dans la violence et le sang meme s' ils agissent plus nombreux.
    La grogne est devenue colère , on le sent, prête à éclater et déferler.
    Hier , en faisant les courses , mon accent français et mon sourire ne déridaient absolument pas / plus les vendeuses , c'est tout dire ...
    Les italiens, les électeurs italiens viennent de se prononcer , " en avoir ou pas " , ils en ont eu .
    Les électeurs français pour la présidentielle M . Ça leur en a touché une mais pas l'autre !
    Qui va déclencher les premiers une révolution / guerre civile : français ou italiens ?
    Il est prophéties l'avènement d'un dictateur italien qui ira porter la guerre en Catalogne ( indépendance ? ) . M5S ou la Lega , à suivre.
    L'Italie vient de troubler le jeu européen ses banques posent un Eeeeeeenooooorme problème , la pauvreté exacerbé les passions , pain ou brioche ? On va Voir....
    Comme le souligne H.Stoss , cela évolue vite ou par a - coups , pour ma part je crois que c'est le commencement / continuité et non l'issue .
    Comme pêcheur devant l'Eternel comme il l'a écrit , il me semble "pecher " par excès d'optimisme en la matiere.
    La "farce " à l' italienne ne fait que continuer sur le théâtre ( des opérations ) mondial.
    De votre correspondant survivaliste en Italie .
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Florence est l'exemple même d'une ville qui a prospéré et prospère encore grâce au patrimoine culturel fécondé par les artistes et leurs commanditaires (clergé, noblesse)... C'est effectivement l'une des plus belles villes qu'il m'a été donné de visiter (en 2014). Plus belle que Rome, plus homogène. Cependant, j'ai aussi trouvé les allemands plus accueillants, moins fermés, plus sereins (en 2014 à Berlin).

      A Florence, j'ai eu d'ailleurs un choc en tant qu'artiste. Au sortir du musée des Offices, j'ai croisé dans la rue un groupe de quatre jeunes filles (probablement étudiantes), remarquablement belles (on eut dit des modèles de Michel-Ange et de Raphaël), mais excitées comme des ânesses et le portable en tétine, criant comme des mégères non apprivoisées... Un peu comme ci je croisais Mona Lisa en discothèque un fut de bière aux lèvres, mâchant un chewing gum... Le choc !

      J'a décidément du mal avec le monde moderne.. Tout y est terriblement banalisé... La femme la plus remarquable (et supportable) que j'ai rencontré à Florence était polonaise !

      personne

      Supprimer
    2. salut Vianney
      suis également souvent en Italie moi aussi , Ciampino , mais par la c'est encore paisible,
      Quelle tristesse Florence !
      Seb

      Supprimer
  39. Survivre en dieu, déesse ou héros, voire en fée ou en muse dans le monde moderne est presque impossible Et tous les saints auraient été conduits à l'hôpital psychiatrique. Finalement, le dix-neuvième était peut-être la date limite pour les Européens qui ont passé le siècle suivant à se massacrer, en sacrifiant tous leurs idéaux... la civilisation se périme comme un fromage, elle avait pourtant duré des millénaires...

    Promis, si je dois me réincarner, ce sera dans le passé !

    personne

    RépondreSupprimer
  40. cher CC, je ne prétends pas etre un ange, certes, j'ai suffisamment évité de pillages dans cette sous préfecture isolée des antipodes pour faire de meme dans une charmante localité des yvelines nord, puis plus tard encore lors de la découverte de l'électricité par deux CPF, bref je ne les compte plus. si moralement il me reste quelques élègances, je n'aurai aucune compassion pour cette caste d'intellectuels du batiment qui nous a copieusement taxé depuis des décennies. comme je l'écrivais tres précisément, la récupèration est plus qu'admissible, je l'ai moi meme pratiqué dans cet archipel sur des batiment ruinés par la frénésie destructrice de mélanésiens gavés d'alcool à bruler ou de photocopieuse, ou apres rasage pour les plus gourmets, planches, palette, connections électriques, tuyaux, cela agrémentait nos tentes modele 56, je tiens à préciser que notre confort etait des plus précaires, l'eau rationnée et la nourriture peu abondante. heureusement les grenades offensives lacrymogenes avaient un pouvoir calmant .avant emploi d'arguments définitifs.
    mais ceci nous éloigne du sujet.je ne juge personne "ne le jugez pas, qui etes vous pour le juger" (le crabe tambour).simplement, j'ai la prétention d'avoir fréquenté suffisamment la racaille pour m'en faire une idée, tres peu sont récuperables et je ne leur tournerai jamais le dos.
    ce qui s'est passé à Florence se passe régulierement en France, c'est effectivement la splendeur de cette ville outragée mise à mal par cette racaille qui me choque , j'ai travaillé autrefois dans le tourisme, ce qui me fait sentir un peu plus impliqué que la moyenne.
    a l'automne de ma vie, le peu d'optimisme qui me reste me fait dire que j'ai bien l'intention de ne pas me laisser faire le jour ou le barouf va arriver. et que je ne serai pas le seul à assurer les rendez vous chez Saint-Pierre. mais me battre pour la république, n'y comptez pas, j'ai déjà donné! "me ne frego".voici une devise de circonstance latinophile. pour les futurs robinsons à qui je souhaite bonne réussite je dirai : O fortunato agricola ! bonne préparation sur le front Italien HERMAN STOSS .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Herman Stoss,
      Il semblerait que j'arrive aux mêmes conclusions que vous, excepté le fait que je ne crois absolument pas au grand soir, ni à l'occasion de sortir la ferraille. Je crois qu'on va changer de monde sans qu'on n'y puisse rien (cf. la conversion de Constantin). Je n'ai pas envie de me battre pour ce monde qui finit ni pour le prochain qui s'annonce. Les prochaines lois vont désarmer les tireurs alors que certaines caves se remplissent de catégories A+++...Inversement proportionnel à la population émergente Z--- qui s'installe partout.
      Quant à la population, l'Europe entière est contaminée et il ne faudra pas compter sur elle, vu que ça fait 50 ans qu'elle vote avec la moelle épinière.
      Ca va pas être simple de faire face aux cpf avec nos compatriotes dans le dos. On se croirait dans "le livre dont vous êtes le héros", mais le livre en question est "Le camp des saints"
      cc

      Supprimer
    2. Moelle épinière sans colonne vertébrale, comme les larves... je vous remercie tous, pour vos échanges très instructifs.

      Chieur chiant

      Supprimer
    3. Vous croyez que la haganah, l'irgoun ou la bande stern on attendu une autorisation pour se créer et agir.
      Le plus urgent c'est l'élimination des traitres et collabos.

      Vous imaginez les consequences de bouchons et d'embouteillage à répétition. Un simple "ivrogne" sur un passage piéton à un feux qui passe au vert bloque la circulation. Et cela se repercute en amont, voir sur l'autoroute et au delà. Tout depend de l'heure.
      Alors avec un groupe syndical qui manifeste avec drapeau et banderole..... surtout que l'activité syndicale est légale.
      Alors si un "ivrogne" isolé peut foutre la merde et disparaitre avant que les poulets arrivent.... imaginez plusieurs.
      Surtout que les poulets peuvent tomber dans une embuscade, le goudron et les plumes comme dans lucky luke. Cela vaut mieux que des pavés ou des flingues.

      Les prefets s'écrasent comme des merdes de peur des émeutes, mais les émeutes peuvent se declancher de différentes façons.

      Pierre il vaudrait mieux élaguer une partie de ce message.
      A vous de choisir c'est votre blog .

      Supprimer
  41. Et pour saluer les germanistes (bonjour Hermann Stoss), et motiver encore les Robinsons avérés ou en herbe, d'un grand auteur qui fut longtemps guerrier en ne cessant jamais d'être penseur, un excellent ouvrage, écrit dans une période apocalyptique, qui montre combien l'on peut, quelque soient les circonstances, exercer ses facultés contemplatives, y compris des choses simples, les animaux, les arbres et les fleurs, les paysages, les chemins... entre les livres, les balades, les rencontres, les souvenirs et les réflexions de toute nature...

    Ernst Jünger, La cabane dans la vigne, journal 1945-1948

    RépondreSupprimer
  42. Quelques réflexions personnelles :

    A) Définitions (pour savoir de quoi nous parlons) :

    a) pillage : vol et saccage
    b) récupération : action de récupérer quelque chose

    B) Durée :

    a) court terme (jours/semaines)
    b) long terme (mois/années)

    C) Le survivaliste (emploi du masculin, étant farouchement opposée à l'écriture inclusive) :

    a) seul
    b) en groupe (famille/amis/voisins)

    D) Paramètres inhérents aux humains :

    a) psychologiques
    b) sociologiques
    c) physiques
    d) émotionnels
    e) spirituels
    f) culturels

    Lorsqu'on prend en considération les points A, B, C et D, on se rend compte qu'il n'existe pas une situation (pillage ou récupération), mais que les deux sont étroitement liés.
    Le fait de demeurer en vie après avoir été en danger de mort nous obligera à mettre en place des stratégies dont nous ne présageons pas l'existence (sauf en cas d'expérience personnelle antérieure).
    La situation pillage/récupération est inévitable au cours d'un chaos, soit que nous en soyons la victime, soit que nous soyons obligés de la mettre en pratique.
    Soit les deux.
    La question est : sommes-nous prêts à le faire ?
    Et si oui, à quel prix ?

    La lecture régulière de ce blog (articles/commentaires) nourrit ma curiosité intellectuelle, tant par sa diversité que par sa qualité.
    Mais je n'oublie pas que nous sommes encore en temps de paix.
    Cette paix, bien que relative, nous fait penser, réfléchir d'une manière qui lui est intrinsèquement liée.
    Tout ceci volera en éclat quand nous serons placés dans une situation de désorganisation totale.
    Quid de toutes nos opinions, valeurs, croyances ?
    Le socle de nos rapports sociaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, Il est quelques paramètres oubliés dans cette catégorisation des comportements humains. Je songe à l'animalité en premier, et au surnaturel démoniaque en second (affaire de conviction, sans compter sur le surnaturel divin selon la définition théologique traditionnelle).

      Et puis, n'oublions pas l'effet de groupe, de foule, qui engage une autre psychologie encore (Gustave Lebon est toujours d'actualité, ou Tchakhotine). Une foule est un animal propre, indépendant de la somme des individus qui le constituent.

      Je crois que Pierre Templar a tout à fait bien défini, dans sa présentation, la conduite acceptable, avec ses écarts, d'un homme digne.

      Quant à savoir quel serait notre comportement, nul ne peut le dire, effectivement, que dans l'action et face aux événements. Un même homme peut d'ailleurs se révéler au cours d'une vie extrêmement courageux, et lâche à d'autres occasions ou à un autre moment de sa vie. Très peu d'hommes ont un comportement stable, c'est là le fruit d'un long entraînement, et d'une expérience continue. Un peu comme celle des moines.

      Prenons l'exemple de la prise de Berlin autrefois par les soviétiques. Une situation apocalyptique. 300000 morts en prémisses, par les bombes alliées ou les orgues de Staline. Cent mille viols rien qu'à Berlin. Plus de 30000 suicides. Une capitale en Ruine, des millions d'errants tout autour, dont beaucoup brûleront à Dresde ou sur les routes. Peu de nourriture, peu de médicaments, l'horreur constante. Beaucoup d'enfants, de vieillards et quelques unités fanatisées (avaient-elles d'autres choix) pour défendre la capitale. L'assurance certaine de la défaite.

      Quelques fanatiques, surentraînés, la plupart SS, qui ne craignent ni de perdre la vie, ni de donner la mort. Seul but : périr héroïquement et tuer le maximum d'ennemis avant d'y passer. En n'oubliant pas d’exécuter au passage tous les pillards, les traîtres, etc... Voilà la stratégie mise en place... De toute manière, ceux qui se rendent connaîtront l’exécution sommaire, la torture, la mort lente et les humiliations dans les goulags. Voilà un exemple de chaos absolu. Il ne s'agit même pas de survivre, mais de tenir un jour de plus, une heure de plus. Comme dans l'exemple du soldat de Pompéi qui ne rompt pas son poste de garde au moment de l'éruption volcanique donné pas Oswald Spengler en couronnement de son ouvrage : l'homme et la technique. Exemple bien pire que St Martin donc...

      Dans ce cas, les seuls qui acceptent de survivre sont ceux qui accepteront le viol, l'esclavage, la prostitution (mon corps contre une tablette de chocolat), la maladie, les handicaps, la misère et la faim durant des années, en espérant passer le cap...

      Dans une situation pareille, je ne suis pas sûr de désirer même survivre...

      Et donc : sommes-nous prêts à survivre ? Et, si oui, à quel prix ?

      personne

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse, personne.
      Quelques remarques au regard de votre commentaire :

      - l'animalité à laquelle vous faites (fort justement) référence, je l'inclus à la fois dans les catégories "psychologies" (celle du comportement, avec le travaux de Watson, Skinner, entre autres) et "physiques" (cerveau reptilien).

      - la dualité divin/démon rentre dans la catégorie "croyances"

      Votre dernière phrase, en forme de questionnement, résume parfaitement ma pensée.

      Bien à vous.

      Supprimer
  43. La différence entre le vol et le pillage est d'ordre quantitatif,le vol est bien souvent programmé et s'intéresse aux objets de valeurs (or,argent etc etc etc)et se pratique le plus souvent en petits comités et en période de paix et d'ordre relatif,le but est avant tout l'enrichissement aux depends des autres pas la survie,sa nature est donc différente du pillage mis à part l'occasion qui fait le larron.Le pillage se pratique sur une grande échelle avec un nombre important de pilleurs n'ayant pas forcément de liens entre eux ni de concertation le plus souvent et n'apparait qu'en période ou le droit et ses défenseurs ont disparu suffisemment longtemps pour permettre l'action,bien souvent ce qui est pillé est ce que le pilleur n'a pas la capacité de s'offrir légalement,donc rien à voir avec la survie.Le survivaliste s'adresse aux choses sans maître dont l'utilité servira sa survie ou pour éviter la destruction d'un bien de par son abandon apparent,s'applique alors la loi de l'objet trouvé dont l'usage vous est autorisé par la loi pendant un an (constaté)avant d'en revendiquer la propriété ,il en va ainsi de maison à l'abandon ou d'utilisation permanente et entretien pendant trente ans par vos soins en ce qui concerne l'immobilier.En fait de meubles possession vaut titre

    RépondreSupprimer
  44. Mon post précédent pour rappeler que les Occidentaux n'ont pas besoin des musulmans et autres allogènes pour "se mettre sur la gueule" (Excusez moi monsieur Templar). Nous sommes encore loin du compte... Les britanniques, les "anglo-saxons" étaient grosso modo de la même origine ethnique que ceux de la ville de Dresde qu'ils ont rasée ! Dresde est même la capitale de la Saxe !!!

    Moralité :
    a) pas de panique.
    b) les humains ont le goût du sang. Ils ont juste besoin d'un alibi.

    Conclusion : au final, le meilleur choix est peut-être celui des Robinsons...

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rejoins complètement.
      Notre condition de laboratores ne nous lâchera pas. Y compris les militaires, ici ou là, mais isolés.
      cc

      Supprimer
  45. Pillage et récupération.... ( Les différences)

    Bah l'un ne va pas sans l'autre je dirais..
    C'est pourtant simple a comprendre, il suffit d'un peut de jugeote..

    On "RÉCUPÈRE" Les voix du peuple (MOUTONS) et ensuite...
    On les "PILLENT" en instaurant des IMPÔTS..

    PS: Si ça c'est pas de la SURVIE !!.....(RIRES)

    CDT; TEZAK



    RépondreSupprimer
  46. De la responsabilité des pillards dans la fin de l'Occident...

    Ils s'étaient déjà illustrés dans les massacres de Vendée, à Lyon et ailleurs. Beaucoup de ces soudards, à n'en pas douter, ont continué à grogner avec l'Empereur, se faisant remarquer partout où ils sont passés en Allemagne, en Espagne, en Italie, En Russie... Dans ce dernier pays, ils ont enfin payé leur dette. Partout pratiquant la rapine, le viol, les violences, jusqu'à se faire haïr par nombre de leurs premiers admirateurs... Ils ont engrangé, ennemis de leur conduite, des nationalismes exacerbés, parfois féconds mais toujours en compétition, au point, un siècle plus tard, de commencer le Grand carnage. Voilà ce que nous ont laissé NOS pillards : un monde en cendres qui n'a pu survivre qu'en sacrifiant son âme, et demain ses descendants.

    Pillards de demain, songez au mondes que vous allez enfanter après-demain ! S'il reste un paysage...

    personne

    RépondreSupprimer
  47. A Janus (entre autres), à son questionnement au sujet d'une possible réduction de la population à 500 millions d'humains.
    La science permettra de contrôler les populations. Mais il s'agira dans un premier temps, d'imposer un ordre mondial. Ensuite, par les relais de la technique, de la science médicale et des administrations, tout deviendra réalisable. Comme d'implanter des puces dans le fœtus avant même la naissance, ou de l'implanter plus tard dans le cerveau même, ou encore d'obliger l'ensemble des populations à subir des vaccins (sous prétexte d'obligation thérapeutique) en perturbant les modalités de santé, voire demain l'ADN ?
    Dans les deux cas, on peut programmer qui va survivre, ou qui va se dégrader plus sûrement dans le temps et mourir plus rapidement. Il est alors évident que les élites choisiront de favoriser leurs progénitures, mais il est encore possible d'imaginer pouvoir contrôler à distance les puces implantées, de manière à se réserver dans le temps, la possibilité d'éteindre les contrevenants ou les rebelles dangereux pour la nouvelle technocratie.
    Pour justifier un vaccin (empoisonné), il suffira de provoquer une pandémie, juste ce qu'il faut, comme il faut. Un homme poussé vers le vide se raccroche à la première main qui se tend - même si elle est celle d'un fourbe...

    Science fiction ? Peut-être pas. Tout ce qui est réalisable scientifiquement le sera. Les scientifiques sont loin d'être les meilleurs des hommes. L'argent, les honneurs, la gloire, les titres, les voyages, les voitures rutilantes, les biens, les menaces sur les carrières...
    Très peu d'idéalistes probablement pari eux, sans compter que l'on peut aussi pervertir des idéaux, et au nom de grands principes humanistes, faire accepter le pire à des personnes dont on aurait cru qu'elles pouvaient faire partie des meilleurs. L'histoire l'a souvent prouvé.
    Les plus mauvais des hommes ont aussi le but de survivre, envers et contre tous, pour la sauvegarde de leurs privilèges et de leurs appétits.
    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Personne ceci existe déjà depuis un bout de temps ,;pour les vaccins devenus obligatoires , il suffit de demander au médecin la vaccination avec comme indication thérapeutique" sans aluminium ou ses dérivés" pour la pharmacie et "non substituable" ,pour les puces électroniques certains humains en portent déjà pour contrer les enlèvements entre autres.La population est dèjà hyper controlée ne serait-ce que par les objets connectés dont j'avais il y a peu souligné le danger, avec Linky entre autres.mon cher personne lisez les écrits de Jacob Frank et huret et puis aussi pendant que nous y sommes ceux d'Edward Bernay.Les élites ont déjà essayé cette réduction de population en particulier la fondation Bill Gate en Afrique et en Inde ou il était offert ,à l'époque un transistor aux hommes qui se faisaient stériliserCela n'a pas donné les résultats escomptés.Ces soit- disant élites possèdent le pouvoir et l'argent que leur manque t'il donc ? (réponse dans le prochain post)

      Supprimer
  48. Merci, Janus, pour ces références que je connaissais pas. Je vais les rechercher. Il y avait autrefois le concept synarchique, mais je crois bien qu'on ira toujours plus loin dans la perversion. Saint-Yves d'Alveydre était un ange en comparaison. Après avoir exploité tous les ressorts de l'égoïsme, peut-être leur manque-t-il encore le comble du narcissisme : ce que permettra le clonage, avec ses réserves d'organes, sous ses prétextes de parousie pour le genre humain et avec l'imposture d'un développement démocratique. Si certains ne croient toujours pas au démoniaque... Avantage du clonage : non seulement on peut choisir qui dupliquer (comme un objet), mais on peut même se permettre le luxe de stériliser TOUTE l'humanité.

    Les nanopuces comme les vaccins vont bien sûr encore changer de nature et se spécialiser. L''homme n'est jamais avare quand il s'agit d'inventer des formes de destruction...

    Pour amener l'Ordre mondial, qui offre les moyens d'une telle subversion, ce n'est plus très compliqué, beaucoup de pièces ont été positionnées dans le jeu.

    Il suffit, pour les cercles secrets des Etats dominants, d'ordonner, de créer, d'augmenter, d'alimenter les problèmes en quantité et gravité qui affectent la planète entière, de telle manière qu'on en déduise (et fasse le croire surtout, par tous les relais satellites médiatiques, dont la servilité n'est plus en doute) que pour sauver le monde, seul un gouvernement unifié serait à même d'opérer. Pour le fun, on désignera bien une capitale du monde, mythique si possible, pour satisfaire les uns et les autres... Les scientifiques seront encore là mis à contribution, c'est l'une des obsessions du système. Voire le projet HAARP et la guerre climatique. Et la danse de l'apprenti sorcier peut se poursuivre, tant que les foules applaudissent...

    Bon dimanche
    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher personne nous y arrivons ,le narcissisme etl'égoïsme sont une des faces de la psychopatie dont Pierre avait parlé dans un de ses articles.La parousie n'est pas une invention catholique et s'applique aussi à la religion juive ,juifs qui il y a un an on fait des prières mondiales pour son avènement et le retour du messie,la Trilatérale ,le cfr,Chatham house ,Skull and bones,et bildelberg ne sont que la partie visible de l'iceberg,parmi bien d'autres,comme par hasard Eisenhower fixait la capitale du monde à ....Bruxelles !!Il est bien évident que tout ceci est voué à l'échec,il y a plusieurs coqs dans le poulailler mondial,en attendant c'est le plus sûr moyen d'organiser le bazar à venir.La réponse sur le fait que possèdant le pouvoir et l'argent que peuvent souhaiter de plus les mîtres momentannés du monde? l'immortalité!! au travers du transhumanisme dont on commence à peine a parler;il est dépensé des sommes folles dans cette recherche,tellement les besoins sont énormes qu'il faut supprimer ceux qui même sans dents épuisent les ressources planètaires qui sont nécessaires à la réalisation de cette folie de déments.Au début je n'y croyais pas,cela semble tellement fou,il m'a fallu trois ans pour me rendre à l'évidence,j'avais tout bonnement oublié que j'avais a faire a des cinglés comme Zbigniev Bretzinski(orthographe a proxima)son bouquin est en Anglais mais édifiant sur l'avenir de la planète selon lui et puisque le sujet de l'article est le pillage et le vol , il suffit de traverser l'atlantique pour y voir la nation qui s'est spécialisée dans cette activité.Bon Dimanche à tous

      Supprimer
  49. Les privilégiés aiment se retrouver en club, pour légitimer leur pouvoir, assurer leurs arrières, négocier les affaires. C'est déjà le cas, depuis longtemps déjà, avec les loges maçonniques, qui ont largement infiltré les professions juridiques. Tout ceci n'est qu'imposture. L'Etat de droit, c'est le leur ! Je me souviens d'un acclamation de Mitterrand au moment du Traité de Maastricht, qui n'a pas été commentée : "Aujourd'hui, l'Europe ; demain, le monde !". C'était tout à fait clair. Voici du pillage à grande échelle. Les racailles, les petits voleurs ou pillards en nombre, ne font pas oublier les plus grands, et à plus grande échelle, qui se repaissent du mépris et de la manipulation des peuples. Malheureusement, la majorité les cautionne, il ne faut pas plus attendre des individus ordinaires. Hormis leurs porte-feuilles, ils ne sont touchés que dans le sens de la clameur médiatique. Et nous revenons aux Robinsons... L'action des Templiers ne le sera que pour le principe.

    personne

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.