14 août 2017

Un jour à Kolwezi...

=> Article proposé par Christophe, rédacteur de Survivre au Chaos.

L'article du 10 juillet sur "l’art et la manière de garder un profil bas en temps de chaos" m’invite à faire un retour sur certains événements passés, et interroger le petit garçon que j’étais à l'époque.

Lors de ceux que j'ai vécus, il s'est agi effectivement de faire le mort pour sauver sa peau et celle de sa famille.

Même si, dans la famille, c’est un sujet qui refait rarement surface. Nous sommes des rapatriés de Kolwezi 1978 Shaba, ex-Zaïre...



Une image est gravée dans ma mémoire. Au matin des évènements du 13 mai 1978, vers 06h00 j’étais hors de la parcelle de la maison familiale, en pyjama bleu et dans l’avenue M’siri du quartier de la Vieille ville de Kolwezi, regardant un gendarme zaïrois en contrebas de cette avenue qui dirigeait à l’aide de son bâton et casque blanc la foule noire courant vers la brousse dans un brouhaha à peine audible.

La vision de cet homme presque statufié face à la foule si dynamique et malgré le danger qui se rapprochait m’a profondément marqué. Je découvrais le sens du devoir devant l’adversité. Allais-je rencontrer cette sorte d’hommes qui osent tenir leur position ou seront-ils haineux dans la victoire, à mes dépens et à ceux de ma famille ?

J’avais presque 11 ans et je me disais qu’il était bien dommage de mourir sans avoir connu l’amour.
J’espérais que la fin serait rapide et sans souffrance pour mes proches ; si nécessaire, j’étais prêt à me sacrifier.

Les tirs de mortiers se rapprochant, quelqu’un nous fit rentrer dans la maison. Je suis allé dans les toilettes faire une prière, ma prière, mon ultime prière ; Qu’après cela, les évènements suivent leur cours, ma foi.

J’ai tenté d’intercéder auprès de Dieu, je lui proposai un marché ; si quelque part des hommes étaient capables d’arrêter le désastre qui s’annonçait, qu’ils viennent ! Alors je suivrais leur exemple, je consacrerai ma vie à cela...

J’espérais beaucoup ne pas voir mes parents, c’est à dire à ma sœur Sylvie, ma mère et puis mon père souffrir.



Bien que ce ne fût pas un jour de travail, mon père, à l’époque porion de sa profession, était retourné à la mine de Kamoto.

Ma sœur et moi étions rassemblés et couchés avec les neuf enfants de notre domestique Laurent dans le salon, pièce la plus grande de la maison, rideaux ouverts...

Ma mère nous avait demandé de rester silencieux, mais ce n’était pas évident avec des enfants en bas âge. Plus tard, je me suis dit que ce n’était pas la meilleure cache car elle disposait de nombreuses fenêtres très basses et était située du côté de l’avenue. Je modère un peu mon propos car la maison était plus basse de plusieurs mètres par rapport au trottoir de l’avenue, de sorte que seul le toit de tôle rouge était exposé. Les jours suivants, nous nous installerons dans la partie opposée qui donne sur le jardin. Vers 10h00, les rebelles remontaient l’avenue dans notre direction. Ils étaient victorieux et le faisaient savoir à grands cris.

Laurent, originaire d’une ethnie différente (kassaïenne) de l’ethnie katangaise Lunda, avait prévenu ma mère environ une semaine auparavant que la guerre allait commencer. Croyant pratiquant, homme bon et discret, il avait surpris des conversations en différents lieux de la ville, dont l’église. « Murmures, murmures… les rebelles sont là !» Il insistait pour que nous quittions la ville le plus rapidement possible. Ma mère l’écouta et en fit part à mon père, mais nous ne pouvions pas partir en dehors d’une période de congé, quel que soit le prétexte, c’était donc impossible.

En milieu de matinée, mon père reviendra à la maison encadré de rebelles. Ils lui voleront sa montre en le traitant de « Nyama !» « Bon à rien ! ». Le lendemain matin, les rebelles confisqueront notre voiture après un rapide cours de conduite calmement offert par mon père. Il n’avait pas le choix ; soit les rebelles apprenaient immédiatement les rudiments de conduite, soit il partait avec eux et c’en était fini pour lui.

Ma sœur, ma mère et moi étions devant la porte d’entrée de la maison et avions assisté à cette unique leçon de conduite, tandis que la boîte de vitesse de la Renault 4 blanche faisait connaissance avec son nouveau chauffeur en grinçant au possible. Les trois chiens habituellement gardiens de leur territoire ne bronchaient pas, si ce n’est le plus petit au caractère joyeux. Sentaient-ils la peur ?

Evidemment, les regards des rebelles se sont portés sur ma sœur, et mon père nous intima l’ordre de rentrer dans la maison. Une fois les rebelles partis, le portail se renferma et mes parents mirent la maison en position de veille ; il fallait donner l’impression qu’elle était vide de toute vie, ses habitants absents, partis pour de longues vacances.

Les sorties hors de la maison furent interdites pour les enfants. Quant aux adultes, leurs escapades extérieures devenaient rapides et longeaient la maison pour pouvoir se mettre à l’abri en cas de besoin. Il fallait nourrir poules et poussins dont certains étaient encore la vieille sous couveuse, mais aussi les nombreux lapins.

Je me suis néanmoins promené dans le jardin lorsque soudainement, je suis tombé nez-à-nez avec un fusil-mitrailleur accompagné de son lot de munitions. Un reste de treillis gisait à côté. Ce fut un choc pour moi de voir cette arme de mort sur le gazon du jardin. Naturellement, j’en déduisais qu’elle avait été abandonnée, jetée par dessus la haie par son servant pour sauver sa peau en prenant la fuite par les drains à ciel ouvert, notre avenue étant proche de la brousse salvatrice. Après être resté un moment coi, je rentrai dans la maison et décida de pas en parler à mes parents : j’imaginais aisément mon père s’en servir en cas de besoin, mais il n’aurait pas fait le poids seul face au nombre. C’était un combat perdu d’avance, la mort n’en aurait été que plus douloureuse.

Ma mère manqua de se faire tuer alors qu’elle vidait la petite poubelle de la maison dans la grande située près du portail métallique. Sylvie et moi avions assisté à la scène. Elle nous ordonna de rentrer immédiatement dans la maison, ce que nous fîmes. Plus tard, elle dira avoir senti la balle passer.



Les premiers soirs me furent particulièrement difficiles. La nuit entière était ponctuée de tirs automatiques, c’était comme si les rebelles jouaient du tam-tam avec leurs armes. J’aurais bien voulu avoir des bouchons antibruit, je dois faire de l’hyperacousie. La nuit en Afrique, je ne dormais pas dans mon lit, mais sur le sol du couloir central de la maison jusqu’au lever du soleil, persuadé qu’une nuit l’ennemi viendrait dans la maison. Pendant des années mes parents n’en surent rien, mais Sylvie oui car parfois je la réveillais pour qu’elle me fasse une place dans son lit, ce qu’elle refusait généralement. J’avais un mauvais pressentiment suite à un rêve (prémonitoire ?) fait quelques années auparavant. De retour à Kolwezi après les évènements, j’alternerai les phases de veille et de sommeil, avec la fenêtre de ma chambre souvent ouverte pour une meilleure perception des sons de la ville et des mouvements des engins de mine.

C’est pour cette raison que j’étais déjà debout vers 05h00 ce samedi matin lorsque les premiers tirs ont commencé.

Je pensais qu’un arbre ou une maison avoisinante brûlait et je le fis savoir en douceur à ma mère. Encore endormie, elle me demanda sans autre forme de me recoucher. D’ailleurs, elle ne s’en souviendra pas.

Un ou deux jours plus tard, le 16 mai 1978 ma sœur et moi reçurent pour consigne, dans l’éventualité d’une funeste visite, de dire que mon père était alité car atteint de forte fièvre. La malaria peut-être...

La rumeur courait qu’une chasse à l’homme blanc avait commencé, que les rebelles disposaient de listes de tout le personnel européen, et qu’ils pouvaient faire un tri en fonction des nationalités.
Pour des raisons politiques, les Belges seraient épargnés au détriment des Français. J’ai longtemps eu une certaine rancune vis à vis de ceux de l’avenue M’siri pour leur attitude satisfaite de disposer d’un passeport belge. A ce moment là, il n’existait plus de solidarité pan-européenne, seul agissait encore cet instinct de sauver sa peau.

Notre voisin américain a été emmené par les rebelles à 15 heures, et déporté au Bridon. Ma mère l’avait invité à dîner la veille.

Plus tard est arrivé un camion dont la benne était chargée de Tigres katangais. Il se positionna juste à la hauteur de notre maison, pour partir puis revenir toujours aussi chargé. Maintenir la discrétion devenait difficile. Mes parents profitèrent d’une absence du camion pour effectuer une sortie chez des voisins français, à environ 150 mètres de l’autre coté de l’avenue, afin de leur demander l’asile pour notre famille. Au petit matin, ma sœur et moi quittâmes la maison familiale avec nos sacs de couchage pour être accueilli par la famille L. Cela permit à mes parents d’échanger des informations avec les L. qui avait un fils de l’âge de ma sœur ou légèrement plus âgé.

Pour tuer le temps et s’évader durant la journée, les enfants colorièrent les couvertures des Paris-Match et autres magazines bien que c’étaient à l’époque des produits recherchés. Les adultes essayaient de capter des informations sur les bandes de fréquences internationales. Être entre nous nous fit du bien, je crois.

Le camion s’en alla et nous retournâmes toujours à l’aube dans notre maison. A un moment donné, les nouvelles de la radio évoquaient une intervention de la France et je me souviens d’un certain François Mitterand qui, pour des raisons d’opportunisme politique, s’y opposait. Que l’on me préserve d’être un jour socialiste...

Un après-midi, on frappa avec insistance au portail et ma mère y alla pour voir de quoi il en retournait. C’était un Tigre katangais isolé complètement affamé. Ma mère lui donna un peu de réserve alimentaire, notamment des boites de conserve équipées d’ouvre-boite et dont il ne savait pas se servir. Après une petite démonstration pédagogique, il s’en alla tranquillement. Le ciel de Kolwezi était traversé par un avion de couleur vive (l’avion des missionnaires) si mes souvenirs sont corrects. La détention de poste radio devenait problématique, posséder un simple poste radio Motorola utilisé pour les astreintes du weekend c’était se faire emprisonner pour cause de potentielle communication avec les Mirages des FAZ. On parle de pillages, de massacres, de viols… Ils seront confirmés.

Enfin est arrivé le jour de la libération ! En cette après-midi du vendredi 19 mai 1978, vers 15h30, les hommes du 2ème Régiment Etranger Parachutiste sautèrent sur la ville. L’opération Bonite ou Léopard prenait toute sa dimension. Quelle émotion, quelle fierté !



Nous les avons vu dans la rue le jour même, et le 20 mai une équipe est arrivée en jeep avec un ordre d’évacuation. Mes parents m’ont dit de partir le premier. J’ai pris mon sac contenant mes vêtements ; je devais emmener notre petit teckel « Rikiki » dans mon sac mais il s'en échappera lorsque la jeep démarrera et qu’il verra ma mère s’éloigner. L’équipe progressait dans la jeep silencieuse, une petite pause d’observation en position de tir était faite à chaque carrefour. Nous avons progressé jusqu’à la maison de monsieur Véro, une connaissance de mes parents. Il a fallu rentrer avec les légionnaires pour le chercher, et si mes souvenirs sont exacts, il était en compagnie d’une bouteille d’alcool...

Nous étions maintenant au complet pour partir vers le point de ralliement ; l’aérodrome de Kolwezi. Le long du parcours gisaient des cadavres gonflés et pourrissants. Les légionnaires me dirent de ne pas regarder, je détournai la tête mais ne fermai pas les yeux. Au pont de Kolwezi, une auto-mitrailleuse posait négligemment, la gueule ouverte. Il en sortait un cadavre plié en deux, les bras ballants. A l’arrivée, Véro se fera photographier dans la jeep alors que j’allais en descendre habillé de ma chemise à carreaux multicolore. C’était ma préférée, et c’est pourquoi je la portais ce jour de fête.

J’apprendrai plus tard que les cubains étaient à la manœuvre lors de la prise de la ville, et qu’ils avaient baptisé cette opération « Colombe »...

39 commentaires:

  1. Merci Pierre pour cette transmission de vécu ,la vision d'un petit garçon face a des évènements fortuits graves souvent conditionnent l'existence ,en tout cas c'est heureux que celà se soit terminé sans trop de casse , car nous n'aurions pas eu la chance de vous rencontrer et d'apprécier vos qualités humaines,de celles dont notre société a bien besoin .bien amicalement si vous le permettez

    RépondreSupprimer
  2. Merci Janus mais remerciez plutôt Christophe, qui est l'auteur de cet article. En ce qui me concerne, je n'ai fait que publier son expérience...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce récit qui est celui du vécu !
    Tu as eu beaucoup de cul, de la chance, quoi...c est fabuleux !
    Pour ceux que ca interesse, dans la nuit qui a précédé le saut du 2eme REP, il y a 13 plombiers, sans identité, qui ont sauté avec pour mission:
    -neutraliser les canons sans recul
    -neutraliser les automitrailleuses
    -faire sauter le pont entre Kolwesi et la zone de saut du 2eme REP
    -répandre dans toutes les citernes d eau des katangais un produit qui filait la chiasse...
    Le 2eme Rep, sous les ordres du colonel Erulin, a pu sauter comme à l entrainement: Regroupement, assaut immédiat!!
    Les 13 plombiers sont rentrés en France dans les avions de la croix rouge, comme rapatriés sanitaires...

    RépondreSupprimer
  4. bonjour hcgaia :les plombiers;"Robert Gaget, Au-delà du possible : Recherche du renseignement en régions hostiles, éditions Grancher, 2002 (ISBN 2-7339-0787-5), p. 204-218. Il s'agissait des équipes d'alerte du 2e escadron (chef d'équipe lieutenant Prut, adjoint de chef d'équipe (ACE) adjudant Corolleur, radios Yhuel et Mauffroy) et du 3e escadron (chef d'équipe lieutenant de la Vergne, ACE adjudant-chef Valentini, radios maréchal des logis Vigier et Farge).C'étaient qui les 5 autres ?

    RépondreSupprimer
  5. Tout le plaisir est pour moi hcgaia, oui j’ai de la chance, je dois parfois faire face aux cyclones de la vie, mais souvent la Providence fait que je me retrouve dans l’oeil du cyclone, à ne pouvoir que contempler la scène.
    En devenant soldat j’honorais ma foi mais je cherchais aussi secrètement la balle pour finalement trouver la vie, l’amour sur lequel enfant je pleurais. La vie est étonnante, je pensais prendre une direction, je me suis perdu pour retrouver l’équilibre.

    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie n est qu une succession de hauts et de bas...
      Tu as gardé la foi, et c est cela qui importe !!

      Supprimer
  6. @ Janus
    Je ne rentrerai pas dans tes histoires de comptable , surtout qu on ne parle pas de la meme chose, encore une fois.
    Puisque tu cites un livre écrit par le gal Gaget, sans doute sais tu qu il a écrit un livre "Commando George "...

    Juste une question , par curiosité:
    Sais tu qui est George ?

    RépondreSupprimer
  7. oui ,mais je n'ai pas eu le loisir de le rencontrer,ma question était de pure curiosité sans plus , à moins qu'en paralèlle il y ait eu d'autres intervenants ? en tout cas une opération réussie dans un contexte pas simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a probablement eu d autres intervenants qui n ont jamais existé...

      Georges Grillot est un héro de la guerre d Indochine, ou il a servi en tant que sous officier avec une médaille militaire de 23 citations !!! La plus lourde de l armée française.
      Puis en Algérie, en tant qu officier parachutiste sous les ordres de Bigeard, avec ses fameux commandos Georges ( des fellagahs retournés contre les fellagahs )
      il a aussi, entre autre, succédé au fameux colonel de Marolles en tant que chef du service action du Sdece
      il est grand croix de la légion d honneur et grand croix de l ordre du mérite. On ne peut pas faire mieux.

      Début 1990, il m a tel en me demandant d etre à Roissy le lendemain à 10h00. Direction l ex Union soviétique qui venait de s écrouler ou il partait en mission spéciale sur demande de l Elysée.
      ( Si tu épluches les listes d embarquement, tu ne me trouveras pas, mais tu trouveras un Frédéric Moreau...)
      A cette époque, c était l anarchie totale ( je peux en témoigner ) et il valait mieux circuler avec un groupe de malabars en accompagnement...
      Georges avait décidé d y aller seul avec moi...
      Ce sont des souvenirs qui marquent car quelque fois, ce fut très limite...
      Quelques mois après, nous avons passé un week end ensemble dans le Morvan, sa région natale, sur les bords d un torrent en pleine foret.
      il m a dédicacé sa photo:
      https://gyazo.com/b6d31384bcd82ab19d4f68866044983f
      https://gyazo.com/ddd37c2f35713af0387bff0a10c8a6d5

      A Frédéric Bart
      mon plus jeune frère
      à qui je voudrais apprendre à dire: "je t aime"
      Dans ma quète du champs de bataille, il ne faut chercher ni refus, ni querelle, ni nostalgie, ni règle
      Simplement une réflexion née de l exploration de mon vécu de guerrier et assortie des stigmates de ma chair et de mon ame.
      Mais cette réflexion m amène à témoigner devant toi, sans faux semblant, d une certaine conception de l homme:
      C est désenlisé des routines et bassesses d une société d assistés que tu garderas intact l enthousiasme!
      Pour exigeante qu elle soit, seule la noblesse du panache pourra combler tes reves d homme vrai!
      Sur les bords du Vigan, ce trop court week end du 15 Aout 1990

      Sur la photo que j avais posté sur la discussion précédente, et ou j étais dans mon bureau après avoir reçu une vingtaine de coups de poing dans la figure avant de reprendre le controle, tu verras sur la gauche, 2 photos: celle de Georges et celle de mon père qui commandait la CMLE ( compagnie de mortiers lourds de la légion étrangère à Nassan )

      Toujours est il que George a un vécu peu ordinaire et que son message, face à ce qui va nous tomber dessus, c est:
      Garder la foi et ....avec panache !!

      Supprimer
    2. Bonjour hcgaia je trouve ton franc parlé sincére et salutaire loin des mytho et des "moi je"tu fais partis d'une "race"en voix d'extinction dans notre pays.J'aimerais connaitre ton avis sur la situation actuelle de ce pays qui fut la France comment vois tu l'évolution(guerre civile,libanisation,ou lente agonie et getto comme au bresil)Cordialement. CD

      Supprimer
  8. Merci pour ce témoignage.

    L’intérêt de cet article, outre tout ce qu’un enfant peut penser, est la problématique de l’information.

    Parcellaire, fragmentaire, les informations sont difficilement trouvables au-delà de leurs champs visuel.
    Certes, ils ont la radio qui leur donne des nouvelles du niveau géopolitique mais elle n’est pas en mesure de leur donner des nouvelles de ce qui se passe dans le quartier voisin. Hors l’un ne vas pas sans l’autre.
    Les voisins ont des infos mais il est aussi difficile de faire la part des choses entre informations vérifiées et rumeurs.

    Avoir une radio pour ce tenir au courant des événements dans leur globalité est important mais il faut aussi penser à mettre en place une stratégie de recueil de l’information pour sa survie immédiate.

    Qui a déjà réfléchis au problème ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question mais je ne vois aucune réponse parfaite.
      Il faut recueillir l'information puis la transmettre, de préférence sans être repéré par l'ennemi éventuel.
      Le recueil de l'information en divers points implique de l'organisation et est hors de portée d'un individu isolé.
      Ce recueil sera différent dans mes montagnes où 2 ou 3 points d'observation élevés permettent de suivre toute avance vers le village, ou dans une ville où il faudra savoir ce qui se passe dans les rues adjacentes ou les quartiers proches.
      Ensuite, la transmission. Hors l'utilisation de messagers qui risquent par leurs déplacements d'attirer l'attention sur eux et sur les points d'observation, sans parler des délais, je ne vois que des signaux sonores ou lumineux.
      Il existe dans au moins 2 régions (Pyrénées et Açores si je me souviens bien) des langages sifflés qui permettre aux bergers d'échanger à plusieurs kilomètres. C'est probablement ce qu'ont utilisé les gaulois qui, grâce à leurs crieurs placés sur des points culminants, ont fait parvenir en à peine une demie journée dans le sud la nouvelle qu'une révolte avait éclaté du côté de la Belgique. Il est difficile mais pas impossible de localiser les crieurs. Et dans le fracas d'une bataille...
      Côté signaux lumineux, le mieux, pour ceux qui en ont les moyens, est certainement l'utilisation de lasers infra-rouges et des récepteurs adaptés. Pour les autres, je pense à des tubes (de cheminée ou en PVC par exemple), recouverts de noir de fumée à l'intérieur pour éviter les reflets, et orientés vers le récepteur. Dans l'obscurité, une simple bougie et un obturateur permettent d'envoyer des signaux morse à une grande distance. S'il n'y a ni pluie ni brouillard ni fumée, évidemment. Si c'est bien fait, seule une personne placée dans l'axe verra les signaux. De jour, si soleil, il y a les miroirs à signaux.
      Cela laisse quand même pas mal de périodes pendant lesquels la transmission serait bloquée...
      Sinon, des lignes téléphoniques, qui ont elles aussi leurs limitations.
      D'autres idées?

      Supprimer
    2. En 1943-44 la confrérie Notre Dame , réseau de renseignement du colonel Rémy et la résistance PTT avait monter un réseau de téléphone et de télégraphe clandestin au nez et à la barbe de la gestapo.

      Aujourd'hui parmi le réseau filaire de téléphone il y a des milliers de ligne inactives aussi bien en cuivre qu'en fibre optique.

      Supprimer
  9. bonsoir François ,Chiappe avait fait un truc intéressant :le télégraphe , reste les pigeons.... en plus ça se bouffe.Tout dépend de l'info recherchée:internationale ,nationale ou communale et de l'état des télécoms existantes au jour du black-out

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Janus,
      la question de Von Pikkendorff concernait les infos proches si j'ai bien compris. Bien entendu ma réponse se situe dans le cadre d'une mise hors service totale des téléphones filaires et cellulaires.
      Le télégraphe Chappe présente un gros inconvénient à mon avis, tout comme les signaux de fumée, c'est qu'il se repère de très loin! Quant aux pigeons, il en faut autant que de messages, ce qui peut faire transporter une belle volière si la situation évolue souvent.

      Supprimer
  10. Qui Pourrat encore envoyer des informations?
    Probablement pour une partie des infos les mêmes que ceux qui nous informent en ce moment!
    Que sont les infos que l'on reçoit en ce moment?
    Pas mal d'intox!
    Donc à ce moment là, nous devrons nous méfier des informations ... reçues par les "Radios".
    Concernant les infos "radio amateur" "CB" et autres moyens, ils seront peut être plus fiables mais pour combien de temps? ( à ce moment là les situations changeront vites) De plus un certain nombre de ces messages "radio amateur" pourraient être des pièges pour situer les "bonnes affaires" de pillages et autres " prises de possession" de votre habitat.
    Bien sur une radio pour se tenir "Au courant" est une chose indispensable, mais dans les premiers temps ( et mêmes dans les derniers") il faudra agir avec la circonspection du Renard qui vient de traverser la rivière mais a encore un bout de sa queue dans l'eau. ( vieux truc chinois et ... rires).
    Evidement, deux radios et plein de piles rechargeables au soleil ... mais tout cela vous le savez ... déjà ...
    Mes réflexions bien sur ne sont que celles d'un chef de famille dans un petit village gascon déjà pas mal équipé et bien sur la vision d'un solitaire ou d'un groupe isolé ne sera pas forcement la même.
    Déjà pour le solitaire il fera lui même son renseignement ...
    Conseil concernant le renseignement "des autres" pensez à tout les panneaux indicateurs qui .... peuvent les amener vers vous.
    Dans le respect strict des lois bien sur!

    RépondreSupprimer
  11. Mon post porte bien sur le renseignement proche.
    Pas le renseignement "au contact" mais celui du quartier voisin voir juste celui du "trois rues plus loin".
    On l'appel aussi le renseignement "au delà de la ligne de crête" car l'on a aucune vue directe.

    Question que je pose dans le cadre d'un effondrement du réseau de téléphonie cellulaire et filaire bien entendu.

    Les mini drones par exemple pourraient être une solution mais ils sont bruyants et il faut une source d'énergie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Von pikkendorf ,la solution drones est intéressante,ils ont fait leur apparition sur nos plages et j'ai été assez surpris de voir leur autonomie (25 minutes et certainement pas arret par manque d'énergie) et leur hauteur de vol qui les rend presque indiscernables et silencieux,bon c'étaient des adultes qui jouaient avec ,d"environ 50 cm d'envergure aussi à l'aise au ras du sol(bruyant,une grosse guèpe!!) qu' a environ la limite du visible totalement silencieux .équipés d'une caméra adéquate ça doit faire le job si la récupération est masquée,bon il faut du solaire efficace pour charger la batterie qui elle aussi aura une durée de vie limitée

      Supprimer
    2. En ce qui concerne les drones, c'est en effet ne technologie intéressante. Cependant, elle aussi a des limites. Leur autonomie est encore assez faible et le rechargement est très long (les batteries doivent être refroidies d'abord) donc il faut de nombreuses batteries de rechange (très chères) si on veut un service continu. D'autre part, la transmission radio entre le drone et le pilote peut être interceptée et/ou brouillée et donne la position du pilote. Une parade serait de programmer le vol et de stocker les images à bord, évitant ainsi toute transmission radio. On perd en souplesse et il faut que le GPS soit opérationnel. Maintenant que les concurrents russe et chinois apparaissent, le risque de perte complète des informations de position a considérablement diminué, il faudrait vraiment une catastrophe planétaire.

      Supprimer
    3. @F Von Pikkendorff

      Quand tu cite:

      Mon post porte bien sur le renseignement proche.
      Celui du quartier voisin voir juste celui du "trois rues plus loin".On l'appel aussi le renseignement "au delà de la ligne de crête" car l'on a aucune vue directe.

      Après réflexion, j'me dis que l'idée d'utilisé "un ARC ou une ARBALÈTE a poulie" serais peut-être envisageable...
      Puissante-Fiable-Robuste et assez silencieuse malgré tout..

      Pour ce qui est des distances réel en tir libre, j'en ai aucunes idées puisque c'est selon le matos mais il y a sûrement des spécialistes en la matière sur ce blog...

      PS: Pour ce qui est de la réception du "courriers"
      J'imagine que tu dois être plié derrière ton écran hein ?..

      Cordialement, TEZ@K

      Supprimer
  12. Un ami ingénieur électronicien, en retraite, à passer une partie de sa carrière à travailler sur la protection EMP des composants électronique.
    Il m'a expliqué qu'en cas d'attaque EMP les fil de cuivre du réseau PTT resteraient intacts mais que se serait les commutateurs qui grilleraient.
    Il resterait alors qu'à connecter directement entre eux les fil de cuivre pour établir des lignes directes de site à site , de mairie à mairie par exemple ou de mairie à pompier en utilisant des téléphone de campagne autogenerateur.

    En attendant de construire des standards manuels actionné par les demoiselles des PTT!
    Reconstruire des centraux automatiques demandera des ... décennies!!

    Sans compter la reconstruction des transformateurs électriques du réseau edf .
    Ce qui sera rapide à faire sera de connecter les lignes fixes entre elles et des manipulateurs morses alimenter par batteries .

    Préparez vous au bricolage avec la bîte et le couteau, mais le couteau ne sera pas fourni dans le paquetage !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on peut isoler des tronçons de câbles téléphoniques, ça évitera en effet de tirer de nouvelles lignes dédiées.

      Supprimer
  13. @ anonyme 13h14
    Je n ai pas fait carrière dans l armée, au grand désespoir de mon père, mais dans le business.
    MBA ESSEC
    MBA Cornell University
    docteur en sciences économiques
    Mon analyse du futur est donc principalement économique.
    En gros, l argent est le moteur principal. ( hors toutes les questions pour les nuls, style, démocratie, droits de l homme, racisme, religions, libertés, solidarité ...etc )
    L objectif est l appropriation des dernières richesses existantes par les banques et les multinationales.
    Pour cela , il faut un bon cover up, qui sera la prétendue faillite du système bancaire suivie par la guerre, civile ou nucléaire, voire bactériologique ou chimique.
    On n y échappera pas.
    La Suisse n arrete pas de faire des exercices militaires consistant à bloquer ses frontières. L Allemagne a fait passer une loi obligeant chaque citoyen à avoir 15 jours de stock d eau et nourriture.
    Les français, dans leur grande majorité sont complètement inconscients de ces réalités. Ils tweet et jouent au pokémon.
    Le véritable ennemi, ce ne sont pas les immigrés, les musulmans, les burkas...etc. C est un ennemi de l intérieur qui s est approprié tous les pouvoirs, dont celui des médias, c est à dire de la propagande.
    On va en baver, ça c est sur! Mais il faudra garder la foi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour hcgaia,entièrement d'accord sur cette analyse rapide, en évitant le subalterne ,la disparition du dollar (et par là même le paradoxe de Triffin) est effectivement prévue et de longue date.Les français ne se sont jamais intéressés à l'économie ,ça les gonfle et ils pensent"que dieu y pourvoira".Effectivement le véritable ennemi n'est pas celui que la finance apatride mondialiste et transhumaniste nous met dans les pattes (islamistes et clandestins )mais eux mêmes : bildelberg ,trilatérale,Cfr,Bri ,Bis etc etc etc et consorts,l'ennemi de l'intérieur ce sont les marionnettes style Macron, Attali son mentor,bhl et j'en passe qui sont manipulés par les premiers nommés.Cela dit, il faudra quand même se débarrasser des plaies qu'ils ont mis en route et l'islam en fait partie.En attendant lire Maurice Allais notre seul prix nobel d'économie n'est pas du luxe ainsi que le bouquin de Greenspan"gold and economic freedom" et celui de Soral "comprendre l'empire"qui rejoins totalement notre vision

      Supprimer
    2. Je vois que nous sommes d'accord sur l'analyse, les divergences concernent donc uniquement la stratégie personnelle.

      Supprimer
    3. Merci de ton avis éclairé.CD

      Supprimer
  14. @ Janus
    Kolwesi: Bien sur, qu il y a eu quantité d autres intervenants:
    On n envoie pas le 2eme REP comme une lettre à la poste!
    - Des plombiers qui n ont jamais existé pour sécuriser la zone de saut
    - Des agents ( simples, doubles ou triple ) sur place pour localiser les dépots de munitions et ravitaillement, les centres de transmissions, les automitrailleuses...etc des katangais
    - Des agents qui ont fourni les guides pour l intervention des troupes aéroportées...
    -La collaboration des mafias locales ( Kolwesi, ce n étaient pas que des gentils ingénieurs et techniciens expatriés...il y avait aussi la prostitution, la drogue, les rackets...)
    -Des intervenants de l ombre dans les cabinets ministériels...
    Bref , tout un tas de gens dont on n entendra jamais parlé et qui n ont qu un souci: Qu on ne parle jamais d eux...

    RépondreSupprimer
  15. @ Les communications:
    En cas de chaos organisé, toutes les communications locales seront coupées ou brouillées.
    Et communiquer avec qui ?
    Quand on interroge les témoins d un vol ou d un accident, il y en a la moitié qui disent que le mec était grand et blond...et l autre moitié qui certifie qu il était petit et noir...
    A mon humble avis, les seules informations qui seront à prendre en considération sont celles qui viendront de Russie ou de Chine...a décrypter, bien entendu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les infos globales, je suis d'accord avec toi. Pour les infos locales, je serais surpris de les apprendre par les media, de quelque pays qu'ils soient, il faudra bien se renseigner sur place, même si on sait qu'il faut se méfier des interprétations des humains. Je ferai beaucoup plus confiance aux renseignements recueillis de visu par quelqu'un que j'aurai envoyé surveiller qu'aux rumeurs.

      Supprimer
  16. Question économie, Greenspan a été au service de la FED, qui contrairement à ce que tout le monde croit, n est pas une institution fédérale, mais un consortium de banques privées, dont le citygroup, la Chase, Warburg...
    Peu de temps avant d etre assassiné, JFK avait fait passer un décret qui rendait l émission de la monnaie au département du trésor. Il avait également prononcé un discours resté fameux sur les sociétés secrètes et l ennemi de l intérieur...
    Josef Stiglitz, également prix Nobel d économie, est sorti du système...A lire avec intéret...
    Car le problème du survivaliste sera en partie d y voir clair..
    Pour ceux qui restent en France et qui se préparent à affronter des bandes de pillards, de voyous ou autres en cas de simple guerre civile....est ce qu ils ont pensé à affronter la police et les gendarmes qui viendront réquisitionner leurs armes, leur stock de nourriture et autre ???? Et la plupart du temps sur dénonciation de vos chers voisins ??
    L ennemi ne sera pas celui que l on croit...
    Quant au survivaliste ( le rat est l espèce qui a le plus de chance de survie, notamment en cas de catastrophe nucléaire )il faudra qu il ne perde pas son ame.)
    poeme de Renè Char ou Blaise Cendrars, je ne sais plus:
    La sérénité ne peut etre atteinte que par un homme désespéré. Et pour etre désespéré, il faut avoir beaucoup vécu et aimer encore le monde et la vie...

    Pour les infos, il ne faudra pas compter sur les infos officielles, TF1, Google ou autres...Mais , à mon avis, les pays de l "autre camp" se feront un plaisir de les divulguer....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis au courant, ainsi que pas mal d'autres ici d'après ce que j'ai pu comprendre. On ne trouve pas seulement "tout le monde" sur ce blog. On y trouve aussi des gens lucides, même si tous ne choisissent pas les mêmes stratégies. Et c'est très bien ainsi car selon ce qui se présentera personne ne peut affirmer que sa stratégie sera la bonne, donc en diversifiant il y a plus de chances que certains s'en sortent, à chacun de faire son possible pour maximiser ses chances d'en faire partie. Car en effet, comme tu le dis, il faudra aussi avoir du cul.

      Supprimer
  17. Les fed ont été créées a partir d'une réunion sur l'ile de Jeckhill en 1913;; je crois étaient présents Warburg Davison,Stanley Morgan,tout les rockfeller et Rothchild et Goldman-sach représentant à l'époque 25 % de la richesse mondiale (en gros) et ont réussi a avoir le monopole de la création monètaire Us ce qui a fait dire a Hamiel de Rothchild "donnez moi le droit de battre monnaie et je me moque de ceux qui feront les lois" (voir ses mémoires) Pas mieux pour la banque de France ,banque privée elle aussi créée par Napoléon qui endetté revendra ses parts a .... des étrangers.Greenspan avant d'être patron de la fed et de verser dans le keynèsianisme pur et dur pronait l'orthodoxie de l'étalon or d'ou son bouquin ,par la suite je me demande si en fait il n'a prété la main au crash de 2007 pour faire sauter le bazar(lire the road to Rhota)bon allez j'arrête le hors sujet il y en a pour des lustres pour expliquer 100ans de combines pour bouffer la richesse mondiale

    RépondreSupprimer
  18. Pour ceux qui veulent essayer d y voir un peu plus clair et qui ne sont pas des experts en économie, finances, géopolitique ...etc
    je recommande le livre de Claire Severac:
    La guerre secrète contre les peuples
    Bon, à consommer avec modération, car elle est morte l année dernière d un cancer fulgurant....

    RépondreSupprimer
  19. L économie n a jamais été une science exacte. Et aujourd hui, c est devenu un véritable théatre de guignols.
    Comment parler d économie sans parler de la monnaie? Et comment parler de la monnaie alors que la création monétaire se fait hors de tout controle !!! Les masses monétaires M1,M2 et M3 ne sont meme plus publiées par la banque mondiale depuis 20 ans !!! Et je ne parle meme pas de la création monétaire gigantesque engendrée par les produits dérivés natamment. ( Achetez de l or, mais surtout pas d or papier )
    Greenspan n a jamais été au service des USA, mais au service d une banque privée, la FED.( A se demander si quelqu un a encore une notion de ce qu est un conflit d interet )
    Mais pendant 20 ans, on a fait passer ce bouffon pour un économiste.
    Dans cet énorme supercherie, les économistes les plus reconnus ont à peu près autant de compétences que Mme Irma.
    Meme Karl Marx doit se réveiller dans sa tombe..
    Le réchauffement climatique procède de la meme supercherie:
    De prétendus climatologues et scientifiques nous affirment que la terre va se réchauffer de 2 degrés dans les 10 ans ....alors qu ils sont incapables de prévoir le temps qu il fera demain !!! et que si on leur demandait comment faire pour réchauffer la terre de 0.001 degré...ils seraient bien embétés !!! A moins de recevoir de l aide des extras terrestres, autre bouffonnerie...
    En 2003, Al Gore, prix Nobel de cette bouffonnerie, avait affirmé que l Arctique allait fondre dans les 10 ans...Cela fait 15 ans que les russes construisent des brise glace de plus en plus puissants...
    Par contre , ce qui est sur, c est que , dans les 10 ans qui viennent, des centaines de millions d employés seront remplacés par des robots, conséquence du développement considérable de l intelligence artificielle. Et cela ne concerne pas seulement les ouvriers des usines d assemblages et les caissières de supermarché, mais les medecins, les avocats , les employés des gouvernements, les dizaines de millions de professeurs des collèges, les chauffeurs de taxis et chauffeurs routiers, les pilotes d avion...

    Comme je l ai déjà dit, le survivaliste doit commencer par y voir clair pour décider du chemin à suivre !
    Le vrai problème, celui qui engendrera tous les autres, guerres civiles, ethniques, religieuses ou autres, c est la confiscation des richesses naturelles, alimentaires, énergétiques, minières, aquatiques et meme culturelles et environnementales au profit d une élite très restreinte et contre laquelle on ne peut rien faire.
    Et tout bon survivaliste devra commencer par affronter cette dure réalité et faire son constat d impuissance

    RépondreSupprimer
  20. Encore une fois, nous sommes d'accord.
    Et, comme tu le dis, les progrès dans l'intelligence artificielle sont impressionnants. J'ai vu ce printemps les produits d'une grande partie des acteurs de ce marché, la vitesse de reconnaissance d'images par exemple a fait des progrès considérables en un an. Là où la machine mettait une ou deux secondes pour analyser une image, elle en traite maintenant quelques dizaines à la seconde...

    RépondreSupprimer
  21. Salut hcgaia:

    Claire Séverac dans: « La guerre secrète contre les peuples »

    Parle du fameux Projet "HAARP": la nouvelle arme absolue des USA qui serais (ou non car c’est un vaste programme) toujours en activité.

    C’est le cas en Russie et en Chine apparemment.
    Le rapport est ancien et le système serais une arme très redoutable..

    L'objectif réel de HAARP est simple :
    pouvoir atteindre et bombarder à volonté n'importe quel point de la terre et de l'espace proche avec un faisceau d'énergie directif ultra-puissant... sans utiliser de satellite !...
    Mais en fait Haarp marche si bien qu'un grand nombre de nouveaux objectifs sont apparut possibles et sont en cours de développement tests :

    *Détruire en vol les missiles, fusées, avions et satellites,
    *Mettre HS des installation électriques civiles et militaires
    *Communiquer avec les sous-marin même à grande profondeur
    *Provoquer des incendies dans des installations industrielles
    *Interdire les communications radio sur une zone donnée, à volonté
    *Scanner le sol et les océans à grande profondeur
    *Manipuler à distance l'esprit des gens et le comportement des foules
    *Réaliser un bouclier antimissile
    *Attaquer des cibles au sol
    Et même... contrôler le climat et créer une arme climatique

    J'imagine qu'il existe aussi en France ?..(lol)

    PS: serions nous manipulés !...

    TEZ@K

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La station radio de Sainte Assise à côté de Melum 77000 à permis à la kriegsmarine de communiquer avec ses sous marins.
      Les signaux pouvaient être perçus en plongée.

      Voir le site radioamateur de .... pfff. Bein j'ai oublié, mais gogol est votre ami!!

      Supprimer
  22. bonjour Tez,le bouquin de Séverac est intéressant ,et décrit une réalité mélangée avec des suppositions , comme Haarp .le mélange des genres suppositions et certitudes , rend le propos incrédible et atteint l'exact opposé de ce qu'il expose.Pourquoi systématiquemment rajouter des suppositions (pas de preuves formelles crédibles) alors que rien qu'avec le certain la cause est entendue depuis longtemps ?a vouloir trop vouloir prouver on ne prouve plus rien,déjà que Claire Séverac était considérée comme complotiste (,c'est la règle de nos opposants pour nous dénigrer) il n'est pas utile de preter le flanc à la critique facile par manque de preuves formelles .Pour l'instant Haarp n'a été dans ses finalités et résultats prouvé par personne, alors que le complot bildelberg et autres joyeusetés l'ont été par ses créateurs eux mêmes.

    RépondreSupprimer
  23. haarp suite et ............fin http://www.conspiracywatch.info/haarp-ce-qu-il-faut-savoir-avant-de-se-mettre-a-fantasmer_a634.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.