4 janvier 2021

Comment préparer son domicile contre les pillards

Même si la situation économique actuelle n'est pas encore aussi délétère au point d'entraîner le pillage en série d'immeubles d'habitation, il est certain que nous y arriverons un jour.

En fait, il suffirait d'une catastrophe naturelle comme à Saint-Martin, localisée dans une grande ville ou une zone densément peuplée, pour lancer les meutes aux trousses des honnêtes citoyens.

Que la cause découle de la nécessité, ou qu'elle soit l'expression de la colère et de la rébellion, il est donc important de savoir comment préparer son domicile contre les profiteurs de tous bords...



Dans un scénario de crise d'envergure, chaos ou pas, une fois que les magasins auront été vidés de leur stock de fournitures et d'équipements, il est pratiquement inévitable que la foule des affamés et autres illégaux présents sur le territoire se tournent vers les maisons d'habitation pour y chercher leur bonheur.

Que veulent les pillards ?


Vous vous demandez peut-être pourquoi les pillards pillent ou bien ce qu'ils veulent ? Et pourquoi voudraient-ils piller votre maison en particulier ? Ce sont des questions qui n'ont pas vraiment de réponse. Il arrive souvent que le pillage trouve sa justification dans le manque de ressources. Mais il arrive aussi qu'il se produise tout simplement parce que le monde abrite de mauvaises personnes.

Le pillage est également appelé mise à sac, saccage, spoliation ou dépouillement. C'est le vol de biens par la force, soit par la victoire militaire ou politique, soit lors d'une catastrophe comme une guerre ou un soulèvement. Les pilleurs voudront tout ce qui est susceptible de leur tomber sous la main : de la nourriture, de l'eau, des objets qu'ils peuvent vendre, des ressources, et, plus généralement, toutes les fournitures dont vous pouvez disposer.

Pourquoi voudrait-on s'attaquer à votre maison en particulier ? Il ne s'agira pas seulement de votre maison : dans un vrai contexte de chaos, soyez certain que TOUTES les maisons individuelles seront des cibles potentielles, qu'elles soient isolées ou pas, et quel que soit leur aspect. Imaginez seulement des millions - voire des dizaines de millions - d'individus affamés sans foi ni loi, à la recherche de quoi se nourrir, et vous comprendrez vite qu'aucune habitation ne sera épargnée. 


Montrer au monde que vous êtes prêt à vous battre vous mettra-t-il en plus grand danger ?


C'est une autre question à laquelle il est difficile de répondre de manière définitive, mais le fait est que vous pourrez mieux défendre votre maison si vous êtes réellement prêt à le faire. Dans certaines circonstances, le fait de montrer que l'on sait comment se défendre pourrait attirer l'attention et rendre une attaque plus probable, pour peu que l'on se montre trop voyant à ce sujet.

Si les gens savent que vous défendez quelque chose de valeur, cela pourrait les inciter à tenter leur chance pour obtenir ce que vous essayez de défendre.

Si vous vivez dans une forêt, vous pourriez sans doute transformer votre maison en une forteresse sans que personne ne le sache. Et tout pillard potentiel qui tomberait dessus pourrait avoir une mauvaise surprise. Mais si vous vivez dans une zone densément peuplée, vous devez être un peu plus prudent. Donner à votre maison un air de prison de haute sécurité, c'est à la fois ennuyer les voisins et attirer l'attention. C'est pourquoi certains conseillent de préparer sa maison contre le pillage sans trop de changements visibles.

Personnellement, je suis en faveur d'une défense proactive, quitte à ce qu'elle soit visible voire ostentatoire. Tout comme le célèbre mafieux d'Il était une fois le Bronx, j'estime qu'il vaut mieux être craint qu'être aimé, et je crois aussi que le fait de montrer que l'on est en mesure de se défendre pourrait constituer une bonne façon de décourager bon nombre de malfaisants ou d'opportunistes de tenter leur chance. A condition bien entendu de s'être assuré au préalable de la capacité REELLE de le faire en prenant les mesures adéquates.

C'est pourquoi, bien qu'habitant dans une zone urbaine, j'ai prévu d'installer du Concertina et du barbelé autour de ma propriété le moment venu, et serai prêt à en assumer les conséquences.


Comment préparer sa maison contre les pillards ?


Dans cet article, nous étudierons quelques moyens basiques et abordables pour protéger son lieu de vie contre les attaques éventuelles. L'essentiel est de garder à l'esprit que ce genre de chose peut arriver à tout moment, a fortiori lors de périodes chaotiques, et qu'elle arrive aussi en temps de paix quelles que puissent être les circonstances.




Sécuriser la zone autour de sa maison


Si votre maison donne l'impression qu'il serait facile d'y entrer, elle sera d'autant plus une cible. Vous ne pouvez pas vous protéger, ni protéger votre maison, si vous n'êtes pas en mesure de sécuriser la zone qui l'entoure. Ce sera donc la première des choses à faire, avant même de songer à la protection de l'habitation elle-même.

En fonction de votre situation, cette zone pourrait être votre jardin si vous vivez en maison individuelle, votre cage d'escalier dans un immeuble, et s'étendre jusqu'aux chemins d'accès si vous êtes en campagne. 

L'astuce pourrait consister à sécuriser la zone autour du lieu de vie sans que cela ne soit (trop) évident pour les voisins ou d'éventuels pillards ; ou, au contraire, plutôt visible. Comme nous l'avons vu plus haut, les deux conceptions restent à mon avis valables, et chacun devra choisir celle qui lui semblera la plus appropriée compte tenu de sa situation et de ses moyens de défense.


Installer un système d'alarme


Je sais que beaucoup de propriétaires disposent de systèmes qui "filment" les gens une fois qu'ils sont à la porte d'entrée (ou à l'intérieur). C'est très bien, mais qu'en est-il des limites de votre propriété et des individus qui sauteraient la clôture pour arriver dans votre cour ou jardin, et qui ne seraient pas vus par vos voisins ? 

La première mesure est donc à mon sens de sécuriser les bordures elles-mêmes sur tout le périmètre, ou une partie seulement si l'on veut aménager une "zone de destruction" (voir notre Manuel tactique de défense du domicile - dossier n° 8).

Pour cela, une clôture haute rigide ou semi-rigide, une haie de fourrés épais idéalement épineux, éventuellement doublés de barbelés, ou encore des enchevêtrements disposés le moment venu pourraient convenir.

De simples détecteurs de mouvement connectés à des éclairages et placés à des endroits judicieux constituent un moyen simple et efficace pour alerter d'une intrusion dans le périmètre, une fois passées les limites. Il existe pour cela des modèles autonomes fonctionnant à l'énergie solaire d'un coût très abordable et qui fonctionnent bien.

Vous pouvez aussi mettre en place un vrai système de sécurité avec une batterie de secours si les pillards coupent les fils de votre système câblé. Un dispositif sonore peut ralentir les pilleurs mais ne protègera pas nécessairement votre propriété. Dans un scénario de chaos, la plupart des systèmes d'alarme "traditionnels" deviendront pratiquement inutiles, car intervenant trop tard. Ce qu'il faudra à ce moment-là, c'est un système d'alerte précoce. Si vous êtes en mesure de maintenir une surveillance visuelle, les détecteurs solaires mentionnés ci-dessus peuvent être suffisants, mais je conseille de les doubler systématiquement de dispositifs sonores.

Pensez aux grelots, de petits moyens d'alerte tout simple et extrêmement efficaces lorsqu'ils sont attachés à des fils de clôture ou des fils invisibles. C'est le même principe que les pièges sonores utilisés par les GI's au Vietnam avec des boites de conserve remplies de cailloux. Il existe des modèles munis d'un petit anneau (à accrocher au barbelé avec du fil de fer), et d'autres d'une pince utilisés par les pêcheurs. Leur coût est dérisoire et tout survivaliste devrait en conserver un stock suffisant.

Sinon, vous pourriez aussi envisager d'adopter un bon chien de garde, mais les contraintes ne sont pas les mêmes !

Bien entendu, cela ne dispense pas d'installer des postes d'observation situés à l'extérieur du périmètre, si l'on dispose de personnel pour cela.

Gardez toujours à l'esprit que le but d'un système d'alarme dans un scénario de chaos est avant tout de prévenir d'une intrusion, et non pas de l'empêcher. Vous ne pourrez sans doute pas empêcher un individu ou un groupe de personnes déterminées de passer les limites de votre propriété. Par contre, le fait de pouvoir être alerté suffisamment tôt de leur présence est capital. Et plus vous serez prévenu à l'avance, plus vous aurez de chances de traiter le problème efficacement. Quelques secondes peuvent suffire à sauver une vie !


Y'a aussi ça...


L'éclairage


Rien ne dissuade plus qu'un éclairage puissant autour d'une maison. En temps de paix, gardez les lumières de votre porche avant et de votre porche arrière allumées autant que possible tous les soirs. En temps de chaos, les détecteurs solaires pourront prendre le relais. Ils fourniront en même temps l'éclairage nécessaire pour ajuster vos tirs éventuels.


Les ouvertures


L'une des premières choses que vous devriez faire est de déterminer les angles morts autour de votre maison. Ainsi, tout endroit que vous ne pouvez pas voir d'au moins une de vos fenêtres est une zone vulnérable ; une zone à partir de laquelle des pilleurs tenteront en priorité leur assaut. Vous devez donc impérativement la ou les consolider.

Laissez les zones situées entre les ouvertures se développer avec des ronces. Prévoyez le moyen venu de placer un enchevêtrement bas avec des piquets courts et du fil de fer barbelé à l'endroit où vous laisserez pousser l'herbe pour le dissimuler (voir La protection de périmètre - dossier n° 4). Cachez-y des détecteurs sonores ou autres moyens d'alerte.

Vous pouvez également acheter un film de protection pour aider à empêcher que vos fenêtres ne soient brisées avec, par exemple, une chaise ou un gros objet. Soyons clair, un tel film ne transformera pas vos fenêtres en vitres blindées, mais il évitera qu'elles volent en éclat en cas d'effraction ou de simples jets d'objets depuis l'extérieur. Ne serait-ce qu'à ce titre, l'utilité est certaine. Un film de protection peut aussi empêcher le verre de se transformer en projectiles multiples. 

Ce film de sécurité n'est pas à l'épreuve des balles, mais il peut décourager un pillard d'essayer d'entrer dans votre maison parce qu'il faudra plus de temps pour briser vos fenêtres. N'oubliez pas : le temps est un facteur critique ! Si nous faisons ce qu'il faut pour ralentir au maximum des assaillants éventuels, il est probable qu'ils aillent voir ailleurs, dans une autre maison en bas de la rue, plus facile d'accès. 

Le but est "d'empiler" les obstacles, c'est à dire en mettre autant que possible, les plus variés possibles. C'est le moment d'être créatif ! Une succession de "petites" choses contraignantes vaut parfois mieux qu'un seul gros obstacle tel qu'un piège, qui risque d'être plus facilement contourné.


Se préparer à un incendie


Un extincteur (ou plusieurs) est une chose que tout survivaliste SE DOIT de posséder. Voici quelques faits intéressants sur les extincteurs ordinaires que nous avons à la maison, dans le garage ou dans la voiture. Tous les extincteurs sont munis d'étiquettes spéciales qui indiquent la classification des combustibles contre lesquels ils sont efficaces :

1. Feux de classe A : Combustibles ordinaires comme le papier, le tissu, le bois, le caoutchouc et de nombreux plastiques.
2. Feux de classe B : Liquides inflammables comme le pétrole, l'essence, les allume-feux liquides, le kérosène.
3. Feux de classe C : Équipement électrique sous tension, comme les câbles ou les moteurs. Une fois que l'électricité est coupée, ces équipements deviennent de classe A.
4. Feux de classe D : Les métaux combustibles comme l'aluminium, le magnésium ou le titane.

Lorsque vous achetez un extincteur, il est donc extrêmement important d'identifier le type de combustible contre lequel vous envisagez d'avoir à lutter.

Les extincteurs de classe ABC sont des extincteurs à poudre. Ce sont les plus polyvalents, mais aussi les moins pratiques à utiliser. Pourquoi ? Parce qu'ils ont le même effet qu'un fumigène, en noyant toute la zone traitée ainsi que les alentours dans un épais brouillard. Ceux qui ont déjà utilisé ce genre d'équipement savent parfaitement ce à quoi je fais allusion. Le problème est que dans un scénario de défense, il peut être dangereux de perdre sa visibilité.

Personnellement, je vous conseille vivement d'opter pour des extincteurs de classe AB. Ce sont des extincteurs à eau (+ additifs), qui permettent de lutter contre le feu tout en conservant une vue parfaite sur le foyer et ce qui se trouve autour. Dans un scénario de chaos, les feux électriques ne seront certainement pas le problème pour la majorité d'entre nous, et la classe C n'est donc pas nécessaire. Prenez des modèles de 6 litres au maximum, qui sont plus faciles à manipuler.

De nombreux survivalistes ont prévu de protéger leurs fenêtres avec du grillage pour réduire le risque que des assaillants mettent le feu à leur maison avec des cocktails incendiaires de type Molotov. C'est certainement une bonne idée, et vous pourriez d'ores et déjà préparer de tels cadres adaptés à la dimensions de vos ouvertures. Rien n'empêche de stocker également :

- Des couvertures anti-feu, des gants pour chaque pièce
- Des seaux de sable,
- Des extincteurs (obligatoire),
- Un long tuyau d'arrosage connecté à une cuve, ainsi qu'une pompe pour alimenter la pression.




Préparer sa maison pour un siège


Un siège pourrait être l'hypothèse où des pilleurs - voire des militaires - encerclent votre maison pendant une période prolongée ; une éventualité durant laquelle vous ne pourrez pas quitter les quatre murs de votre maison pour aller chercher des provisions sans risquer de vous faire tirer dessus. 

Historiquement, les sièges se terminent par la reddition de la forteresse assiégée ou par une prise d'assaut réussie. Dans le cas de pilleurs, la stratégie et le but poursuivi sont différents. Toute personne vous attaquant dans un scénario de chaos visera vos réserves ou le contrôle de votre maison. Donc, si vous faites de cette dernière une cible difficile, les pilleurs finiront par s'en aller chercher des proies plus faciles. Cependant, cela pourrait durer plusieurs jours. Pendant tout ce temps, vous aurez besoin de provisions dans la maison et NON pas dans le garage ou à l'extérieur

La clé pour tenir bon pendant un siège est d'être capable de tenir pendant ces quelques jours vitaux. Vous devez donc constituer des réserves et déterminer ce dont vous aurez besoin à l'intérieur de votre périmètre de défense.

C'est sur cela que vous devrez compter jusqu'à la fin du siège. Ainsi, peu importe que vous ayez un puits dans votre cour avec de l'eau propre en quantité illimitée ; si vous ne pouvez pas l'atteindre sans vous faire tirer dessus, vous avez perdu votre forteresse. 

L'eau est votre principale priorité. Vous pouvez vivre un certain nombre de jours sans nourriture, mais vous avez besoin d'eau. Voici les choses les plus importantes à avoir le plus près de vous possible :

- Eau
- Nourriture
- Fournitures médicales
- Equipements de lutte contre les incendies
- Trousses de premiers secours
- Armes et protections


Armes et protection


Nous connaissons tous de bonnes personnes qui ont des armes, c'est un fait. La vérité, c'est que les mauvaises personnes en auront elles aussi, d'un genre ou d'un autre. Donc, dans tous les cas, vous aurez besoin d'armes pour vous défendre. Si votre maison a le potentiel de devenir une cible - et TOUTES les maisons individuelles deviendront des cibles potentielles dans un scénario de chaos - il faudra que vous soyez en mesure de la protéger. 

Cette préparation ne consiste pas seulement à avoir des armes, mais aussi à savoir comment les utiliser. Vous devez notamment savoir quelles fenêtres vous utiliserez comme positions de tir (et les renforcer en conséquence), et les endroits où les membres non combattants de votre famille devront se rendre pour se protéger et se mettre en sécurité.

Les sacs de sable sont une bonne protection pour les fenêtres, mais vous pouvez aussi utiliser des meubles lourds et des piles de livres pour vous protéger des tirs ennemis. 

Si vous voulez protéger votre maison avec des armes, assurez-vous de savoir comment tirer. Prenez des cours, allez dans un club de tir et demandez à quelqu'un de vous enseigner le maniement des armes et entraînez-vous. Puis apprenez-le à tous les habitants de votre maison. 

Les armes que vous pouvez avoir à votre disposition comprennent en priorité :

- Fusils de chasse
- Armes de poing
- Munitions en abondance

Suivant les sensibilités et compétences de chacun :
- Épées
- Arc et flèches
- Couteaux
- Battes de base-ball et autres bâtons


Dernières réflexions


Parfois, les moments désespérés appellent des mesures désespérées. Vous pouvez préparer physiquement votre maison au mieux de vos compétences, mais au bout du compte, vous devrez peut-être utiliser des armes pour vous protéger et protéger votre matériel. Soyez prêt. Soyez vigilant.

La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous préparer au pire tout en espérant le meilleur ! 

Je vous souhaite bonne chance, mais n'ayez aucun espoir si vous n'êtes pas prêt à prendre une arme et à vous battre, et que vous n'avez pas d'entraînement.

Bonne Année 2021, et restez cool...

14 commentaires:

  1. encore des solutions à ne pas négliger...perso j'ai pris les devants, avec des haies épaisses tous le tour( le terrain fait 2000M2), du barbelé au niveau des entrées, des détecteurs de mouvement sonores sur 12V solaire aux endroits de passage, on verra bien si il y en a un qui tente le passage , il me reste à faire un grand trou dans le jardin pour accueillir du fumier.
    robin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anonyme, le trou, c'est bien pour le fumier, mais n'oubliez pas la chaux, pour certaines odeurs , et contre microbes et autres parasites à 2 pattes ça fait l'affaire. Portez vous bien

      Supprimer
  2. bonjour à tous et à toutes, de très bonnes solutions à rajouter sur mon terrain, merci Mr Templar, j'ai aussi prévu quelques surprises je dirai radicales ,mais surtout que je peux répéter, souvent. Quand aux pièges à cons, que j'étudie depuis ...pas cher, et celui dans l'image que vous présentez ci dessus, très efficace. Une bestiole,en a fait l'expérience . avec 3x rien... Certes je ne suis pas parfait, mais chaque jour, révision comme à l'école.Quand à mes surprises, bien évidement la pose facile mais ne pas oublier les endroits.Biens des abrutis se sont eux même piégés???? En bref, perso j'ai ma femme très malade, moi mon genoux qui m'a trahi (je préfère en rigoler) mon nom :" Ne sera pas Kangourou bondissant". Donc grâce à ce blog que j'apprécie énormément, et encore merci à Mr Templar et son équipe, grâce à vous toutes et tous, j'affute mes modeste compétences. Je terminerai par , ce mot empathie , comme tous les adjectifs mielleux , sont rayés de mon dico.Les rêves délétères je les laisse pour qui en a envie . Je reste réaliste, rien n'est parfait, tout est à apprendre et reste à faire. La vie à l'heure actuelle, reste toujours ce fleuve pas tranquille, à nous d'avoir la bonne embarcation, la est la question , portez vous bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et bonne année à tous, je rajoute une idée : du fer à béton de 8, du fil de ligature et une tenaille.
      Possibilité de faire multiples pièges anti-personnel.Peu cher et très efficace (n'oubliez pas de les badigeonner d'excréments humain).Gilles

      Supprimer
  3. Pour protéger ses fenêtres, baies vitrées, le "Nergalto" est aussi un moyen très efficace qui stoppera les objets lourds et contendants mais, malheureusement, pas les balles.
    LMR

    RépondreSupprimer
  4. En gros il y a deux types de protection les fixes et je dirais les autres que l'on peut mettre en oeuvre rapidement.Dans les premières et pour la campagne tout les végétaux difficiles a traverser sans casse(ronces mélées a des lianes de chèvrefeuille,cactus dans le midi) qui si possible doivent avoir l'aspect le plus anodin de haies classiques ,un mélange de végétaux lesquels en cas d'urgence peuvent devenir une barrière de feu.Si avant l'implantation on peut y ajouter quelques rangées de barbelés ou concertina qui seront masqués par la végétation cela peut ralentir une attaque.Reste l'aménagement du terrain lui même(trous talus bien raides etc etc etc ) Pour les protections amovibles les herses au sol diverses et variées stoppent net une voiture ainsi que les chicanes avec trois bidons de 200 litres remplis d'eau en quinconces.Mes panneaux de vente, étaient régulièrement arrachés ,une demi douzaines de Gilette collées derrière et dépassant de 5mm ont suffit pour que la prédation disparaisse,de même des rouleaux sur le faîte des murs freinent sérieusement l'escalade sans échelle tout en restant anodins .Il faut que ces constructions ne soient pas chronophages et faciles a réaliser.Pour les appartements la porte blindée est inutile si les murs autour ne le sont pas,il suffit de voir l'équipement des miliciens actuels.Un appartement est un cul de sac ,prévoir une sortie pour ne pas se trouver coincé (passer par le balcon du voisin) en cas d'extrème urgence et éviter si possible les étages élevés(au dessus du troisième) on saute encore sans trop de risques jusqu'a 5,5 mètres.Les régions de villégiatures disposent de tellement de locaux inhabités les 4 /5ème de l'année qu'il y a peu de chance que des pillards s'intéressent a ce qui est farouchement défendu d'ou le choix de votre résidence si possible ,le castel entouré de douves ne courant pas les rues il n'empêche que le choix doit se faire avec cette idée est-ce défendable a peu de frais et vivable agréablement sans attirer l'attention

    RépondreSupprimer
  5. suite pour les haies plantez du pyracantha et achetez du sparadra pour ceux qui tenteraient involontairement la traversée du bosquet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est interdit en France il me semble. A cause du feu bactérien.

      Supprimer
    2. exact Christian ,mais on en trouve partout,la france devient le pays des interdits ,je vois mal les pandores venir constater ,en botanique ils sont loin d'être des spécialistes

      Supprimer
    3. Du Berberis? Epine Vinette,Un truc indestructible, et très épineux. Hasard? j'en ai juste sous la fenêtre de mon salon, héritage d"un précédent propriétaire. Personne ne s'en approche, autres plantes déco et défensives, des mahonias.

      Supprimer
  6. euh au fait préparez un peu de cash ou prévoyez un carnet de chèque pour les jjours à venir les dab risquent d'être un peu fatigués et la centrale des cartes bleues (à Londres) pourraient (conditionnel de rigueur) avoir quelques faiblesses momentanées dans les jouirs qui viennent

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, tout d'abord merci encore M Templar pour vos articles.

    Je voudrais réagir à cette phrase sur l'éclairage : "Rien ne dissuade plus qu'un éclairage puissant autour d'une maison.". Et pourtant, il y a moins de cambriolages ou d'agressions dans les zones sans aucun éclairage (ni public, ni privé). Les gredins aussi ont peur du noir ! et ils se rendent compte que pour un cambriolage, leurs lumières les trahissent et les rendent visibles. De plus, comme personne n'aime le noir, personne ne sort, donc moins d'agressions.

    Je rajouterai qu'en cas de chaos, avoir de la lumière, c'est devenir un lieu qui abrite des ressources rares ! "Dirigez vous vers la lumière", un passage de la Bible (je crois ?) qui sera appliqué en temps de chaos. Comment être un homme gris quand on étale son électricité aux yeux de tous ?

    Ensuite, selon les situations, je ne dis pas. En ville, il y a tout le temps de la lumière, l'éclairage privé est logique. En temps de chaos, une fois les gredins repérés, allumage des projecteurs (éblouissement des gredins), illumination opportune des cibles mouvantes.

    Sujet complexe que l'éclairage.
    Bonne année et bonne santé à tous, c'est le plus important comme dit ma grand-mère.
    Cordialement, un jeune au chômage (et c'est chiant !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tendance à être d'accord avec ce commentaire.
      En pleine lumière il est facile de repérer les ponts faibles et les défenses. Sans, il faut s'approcher et souvent s'éclairer.
      Et le défenseur connait les lieux (et les bruits habituels), ce qui lui donne un avantage. Je rappelle que les défenseurs d'un château fort étaient entrainés à monter et descendre les escaliers en courant dans l'obscurité. Comme les marches étaient volontairement irrégulières, les attaquants devaient soit ralentir fortement, soit s'éclairer, ce qui les rendait vulnérables, soit rater des marches, ce qui ne les aidait pas...
      Depuis tout gamin je me suis entrainé à me déplacer dans l'obscurité, ça peut sauver en cas de problème! Et donc je suis très à l'aise dans la pénombre.

      Supprimer
    2. Ah oui, eh bien depuis l'époque des châteaux-forts on a fait quelques progrès.
      Entre autres les projecteurs infrarouge (dont les prix sont en chute libre chez les marchands d'alarmes) qui, combinés à des lunettes de vision nocturne à bas prix du style Lidl, permettent de voir la nuit sans s'annoncer.
      Ensuite on décide: on ouvre le bal en vision nocturne ou, une fois une idée faite de la menace, on dissuade en allumant les projos.
      J'ai gardé un souvenir ému de la combinaison d'un laser infrarouge sous le PM Beretta M12 (montage bidouille comme on pouvait) et des lunettes de vision nocturne. Vu la distance d'engagement au PM, du bon scotch faisait l'affaire. Je parle du scotch qui répare, pas celui qui déchire. Celui-là, c'était pour après les accrochages.
      Aucune chance en face. Un soupçon de culpabilité rétroactive: ça frisait le braconnage. Culpabilité modérée par le fait que les rebelles de la ZIPRA (soutenus par les Ruscoffs) et de la ZANLA (soutenus par les ping-pongs) nous auraient découpés tous vifs s'ils nous avaient serrés. Donc on a perdu le match mais on ne regrette pas d'en être sorti seulement blessé grâce entre autres au matériel. Et ça, c'était en 1979-1980. Depuis on fait encore bien mieux.
      Mais c'est sûr que si on met toutes ses pépettes dans une kékémobile avec volant en peau de mouton et jeu de lumières façon K2000, il n'y a plus de sous pour acheter l'essentiel. Là aussi la sélection naturelle fera le tri. Et ce n'est pas plus mal.
      Au fait, un truc si vous voulez monter au carton l'esprit libre: les deux lacets autour du cou. Un court et un long. On attache la grenade au lacet long. On vire la goupille quart de tour de la grenade et on la remplace par une goupille mécanique qu'on peut arracher d'une traction forte qu'on relie au lacet court. Si on morfle et qu'on peut encore bouger, une traction et ça sera fini dans quelques secondes. En évitant les "raffinements" adversaires désagréables. Avec un peu de chance en emportant un adversaire s'il a la prétention d'essayer de retirer l'ensemble du cou. Aujourd'hui on trouve des drisses en Kevlar avec lesquelles on est sûr de lui faire perdre plus de temps à essayer de les couper que le temps que lui laissera le bouchon allumeur. On n'arrête pas le progrès

      Supprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.