3 janvier 2022

Le groupe électrogène pour le survivaliste

Les pénuries sont à l’ordre du jour, et les lumières pourraient bien s’éteindre un beau matin pour quelques heures à plusieurs jours, sans compter le risque de voir les droits aux services publics réduits pour les non vax.

Le groupe électrogène fait partie des incontournables dans le domaine de la production d'énergie auxiliaire, et de nombreux survivalistes ont peut-être envisagé de s'en équiper.

Cependant, l'offre est vaste et l'investissement parfois conséquent. Cet article a donc pour but de vous guider dans le choix d'un modèle adapté à vos besoins réels, ainsi qu'à votre budget.


Il existe 5 types de groupes électrogènes, classés en fonction de leur mode d'utilisation :

  • Limité
  • Hobby 
  • Semi-professionnel
  • Professionnel
  • Industriel

Pour des prix allant de 170 euros à plus de 5500 euros (pour les modèles "portables").

La toute première chose à considérer est le choix de la puissance :


Comment Bien Choisir La Puissance D’un Groupe Électrogène 

Le premier critère concerne la nature des équipements que l'on aura besoin d’alimenter avec le groupe. Après quoi, on effectuera un calcul très simple, comme expliqué ci-après, pour connaître la puissance nécessaire que celui-ci devra être en mesure de fournir.

Puissance requise = Consommation de l’objet X Coefficient de démarrage

Le coefficient de démarrage est une caractéristique fondamentale pour tout appareil qui fonctionne avec du courant électrique. Il indique de combien augmente exactement la consommation de l’objet en phase de pointe et sert donc à déterminer concrètement combien de WATTS seront nécessaires à sa mise en route.

Exemple : Compresseur ( 1500 Watts ) X Coefficient ( 2 ) = 3000 Watts.

Il faudra donc s’orienter vers un groupe électrogène qui possède une puissance en WATTS égale ou supérieure à celle du résultat obtenu.

Dès lors, il est indispensable de vérifier la consommation des équipements que l'on projette d'alimenter dans leurs manuels d’utilisation respectifs, ou encore sur la plaque apposée sur ceux-ci.


Mais ce n'est pas tout ! Prenons un exemple, qui permettra de mettre en lumière d'autres problématiques. Par exemple ce modèle de groupe :


Groupe électrogène GeoTech monophasé thermique GGP 9500 ESA


Il s'agit d'un groupe électrogène à essence doté d'un moteur de 13 cv délivrant une puissance nominale en service continu de 7,500 kw. Son prix est de 770 euros TTC. 

Or que peut on lire au niveau des recommandations et du champ d’application ?

- Le groupe électrogène peut être utilisé uniquement pour alimenter un seul appareil électrique à la fois (dans les limites de la puissance produite en KW, par rapport à l’absorption en phase de démarrage, qui doit être inférieure à la puissance diffusée par le groupe électrogène) ;

- Le groupe électrogène peut être utilisé pour alimenter des installations domestiques en cas d’urgence (absence de service de diffusion du courant par son propre fournisseur d’énergie électrique), seulement sur les versions spécifiquement dotées d’un dispositif ATS de démarrage automatique (réalisé spécialement dans ce but et doté de systèmes de branchement au compteur domestique) ;

- Le groupe électrogène a été conçu pour un usage NON PROFESSIONNEL, il est donc exclusivement adapté à une utilisation occasionnelle (non fréquente). Les séances de fonctionnement ne doivent pas dépasser les 3-4 heures continues (au delà, elles entraineraient une surchauffe ou une usure prématurée de l’alternateur, en particulier des composants stator et rotor). 

Ainsi, et malgré son prix conséquent, un tel groupe est à classer dans la catégorie "hobby".

Ce qui signifie que si l'on a besoin d’un groupe électrogène pour usage fréquent (par exemple une fois par jour), il faudra s’orienter vers une autre catégorie de groupe, spécifiquement conçu pour une utilisation fréquente, et plus précisément un groupe de niveau PROFESSIONNEL ou mieux encore de niveau INDUSTRIEL (équipé non pas d’un alternateur standard à 3000 tours/min comme celui-ci mais d’un alternateur professionnel à bas régime de tours : 1500 tours/min. – doté aussi bien d’un moteur que d’un alternateur refroidi par liquide ayant un niveau de caractéristiques spécifiques et d’un prix très différent).

Plage horaire d'utilisation du GeoTech ci-dessus :


Un tel groupe est fait pour tourner jusqu'à 4 heures au maximum en continu. Au delà, on l'abime irrémédiablement, avec les conséquences que l'on peut imaginer dans un environnement dégradé ou les pièces de rechange et services de maintenance ne sont plus disponibles.

Si vous aviez pensé pouvoir utiliser le petit groupe acheté sur Amazon pour alimenter votre congélateur, ne serait-ce que quelques heures par jour tous les jours pendant des lustres, vous avez tout faux...

Ce groupe électrogène n’a pas non plus été conçu pour être intégré dans une installation de panneaux solaires ou photovoltaïques dédiés à la production d’énergie, ni pour la recharge ou la manutention de leurs batteries ; cette utilisation peut endommager sérieusement le groupe électrogène, aussi bien la pièce alternateur que la partie moteur ou électrique. Toutes les installations photovoltaïques demandent un groupe électrogène à usage proprement INDUSTRIEL (et non domestique comme celui-ci), spécifiquement étudié et conçu pour une telle fonction.

Si vous voulez faire tourner une installation en continu, par exemple un congélateur ou même un frigo pendant toute une journée voire plus, vous devrez donc orienter votre choix vers un modèle professionnel au minimum, voire industriel.


Groupe électrogène professionnel monophasé TechnoGen H3500

Le groupe professionnel ci-dessus dispose d'un moteur Honda GX200 fonctionnant à l'essence, d'une puissance de 6,5 ch. Avec un prix de 800 euros, on pourrait penser que c'est une bonne affaire comparé au précédent. Sauf que la puissance n'est que de 2,500 kw en continu !

Si vous avez besoin d'un peu plus de 5 kw, il faudra débourser pratiquement le double, au minimum, voire 3 fois plus suivant les modèles.

Les deux premiers critères fondamentaux que nous venons de voir sont donc :

- La puissance

- La durée prévue d'utilisation ainsi que la fréquence

Il en existe d'autres, notamment celui du carburant.


Essence ou Diésel ?

A vrai dire, nous n'aurez pas vraiment le choix une fois que vous aurez déterminé vos besoins réels ainsi que vos impératifs en termes de mobilité.

Si vous voulez un modèle "portable" (moins de 100 kilos), vous n'aurez pas d'autre choix que les groupes qui tournent à l'essence. Vous ne trouverez pas de petits groupes d'appoint fonctionnant au diésel. Les plus petits modèles diésel semi-pro pèsent 100 à 130 kilos pour les plus légers. Bien entendu, ce critère de poids ne devrait pas être un problème pour ceux qui entendent installer leur groupe à demeure, quelque part autour de la maison.

Autre aspect à prendre en compte : les groupes diésel démarrent avec une batterie. Si la batterie est morte, c'est le serpent qui se mord la queue... à moins d'avoir une batterie de rechange ou de quoi la recharger. Cependant, ce sont des modèles de conception parfois plus ancienne, sans régulateur, comportant moins de pièces électroniques et donc moins sensibles aux éventuelles IEM.

Les moteurs diesel sont les plus rentables en termes de consommation de carburant. Parce que vous consommez moins, je dirais que le carburant diesel est plus pratique. Il est aussi plus efficace que l’essence (en plus d'être moins inflammable), délivrant jusqu’à deux fois plus de chevaux par heure. À long terme, les moteurs diesel durent plus longtemps. Un générateur diesel fournira un service fiable pendant de nombreuses années. Bien qu’un générateur diesel demande un investissement de départ plus élevé, les économies réalisées au cours de sa durée de vie en valent la peine. Ce critère est bien sûr important dans un contexte de rupture de la normalité. Mon choix se porterait sur le diésel pour les générateurs produisant 5000W ou plus.

Un autre avantage du gasoil est de pouvoir se conserver longtemps, voire de nombreuses années si bien stocké. Les groupes diésel de conception moderne disposent d'un régulateur de tension qui permet d'utiliser des appareils électriques sensibles et sont silencieux (mais donc plus vulnérables).

Gardez à l'esprit que même les groupes semi-pro NE PEUVENT PAS être utilisés plus de 3 ou 4 heures en continu !

Pour ceux qui se chauffent habituellement au fuel, le groupe électrogène diésel pourrait être une bonne option, en permettant d'utiliser le carburant naturellement en stock en cas de problème. Ce qui éviterait d'avoir à stocker de l'essence en plus.

Un exemple de groupe diésel avec son régulateur

Les bons modèles à essence sont presque silencieux (avantage notable) à moins de 60db et disposent d’un onduleur, ce qui les rend utilisables pour une pompe à chaleur ou un matériel sensible sur le plan électronique.

Inconvénient : il semble entendu que l’essence ne se conserverait pas plus de 3 à 6 mois. On préconise alors de prévoir des stocks tournants ou mélangés à un additif (il en existe qui garantissent jusqu’à 2 ans de longévité, comme le "Fuel stabilizer" de chez Ipone, 14 euros pour 20 litres). 

Parenthèse personnelle : il est difficile de trouver des informations vraiment fiables en ce qui concerne la durée de conservation de l'essence ordinaire. Certains disent quelques mois à peine, d'autres des années. Personnellement, je ne dispose pas de recul suffisant pour le confirmer, ou pas. Dans tous les cas, il est impératif de conserver l'essence dans des jerricans en métal, et non pas des bidons en plastique ordinaires. Les jerricans de type militaire qui disposent d'un joint caoutchouc parfaitement étanche sont les mieux adaptés. Je suis intimement persuadé que l'essence peut se conserver plusieurs années dans de tel contenants, et certains garagistes me l'ont assuré.

Autre avantage des groupes électrogènes fonctionnant à l'essence : l’absence de batterie ! (du moins ceux que l'on met en route avec un cordon). Les batteries s’usent, se périment, lâchent quand il ne faut pas. Par contre, ces groupes modernes sont bourrés d’électronique et en cas d’IEM, bonjour les dégâts...


Autre point : la consommation 

Un gros groupe consomme plus qu’un petit et il est possible que votre niveau de confort se retourne contre vous. Lorsqu’il vous faut 1 litre à l’heure, les jours se traduisent en jerricans entiers. Il est donc indispensable de prévoir une partie de la journée sans groupe et/ou d’avoir un petit groupe plutôt qu’un gros dont on ne pourra pas assumer les besoins.

Et enfin le bruit... Un groupe reste relativement bruyant, même le plus silencieux, en particulier s'il marche au gasoil. Il peut donc aider à se faire repérer, et générer des tentatives de vol. Sachant qu’un groupe en fonctionnement émet des gaz d'échappement et doit rester à l’extérieur (ou le doter d'un embout débouchant à l'extérieur).

Inutile de vous dire qu’en cas de crise majeure, il deviendra l’objet de toutes les convoitises.


Acheter un groupe ?

Pour une maison de petite taille, 4 et 5 kw de puissance permettent de tout assumer (mais pas tout ensemble !). On ne fera pas tourner en même temps machine à laver, lave-vaisselle, aspirateur, four, etc.).

Pour le reste : calculez vos besoins et déterminez la puissance minimale nécessaire.

Mon sentiment : faire tourner un congélateur sur un groupe électrogène me semble être une hérésie totale. Imaginez la quantité de carburant dépensée sur quelques jours à peine, sans parler du coût ! Au prix de 1,50 euro le litre, vous aurez payé deux ou trois fois ce que vous avez congelé. Sans parler d'éventuelles difficultés de réappro, ni de l'investissement initial obligatoire dans un groupe industriel.

Mon conseil : garder son congélateur aussi peu rempli que possible, de manière à ne pas perdre tout son contenu en cas de panne de courant prolongée. Les chasseurs ou les éleveurs qui ont pour habitude de congeler leur surplus devraient peut-être penser à faire des conserves au fur et à mesure...

Personnellement, je vois l'utilisation d'un groupe uniquement de manière occasionnelle, par exemple pour utiliser un outil servant à renforcer le moment venu ses lignes de défense (perceuse, scie, fer/poste à souder, etc.), ou faire tourner une machine à laver (c'est quand même moins chiant que le battoir... à condition que l'eau circule encore dans les tuyaux). En restant dans ce créneau, on évite un investissement de départ trop important, et on économise le carburant.

L'avantage de ce matériel par rapport à un générateur solaire est de pouvoir tourner tant que l'on a de quoi remplir le réservoir, quelles que soient les conditions climatiques du moment. Si vous êtes en hiver et que la batterie de votre générateur solaire est vide, il se pourrait qu'il faille attendre l'été suivant pour la recharger ! Un autre avantage est qu'à coût d'achat égal, un groupe électrogène vous donnera une puissance en watts très supérieure à un matériel solaire.  

Si vous voulez par exemple alimenter une perceuse à percussion de 800 watts dotée d'une puissance de crête de 1300 watts, il vous faudra un générateur solaire de 1500 watts au minimum, soit un investissement de 2000 à 2500 euros (avec les panneaux). Pour la moitié de cette somme, vous pouvez acquérir un petit groupe largement plus puissant ainsi qu'un bon stock de carburant.

Personnellement, je place ces deux types d'équipements au même niveau d'utilité pour un survivaliste. L'idéal pourrait être d'avoir les deux, du moins si l'on habite la moitié Sud du pays. Si j'étais un "nordique", j'opterais pour le groupe électrogène. Notez bien que je parle ici de matériel portable, et non de grosses installations solaires fixes alimentées par un nombre important de panneaux. Un générateur solaire est aussi un matériel très fragile, bourré d'électronique, particulièrement sensible au IEM. 

Autre chose : ne tardez pas si vous vous avez prévu d'acquérir un générateur thermique. Les ruptures de stocks commencent à apparaître, notamment sur les modèles d'entrée de gamme.

Je vous conseille un excellent site trouvé sur la toile qui donne de solides informations et propose à la vente de nombreux modèles de groupes : https://www.agrieuro.fr/groupes-electrogenes-c-46.html

Pour ceux qui veulent aller plus loin dans la connaissance des groupes électrogènes, leur utilisation, leur adéquation : https://blog.agrieuro.fr/groupe-electrogene-guide-dachat/


27 commentaires:

  1. Merci Pierre :) Bonne année à tous !

    RépondreSupprimer
  2. bonjour
    d'abord ,bonne année a vous tous
    personnellement en ce qui me concerne ,j'ai opté pour des générateurs solaire .marque ECOFLOW ...le petit nomade , le gros 4000W !!! avec le kit panneau solaire , recharge sur 12V , 220V ...plus deux batterie de rechanges ..etc..etc ..c'est sur c'est un budget , mais la on est vraiment autonome !!! pas de stockage de carburant !! et surtout le SILENCE ... un petit nespresso en survie ...c'est le pied ...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour et bonne année à toutes et tous.
    J'utilise des panneaux solaires sur mon fourgon depuis une quinzaine d'années. Vue l'intermittence de la ressource, c'est inenvisageable sans batteries. Et s'il y a des batteries, nul besoin que la puissance des panneaux soit égale ou supérieure à la consommation. Par contre, l'onduleur doit être capable de fournir, et son prix en dépend. Il faut aussi vérifier que les batteries peuvent assurer la fourniture de la puissance demandée par l'onduleur.
    En ce qui concerne la puissance du groupe électrogène et son démarrage, certains groupes de faible puissance fournissent aussi bien du 12V que du 220V. Il est possible de les démarrer à la main et on devrait donc pouvoir s'en servir (même sans batterie) pour démarrer le gros lorsqu'on a besoin de beaucoup de puissance. Penser bien sûr à déconnecter la sortie 220V du petit lorsqu'on utilise son 12V pour alimenter le démarreur du gros. Sinon, le déphasage des tensions des deux générateurs 220V risque fort de provoquer de gros dégâts.
    D'autre part, sur le long terme, on peut avoir intérêt à fabriquer soi-même son carburant, par exemple de l'alcool. Mais il faut vérifier que le moteur le supporte.

    RépondreSupprimer
  4. Par contre, le mazout coûte 0,75€ le litre normalement.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, depuis le temps que l'ingéniosité humaine est à l'œuvre personne n'a encore inventé de quoi produire de l'électricité en brûlant du bois ?
    Ce serait l'idéal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca existe :-) , par exemple sous la forme de générateurs à vapeur.
      https://mikebrownsolutions.com/stmpwr.htm

      Supprimer
    2. J'ai vu passer au fil d'internet des gazogènes alimentant le groupe électrogène. Ces solutions ont elles été commercialisées? Ou restent-elles l'expérimentation de géo trouvetou?

      Supprimer
    3. https://kachestvolife.club/gaz/drovyanoy-gazogenerator-svoimi-rukami-kak-sdelat-drevesnyy

      Supprimer
    4. Kit de conversion de carburateur de gpl de 168 NG de double carburant de gpl pour le générateur d'essence de 2KW 3KW 168F 170F de double carburateur de carburant https://aliexpress.ru/item/4000007419570.html?algo_pvid=626d736d-fddc-41fd-a4e6-67252e659401&algo_expid=626d736d-fddc-41fd-a4e6-67252e659401-2

      Supprimer
    5. Merci Anonyme du 12 janvier 2022 à 19:06, ça a l'air passionnant. Dommage que je n'en comprenne pas le moindre mot.

      Supprimer
  6. Bonjour et meilleure année à tous.
    Je répond à la question du stockage de l'essence ordinaire et son contenant.
    Je peux attester que l'essence ordinaire se conserve plusieurs années pour l'instant j'en suis à 4 ans et elle est toujours de bonne qualité car je m'en sers pour la tondeuse,moto et débroussailleur. Concernant le contenant, ce sont des jerricans plastique pour hydrocarbures. Mis à part le fait qu'ils glonflent un peu quand il faut chaud. Donc, le mettre à l'ombre est un minimum. Bien sur, le jerricans militaires en fer c'est le top.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à tous,

      Je confirme, pas de soucis de conservation de l'essence pendant au moins 4 ans (je n'ai jamais utilisé d'essence plus vieille) stockée en jerricans plastique homologués que je conserve à l'ombre). J'y rajoute un peu de de Bardhal et aucun problème sur tous types de moteurs (voiture, groupe électrogène, outils jardin).

      Etienne

      Supprimer
  7. Du bon usage d'un groupe pour produire de l'électricité quand il n'y en a plus.

    Des articles précédents du site ont, depuis longtemps maintenant, déterminés mes options et mes choix.

    Donc pour hypothèse, plus d'élec au compteur et plus d'essence à la pompe: petit groupe 3KVA et je vis sur le stock.

    Si SHTF et que c'est parti pour durer, le groupe sert à faire fonctionner le congélo le temps de stériliser. Encore faut-il avoir prévu les bocaux, les joints dans le talc, le gaz, le stérilisateur ...

    Le reste d'essence alimente la machine à laver autant que ça dure. Je troquerais de la bouffe contre de l'essence pour ça. Si vous n'y croyez pas, faites la lessive à la main quelques temps.
    S'il en restait, pour le luxe, j'alimenterais le chauffe eau sinon lavage à l'ancienne au lavabo eau froide ( souvenir de pensionnat breton à une époque que les moins de 40 ans ... ) mais en fait la cocote minute sur le poêle fournira l'eau chaude l'hiver et les douches solaires feront mes printemps et mes étés.

    Le groupe électrogène n'est pas une solution pour moi sur la durée.

    Rendez-vous en avril.

    Lully

    RépondreSupprimer
  8. Comme ajouté dans les commentaires, a posteriori, assez longtemps après mon article sur les carburants, j'ai utilisé un stabilisant 24 mois avec du SP98 que j'ai gardé stocké un peu plus longtemps que prévu.
    -au bout de 27 mois j'ai tenté un coup de roulette russe pour en avoir le cœur net: j'ai utilisé ce carburant avec une moto hyper-sport (moteur performant à injection, 192 ch pour 1000 cc). Comme au poker, il faut payer pour voir. Un peu "ça passe ou ça casse"
    -les 120 litres y sont passés sans adjonction de carburant "frais" et sans utiliser d'autre carburant jusqu'à la fin du stock
    -aucun souci, même à près de 14 000 tr/mn et aucun manque de puissance perceptible. Elle se porte toujours très bien
    C'est un moteur prévu pour le SP95. En stockant du 98, j'ajoutais un peu d'allonge sur la baisse de l'indice d'octane.
    Je pense que les moteurs de groupes électrogènes doivent être nettement moins poussés et se seraient donc contentés facilement de ce genre de carburant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pierre pour votre retour. Une petite lueur dans toute cete noirceur.
      Pour ce qui est du stockage de l'essence, surtout faites le dans un contenant hermétique pour éviter l'évaporation des adjuvants.
      Expériences personnelles dans un groupe électrogène et une tondeuse. Impossible à remettre en route après l'hivernage pour la tondeuse et 1 an d'arrêt pour le groupe.
      Remplacement du carburant et démarrage immédiat.
      Laurent


      Supprimer
  9. Merci Pierre pour cet article qui concerne l'un des risques à court terme (janvier ou février) le plus probable.
    Que pensez-vous d'un modèle compatible avec le butane / propane type KS2000iGS (Könner & Söhnen) pour une utilisation occasionnelle ? Son défaut de faible puissance peut-être amélioré avec la mise en série d'un second appareil (avec l'adapteur de la marque).

    RépondreSupprimer
  10. Merci a tous pour ces renseignements judicieux qui ne viennent pas de marchands avides de vendre leur ferraille ,Pierre juge l'utilisation comme occasionelle et je partage son avis ,j'irais même jusqu'a oublier ce type de matériel compte tenu de son coût .N'oublions pas que pendant toute la dernière guerre l'électricité a continuer a être distribuée et quand cas d'eim ce sera zero jus pour tout le monde,cela n'empêche pas de garder un oeil sur ce matériel a l"affut de nouveautés techniques le rendant moins cher et plus performant,une bad avec ruisseau et turbine peuvent aussi faire l'affaire , c'est voir la fourniture d'énergies sous un autre angle et pourquoi pas l'éolien pour les coins sans soleil,la combinaison des moyens peut s'avérer payante

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour pierre, j'étais actuellement à la recherche d'un groupe et je m'étais également arrêté sur le H8000, cependant pour palier le problème du stockage de l'essence, je vais certainement partir sur l'ajout d'un kit gaz compatible avec le moteur GX390
    https://www.gear-eu.fr/kit-gaz-pour-moteur-honda-avec-montage-sur-bouteille-xml-377_388-1080.html
    il n'y a pas d'encrassement du carbu et les bouteilles de gaz se gardent des années sans probleme. Et si besoin on peut toujours utiliser de l'essence, voir meme du biogaz ou de l'hydrogène maison, mais ça c'est une autre histoire. Merci pour votre site c'est une vrai merveille.
    Bonne continuation Nicolas

    RépondreSupprimer
  12. Il est un outil que l'on oublie souvent c'est les rallonges électriques en 1,5 avec terre,elles sont en général vendues avec un cable en une sorte de vinyl ,je prends toujours les miennes en caoutchouc ce qui est aussi obligatoire sur les chantiers en deux
    longueurs de 25 m;la durée de vie est de l'ordre de 15 ans en ne les laissant pas au soleil,l'avantage du caoutchouc est qu'il vrille beaucoup moins et sa souplesse c'est plus cher mais la différence de prix se justifie

    RépondreSupprimer
  13. Je favorise toujours l'essence d'été qui est beaucoup moins volatile que l'essence d'hiver .
    Et jamais d'essence avec éthanol, pour diminuer les chances de croissance bactérienne.
    Jerome
    Québec

    RépondreSupprimer
  14. bonjour,
    Pierre dis qu'en cas d. IEM, tout ce petit monde : solaire , groupe électrogène...ne fonctionnera plus .
    pourquoi pas positionner tout ça dans une cage de Faraday ? je pense que ça peu se fabriquer avec du grillage et une mise à la terre ? mais je n'en suis pas sur, quelqu'un aurait un avis ?
    pour les téléphones portable ça fonctionne, enfermé dans un micro onde ( non raccordé au secteur, mdr) les ondes ne passent plus...mais je n'ai pas de micro onde assez grand pour y loger un groupe électro.
    pour le lave linge ce qui consomme pas mal de jus, c'est la résistance pour chauffer l'eau, vaut mieux faire chauffer de l'eau sur du gaz et la rajouter, en position lavage à froid.
    j'ai un groupe qui me servira juste pour alimenter la pompe du forage, le temps de faire le plein d'eau, pour le reste le solaire fera le boulot
    Robin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'IED est vraiment costaud, le grillage ne sera pas suffisant pour détourner une telle intensité, je le crains. Il va saturer, peut-être même être porté au rouge, et le reste passera à travers.Et même en cas de cage sérieuse (1 ou 2 m de béton), le groupe devra bien être relié à l'extérieur par un câble quelconque, et ce câble lui amènera la surtension (comme en cas de foudre).

      Supprimer
  15. Bonjour Pierre, et mes vœux à tous.
    Je suis heureux du retour à la vie du blog !
    Pour ce qui est du sujet de cet article, une combinaison groupe électrogène / chargeurs et batteries / onduleur me semble la plus indiquée, avec un appoint solaire si possible.
    C'est le type d'installation que j'ai mis en place depuis plusieurs années sur ma ferme :
    1 Groupe triphasé pro de 17 kVA (diesel ancien -> huile végétale)
    4 chargeurs triphasés 24 V de 1kW (recyclage d'alims industrielles)
    84 batteries de 12 V 100 Ah (neuves de préférence !)
    1 onduleur de 6 kW pour la distribution du 230 V
    et 4,5 kWc de panneaux solaires munis de leurs régulateurs.

    Bien entendu les puissances que je mets en œuvre son trop importantes pour le commun des usagers.
    Mais le schéma me semble pertinent pour bénéficier d'une génération électrique continue à la consommation tout en ayant une génération discontinue à la production.
    Bien entendu, cette installation n'est pas mobile, mais je ne compte pas déménager...
    Le moteur du groupe est de marque Hatz (moteur industriel Allemand), diesel à injection directe basse pression qui peut fonctionner à l'huile végétale pure ou mélangée au gazole.
    La production d'huile végétale "carburant" étant planifiée, sur base de tournesol.
    Bien entendu, je peux donner des infos complémentaires si souhaitées, et des liens ou des pistes pour certains matériels.
    Cordialement,
    La Ferme de Roc...
    P.S. se dépêcher pour toute installation, inflation des prix et rareté des matériels !

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Quelques éléments pour les carburants :
    Pour les groupes essences privilégiez du 98 de qualité été (de mai à septembre), il contient moins de fractions volatiles et donc conservera ses qualités plus longtemps (plusieurs années, à conserver au frais). Les volumes de carburants sont très sensibles à la température, c'est pourquoi vous voyez vos jerricans gonflés en été ou se creuser en hiver si le bouchon est bien étanche. Il ne faut pas conserver un récipient plein à rabord avec une fermeture étanche : remplir les récipients à 90% ou laisser respirer. Vérifier bien si le groupe peut accepter de l'E5 et E10 qui contiennent de l'éthanol, corrosif si le moteur n'est pas prévu pour cela.
    Pour le gasoil ou GNR (Gasoil non routier pour le BTP ou les agriculteurs), privilégiez la qualité hiver (d'octobre à mars) qui aura une meilleure tenue au froid. Les huiles végétales contenues dans le gasoil dégradent la qualité des produits après 1 an mais pour le type de moteur des GE, cela n'a pas d'importance donc on peut conserver les gasoil, GNR et fuel plusieurs années.
    Salutations

    RépondreSupprimer
  17. N’oublions pas qu’un moteur diesel peut fonctionner avec du fioul domestique, voire de l’huile de friture filtrée.
    Évidemment, ce doit être interdit, mais qui va sen soucier ?

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.