16 mai 2022

Conte pour adultes mal-pensants


Texte proposé par Elizabeth, rédactrice de Survivre au Chaos


Yasmine se leva et jeta un coup d’œil sur le réveil qui lui tenait lieu de calendrier et d’agenda. Jeudi 20 Juillet 2087. Elle avait un RdV avec le chirurgien et 3 heures d’enseignement à donner à la nouvelle classe. Une journée bien banale, sans stress ni grand questionnement.

Elle enfila sa combinaison moulante, ses baskets et but un café à goût de noisette, avant de quitter son module pour rejoindre la clinique en passant par le jardin exotique qui jouxtait la rue principale. Yasmine adorait marcher à pied, et, du reste, c’était très encouragé par le grand conseil, tout comme le vélo solaire et les rollers ou la trottinette.

Béni soit le jour où nous avons cessé de polluer le monde ! Pensa Yasmine en refermant sa porte d’un contact sec de la paume sur le montant en acrylique.

La rue principale était pleine de monde ce matin, on pouvait croiser une demi-douzaine de promeneurs sur moins d’un kilomètre, ce qui correspondait à la forte circulation de l’heure de pointe. Les combinaisons de couleurs différentes se croisaient, se saluaient, s’arrêtant parfois à la terrasse du café pour siroter une boisson chaude avec un croissant au beurre de soja.

La clinique offrait une façade ultra dépouillée, recouverte de miroirs qui reflétaient à l’infini le reste de la rue, le ciel et les quelques passants qui prenaient l’air. La grande porte glissa en silence pour ouvrir un passage et Yasmine posa sa main sur l’écran d’accueil pour se voir confirmer tous les éléments de son RdV. Puis elle grimpa 4 à 4 les escaliers, se souvenant non sans plaisir de la formule magique (et surtout technologique) qui lui avait permis de rajeunir sa musculature. 

David, le chirurgien, l’attendait déjà, debout sur le seuil, barbe de 3 jours, souriant, magnifique, portant la main à son cœur, comme jadis on cherchait celle d’en face pour la serrer en signe de bienvenue ou de paix.

- Je vous ai préparé l’accord crédit et la procédure de désengagement. 

Un écran noir peuplé d’informations chiffrées surgit sur une tablette de verre dressée sur le côté du bureau. Yasmine sut qu’elle avait accumulé 3500 unités de crédits sociaux, ce qui correspondait à la fois à une conduite exemplaire et à un travail brillant. Il ne lui restait plus qu’à financer 4000 unités, qu’elle pouvait engager par avance en crédits sociaux ou acquérir en temps de travail pré-signé sur les années à venir.

Elle réfléchit quelques instants... Ce n’était pas un petit engagement, il lui faudrait être parfaite, longtemps. Puis elle valida en fronçant les sourcils. 

- Sur votre dossier, il figure le fait qu’il s’agit de votre second changement de sexe, le premier ayant été réalisé à l’âge de 9 ans.

- Tout à fait

- Puis-je vous en demander la raison, pour mes statistiques ?

- Je suis amoureuse, et ma compagne souhaite que je l’insémine afin de porter notre enfant. Qui plus elle, Jeanne se sent très femme actuellement et souhaite vivre sa sexualité dans ce sens. Etes vous en mesure de me garantir cela ?

- 15 cm ! Cela répond-il à la question de votre compagne ? Au-delà, nous partons sur des modèles spécifiques.

- 15 cm suffiront. Comment se passera la procédure ? Je n’ai guère de souvenir de ma première transition, qui avait été décidée par mes parents.

- Socialement, vous conservez la même identité numérique, mais vous pouvez choisir un nouveau prénom d’usage, Vos crédits sociaux sont donc conservés et vos crédits tout court, ainsi que vos acquis, tels que les droits aux soins etc. Le premier jour est consacré à la chirurgie, ablation de la masse mammaire, et greffe d’un appareil génital masculin opérationnel et apte à la reproduction, pendant l’anesthésie, nous vous fixons un nouvel implant qui génère la production de testostérone. Pour 200 crédits de plus, nous modifions vos cordes vocales et faisons passer un coiffeur. Puis je vous revois 15 jours après pour contrôle de la cicatrisation. Vous devrez rester au repos pendant cette même durée.

- Quand je pense qu’il y a moins d’un demi-siècle, il fallait subir son genre sexuel pendant toute une vie !

- Ce ne fut pas une révolution facile dans l’esprit des anciens.

- Merci Docteur, je vous revois pour la chirurgie.

Yasmine prit congé et rejoint l’école de la citoyenneté où elle exerçait le métier de prof d’histoire. Un arrêt sur un petit restau, le temps de se régaler d’un Kebab plus vrai que nature, bien que sans un gramme de viande animale, et de régler son prix de 0,10 crédit en caressant son  étiquette. Pourvu que Jeanne soit satisfaite de son cadeau d’anniversaire, depuis le temps qu’elle lui réclamait cette faveur. Yasmine se foutait pas mal d’être un homme ou une femme, elle trouvait que le genre importait peu et que cela ne risquait pas d’impacter son existence. Et puis la médecine avait progressé et hommes ou femmes avaient très peu d’écart physiquement, d’ailleurs les épreuves sportives étaient communes et la plupart des sportifs changeaient de sexe au moins deux fois durant leur carrière.

L’école était très petite, car la plupart des cours se déroulaient en ligne, les enfants avaient tous plus ou moins la même tête, androgyne, cheveux courts, car il était défendu d’évoquer un genre ou une ancienne race. D’ailleurs il ne subsistait que des métisses, de magnifiques anges basanés aux cheveux bruns, et aux yeux noirs, les bleus et verts ayant disparu depuis une génération environ. 

Les droits scolaires dépendaient cependant des crédits sociaux des parents, et ceux-là mêmes se voyaient attribuer leur note globale en fonction du poste occupé (pour plus de 80 %) et du respect des règles (20 %). Un homme de grande valeur sociétale, tel un membre du conseil, pouvait se permettre de tuer, sans perdre son très gros capital de crédits. Yasmine songea que ce n’était pas très juste, mais le monde avait-il été juste, ne serait-ce qu’une seule fois dans l’histoire ?

L’école était tout de même un bel endroit, où des enfants semblables étudiaient sans à priori religieux ou de culture, des matières citoyennes destinées à les faire progresser sur le droit chemin de la globalité éco-participative.

Une dizaine de petits loulous tout à fait identiques se précipitèrent dans la classe et prirent place sur les sièges douillets du lieu. Chacun avait reçu, en fonction du crédit social de ses parents, un implant cérébral adapté à sa future position, et lui permettant de maximiser les fonctions dont il aurait besoin plus tard. C’était génial, un futur diplomate pouvait mémoriser toutes les particularités géo politiques, et un boulanger bénéficierait d’une santé de fer à l’abri de toute forme d’allergie à la poussière, par exemple.

- Yasmine, on va voir quoi aujourd’hui ?

- Nous allons visiter le site historique de Chamblay, dans l’ancien Jura Français.

- Et y’a quoi là-bas ? – demanda un autre petit élève.

- Nous allons voir d’anciens élevages de bêtes à viande, qu’on appelaient des fermes, ainsi qu’un vieux laboratoire de transformation des produits animaux, puis nous gouterons à leurs aliments, tels qu’ils étaient fabriqués à l’époque, en 1989, juste avant que le monde ne commence sa réunification.

- Ils étaient comment les gens à cette époque ?

- Très nombreux, très différents, vous assisterez à une projection vidéo d’origine, une merveille qui a été sauvée de la grande perdition.

Au mot de grande perdition, les élèves se turent et Yasmine frissonna. Puis chacun se leva et tous ensembles il montèrent dans un véhicule motorisé, ce qui était aussi rare qu’exceptionnel. De nos jours songea le prof, chacun habitait dans un module à deux pas du boulot. Sauf ceux qui n’avaient pas de boulot, mais c’était autre chose, pensa-t-elle en frissonnant de dégoût cette fois-ci.

Le site de Chamblay était à 45 minutes d’ici et les enfants se taisaient. L’ordre et le calme étaient si établis qu’il était bien rare de voir une tête dépasser du lot, ou une voix plus tonique qu’une autre.

Le bus se gara au cœur d’un corps de ferme construit en pierres apparentes et dont les vieux murs laissaient pousser vigne vierge et glycine dans un désordre verdoyant. A côté de la grosse bâtisse principale, une sorte de grange recouverte de tôles rouillées, trônait, tandis qu’un paquets d’engins roulants montés sur des pneus énormes et disposant d’outils étonnants roulaient en tous sens en émettant des fumées puantes.

- Ça sent mauvais ! Rétorqua l’un des gosses.

- Ce sont des moteurs Diesel expliqua Yasmine, un foulard sur le nez.

- C’est quoi cette énorme maison ?

- C’est l’habitation principale.

- Mais c’est énorme !

- Oui, 90 m² pour 2 personnes et 1 enfant. Ils vécurent là toute leur vie.

- Tu veux dire qu’ils sont restés pareils toute leur vie ?

- Oui, un homme, une femme et un garçon.

- Et pourquoi ils avaient une si grande maison ?

- Parce que c’était comme ça, les gens pensaient qu’il fallait avoir une grande maison pour être heureux.

Yasmine rassembla la petite troupe et entama la visite guidée, à commencer par le parc des tracteurs que l’on  faisait rouler pour chaque visite, puis l’étable, remplie par une dizaine de vaches normandes et quelques veaux dodus. Comme prévisible, l’un des enfants se mit à vomir… Rapidement suivi par plusieurs de ses potes, et Yasmine distribua, certes un peu tard, de petits mouchoirs parfumés.

- C’est horrible cette odeur de pourri ! Dit ce qui ressemblait à un petit garçon.

- Et c’est quoi ces bêtes dégueu ? Cria un autre, définitivement hors de portée de raison.

- Ce sont des vaches, elles produisent du lait, dont on faisait une grande consommation au vingtième siècle. Puis, lorsqu’elles étaient vieilles, on les mangeait. Répondit, de façon ultra pédagogique, Yasmine.

- Et c’est quoi cette odeur ?

- C’est l’odeur du fumier, qui est composé de leurs excréments et de l’urine.

- Et on mangeait du lait et de la vache qui dormait sur son caca ? Questionna naïvement un petitou ?

- Tout à fait, mais la viande de vache était nettoyée. D’ailleurs vous gouterez tout à l’heure les produits de la ferme.

- Mais on va être malade.

- Non, pas pour un repas unique.

Yasmine fila aussi vite que possible vers le laboratoire de transformation des produits laitiers. Il était difficile de rester plus de quelques minutes dans l’étable, et ce serait encore plus compliquée dans le labo. Les enfants lui emboitèrent le pas, à la fois surpris, amusés et horrifiés par ce chapitre de l’histoire contemporaine.

Le labo, avec ses murs carrelés et ses vitrages propres, aurait presque pu être récent, mais l’odeur acre de lait caillé et de beurre rance provoqua des hauts le cœur à presque tous les enfants. Yasmine mit un point d’honneur à rester imperturbable jusqu’à l’extraction du petit lait et de sa distribution aux cochons de la ferme ! Il fallut qu’elle s’assoie et que son esprit retrouve la quiétude des jardins, pour qu’elle trouve la force d’emmener la petite troupe visiter l’habitat.

Puis On entra dans la grande maison de pierre, par une toute petite porte grinçante et usagée, pour débarquer 1 siècle plus tôt, dans un vestibule sombre ou s’entassaient des bouts de tissus pendus sur des sortes d’attaches en bois.

- C’est quoi ça ? Demanda un élève.

- Ce sont des manteaux, c’est-à-dire des habits pour les temps froids ou pluvieux, et ils sont pendus sur un meuble que l’on appelle un porte-manteau.

- Tu veux dire qu’ils n’avaient pas de combinaison régulée ?

- Non, quand il faisait froid, ils devaient porter des choses lourdes en couches superposées, afin de garder leur corps à la bonne température.

- C’est moche.

- Oui, mais ça les protège bien.

Le groupe entra dans une grande salle à manger, dotée d’une immense table et d’un fourneau à bois. Les enfants se mirent à échanger, dans une sorte de brouhaha confus, et à deviser sur la taille de cette table autour de laquelle on devait pouvoir asseoir au moins dix personnes ! Mais pourquoi avoir autant de place ? Se demanda une petite fillette en jouant nerveusement avec ses doigts dans ses cheveux.

Il faut savoir, dit doctement Yasmine, que les gens vivaient dans ce qu’ils appelaient des grandes familles, le père, la mère, les enfants et les grands-parents, parfois aussi les ouvriers de l’exploitation. La famille s’agrandissait à mesure que la mère faisait des bébés et il était facile de se retrouver à dix ou douze personnes à table.

- Tu veux dire qu’ils faisaient beaucoup de bébés, plus de 1 ou 2 ?

- Oh oui, autant qu’ils voulaient.

- Mais ils avaient la permission ?

- Oui tout à fait.

- Ils ne leur fallait pas des bons crédits pour mériter un enfant ?

- Non les crédits n’existaient pas.

A cette réponse, les enfants se turent et certains se mirent à pleurer. C’était horrible en fait. Un monde qui puait, une nourriture nauséabonde et aucune notion de mérite, chacun faisait donc n’importe quoi ?

- C’était l’anarchie ? Dit un petit, tout fier de maîtriser un mot aussi ancien et peu en usage.

- Non ! Ils n’avaient pas de crédits sociaux, mais ils avaient un vieux système nommé « argent » et chacun pouvait en gagner avec son travail, de façon à se payer ce qu’il souhaitait.

- Alors ils pouvaient tout faire ? Exactement comme ils voulaient ?

- Non, pas du tout, la plupart des gens avaient peu d’argent et ne faisaient que le principal : se nourrir, avoir un toit au-dessus de la tête.

- Mais alors quelle différence ?

- Il n’y avait pas de notion de respect des règles, leur argent pouvait être volé, il restait tout de même efficace, venez, nous allons déjeuner.

Le réfectoire se présentait selon les règles d’une cantine du 20ième siècle : de grandes tables, des assiettes, et un plat au milieu. Les enfants présentèrent la paume de leur main pour valider leur repas, mais Yasmine leur demanda de laisser les mains sur la table : ce repas était hors crédit.

Puis elle lut le menu :

Salade de carottes rappées, œufs durs, steak de bœuf et frites, fromage blanc et pomme en dessert. La plupart ne voulurent pas manger et il était facile d’en déduire que quand c’était gratuit, c’était dégueu ! Ils filèrent digérer leur faim ou leur repas en salle de projection, s’attendant à tout, sauf sans doute ce qu’ils allaient découvrir.

Le film était vieux, et les premières images filmées dataient du festival de Woodstock, Mai 68, puis la guerre contre l’Irak et même la révolte des gilets jaunes. Vint la troisième guerre mondiale et les accords de paix en découlant, en passant par les hommes en combinaison qui éliminaient les corps sans vie des victimes du Covid.

- La grande perdition ? Demanda un enfant.

- Non.

- Ils étaient tellement nombreux, il y avait combien d’hommes sur terre ?

- Presque 8 milliards avant la grande perdition.

- Et alors maintenant on est 500 millions.

- Oui, notre planète est sauvée.

- Ils  sont devenus quoi les 7,5 milliards qui ont disparu ?

- Ils ont disparu, répondit nerveusement Yasmine, en priant le Dieu des profs qu’aucune caméra ne filme ce débat inattendu, et ne la fasse atterrir devant un conseil disciplinaire. 

Mais la question fut tout de même posée…

- Alors c’était quand qu’ils ont disparu ? Et pourquoi ils ont disparu ?

- Ce n’est pas dans votre programme, ni même dans vos futures attributions pour la plus grande majorité d’entre vous.

Yasmine tourna les talons et l’enfant repartit frustré. Il demanderait à son père, qui siégeait au conseil. Il lui dirait la vérité.

La journée se termina de façon heureuse, avec un énorme gouter à l’école, et plein de bons produits : protéines d’insectes en burger, yaourt de soja et boisson reconstituante aux minéraux et vitamines.

Yasmine avait oublié sa chirurgie, mais son retour fut lent. Il faudrait encore faire l’homme avec Jeanne, qui exigeait que son amoureuse devienne un amoureux, puis chacune prendrait son écran et se regarderait une fiction, après un bref repas et avant une nuit de sommeil bien mérité. Yasmine savait aussi que si elle se refusait à Jeanne, elle serait signalée et perdrait des crédits sociaux. Le conseil était clair : la paix au foyer était le début de la paix mondiale. Et chacun devait y mettre du sien. Chaque « conjoint » officialisé devait donc du sexe à son partenaire, six soirs sur sept. Le repos du septième jour était sans doute tout ce qu’il restait de l’ancien testament songea l’historienne. En revanche, toute demande de rapports sexuels pendant la journée était considérée comme une perte de temps, et donc une infraction.

La visite de la ferme lui avait tout de même valu un bon pactole de crédits et se laisser aller à imaginer une séparation. Mais non…. Les célibataires avaient encore plus de mal à obtenir leurs crédits.

Elle finit par trouver le sommeil en songeant à l’espace dont disposaient les anciens. Parfois plus de 100 m²... Alors que Jeanne et elle n’auraient que 20 m² pour toute une vie. Elle compta ses m² pour s’endormir plus vite et oublier la grande perdition et ses milliards de disparus.

Jeanne fut debout avant elle et prépara le café et les biscuits protéinés de sa partenaire. 

- Tu veux de la Stevia dans ton café ?

- Nan, c’est dégueu.

Yasmine avait, entant qu’historienne, gouté du sucre. C’était vraiment trop sucré. Mais la Stevia avait un gout bien pire. Ce midi, elle déjeunerait avec le doyen de la fac. Une femme trans-formée il y a quelques années et fière d’exhiber une petite barbichette drue et sombre. Dans ce monde sans criminalité, sans vol, sans argent et sans la moindre propriété, tous étaient heureux, nourrissant le sentiment que l’état global prenait soin d’eux, quoiqu’il se passe. Pourtant ce n’était pas tout à fait le cas songea Yasmine : les crédits sociaux avaient provoqué le développement d’une sorte de méritocratie parfois imbécile, qui ne condamnait que les esprits libres, en prenant dans ses filets tous les espoirs insensés et les rêves oubliées de la civilisation.

Voilà de quoi alimenter sa conversation avec la Doyenne, pardon, Monsieur le Doyen. Et savoir quoi répondre aux gosses qui questionnaient sur les maths du changement, à savoir ce qu’étaient devenus les 7,5 milliards qui avaient disparu.

Elle embrassa Jeanne sur la bouche et quitta leur module, les mains dans les poches, dans un monde où papiers et formulaires : tout était dans l’implant.

Le doyen avait bonne mine, ça lui allait bien la barbichette. Il fallait jouer serrer, à défaut de quoi tout serait remis en cause.

- Comment allez-vous Monsieur le Doyen ?

- On ne peut mieux ma chère, mais j’ai appris que vous alliez vous aussi sauter le pas ?

- Effectivement, pour le plus grand plaisir de ma partenaire.

- Vous faites bien, et voilà un choix qui vous honore, j’ai pris sur moi de commander un menu avec de la vraie viande et de vrais légumes.

- Oh merci monsieur le doyen, c’est une délicieuse attention.

- Ne me remerciez pas, vous avez un gros travail ! Et une belle promotion !

- Vous me surprenez ?

- Non ma chère, vous êtes une personne intelligente et nous avons du pain sur la planche, je vais vous expliquer tout cela en dégustant cette côte d’agneau grillée à point.

« Comme tous les ans, nous avons procédé au recensement de la population mondiale. Nous venons de passer la barre des 600 millions pour 500 autorisés. C’est une catastrophe écologique. Nous allons devoir procéder à une régulation afin que la terre ne soit pas à nouveau polluée par nos besoins et nos excès »

- Mais alors, pourquoi autoriser à tous des bébés, si nous ne sommes pas en mesure de les élever ?

- Parce que la frustration de bébé rend l’humain maussade et inopérant. Alors que lorsqu’il fait un enfant, il a à cœur de travailler dur pour construire un avenir. C’est un réflexe primitif.

- Et comment on va faire ça ? Parce qu’il sont là tous ces jeunes pleins de gaité et d’espoirs pour leur vie.

- Nous avons plusieurs options. Discutons en lors du prochain conseil, où vous êtes invitée.

- Je suis invitée au conseil ?

- Oui ma chère, vous y serez présente avec votre identité d’homme ce qui vous rendra plus crédible.

Yasmine maudit ce vieux machisme qui n’avait hélas pas disparu avec la notion de genre définitif...

- J’y serai Monsieur, c’est un honneur.

- Ne me remerciez pas. Remerciez vous vous-même en savourant vos crédits supplémentaires qui vous permettront de vous payer un organe de luxe.

Yasmine rougit. Comment était-il au courant ? Finalement, les choses étaient les mêmes qu’au 20ième siècle. Les hommes comparaient la taille de leur bite et couraient après le pouvoir ou l’argent. La vraie différence ? L’esprit était enchaîné par les crédits sociaux. On ne pensait pas Monsieur, on ne pensait pas chez ces gens-là ! Songea-t-elle en paraphrasant Jacques Brel, ce grand esprit cynique et plein de poésie.

La viande était fondante, et les poireaux au roquefort, une recette Française parait-il, étaient juste merveilleux. Le breuvage servi – du vin de Bourgogne, pressé à l’ancienne – lui faisait tourner la tête. Une saine marche à pieds lui permit de retrouver ses esprits en rentrant chez elle.

Jeanne avait préparé des vraies crêpes avec du lait de Soja, de la poudre protéinée couleur jaune d’œuf, et de la stévia. C’était fade. Mais Jeanne en raffolait.

- Tu sais, je suis invitée à participer à un conseil.

- Oh mais c’est merveilleux, tu as touché le pactole ?

- Oui, je vais pouvoir te gâter.

- Tu crois qu’on pourrait avoir un appartement privilégié ?

- Je ne sais pas, à mon avis pas au début.

- Il va falloir que tu la joues fine.

- J’y compte bien, mais je ne sais pas ce que l’on attend de moi.

- C’est à quel sujet ?

- La population grandit trop et trop vite.

- Yaka en liquider un peu.

- Mais tu es horrible, tu sais quand même que ça pourrait être toi et moi.

- Mais ça ne sera pas nous, vu que c’est toi qui va aussi décider, et puis la terre ne se remettrait pas d’un nouvel épisode d’extinction massive.

- Je sais… et Yasmine songea que Jeanne avait bien profité du discours rodé sur la nécessité de rester un petit peuple.

Ce fut l’heure des informations, ce qui était l’une des rares constantes depuis un siècle. La présentatrice déplora la mort d’un homme dont l’implant avait lâché faute d’une maintenance suffisante. Sans son implant, il était mort de faim enfermé chez lui et seule l’odeur avait provoqué la réaction de ses voisins. C’était horrible. On ne pouvait pas vivre sans implant : transporter des papiers, de l’argent, un sac, ouverture des portes, accès aux services sociaux, etc. le dossier médical était toujours à jour, et aussi le dossier judiciaire. Délinquant un jour, délinquant toujours...

Les deux femmes se couchèrent et Yasmine joua la carte d’une grande fatigue émotionnelle. Elle savait que Jeanne ne la dénoncerait pas, pas maintenant qu’elle allait peut-être entrer au conseil. Et puis demain elle se ferait opérer. Tout irait mieux, c’est certain !

Troisième réveil, troisième café. Clinique, Anesthésie, Implant hormonal et réveil avec une érection réflexe douloureuse. Yasmine se sentait invariablement Yasmine. Ses seins étaient plats mais musclés, et dans quelques jours ils seraient recouvert d’une pilosité naturelle brune et frisée. Je suis Yasmine déguisée pensa-t-elle. Elle était devenue Idriss, comme un héros historique.

Jeanne l’accueillit avec une boisson mousseuse et douçâtre. Et une pleine assiette de grillons géants sautés au sel trônait au milieu de leurs deux verres. Sers toi mon Chéri, tu as eu bien des émotions et j’ai hâte de voir le résultat. Yasmine-Idriss se déshabilla et subit l’auscultation méticuleuse de sa partenaire. Jeanna la rabroua. Pourquoi  as-tu refusé le modèle de luxe ? Yasmine songea que les tartuffes qui avaient voulu abolir le genre avaient du rater un épisode dans leur plan d’action.

- J’ai 15 jours de repos, tu es au courant ?

- Oui mon Ange, et j’attendrai sereinement ce jour festif où tu feras de moi une vraie femme !

Infos – Ecrans – Dodo – Café, puis encore une fois... Une collègue de travail s’était plainte de l’agressivité de Yasmine-Idriss. Le chirurgien dosa plus légèrement le flux hormonal. Le doyen effaça la perte de crédits sociaux de son poulain, il fallait être solidaire entre mecs.

Infos – Ecrans – Dodo – Café, puis encore une fois... Yasmine joua le jeu et se fit virile, enjoué, séducteur ! Quitte à faire, autant les enculer songea-t-elle en bonne historienne dont le vocabulaire pouvait encore emprunter au passé. Car maintenant on ne disait plus « enculer » ou « sodomie » on parlait de pénétration faciale ou vaginale, avant ou arrière. Le sexe, c’était de la sémantique...

C’est donc en homme accompli qu’elle pénétra dans le saint des saints, le grand conseil. 90 % d’hommes, 10 % de femmes ayant choisi de le rester, la mixité n’était donc plus obligatoire. Bref, le machisme du choix.

Le doyen  anima un immense écran, couvert de statistiques et d’images désolantes se référant au siècle de toutes les erreurs : le 20ième.

- Nous en sommes à nouveau  là ! Murmura-t-il sur un ton dramatique.

Les voix se turent et la salle s’émut. Il fallait agir. Mais comment ?

- Nous pourrions exiger la contraception, la mortalité naturelle règlerait le problème en quelques mois ?

- Et si nous avancions un peu l’heure de la mort ? Après tout, un vieux ça ne sert plus à rien.

- Et pourquoi pas liquider les 0 crédit ? Ils veulent tout sans rien faire.

La salle continua de proposer encore et encore, ses solutions mortifères. Que le Doyen réfutait, par pure morale, dit-il en aparté, car il en mourrait d’envie. La réalité était autre : on restait jeune jusqu’au bout et les vrais vieux ne représentaient que 1,5% de la population. Idem pour les 0 crédits. Alors que faire ? Se débarrasser des opératifs, c’était risquer de voir la société partir en désorganisation.

- Les enfants ? Suggéra une voix qui se voulait ténue, mais que tout le monde entendit.

C’est là que vous entrez en jeu mon cher – dit le doyen en aparté à Yasmine-Idriss – Je vous engage à être force de proposition, votre poste au conseil vous est acquis.

Yasmine fut horrifiée. Pourquoi elle ? Et comment dire que ce n’était juste pas possible de se débarrasser de petits loulous joyeux et plein d’espoirs. Elle s’entendit répondre qu’il lui fallait réfléchir, au meilleur mode opératoire.

- C’est urgent. Avec la mise en place d’une procédure, nous allons perdre quelques mois.

Le membre du conseil qui avait mis en avant cette notion d’urgence s’appelait Yohann. Yohann Ormuk.

Yasmine prit la parole, puis la parole devint débat. Fallait-il choisir les plus jeunes, les plus vieux, les plus futés et implantés, ou les autres ? Nous n’avons qu’à ressortir les fichiers de la grande perdition ! Dit un vieux membre très soulagé qu’on lui préfère les jeunes.

- J’ai relu les modes opératoires ! Dit le doyen. Trop long, toute une stratégie, nous n’avons pas le temps.

- Idriss, vous les connaissez bien, que proposez-vous ?

- Je propose que l’on pioche dans toutes les catégories, tous les âges. Et qu’ils soient exécutés sans souffrance. Au cours d’un voyage scolaire. Selon les calculs de notre Doyen, l’exécution de la moitié des enfants impactera la démographie des 70 prochaines années et nous permettra de revenir à notre meilleur niveau sans douleurs sociales.

Tous validèrent. Puis vinrent les conciliabules. Personne ne voulait voir son propre enfant ou ses propres enfants passer à la trappe. Alors comment faire ? On leur donnerait un code, le code vert donnerait l’immunité, le code bleu constituerait la liste de réserve et le code rouge justifierait l’exécution immédiate. Yasmine-Idriss serait l’organisatrice en chef, la coordinatrice du conseil. Il-elle songea un instant que dans une vie antérieure, elle aurait pu s’appeler Himmler. 

C’est à ce moment que le plus jeune des membres questionna naïvement : mais comment allait-on justifier le départ sans retour de 70 millions de mômes ?

- J’ai une idée ! Dit le Doyen avec la tête du chercheur qui trouve. Trouvons une maladie, un vaccin...

- C’est comme ça que vous aviez procédé pour la grande perdition ? Questionna un autre membre.

- Non, ce fut bien plus radical. Un programme par satellite, je n’en ai jamais su plus que ça. Ca ne pourra pas être refait.

Le conseil signa d’une seule voix. Yasmine-Idriss put rentrer chez elle. Jeanne avait fait une pizza, enfin un truc plat avec des ingrédients dessus et quelques protéines d’insectes. Infos, Ecran, dodo… Yasmine Idriss fit des cauchemars. Des moutons sautaient les piquets, mais ce n’étaient pas des moutons et ils avaient des têtes d’enfants innocents.

Puis elle reçut les codes de 150 millions de momes.35 millions furent épargnés, 45 millions s’en tirèrent avec de la chance. Il avait suffi de rentrer quelques algorithmes, pour que l’ordinateur décide... Mais Yasmine inversa les algorithmes, et parce que l’ordinateur n’a pas de morale, 100 % des enfants de dirigeants et de membres de tous les conseils du monde furent marqués d’un code rouge, afin que leurs parents n’oublient jamais. A toutes fins de discrétion, Yasmine fut la seule à le savoir. Et la seule à le vouloir.

Elle réclama la conception de camps de vaccination à l’abri de toute forme de présence parentale. Tous les enfants seraient piqués, mais certains d’entre eux avec un mélange létal sous une période de 5 à 72 heures : il fallait diluer la souffrance.

Le jour J et les 5 jours suivants, 70 millions de gosses sont morts. Le petit Arthur, qui avait vomi en voyant les vaches, et qui était le fils favori du Doyen, était mort presque immédiatement. Yasmine ne pleura pas, et quand tout fut fini, elle rentra embrasser Jeanne, qui était enceinte de 4 semaines. Puis elle saisit une seringue rouge et se l’administra.

Fallait-il le dire publiquement ? Elle hésita longuement. Puis elle publia son testament sacré.

Sa dernière pensée fut pour l’histoire.

Comment l’homme pouvait-il penser que ses dirigeants allaient le nourrir, et le laisser se multiplier sans contrôle, alors qu’ils le considéraient comme un parasite. Dans ce monde sans genre, sans religion et sans culture, l’homme venait de démontrer qu’il ne changeait pas.

Dans un ciel bleu, une femme véritable s’envola entourée de millions de petits anges, qu’elle conduisit dans un Paradis, où la pensée était libre, Dieu était bon et la place illimitée. Le doyen mourut de chagrin et Yohann Ormuk enterra ses trois enfants de ses propres mains. Jeanne mit au monde une petite fille qu’elle appela Yasmine.


57 commentaires:

  1. En lisant ce petit texte dystopique je ne me suis pas aperçu de suite qu'une boule nouait ma gorge ...une projection tellement horrible mais pourtant tellement logique. Ouvrons les yeux ! c'est exactement vers ce genre de monde que nous emmène nos grands leaders tels Macron, Shwab, Attali et consorts ... révoltez vous avant qu'il ne soit trop tard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Kalior, c'est exactement ce que j'ai projeté : nous, à peine plus tard, si nous continuons (enfin si la majorité continue) à laisser les choses se faire ainsi. Horrible, mais inéluctable ...... Biz du Jura

      Supprimer
    2. Les français sont comme des chiots à qui il faut tartiner le museau dans leur pisse ou leur merde pour les dresser à la propreté .
      Racontez le scénario d'Elisabeth à vos voisins ou à votre famille et vous finirez à l'asile psychiatrique !

      Comme me le disais un ami en 1995 : " les français ne sont pas suffisamment dans la merde pour comprendre l'utilité d'un SEL ( système d'échange local ). 27 ans plus tard ils sont dans un état encore pire !!
      Plus dans la merde et encore plus cons !!

      Aucun élu ne réclame la destitution de macron et sa mise en prison pour haute trahison.

      Aucun politique n'explique que nous sommes réduit en esclavage par les banques et que la seule façon de briser nos chaines est de refuser de se servir de l'argent des rotchilds , comment ? en créant et en structurant une économie locale avec la monnaie locale du parti politique auquel vous appartenez ou vous sympathisez .
      Cherchez sur gogol " l'île des naufragés " de louis Even.



      A la même époque en 1995 je retrouvais avec plaisir un autre ami de retour de Croatie où il avait passé 4 ans à braconner les snipers qui tiraient sur le village de ses grand-parents . Son avis était simple : " dans quelques années ce sera pareil en France " et moi de répondre :" mais non ! Impossible on est en France ! " .

      C'était en 1995 , 27 ans plus tard je suis d'avis que l'ex-Yougoslavie passera pour une bagarre de cours de récréation aux yeux des historiens futurs !

      En attendant nous sommes dans la période la plus dangereuse : celle où les fdo et le système judiciaire ont leur pleine capacité de nuisance envers les honnêtes citoyens . C'est pas le moment de faire des conneries pour finir en prison .
      Nous sommes comme les chasseurs du colonel Driant en janvier 1916 au bois des Caures devant Verdun . Nous allons en prendre plein la gueule avec le barrage d'artillerie boche et si nous avons la chance d'y survivre nous serons le seul rempart pour bloquer la ruée sur Verdun puis Paris comme l'ont réussit nos poilus !
      D'accord ! C'est une image mais elle résume la situation actuelle et future .

      Il faut que les Français bouffent leur dose de merde pour comprendre que les patriotes, survivalistes, conspirationnistes, fachos, paronos, barjos, etc, ( rayez la ou les mentions inutiles ) ont raison depuis très longtemps.
      Le barrage d'artillerie boche aura au moins l'avantage de flinguer les cons les bisounours les collabos et les dhimmy qui n'auront pas voulu se creuser un abri ( migrer à la cambrousse et faire des réserves de tout ) .

      En plus de 1500 ans la France en a vu des vertes et des pas mûres , elle a toujours été trahie par ses zelites et sauvée par les sacrifices du peuple . C'est notre tour d'aller au casse pipe !!

      Préparez vous !
      Vous n'avez plus beaucoup de temps !

      21000dijon

      Supprimer
    3. bonjour Dijon ,d'accord sur l'ensemble de votre commentaire sauf sur l'élevage canin ,vous auriez pu prendre un autre exemple,un chien ne se dresse pas il s'éduque et surtout pas de cette manière pour lui apprendre la propreté;l'animal équilibré cherche contrairement aux hommes à vous faire plaisir,il a un niveau de compréhension suivant les races d'un enfant de deux a cinq ans,ce n'est que par le jeu et la récompense les 6 premiers mois que vous en ferez un compagnon agréable a vivre,ou n'en ayez pas ,il ne serait pas heureux et vous non plus

      Supprimer
    4. Désolé janus mais c'est une méthode qui a fait ses preuves !
      Mais j'ai oublié de préciser que le nez dans la merde , la gueulante et les clacques sur le culs DOIT être IMMÉDIATEMENT suivi d'un dépôt du chiot dans un bac à sciure avec caresses gratouilles et mots gentils !!.
      Et le chiot doit être pris sur le fait pour que se soit efficace rapidement . Voir même avant le pipicaca pour être déposé dans le bac avec moultes caresses et gratouilles !

      De mêmes il ne faut JAMAIS corrigé un chien fugueur qui rentre de lui même . Et surtout pas si il rentre au rappel. Même si vous avez envie de le tuer parcequ'il vous a fait courir pendant des heures , ce doit être caresses gratouilles et mots gentils .
      Sinon vous obtiendrez l'effet inverse et un jour votre chien fuguera définitivement parcequ'il aura associé le retour avec une raclée.

      Sinon pour les humains c'est le contraire , c'est le principe de l'escabeau piégé par une douche glacée pour atteindre le régime de bananes accroché au plafond .
      Bananes qui sont surveillées par une bande de chimpanzés dont aucun ne veut toucher à l'escabeau sous peine de doucher toute la bande qui va alors lui tomber dessus pour le tabasser AVANT qu'il touche à l'escabeau
      Ce qui arrive immanquablement au petit nouveau qui est introduit dans la salle et qui ne connait pas le piège.
      Et même une fois que tous les singes qui ont eu droit à la douche glacée ont été sorti un à un et remplacé par un nouveau , un douché remplacé par un nouvel ignorant du piège , les nouveaux vont se joindrent aux douchés pour corriger le nouvel arrivant sans savoir pourquoi ( les douchés à l'eau glacée font tout pour éviter une douche glacée ) .
      Même une fois que tout les douchés ont été sortis un à un et remplacés par des non douchés , le comportement du groupe reste le même : tabassage du nouveau qui veut monter sur l'escabeau pour bouffer les bananes.
      Et le comportement du groupe se maintient même lorsque le piège est désactivé .

      Le dressage d'une population humaine est identique.
      Le port du masque obligatoire est basé sur le même principe , le tabassage est remplacé par le pv à 135 euros . Mais avec tabassage en cas de rebellion ( merci les smartphones et youtube).

      Regardez le nombre de cons qui continuent à porter un masque en mai 2022 et vous saurez qui appellera la gestapo à l'automne 2022 pour dénoncer les non vaxxé !!

      Supprimer
    5. bonjour Dijon ,ce que vous aviez oublié était primordial ce qui explique ma réaction ,j'élève ,pas seul, des chiens depuis 35 ans presque toutes races confondues ,du Matin Napolitain au Chihuahua chocolat merle , hormis les bergers allemand , doberman et similaires ; la punition doit être immédiate sans brutalité inutile.Les singes sont plus proches de l'homme même si ça plaît pas et cette expérience est très intéressante avec ces bananes et montre la limite de l'intelligence simiesque ce qui n'est guère encourageant pour l'espèce humaine qui se comporte effectivement comme le babouin en beaucoup plus dangereux

      Supprimer
  2. J'aurais tant aimé une fin heureuse, du genre ils s'aimèrent pour toujours et eurent de nombreux enfants...
    Jean Claude

    RépondreSupprimer
  3. Une blague.....
    M.est dans le coma à l’hôpital, se réveille en 2040.
    Rétabli,sort dans la rue entre dans un café , commande un café , le boit puis demande : au fait , comment s’est terminé la guerre en Ukraine ?
    Bien, très bien répond le serveur.
    Bon alors combien je vous dois ?
    Deux roubles !
    Excellente.
    Lu sur le site Echelle de Jacob ce jour.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  4. Quelques recommandations, toutes basées sur des constats scientifiques :
    Évitez les promenades en forêt : Les sous-bois regorgent de tiques prêtes à vous tomber dessus. Beaucoup sont porteuses de la maladie de Lyme, une cochonnerie que vous n’avez pas envie d’attraper. Préférez les balades dans les champs.
    Évitez les promenades dans les champs : La plupart sont régulièrement aspergés de pesticides, ce qui explique sans doute une espérance de vie plus courte chez les campagnards que chez les citadins. Privilégiez les balades en ville.
    Évitez les promenades en ville : L'air y est saturé de particules fines, que l’activité physique fait pénétrer au plus profond de vos bronchioles, avec à la clé un risque de cancer des poumons.
    Évitez les bains de mer : Un litre d’eau de mer contient plus d’un million de virus. En buvant la tasse, vous avalerez aussi des cyanobactéries, des staphylocoques, des streptocoques, ainsi que des chétognathes (vers sagittaires), des polychètes (vers aquatiques) sans oublier les micro plastiques issus des activités humaines. Préférez les bains en piscine.
    Évitez les piscines : L’urine des baigneurs provoque une réaction chimique avec le chlore, formant de la trichloramine et du chlorure de cyanogène, des substances dangereuses qui peuvent affecter les poumons, le cœur et le système nerveux central. Privilégiez les baignades en rivière.
    Évitez les bains en rivière, très souvent polluées par les rejets des usines situées en amont.
    Évitez de boire l’eau du robinet : Malgré les traitements, elle contient encore des résidus de médicaments et de pesticides. On peut même y trouver parfois des composants de chimiothérapie. Préférez l’eau en bouteille.
    Évitez l’eau en bouteille : Les palettes de supermarché sont souvent stockées en plein soleil et sous l’effet de la chaleur, le plastique libère des particules chimiques dans l’eau.
    Évitez les claviers d’ordinateurs, qui abritent jusqu’à 7500 bactéries chacun.
    Évitez de serrer la main de vos collègues et amis : 80% des maladies infectieuses se transmettent par contact. Sinon, lavez-vous les mains.
    Évitez de vous laver les mains moins de 20 secondes, sinon vous n’éliminez pas toutes les bactéries.
    Évitez de vous laver les mains plus de 20 secondes : Cela détruit le film hydrolipidique de la peau et affaiblit votre système immunitaire.
    Évitez de vous essuyer les mains avec une serviette, véritable bouillon de culture.
    Évitez d’utiliser les sèche-mains électriques : Ils soufflent sur vos mains les bactéries présentes dans l’air.
    Évitez de garder les mains non désinfectées : Elles abritent jusqu’à 10 000 milliards de bactéries et des virus qui, comme le SARS-CoV 2, peuvent vivre plus de 9 heures sur votre peau. Pour les supprimer, utilisez du gel hydro alcoolique
    Méfiez-vous des gels hydro alcooliques : Ils amoindrissent la flore cutanée commensale qui participe à vos défenses immunitaires. Certains gels peuvent par ailleurs contenir du benzène, cancérigène connu qui peut provoquer des leucémies, et d’autres, du triclosan ou du triclocarban, suspectés de favoriser le développement du cancer du sein.
    Évitez de respirer : En inhalant, entre 17 000 et 400 000 virus pénètrent vos poumons chaque minute.
    Évitez l’exercice physique : La ventilation augmentant avec l’effort physique, un simple footing peut vous faire avaler plus de 2 millions de bactéries à la minute.
    Évitez l’inactivité : Un exercice physique modéré améliore la fonction immunitaire...
    Tout ça vous fait peur ? Tant mieux. Vos peurs sont très, très utiles aux intérêts de certains.
    Ah… j’oubliais : si jamais ces conseils, malgré leur fondement scientifique, ne vous inspirent pas, il vous reste une alternative, depuis longtemps oubliée... cela s’appelle VIVRE. Tout simplement VIVRE !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Elizabeth pour ce texte, merci Janus pour ces recommandations que je m'empresse de vous piquez pour les diffuser à large échelle !!!

      Supprimer
    2. Janus a oublié: évitez de vous reproduire!
      C'est quand même l'objet de la nouvelle.
      Se reproduire.....il y a comme une envie de clonage dans la démarche.
      On projette toujours, intellectuellement parlant,quelque chose sur les enfants.
      Je dis intellectuellement pour les gens normaux,les autres j'espère qu'ils iront au diable.

      Comparez le visage de l'enfant de l'album U2 War et celui de "Ain't no grave"de Johnny Cash;ce dernier aux dents cassés et aux oreilles décollées me rappelle quelqu'un.

      Elizabeth les personnages de la nouvelle aiment-ils les enfants?
      Reproduits, pré-progammés, prédestinés.....triste sort;
      on dirait du bétail sélectionné.
      lesquels de ces parents acceptent d'avoir un enfant qui s'épanouisse dans ce qu'il aura choisi de faire?
      Je pensais aux parents des mini-miss ou de ceux de je ne sais quel chanteur;mais également à ceux qui n'hésitent pas à confier leur progéniture à quelques spécimens dévoyés,obsédés,corrompus....mais si ça peut aider.!!.
      Ils pleurent?sur leur sort à la manière des psychopathes qui n'ont pas la moindre empathie pour leurs victimes?
      Leurs enfants étaient un pont vers l'immortalité?
      Qui sait?
      Qu'ils se rassurent avec Johnny cash :
      There ain't no grave can hold my body down!
      Bien à vous
      YK

      Supprimer
    3. Coucou YK, je crois qu'ils aiment à leur façon : narcissique, égocentrée, ne projetant que sur leurs enfants, leur propre désir d'immortalité. C'est un peu le cas en Occident, pas partout heureusement, ni chez tout le monde. Ce monde est le notre, une marche plus loin, enfin, je veux dire celui de nos dirigeants. Biz du Jura

      Supprimer
  5. Bonjour une info parue dans "la France agricole":
    "Les agents de la Répression des fraudes seront transférés l’an prochain au ministère de l’Agriculture pour créer une unique police de l’alimentation.

    « Le cabinet du Premier ministre a acté la création d’une police unique en charge de la sécurité sanitaire des aliments par le transfert de compétences du ministère de l’Économie et des Finances » vers celui de l’Agriculture, explique la DGCCRF (1), rattachée à Bercy (Économie), dans un courrier interne daté de mercredi 11 mai 2022 et consulté par l’AFP.

    Effectif au 1er janvier 2023 avec le « transfert de 60 emplois de la Répression des fraudes (DGCCRF) vers la Direction générale de l’alimentation (DGAL) », il vise à améliorer l’efficacité des contrôles et à clarifier les compétences de deux entités.

    > À lire aussi : Étiquette : la fraude sur « l’origine France » a le vent en poupe (04/02/2022)

    Des agents sidérés
    Le premier syndicat de la DGGCRF, Solidaires CCRF & SCL, évoque de son côté un coup de tonnerre, des agents « sidérés » ayant appris leur futur transfert mercredi par courrier électronique sans dialogue social préalable, explique son représentant Roland Girerd. « L’une des toutes dernières décisions politiques de Messieurs Castex, Le Maire et Denormandie est de casser le service public de la sécurité sanitaire des aliments, en dehors de tout débat public », déplore le syndicat dans un communiqué.

    Pour lui, l’émotion provoquée par les récents scandales alimentaires conduit aujourd’hui au « sacrifice d’un bouc émissaire administratif », sans remettre en question la responsabilité des industriels de l’agroalimentaire. « Si des fraudes sont commises, c’est bien parce qu’elles génèrent des profits financiers », ajoute-t-il, regrettant que les deux fonctions soient dissociées.

    > À lire aussi : Négociations commerciales : la Répression des fraudes a fait 15 000 contrôles de la loi Egalim (27/04/2021)

    Guerre des polices
    Les scandales des pizzas Buitoni contaminées à la bactérie Escherichia coli et des Kinder à l’origine d’une épidémie de salmonellose en Europe ont remis en question les contrôles des sites de production alimentaire, qui repose largement sur des procédures internes des industriels.

    Après l’affaire Lactalis et la contamination de lait maternisé par des salmonelles en 2017, une commission d’enquête avait demandé à l’État de mettre fin à la « guerre des polices » en matière de contrôle de la sécurité alimentaire, et de créer une autorité unique sous l’égide du ministère de l’Agriculture.

    Opposé à ce transfert à l’époque, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire avait remis cette idée sur la table à la mi-avril en évoquant la création d’une « police de la sécurité alimentaire », rassemblant les effectifs de Bercy et ceux du ministère de l’Agriculture."
    On dirait de la science fiction,Elizabeth aurait pu l'imaginer la "police de l'alimentation".Non?
    Bien à vous
    YK



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et après cette nouvelle police il y aura l'interdiction des potagers poulailler clapiers etc ...
      Donc il y avoir une épidémie de saturnisme foudroyant !
      Simple déduction et prévisions météo !!

      Supprimer
    2. En effet avec le réchauffement climatique l'air devient plus lourd c'est dû à sa forte teneur en plomb,bien entendu c'est de la faute à Poutine avec toute la pollution dûe aux explosions

      Supprimer
    3. Quand on pense à tous ces pov gendarmes suspendus sans soldes sans chomages sans rsa , et qui vont être réquisitionnés de force lorsque leur collègues vaxxés vont commencés à tomber commes des mouches ...!

      Réquisitionnés de force pour nettoyer la pollution au plomb amenée d'Ukraine par les vents d'Est ...!

      21000dijon

      Supprimer
    4. Dans la meme veine :
      Australie : Loi où vous ne serez plus autorisés à cultiver votre propre nourriture :
      https://echelledejacob.blogspot.com/2022/05/australie-loi-ou-vous-ne-serez-plus.html#more

      Supprimer
    5. Bonjour Duncan, as-tu vraiment lu le texte dont tu as mis le lien? Je viens de le lire, il est seulement prévu de renforcer les moyens de lute contre l'emploi de produits chimiques non autorisés, ce qui me semble plutôt une bonne chose. Il n'est pas fait mention d'interdiction de cultiver quoi que ce soit.

      Supprimer
    6. Duncan177

      Personnellement je crois que interdire les potagers poulaillers clapiers etc ... sera la goutte qui fera déborder le vase !

      Ce sera une déclaration de guerre contre le peuple , donc le début de la guerre civile !!
      Et là les poulets vont y laisser des plumes !!!

      Nous sommes gouverné par des fous dangereux.

      21000dijon

      Supprimer
    7. Et la place des fous dangereux c'est à l'asile psychiatrique !!!

      21000dijon

      Supprimer
  6. Bonjour,
    extrait de "Libération"(le journal) du jour:
    Antiterrorisme
    Extrême droite: onze interpellations autour du groupe survivaliste «Vengeance patriote»
    La DGSI a réalisé une importante opération de police au sein d’un groupe soupçonné de projets d’actions violentes. «Vengeance patriote», composé d’une centaine de membres dans le pays, est bien connu de la fachosphère............
    "L’enquête préliminaire avait été ouverte en avril 2021. Selon l’une des sources, les onze interpellations concernent des personnes âgées de 17 à 30 ans et ont été réalisées «principalement en région parisienne». Lors des perquisitions ont été trouvées de la documentation et de «l’idéologie d’ultradroite» mais «pas d’armes», toujours selon cette source."
    Pas d'arme ?
    Bon sang mais avec la cat "D"! même pas un couteau électrique?
    Un canif?une ceinture?
    Ils ont fait la perquis dans un camp pour naturistes?
    C'est surréaliste!
    Mais ça dénote d'un certain niveau de .....mauvaise foi? Crétinisme?
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que réaliser des actions violentes sans arme, ça dénote un niveau d'organisation extrêmement élevé. Ces gars ont battu des records dans la dangerosité.

      Supprimer
    2. Après la police de l'alimentation:celle de la lecture et de la pensée.
      J'espère qu'aucun d'entre eux ne possédait "Fahrenheit 451".
      bien à vous
      YK

      Supprimer
  7. Je reste sidéré par cette lente glissade vers un totalitarisme "mou"ce que BHL appelle la barbarie à visage humain.

    Je ne comprends pas le terme "d'ultra droite",il n'a de sens ni politiquement ni économiquement.
    J'ai essayé de "récupérer"la listes de documents saisis:
    "Sur la messagerie cryptée Telegram, on voit circuler des documents relayés par des adeptes du survivalisme, parfois d'anciens militaires, qui se retrouvent sur les réseaux sociaux : règles de survie en plein chaos, guides de combat en zone urbaine..."
    Il y a aussi "Mein kampf "
    Manuels de sniper et manuels de combat;on oublie que les manuels de guérilla urbaine,il me semble que c'est à gauche.
    Quant au passage de la théorie à la pratique.....ce ne sont pas les skinheads qui attaquent les FDO à coup de mortier.
    Il ne faut pas désespérer de l'espèce humaine il semble qu'il y ait de bons gentils nazis ...en Ukraine.
    Je ne sais pas si notre avenir est la société décrite dans la nouvelle d'Elizabeth.
    Pourquoi mal-pensants d'ailleurs?
    Penser ,réfléchir,anticiper c'est mal.
    Ce sont des activités subversives.
    C'est drôle cette inversion des valeurs:
    "Quand j'entends le mot culture je sors mon révolver"ça pourrait être woke?
    Je me disais que le prochain virus partirait d'Ukraine,bombardement hasardeux russe,vengeance d'un fanatique,Elizabeth suggère l'intervention d'un adepte du saut de l'ange....on s'est planté:des voyageurs en provenance du Nigeria?
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Yk ;le totalitarisme mou l'est au début ,seulement au début,c'est comme l'eau que l'on retire du bocal du poisson rouge petite cuillères après petites cuillères,quand le cyprin a la quille qui commence a toucher le fonds il s'affole cela devient très brutal et définitif.Il est nécessaire de tout préparer en relative douceur en divisant la masse des citoyens en groupes plus faciles a éliminer par la suite et en dressant ces groupes les uns contre les autres il n'y a même pas besoin de leur taper dessus , comme de bons kapos ils le feront eux mêmes !.L' ignorance assujettie a la propagande est la porte ouverte à toutes les aventures en toute bonne foi,cela ne sauvera pas les "bons nazis " de Marioupol ou comme chacun sait les Russes ont prit la raclée du millénaire la fédération de Russie ayant été ruinée économiquement selon les dires et les actions de notre Lemaire du palais peroxydé comme Marilyn .Rien ne nous sera épargné ni la vérole du babouin partout dans le monde" en même temps "ni prochainement le virus de la blennoragie de l'ormeau bleu breton de Perros Guirrec.En attendant bon Dimanche je vais soigner mon covid avec une double ration de framboises a la chantilly du jardin

    RépondreSupprimer
  9. petite suite :https://www.profession-gendarme.com/transhumains-rapports-sur-la-composition-des-vaccins-covid-nanotechnologiques/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de lire ton lien !
      Ça fout les boules !!!

      Je me demande même si j'ai pas flirté avec une attaque cardiaque .
      Être essoufflé dans son fauteuil c'est pas normal !!

      21000dijon

      Supprimer
  10. Bonsoir à tous,
    Janus je ne suis pas fan de BHL néanmoins l'expression barbarie à visage humain résume l'ensemble à merveille.
    Plus personne ne respecte, ni ne craint la colère des occidentaux.Les dresser les uns contre les autres est-ce nécessaire?
    Entre la peur et les dénonciations rares sont ceux qui sont en capacité d'agir.
    Les néo-nazis?J'en ai connu en Angleterre dans les années 75/80 mon correspondant en était un.
    En fait les Mods avaient choisi le drapeaux Anglais les Rockers par réaction avaient choisi les symboles allemands.Le tout était de trouver un prétexte pour se taper dessus.
    Point final.Aucune idéologie...rien.
    Il y avait certes les rixes avec les pakis qui trouvaient leurs origines non dans des affaires raciales,mais pour des problèmes liés à la vente et à la consommation de colle.
    Enfin je vous livre les explications qui m'avaient été données à l'époque; je n'étais pas non-plus très regardant.
    Je suis certain qu'aujourd'hui les motivations sont les mêmes: créer un signe de reconnaissance tribal et essayer de faire peur.
    Cette voie est il me semble sans issue et en plus elle donne des prétextes au pouvoir.
    Malheureusement je ne vois que 2 catégories de personnes capables d'enrayer la machine infernale qui risque de nous broyer
    les gens du voyage,et les racailles des cités.
    Les deux sont violents et ingérables ;il suffirait que les effets secondaires tels qu'ils sont décrits dans la vidéo (de profession gendarme) touchent un ou plusieurs membres influents de ces communautés....aucun homme politique ne serait à l'abri .
    En ce qui me concerne ....toujours pas vaxx et je ne comprends toujours pas comment la majorité a pu accepter ces injections" d'on sait pas quoi".
    J'ai toujours préféré les points d'interrogations sur une feuille que dans mes veines ou dans mon assiette.
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir,
    et maintenant le chèque alimentaire:

    La Coopération agricole rejoint la FNSEA pour pousser le nouveau gouvernement à instaurer un dispositif pour permettre aux plus démunis de lutter contre l’inflation alimentaire.

    La Coopération agricole et la FNSEA pressent le nouveau gouvernement de mettre en œuvre la promesse faite par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle : instaurer un chèque alimentaire qui permettrait aux plus démunis de lutter contre l’inflation alimentaire, fortement réactivée depuis quelques mois. Les deux organisations agricoles veulent que le chèque alimentaire, dont il était déjà question en 2021 dans la loi Climat et résilience, devienne une réalité « dans les prochaines semaines ».
    En fait il s'agit de donner une aide mais qui ne profite pas aux produits étrangers
    Pourquoi frapper d'ostracisme les produits étranger?
    C'est scandaleux! Imaginez qu'on réserve les chèques aux seuls bénéficiaires Français!
    "L’idée d’une distribution d’argent, à l’instar du chèque énergie, paraît insuffisante aux yeux des Banques alimentaires. Celles-ci distribuent des repas à 2,1 millions de personnes, souvent en lien avec les filières"
    "Il ne doit pas servir à acheter l’abandon de l’éducation alimentaire que les associations effectuent en même temps que la distribution des aliments."

    C'est vrai qu'au niveau de l'équilibre alimentaire les pauvres c'est n'importe quoi! (Bigard les pauvres)
    On pourrait rajouter un billet de loterie?
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
  12. Stade de France .
    Vu de l’Angleterre.
    Chanson des bleus :
    Gazons un coup, gazons en deux , et merde pour la reine d’Angleterre qui nous a déclaré la guerre.
    En France tout finit par des chansons, c’est bien connu.
    Cdlt.
    Vianney

    RépondreSupprimer
  13. Je me demande comment on va passer de notre société au monde aseptisé décrit dans la nouvelle?
    Quand je disais que la" jeunesse risque" de faire dérailler le projet,on en a eu la vision au stade de France:des hommes politiques mystifiés,ridiculisés,humiliés aux yeux du monde....et Brice Couturier nous donne l'explication digne d'un grand du journalisme:
    "Impression massive de faux billets, grève sur la ligne B, mobilisation de délinquants sur les réseaux sociaux... Stade de France : la piste du sabotage par la Russie est à prendre en considération. Le match était initialement prévu à Saint-Pétersbourg..."
    J'espère qu'il a commencé sa thérapie !
    Il faut bien reconnaître que la France est championne du monde des couacs,pataquès et autres affaires de cornecul .
    Cela prêterait à rire si ce n'était chez Ubu.
    Pas besoin de Poutine....
    Je n'ai aucun don de voyance,mais le monde de songe creux ne verra jamais le jour:le chaos va tout emporter.
    Les migrants ont franchis les mers,les clôtures avec barbelés,les montagnes et certains croient encore qu'un règlement intérieur ,un rappel à la loi,une amende vont les arrêter.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ,en effet la question peut se poser et la réponse sera que cette société aseptisée ne pourra voir le jour (ce que je ne souhaite pas ) que dans un préalable violent de "désinfection" .De toutes les façons cette "dératisation" prendra place tout simplement parce qu'il n'y a pas de sociétés viables dans le chaos et la loi du colt,la fin des stocks de matières premières va dans les années qui viennent freiner très sérieusement les envies et les rêves délirants d'une bonne partie de ceux qui croient encore au père noël de la résolution du manque d'énergies par la science et les techniques toutes puissantes ,Condorcet est bien mort et ne ressuscitera pas.Les stades de France ont lieu tout les weekend ,curieusement il s'agit presque exclusivement des match de foot bal ,ces manifestations de franche amitié disparaîtront elles aussi assez rapidement du moins celles d'une certaine ampleur,nous ne sommes qu'au début de l'apocalypse stricto sensu,la suite va valoir son pesant de caouètes

      Supprimer
    2. petite suite qui va bien plaire a tous :Video A. Bourla au WEF Forum (Genève),
      22-26 mai 2022, à propos du démarrage de sa mission
      from 教皇 / GodFather ( &0D28;έγας πά πας •••••• Grand Pontife αƆ𐌠α&#vx1101F;..) en janvier 2019 (Californie).

      » C’était un rêve que nous avons eu ensemble avec mon équipe de direction quand nous avons commencé en 2019. La première semaine, nous nous sommes réunis le 19 janvier en Californiepour mettre en place les objectifs des années 2019-2024 et l’un d’eux était d’ici 2023 : Nous réduirons le nombre de personnes dans le monde de 50% Je pense qu’aujourd’hui, le rêve devien réalité

      Cela se déroule dans l’amphithéâtre IBC-WEF (World Economic Forum). 1ère minute de la video
      [rumble.

      https://rumble.com/v16m4k7-le-pdg-de-pfizer-veut-rduire-la-population-de-50…cest-son-rve-hd-720.html

      Supprimer
  14. Bonjour à tous.
    Dans la série du mal pensant , si on parlait de l’eau?
    Le manque d’eau ( déjà connu par les relevés officiels, ce n’est pas un scoop pour les agriculteurs en premier lieu et encore plus pour certaines régions, en France , ici le fleuve PO à son plus bas niveau a permis la récupération d’un char de ww2 , infos tv ) ) commence à se faire sentir dans ma région toscane.
    Ce qui interpelle, c’est un début de vouloir repartir la pénurie de façon autoritaire, de facon soft et déguisée, en plein WE de fête nationale ( le 2 juin en Italie ). J’ai “gentiment” réclamé auprès de la société qui m’avait arbitrairement fermé le robinet du compteur....la maison étant très isolé, la croyant inhabitée, trop fatiguant de marcher 1 km à travers bois, le co.nard de service chargé des compteurs , s’était permis l’innaceptable.
    Si cela s’amplifie ( ce qui ne saurait être autre à moins d’un miracle, celui qui croit aux miracles lève le doigt dans la salle .....) ça va couiner dans les chaumières italiennes.
    Les pénuries de nourriture sont organisées , je veux bien lire Thé Economist qui nous l’annonce , par contre le manque d’eau est plus difficile à organiser, quoique a voir le gaspillage d’eau sciemment organisé en californie, exemple parmi d’autres, ultra productrice qui redevient un désert de poussière, sa géographie première,on peut raisonnablement
    Pour l’eau , le manque d’eau , la nature met son grain de sel......... que l’on offre au visiteur dans les pays chauds.
    Reste le pastis à disposition diront certains, et puis se laver , Louis XIV a préconisé l’usage des parfums à la cour !
    Peu de monde en parle de ce manque d’eau existant et à venir....
    Après les vacances peut être, à la rentrée ( si on arrive à rentrer car manque de carburant, AUSSI , déjà annoncé ) qui sera chaude nous dit on!
    3 jours sans repas avant la barbarie retrouvee( deja fait au stade de france parait il , à jeun qui plus est ), dur , dur, le bonhomme -clown du Mac do va se transformer en Joker sans son “ coke” , plus de coke en stock ?
    Scrongneugneu, sabre de bois.
    Capitaine, organisez un raid sur le palais........À l’abordage!
    Cdlt.
    Vianney

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha! les histoires d'eau par Vianney!
      Un jour il faut installer un catamaran en haut d'une montagne pour penser être à l'abri et le lendemain c'est la sècheresse,le désert.....
      "Un terroriste Italien coupe l'eau à un utilisateur à jour de ses factures!!!"
      C'est du lourd!
      Histoire d'eau pourrait être le titre d'un conte pour adulte mal-pensant.
      Et pour les FO...il y a de l'eau dans le gaz?
      Faits divers
      Le Havre : un ado gravement brûlé au taser et à la bombe lacrymogène lors d’une intervention de police
      Le jeune homme aurait frappé un policier au visage avec sa ceinture avant de s’embraser.
      Taser +gaz lacrymo = Flammenwerfer (artisanal,aléatoire et involontaire)
      Vite un canon à eau !!
      A Rouen à la limite il y a eu des précédents,mais au Havre!
      cordialement

      Manon des sources

      Supprimer
    2. Excellent Manon des sources .
      Cdlt.
      Vianney.

      Supprimer
    3. En effet ,Manon votre déduction me fera éviter la seine maritime ,les phénomènes inexpliqués de combustion spontanée sont inquiétants,j'irai plutôt à Cana pour profiter de la multiplication de la bouffe et du pinard par ces temps dit de famine à venir,la barbaque au barbeuque c'est pas trop mon truc et la fumée se voit de loin à moins de faire un foyer en sol pour ne pas attirer l'attention

      Supprimer
    4. petite suite :https://leblogalupus.com/2022/06/03/les-10-plans-les-plus-diaboliques-du-forum-economique-mondial-pour-lhumanite/

      Supprimer
  15. Bonjour à tous,

    Allons, allons Janus, ne me dit pas que tu crois à des plans diaboliques ou alors c'est que tu crois aussi à des plans divins...

    In Hoc Signo Vinces, Deus Vult !

    Etienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Etienne ce n'est pas moi qui ait qualifié ces plans de "diaboliques"-pour moi ce serait plutôt des plans destructeurs de la notion d'humanité ,ce qui en principe devrait nous différencier des animaux,d'autant que j'ai si souvent tiré cette pauvre bête par la queue (le diable) qu'elle doit s'en souvenir et m'évite , reste a éliminer ceux qui veulent ma peau avant son terme naturel et là ce n'est pas aussi simple que cela pourrait en avoir l'air.Quant au "divin" je dois avouer mon ignorance et n'ai pas connaissance de plans précis crédibles ,mais ce n'est pas grave dans la mesure ou il faut combattre si possible les ennemis l'un après l'autre (Napoléon) en fonction de l'urgence du moment donc dans l'ordre les mondialistes,le divin Islam et c'est déjà beaucoup,je n'aurais pas le temps de m'attaquer au reste très certainement.bien cordialement

      Supprimer
    2. Bonsoir,j'ai connu un "Père Blanc"qui voyait le bien partout,il le portait avec lui.
      Je l'ai longtemps considéré comme un bisounours.
      Un authentique celui-là.
      Je regardais une vidéo youtube;
      "les bisounours ne seront PAS les premiers à mourir en cas d'effondrement".Des gens qui se placent à l'abri au milieu de villages pour être protégés sont-ils des bisounours?des caméléons?des sociopathes?
      "Je n'ai rien en commun avec vous mais je vais devenir indispensable et vous ferez le sale boulot à ma place,pour moi.Et moi je pourrai donc toujours avoir une très bonne opinion de moi....
      Le visionnage de ces vidéos sur les fermes autonomes m'a vraiment interrogé.
      Une d'entre elle "projet liberté"appelle ni plus ni moins à mettre les non-vaccinés dans des camions et à les vax de force!
      Il y a même une forme d'appel au meurtre d'un anti-vax...
      Le gars est spécial;conseiller municipal ses coordonnées sont facilement accessible et il organise des visites de sa ferme!
      L'antithèse du survivalisme.
      Je pensais que les fermes autonomes étaient constituées par des gens ayant un certain bon sens....visiblement c'est raté.
      On voit ainsi des "communautés"de dizaine de milliers de membres suivant ces.....j'hésite entre canards sans tête et dangers public.
      Dérive sectaire ou mauvaise interprétation de ma part?
      Je n'ai pas mis de lien mais tout est accessible si vous voulez vous faire une idée.
      J'ai eu l'impression de découvrir un univers de planches pourries.
      En cas d'effondrement être ou pas le premier à y passer a-t-il de l'importance?
      Par contre les uns et les autres nous préparent un futur pas triste.
      Bien à vous
      YK

      Supprimer
    3. Salut Janus,

      J'avais bien compris et c'était juste pour te taquiner un peu. Je sais aussi que les combats à mener quand l'ennemi est à l'intérieur sont les plus difficiles et j'espère que le tien te mènera à la victoire même si à travers tes propros je comprends que ce n'est pas gagné. Je te souhaite de la force et du courage bien que je sois sur que tu n'en manques pas. Je continue à prier pour toi et en ce jour de Pentecôte, j'ose te souhaiter que l'Esprit Saint t'accompagne dans ta lutte.

      Amicalement,

      Etienne

      Supprimer
    4. Merci Etienne ,je prends tout ce qui peut être utile du cure dent au 155 sans recul comme les bonnes intentions et , les papattes de lapin ,et les hameçons de 8 pour la friture de Girelles a partager avec les copains (c'est meilleur) ,abondance de bien ne nuit pas,grand merci

      Supprimer
    5. Hameçons de 18 ou de 8 ?
      Je connaissais pas les girelles mais ça n'a pas l'air très gros si ça se mange à l'apéro...
      De la taille d'un vairon,d'une ablette,d'un goujon?
      Enfants, les vairons on les pêchait avec des nasses faites à partir de bouteilles Magnum....
      C'était pas, très ,très légal....les lignes de fonds non-plus d'ailleurs
      Bien à vous
      YK

      Supprimer
    6. bonsoir Yk la girelle est un poisson de peintre ,un des plus beau de méditérannée ,elle s'endort enfouie dans le sable pour cacher sa robe de princesse,taille moyenne 15 cm exeptionnellement 30 cm (de plus en plus rares )vous n'en trouverez jamais dans les restaurants car ne se prend qu'a la ligne au ver mille patte et jamais du bord ,donc petit bateau.bien à vous

      Supprimer
    7. Bonjour,

      Ha Janus, avec ton histoire de girelles tu fais remonter de vieux souvenirs d'enfance, un temps où le weekend nous partions de L'Estaque sur le Babou, le pointu de mon oncle,pour des parties de pêches mémorables à la palengrotte et des esques ou des piades comme appâts. Un fois le seau rempli de girelles, de roucaous, de petits sars et autres poissons de roche, nous partions déguster tout ça griller dans un recoin du Frioul accompagné d'oursins juste
      décrochés des rochers armés de nos fouines. Parfois , quand la mer était d'huile et le vieux pointu de bonne humeur nous naviguions même jusqu'à Riou. En chemin mon oncle jettait une traine et attrapait un beau loup (un bar pour les parisiens...) ou une belle daurade. C'était un temps pas si lointain où la mer était encore poissoneuse et Marseille une ville où il faisait bon vivre. Maintenant la mer s'est vidée de tous ses trésors et Marseille, où je suis né et ai vécu 30 ans ressemble à un égout à ciel ouvert infestée de rats à deux et quatre pattes.

      Ben merde alors...

      Etienne

      Supprimer
    8. Bonsoir Etienne,le conte pour adultes mal-pensants nous ramène à une enfance avec des adultes "bien -pensants",bienveillants....en partie responsables d'une mentalité de survivalistes.
      Je reviens à ce que je disais les adultes de ce conte n'aiment pas leur progéniture ou à la manière de "confidence pour confidence c'est moi que j'aime à travers vous".
      Je ne suis pas certain que l'éducation actuelle donne la moindre clé pour une survie dans un monde aussi mouvant.
      Les réalités plus ou moins virtuelles se superposent,les rats courent devant les Palaces,filmés par des téléphones derniers cris fabriqués par des enfants du tiers monde et utilisés par des mondialistes généreux.....On peut pas faire autrement !!!
      J'ai pourtant l'impression qu'on risque de se retrouver d'un coup à la bougie,à la plume d'oie...et chasseur de rats dans le meilleur des cas....sinon il y a l'option "devenir le gibier",être la proie,la victime.
      Cette dernière option semblait inconcevable dans notre jeunesse,elle semble très à la mode.

      Bien à vous
      YK

      Supprimer
    9. Bonjour YK,

      Comment ne pas être d'accord avec toi...

      Bien à toi,

      Etienne

      Supprimer
  16. PS : quant à distinguer ce qui est de Dieu de ce qui ne l'est pas, même si je n'ai pas la prétention de connaître la vérité, je me fie seulement à des choses simples : loyauté, bonté, courage, générosité, patience, fermeté et mesure en toute chose. Des valeurs bien éloignées de la plupart de nos amis en babouches mais encore bien présentes dans le cœur et l'âme de certains de nos compatriotes qui parfois marchent dans les pas du Christ sans même le savoir...

    Etienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour YK,

      Je vois très bien ce que tu veux dire et je me méfie plus que tout des gens remplis de bonnes intentions et des idealistes qui par dogmatisme, qu'il soit religieux, politique, philosophique ou intellectuel, pensent détenir la vérité et veulent faire notre bien à tout prix. Rien de plus dangereux que ces personnes dont souvent le vernis brillant cache une réalité bien plus sombre. Quant à mourir le premier ou pas en cas d'effondrement, il est vrai que de toutes les façons nous allons tous y passer, alors... En revanche, si notre survie permet de protéger ceux qui nous sont chers, alors je ferai tout pour rester en vie le plus longtemps possible.

      Amicalement,

      Etienne

      Supprimer
  17. C'était une belle réception, des étoiles en nombre partout, des bulles, des petits fours et des canapés sur des plateau argentés et brillants tenus par des serveurs en gants blancs et vestes blanches. Des discussions sans éclats de voix, des décolletés jusqu'à l'envie, des sourires jusqu'aux canines, des conventions bien entretenues, une politesse de circonstance, des jalousies contenues d'une hypocrisie bien éduquée, le général deux étoiles De la P. fêtait sa nomination au poste improbable de Conseiller Spécial.
    _" Alors mon général, ces lance-missiles feront-ils enfin la décision, je m'impatiente ?"
    _ "Madame la Secrétaire d'Etat vous serez bientôt satisfaite, les missiles pénétreront l'adversaire profondément."
    _"Ah!!"
    _" Certes mon général, susurra Madame de M. mais ce conseiller de cet affreux Lavrov n'a-t-il pas dit qu'il menacerait en retour vos centres de commandement?"
    _" Qu'il menace, Madame, qu'il menace."
    _"Ah!!"
    ( Un serveur en passant et à voix basse):
    _ " Le centre de commandement c'est ici"
    ( Un autre général , accessoirement Conte De la Brécholière, au serveur):
    _"Vous dites?"
    _" Que vous pouvez commander ici ce qu'il vous plaît?"
    _"Ah."

    Plus tard dans un ministère 'éthiqueté' de la diplomatie:
    _" Monsieur le chef de cabinet ne connaissait-il pas une charmante conseillère d'ambassade d'un ce ces lointains pays plus à l'Est que nous eûmes la joie de fréquenter dans les salons du marquis de S.?"
    _" Si fait."
    _" Que ne pourriez vous lui glisser un mot sur ses affreux lance-missiles quand il passeront la frontière à l'est?"
    _"Certes, cela sera fait."
    Le responsable in petto:
    _" Il ne manquerait plus qu'Il se vengeât sur notre centre de commandement."
    Il fut mis fin ainsi au début d'une guerre mondiale, chaude, avant qu'elle ne débuta.
    Si ça c'est pas du génie bien habillé et mal pansé!

    Ou alors .... bien mal pensé.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,
    je suppose que nous avons tous vu cet article de PARIS MATCH
    Obsédé par sa sécurité, Jean-Luc Mélenchon réclame qu’on lui crée une «safe room»
    "Les questions de sécurité le hantent, pour la France, comme pour lui-même. Jean-Luc Mélenchon vit avec la peur d’être victime d’un fou, d’un de ces fanas d’ultradroite qui lui ont envoyé des balles glissées dans une enveloppe; les bains de foule sont toujours une épreuve, d’autant que sa demi-surdité de naissance renforce son sentiment de vulnérabilité. Il s’est ainsi constitué une petite armée: un service d’ordre national qui compte environ 300 bénévoles et un escadron de 30 personnes – les militants les plus sûrs – dirigé par Benoît Schneckenburger, ce prof de philo ceinture noire de karaté, très engagé jusqu’à la dernière campagne."
    C'est bizarre pour quelqu'un qui critique les FO et qui dénonce les milices d'extrême droite et qui remet en cause la notion même de légitime défense:

    "Remise en cause de la légitime défense

    Jean-Luc Mélenchon en a également profité pour faire le point sur le dramatique enchaînement des événements de mardi dernier. "Pourquoi un homme jeune, qui est un policier, en vient à tirer sur un autre homme jeune parce qu'il a peur, parce qu'il y a trop d'heures qui sont faites, parce qu'il y a trop d'armes qui circulent, et trop de facilitation de l'idée de légitime défense".
    Une safe room ça c'est une idée;c'est même une excellente idée: murs capitonnés et tout et tout......
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Histoire de penser a mal pour l’immédiat qui vient........
      Loin de l’agitation parisienne stérile , un article sur le site “ Echelle de Jacob “ sur l’assèchement du plus long fleuve italien , déjà cité, le PO, conséquences 30% de la production locale italienne fruits&verdure&cereales et 50 % bétail en moins à prévoir vu niveau du fleuve, reserve d’eau NON ammenagee, pas de pluies depuis 3 mois.
      Le drame :l’eau de mer rentre dans l’embouchure du fleuve , pénètre les sols et les grille.
      Meme phénomène en France? Je ne sais pas. Vraisemblable.
      À cumuler avec le reste, l’escadrille des emmerdements : pénuries aliments&energie.
      Cette fois, on y est presque, encore un peu de temps, combien ?
      Nul ne sait le jour et l’heure ! Mais le mois, on peut le dire.
      Des réfugiés italiens à prévoir pour la France en plus des “traditionnels “ qui augmentent déjà depuis janvier.
      Que personne ne s’inquiète, je ne songe nullement à rentrer en France !
      Ouf ! On a eu chaud.
      Cdlt.
      Vianney.

      Supprimer
    2. Pour les réfugiées italiennes, ce sera avec plaisir, contrairement aux "traditionnels"...

      Supprimer
    3. Avec une petite veste grise dont les manches s'attachent dans le dos pour éviter de se griffer par imprudence !!!!

      Supprimer
    4. Bonsoir à tous,
      bonsoir Vianney concernant la salinisation des eaux c'est un phénomène connu, à la fois naturel et causé par l'homme et ses activités:
      https://professionnels.ofb.fr/sites/default/files/pdf/2010_057.pdf
      https://www.actu-environnement.com/blogs/jean-philippe-bellot/167/jean-philippe-bellot-intrusion-eau-salee-aquiferes-littoraux-248.html
      https://infoterre.brgm.fr/rapports/RP-60186-FR.pdf
      Mais je crois que tout le monde s'en fout.
      Par contre l'agitation parisienne est loin d'être stérile bien au contraire,elle me semble nuisible,contre-productive pour l'intérêt général.Elle est prolifique en matière de règlements et normes en tous genres.
      Le gardien de la norme inutile perçoit un bon revenu en même temps qu'il a une raison d'exister socialement.
      L'immobilisme est donc une activité à plein temps.bloquer un projet,faire avorter une contestation.....interventions prolixes etc etc
      J'en ai fait l'amère expérience et ai l'intime conviction que que la capacité de neutraliser quelque chose de gênant pour certains(comme l'opposition à l'implantation d'un site industriel) a été bien récompensée(par une épidémie de piscines,voyages,travaux divers,etc...).Je n'ai malheureusement aucune preuve,juste une intime conviction face à un faisceau de ce qui pourrait être des ....coïncidences.
      Un peu comme quand on demande des bandes vidéos de manière trop tardive et qu'elles ont malheureusement été effacées.....
      Bien à vous
      YK

      Supprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.