31 juillet 2017

Loup solitaire vs groupe de survie (1)

Aujourd'hui, nous allons discuter d'un sujet qui est l'une des interrogations majeures dans le milieu survivaliste. En fait, nous l'avons abordé à plusieurs reprises dans nos colonnes.

C'est une question qui revient sans cesse dans les forums et les discussions : Vaut-il mieux rester seul, ou bien intégrer un groupe de survie ?

La réponse est loin d'être définitive. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte, qui chacun vont influer sur la décision finale.

Voici donc quelques éléments de réflexion pour apporter à la discussion...



De nombreuses personnes croient que la force et la sécurité se trouvent dans le nombre.

Ce n'est pas faux. Mais avec qui exactement avez-vous l'intention de vous replier ou d'évacuer ? Connaissez-vous personnellement chacun des membres de votre groupe ? Sont-ils pour vous des amis de longue date, des proches, ou avez-vous trouvé ces gens en répondant en ligne à un groupe qui partageait les mêmes intérêts que vous ?

Gardez à l'esprit que dans cet article, nous allons uniquement vous considérer vous, comme un loup solitaire en train de réfléchir pour savoir s'il devrait ou non rejoindre ce groupe qui se propose de l'accueillir. Dans ce scénario, vous n'avez pas de famille ni d'enfants. Vous êtes un électron libre, balancé dans la rue par les événements, avec votre SIG P226 LDC Silver à la ceinture et la machette dans le sac à dos...

Une chose important dont il faut toujours se rappeler est que tandis que certaines personnes peuvent demeurer calmes et supporter sans broncher le stress extrême et la pression, d'autres peuvent complètement disjoncter. L'esprit humain est une chose puissante ; lorsque les gens sont catapultés dans une situation de survie et que leur vie est en jeu, certains feront tout ce qui leur est possible de faire pour rester vivant, même si cela signifie vous mettre hors-jeu, que vous soyez un étranger, un ami de longue date, ou un membre de la famille.

Un autre facteur qui peut influer sur votre besoin de rejoindre un groupe est le type de désastre qui est à l'origine de la situation, sa sévérité, vos besoins du moment (eau, nourriture, abri, médicaments, etc.), votre localisation, l'endroit où vous devez vous rendre et la manière dont vous pensez vous y rendre en sécurité.

En songeant à cela, vous allez sans doute vous demander pourquoi vous avez bien pu avoir, un jour, l'idée saugrenue de rejoindre un groupe ! En fait, il y a des avantages et des inconvénients dans les deux cas, que nous allons considérer à présent...



Les avantages de rejoindre un groupe


  • Il y a une meilleure sécurité dans le nombre (mouais... nous reparlerons de cela).
  • Des tâches comme la construction d'un abri, la chasse, ou la récolte, peuvent être réparties entre les membres du groupe et se faire plus rapidement, au prix de moins d'efforts.
  • Vous aurez plus de gens sous la main pour contrôler et protéger votre lieu d'évacuation contre les intrus et les pillards.
  • Si quelqu'un se retourne contre vous, ou qu'il pète un câble, il y aura davantage de gens susceptibles de se rallier à vous pour régler le problème.
  • Vous aurez des gens à qui parler. Tandis que certaines personnes supportent très bien d'être seules et isolées (tiens, ça me rappelle quelqu'un...), et s'en portent même mieux, d'autres ne peuvent tout simplement pas rester sans communiquer ou interagir avec leurs semblables plus de dix minutes.


Les inconvénients


  • Lorsque les gens sont sous la pression ou le stress intense, il est impossible de savoir réellement qui on peut croire.
  • Voyager en groupe peut créer plus de bruit, vous ralentir, et vous rendre plus facile à repérer ou détecter.
  • Vous avez besoin d'être en permanence en alerte et prêt à toute éventualité. Des gens pourraient se retourner contre vous au moment où vous l'attendez le moins.
  • Toute la nourriture que vous pourriez trouver sera nécessairement rationnée et partagée entre tous les membres du groupe. Cela pourrait signifier en fin de compte pas grand chose à vous mettre sous la dent...
  • Les équipements et autres fournitures que vous aurez pu amener au groupe seront aussi partagées. Ce n'est pas toujours une mauvaise chose, mais vous devez envisager la possibilité d'être séparé de votre groupe à tout moment pour toutes sortes de raisons. Cela ne signifierait rien de moins que la perte de vos réserves et de vos équipements.
  • Les autres membres sont-ils réellement de confiance ? Il existe toujours une possibilité qu'une personne du groupe essaye de vous voler quelques-uns de vos équipements, en particulier si vous ne vous connaissez pas entre vous. Vous pourriez peut-être même en trouver qui pour cela n'hésiteraient pas à vous tuer dans votre sommeil.
  • Se trouvent-ils des bébés ou des enfants en bas âge dans le groupe ? Dans ce cas, ils pourraient compromettre sérieusement votre sécurité par leurs cris, leurs pleurs, en piquant une colère, etc.
  • Toute loyauté au sein du groupe pourrait disparaître en un clin d’œil. Cela pourrait commencer par une simple dispute, puis une escalade, et la perte de contrôle.

Ce sont quelques points auxquels j'ai pensé ; sans doute pourriez-vous en trouver d'autres, tant pour les avantages que les inconvénients...



Dans tous les cas, que vous décidiez d'évacuer seul ou en groupe, il y a des choses que ne vous ne devriez garder que pour vous-même. Ne révélez jamais vos plans et stratégies à quiconque vous ne pouvez pas croire entièrement, et si vous rejoignez un groupe, soyez très prudent dans le choix des mots et des informations que vous partagerez. Ayez toujours un plan B et C que personne d'autre à part vous ne connaisse.

Tout cela étant dit, je sais que les quelques idées mentionnées pourraient se contredire les unes avec les autres et créer davantage de confusion. C'est pourquoi vous devez réellement penser à ce problème de manière approfondie, en fonction de votre caractère et de vos objectifs, avant de prendre une décision finale supposée la meilleure pour vous.

L'argument principal que les survivalistes partisans du regroupement ne manquent jamais de mettre en avant est le fait que " l'union fait la force ", ou supposée la faire. A ceux-là, je dirais simplement que l'union fait la force A CONDITION de s'unir avec des gens qui nous ressemblent et qui savent de quoi il en retourne.

Si vous vous unissez à un groupe de boulets, vous serez obligés de vous les coltiner et ils vous mettront sans aucun doute en danger. Vous serez amené à prendre des risques que vous n'auriez probablement pas pris de vous-même ; vous vous exposerez davantage et aurez donc plus de chances d'être tué, quelle que soit par ailleurs l'étendue de vos compétences. Dans un tel cas, vous auriez sans doute mieux fait de rester seul. Le principe apparemment immuable qui veut que " L'union fait la force " devient alors : " Mieux vaut être seul que mal accompagné ".

Bien entendu, si vous deviez vous retrouver face à une vingtaine de boucaques surexcités, alors une petite d'aide serait la bienvenue. Mais la question est : Vous seriez-vous retrouvé dans une telle situation si vous aviez agi seul ? Ce n'est pas certain. En étant seul, vous auriez probablement manœuvré de manière à éviter l'affrontement direct. Ou vous les auriez pris un par un, la nuit, façon ninja.

Je pense personnellement que la réponse à la question se trouve en premier lieu dans notre caractère, puis dans les objectifs que l'on s'est fixés. Les vrais solitaires finiront pas agir en loup solitaire, et ne s'en porteront que mieux. Ils choisiront des buts qui leur conviennent, et se tourneront inconsciemment vers des actions qui pourront être menées plus facilement et plus efficacement en étant seul, tout en restant en relative sécurité.

D'autres seront incapables de rester seul, pour toutes sortes de raisons (manque de confiance, de compétence, d'entraînement, etc.). Sans doute que cela auront intérêt à se fédérer. Dans ce cas, l'union fera effectivement leur force et pourra partiellement compenser les manques et défauts de chacun. Il ne seront pas meilleurs en se regroupant, mais au moins auront-ils des gens à qui parler...



Quelle sera votre stratégie ?

Rien n'est joué d'avance, et personne a une boule de cristal pour dire ce que l'avenir réserve à chacun d'entre nous. Ce que les survivalistes savent pour sûr, c'est qu'il ne sera pas folichon. Si l'on en juge par la manière dont les événements se mettent en place, et les prophéties données bien des années à l'avance par certains clairvoyants, notre futur devrait même être apocalyptique.

Souvent, nous avons tendance à penser au pire : le voisin affamé qui veut s'emparer de nos réserves, ou le gang de criminels armés. Mais l'histoire a aussi montré que les gens de bonne volonté ont tendance à se regrouper, même s'ils ne sont au départ que des étrangers. Restera-t-il suffisamment de ces gens-là après quelques mois de chaos ? Permettez-moi de ne pas répondre...

Il est fondamental pour chaque survivaliste de considérer ses objectifs, notamment dans le pire des scénarios, de même que sa situation personnelle. Si votre désir n'est que de survivre, alors peut-être n'avez-vous pas besoin d'intégrer un groupe à tout prix. Trouvez-vous une cabane au fond de la plus épaisse forêt ou de la plus haute montagne, et attendez là pendant que le monde se déchire.

Dites-vous bien que si vous deviez mourir au cours des événements, si telle est votre destinée, alors vous mourrez. Que ce soit tout seul, à cause d'un ours dans votre cabane au Canada, ou dans une rue de Paris au tout premier assaut des canailles...

73 commentaires:

  1. Le groupe a ses avantages c'est certain, mais je préfère être seul que mal accompagnè. Ma prise de décisions est nettement meilleure.
    Yves

    RépondreSupprimer
  2. Elizabeth avait en son temps écrit un article remarquable sur ce sujet qui il est vrai semble un noeud Gordien ;savoir si d'autres seront fiables à vos yzeux tout autant que vous aux leurs.Bien oui ça va dans les deux sens.Si l'on s'en réfère a l'histoire humaine dans son ensemble , n'ont survécu que les groupes humains optimums qui ont été la condition nécessaire à la survie de l'èspèce avec des bonheurs diverses ;chez les animaux (mammifères mes frères) en dessous d'un certain seuil l'espèce est considérée comme en danger d'extinction,certes nous disposons de moyen autres ,mais ce ne sont que des palliatifs,qui autorisent une survie fragile qui serait improbable sans.Alors chacun fera en fonction de son intuition ,il n'y a pas vraiment de critères pertinents , chaque être étant unique,déjà si une famille tient soudée et formée c'est déjà un groupe,plusieurs un hameau,quelques centaines un village (ou tous ne s'entendent pas forcément) etc etc etc c'est notre histoire et l'ignorer c'est se condamner a répéter les mêmes erreurs.

    RépondreSupprimer
  3. Dans le paradigme d'un effondrement systémique il serait illusoire de croire que le salut puisse venir d'un groupe d'individus plus ou moins hétéroclites, essentiellement pour deux raisons cardinales de forme et une troisième, totalement ordinale de fond :

    La première est évidente : hors membres de la proche famille (très proche, c'est à dire des membres ayant un lien fusionnel), nul ralliement n'est opportun dès lors que le premier objectif passant avant tous les autres serait effectivement de survivre personnellement, et ce à tout prix ;

    D'ailleurs, l'individu qui tend à bénéficier d'un quelconque regroupement est révélateur d'un point de vue psychologique, intellectuel, physique, manuel, et probablement matériel, de tares quasi rédhibitoires.

    Soit encore, si ce le prétendu survivaliste n'est pas plus ou moins une sorte de bras cassé mais qu'il veuille au contraire partager et fédérer, alors il succombe sans le savoir vraiment dans le syndrome du chef dont l'ego désire en paiement la reconnaissance et l'admiration d’autrui, et là, le dit chevalier blanc peut toujours rêver hormis grande récolte de flagornerie ouverte et de détestation cachée ;
    S'il vous est déjà arrivé de prêter de l'argent à un ami dans le besoin vous savez ce que je veux dire ;
    Ce que vous êtes capable de donner n'engendre en général que le ressentiment sournois de la part de ceux qui estimeront que l'injustice du monde vous a mieux nanti qu'eux, c'est ainsi depuis la nuit des temps ;

    Et s'il n'y a pas d'amitié qui tienne pour une chose aussi secondaire que le pognon papier, alors imaginez ce que ce sera pour des choses que vos éventuels partenaire d'un moment considéreront comme LEUR étant vitales...

    La seconde raison de forme, rédhibitoire également, a priori paradoxale, est qu'en groupe l'instinct et l’intelligence humaine s’annihilent inexorablement. C'est la Loi de l'esprit, constante et universelle.

    La troisième raison, de fond, est plus tragique et symptomatique. Personne ne la voit ou ni veut la reconnaître, la voici.

    Pour la mettre en exergue simplement rien ne vaut l'exemple de cette épopée vécue par un Malgré-nous de mon patelin, lequel a fuit le front russe et traversé à pied par les chemins de travers la Russie, la Pologne et l'Allemagne, un périple de 11 mois, avant que de pouvoir se terrer encore 5 mois durant dans son village natal avec succès en attendant que la guerre finisse.

    Ce qu'il a témoigné en substance résume absolument TOUT :

    Il a survécu car les gens qu'il croisait et qui le nourrissaient du peu qu'ils avaient étaient intimement de la même famille que lui. Même s'ils ne causait par sa langue.
    Il parlait de la famille multi séculaire ; celle des gens de foi qui appliquaient les principes de l’insoumis nazaréen, notamment les deux suivants :
    Aide ton prochain. Et, à tout le moins : Ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas subir toi-même.

    Et c'est cela et rien d'autre qui détermine en tout premier lieu l’occurrence ou non d'un éventuel regroupement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le groupe n'est pas nécessairement mauvais mais il doit avoir été mis en place et être économiquement fonctionnel avant le chaos.

      Voici un lien vers des formes élaborées de survivalismes, qui ont permis de résister à des attaques meurtrières, de former les cadres d'un état et de soutenir un état. Ce document explique les différentes formes de vie en communauté au sein des colonies juives en Palestine.
      http://www.persee.fr/doc/ecoru_0013-0559_1958_num_35_1_1618

      Vous noterez au fil de la lecture que tout les chefs dans les kibbutz sont immédiatement révocables, que toute l'organisation est démocratique et que le partage des ressources est égalitaire, le chef a les mêmes gains que les autres sans aucun privilège attaché à sa fonction.
      Quelque soit l'opinion des uns et des autres sur la palestine, il n'en demeure pas moins que ces structures mises en place pendant l'occupation anglaise ont tenu le choc jusqu'à aujourd'hui.

      Supprimer
    2. Oula es-tu dépressif ou quoi? Car tout le monde n'est pas mauvais hein, j'ai plusieurs personnes sur qui je peut totalement compter et vice versa,tout le monde n'est pas méchant

      Supprimer
  4. Là, franchement, ta méconnaissance du fonctionnement de l'être humain m'attriste, mon ami.
    Il semble que tu n'aies guère fréquenté jusqu'à présent que des tarés, je te souhaite que ce soit différent dans le futur.
    Car il existe encore des hommes et des femmes dignes de ces noms, heureusement, tout le monde n'est pas perverti à coeur par la corruption institutionnalisée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te doutes bien que je ne suis pas ton ami, franchement, et, tu dois déjà savoir que personne céans n'en a rien à faire de ton avis débile faussement condescendant sur mes fréquentations supposées...

      Supprimer
    2. Voilà qui explique pourquoi tu ne vois que des tarés autour de toi.
      J'en suis triste pour moi mais chacun son karma.

      Supprimer
    3. Riesling31
      Désolé mais tu dit clairement nimporte quoi alors c'est normal qu'il dise ça......

      Supprimer
  5. Bonjour Riesling ,votre deuxièmement manque un peu d'arguments,c'est plus de l'affirmation ;combien de réussites sont dues à la mise en commun de savoirs différents,réussites impossibles autrement?,alors pour aller dans votre sens , disons que si l'intelligence s'additionne , la connerie se multiplie toujours;pour le reste je vous suis pleinement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commenté dans le cadre du sujet de l'article.

      En temps de chaos il n'y aura pas besoin de réunir les compétences diverses des constructeurs de cathédrales. Et encore, cet exemple n'est pas parlant tant que je n'ajoute pas que nos magnifiques châteaux, ponts, églises et cathédrales sont toutes issues de l'esprit génial des architectes les plus talentueux de leur époque ; à savoir d'un homme seul ayant pu mettre en dessein son inspiration.

      Tout comme les symphonies de Mozart et les concertos de Vivaldi, les pièces de Moliere, le V8 de l'autodidacte Henry Ford qui l'a rendu riche comme crésus ou la mythique kalachnikov dessinée parfaitement sur un lit d' hopital par le devenu célèbre conducteur de chars russes.

      Et si Bonaparte avait dû écouter un groupe d'experts militaires il n'aurait jamais foncé devant ses hommes sur l'étroit pont d'Arcole sous la mitraille autrichienne.

      L'on pourrait multiplier les exemples de réussites à l'infini.
      Les réussites remarquables sont en vérité toutes, toutes, toutes dues à l'intuition, l’intelligence la sensibilité l'originalité et le courage d'un homme seul, et le plus souvent d'un homme seul vs les autres...

      Supprimer
    2. Et puis j'ai oublié de citer du fameux "groupthink syndrom" ; le syndrome de la pensée de groupe.


      (Pour résumer sommairement je copie-colle WIkipédia :)

      " La pensée de groupe se produit généralement lors de réunions de groupe où peuvent se prendre de « mauvaises » décisions ou des décisions « irrationnelles », alors que tout ou partie des individus du groupe aurait à titre personnel ou individuel pris une toute autre décision."

      "Les huit symptômes de la pensée de groupe :

      L'illusion de l'invulnérabilité : lorsque les groupes se croient intouchables, ils ont tendance à réprimer la dissidence ;
      La rationalisation : un groupe est plus soudé lorsqu'il justifie collectivement ses actions ;
      La croyance en la supériorité morale du groupe : lorsqu'un groupe pense qu’il est moral, il a tendance à ignorer sa propre immoralité ;
      La transformation de l'opposant en stéréotype : lorsqu'un opposant est considéré avec partialité ou avec des préjugés, les affirmations qui contredisent les convictions du groupe sont ignorées ;
      La pression de la conformité : une forte pression est exercée sur les individus pour qu’ils s’alignent sur la volonté du groupe et pour qu'ils ne soient pas en désaccord avec lui, sinon ils sont ostracisés, c'est-à-dire écartés des débats, voire sanctionnés ou expulsés ;
      L’autocensure : les membres du groupe préfèrent garder leurs opinions divergentes pour eux, plutôt que de déserter le navire ;
      L’illusion de l’unanimité : les dissensions internes sont cachées au groupe. Ainsi, elles semblent inexistantes ;
      Les gardiens de la pensée : certains membres du groupe s'engagent activement à protéger le groupe de toute dissidence ou information contraire."

      Mais il y a pis en réalité car quelque soit le groupe réuni, l'homme qui expose la meilleure solution en raison de sa plus grande intelligence, sensibilité, originalité, intuition et/ou courage est quasi systématiquement évincé par les médiocres qui naturellement ne conçoivent de solution qu'au sein de la médiocrité qui est la leur.

      C'est ainsi que se sont développées absolument toutes les idéologies qui gangrènent homo sapiens. Et l’urbanisme du 20e siecle, hideux et tentaculaire. Et l'art dégénéré. Sans parler des Twingo.

      Bref, c'est également au reste et en partie pourquoi au final le NOM fruit d'une pensée de groupe luciférien et tous ses soutiens actifs ou passifs sont inéluctablement voués à l'auto destruction finale, et ça c'est une merveilleuse nouvelle à juste titre prophétisée entre autre via le livre de l'apocalypse de Jean...

      Supprimer
    3. "Les réussites remarquables sont en vérité toutes, toutes, toutes dues à l'intuition, l’intelligence la sensibilité l'originalité et le courage d'un homme seul, et le plus souvent d'un homme seul vs les autres... "

      C'est vrai et le futur proche va encore en apporter les preuves.

      Supprimer
    4. perso, je me sens d'avantage un "loup solitaire " un cas de chaos généralisé , et comme disait le grand penseur ... ( Eddy Mitchell ) : " j'ai pas confiance en l'être humain". Alors si je devais choisir d'integrer un groupe , ce serait celui de Riesling sans trop d'hésitation

      Supprimer
  6. Personne n'est fiable à 100%... On en reviens toujours a "tout croire ou ne rien croire sont des solutions simples qui dispensent d'avoir beaucoup a réfléchir...Agir seul me parait suicidaire, a part Rambo (et James Bond) personne ne fait la guerre seul bien longtemps. Il n'existe pas de commando de 1 personne.
    La question est: comment interagir avec vos compagnons, en quoi leur faire confiance, dans quels domaines et jusque ou. Pour ça il faut savoir évaluer les hommes, ça s'apprend un peu mais c'est surtout inné.
    Il est évident qu'il faut déléguer et faire confiance avec discernement. Je pense que quant le chaos surviendra (ce qui viendra tôt ou tard) il faudra surtout être dans la bonne équipe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu connait tres tres bien les personnes ya pas a s'inquiéter ^^

      Supprimer
    2. Salut jujux333, qu'entends-tu par "très très bien"? Vous êtes-vous trouvés ensemble dans des situations vraiment stressantes, où le sort de l'un dépend des réactions de l'autre?

      Supprimer
  7. Merci pour cet article qui s'inscrit pour moi comme une forme de réponse.
    Bien cordialement,
    Tigan

    RépondreSupprimer
  8. Quand je vois tous les bulots qu'il y a en France, et juste à côté en Allemagne, je me demande avec qui s'allier.
    Malheureusement le groupe est primordial à la survie. Quelques âmes pas plus, après ça devient une société avec tous ses problèmes.
    Quant au fait de vivre reclus dans une cabane au fin fond de la forêt, ceux qui le veulent vraiment l'ont déjà fait, et ils nr sont pas nombreux

    RépondreSupprimer
  9. Le « Loup solitaire » est un phantasme survivaliste ayant pris naissance dans la littérature et surtout dans le cinéma américain. C’est le mythe du « héros solitaire » type C Eastwood revus et corrigé à la sauce post-apocalypse.

    Eli, Mad-max et autres Mariner n’existent pas et ne survivent pas seul. Ou alors pas longtemps. Ou alors ils deviennent des prédateurs, des loups.

    Déjà, en termes d’éthique et de symbolique, un survivaliste qui serait un « loup solitaire » n’est plus un survivaliste mais un prédateur. Il serait peut-être utile de changer de terminologie si l’on veut éventuellement continuer la discussion.

    D’autre part, ayant eu la chance d’aller trainer mes rangers dans quelques zones pour touristes en casque et frag et dans des zones ou la vie quotidienne est, même sans guerre, déjà de la survie, je n’ai jamais rencontré de « moutons solitaires », ni de « chiens de berger » solitaires et encore moins de « loups solitaires ».

    L’homme se regroupe naturellement. Pas forcément en groupe nombreux mais il se regroupe.
    Par intérêt, par peur, par sécurité, pour être plus fort, pour procréer, pour entreprendre quelque chose qu’il ne peut réaliser seul mais il se regroupe.
    Ayant eu aussi la chance de participer à des jeux « traqués – traqueurs » en étant le traqué solitaire, je peux vous affirmer qu’il est impossible d’être vigilant H24 au-delà d’un jour ou deux. Votre vigilance comme vous devra se reposer et là, à moins de disposer du refuge parfaitement inviolable…

    Un loup solitaire constituera plus ou moins rapidement une meute, même petite car pour aller piller les moutons qui eux aussi se sont regroupés pour défendre leurs deux champs de patate, c’est plus simple.

    A Sarajevo, au Kosovo, les loups étaient les « seigneurs de guerre » qui tenaient les quartiers et tous les « loups solitaires » rejoignaient un clan ou tentaient d’en constituer un. Les moutons s’entraidaient entre voisins d’immeuble pour tenir et durer (relisez le témoignage sur la guerre de Bosnie « bienvenue en enfer »). Les « chiens de berger » se trouvaient naturellement au sein des groupes de mouton car il fallait vivre. Et quand il faut vivre, même des moutons peuvent devenir des chiens de berger efficaces sans avoir été formés chez les seals.

    Certes, les temps présents et les réactions de nos semblables peut donner à penser que cela sera encore pire en cas de chaos. L’histoire de l’humanité montre que tout est loin d’être blanc ou noir et que les réactions humaines sont bien plus diverses en cas de chaos.

    Alors ce n’est pas parce qu’à l’instant présent vous ne croyez voir que des « boulets » autour de vous qu’ils le seront dans une situation différente.
    Vous ne croyez voir que des « boulets » autour de vous qu’uniquement parce que vous croyez que tout le monde devrait penser comme vous hors apparemment ils ne le font pas.
    Mais que savez-vous des pensées de vos voisins qui sont peut-être aussi secrète que les vôtres ?
    Votre communauté se formera peut-être sur le « tas » avec des résultats que vous n’aviez pas envisagés.

    Ce qui est sur, c’est que si vous souhaitez vous la jouer en solo, vous serez rapidement confronté à faire un choix éthique. Celui de savoir de quelque coté de l’humanité vous voulez vous élever… ou vous perdre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien dit. Pour ma part je parle de bulots, certes il ne pensent pas comme moi, mais surtout ils ne pensent pas. Du moment qu'il y a le foot le soir à la télé...

      Supprimer
    2. Tout à fait, Von Pikkendorff!
      On ne peut pas se baser sur le comportement de nos contemporains tant que tout va bien, c'est dans les épreuves que les caractères se révèlent, en bien ou en mal.
      Rappelons-nous ce soldat anglais, tire-au-flan, indiscipliné, qui s'est retrouvé à Rorke's Rift en face de l'attaque de milliers de zoulous. Il a été tellement héroïque qu'on lui accordé la plus haute décoration brittanique.
      Ou, plus près de nous, Marcel Bigeard, petit employé de banque timide, qui a quitté sa mère en pleurant sur le quai de la gare pour partir effectuer son service militaire. On sait ce que la guerre a fait de lui...

      Supprimer
    3. F Von Pikkendorff1 août 2017 à 18:53: tu as tout vu et tu sais tout...

      Supprimer
    4. Bien résumé, Von Pikkendorff. Dada.

      Supprimer
  10. On peut s'allier entre voisins pour sécuriser l'immeuble, on peut s'allier entre voisins pour fuir la ville sans encombre.
    Raison de plus pour contribuer plus que les autres à garnir la table lors de la "fête des voisins" :-)

    L.

    RépondreSupprimer
  11. Pour ceux qui croient au groupe....je leur rappelerai qu ils sont déjà dans un groupe qui s appelle la France...!!!
    Chacun peut interpréter à sa manière les résultats de ce groupe...

    Après 20 ans d expatriation,Nigeria, USA, Republique dominicaine...je suis revenu dans ma region du Sud Ouest, puis déménagé en Normandie, puis dans les Vosges.
    Je n ai rencontré que des menteurs, tricheurs, voleurs, dénonciateurs, calomniateurs, jaloux....Meme mes anciens meilleurs copains ( dont un préfet ) sont devenus incapables d affronter les réalités et vivent dans un petit confort illusoire. Je reste donc un loup solitaire et j en suis fort aise: Mobilité, rapidité dans la prise de décision, satisfaction de passer à l action immédiatement sans perdre son temps en discussions stériles.

    La deuxième question capitale pour le survivaliste est: BAT ou la fuite.
    Pour le loup solitaire, la question est vite résolue: La fuite !!!
    Donc, depuis 1 an, je vis en Crète:
    Une villa dans les collines avec une vue unique sur la mer et Heraklion. Les grecs sont très amicaux et toujours prets à s entraider, surtout si on a fait l effort d apprendre à parler leur langue, la mosquée la plus proche est en Turquie et la nuit, je dors portes et fenetres grandes ouvertes.
    Meme en cas de chaos général, la montagne et ses grottes sont à 15 min de voiture....
    J ai une chienne, un chat et un poulet. En moins de 2H, tout ce petit monde est dans le 4x4 sans discuter, avec le matos de survie et le stock de nourriture. En attendant, je profite au maximum d une vie magnifique sans me poser de problèmes superflus. Carpe diem.

    Il faut sortir des sentiers battus du survivaliste en milieu hostile, seul ou en groupe,..etc
    La plus grande hostilité provient des hommes, pas de la nature ni du réchauffement climatique ni des extra terrestres...

    Ma réponse au sujet de la discussion est, sans hésitation: Loup solitaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde nest pas mauvais, je suis dans le sud ouest et mes amis aussi et sur cette question on pense pareil alors cest clair que au minimum un groupe digne de confiance est très utile

      Supprimer
    2. je suis bien de ton avis , le nigeria , j'y ai grandi moi ( 76 à 84 )
      et la crete j'y etais en 2015 ... à Sitia , j'ai adoré
      et pour la france , je me suis barré !

      Supprimer
  12. En cas de chaos, je considère qu une préparation à 30% est largement suffisante.
    Car, désolé pour ceux qui cherchent à atteindre les 100%,....Rien ne se passera comme prévu !!!
    Alors, préparation à 30% et un mental à 100%.
    Mais , rapidité de réaction vaut mieux que la meilleure des préparations.
    Après, il y a l expérience...
    C est sur que le casanier qui a vécu sa vie dans son village ou dans son appartement à Paris, va devoir affronter des problèmes complètement nouveaux, et son artillerie, ses préparatifs de survie ...etc ne lui seront guère d une grande utilité

    RépondreSupprimer
  13. Survivaliste aujourd'hui solitaire par goût et demain en meute si besoin.
    Pourquoi choisir et se déterminer puisque c'est de s'adapter qu'il convient.
    Ma réponse est, sans hésitation: et l'un et l'autre, ni l'un ni l'autre bien au contraire.

    Hector

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha
      encore un adepte du "surtout, ne rien faire"
      On ne sait jamais, ça pourrait etre pire...lol
      Sauf que ne rien faire, c est aussi prendre une décision: Celle de ne rien faire.
      Quand à rejoindre une "meute" le moment venu...lol
      il n y aura que des "meutes" de fuyards, de pleurnichards, de poltrons, bref, de désemparés complètement dépassés par les évènements et affolés de se retrouver seuls.
      Les vraies meutes seront en face: Ceux qui n ont rien à perdre.

      Supprimer
    2. 0ù donc as-tu vu ou lu ou que j'étais un adepte du "surtout ne rien faire"?

      Tu as des certitudes bavardes et une compréhension sommaire de ce qui est écrit.

      Je comprends mieux ce que tu signifies quand plus haut tu parles précisément de TON cas préparé à 30%.
      C'est pas beaucoup 30% tu sais, même pour un warriordelamortkitu comme toi qui sait toutsurtout.

      Pour faire court: je m'adapterais à la situation seul ou en groupe.

      A la revoyure.

      Hector

      Supprimer
  14. Croire que l'on va décider le moment venu est un leurre: en face, ils sont déjà regroupés, au moins jusqu'à la réussite d'objectifs simples.
    Croire qu'on va faire passer des entretiens de DRH pour monter son équipe est aussi illusoire, on prendra ce qu'il y aura sans grand discernement au début.
    En d'autres temps et autres lieux, où la fête des voisins s'accompagnait de grosse pyrotechnie pratiquement toute l'année, il était étonnant de voir les pourris avec qui nous vivions, au point de conclure qu'en face devaient vivre des gens biens.
    Après, pour reconstruire une société, il faut une vraie cohésion. A contrario, pour les missions les plus cradingues, des alliances de circonstance suffisent, faut juste aimer la proximité d'asocio prédateurs.D'ailleurs y en a pleins qui rentrent en France en ce moment.
    Il faut savoir qui on a sous la main au début pour savoir ce qu'on va faire. L'inverse vaut également et c'est là toute la difficulté de la tâche. Ben oui, vouloir monter un groupe de lamorkitu avec des seniors arthritiques retraités de trésorerie et des étudiantes en sciences sociales et aussi con que vouloir monter une unité sanitaire avec des psychopathes et d'anciens criminels.
    cc

    RépondreSupprimer
  15. Il y aura autant d'avis sur le sujet que de lecteurs sur ce site, probablement ...
    Le mérite de cet article est de nous faire réfléchir, encore et toujours, afin de nous "préparer" au mieux.
    Deux remarques:
    - l'humain est un "animal" social par essence.
    C'est ce qui lui a assuré sa survie depuis son origine (la famille, le clan, la tribu, la société).
    - confronté à des situations extrêmes, la psychologie et les rapports sociaux changent.
    Quid de nos valeurs, codes sociaux, émotions, réactions ?
    Et ce chaos qui s'annonce sera une situation extrême...

    RépondreSupprimer
  16. Bonjours a tous.....

    Selon l'histoire l'homme s'est toujours adapté et cela depuis la nuit des temps ( les prophéties,Changement climatique, Guerre ect... )
    Je découvre que l'homme aime se faire peur apparemment pour des raisons que je ne veut pas connaitre d’ailleurs.
    Comment va finir l’humanité..? je ne peut prévoir le future comme certains ICI mais une chose est certaine, la planète elle même s'en charge et de surplus l'homme lui consacre tout son intérêt alors de savoir comment je vais survivre au chaos ( solitaire ou pas ) n'a pas vraiment de sens....
    J'ai 51 piges et j'ai déjà bien baroudé ( je vais pas m'étaler )

    Ce que je retient surtout c'est "la VIOLENCE" celle que l'homme cultive avec rigueur comme un trésor car c'est elle qui génère le reste et surtout " le POUVOIR"

    La planète se casse la gueule mais c'est pas grave on va s'adapté comme toujours hein ?...MDR
    on ira cherché les ressources ailleurs eh beh tiens pourquoi pas !!...
    on survivra avec les moyens du bords !..
    c'est exactement ça la mentalité humaine , ce donner du courage mentalement et espérer dans l'imagination ( et ça , on en manque pas )

    enfin bref !.. Par chez moi les toits d'immeubles haut de 12 étages sont assaillie de goélands et pourtant la mer et a une centaines de KM..
    ils se nourrient exclusivement de déchets dans les poubelles et de carcasse mortes gisante sur les routes.. a part ça, tout est normale. LOL

    battez-vous pour un monde meilleurs je vais y penser !...
    Cordialement

    Tez@k

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour à tous,
    Si vous permettez...
    Actes 2.21 Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
    Pour moi c'est YHWH. Qu'il fasse que je l'invoque au moment propice.
    E.J.A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange mais il me semble que des millions (au moins) d'individus sont morts en l'invoquant. Peut-être qu'il était occupé ailleurs...

      Supprimer
    2. Ne crois que cette vie est la seule qui soit

      Supprimer
  18. Bonjour a tous regardez le nouveau chef d oeuvre Américain ca fait rever ou pas https://www.youtube.com/watch?v=QWaOHVtjUoc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Américain, c'est sûr, c'est bien leur style.
      Pour le reste, je me pose les mêmes questions que Janus.

      Supprimer
    2. Hollywood et sa mission sataniste, c'est ça le chef d'oeuvre? Préparer les z'humains pour qu'il n'en reste que 500 millions? Tant que les lumières ne se seront pas vraiment éteintes, je ne pense qu'on peut disserter longtemps... Pour revenir au sujet, je pense que "loup solitaire" est mal employé car les loups vivent en meutes. Ce soir le sac est prêt, j'attends la nuit pour aller faire un tour, c'est quasi pleine lune, pas de lampe, le chien marche devant et je sais que je peux compter sur lui...

      Supprimer
    3. une belle niaiserie americaine ... encore! ( hollywood n'aura pas mon fric!)

      Supprimer
  19. A quel niveau ce film serait un chef d'oeuvre sur le plan cinématographique ?scénario ?acteurs ? musique ?cadrage ?dialogues ?mise en scène ? décors ? ou tout à la fois ? quels rêves ce film engendre t'il ?et quel rapport avec le survivalisme ? votre avis ?

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour, merci pour l'article.

    Je pense qu'il est important de prendre en compte l'environnement. Le témoignage du survivant de Sarajevo insistait bien sur le fait qu'aucun loup solitaire n'avait tenu le coup.

    Dans un environnement urbain d'ou l'on ne pourrait s'extirper, je pense qu'avoir un groupe/communauté est important.

    Par contre, pour se déplacer, effectivement la question se pose.

    Personnellement, j'aurai la petite famille à trimballer, j'aurai donc besoin d'un groupe. Mais ce groupe se constituera de personne de confiance (autant qu'on peut s'en assurer par temps facile), avec qui nous avons déjà baroudés. La constitution d'un tel groupe fait intégralement partie, selon moi, de la préparation survivaliste.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Amis Survivalistes.

    Bonjour E.J.A.
    Avec tout mon respect pour vous et votre Foi, auriez-vous la gentillesse de demander à YHWH de reprendre ses affaires en main car, avec tout le respect que je lui doit, ses représentants, ou prétendus tell sont responsable d'une bonne partie des maux de cette terre!
    Je vais être honnête avec vous,avec tout le respect que je vous doit, j’envie votre naïveté!
    Quand au rêve américain, George Carlin à dit:
    Ils appellent ça "Le rêve américain" car il faut être endormi pour y croire!

    Bretzel et Pinot Noir d’Alsace

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout, il n'y a jamais eu autant de guerre et de destruction en tout genre depuis qu'on s'est éloigné de Dieu.
      Vous ignorez totalement l'Histoire

      Supprimer
  22. L’homme est-il vraiment un loup pour l’homme ?
    Je vous conseil la lecture de ce livre pour vous faire réfléchir à la question :
    « La nature humaine : une illusion occidentale » de Marshall Sahlins

    Après chacun se fera sa propre opinion mais j’ai de plus en plus l’impression que de nombreux survivalistes fondent leurs opinions pour ne pas dire leurs certitudes sur quelques idées et poncifs repris en boucle sans trop aller voir ailleurs si il ne se dit pas autre chose.

    « Voici venu le temps de nous apitoyer sur notre misérable sort. Depuis deux millénaires, nous avons toujours été hantés par le spectre de notre propre nature : une nature humaine si cupide et si violente qu’elle livrerait la société à l anarchie si on ne la soumettait pas à quelque gouvernement. Cet ouvrage montre qu’il s agit d une conception typiquement occidentale, où l’opposition entre nature et culture est perçue comme le fondement de notre propre tradition (et de nos propres sciences sociales) et de notre différence par rapport à tous ceux qui considèrent que les bêtes sont fondamentalement humaines, et non que les hommes sont fondamentalement des bêtes.
    Et ces derniers ont raison, du moins au sens où l’espèce humaine moderne, l’homo sapiens, est apparue il y a relativement peu de temps dans une histoire culturelle humaine beaucoup plus ancienne. La paléontologie nous l’apprend : nous sommes des animaux de culture ; notre patrimoine biologique, c est de créer des symboles. Croire que nous sommes à la merci de nos penchants animaux est une illusion qui s’enracine aussi dans la culture. » (4e de couverture).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par pitié, les dissertations niveau Terminale, n ont rien à faire sur un site de survivalisme.
      Survivre, c est agir. Pas de discutailler sur le sexe des anges.
      J espérais rencontrer sur ce site des individus ayant une expérience à partager, c est à dire des individus ayant vécu des situations dificiles et ayant affronté un milieu hostile....Et pour l instant, c est niveau bisounours du survivalisme.A la limite, c est le survivalisme façon club Med ou Koh Lanta.
      Personnellement, j ai vécu 2 coups d état, une sortie de dictature et 3 cyclones dont le dernier force 2....
      Des vents à 200km/H et une queue de cyclone pendant 2 jours avec un vrai déluge.
      A la meme époque, il y a eu de fortes pluies dans le Gard...et une vingtaine de personnes qui se sont noyées dans 1 mètre d eau....
      Le survivalisme, face au chaos qui va arriver, ce n est pas de lire des brochures ni de préparer sa petite valise comme pour aller passer des vacances à Djerba.
      Ce sera de faire face rapidement à l imprévu !!!!

      Supprimer
    2. hcgaia3 août 2017 à 20:49

      (Le survivalisme, face au chaos qui va arriver, ce n est pas de lire des brochures ni de préparer sa petite valise comme pour aller passer des vacances à Djerba.
      Ce sera de faire face rapidement à l imprévu !!!!)

      Il est des situations ou même "l’expérience" vécue ou pas ne te sauvera pas..(en groupe ou en solitaire - médecin ou pas ECT.. ) je l'ai vécu l'année dernière suite a un problème de vésicule biliaire j'ai développé une pancréatite et une jaunisse.. sans l'intervention rapide d'une micro chirurgie je ne serais plus de ce monde.. alors tu va me dire ça n'arrive qu'aux autres et moi je te répond " j’espère de tout cœur que ça ne t'arrivera jamais mon ami(e)...
      je te rassure, depuis mon ablation je vie très bien..

      Pour moi,La "FATALITÉ" ne peut être géré ainsi que l’instinct survie sinon sa voudrais dire que tu saurais reproduire les mêmes gestes des situations que tu a vécu.. j'en doute !..

      PS: Tu va pensé que je suis pessimiste mais crois moi je suis bien réaliste.

      Cordialemment, TEZ@k

      Supprimer
    3. DSL pour ta maladie, mais tu t en es sorti. C est le principal.
      La fatalité ne peut etre gérée, je suis bien d accord, mais elle peut etre combattue.
      De mon coté, en 2014, j ai été diagnostiqué cancer du colon niveau 4 avec nombre de tumeurs dont une de 8 cm !
      Je n avais jamais été malade de ma vie et les seuls médicaments que je connaissais étaient le dolpic pour le rugby et l aspirine pour les bonnes bitures...
      J ai été opéré au Val de Grace et l observation , la consultations de sites internet de medecine alternative, ainsi que le simple bon sens m ont très vite amené à douter de la compétence des médecins.
      J ai demandé à quitter l hopital, ce qui m a été refusé ! J étais soi disant en danger de mort et je devais de toute urgence commencer 6 mois de chimiothérapie ! J avais 2 perfusions dans chaque bras et 8 prises de sang par jour !je pesais 60 kgs pour 1m87....
      Le 15 Aout, jour férié, il n y avait personne à la permanence ni à la réception.Je me suis échappé: J ai arraché mes perfusions, j ai tel pour reserver une chambre d hotel et appeler un taxi.
      le plan de bataille:
      40% de mental: Le cancer n est qu un petit voyou de quartier et je vais lui faire la peau !
      30% Plus aucun médicament , ni consultation de médecin et Nourriture strictement naturelle !!! Sans Ogm, pesticides, plats cuisinés industriels etc
      20% de plantes réputées pour etre pleines d anti oxydants , THC...etc. Curcuma, gingembre, Artemisinine, ail, argent colloidal, huile de cannabis, thé vert...etc
      10% ... de cul !! de chance, quoi !!
      aujourd hui je pèse 90 kgs et je fais de la chasse sous marine pendant des heures.
      Tous les autres patients du service ( qui ont tous fait la chimiothérapie ) sont morts depuis longtemps.
      La fatalité, ça n existe que lorsqu on se résigne ou que l on choisit de confier son destin à un autre.
      Je pense que le survivalisme, c est d etre capable d inventer des solutions à n importe quel imprévu.

      Supprimer
    4. Alors là-dessus, hcgaia, je ne peux que t'approuver totalement. Je vois que nous avons tout de même des points de convergence, c'est encourageant.

      Supprimer
    5. Salut a toi hcgaia...

      J'ai lu avec attention tout tes récits et je t'apprécie énormément mon ami..
      je ne doute aucunement de ton vécu mais comme je précisé sur " LA FATALITÉ " tu cite ( J ai été opéré au Val de Grace )
      eh beh c'est cela dont "J'INSISTE" l'ami parce que sans cette "INTERVENTION" et dans une situation de chaos quelconque tu ne serais lus de ce monde tu vois ?..

      De même que quand tu cite ( La fatalité, ça n existe que lorsque on se résigne ou que l on choisit de confier son destin à un autre...entre-autres ( le chirurgien qui ta opéré) tu confirme quand même mes dires ?..

      Pour moi, le " SURVIVALISME" ne veut pas dire grand choses.. Quand je vois sur la toile quelques vidéos de sorties ou les gaziers on un sac énorme avec tout le bardas ( poulet,PDT,jambon,sauces,sel,poivre)-( GPS,Batterie de recharge) et j'en passe.. pour passé un WK derrière chez eux ou encore a quelques KM je peut pas m'empêcher de bondir..

      On a tous des avis très différent a la perception des choses ainsi qu'a l'adaptation des situations c'est évident.. et pour être plus complémentaire,c'est ce qui fait parfois explosé quelques Débats ici même, mais au final on veut tous la même chose... La "SOLUTION" pour ne pas dire la "PERFECTION"

      Je reste quand même persuadé que ce "CHAOS" n'arrivera pas de si tôt parce que nous nous somme habitué aux systèmes et dans un sens ne vaut il mieux ne pas en arrivé la ?..
      Il faudrait vraiment être FOU pour espéré un jours vivre ce cauchemar...

      Ce qui on connue le FEU si peut soit-ils ne voudrais sûrement pas y revenir car ils savent que dans les tirs nourrie, on ne prend pas le temps d'ajusté sa visée car le plus craint c'est les balles perdue ou queue de billard (ricochets)...

      Cordialemment.. TEZ@K

      Supprimer
  23. En ce qui me concerne je serai en binome avec ma femme nous n'avons pas d'enfants et n'en desiront pas... nous amenagons notre maison dans ce sens (bad) et si nous etions a la rue nous serions en binome peut etre pourrions nous nous joindre a un groupe de facons temporaire pour accomplir un objectif proche commun et ensuite chacun reprend sa route...

    RépondreSupprimer
  24. HCGAIA, désolé de ne pas avoir votre expérience. Comme beaucoup ici qui sont justement sur ce forum pour apprendre de l’expérience des autres à défaut d’avoir la chance de vivre vos expériences.

    Proposer des articles à Pierre, cela n'arrive pas à tout le monde de vivre un coup d'Etat.

    Bon, moi je retourne à mes trente ans d’infanterie et « d’opex ». La guerre est effectivement une expérience de bisounours qui m’a appris qu’être un homme d’action n’empêche pas de réfléchir, lire. Bien au contraire.

    RépondreSupprimer
  25. Je partage votre avis hcgaia. Recentrons le débat.
    Je retourne à mes préparatifs.

    Bretzel et Pinot Noire d'Alsace.

    RépondreSupprimer
  26. Merci hcgaia pour les retex que vous ne manquerez pas de proposer a Pierre,en effet tous n'ont pas vécu des cyclones (que diable alliez vous faire la-bas ?) ni organisé ni subi des coups d'états,ni non plus rencontré "des milieux hostiles" ,la nature est ce qu'elle est et pourquoi essayer de s'y confronter comme indiana jones ? ,(je n'ai pas la moëlle pour ça )quand même vous n'avez pas eu de chance , ou manqué de discernement , par moment ,pour choisir toujours le mauvais lieu ou le mauvais coup ? a quelque chose malheur est bon , puisque vous allez nous faire profiter de tout ça en nous expliquant comment vous en êtes sorti.Au fait si mes souvenirs sont bons vous seriez en Crète ,une bien belle ile , hélas ravagée régulièrement par des tremblements de terre avec Santorin pas loin,cela fera peut être l'objet d'un de vos post si cela devait de nouveau arriver ,(ce que je ne vous souhaite pas)en attendant nous resteront modestes en essayant d'apprendre a ne pas nous noyer dans un mètre d'eau,je m'y suis entrainé il y a longtemps avec l'opération Physalie 4 ,il doit bien m'en rester quelques réflexes.Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J ai passé 12 ans en Repdom
      arrivé à la sortie de la dictature Trujillo Balaguer
      je n ai vécu que 3 cyclones dont le plus fort a été Georges: Tous les français expatriés réfugiés dans des hotels des montagnes !!!!
      De mon coté, j ai commandé 6 caisses de bières et j ai assisté au spectacle depuis mon balcon.
      Des milliers de cocotiers en travers des routes, des vagues de 3 à 5m, et les maisons des dominicains réduites à des tas de planches.
      Dès la fin du déluge de la queue de cyclone, j ai circulé en moto: Tous les dominicains dehors en train de scier les cocotiers ou de rebatir leurs baraques en bois. Au bout de 15 jours, tout était nettoyé.
      Grande leçon de vie.
      De mon coté, je n ai pas joué à mère Theresa. J ai fait mettre tous les jours 200 kgs de nourriture ( mangues, régimes de bananes, riz , eau, oranges, citrons...etc à l entrée de ma propriété et chacun s est servi selon ses besoins sans en profiter.
      C est resté une tradition: Tous les lundis , il y a 200 kgs de fruits etc de mon jardin dans des paniers à l entrée de ma villa.
      Le survivalisme, c est aussi la capacité de transformer un évènement négatif ...en positif.
      De mon coté, j ai préféré vivre en repdom, au Nigéria ....etc plutot qu en Suisse: Qu est ce que je me serais emmerdé !!!

      Supprimer
    2. Pour les tremblements de terre ( j ai vécu en voisin celui de 2008 à haiti ), les morts ce sont principalement les bisounours qui s abritent dans des maisons qui leur tombent dessus, au lieu de foncer dans des endroits dégagés

      Supprimer
    3. c'est pourtant vrai qu'on s'emmerde en suisse !
      neanmoins j'ai peine à y immaginer le Chaos (... en Suisse)

      Supprimer
    4. Le tremblement de terre en haiti était en 2010 ;2008 série de cyclones.Haiti les bisounours morts peuvent se réveiller.
      Les choses ne sont peut être pas se qu'elles semblent.

      Supprimer
  27. Constituer un groupe homogène ?

    À moins d'être polonais, hongrois, portugais ou japonais... non, je vois pas comment ça serait possible ;-)

    La France est un pays trop diversifié.
    Celà fait 2.000 ans que le sang est versé pour faire cohabiter chrétiens, protestants, juifs, hommes, femmes, gauche, droite, basques, bretons, savoyards, républicains et royalistes etc...

    Et aujourd'hui, nos chère têtes brunes viennent chambouler la donne une fois de plus.


    Je retiens notamment les dernières lignes de l'article : vivre reclus en attendant que ça passe... ce qui me semble être la solution la moins risquée.

    On avait relevé quelques exemples de villages très reculés en 1945 (en Ariège notamment) où l'armée venait annoncer la fin de la guerre.

    Les villageois n'étaient même pas au courant qu'une guerre avait eu lieu...
    (Ou également l'exemple de ces guerriers japonais cachés sur une île, et retrouvés 50 ans plus tard).

    Évoluer en solo me paraît donc être le plus simple et le plus payant.
    Et finalement, je crois que les évènements ne nous laisseront pas d'autre choix.

    AZ

    RépondreSupprimer
  28. Oui, AZ, des villages isolés comme Oradour. La réclusion n'est pas forcément la bonne idée. D'ailleurs les villages isolés d'URSS ont bien mangé en 41-45, faute justement de lien avec l'extérieur.
    Si vraiment ça foire, les "survivalistes" feront comme les demandeurs d'emploi actuels: ils chercheront un employeur pour faire valoir leurs compétences et ceux sur le carreau feront de l'artisanat ou monteront eux-mêmes de grosses structures. Une minorité vivra de rapines.
    En théorie toutefois car d'autres facteurs peuvent intervenir comme la violence, raréfaction des ressources, épidémies, zones invivables.
    Ceux qui ont vécu plein de choses ont, en général, des camarades qui finissent plus tôt qu'eux et dans des conditions "amusantes", comme survivre à n'importe quelle boucherie et mourir quelques années après d'un cancer colorectal, chute d'un escabeau, crise cardiaque au golf, comme quoi...
    Quoi qu'il arrive, les grands regroupements ne donnent rien et surtout pas maintenant.
    cc

    RépondreSupprimer
  29. Ma réponse à la question posée:

    Prière du Parachutiste

    Je m'adresse à vous , mon Dieu,
    car vous seul donnez
    ce qu'on ne peut obtenir que de soi.
    Donnez moi, mon Dieu ce qu'il vous reste
    Donnez moi ce qu'on ne vous demande jamais.
    Je ne vous demande pas le repos
    ni la tranquillité
    ni celle de l'âme, ni celle du corps
    Je ne vous demande pas la richesse
    ni le succès, ni peut-être même la santé.
    Tout çà, mon Dieu, on vous le demande tellement
    que vous ne devez plus en avoir.
    Donnez moi, mon Dieu, ce qu'il vous reste
    Donnez moi ce que l'on vous refuse
    Je veux l'insécurité et l'inquiétude
    Je veux la tourmente et la bagarre
    et que vous me les donniez, mon Dieu,
    définitivement,
    que je sois sûr de les avoir toujours,
    car je n'aurai pas toujours le courage
    de vous les demander.
    Donnez moi, mon Dieu, ce qu'il vous reste
    Donnez moi ce dont les autres ne veulent pas
    Mais donnez-moi aussi le courage
    et la force et la foi
    CAR VOUS SEUL DONNEZ
    CE QU ON NE PEUT OBTENIR QUE DE SOI

    Salut à mes camarades paras. Ne vous inquiétez pas, on va déguster comme jamais auparavant !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @hcgaia
      Et t'as vraiment le temps de prononcer ça avant de t'ecrabouiller sur le sol ? :-/

      Supprimer
  30. Lol...
    La prière du parachutiste ( ou du survivaliste ) peut se résumer en: Aides toi et le ciel t aidera.
    En opé réelle, tu sautes à moins de 400m...alors tu penses surtout à ceci: Si ce p... de parachute ne s ouvre pas, j ai juste quelques secondes pour faire ventral !
    Et si tu as la chance de sauter de nuit en Afrique, tu te dis: Pourvu que je ne tombe pas dans une rivière avec crocos ou hippopotames ou sur une termitière...

    Un membre m a demandé de parler des cyclones:
    Ce sont 2 agressions successives: les vents, puis la pluie.
    Préparation:
    planquer la voiture et arrimer la moto au sol.
    Dégommer tous les arbres ou cocotiers à proximité de la villa
    Elaguer les branches des arbres des alentours
    mettre des planches de contreplaqué sur les baies vitrées
    mettre tous les documents, petit matériel...au 1er étage
    couper eau, électricitè, gaz
    commander 6 caisses de bières

    Les vents, à 150 ou 200 km/H, obligent à ramper sur le sol pour se déplacer.
    Le danger , ce sont tout ce que les vents arrachent ( toles, tuiles, branches arbre, noix de coco....) et qui deviennent autant de projectiles.
    Ensuite, c est le déluge...
    piscine remplie de boue et 1 m d eau dans la villa...
    Faut juste savoir nager et nettoyer 2 jours après

    RépondreSupprimer
  31. Ah oui, aussi:
    Après le cyclone , il y en a beaucoup qui seront plus dans la merd. que toi
    Alors, ne pas oublier de donner un coup de main.

    RépondreSupprimer
  32. Les hauteurs de saut en automatique, du moins dans l’armée française, sont :
    - 300 mt à l’entrainement, y compris avec gaines individuelles et collectives ;
    - 100 mt en saut opérationnel avec ou sans gaines.
    Et surement pas moins de 400 mt ce qui correspondrait à une hauteur supérieur à celle de l’entrainement.
    Pour les sauts en commandé, on est bien entendu sur des hauteurs supérieurs.

    (Un bisounours breveté, qualifié chef de groupe de saut, largage gaines collectives, guidage au sol avion hélicos et responsable zone de saut) qui a réussit à éviter les crocos, termitières et autres dictateurs mais pas un cyclone, quelques feux de forêt et zones de guerre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut à toi
      on n a pas le meme age...
      A mon époque, c était 400m à l entrainement et variable en opé...lol
      on n avait pas non plus le meme materiel qu aujourd hui, hein ?
      aujourd hui, je saute dans la grande bleue et ça me suffit largement

      Supprimer
    2. Mon telephone portable, c était un PP11 de 10 kgs...avec un radio pour le porter et tourner les boutons, lol
      Et on se foutait pas mal des règlements....

      Supprimer
  33. vou voulez dire pas plus de 400 mètres Von pikkendorf ,pour le halo (chute opérationelle) là ça commence un "peu" plus haut et on a le temps de dire "la prière",mais on a vraiment ,vraiment autre chose à foutre ... une bière à l'arrivée serait un plus!!

    RépondreSupprimer
  34. Autant pour moi !
    Je voulais écrire "et surement pas 400 mt ou plus".

    La bière ? Dans le tube du LRAC de 89... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne idée Von pikkendorf ,je pensais a la el20,mais vu le poids embarqué le mieux est d'aller se fournir chez les gars d'en face pour la cervoise tiède

      Supprimer
  35. tu me dis que sur des opés, les mecs sautent à 100m et je te crois.
    Mais à mon époque, ce n était meme pas du domaine du réve, mais de la science fiction !! Mais le matos a probablement sacrément évolué .
    J ai sauté plusieurs fois à 100m ...avec un élastique en NZ...ca va quand meme très vite. Plus vite que Husein Bolt en tous cas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.