15 février 2021

Le procès

=> Article proposé par Elizabeth, rédactrice de Survivre au Chaos

Une petite dystopie pour célébrer la Saint-Valentin, et celles éventuelles à venir...













- Faites entrer l’accusé !

Un hologramme de plus surgit du néant, accompagné par l’ombre d’un avocat en robe noire à col rouge, la robe réservée à la haute cour pénale.

La grande salle holographique permettait de réunir tout un jury non professionnel, managé par un groupe de juristes, eux-mêmes drivés par un haut magistrat directement nommé par le Président de région. 20 citoyens tirés au sort et 2 membres de la famille pouvaient encore s’inviter et voter, sachant que leur avis démocratique représenterait 20 % de la note finale.

- Francis Lopez, né le 15 Janvier 2035, âgé de 41 ans, titulaire d’un certificat d’aptitude à la maintenance de second niveau des robots, employé depuis 12 ans chez Droïde Industries….

- Peut-on savoir de quoi mon client est accusé ?

- Maître, murmura le magistrat en se raclant la gorge, vous savez bien que nous ne sommes pas tenus de justifier les arrestations – Article 12 de la constitution 4b de la Région de grande France : l’arbitre connaît la règle, toute intervention est donc arbitraire.

- Certes Monsieur le Président de cette honorable Cour, mais comment voulez vous que nous corrigions une éventuelle erreur de conduite si mon client ne sait pas ce qu’il a fait de répréhensible ?

- Mais c’est à lui de nous l’expliquer maître, lui seul sait ce qu’il a fait.

- J’exige, pour mon client, le droit à l’explication pleine et entière !

- Vous plaidez donc coupable maître, et vous demandez des explications ?

- Je plaide coupable Monsieur le Président, et je demande des explications à mon client !

La plaidoirie démarrait, comme toutes les plaidoiries, par une sorte de faux semblant rappelant le rôle de l’avocat : défendre son client. Dans les faits, Francis savait bien qu’il ne se passerait rien de plus qu’un sombre réquisitoire commençant par sa propre confession et se terminant par une condamnation saluée par tous et appuyée par sa propre mère et Lola, venues témoigner.

- La parole est à l’accusé, Monsieur Lopez, expliquez nous ce qui s’est produit dimanche soir entre 21h et 3h du matin.

- Dimanche dernier, suite à une panne de mon système d’auto-équilibrage érotique, j’ai été saisi d’une pulsion amoureuse vis-à-vis de ma partenaire affective virtuelle.

- Qui est votre partenaire virtuelle ?

- Lola B, qui habite le quartier C et travaille en distanciel sur la neurotransmission robotique, chez Droid Industries.

- Continuez.

- Cela faisait 2 semaines que mon droïde sexuel était en panne. J’ai appelé tous les services possibles, mais sans succès. J’ai d’abord tenté la masturbation, mais Lola refusait de rester à l’écran pour m’encourager. Nous avons donc convenu de nous masturber ensemble, comme cela est conseillé en cas de grande frustration. Et nous avons continué ainsi pendant 10 jours. Dans le respect des règles de distanciation sociale. J’ai consulté le docteur G pour difficulté à réprimer un désir de contact physique.

- Je propose que nous écoutions le docteur G, plaida l’Avocat de la défense.

- Docteur, la parole est à vous.

Un petit être chauve et couvert d’une tenue blanche immaculée apparut comme par miracle aux côtés de Francis. 

- Vous savez que je suis tenu au secret professionnel Monsieur le Président.

- Entendu Docteur – nous prions Monsieur Lopez de bien vouloir lever le secret professionnel pour instruction.

Francis fulminait et espérait que les capteurs émotionnels gérés par les intelligences artificielles n’allaient pas trop vite s’en apercevoir et lui coller – en prime – un délit de violence potentielle.

- Je lève le secret professionnel -  murmura Francis – Racontez tout cela en détail Docteur.

- Monsieur Lopez a toujours eu un solide tempérament, une éjaculation par jour est nécessaire à son équilibre endocrinien, à défaut de quoi il devient coléreux et utilise des termes violents tels que putain de merde, saloperie, etc. Nous avions donc décidé qu’il devait, après toute conversation avec sa partenaire virtuelle, éjaculer assez rapidement grâce aux services de son droïde sexuel. Néanmoins il souhaitait faire une demande de vie commune avec laquelle sa partenaire était d’accord.

- Depuis combien de temps fréquentait-il Lola ?

- Depuis 3 ans Monsieur le Président.

- Se sont-ils rencontrés physiquement ?

- Oui, dans le cadre de la démarche administrative et après les tests en usage.

- Quels étaient les résultats de ces tests ?

- Francis Lopez et Lola étaient négatifs sur tous les tests, pas de déficience, pas de sérologie positive, pas de trace virale au Sras-cov3 et à Ebola12, ils étaient même accessibles à la parentalité, ayant fait preuve de stabilité dans les e-rapports.

- Mais alors que s’est-il passé ?

- C’est à ce moment que le droïde sexuel est tombé en panne et que Francis est revenu me voir.

- Que lui avez-vous conseillé ?

- La castration chimique à durée déterminée, le temps que la panne soit résolue.

- Et ?

- Il a refusé après avoir formulé des propos réprimés par la règle arbitraire.

- Quels étaient ces propos ?

- « Je ne prendrai pas vos putains de saloperies chimiques et vos abominables vaccins de merde pour avoir le droit de tirer mon coup dans un vrai vagin et faire des vrais gosses » – il a même ajouté : « Vous en avez pas mare vous de vous branler dans un tube de dentifrice qui analyse votre sperme de fonctionnaire pour savoir si vous êtes reproductible ».

- Merci Docteur – assena le Président qui en avait assez entendu.

La salle frémit d’un vent de tempête. Le Jury était ému, l’affaire était grave …. Cela faisait au moins 10 ans qu’on n’avait pas eu une telle association de méfaits – pire encore – que l’intelligence artificielle n’avait, en plus, rien pu prévoir au domicile de Francis L.

Le président passa sa main sous sa barbichette en réprimant une pensée anxieuse ! Tout le conseil des ministres savait que la paix sociale dépendait de la répression des fraudes sexuelles et de l’isolement sociétal physique. De tels contrevenants en liberté, c’était aussi fou que de laisser le peuple se mettre à penser tout seul.

- Accusé, expliquez-vous !

- J’étais juste en rogne, j’ai besoin d’amour, de Véritable amour Monsieur le Président.

3 membres du Jury se levèrent : trop c’était trop ! Mais quelle horreur, c’est à cause de ce genre d’irresponsables que l’on verrait peut-être le rhume, pire, la grippe, resurgir du passé ! De l’amour et du sexe... n’importe quoi.

- Expliquez-vous Francis, murmura le président qui décidément, ne pouvait pas s’empêcher de se gratter sa barbichette ou ses poils de couilles quand il était nerveux.

Une larme de honte coulait des yeux de Francis. Chacun savait que les contacts physiques, affectueux et sociaux étaient rigoureusement interdits depuis l’ère de la grande épidémie, dont le virus aux 35 mutations avait tué non moins de 0,03% de la population mondiale ! Les aliments étaient livrés, tout était commandé par un majordome en ligne et seuls les couples officialisés pouvaient se toucher, non sans avoir subi une batterie d’examens médicaux.

Quelques vieilles fictions recyclées témoignaient d’un monde très sale où l’on mangeait tous ensemble dans des endroits communautaires, où l’on travaillait dans des bureaux communs avec machine à café partagée  et où les enfants faisaient des jeux en équipe. Pire encore, on y voyait de vieux souterrains appelés « métro » où les gens circulaient par millions dans un air nauséabond et en se touchant les uns, les autres. Rien à regretter...

D’ailleurs la campagne de vaccination et la vague de mortalité qui suivit ce grand processus finirent de mettre un terme à cette horreur.

- J’avais envie de prendre les mains de Lola, de caresser ses cheveux, de toucher sa peau, je ne sais pas ce qui m’a pris Monsieur le Président. Et à mesure que j’y pensais, j’éprouvais une drôle de sensation, pas juste une érection, non quelque chose de bien plus intense.

- Que s’est-il passé ensuite ?

- Lola m’a dit « Viens » et je suis parti à sa rencontre.

Le Président finit de se secouer en pensant que si les hommes commençaient à se souvenir de l’amour, c’est que le système était en danger. Il faudrait qu’il en réfère au Président de région.

- Alors vous êtes parti comme ça, sans vous doutez un instant que vous commettiez une infraction grave pouvant avoir des conséquences abominables et déclencher une vague de mortalité dans votre quartier.

- Mais, Monsieur le Président, je suis safe, j’ai été testé, nous sommes indemnes depuis 3 générations sur ma lignée parentale.

- Personne n’est jamais safe, potentiellement, une infraction aux règles, c’est un meurtrier qui s’ignore.

Francis baissa le nez. Il n’avait même jamais écrasé une araignée, il était végan, et incapable de faire du mal à qui que ce soit. A l’âge de 7 ans, il avait quitté ses parents et rejoint une école où on lui avait appris à respecter la solitude d’autrui en faisant ses devoirs de citoyen. A 25 ans, il avait pris son premier poste chez Droïde Industries, où il assistait la maintenance des robots de l’armée. Depuis, il n’avait jamais rencontré un être humain en chair et en os. Les réunions se faisaient grâce à des hologrammes. La natalité ayant été très réduite suite à cet affreux virus, il y avait bien assez de place pour ne plus se rencontrer. L’armée professionnelle était composée de robots dirigés par des robots, dirigés par on-ne-sait-qui d’on-ne-sait-où, même si certains parlaient d’une base lunaire ou martienne. Mais c’était n’importe quoi, comme toutes les rumeurs.

Le Président, de son côté, songea qu’il faudrait arrêter de laisser certains se reproduire par les voies naturelles, c’était vraiment trop compliqué à contrôler. Une castration chimique après prélèvement du sperme – ça serait bien mieux.

- Je ne voulais pas faire de mal Monsieur le Président, je voulais voir Lola.

- Et après.

- Après, j’ai marché à pieds.

La salle bruissa à nouveau, c’était un comble, ça faisait tout de même 125 ans que toute sortie à pied était rigoureusement interdite et que la nature n’était accessible que depuis des salles holographiques qui proposaient un séjour vertueux et sans risque. Les transports individuels étaient de rigueur, désinfectés par UV entre chaque utilisateur.

L’affaire était grave pensa le Président. Cela pourrait causer un précédent, donner des idées aux autres. Il fallait faire un exemple. Et d’abord en parler au Président de Région qu’il verrait ce soir.

- Suspension de séance, nous reprendrons demain à la même heure. Le code d’accès vous sera envoyé 15 minutes avant.

Francis était décomposé. Son avocat le salua en rajustant son col rouge, celui qui symbolisait les crimes de sang. Puis il coupa la communication et son majordome électronique lui indiqua qu’il avait de la bière sans alcool au frais. Ce qui soulageait Francis, c’était de savoir que Lola avait porté plainte pour viol. De cette façon, elle échappait au pénal.

Le Président, de son côté, fila se prendre une bonne douche et enfiler son costume en songeant à sa soirée. Pour l’occasion, il emmenait son fils, le tout sous prétexte de se rendre au quartier général de région pour rencontrer le premier homme de France. Sa carrière et son impunité dépendaient de ces contacts informels où quelques-uns forgeaient l’avenir de tous dans la joie et la bonne humeur. Puis il embrassa sa femme et sauta dans son véhicule personnel dans lequel une programmation dictait la destination, le trajet, la vitesse, sans qu’il n’ait à intervenir.

A l’arrivée, un code personnel  lui permit de désactiver le robot militaire de surveillance et de rentrer dans l’ascenseur. Après quelques secondes, la porte automatique s’ouvrit sur une vaste salle richement éclairée. Une jeune et belle femme saisit son manteau et lui servit une coupe de véritable champagne véritablement ramassé à la main : une rareté ! Ici on se touchait, on se côtoyait sans la moindre précaution, mais il y avait une bonne raison à cela, c’est qu’on était entre gens sérieux.

Les costumes des hommes contrastaient avec les tenues très légères des jeunes femmes qui faisaient le service. Le Président flatta la croupe ronde et ferme de l’une d’entre elles en accostant le premier homme de France. Puis il réprima un début d’érection, d’abord les affaires, ensuite le plaisir...

- Nous avons un problème Monsieur !

- Ne me gâchez pas le plaisir mon cher, le seul problème que nous ayons ici, c’est de ne pas pouvoir tous les satisfaire.

- Oui, enfin tout de même : un homme a traversé toute la ville à pieds pour aller s’envoyer sa chérie dont il était tombé amoureux.

- Ah oui, alors là vous faites bien de me prévenir, comment pensez-vous traiter la chose ?

- C’est que si nous tolérons ce genre d’écarts, ils finiront par redécouvrir l’Amour, l’amitié, la vie associative, les repas collectifs, puis ils se regrouperont, et ils finiront par réfléchir.

- Et il fait quoi ce criminel dans la vie courante ?

- Il reprogramme les robots militaires quand ils vieillissent.

- Peut-on se passer de lui ?

- C’est un homme très compétent, intelligent, j’ai bien pensé à la castration, ou au camp de retraite, voire les deux. Un suicide serait parfait. Avant cela il pourrait former son remplaçant en ligne.

- Je vous fais confiance mon Cher, gouttez ces délicieuses jeunes filles, elles n’ont pas fêté leurs 20 printemps, regardez-moi ces beautés…

- De pures merveilles, mais comment procédez-vous au recrutement ?

- Comme dans le bon vieux temps, Tester les compétences, Tracer le sujet, Isoler avant usage...

Le Président rit bruyamment de la bonne blague, avant de prendre un petit cul de passage, puis de lui mordiller les tétons en plongeant sa main dans le saint des saints dont la chaleur humide n’avait jamais pu être imitée par les droïdes sexuels. C’est au petit matin qu’il regagna ses quartiers, non sans se plaindre à son épouse, de son sens du devoir et de sa fatigue. Non sans savoir que les ébats avaient été filmés et que la moindre déloyauté à l’égard du système se terminerait en un retentissant procès.


Le marteau tomba 3 fois sur le bureau virtuel et la salle se leva. L’accusé reprit sa position, face à un chevet surplombé d’une justice blanche et aussi virtuelle que possible. Son avocat rajusta le col rouge pour la 5ième fois en 48 heures et le Jury bruissa comme une ruche que l’on dérange. Voilà ce qu’était cet homme coupable du pire : un parasite dans la ruche !

- Accusé Francis L., finissez de raconter votre histoire.

- Je suis arrivé chez Lola vers 1 heure du matin, je n’ai rencontré absolument personne et fait aucun bruit. J’ai frappé et Lola m’a ouvert.

- Pourquoi vous a-t-elle ouvert ?

- Par surprise, une sorte de réflexe inexplicable, et je suis entré.

- Et qu’avez-vous fait ?

- Je l’ai prise dans mes bras, je l’ai embrassée, avec la langue.

A ces mots le Jury devint bruyant, les visages étaient sévères, une femme porta sa main à sa bouche, les yeux pleins de larme, puis s’effondra. Le Président soupira, non pas en pensant à cette faute inexcusable, mais plutôt à cette jeune blonde dont il avait léché les lèvres. Puis il se reprit et mima un regard sévère.

- Je demande le calme à l’assemblée, continuez !

- J’ai passé ma main sous son pull, et j’ai défait ma braguette de pantalon.

- Continuez.

- Puis je l’ai assise sur la table de cuisine.

- Pourquoi la table ?

- J’avais vu ça dans un vieux film érotique proposé par mon droïde sexuel.

Le Président pensa que, vraiment, il faudrait revoir ce programme obsolète, il donnait de mauvaises idées au peuple.

- Puis j’ai défait mon pantalon et voilà.

- Voilà quoi ?

Francis était horrifié, fallait-il qu’il décrive tout ? Qu’il livre sur la place commune la moindre parcelle de son intimité ?

- Voilà quoi ! Nous avons eu un rapport sexuel complet.

- Et alors ?

- C’est si différent... je... c’était la première fois Monsieur le Président

- Et après ?

- Je lui ai demandé si elle avait quelque chose à boire et à manger, j’avais faim.

A ces mots, la Présidente du comité de protection de la femme bondit en hurlant et se jeta presque sur l’hologramme de Francis. Lorsque 2 hologrammes se touchent, c’est comme un crépitement, un bruit de foudre.

- Une honte, une pure honte, ravaler la femme au rang de servante, comme au 20ième siècle, où elle fait les enfants, la cuisine et le ménage, et soigne les malades avant de transporter les virus familiaux dans les grands centres où elle doit « faire les courses » pour tout le monde en contaminant le reste de la société. Voilà le modèle social de l’accusé, c’est juste monstrueux !

- Calmez-vous Madame ! Reprit le Président en songeant qu’elle devait être encore bonne en levrette. Puis il regarda la photo de Lola, c’est qu’il avait bon goût cet homme-là.

Francis soupira. Quoiqu’il dise, il était coupable... Fallait-il attendre que son avocat le défende ? Où que la justice réfléchisse ? Mais depuis quand un accusé était-il ressorti autrement que coupable ?

- Faites venir les témoins à la barre !

Francis reconnut sa mère. Cela faisait si longtemps qu’il ne faillit pas la reconnaître. Tous les psychologues étaient d’accord, passé l’âge de raison, les rapports parents/enfants sont toxiques car les premiers tentent de léguer leur modèle du monde aux seconds. Chaque femme grandissait en sachant que si elle faisait un enfant, elle devrait, pour son bien-être, le laisser partir. Il était alors possible de changer de conjoint, mais la procédure était longue, souvent plusieurs années de solitude, avant d’y arriver.

Marta, la mère de Francis, ne reconnut pas son petit garçon. Elle éprouvait de l’anxiété. Sa culpabilité allait rejaillir sur ses propres droits. Pourrait-on limiter son accès aux réseaux ? Ça serait dramatique ! Mieux valait tout de suite s’en désolidariser, de toute façon il avait toujours été trop indépendant, rien de tout ça n’était étonnant.

- Madame – reprit le Président – Parlez nous de votre enfant, de votre vécu avec lui ?

- C’était un enfant turbulent qui n’en faisait qu’à sa tête. Il essayait de jouer au foot avec les personnages de son écran. Une fois, il a même fait une sorte de cabane et à l’intérieur il a couché son ours en peluche, puis il a dit que c’était papa et maman.

Un nouveau membre du Jury fut pris de malaise. L’avocat transpirait et essuyait son front. L’affaire était délicate. Le Président se dit que tout le système reposait sur l’isolement des enfants, la liberté était vraiment le pire ennemi de l’éducation du peuple. Cette vieille femme, qui accusait son fils, le dégoutait, il se dit qu’il allait la clouer au pilori. Quand même – se dit-il – la famille, c’est sacré.

- Madame, si votre fils faisait des cochonneries, c’est qu’il a sans doute vu un modèle.

Presque toute l’assemblée se mit à parler dans un brouhaha infernal. La vieille Marta éclata en sanglots.

- Non Monsieur le Président, cet enfant était vicieux, je le jure sur ce que j’ai de plus cher !

Francis se mordit les lèvres. Il avait, pour la première fois de sa vie, des envies de meurtre. Il savait que le lien parental finissait par disparaître, mais pas au point d’en devenir méchant. Il avait si souvent regardé ces vieilles visios qui montraient de vraies scènes d’amour entre un père et son enfant devenu adolescent, et qui l’accompagnait partout, circulant dans le même véhicule.

- Madame, la responsabilité de faire un enfant ne peut pas s’éteindre ainsi, ce serait trop facile. Si votre fils est coupable, vous ne sauriez être innocente !

La bonne affaire pensa-t-il ! Désormais, tous les parents du monde, via la jurisprudence, serait responsables à vie de leurs rejetons. De quoi les faire réfléchir... Voire dénoncer...

Francis souriait discrètement, tant mieux pour cette vieille peste. Puis il tourna les yeux vers Lola. Elle allait devoir parler. Et qu’allait-elle dire ? Il était bien conscient, qu’arrivé à ce degré du processus, il risquait le pire.

- Mademoiselle – reprit le Président – donnez-nous votre version.

- Je... Je n’ai pas su dire non. J’éprouvais quelque chose d’indéfinissable.

- Eprouviez-vous du désir ?

- Oui, l’envie de toucher un humain, de l’embrasser.

Un des hologrammes du Jury se mit à hoqueter. Ce qui provoqua un grand silence. C’est vrai que les propos étaient très indécents.

- Mesdames, Messieurs, reprit le Président, reprenez-vous, le sens du devoir est toujours au-dessus de vos états d’âmes personnels. Mademoiselle, reprenez ! Vous avez tout de même porté plainte pour viol.

- C’est ce que m’a conseillé le médiateur de justice, mais moi, j’étais contente, j’ai eu du plaisir vous savez.

Le jury leva les yeux au ciel. Nous étions dans l’impensable.

Francis ravala sa salive, il savait que Lola réfléchissait fort peu, mais tout de même. Elle allait générer un vrai mouvement de rejet contre elle.

Le Président la regarda avec insistance. Cette jeune  beauté méritait mieux qu’un mauvais procès. Et il avait la possibilité d’engager une personne de maison. Puis il se surprit à imaginer sa bouche…

- Mademoiselle, je ne peux pas valider votre témoignage, vous êtes visiblement confuse, et, par compassion, je ne saurais utiliser vos propos. Le médiateur reprendra votre dossier avec mon accord. A présent nous allons nous retirer pour délibérer, je demande donc à Madame le Procureur de bien vouloir prendre la parole.

- Avec joie Monsieur le Président. Nous avons un homme visiblement sexuellement impulsif, mais aussi coléreux, capable de dire des grossièretés, y compris en face de son médecin, pourtant là pour son bien. Non content de sa situation confortable, il transgresse toutes nos règles de distanciation, sort sans protection dans les lieux communs, se livre à une véritable débauche émotionnelle et perverse sur sa partenaire affective, la transformant en objet de plaisir – lui faisant croire qu’elle pouvait s’en satisfaire – exigeant en plus qu’on le serve, au mépris de tous les progrès sociétaux qui ont rendu à la femme sa liberté. Il la souille, puis il repart chez lui et aurait sans doute recommencé si les trackers n’avaient pas enregistré le délit. Combien de citoyens troublés, perturbés, contaminés, pour les impulsions illégitimes d’un homme qui, comme un animal, éprouve le besoin de toucher ses proches, tout comme le singe gratte les poux de la tête de son voisin. Nous avons à faire à un être bestial, sauvage, indigne de la citoyenneté que nous lui avons offert.

Je propose qu’il soit isolé sévèrement, castré et rééduqué après avoir rendu son véhicule personnel, son appartement et ses avantages. Je demande au Jury une peine exemplaire, l’exclusion des réseaux sociaux, l’interdiction totale de communiquer. Un test post rééducation permettra d’évaluer s’il est nécessaire de pratiquer une lobotomie.


Le Président soupira. Madame le procureur avait toujours été frigide, il était évident qu’elle allait le massacrer. Pendant leurs études, elle avait réussit à se taper la totalité de la classe, sans jouir. Puis elle avait épousé le ministre de la justice, ce qui la rendait très crédible. Mais « Il » avait été clair : pas de scandale, on récupère les compétences, on isole et là bêtement, un suicide... La suppression des réseaux sociaux, ça c’était pas mal par contre... Et aussi des chaînes vidéos, d’ailleurs elles avaient une mauvaise influence. Le peuple aurait très peur, il n’y avait rien de pire que le retrait complet des réseaux. Fini les apéros en hologramme, fini les petites fêtes et les conversations virtuelles, fini Lola sur la table de cuisine.

- Le Jury se retire pour délibérer. Reprise dans 2 heures.

Il tapa avec le marteau et soupira encore, que c’était rasoir de manager le peuple. Leur faire avaler des trucs aussi idiots que l’indépendance de la justice alors que le procureur couchait avec le ministre et que lui se tapait des gamines avec le premier homme de France. Non sans se faire enculer de temps en temps, parce « qu’Il » aimait ça et dans la mesure où sa servait sa carrière...

Francis, de retour chez lui, se déconnecta et regarda dans la rue, un robot gardien était installé à la porte, mais la rue elle-même était tout à fait vide. A cette heure, tout le monde travaillait face à son écran et les rares manuels étaient bien occupés. Bien sur il y avait les trackers, sortes de caméras gérés par intelligence artificielle, capable de lire votre identité, votre statut émotionnel et quasiment d’en déduire vos pensées grâce à l’accumulation des métadonnées sur les réseaux sociaux. Mais personne n’avait jamais rien transgressé depuis si longtemps... Le crime, le vol, tout avait disparu. La société était en paix, chacun disposait de tout le confort et pouvait tout perdre en refusant la règle.

Francis pensa qu’il leur faudrait du temps pour réagir, il suffisait de regarder le Président pour comprendre que ces gens-là les prenaient pour de parfaits cons. Il déconnecta la wifi de son écran et introduit une petite clé USB, appuya sur Enter et regarda en récupérant son sourire. Ca suffirait sans doute à gagner un peu de temps. Pas tout le temps, car ils – les gens – avaient si peur de la liberté. Puis Francis sortit du placard une sorte de truc étrange muni de 2 roues et d’une sorte de guidon. C’était visiblement vieux et bricolé, mais il fit tourner lentement les 2 roues et prononça le mot comme si il était magique : Vé-lo.

Il restait à déconnecter le robot-gardien. En bon maintenancier, Francis ne laissait jamais passer une occasion de garder une back-door dans les systèmes. Il consulta la carte renvoyée par les satellites pour évaluer la distance le séparant des zones boisées : quelles étaient ses chances ? Sans doute 100 % de chance d’y arriver, mais comment survivre derrière ? Avait-il le choix ? Non se dit-il !

 Le seul risque, c’était de ne pas en prendre.

Puis la salle se concrétisa à nouveau autour de lui, comme pour lui dire que rien ne pouvait leur échapper. Le Jury, suivi de l’honorable Président, se matérialisa avec cérémonie. 

- Accusé, levez-vous !

- Oui Monsieur.

- La cour, dans sa clémence, choisit de vous laisser former un remplaçant à votre poste de travail, puis d’accéder à une classe de rééducation. Une évaluation psychiatrique sévère permettra de déterminer les conditions de votre retour. Vous êtes privé de vos droits citoyens, de vos droits alimentaires et de logement, de votre véhicule personnel et de votre accès aux réseaux sociaux pendant 1 an. Votre droit au mariage est révoqué pour une durée de 10 ans.

Francis  releva la tête et tapota d’un coup sec pour lancer la clef USB. La totalité des écrans de la salle virtuelle s’anima. On y voyait le premier homme de France, le Président de l’honorable cour, et la plupart des ministres, en compagnie de jeunes femmes dénudées et lascives. Le ministre de la justice tapait à la cravache sur les fesses fermes de la sienne, tandis que le Président dévorait une petite brunette en commençant par les doigts de pieds, puis en remontant lentement, pendant qu’elle braillait de plaisir. Le premier homme de France versait une bouteille de champagne millésimé sur son sexe en érection en hurlant qu’il fallait boire à la bouteille.

Francis effleura une sorte de tablette en verre et tous les écrans de la ville s’animèrent dans un long gémissement érotique.

Le champagne des grands hommes ruisselait dans la rue, comme jamais l’économie n’avait réussi à le faire, les réseaux sociaux téléchargeaient, enregistraient, copiaient, collaient et le monde entier sut, dans les 10 minutes, que la Justice préférait le sadomasochisme et que la distanciation sociale était aussi effective chez les gouvernants, que l’indépendance des magistrats face à l’exécutif.

Puis il prit le Vé-lo et passa devant le robot gardien réduit au silence.

Il fila prendre Lola et ils quittèrent la ville.

L’armée démit l’ensemble du gouvernement de ses fonctions. Mais ne chercha pas Francis. L’affaire fit grand bruit, car les filles étaient jeunes. Moins de 15 ans pour certaines. Le scandale éclaboussa le monde entier et le Président de l’honorable cour se suicida dans sa cellule.

La décharge érotique fut telle que de nombreux hommes et femmes se retrouvèrent dans les rues pour boire, manger et faire l’amour. Toute une génération d’enfants vint au monde et furent élevés par leurs parents.

Quant à Francis et Lola, ils furent heureux, quoique pauvres, et eurent 3 garçons et 2 filles. La masse grandissante de ceux et celles qui quittaient la ville fut à l’origine d’une jeune communauté et Lola devint la première maîtresse d’école du nouveau monde.

Moi qui vous parle, j’ai 20 ans en l’an 2087, ma mère et mon père m’ont appris la lecture, le calcul et l’indépendance, j’ai récupéré le Vé-lo de papa et si je vous raconte ça, c’est pour que jamais, vous ne sacrifiez votre liberté contre votre sécurité...

58 commentaires:

  1. Sacrée bougresse l'elisabeth ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Elizabeth.
    Ce texte , à saluer haut et fort, est à diffuser sans limites, que chacun s'y emploie serait la meilleure façon d'en remercier Elizabeth.
    Bravo.
    Bien cordialement.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  3. C'est l'armée de robots qui a démis le gouvernement?
    Ou un on-ne-sait-qui d’on-ne-sait-où?

    Oui, je sais, je cherche la petite bête...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouiiiii, la taille de la bête, c'est la le souci :)

      Supprimer
  4. "Vin diou de vin diou", l'air bénéfique du Jura vous fait écrire des merveilles Elizabeth !!! Lol. La suite viiiiiiiite !. Amitiés. Didier et Lola.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhh l'air vert de nos forêts :), ca donne l'esprit independant, biz survivalistes

      Supprimer
  5. bonsoir Elisabeth, "Yes " continuez à jouer de la plume" ce monde qui se cherche merci , j'en veux encore Elisabeth . J'ai toujours dit à mes fils, au delà de tout, la femme, n'oubliez jamais elle vous met au monde certes, mais nous machos, on en ait toujours les serviteurs, encore merci Elisabeth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ma plume, quelle arme :), et là je vais sortir le 12 ....., biz survivalistes

      Supprimer
  6. re bonsoir à toutes et à tous. Blagues misent à part Elizabeth, ce "scénario" est plus que probable, un de ces quatre ! Vu la mise en place sournoise et systématique du "flicage sanitaire". Pour nous tous et toutes, en 2087 !!!! les vers (pas les écolos), auront déjà fait leurs boulots. Mais l'idée, la trame de cette "fiction" et sa finalité me laisse une interrogation et en même temps un espoir pour nos "suivants"! Charge à eux d'avoir les coui..es. Pour le moment, et dans l'attente des "trois nuits, trois jours".....Je suis le principe du Kamarade Herman: "gardez votre poudre au sec", permettez moi de rajouter: "gardez et stockez du pétrole pour vos lampes à mèches". Amitiés. Didier et sa copine virtuel Lola.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi Didier ..... c'est parce que nous allons tout droit vers ce monde injuste et sans intérêt que j'ai eu envie d'écrire, personnellement, je préfère la position du loup en liberté et pas toujours rassasié à celle du chien à la niche avec une bonne gamelle. Je crains qu'en plus, on ne nous mette à la niche que pour mieux nous rationner de tout : vie sociale, plaisirs, découvertes, etc...... et que finalement, ce soit nous les robots .... Pas envie de ce monde là ! Biz :)

      Supprimer
    2. Db29 à 22h09

      Lampe à pétrole ??
      Moi je vous conseille plutôt de collectionner les lampes à led hors service.

      Pourquoi ?
      Parceque très souvent il n'y a qu'UNE led de grillée et qu'il est possible soit de la changée soit de la shuntée.
      Mais faut une réserve de pièces pour réparer.

      Allez faire un tour sur le site de Barnabé Chaillot sur youtube. Vous y apprendrez comment produire du courant à l'aide d'une lampe à huile et des diodes Pelletier pour alimenter lampes ou poste de radio.

      Ha!! Et si vous connaissez un site de micro machines a vapeur , je suis preneur.
      Reconnaissez qu'il est plutôt con de bruler du bois pour se chauffer et ne pas profiter de cela pour produire de l'électricité.

      21000dijon

      Supprimer
    3. Salut 21000dijon,
      tu peux trouver sur l'internet des fabricants indiens de petits moteurs à vapeur. C'est une technologie rustique dont l'entretien est possible même en conditions dégradées.

      Supprimer
  7. Bonjour, je n'aime pas c'est dégoûtant ce côté castrateur et on a beaucoup de mal à s'identifier aux personnages.
    De plus ça ne fait pas très survivaliste à mon goût.

    Quand quasiment tous le monde est cinglé dans le scénario c'est trop délirant à mon goût
    +1 quand même pour l'imagination mais c'est trop mortifère pour moi.
    Ça fait trop mal à la tête

    Anonyme Secret

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette description de notre société est à peine exagérée ,car oui nous y sommes chez Orwell,il suffit de lire le dernier opuscule de Klauss Schwab de Davos pour savoir ce qui nous attend et qui lentement s'est mis et se met en place.La nov-langue est là,la chasse aux opposants (génération identitaire etc etc etc ) est en cours lla nation disparait ,les mots perdent leur sens et simultanément la liberté,les gestes barrières ne servent pas a fuir un virus somme tout anodin en tout cas pas plus mortel qu'un autre ,mais a tuer toute convivialité ,c'est à dire tout ce qui caractérise un être humain,l'isolement" pour votre bien" en général est fait pour le bien d'un autre pas vous.Le mensonge cent fois redit devient une vérité dont on vous rebas les oreilles .Le survivalisme commence là ,quand on refuse cette mainmise sur une humanité niée dans son essence même par des criminels .Cette fable doit être lue en parallèle avec la réalité de tout les jours et nous en sommes tout près.La dénonciation de cette imposture mortifère est un des tout premier acte de résistance et d'esprit survivaliste,bravo de nous l'avoir rappelé Elizabeth,car la réalité risque fort de dépasser cette nouvelle fort bien écrite.Aussi restons les yuex ouvert en observation aigüe pour ne pas laisser embarquer insidieusement dans cette spirale de mort?Clgt a tous

      Supprimer
  8. Bonjour Anonyme Secret, aurais-tu donc des difficultés à imaginer un endroit ou tout le monde est cinglé? Ou du moins se comporterait comme si c'était le cas? Dans ce cas, tu pourrais regarder cet exemple: https://www.youtube.com/watch?v=u54cAvqLRpA&feature=youtu.be
    Je trouve que ça laisse rêveur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ''Le jour de Judas'' qui est sur ce blog est pour moi bien plus réaliste.
      Je te conseil de regarder la série ''Colony'' qui représente bien le gouvernement mondial qui veut réduire la population.

      Malheureusement la guerre contre l'humanité a été déclaré depuis le début de cette crise, Bill Gates et ses copains veulent que la majorité de la population disparaisse.
      Je me demande d'ailleurs ce qu'en pensent ceux qui espionnent ce blog.
      Je ne parle pas de vous cher François mais comme chacun prend des risques d'être sous leurs loupes en commentant ici qu'ils le sachent :
      Croient ils qu'ils vont réussir à échapper aux déportations qui arriveront inévitablement ''pour sauver la planète'' dans quelques années ?
      Je leur souhaite bien du courage pour ne pas être le clou qui dépasse au mauvais moment!

      Aujourd'hui dans mon hôpital les médecins utilisent la coercition pour OBLIGER les résidents à recevoir son vaccin :
      ''Vous vous faites vacciner ou bien vous avez interdiction de sortir''
      Peu importe que cette injection soit bonne ou mauvaise pour eux on a pas le droit de contraindre les patients.
      POURQUOI la direction et TOUS LES CADRES reçoivent un PRESSION de FOLIE un harcèlement pour vacciner tout le monde ?????

      Vous croyez vraiment que vous allez y échapper tôt ou tard ?
      Personne ne va y réchapper !!!
      Car peu importe que certains arrivent à partir dans la verte où bien se débrouiller à magouiller pour éviter la contrainte...
      ... tant que CE système existe vous avez tous une épée de Damoclès sur la tête.
      TOUS! Car un jour vous aussi vous serez vieux ou bien défaillant, ou bien dépendant
      Vous aussi on va vous piquer pour votre bien.
      Prenez garde !

      @Francois je vais regarder plus tard en rentrant du boulot

      Anonyme Secret

      Supprimer
    2. Hello François, je viens de regarder cette vidéo, c'est assez affreux en fait .... la pire des polices de la pensées, la secte absolue qui ne dit pas son nom, c'est en fait, de la perversion, je conseille à tous de l'écouter ..... Merci François

      Supprimer
  9. Bonsoir Francois, cette video est impressionnante ! pour info, la sataniste mafieuse nan-si Pelozi c'est presentée ainsi lors de sa premier tenue de la chambre des representants apres "l'election" de Bid-den...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joseph robinet biden

      Dit le robinet du bidet

      Supprimer
    2. Autrement dit : une sorcière !!

      Vu sa tronche à faire vomir une portée de rats , je comprend pourquoi elle porte un masque.

      Supprimer
  10. bonsoir à toutes et tous. Merci pour votre commentaire 21000dijon, mais excusez moi, je persiste et je signe: du pétrole, une lampe, une réserve de mèches et "Hop"...la joie dans le foyer pendant pas mal de soirées. Pour vos propositions de leds...pourquoi pas ? mais pas pour moi! Ceci dit (bel abbes), il est difficile de stocker 3000/5000 litres de pétrole en bouteilles ! donc vive les bonnes veilles bougies. Je suis en pleine "croyance" avec les conseils et recommandations d'Elisabeth, cela ,pour moi et tant d'autres, sous-entend une autre forme de "Chaos", hors de notre compréhension basique. Un "Chaos" prévu de longue date, extra humain, et auquel nous ne pouvons pas échapper(et tant mieux). Nos préparations, nos échanges sur ce site, les conseils de Pierre Templar, nos polémiques...donneront leurs fruits, d'une façon où d'une autre et de façon bénéfique ! j'en suis persuadé (poil au nez).Amitiés, respects, aimons nous les uns les autres (surtout les blondes à fortes poitrines)et ...ça va le faire ! Quand aux zombies/gris...Merci Herman, la poudre est au sec.Kenavo, Didier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'éclairage basique et ancestral c'est le feu de bois.
      Donc prévoyez DES vitres de rechange pour la porte du poêle.

      Vous pouvez aussi collecter des huiles de friture usagées pour alimenter une lampe romaine en terre cuite .
      Mais la prudence à long terme c'est d'avoir des semences de tournesol et une presse à huile.

      La lampe à pétrole à mèche éclaire mais c'est pas terrible. Son utilité est de s'allumer facilement, son problème de noircir le plafond et de vous gazé à petit feu.
      Entre 5000 litres de pétrole lampant désaromatisé et 5000 litres de fioul rouge le prix n'est pas le même. Mieux vaut avoir du rouge en réserve pour le groupe électrogène en 380 triphasé pour l'atelier de mécanique.
      Atelier indispensable pour réparer ce qui va tomber en panne.

      Sur youtube tapez " pakistan truck battery " et vous allez voir comment on reconstruit une batterie de camion. Donc vous pourrez fabriquer des batterie plomb-plomb-acide type Gaston Planté son inventeur.
      Vous aurez aussi une vision de ce que va devenir la France.

      On trouve de plus en plus rarement des lampes à grosses led, mais de plus en plus des micro led en CMS.
      C'est pas facile à changer les composants en CMS, il faut des outils adaptés,une très bonne vue et de l'entraînement.
      Alors ne perdez pas l'occasion de stocker des composants électriques NON CMS .
      De plus bien souvent , il faut détruire un premier exemplaire pour comprendre le mode d'assemblage afin de pouvoir réparer le second exemplaire. Obsolescence programmée.

      Nous sommes déjà entrés dans une période de pénurie pour la fourniture de l'acier pour l'industrie. Les prix flambent ainsi que les délais de livraisons.

      Ma peur est qu'il n'y ai pas d'effondrement donc pas d'électrochocs et de prise de conscience pour le plus grand nombre. Nous vivons le cas de la grenouille dans son bain chaud.

      21000dijon

      Supprimer
    2. Bonjour 21000dijon et les autres,
      je pense en effet que l'effondrement rapide n'est pas l'hypothèse la plus probable, je crois plus à l'approfondissement du lent pourrissement que nous subissons depuis des années.
      Pour l'huile, je suis d'accord et je crois plus à l'arachide qu'au tournesol en contexte de survie car beaucoup plus discret. Un tournesol se repère à des centaines de mètres alors que la plupart des gens ne reconnaitraient pas un plan d'arachide sous leur nez. Et l'huile d'arachide supporte bien la cuisson, contrairement à l'huile de tournesol.

      Supprimer
    3. @François
      Le savoir , la connaissance c'est avec le feu l'une des rares choses qu'on peut donner tout en le gardant.
      Le problème c'est qu'il ne faut pas instruire les cons, cela peut les rendre dangereux.

      L'avantage du tournesol c'est qu'il n'a pas besoin de traitement phytosanitaire.
      Je crois qu'il est de notre intérêt à tous de semer dans les friches et les terrains vagues ce que les canadiens appellent des graines d'héritage. En espérant qu'elles vont proliférées.
      1/ cela nous fera des réserves naturelles de graines qui échapperont à toutes interdictions de commerce.
      2/ cela permettra aux fourmis retardataires de ne pas se transformer en prédateurs.

      21000dijon

      Supprimer
    4. @21000dijon
      Tu as raison, il est important que les plantes puissent se passer de traitement.
      L'arachide est une légumineuse, elle apporte de l'azote au sol. Au départ, c'était son usage aux USA, et on la donnait seulement aux cochons. Si tu as un sol sableux pour lui permettre d'enfouir ses cosses après fécondation, essaie. Pour moi, le tournesol est vraiment trop repérable.
      Quant à semer dans la nature, ça me semble une bonne idée.

      Supprimer
  11. Ah! Ces poules qui rêvent de devenir perdrix.

    Panneaux solaire monocrystalin, lumieres Led CREE 3000k et batteries nickel-fer. Pensez pas faire mieux.

    Pour ce qui est de la combustion des huiles vegetales, c'est pas si simple. Etant un triglyceride,elle contient 20% de glycerine avec une température de combustion haute, donc accumulation dans votre systeme de chauffage/eclairage/moteur diesel

    Un Breton Québécois en forêt

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour le québecois de Bretagne,
    ce que tu proposes est super mais comment le répareras-tu dans quelques années? Les solutions rustiques sont moins performantes mais plus pérennes. Les unes n'excluent pas les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ François

      Tu viens de mettre le doigts sur LE problème principal des forums survivalistes.
      On se préoccupe de l'effondrement à venir mais on ignore la sortie du chaos en se disant "faut d'abord survivre..."


      Faut quand même reconnaitre que la liberté d'expression n'existant QUE pour les larbins du pouvoir , il y a des problèmes et des solutions qu'il vaut mieux aborder TRÈS loin d'Internet.
      Entre les excès de l'idéologie communiste et ceux de wallstreet nous sommes dans une belle merde. Mais pour en sortir il faut analyser les causes des causes des causes des causes ...etc ... de nos problèmes.
      Mais ce faisant on risque très fort de se retrouver devant la 17ème chambre du tgi de paris, pour incitation à la haine de ci ou de ça.
      Car les parasites bancaires ont compris que pour survivre, ils leur fallait interdire au plus grand nombre de parler librement.
      Quand on s'intéresse à l'histoire et qu'on la creuse on découvre vite que les banques sont responsables de plusieurs milliards de morts ces cinq cent dernieres années.
      Et on passe facilement de la colère à la haine car on devine facilement que cela va durer encore et encore .

      Si on veut simplement vivre décemment , après le chaos , il faudra d'abord soumettre la France et le monde à une épuration qui tiendra beaucoup plus de la purge stalinienne.
      Cela s'appelle aussi effet boomerang ou retour de manivelle.
      On ne peut pas emmerder les peuples pendant des décennies sans provoquer un jour un règlement de compte à OK Corall.

      En attendant collectionner des machine-outils et leur fournitures est une bonne précaution.
      Il y a une évidence : il y aura un gros manque de pièces détachées. Ceux qui pourront les fabriquer se feront des couilles en or à conditions de ne pas etre emmerdés par des parasites idéologues moralisateurs d'un bord comme de l'autre.

      21000dijon

      Supprimer
  13. Bien à vrai dire, ça va bientôt faire 10ans que mon système fonctionne et j'ai pas encore changé une ampoule(espérance de vie est de 25k heures) cad que Francois risque de manquer d'allumettes avant ma grande noirceur��.
    Une simple question pour identifier ceux qui n'auront pas froid pendant l'hiver...qui connait les deux essences d'arbre qui brûlent bien sans avoir eu besoin d'etre séché ?

    P.S. une lampe à l'huile vegetale sa sent le démon, l'huile devient rance,elle s'oxyde et colmate la mèche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir le québecois de Bretagne,
      Causons de savoir :
      Les triglycérides n'existent pas dans le règne végétal, ils sont le résultat d'une évolution purement animale.
      Les huiles végétales sont des acides gras aliphatiques peu ou pas saturés, c.a.d. contenant peu ou pas de doubles liaisons C.C.
      Tous les carburants peuvent recevoir des additifs antigel garantissant leur fonctionnement jusqu'à -60º Celsius.
      La glycérine est depuis longtemps un produit totalement issu de la chimie pétrolière.
      L'olivier brûle bien dès la coupe, fait peu de braises et ne laisse pas de tisons à surveiller.
      En outre il fait des étincelles très jolies à regarder et chauffe vraiment bien.
      Le hêtre aussi, je l'ai essayé, mais il n'est pas magique comme l'olivier.
      Quant à ton installation photovoltaïque, j'espère pour toi que tu échapperas à la grêle.
      Et la première panne te laissera sans défense : même si tu avais les compétences pour la réparer et son schéma interne (en fait sa doc complète), comment alimenterais tu ton oscilloscope et ton fer à souder ?
      Ali-Express te livrera-t-il les composants avant la mort des rats ?
      Mes lampes à huile ne se sont jamais enrayées, je les parfume avec de l'essence d'eucalyptus et ça sent très bon dans toute la maison.
      Qui plus est, il me reste encore 300 livres à lire, je peux donc passer l'hiver sans ennui.
      Bon, j'ai quand même encore l'électricité, et je fais des essais d'éclairage cool juste pour le cas où...
      Bonne préparation...
      Jean Claude

      Supprimer
    2. Bonjour à tous,
      Dans mon commentaire du 17 février 2021 à 22:52, j'ai écrit "saturé" au lieu de "insaturé".
      Pardonnez ce lapsus non corrigé, j'oublie souvent de me relire avant de publier.
      Cela étant, les systèmes photovoltaïques permettront de garder un niveau appréciable de confort en temps de chaos et ne sont donc pas à dédaigner.
      J'envisage un investissement prochain dans ce matériel et je pense prendre quand même quelques précautions :
      -Ne pas acheter un gros kit, mais quatre petits pour à peu près le même prix et la même puissance totale.
      -Acheter et stocker, petit à petit et en nombre suffisant, des batteries de voiture vendues chargées, mais sèches, avec l'électrolyte en bouteilles à part.
      -Acheter quelques mètres de fer en L de 15 mm, du fil de fer de 2mm et du grillage à poules à mailles fines pour faire un rideau de protection anti-grêle disposé 20 cm au dessus des capteurs au silicium.
      -Trouver le schéma des régulateurs et des onduleurs et stocker des transistors de puissance, des condensateurs chimiques, des fusibles et des résistances ballast pour d'éventuelles réparations.
      Tout ça grève sévèrement le budget mais sécurise l'investissement.
      Bonne préparation,
      Jean Claude

      Supprimer
  14. Rassure-toi, j'ai stocké des piles, des batteries et des briquets en quantité mais guère d'allumettes.
    Pour avoir chaud l'hiver, vivre sous terre et se couvrir, ça ne consomme aucune essence d'arbre.

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  16. bonjour ,c'est assez drôle de constater que toutes les dictatures ont un besoin irrépre -ssible de ne pas assumer leurs actes mais de les habiller des oripeaux de la respectabilité,ce qui veut bien dire qu'elles ont conscience de leur infamie alors même que leur domination ne justifie pas ces procès staliniens .1984 d 'Orwell est une redondance de l'histoir humaine et notre ami qui reproche de ne pouvoir s'identifier aux personnages (pourquoi ce besoin d'ailleurs ?) aura tout loisir de leur vivre bientôt et "pas pour de faux",il ferait bien de s'y préparer moralement et physiquement car l'historiette hilarante d'Elizabeth,fort bien écrite montre que la résistance commence dès aujourd'hui par la désobéissance civique a même de paralyser un état ,ce sont des actions survivalistes liées a l'observation des changements insidieux qui apparaissent au gré des textes et directives qui petit a petit rognent nos libertés jusqu'a disparition complète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Janus :), c'est vrai que le rire permet de dire pas mal de choses sans froisser la censure :) - Biz survivalistes

      Supprimer
  17. Bonjour Jean Claude

    Une simple recherche sur wiki internet avec les mots "huile vegetale et triglycérides" vous aurait fait comprendre que les triglycérides représentent la majeur partie des huiles vegetales. Et qu'il sagit de triesters de glycérol(donc glycerine) et d'acide gras. Les lecteurs qui s'interessent au sujet feront leur propre recherche.

    Pour ce qui est de l'energie solaire, l'expérience et mon expérimentation sur plusieurs années avec 5000watts de panneaux en fonction sur mon système autonome, me donne une longueur d'avance sur les rêveurs et personnes dogmatiques qui imaginent des solutions aux problèmes inexistants.
    Par exemple les grilles de protection anti-grele. La France et le Québec( d'où j'écris) sont sensiblement sur le meme parallèle 46 et 47, la periode creuse de lumière est donc pour nov-dec-jan où le soleil est a son plus bas, les panneaux solaire sont donc pratiquement à la verticale pour optimiser la production. Évitant ainsi tout dépôt de neige ou exposition aux grêlons. Et pour l'été, nul besoin de changer d'angle puisque mon systeme tombe en surcharge dès 11h00 AM.

    Le partage d'expériences bassés sur des fait donne du poids à ce genre de blog, les perceptions et croyances présentés comme des réalités lui enlève toute crédibilité et conduisent les gens dans l'erreur.
    J. Breton

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour ,intéressante votre expérience ,quelle est la surface totale de vos panneaux et quel type de batteries pour stocker l'énergie pendant les périodes sans lumière solaire suffisante et combien faut il envisager comme montant d'investissement ?merci d'avance

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  19. @ j breton

    ===mon systeme tombe en surcharge dès 11h00 AM.===
    ????

    Moi j'ai pas ce problème . En fait je n'ai qu'un panneau de 30 watt crête branché sur trois batteries de voiture HS de 12V 60Amp en parallèle.
    Soit une batterie de 12V 180Amp sur laquelle est branché un chargeur de batterie qui débite quand je démarre le groupe électrogène pour bricoler ou faire une machine à laver.
    Le tout est suffisant pour charger mon smartphone et des accus de 1,2V .

    Une chose que je n'ai toujours pas compris c'est comment ce groupe de batterie a pu afficher une tension de 21V à la fin de l'été 2020.
    Non ! Le multimètre est en bon état.

    Tu devrais faire un montage pour que la "surcharge" alimente un cumuls d'eau chaude. Va voir le site de Barnabé Chaillot sur youtube.
    Et puis tu risque pas grand chose financièrement à monter plusieurs batteries de voiture HS pour absorber la surcharge de 11h00.
    Par prudence faut juste un montage qui bascule la charge à 11h00 d'un groupe de batteries sur l'autre .
    Tape " pakistan truck battery " sur youtube. Tu vas voir comment reconstruire des batteries de camion.

    21000dijon

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Janus
    Les coûts pour le monocrystalin est rendu autour de 1.25$/watts. Pour une installation simple, il est souhaitable de rester avec des panneaux de +/-75watts chacun, qui auront une sortie en circuit ouvert de 20volts. Le branchement sera simple et cette option vous laisse pleinement le choix des controleurs de charge mppt ou pwm (12v,24v ou 48volts) pour votre ondulateur. Un système 12v vous permet d'avoir un éclairage Led avec ampoule mr16 sans passer par l'ondulateur donc aucunes pertes ou bruits transfo/ventilateur.
    Un premier système pourrait etre constitué de 2 panneaux 75w chacun, un ondulateur usagé APC ou Tripplite 1500VA et deux batteries plombs type AGM 60ah, l'ensemble revient sous les 500$. Ce qui est bien avec les Ups APC d'ordinateur c'est qu'ils rechargent les batteries quand le reseau fonctionne, qu'ils autorisent les démarrages à froid et qu'ils produissent des ondes sinusoïdales pures.
    L'achat d'un bon multimètre Volt/Amp/ohms est aussi une bonne idée afin de connaître l'état exacte des batteries (qui devront toujours rester au dessus de 11volt afin d'eviter la sulfatation des plaques)

    J.Breton

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me permet d’intervenir sur le solaire,en complément, car j’en suis équipé…la première chose à définir est la puissance désiré, de combien de watts avez vous besoin, et pendant combien d’heures ?
      ensuite le calcul est simple, la puissance est égale à la tension multiplié par l’intensité: P= UxI….exemple 100Watts = 12 volts x 8, 33333333 ampères ( comme chez le docteur)
      avec cette formule on peu tout calculer, la puissance des panneaux, l’intensité du régulateur, l’ ampérage de(des) batteries, le choix de l’onduleur ( convertisseur en 220v) qui varie en fonction de la tension d’entrée, « comme dis plus haut «  12volts, batteries en parallèle, 24volts, batteries en série, ou 48v…le ou les onduleurs doivent êtres branché directement sur le pack batterie, et choisir plutôt des onduleurs pur sinus pour y brancher des appareils sensibles comme l’électronique… pour les fortes puissances type machine outils, lave linge, moteurs, choisissez plutôt de les brancher sur un groupe électrogène, au risque de vider rapidement vos batteries….
      robin

      Supprimer
  21. Les batteries de démarrage automobile ou camion ne sont pas les mieux adaptées à cet usage fixe. Si, pour une raison quelconque, la production est trop faible longtemps, la tension des batteries baisse et, comme le dit le breton, elles sulfatent et même des morceaux peuvent tomber dans le fond du bac et provoquer des court-circuits entre les plaques. J'utilise des batteries AGM avec mes 620 W de panneaux et contrôleur MPPT pour optimiser le rendement. Dans les batteries AGM des plaques de laine de verre entre les plaques de plomb gardent en place les morceaux qui se détacheraient et ils restent fonctionnels au lieu de court-circuiter les plaques. Donc la batterie supporte des décharges prolongées. Une fois je suis descendu à 2V, la recharge s'est bien passée et les batteries ont continué leur vie encore quelques années. Par contre, ces batteries sont un peu plus chères... Derrière, le maximum d'équipement est en 12 V avec un onduleur pour alimenter ce qui reste en 220 V. Le facteur le plus limitant pour la durée de vie de l'installation, ce sont les batteries. Puis les condensateurs electro-chimiques dans l'électronique. Les panneaux solaires, s'ils sont protégés de la grêle, ont normalement une durée de vie bien plus longue, avec simplement une puissance qui décroit lentement.
    Mais on s'éloigne vraiment beaucoup de l'histoire d'Elisabeth.
    C'est ce que j'utilise depuis 2005.
    Et cela ne m'empêche pas de penser à la suite, quand ces installations ne seront plus maintenables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ François

      Pakistan truck battery sur youtube permet de voir comment ils reconstruisent des batteries de camion.
      Certains se contentent de démonter nettoyer et réassembler la batterie.
      D'autres fondent carrément les plaques pour en faire des neuves. Dans ce cas ils assemblent des batteries plomb-plomb- acide. C'est le type originel inventé par Gaston Planté vers ...1850 ? Peu importe la date.

      Selon un ami de 93 ans , radio amateur qui a connu l'époque où les magasins de composant n'existait pas et le sport de l'amateur consistait à fabriquer lui même ses composants, découper et plier les toles, de souffler ses lampes et de les mettres sous vide, etc... ; fabriquer ses batteries faisait partie du sport !!!

      Et c'est des batteries Gaston Planté qu'il fabriquait. Selon lui la plaque de plomb ne devait pas être lisse mais gaufrée comme les plaques de cire que certains apiculteurs placent dans des cadres neuf pour leur abeilles.
      Le gaufrage permet d'augmenter la surface au contact du bain d'acide. Toujours selon son expérience ces batteries augmentent leur rendement en veillissant. Le sulfatage étant un avantage.
      Ne me demander pas pourquoi et comment j'ai pas mémoriser son explication complexe.
      Sachez qu'il était ingénieur et qu'il a passé sa carrière dans la fabrication de composants électroniques.

      Toujours selon ses explications les batteries Gaston Planté ont une puissance instantanée moindre que les batteries modernes mais acceptent les décharges profondes , veillisent beaucoup mieux et sont recyclables par un amateur.
      Inutile de préciser que cela est nuisible aux intérêt des multinationales qui fabriquent des batteries.


      Pour moi le problème du photovoltaïque provient des régulateurs et controleurs de charges.
      Je n'ai toujours pas trouvé les explications sur leur fonctionnement.
      Je sais que la régulation de charge d'une batterie se fait en ajustant la tension d'alimentation de l'électro-aimant du rotor de l'alternateur.
      Mais pour ce qui est d'un panneau photovoltaïque ...?

      Il faut que la tension soit supérieure à 12V mais inférieure à 14V.
      Ce qui veut dire pas de charge avant un certain ensoleillement ET coupure au delà d'une certaine tension.
      Donc une bonne partie de la production est perdue.

      La tension produite par un panneau ou une éolienne varie en permanence entre zéro et un maximum variable .
      Il faut donc un régulateur de charge pour protéger le capital des batteries, mais si vous utilisez des batteries de voiture HS pour le démarreur, elles sont gratuites .

      Reconnaissez qu'il est plutôt con de devoir utiliser un régulateur de charge coûteux pour protéger une batterie neuve fournissant du 12V pour faire fonctionner un convertisseur 12V-220V qui se met en grève quand la tension chute en dessous de 10,5V OU grimpe au delà de 16V.
      Tout cela pour alimenter en 220V un chargeur pour accus de 1,2V ou de 4,5V pour un smartphone parceque le convertisseur USB qui se branche sur l'allume cigare se met en grève quand la tension de batterie chute en dessous de 8V...

      Oouuuffff !
      J'espère que je suis clair. Et tout cela rédigé par un doigt sur le smartphone.

      Ce qu'il me faut c'est " un poste d'aiguillage " qui accepte en entrée une tension fluctuante entre zéro et un maximum. Et qui en fonction de la tension d'entrée va ouvrir ou fermer les portes de sortie.
      La nuit rien ne sort, mais à l'aube c'est la sortie 1,5V qui fonctionne pour charger des accus 1,2V.
      Plus tard elle se ferme pour ouvrir la sortie 3V pour charger des paires d'accus de 1,2 montés en série.
      Plus tard c'est celle de 4,5 pour un smartphone ou celle de 6V ou de 12V ou de 24V ou de 48V ou celle qui alimente un cumul électrique d'eau chaude sanitaire pour freiner une éolienne.
      Parcequ'il faut aussi contrôler la vitesse de rotation de l'éolienne par grand vent et cela peut se faire en augmentant le nombre de radiateur electriques qui lui

      21000dijon

      Supprimer
    2. Parcequ'il faut aussi contrôler la vitesse de rotation de l'éolienne par grand vent et cela peut se faire en augmentant le nombre de radiateur electriques qui lui tire dessus.
      Et quand le vent souffle il refroidit la maison, donc il faut chauffer.

      En lisant de ci delà , j'ai fini par comprendre que ce poste d'aiguillage peut ou pourrait être construit avec des transistors.
      Mais là on atteint mes limites en électricité.

      21000dijon

      Supprimer
    3. et bien merci pour toutes ces précisions ,je me félicite (une fois n'est pas coutume)d'avoir mis de coté l'outillage à main encore existant et qui fonctionne parfaitement à l'huile de coude car le bite-coin ne me sera d'aucun secours quand les lumières s'éteindront.Je vais sérieusement penser à la la machine à vapeur,c'est pas le charbon de bois qui manque dans mon coin et pour le temps qu'il me reste ça sera largement suffisant pour faire tourner des engrenages.

      Supprimer
    4. @21000dijon
      Ce n'est pas d'un poste d'aiguillage que tu as besoin, c'est d'un contrôleur MPPT.
      La tension en entrée (reliée aux panneaux solaires) est variable selon l'ensoleillement, chez moi entre 0V et 60V. L'appareil comprend une alimentation à découpage capable de sortir une tension variable, aux alentours de 12V, correspondant donc à la plage de tensions de charge d'une batterie au plomb. Un microprocesseur est informé en permanence de la tension et de l'intensité en sortie et donc de la puissance en cours de stockage. Ce microprocesseur ajuste en permanence le régime de fonctionnement de l'alimentation à découpage pour obtenir le rendement maximal du couple panneaux-batterie, quels que soient le niveau de charge et l'ensoleillement. Ce qui permet une exploitation optimale du rayonnement solaire, que la tension produite par les panneaux soit de par exemple 4V ou 60V.
      Ensuite, tu peux brancher des convertisseurs pour obtenir les tensions dont tes appareils ont besoin. Généralement, un onduleur produit le 220V alternatif pour les appareils électro-ménagers et l'outillage et des petits transfos branchés sur ce 220V font le reste.
      Un régulateur MPPT évite les gaspillages de charge que tu évoques et améliore considérablement le rendement, permettant ainsi, pour une même charge, une surface de panneaux bien plus faible.
      Bien sûr, vue l'électronique qu'il contient, et notamment les condensateurs électrolytiques, je crains que sa durée de vie ne se limite à quelques années.

      Supprimer
  22. Pour 21000dijon, tu trouveras la solution pour tes montages de controle de charge en utilisant des diodes Zener.

    Pour Janus, une recherche sur le woodgas ou gazogene te permettra de faire fonctionner un groupe generateur conventionnel en utilisant le bois comme source d'énergie

    J.Breton

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. grand merci J.Breton je vais me pencher très sérieusement sur le sujet,merci encore

      Supprimer
    2. Il y aussi le youtube de jean emile electrobricoleur.

      Il a fait quatre vidéo sur la production électrique par groupe électrogène alimenté au gaz produit par un gazogène construit avec deux bouteille de gaz de 13kg, deux extincteur, un radiateur de chauffage central, divers raccord de plomberie et autres bricoles.

      Et de stocker le gaz produit dans des bouteilles de propane gonflées par le compresseur d'un frigo réutilisé.

      Il oublie aussi de dire que tu peux chauffer ta maison avec ce système.
      Je propose ce gars pour le prix Nobel du bricolage.

      21000dijon

      Supprimer
  23. Bonjour à tous!
    D'abord bravo et merci à Madame Elizabeth,j'adore la science fiction, mais ayant eu affaire en deux fois pour des délits mineurs à la justice, il n'est pas nécessaire de se projeter si loin pour comprendre qu'ils nous prennent pour des cons, des gueux attardés.
    Pauvres choux! pauvres bichounets...
    Je m'adresse aux gens de plus de cinquante ans et qui ont grandi en campagne.
    Vous allez en ville actuellement, vous êtes entouré de survivalistes qui vivent sur les trottoirs et dans des zones désaffectés.Je veux dire qu'ont peut vivre en descendant très bas dans la condition humaine du vingt une siècle.De comme je comprends les préoccupations de beaucoup de survivalistes c'est le soucis de leur petit confort.
    J'ai grandi au centre Bretagne, dans une ferme de plus de deux cent ans d'age.J'ai vu cimenter la terre battue, j'ai vu avoir l'eau au robinet à la maison venant du puits,j'ai vu goudronner la cour,le chauffage était la cheminée qui laissait échapper les deux tiers de la chaleur,à noël une orange était un cadeau formidable, j'ai vu arriver le premier centre leclerc dans la petite ville distante de quinze kilomètres.J'ai découvert ce qu'était une douche à l'age de douze ans comme mes condisciples élèves de sixième, j'ai connue des hiver à moins dix.Et ainsi de suite comme la plupart des campagnards de plus de cinquante ans du centre Bretagne.J'y reviens:vérifier vos vaccins ,le bien le plus précieux est votre santé.Du courage dans tous les sens du terme et le reste viendra.
    Gilles

    RépondreSupprimer
  24. Alors maintenant M.21000,vous comprendrez qu'il n'est pas compliqué de modifier un poêle à bois qui fonctionne tout l'hiver dans la maison, en unité gasogene qui alimente dual-fuel un groupe électrogène.
    Vous en savez maintenant beaucoup sur mon système. J'arrete ici le niveau technique du sujet.

    J.Breton

    RépondreSupprimer
  25. Bonsoir à toutes et tous. Deimat Gilles. Comme toi (où presque), j'ai connu la terre battue dans le penty familial. La superbe cheminée dans laquelle nous tenions à 4/5 et le billique sur les braises. Mais pas le lit clos ! L'article d'Elysabeth me remet du "plomb dans la tête"....Je suis triste de constater qu'autour de moi, autour de nous tous....le jour venu, la délation, la trahison sera la norme ! Cela se sent déjà, par les regards, les mots chuchoter dans le dos: "il n'a pas son masque! horreur." ! Courage et confiance. "ça va pas être des vacances". Kenavo Gilles, "Kentorc'h Mervel". Didier de Concarneau.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Didier, il n'est pas encore trop tard pour comprendre la nature humaine,sans les collabos les Allemands en 40 n'auraient pas pu tenir quatre ans.
    Plus les temps sont dure, plus il faut se dépouiller du superflu. Voici six ans ,un homme de 43 ans, beaucoup plus gaillard que moi, m'a dit que sans internet il aime mieux mourir.Je lui ai répondu pauvre fou.
    Les Touareg traversent le Sahara sans gadgets.
    En gros comme en maigre: allons a l'essentiel ; objets et humain.
    Kenavo "wech el"
    Gilles de Ouaga

    RépondreSupprimer
  27. Bonsoir à toutes et tous. Bonsoir Gilles, et merci pour tes paroles de sagesse. Cela est dur de devoir ouvrir les yeux, et de comprendre...une bonne fois pour toute; que pas mal de nos compatriotes, de nos voisins et membres de nos familles seront probablement un jour, le moment "M", les responsables d'une arrestation avec mise au pilori, voir même et surement avec élimination physique. Triste....mais réaliste. Kenavo Gilles, Noz Vad à toi et ta famille. Didier.

    RépondreSupprimer
  28. BONSOIR LE GROUPE.

    SCÉNARIO INTÉRESSANT.

    CELA ME RAPPELLE LE FILM "ÉQUILIBRIUM" AVEC CHRISTIAN BALE.

    DANS LE FILM,TOUTES LES PERSONNES QUI RESEENTENT DES ÉMOTIONS SONT DES TRANSGRÉSSEURS.

    JE NE VOUS DIT PAS LE RESTE DU FILM.

    MAIS LES DIRIGEANTS SONT EUX MÊME DES TRANSGRESSEURS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, quand vas-tu nous débarrasser des agressions de cet abruti?

      Supprimer
  29. Elizabeth, vous avez une amende d'un crédit pour infraction au code de moralité du langage.

    Paix et félicité !
    ;-)

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.