6 janvier 2014

Un Plan OPSEC pour le survivaliste (Partie 1/4)

La Sécurité Opérationnelle est une méthode pour se prémunir des risques que peut courir une structure si des informations sensibles sont acquises par des ennemis à cette structure. Elle fut formalisée par l'armée américaine au Vietnam.

Appliquée à la survie, L'OPSEC permet la mise en place d'une stratégie extrêmement fiable pour la protection de sa famille et de ses moyens de subsistance.

Quelles en sont les étapes ? C'est ce que nous allons déterminer à travers une série d'articles, dont voici la PREMIÈRE PARTIE.



_________________________________________________________________________________

NOTE : Ce premier article d'une série de quatre introduit la notion de Sécurité Opérationnelle, sujet traditionnellement réservé aux militaires. On trouve peu d'informations en langue française qui traitent de la question, et aucune à ma connaissance qui appliquent L'OPSEC au domaine spécifique de la survie. Cette série d'articles est donc assez unique en son genre. Même si leur contenu pourrait paraître assez théorique au premier abord, je vous conseille néanmoins de les lire attentivement. Ils vont vous ouvrir à de nouvelles perspectives, et vous faire prendre conscience de choses auxquelles vous n'auriez pas forcément pensé, mais qui sont pourtant essentielles à votre propre survie et celle de votre famille.
_________________________________________________________________________________



L'OPSEC n'est pas seulement un aboutissement, une fin en soi. Il s'agit essentiellement d'un processus qui va vous aider à protéger les informations au sujet de qui vous êtes, ce que vous faites, ce que vous avez, et ce que vous projetez, entre autres choses. Il concerne avant tout les informations plutôt que les infrastructures.

Le processus de Sécurité Opérationnelle se compose de cinq étapes qui peuvent s'appliquer à tout plan, opération, programme, projet ou activité. Ces cinq étapes sont les suivantes :
  1. Identifier l'information critique à protéger
  2. Analyser les menaces
  3. Analyser les vulnérabilités
  4. Evaluer les risques
  5. Appliquer les contre-mesures
Voyons si nous pouvons décomposer ces étapes de sorte que cela paraisse plus pratique qu'encyclopédique, et utile à un survivaliste...


Les lois générales de l'OPSEC


Première loi de l'OPSEC : "Si vous ne connaissez pas la menace, comment savez-vous ce qu'il faut protéger ?"
Deuxième loi de l'OPSEC : "Si vous ne savez pas quoi protéger, comment savez-vous que vous êtes en train de le protéger ?"
Troisième Loi de l'OPSEC : "Si vous ne le protégez pas... l'ennemi gagne la partie"

En appliquant ces trois règles ainsi que les cinq étapes qui précèdent au domaine de la survie, cela pourrait donner les six équations suivantes, qui vont constituer les prochaines sections de cette série d'articles :

Étape 1 : Qu'est-ce que vous possédez ?
Étape 2 : Qu'avez-vous besoin de protéger ?
Étape 3 : De qui avez-vous besoin de protéger ce que vous avez ?
Étape 4 : Quelles sont les informations qu'un adversaire voudrait connaître ?
Étape 5 : Que pourrait-il découvrir qui l'amènerait à en savoir davantage sur vous ?
Étape 6 : Que pourriez-vous faire pour protéger ces informations de vos adversaires ?




Étape 1 : Qu'est-ce que je possède ?


Vous devez apprendre comment être un bon survivaliste doté d'un bon OPSEC, et la première étape de votre plan de sécurité devrait être de déterminer exactement ce que vous avez. Pourquoi ? Parce que vous devez savoir ce qu'il vous faudra protéger quand les lumières vont s'éteindre. Examinez toutes les choses que vous possédez. Tout ce que vous avez a un coût qui lui est associé. Les possessions matérielles occupent de la place, nécessitent un entretien, et doivent être protégées ; elles ont un poids et coûtent de l'argent.

Si vous êtes déjà dans une situation de survie (par exemple, installé d'ores et déjà dans votre BAD à attendre le grand jour), vous devez vous limiter uniquement à ce dont vous avez besoin et pensez avoir besoin. Débarrassez-vous du reste. Vous disposez d'une place limitée, et devez savoir en plus que dans l'idéal, il faudrait tout posséder en double. Assurez-vous donc que vous avez tout ce dont vous avez besoin, et rien de plus. Si vous n'êtes pas encore dans une telle situation, mais que vous travaillez à l'atteindre, alors vous êtes un bon petit survivaliste en devenir. Mais apprendre comment être un survivaliste n'est pas suffisant, il faut savoir comment être un survivaliste qui vit le style de vie adéquat, et non pas quelqu'un qui a le projet de le vivre plus tard.

Pour débuter votre plan OPSEC, vous avez besoin d'inventorier tout ce que vous allez emporter avec vous si vous prenez le large, ou garder chez vous si vous restez à la maison. C'est aussi le bon moment pour réfléchir à ce que vous n'avez pas. Vous allez donc établir des check-lists, et tout y inclure. Si quelque chose ne rentre pas dans une catégorie dont vous avez besoin, c'est qu'elle ne vous est pas nécessaire. Commencez par éliminer ces choses-là, comme par exemple vos vieux livres de collège que vous avez gardés pour une raison quelconque...


Une des premières leçons du survivalisme concerne les priorités


Parce que toute chose a un coût qui lui est associé, vous devez équilibrer vos besoins réels et vos désirs. Vous ne pouvez pas tout emporter avec vous, ou même protéger tout ce que vous emporterez dans la plupart des cas, surtout si vous êtes à pied voire avec un véhicule. Il va donc falloir hiérarchiser. Chaque priorité vous permet de décider quelles sont les ressources que vous allez privilégier, de même que certains équipements au détriment des autres. Il existe plusieurs descriptions clés que vous pouvez décider d'utiliser pour classifier votre inventaire.

Voici une liste de suggestions, qui peut être modifiée en fonction des circonstances. Pour l'inventaire de base, j'utilise les termes : Article, Photo, Description, Emplacement, Taille et Poids. Selon le niveau de détail que vous voulez obtenir et le type de liste, vous voudrez probablement ajouter plusieurs autres catégories. En fonction de votre style de vie et des gens que vous avez l'intention d'inclure dans le plan, votre matériel peut nécessiter plusieurs catégories complètement différentes, mais je vous suggère de garder au moins celles-ci.




Article


Tout d'abord, vous devez identifier l'élément. S'il fait partie d'un ensemble et que vous avez l'intention de le garder ainsi, alors il peut être préférable de le répertorier de cette manière. A moins de le garder séparé, mais de le relier d'une façon ou d'une autre avec les autres articles de l'ensemble. On peut prendre un exemple avec ce que vous décideriez d'appeler votre sac d'évacuation (Bug-Out-Bag). Le sac lui-même est un article à répertorier en tant que tel, mais pour faciliter la tâche, le sac et son contenu peuvent aussi être considérés comme un ensemble.

En d'autre terme, listez votre sac comme un article à part entière, et l'ensemble au complet, y compris ce qu'il contient, comme un article unique et distinct. De cette façon, vous pouvez faire une liste maîtresse qui inclue juste quelques éléments tels que votre SRD (Sac de Retour au Domicile), le sac d'évacuation (BOB), le kit de véhicule, le matériel de communication, et les caches. Chacun de ces équipements devrait posséder son propre inventaire rattaché à cet élément et annexé à la liste principale. Vous suivez toujours ? Cela parait compliqué, mais vous devez passer par là de toute manière. Combien de fois avez-vous acheté quelque chose, puis découvert une semaine plus tard que vous aviez déjà cet article dans le garage à côté de la pile de Playboys ?


Images


Prenez une photo de TOUT ce que vous avez, si cela est possible, avec une règle posée à coté pour servir d'échelle. Je sais que cela peut paraître excessif, mais si l'objet ne vaut pas la peine qu'on le prenne en photo, c'est qu'il va probablement passer à la trappe. Lorsque je dis TOUT, je veux dire tout ce qui a la moindre possibilité d'être emporté si vous choisissez de plier bagage, ou protégé, utilisé ou échangé si vous avez opté pour la maison. Il peut y avoir plusieurs choses qui vous paraissent tellement évidentes qu'elles ne vaillent pas la peine d'être photographiées, mais n'oubliez pas qu'il s'agit ici de se préparer pour l'inconnu.

Que faire si vous avez quelqu'un d'autre qui se joint à votre groupe et ne possède pas votre expérience ? Ces photos deviendraient très utiles. Ou encore si vous aviez besoin d'échanger un article avec quelqu'un qui ne parle pas votre langue, ou quelqu'un en qui vous n'avez pas confiance et que vous souhaitez négocier avant d'apporter l'objet avec vous ? Que faire si vous rencontrez quelqu'un qui dispose de quelque chose qui fonctionne avec un autre élément que vous possédez, et dont vous ne vous souvenez pas du détail ? Si vous aviez des photos sous la main, vous pourriez alors comparer.




Description


A quoi ressemble cet article ? Selon la quantité de choses que vous avez et le nombre de personnes impliquées dans votre opération, une description pourrait s'avérer utile. Comment pouvez-vous faire un inventaire plus tard si vous ne savez pas ce qui est déjà présent sur votre liste ? Inscrivez la couleur, le numéro de série, le numéro de modèle, etc. Au plus c'est détaillé, au mieux c'est.


Localisation


Où se trouve l'objet en question ? Son emplacement est un point important. Est-il dans une boîte ou dans un sac en particulier ? L'avez-vous dans une pièce chez vous, ou quelque part à l'extérieur ? Est-il enterré à un mètre au nord d'un arbre particulier qui pousse à 10 kilomètres à l'est de votre lieu de vie ? Cet emplacement devrait être là où il se trouve actuellement, et non pas là où vous voulez qu'il soit plus tard. Avez-vous songé que vous pourriez disparaître en laissant derrière vous votre femme et vos enfants ? Ne pensez-vous pas qu'il leur serait utile de savoir ce que vous avez, et à quel endroit exactement ?


Taille


Quelle est sa taille ? Si votre stratégie est de privilégier le domicile, et que la place n'est pas un problème, alors la taille de l'élément peut ne pas être importante. Mais si vous envisagez de le prendre avec vous lorsque vous partirez, ou que vous évaluez tous les composants d'un kit portable, alors la taille sera d'une énorme importance.

Si vous ne disposez que d'un volume de 30x30 cm à emporter, et qu'un seul article occupe la moitié de l'espace, alors cet article peut être considéré comme un investissement important. La taille peut être mesurée en hauteur / largeur / longueur / volume, et exprimée en mm ou cm, ou encore par rapport à celle de quelque chose que vous connaissez bien (boite de café en métal, boite de cartouches en cal 12, etc.)




Poids


Combien de grammes ou de kilos pèse cet article ? Cette donnée est particulièrement importante pour les éléments que vous emporterez avec vous. Elle peut aussi avoir son utilité lors de la planification de contingences telles que le déplacement des objets d'un endroit à un autre, au cas ou les conditions de sécurité l'exigent. Si vous avez ces deux dernières données (taille et poids) consignées sur une feuille, il devient beaucoup plus facile de savoir non seulement ce que vous avez, mais aussi de planifier l'endroit où mettre chaque chose avant de dépenser votre temps et vos efforts à les bouger physiquement. C'est une procédure qui peut paraître un peu fastidieuse, mais personnellement, je la considère comme très importante.


Donc passez en revue tout ce que vous avez en votre possession. Vous pouvez considérer la procédure de deux manières différentes : si vous pensez rester là où vous vivez, alors ce dont vous disposez maintenant sera ce que vous aurez pour survivre le jour où les lumières vont s'éteindre. Si l'enfer se déchaîne demain, c'est ce que vous avez aujourd'hui même qui constituera votre assurance survie (pensez-y...).

Si vous envisagez l'hypothèse de vous en aller, alors vous devriez considérer deux listes. Vous devez savoir ce que vous avez maintenant, à la maison, et vous devez savoir ce que vous allez emporter avec vous. En résumé de cette première étape, inventoriez tout ce que vous possédez qui vous paraît utile dans une optique de survie.

A suivre...

6 commentaires:

  1. OPSEC = sécurité opérationnelle, c'est bien ça?
    Article intéressant, vivement la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, OPSEC est l'abréviation anglaise de OPerations SECurity (= sécurité des opérations ou sécurité opérationnelle).

      Supprimer
  2. les RG n'auraient pas imaginé plus efficace pour se simplifier la tâche...

    RépondreSupprimer
  3. 1 de 4 !

    Dépeches toi de publier les autres stp !

    Le sujet est plus qu'important !

    A force de relire cette page, je vai finir par la connaître par coeur !

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Thierry de me suivre.
      La parution des articles est prévue sur quatre mois, un en début de chaque mois. Cordialement.

      Supprimer
    2. 30 janvier ... plus que 2 jours de patience !

      Je tiendrai jusque la !

      merci de ta réponse.

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.