1 juin 2015

Les protections balistiques pour le survivaliste

Les protections balistiques ont connu ces dernières années un regain d'intérêt, sans doute amené par la prolifération des barbouzes de par le monde et des adeptes de l'airsoft.

Le National Institute of Justice (NIJ) américain, a établi une classification précise qui constitue la norme pour l'ensemble des fabricants, y compris européens.

De tels équipements sont-ils utiles aux survivalistes ? Quelle est leur efficacité réelle ? Valent-ils l'investissement qu'ils représentent ? Autant de questions auxquelles cet article a pour prétention de répondre...



Les normes du NIJ


Pour commencer, et définir de manière précise ce de quoi nous allons parler, voici un tableau récapitulatif des normes américaines pour ce qui concerne les niveaux de protection offerts par les protections balistiques :




Sur ce tableau, nous pouvons voir que le Niveau IIIA protège de tous les projectiles qui sont arrêtés par les trois niveaux inférieurs (I, IIA et II), y compris les balles de 9mm dotées d'une vitesse inférieure à 425 m/s, et celles de calibre .44 et .44 magnum n'excédant pas cette vitesse.

Par extension, ce niveau va aussi protéger des autres calibres courants d'armes de poing, à savoir les .38, .38 special, .357 magnum, et 45 ACP. De ces considérations, nous pouvons déduire que les protections inférieures au Niveau IIIA sont totalement obsolètes et inutiles. La première chose à faire lorsqu'on achète un gilet est donc de vérifier son niveau de protection, qui doit être obligatoirement mentionné sur une étiquette cousue au gilet. N'achetez jamais rien qui ne porte pas d'étiquette originale, ou qui n'en porte pas du tout.

Ce Niveau IIIA est devenu le standard chez les militaires et les forces de l'ordre dans pratiquement tous les pays du monde. Un tel niveau de protection est aussi accessible aux civils, à travers les différents équipements qui leur sont (encore) disponibles.

Notez que ce niveau ne protège pas des balles tirées par des armes longues telles que des carabines et fusils d'assaut. Nous aurons l'occasion d'y revenir.


Ce qu'il faut savoir


Actuellement, il n'existe pas de gilet souple qui offre une protection supérieure au Niveau IIIA. Ce qui signifie qu'aucun gilet de ce type ne sera capable d'arrêter une munition de fusil d’assaut, ceci en raison de la petitesse de la balle et sa grande vitesse initiale. Pour protéger d'une arme longue, il va falloir rajouter des plaques en "dur" dites plaques balistiques.

Ces plaques sont des inserts additionnels, que l'on peut passer par-dessus son gilet IIIA au moyen d'un gilet porte-plaque spécialement adapté. Dans ce cas, c'est le concept ICW (In Conjuction With), qui permet d'atteindre les niveaux III ou IV.


Le modèle CIRAS de chez Eagle. Une référence du gilet porte-plaques

Un modèle de chez Crye Precision

Un modèle de gilet porte-plaques adaptable de chez TYR Tactical


Pour ceux qui ne voudraient pas de la double combinaison gilet souple / gilet porte-plaques, il existe aussi des plaques dites "stand alone". Ces plaques peuvent s'utiliser seules et offrent une protection de niveau III ou IV. De telles plaques sont aussi plus épaisses et plus lourdes.

Le principal problème des plaques balistiques, sans compter leur poids pour les modèles les plus performants, est de ne pas couvrir autant qu'un gilet souple. Comme on le voit sur la photo ci-dessus, un gilet protège pratiquement tout le haut du corps (et l'arrière également). Les plaques quant à elles, du fait même de leur conception, vont se limiter aux seules zones vitales, c'est à dire en gros le ventre et le haut de la poitrine.

Certains gilets pare-balles disposent, en plus de tout cela, d’une plaque anti trauma dans le but d’absorber une partie du choc causé par l’impact de la balle en le répartissant sur une surface plus importante ; Il ne faut pas confondre cette petite plaque fine avec une plaque balistique, qui elle est bien plus épaisse et massive.


Les avantages des Protections Balistiques


Les protections balistiques en général peuvent être faites en différents matériaux. Ceux fréquemment utilisés pour les gilets souples sont le fameux Kevlar® (fibres d’aramide), ou des dérivés comme le Twaron®, le GoldShield®, ou des produits à base de PolyEthylène comme le Dyneema®. Les matériaux employés pour les plaques balistiques sont la céramique (de différents types), le PE (PolyEthylène), l’acier pur, etc.

Le mot « aramide » vient de la contraction de l'anglais ARomatic polyAMIDE. Les fibres sont obtenues par filage (étirage au travers d'une filière) à partir d'une dissolution. Les chaînes moléculaires sont fortement orientées dans le sens de l'axe de la fibre, de sorte que les forces des interactions moléculaires peuvent être exploitées pour la résistance thermique et/ou mécanique (dixit Wikipedia).

Ce que l'on peut dire déjà, c'est que si un gilet pare-balles peut être en mesure d'arrêter un projectile, il ne pourra rien faire contre l'énergie du projectile qui sera absorbée par le corps, et qui peut être considérable suivant le calibre.

Une balle de calibre .30 (7.62 ou 30.06 par exemple) tirée depuis une carabine de chasse à 100 mètres de distance pourrait ne pas pénétrer un gilet de classe III, mais elle vous fera décoller pour sûr, et vous pourriez vous en souvenir pendant longtemps, voire éternellement suivant l'endroit touché...

La puissance d'arrêt (stopping power) des différentes munitions d'armes de poing et carabines est la référence utilisée par la NIJ pour la détermination des niveaux de protection (voir tableau précédent). La plupart des armures en dur (Niveaux III et IV) utilisées par les unités SWAT et les troupes militaires, ainsi que les "soldats professionnels", sont équipées de plaques anti trauma faites en acier, en céramique ou en matériaux composites. Ces plaques sont conçues pour i) Améliorer le niveau de protection globale, et ii) Répartir la force d'impact sur une plus grande surface afin de prévenir les dommages internes qui pourraient en résulter.

Notez que de telles plaques viennent EN PLUS des plaques balistiques proprement dites. Elles n'ont aucune capacité de stoppage en elles-mêmes et sont uniquement destinées à répartir le choc à l'impact. Comme vous pouvez vous en douter, un tel ensemble peut avoisiner les 8 ou 10 kilos, qu'il faudra alors se charrier en plus des autres équipements, armes et munitions...

Dans une situation de survie, le fait d'avoir un ensemble complet de protection, incluant un gilet et un casque, pourrait sans doute être en mesure de vous sauver la vie. On peut trouver facilement sur internet des casques en kevlar, soit des Spectra de l'armée française, ou encore ceux de l'armée allemande. Quelques rares fabricants de gilets acceptent de livrer à des non-professionnels, contre photocopie de la carte d'identité.

Dans tous les cas, vous avez plus qu'intérêt à ne pas acheter d'équipements made in USA, car les normes de fabrication et de protection ne sont pas les mêmes que dans l'hexagone. En effet, l'américain moyen est supposé être plus costaud que son homologue français, et la tolérance du cône d'enfoncement arrière du gilet est de 4 cm, alors qu'elle n'est que de 2,5 cm en France. Ce qui signifie concrètement que les gilets américains sont faits pour tolérer une déformation arrière de 4 cm à l'impact. Imaginez une balle qui s'enfonce de 4 cm dans votre poitrine, et vous aurez compris la raison pour laquelle il vaut mieux rester français dans ce domaine...




Les désavantages


La vérité est qu'un ensemble de protections balistiques de qualité coûtent cher, et sera plutôt lourd à porter. De telles protections sont aussi très chaudes. Si vous avez l'intention de vous déplacer à pied sur une longue distance, avec en plus armes et bagages sur le dos, cela pourrait prendre un certain temps... Dans un combat urbain qui implique que l'on ait à bouger, ramper, se baisser, se relever, etc., cela signifie autant de poids à traîner à chacune de ces occasions, et une vitesse d'exécution réduite d'autant.

Dans tous les cas, il faudra prévoir du temps, de l'eau et des calories en supplément, qui ne seraient pas forcément disponibles à profusion dans un contexte de survie.


Une bonne protection coûte cher, et une bon marché pourrait ne pas être très efficace


Même si la sagesse commanderait de se doter de la meilleure protection possible, il est certain que beaucoup de survivalistes ne disposent pas d'un budget de plusieurs milliers d'euros à consacrer à un ensemble complet de classe III ou IV. Bien sûr, certaines solutions plus économiques peuvent être considérées (notamment les "faites maison"), avec les limitations qu'elles entraînent obligatoirement.

Notez aussi que les armes tranchantes ou pointues (tels que couteaux, flèches, pics à glace, etc.) peuvent couper une armure et la transpercer, dans la mesure où les fibres d'aramide sont conçues pour arrêter les balles et non pas pour être sectionnées. Les gens pensent souvent qu'un gilet pare-balles va aussi bloquer les coups de couteaux, mais ce n'est que rarement le cas. Bien entendu, la protection sera toujours meilleure que si l'on n'avait rien, mais elle ne serait en aucun cas suffisante pour les coups d'estoc.

La manière dont une balle pénètre une armure est totalement différente. Un GPB possède des fibres conçues pour "attraper" un projectile, tandis qu'une arme tranchante va simplement les couper. Un vrai gilet pare-lames (GPL) est fait de manière différente. Il protégera celui qui le porte non seulement des coups de couteaux, mais aussi des tessons de bouteilles et des attaques physiques.

Les lames qui provoquent les plus sérieux dommages à de tels gilets sont les lames de haute précision telles que celles de rasoir ou de scies ; C'est-à-dire toutes celles qui vont conserver leur efficacité même sous le stress (torsion), à la manière d'une baïonnette. Un gilet pare-lames doit donc résister à de telles lames, et pas seulement au traditionnel couteau de chasse ou de combat.

Pour terminer sur le sujet, il est beaucoup plus facile pour un GPL de résister à un gros couteau qu'à un petit. Suivant la force de celui qui le manie, un coup de pic à glace (voire un tournevis pointu) porté à la perpendiculaire pourrait être fatal, même à celui qui porte un tel gilet.


Plus de protection = Plus de poids et plus d'encombrement


La plupart des armures conventionnelles sont conçues pour résister à des munitions d'armes de petite taille et de calibre .30 (pour les plus hauts niveaux). Elles sont suffisamment efficaces contre des balles blindées, polymères, expansives ou demi-blindées.

Par contre, elles ne le sont pas vraiment contre les munitions spéciales anti-armures dotées de balles à très haute vitesse (THV), ou traitées au téflon (TTS - Teflon Treated Solids). Elles ne le sont pas plus contre les gros calibres tels que le .338 Lapua Magnum et le calibre 50, qui sont très populaires de nos jours parmi les snipers de l'armée ou de la police dans le monde. De tels calibres vont traverser un GPB jusqu'à une distance de 500 mètres. En clair, et sans parler de l'énergie qu'ils libèrent à l'impact, il est virtuellement impossible d'en réchapper.


Les balles THV - Très Haute Vitesse

Des balles traitées au Téflon


A 200 m, une balle perforante de .338 ou de .50 va traverser un double mur de parpaing (c-a-d entrer et sortir), et avoir encore assez d'énergie cinétique pour vous traverser vous, même si vous êtes équipé d'un GPB de classe IV doublé d'une plaque anti trauma, et cela, avec la même facilité qu'un couteau entrerait dans du beurre...

L'autre problème est qu'un GPB pourrait éventuellement stopper la pénétration, mais ne saurait en aucun cas diffuser le traumatisme occasionné par un gros calibre tel que le 12 d'un fusil de chasse.

Une cartouche de calibre 12 tirée à moins de 50 mètres dans le cadre d'un combat urbain serait sans aucun doute une très mauvaise expérience à vivre... Si vous êtes atteint par une décharge de plombs ou de chevrotines à 10 m, il se pourrait que votre armure stoppe la gerbe, mais la force de l'impact serait telle qu'elle vous briserait les côtes ou causerait des blessures internes massives de par le transfert d'énergie (choc hydrostatique), même si les plombs ne traversent pas. Et je n'ose même pas imaginer le résultat d'une Brenneke !

Lorsque vous vous retrouverez sur le cul et à moitié asphyxié (dans le meilleur des cas) tout en essayant de retrouver votre souffle, les carences éventuelles de votre gilet vous paraîtront vite évidentes...




Le tableau ci-dessus donne le diamètre des billes de plomb en fonction des numéros (NOTE : Ce tableau détaille les normes américaines. Pour les normes françaises, se reporter à nos articles sur Les munitions du calibre 12 parties 1,2 et 3).

La surface de protection d'un GPB est un autre problème. Si un calibre 12 est chargé avec une cartouche classique de chevrotines, voire pire d'un mix de chevrotines et de plombs plus petits (par ex. chevrotines 9 grains + plombs 2/0), les effets vont être dévastateurs...

Pour donner une idée, vous auriez en gros 4 plombs de 8,65 mm de diamètre et une trentaine de 4,5 mm pour une cartouche chargée à 35 gr. Avec une telle configuration dans un combat rapproché de type urbain, et pour peu que celui qui tire "arrose" avec une pompe ou un semiauto, il y a de fortes chances pour que tous les plombs n'aillent pas dans la zone couverte par le gilet, comme par exemple les bras, les jambes, ou pire, la tête.

Même quelques grains de 00 suffisent à neutraliser quelqu'un et l'empêcher de répliquer.

La plupart des survivalistes ne sont pas entraînés à opérer en groupe ou en équipe, comme peuvent l'être les unités SWAT ou les commandos militaires. Si vous êtes touché, il se pourrait très bien qu'il n'y ait personne pour vous couvrir avec des tirs de suppression, ou vous tirer hors de la zone, et cela, que vous soyez l'attaquant ou le défenseur. C'est pourquoi nous conseillons généralement à ceux qui ne sont pas suffisamment entraînés de maintenir un profil bas et d'éviter les confrontations armées toutes les fois que possible.


Les armures de fortune


Vous pourriez toujours acheter des plaques d'acier pour moins que le prix d'un gilet. Vous pourriez aussi faire votre propre veste avec des couches de Kevlar ou de Spectra, et coudre des poches ou les zipper pour les plaques d'acier anti trauma ; Et prévoir ensuite de la mousse de type Ensolite à glisser entre votre corps et les plaques ou le gilet pour davantage de confort. Cela devrait vous offrir une protection de niveau III pour quelques centaines d'euros.

En plus, des plaques en acier vous protégeraient aussi contre les coups de couteau, qu'ils soient tranchants ou piquants.


Un exemple de protections "maison"

Un modèle plus élaboré, mais aussi plus encombrant...


Conclusion


Pour récapituler, en plus d'éventuelles considérations de coût, plusieurs aspects sont à considérer :
  • Le poids et l'encombrement : Je sais par expérience qu'en ce qui me concerne, le port d'une armure est un véritable supplice, compte tenu de ma corpulence. Ceux qui sont fortement charpentés s'en accommoderont assez bien. Certaines personnes auront à faire un choix, entre le gilet et le paquetage ou les équipements.
  • Du fait de l'énergie cinétique et du cône d'enfoncement arrière causé par la balle lors de l'impact, une personne maigre ou peu musclée va subir des traumatismes qui pourraient se révéler aussi mortels que le projectile en lui-même (éclatement du foie, de la rate, pneumothorax et autre). C'est pour cela que ceux qui ont l'intention de porter un GPB doivent obligatoirement pratiquer la musculation du haut du corps en parallèle.
  • L'aspect psychologique : Un point important que beaucoup de professionnels omettent de signaler, peut-être parce qu'ils l'ignorent ou n'en ont pas conscience, est qu'un gilet pare-balles peut donner une impression de sécurité qui n'est pas toujours justifiée, et tenter celui qui le porte de prendre des risques inutiles ou de s'afficher de manière inconsidérée.
  • L'aspect balistique : S'il peut effectivement protéger d'un projectile unique, un GPB sera d'une efficacité bien moindre pour des coups répétés, voire un seul coup de plusieurs projectiles (chevrotines). Sachez qu'il suffit d'une seule balle pour détruire un gilet. Si par malheur l'adversaire parvient à doubler son coup, le second sera le bon... (Je parle ici des gilets souples, les plaques en dur ayant, suivant les modèles, une certaine capacité multi-impact).
  • L'aspect économique : Un bon gilet coûte cher, et ne peut s'utiliser qu'une fois. Vous pourrez toujours me faire remarquer qu'un seule fois peut être suffisant pour sauver une vie, certes. Ce que je veux dire, c'est qu'un GPB n'est en aucun cas éternel, sans compter la détérioration naturelle des fibres synthétiques avec le temps, la sueur, et les larmes (une dizaine d'années au maximum).

Cela étant dit, les gilets pare-balles offrent tout de même un certaine protection lors de combats armés, voire une protection certaine dans des cas biens définis. A vous de décider si l'investissement vaut vraiment la chandelle compte tenu de vos moyens, de vos capacités physiques, et de vos objectifs...

74 commentaires:

  1. Excellent, comme d'habitude. Il faut aussi noter qu'en dehors de l'éclatement des organes internes (Ceux qui sont pleins d'eau), le risque d'arrêt cardiaque à l'impact est réel. Ce genre de truc rend pataud, notamment au niveau des bras: attraper son fusil ou lancer des trucs devient compliqué. Comme à la chasse, l'épaule est une cible de choix, non couverte par le gilet. Faut juste éviter de montrer son profil. Sans parler d'organes éclatés, le fait de prendre une sorte d'énorme coup de poing séchera n'importe qui, faut oublier le combat après ça et évacuer fissa.
    cc

    RépondreSupprimer
  2. Parfait,comme toujours : a quand un petit article sur les protections balistiques de fortune d'un véhicule standard ( le gros point faible,le radiateur par exemple,4x4 ou pas c'est le rideau assuré ) pour l'anecdote j'en ai stopper un de véhicule avec un vulgaire lance pierre ,et quelques billes d'acier (c'étais des sortes de pirates de la route et ce il y a une vingtaine d'années .Z

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions et cela en fait me permet de confirmer ce que je pensais :illusoire protection pour une grosse perte de mobilité et de plus très chère "protection" par contre les lunettes balistiques pour les éclats ne me semblent pas totalement inutiles qu'en pensez vous ?

      Supprimer
    2. Janus 2a, les lunettes sont un plus ne serait-ce que pour ses propres étuis qui peuvent revenir au visage et aussi la poudre brûlée qui suit le même chemin. J'ignore si c'est toujours d'actualité, mais les gilets supportaient très mal l'humidité, corporelle ou autre, et la chaleur car cela délitait la fibre.
      Pour moi, le GPB est bien en statique avec une petite défense autour comme une tourelle de véhicule ou un trou individuel.
      cc

      Supprimer
  3. Mmmm… Vous devriez vous renseigner un peu mieux sur ce phénomène que les anglo-saxons appellent spall. Ceci invalide toutes les solutions bricolées à base de plaques d’acier, à moins évidement que ce ne soit de l’acier balistique AR500 acheté spécialement pour l’occasion et enduit de la substance qui va bien (aramide, Kevlar…) pour contenir le spall et limiter la dissémination des fragments de balle au contact de la plaque…

    https://www.youtube.com/watch?v=D6hFu8vgwos

    De l’acier « ordinaire » peut éventuellement stopper une balle, mais induira un spall souvent mortel côté porteur, et une fragmentation ou un ricochet de la balle côté externe. Et finir le visage réduit en pulpe à cause de son GPB n’est pas ce que j’appelle une stratégie de protection balistique efficace.

    Le polyéthylène haute densité, plus connu sous l’appellation PE-UHMW, est par contre plus prometteur.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Ultra-high-molecular-weight_polyethylene

    On peut travailler cette substance plus facilement que l’acier, la mettre en forme à chaud, l’acheter sous forme de grands panneaux pour « blinder » un véhicule ou une pièce d’habitation… C’est plus léger que l’acier, encaisse plusieurs coups au but sans trop broncher (contrairement à la céramique qui finit en poudre après 2-3 impacts), et présente en outre la particularité de flotter (propriété intéressante si l’on doit traverser une coupure humide à la nage avec tout son barda) ! Une épaisseur d’un pouce / 25mm suffit en général à obtenir une protection correcte. Bref, ce matériau, sans être le produit miracle, est sans doute plus à portée de bourse du survivaliste bricoleur que l’AR500. On le trouve avec un peu de chance au rayon cuisine (voir plan de travail professionnel, planche à découper) des magasins de bricolage, sinon auprès des vendeurs spécialisés sur le net. Attention, car cette matière perd ses propriétés en dessous de -20°C et au-delà de 50°C. A ne pas laisser traîner dans la voiture en plein soleil, donc. Ceci a d’ailleurs été une grosse déconvenue pour les soldats US ainsi équipés et opérant en Afghanistan et en Irak, leurs protections balistiques en PE devenant inopérantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions plus qu'intéressantes ; Réalistes et pratiques comme je les aime ;) Je n'ai pas la prétention d'être un hyper spécialiste dans tous les domaines, et c'est aussi le but de blog que de partager les connaissances afin qu'elles profitent à tous. Cordialement.

      Supprimer
    2. Séduisant en effet. Par contre, quelle est la conduite de ce matériau face au feu? Embrasement? Dégagements toxiques? fonte?
      Quelle conduite face à des produits chimiques?
      Y a t-il déjà des équipements de protection autres qu'expérimentaux?
      cc

      Supprimer
    3. Vos questions valent pour l'aramide, le kevlar, le revêtement des plaques stand alone... Si vous en équipez un véhicule et que celui-ci prend feu, bah oui, cela fera un beau feu de joie, comme n'importe quel véhicule incendié qui en serait dépourvu.

      Les plaques de protection en PE-UHMW ont largement dépassé le stade expérimental et sont en dotation dans plusieurs armées, avec des restrictions d'utilisation selon le climat. Ce n'est pas évidemment le même produit que celui rencontré au Bricomachin : les vraies plaques balistiques sont renforcées de fibres, d'inserts en acier, etc. On en trouve en pagaille sur les sites chinois genre alibaba (la Chine est le plus gros fabricant et consommateur de protections balistiques au monde), de même que des plaques AR500 stand alone.

      Test sur une plaque du Bricomachin :
      https://www.youtube.com/watch?v=gtU2Fny6KEU

      L'intérêt du truc est que cela s'achète sans difficulté, cela se travaille facilement, et cela permet des réalisations plus ambitieuses qu'une paire de plaques individuelles. On pourrait par exemple envisager de blinder les portes d'un véhicule, l'arrière des sièges, le toit. Au besoin on peut multiplier les couches pour accroître la protection, créer des panneaux hybrides PE - acier, etc. On peut glisser une plaque dans un sac à dos, une mallette, un sac d'ordinateur portable, et s'en servir de protection pare-balle au quotidien. Ou encore tapisser les murs d'une panic room, d'une caravane ou d'un camping car avec ce truc, au cas où l'on redouterait un assaut armé, des bombardements ou des balles perdues.

      Perso je me suis équipé de plaques en acier AR500 stand alone chinoise (je soupçonne les autorités US et européennes de s'y approvisionner, vu les marquages de mes plaques). Coût : environ 160 €, les frais d'envoi plombant sérieusement la facture. Un gilet porte-plaque d'occas sur leboncoin à 20€, et le tour est joué. Les avantages des plaques en acier sont :
      - insensibilité aux chocs, contrairement aux plaques céramique,
      - durée de vie illimitée, contrairement aux gilets en Kevlar garantis 10 ans,
      - pas de conditions de stockage particulières, contrairement au Kevlar (stockage à plat, à l'abri de l'humidité...),
      - résiste à plusieurs coups au but,
      - marche aussi contre les couteaux, les lances, les shuriken, les traits d'arbalète, les flèches, etc.

      Bon, le gros défaut, c'est que c'est lourd et plutôt destiné à une utilisation statique ou véhiculé. Le second inconvénient susceptible de survenir avec le temps, c'est un vieillissement de l'enveloppe en aramide, auquel cas, oui, je risque quelques dommages corporels. Mais pour le moment je n'ai pas trouvé aussi bon à moins cher...

      Supprimer
  4. Excellent article ; pertinent, comme d'habitude ;-)

    J’apporte ma petite contribution à tous les citoyens qui voudraient se sentir moins nus, le moment venu :

    1/ Achetez absolument un gilet porte-plaques balistiques. Ne vous posez pas de question sur sa pertinence : acheter-en un. Au minimum, il servira pour les poches chargeurs/cartouches de vos armes. Au mieux, même si vous n’avez pas les moyens ou l’envie d’acquérir des plaques balistiques, rien ne vous dit que durant un conflit, au beau milieu d’un échange de coups de feu, vous n’auriez pas une soudaine envie de vous trouver ou de bricoler une quelconque protection.

    (Et puis une simple plaque d’acier, par exemple, même si elle n’est pas balistique, peut être pare-éclats et surtout pare armes blanches).

    2/ Optez pour un gilet léger. J’ai personnellement testé plusieurs gilets tactiques. Et, certes, les modèles type CIRAS sont fun et top, mais bien trop lourd à terme pour le Citoyen-Soldat que vous serez ; on a (et on aura) pas tous 20 ans, et sans doute pas la forme physique d’un SEAL. Au final, j’ai choisi un modèle compact, intégrant uniquement la forme de plaques standards 25x30 cm. J’ai le modèle de chez Tasmanian Tiger.

    3/ Si vous êtes de ceux qui peuvent se le permettre, optez pour des plaques Stand Alone ; n’oubliez surtout pas les plaques anti-trauma. Par contre, si, comme moi, vous être pauvre, tentez le « sandwich maison ». Après plusieurs tests effectués in situ et diffusés sur le forum http://corsicarms.activebb.net/ j’ai adopté pour un sandwich balistique composé de deux plaques :

    I ) Une plaque d’acier de 3 mm d’épaisseur, à placer vers l’extérieur.
    Ii ) Une plaque de PEHD (500 mini, 1000 au mieux) de 20 mm d’épaisseur, à placer à l’intérieur, au plus proche du corps.

    J’ai testé ces matériaux avec des armes de poing, notamment du 9 mm. J’ai testé le 22 lr et le calibre 12, balles et chevrotines.

    Le sandwich stoppe tous ces calibres ! L’acier encaisse le choc, en premier, et le PEHD amorti, freine et stop l’ogive ; les tests montrent qu’il se déforme à peine.

    J’ai testé les matériaux séparément, et ce n’est pas fiable. Il faut absolument les placer ensemble. J’ai testé le PEHD placé à l’extérieur, et ce n’est pas très efficace : il est traversé et n’as pas son rôle d’amortisseur ; l’acier, ensuite, stoppe à peine l’ogive.

    Le poids du sandwich est équivalent à du stand Alone, c’est-à-dire environ 3 kg de chaque côté du corps.

    Conclusion : Si vous optez pour une telle protection, les deux plaques sont indispensables. Et placez les PEHD en second suivant l’impact, donc au contact du corps. Ainsi, il amorti le choc et bloc l’ogive dans la plaque d’acier.

    Attention : ce sandwich stoppe les armes de poings + le 22lr + le calibre 12, slug et chevrotines. Mais il ne stop pas les calibres de fusils d’assaut (je suppose). Enfin, pour ma part, et vu le prix, c’est déjà bien suffisant.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, Figurez-vous que les ricains développent des "couvertures PB" à destination des écoles, qui apparemment sont aussi destinées à offrir une protection en cas de tornades.
    http://bodyguardblanket.com/index.html
    Je me demande:
    1) quel est le sérieux de ces matériaux. Mon impression est que ça doit arrêter le petit calibre, les balles perdues, certains ricochets ou débris de petite taille mais de grande vélocité (vitre explosée)
    2) si un(e) européen(e) lambda peut se procurer ce genre de truc sans faire converger "le Grand Oeil" sur lui(elle).
    Hugues

    RépondreSupprimer
  6. Perso, je me suis toujours plus méfié de mon environnement que des balles: Structure peu solide, débris à grande vitesse, souffle et feu, pièges, car c'est ce qui faisait le plus de dégâts (On peut avoir des éclats de bois, ciment, ferraille mais pas un pet d'ogive dans le corps). Dans quelle mesure le PEHD peut-il être exploité de façon optimale? L'idée de renforcer les murs parait très pertinente et applicable par tous.
    cc

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    quelqu’un à une adresse pour les plaques pehd ?
    les sites que je dégotte sont orientés pros, comme celui ci, prometteur mais...250 euros min pour une commande.
    http://www.matpro-chr.com/contents/fr/d168_planches_decouper.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commandé en Allemagne mon PEHD vert 1000. Mais tu peux simplement te prendre des plaques de découpe pour cuisinier. C'est du 500, et ça suffit pour la balistique (j'ai fais les tests avec du 500).

      Cela dit, je le répète et j'insiste : le PEHD 500 (même le 1000) n'est pas viable SEUL (surtout le 500) en épaisseur 20 mm.

      Son rôle est :

      1/ de contenir l'ogive dans la plaque d'acier placée devant ;
      2/ amortir et répartir le choc sur toute la plaque.

      Ainsi, autant l'acier et déformé, et on se rend compte que sans le PEHD le corps morflerait ;
      autant le PEHD mis contre le corps est intact, et donc le torse du porteur épargné.

      Supprimer
    2. merci des précisions rhonan.
      je ferais quelques tests avec çà
      http://www.laboetgato.fr/produit-planche-a-decouper-pehd-500-blanc-400-x-250-3946.html

      Supprimer
    3. Salut,

      De retour du boulot, j'ai reçu çà
      http://www.laboetgato.fr/produit-planche-a-decouper-pehd-500-blanc-400-x-250-3946.html
      J'ai testé le "sandwich" de rhonan a 10m environ,avec une vieille plaque acier 2mm.

      22 et22 hp tète cuivrée encaissés,,arriére de plaque déformée de l'ordre du demi mm
      Cal 12 plomb n2 encaissés sans aucun souci.
      Brenneke ho le beau cratère !
      7,62 tokarev ralentie mais compostage du ticket.(mais le tok bouffe kevlar et spectra)

      Pas mal.
      Rhonan si tu as l'adresse exacte pour du pehd 1000, je suis preneur.

      Supprimer
    4. Salut à toi anonyme du 4/06/16h35,combien pèse ton ensemble pehd + plaque acier ,stp.LPN26

      Supprimer
    5. plaque 40 sur 25 2kgs + un peu moins d'un kg de ferraille.

      Supprimer
    6. Merci pour l'info,perso,j'me suis fais un plastron/bouclier en acier de 10mm +sandwich fibre de verre/flox/sable(résistant au 7.62*39 sauf perforant,300win mag mais avec belle déformation côté poitrail), mais par contre il y en a pour 15 kgs juste le devant donc en statique ou sur courtes distance mais pas pour du "running"/baroude,j'avais un vieux gpb,mais les plaques avaient déjà morflé et le gilet souffert alors ...poubelle mais sinon y'a çà:Gilet pare balles désert armée britannique taille S idéal chasse chez naturabuy mais un peu light à mon goût enfin,en bricolant,faut voir...j'en ai vu à l'action et pour du 9 ou calibre p.a(hormis 45,50acp,ce qui est rare,çà le fait mais pas plus.LPN26

      Supprimer
    7. Il y a de grandes plaques de PEHD 1000 ici ( Doubs) :

      http://www.novaplest.fr/index.php/semi-produits/pe?showall=&start=3


      et là ( Yonne )

      http://www.polydis.fr/epages/8d7c81fe-552a-11e0-822f-000d609a287c.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/8d7c81fe-552a-11e0-822f-000d609a287c/Categories

      avec du polycarbonate aussi.

      Je pensais à ça pour blinder une porte, mais il faut de sacrées épaisseurs et c'est donc trop lourd, surtout s'il faut rajouter une tôle d'acier.

      J 'ai lu qq part que la plus grosse épaisseur absorbait 300 joules, pour les plus puissantes munitions il en reste plus d'un millier à dissiper.

      Ca ne résisterait pas non plus à une rafale concentrée.

      Puis ça sert à rien de blinder la porte d'entrée de l'appartement, vu que de chaque coté ce ne sont pas des murs porteurs, mais de simples cloisons.

      Peut être un écran en acier placé à 45 ° derrière la porte, suffirait à dévier ce qui traverse vers un coin inoccupé de l'appartement. Mais difficile de vivre au quotidien en situation normale avec un tel monument à déplacer.

      Pour les tôles sur mesure acier, inox une boite sympa ( envoi rapide ).

      http://www.john-steel.com/

      Possibilité de découpages complexes selon plan fichier en .DXF ( devis instantané )

      https://pro.john-steel.com/fr/


      Bien sûr je suis déçue de ce diagnostic, mais je préfère savoir et anticiper mon départ avant de devoir affronter de telles situations extrêmes, au lieu de me croire en sécurité. Les AK47 ça pullule.

      Supprimer
  8. Techniquement un excellent article ou chacun y va rapidement dans les commentaires des mérites comparés de tel ou tel matériaux.

    Néanmoins la problématique n’est pas uniquement l’utilité ou non d’un gilet pare-éclat / balles. Utilité que je ne commenterai pas dans ce post ni d’ailleurs du renforcement des « postes de combat », sujet qui mérite à lui tout seul un article.

    La problématique est de savoir si vous serez capable d’évoluer longtemps avec tout votre barda car un gilet balistique n’est jamais seul.

    Un gilet de protection, 5 à 10kg et plus si vous ajouter les plaques de blindage (de 2 à quatre si l’on compte aussi le protège cou et la protection génitale).
    Votre arme principale et ses chargeurs vous ajoutera 3 à 5 kilos sans problèmes.
    Votre arme secondaire et quelques chargeurs feront environs 2 kilos.
    (Le poids total des armes dépendant du calibre, du nombre de chargeur et de leur capacité.)
    Le petit matériel, y compris les jumelles, la radio et la trousse de secours ajoute du poids même si séparément cela ne pèse rien et l’on se retrouve facilement avec 1 à 3 kg de matériel en fonction de ce que l’on emporte.
    Ne pas oublier 2 à 3 litres d’eau, un peu de nourriture, le poids du treillis, des chaussures et du casque…. Sans oublier les genouillères pour amortir le tout lorsque vous vous posterez.

    Bref, vous porterez déjà sans musette ou sac d’évacuation un poids allant de 15 à 25 kilos. Pour mémoire, c’est le poids que les soldats portent en OPEX à l’heure actuelle. Poids qui pourra monter à 40 kg avec le sac.

    Avec tout cela sur le dos, vous devrez pouvoir marcher, courir, ramper, franchir un obstacle…. Vous comprenez alors pourquoi pour faire la guerre on recrute des jeunes de 20 ans. Sans oublier qu’un gilet rend le maniement des armes plus « gauche ».

    Le gilet est au soldat ce que la carapace est aux tortues ninjas. Tortue et pas trop ninja !

    D’autre part, on ne vit pas en permanence avec un gilet car le port du gilet fatigue le porteur, amplifie la fatigue musculaire et, à la longue, traumatise le squelette.
    Vous devrez donc obligatoirement décider à quel moment vous vous équipez avec.

    Serez-vous seul à le porter ? Quid des gens qui vous accompagnent (femme, enfants,…) ?

    Pour avoir testé en OPEX le port prolongé de ce matériel, je ne peux que conseiller avant toute décision d’achat ou de bricolage de vous mettre en situation «chargée » puis d’évoluer quelques heures avec dans des situations climatiques variées et pas uniquement assis devant l’ordinateur avec la clim à fond.

    Vous pourrez alors avoir une idée un peu plus réelle des contraintes du port de ce matériel et vous serez en mesure de décider et d’assumer plus facilement l’achat ou non d’un gilet et les conséquences de ce choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et ouais...dur dur d'être un biffin....surtout avec l'âge,hein mon cher Pikkendorff,?!?dans quelle arme servais tu si ce n'est pas indiscret?:-) LPN26

      Supprimer
    2. Salut, je rejoins Pikkendorff sur la capacité à évoluer chargé. Il faut se mettre en situation par exemple une partie milsim, avec l'équipement complet, soit 10 à 15 kg (tenue, chaussures, ceinture, gilet, répliques longue et courte, 8 + 2 chargeurs, grenades) petit matériel radio, jumelles, premiers secours, sac à dos avec l'eau, la bouffe, le tarp, le réchaud) car les répliques et les munitions (bille de 6 mm) sont en plastiques, et déjà on commence à rapidement tirer la langue. S'il faut rester à un poste à genoux ou allonger, bouger rapidement en rampant, se relever pour courir, et tirer correctement, c'est vite épuisant et ce juste sur une partie de 4 à 8 h, et même de nuit à la fraîche
      Il faut envisagé d'améliorer sa condition physique au delà des besoins habituels (squat, pompes tractions, course, rampage, le tout avec du lest et engoncé) car on néglige que la limitation de l'amplitude des mouvements (on ne peut pas se plier, il faut tout faire en se baissant sur les jambes, et à la longue sans entraînement approprié cà fatigue) est aussi handicapante que le poids. Il faut ensuite s’entraîner aux déplacements tactiques équipés, au maniement des répliques équipés, à monter et sortir des véhicules équipés, à se reposer et à manger équipés.
      Après c'est sur qu'on dort bien.
      Par contre pour rester statique, c'est moins problématique mais un ciras ou même un chest rig finis toujours par tenir chaud (donc perte d'eau et de sels minéraux).
      Au final, c'est probablement mieux que de se faire plomber, mais c'est loin d'être aussi évident qu'on ne peut le penser au premier abord quand n'est qu'un civil et qu'on a juste regarder strike back à la télé.
      Cordialement.
      Sébastien.
      PS : Pour se rendre compte
      http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2014/08/7-kits-militaires-au-travers-des-ages.html

      Supprimer
    3. Très bonne vue réaliste qui nous sort du cadre de la vision romantique du survivaliste.

      Supprimer
  9. Bonsoir LPN26.
    Dans l'infanterie pendant 30 ans (para et méca) de chef de groupe à chef de boi en passant par chef de section, commandant de cie et instructeur en tir et combat. effectivement, on bondit toujours comme un cabris et on s’aplatit toujours comme une mer... mais avec l'age on met plus de temps pour se redresser :).

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir, pour moi le meilleur compromis protection/poids serait chest rig plus une plaque balistique abdominale, vu que certains modèles permettent cet ajout.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Merci à tous et F von P ainsi que LPN26 ! VOilà un article bien clair pour moi sur la nécessité d'éviter les tirs : je ne suis pas apte à porter ce matériel (apte physiquement) si je dois aussi porter les trucs indispensables et marcher ! DOnc grâce à cette information je ne fais pas d'achats idiots et je peaufine ma stratégie qui est en générale à mi chemin entre celle du caméléon, de la souris et voire du singe ..... sans vous tous j'aurais commis de mortelles erreurs ! Babette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Babette. C'est là l'intérêt de cet article qui nous fait poser les bonnes questions. Moi aussi j'envisage le singe-caméléon ultra-léger-silencieux : aucune protection hors du trou fortifié, mais jamais trop loin du trou et le poids est celui des jumelles + talkie + camouflage + de quoi actionner les explosifs quand le Rhinocéros porte-plaques s'en approche (par exemple monocoup Chiappa LittleBadger 1,3kg). Du "défensif dissuasif" adapté à mon terrain et à l'identification-observation de tout ennemi qui s'approcherait.
      Pour les sorties de troc ou expéditions offensives d'approvisionnement absolument nécessaires, tenues civiles légères passe-partout et d'aspect misérables avec vieilles baskets de course, arme de poing compacte (Glock19) sans holster et invisible + camarade posté camouflé qui protège la sortie, ou la négo, avec MosinNagant sniper équipé de sa lunette (800 euros le tout chez Municentre).
      Dans les 2 cas, si trop de monde en face la petite souris est déjà partie...
      mais elle observe et communique avec sa tribu. Bob

      Supprimer
  12. Le port de protection dépend de qui sera en face. Si on pense tous au même ennemi, la majorité est médiocre mais ils ont des snipers plutôt doués. Perso je n'aime pas les protections individuelles, ni les gilets tactiques, d'ailleurs. Cependant, face à un ennemi déterminé, je saurai contrarier ma nature et marcher comme un culbuto à 3km/h jusqu'à un trou, ce qui implique la question de bouger ou rester statique en situation pourrie.
    C'est fou le nombre de sujets qu'implique la protection individuelle.
    cc

    RépondreSupprimer
  13. salut a tous .perso je n'ai aucune expérience au niveau protection balistique individuelle (ex.arme blindé,cavalerie) mais une expérience au niveau véhicule donc .résultat,le blindage est illusoire , tout juste bon pour éviter la ferraille du champ de bataille (éclats d obus ,et projectiles de petit calibres, (calibre 50 au max) au delà il faut compter sur les ricochets ,et la chance .par contre il y avais un bon compromis ,poids ,blindage,vitesse :100 km - h et possibilité de marche arrière instantanée (deux poste de conduite ,un avant ,l'autre arrière a la manière des anciennes michelines de la sncf ,ce qui évité de faire un demi tour hasardeux sous le feu !!! ) la tactique de base étant de ce mettre en embuscade ,la quasis totalité du blindé derrière une butte ,ou autre et n'utiliser que le défilement de tourelle ,faire feu et dégager immédiatement avant la réponse du berger a la bergère .bref le camouflage,la vitesse,et non le blindage étais privilégié et encore nous avions un moteur et non nos deux pauvres jambes pour les déplacements ,merci l'EBR . conclusion :je pense que la protection balistique est juste un plus en défense plus ou moins statique,un handicap grave a la mobilité ,de la plupart d 'entre nous,mais que judicieusement employé,pourquoi pas ?? Z

    RépondreSupprimer
  14. Après avoir parlé du gilet balistique et de son environnement à transporter, posons-nous maintenant la question : Gilet ou pas gilet ?

    En préambule, attention a cette manie occidentale de croire que la technologie résout tous les problèmes. Ce qui est assez paradoxale lorsque l’on a une démarche survivaliste…
    Il ne s’agit d’acheter pour acheter mais d’acheter pour obtenir un effet qui n’est pas simplement de survivre éventuellement à un tir.

    L’article sur l’évolution de l’équipement des soldats britanniques à travers les âges (http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2014/08/7-kits-militaires-au-travers-des-ages.html) montre plusieurs choses :
    - Quelque soit l’époque, c’est un matériel destiné à « faire la guerre ». C'est-à-dire évoluer dans un contexte de champs de bataille qui n’est pas forcément assimilable à un contexte « survivaliste » même si ce matériel permet éventuellement de survivre au combat. La distinction entre guerre et survivalisme me parait importante car je constate a travers les commentaires sur différents blogs que beaucoup de survivalistes « fantasmes » de se retrouver au cœur de l’action, voir la recherche. Hors nous ne seront pas tous en première ligne sous un déluge d’obus, voir nous chercherons à l’éviter.
    - C’est la représentation de l’évolution permanente du combat entre l’arme et la cuirasse. Lorsque les armures en fer ne peuvent plus arrêter les balles des mousquets, il y a clairement un choix de la légèreté et de la souplesse du déplacement qui est privilégiée.
    - Cette tendance s’inverse lorsque ne nouveaux matériaux performants et légers apparaissent (guerre US du Viet Nam) même si la notion de protection du fantassin apparait régulièrement lorsque la guerre devient statique (casques renforcés sur l’avant de 14-18, gilets en sac de sable à Dien Bien Phu).
    - Cette tendance s’accentue à partir des années 80 car nos sociétés occidentales modernes ne supportent plus la mort, le concept de « zéro mort » ayant fait son apparition. Les premiers gilets mad-in USA équiperont l’armée française au Liban puis les premiers modèles français dans les Balkans. Ces modèles étant destinés initialement à des missions statiques.
    - Cette tendance s’est généralisée dans les armées régulières car le gilet trouve tout sa place dans la « médicalisation de l’avant », la prise en charge des blessés étant faite au plus prêt des combats et permettant, par une évacuation rapide, de traiter les lésions provoquées par la déformation du gilet.

    Pour savoir si il faut ou non s’équiper d’un gilet balistique, il faut se poser la question : quel effet à obtenir ? Cad pour qu’elle type de survie je veux me préparer.

    - Si je compte avoir une survie du type « loup solitaire » ou « soldat citoyen », il est clair que le gilet balistique sera au cœur de mon métier si je veux pouvoir exercer quelques années.
    - Si je suis plutôt dans le style « gris muraille tendance caméléon » en ville, ce gilet sera une contrainte et vous risquez de ne pas pouvoir le porter pour aller faire du troc surtout si vous choisissez un classe 3A qui manque assez de discrétion.
    Si je suis « père de famille dans sa BAD », il faudra penser à en acheter pour tout le monde car que pensera le reste du groupe si vous devez mener une action de défense mais que vous êtes le seul protégé. Moyen pour la cohésion du groupe au moment du danger, non ?
    - Pour les murailles et les pères de famille, aurais-je le temps de revêtir mon armure si le danger surgit inopinément ?
    - Etc..

    Dernière question mais qui n’est pas des moindres comme le fait remarquer P Templar.
    Dans un contexte plus ou moins dégradé en terme de « soutien médical » quel intérêt de porter un gilet balistique si je ne peux être soigné ?
    Ne vaut-il pas mieux privilégier la fluidité des déplacements et le camouflage ?

    Prenez le temps de réfléchir pour choisir la solution qui soit adaptée à votre situation personnelle.
    Pour cette question comme toutes les autres, il faut sans cesse se demander : quel effet à obtenir ?

    RépondreSupprimer
  15. Cher FvP,
    Je vous rejoins complètement sauf sur un point: on ne fera pas la guerre, on la subira et Dieu sait qu'on risque de se retrouver dans la mouise quand on voit que 3 gus avec des AK et un avec un RPG peuvent vous faire revivre les grand moments de la vie d'assiégé. C'est le standard des braqueurs actuels. Certains fantasment surtout sur l'offensive à outrance parce qu'ils touchent une arme et sur lesquels je ne ferai pas de commentaires. Si le gilet les fait fantasmer encore plus, c'est qu'ils sont encore dans l'onirisme le plus échevelé. A la limite je préfère un simple pare-éclat car je crains plus que tout les OVNIS qui commencent avec de simples cailloux lancés avec conviction. Cet article est remarquable car il définit déjà le rôle et les équipements de chacun selon ses compétences, si jamais un regroupement devait avoir lieu.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord cc que nous avons plus de chance de la subir que de la faire mais ceci mériterait un autre article :). Mon propos était surtout de montrer que nous devons prendre le temps d'étudier et de réfléchir a ce que nous voulons faire plutôt que de se lancer bille en tête dans toutes les directions.

      Supprimer
  16. Message pour LNP26 de la part de Babette : message sur géolocalisation, je n'arrive pas à te "retrouver", amitiés, Babette

    RépondreSupprimer
  17. Un mot pour tous : c'est un grand classique et on y croit ou pas: les fameuses prévisions de chaos du major et dames, je viens de me relire ces courtes vidéos et je trouve ses apports pertinents : voilà l'adresse : http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/04/le-coup-fatal-peut-etre-la-video-la.html
    Amitiés à tous, Babette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à toi Babette,çà y est,je t'ai répondu,as tu reçu mon mail sur ta boîte orange?,si oui,pas besoin de répondre ici,on se contactera,si tu le veux, par les moyens que je t'ai dis,bien à toi,LPN26

      Supprimer
  18. très rigolo le lien Babette,mais mélanger le tangible pragmatiquev vérifiable de ce blog que certains jugerons peut être terre a terre , avec des élucubrations de voyants extras opaques , porte un coup à la crédibilité des éléments pratiques du contenu des autres articles,le certain est déjà largement suffisant pour ne pas y ajouter de l'onirisme a la walt disney,je m'étonne qu'une scientifique comme vous verse dans le style de "voici" ou plutôt "détective".Cordialement

    RépondreSupprimer
  19. Pour résumer il faut voir la chose de 2 façons

    GPB=petite chance de s'en sortir
    Sans GPB= mort assurée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certainement pas.
      La réduction de mobilité avec un GPB fait qu'on risque aussi plus d'être touché, même si peut-être moins gravement.
      C'est donc beaucoup moins tranché que vous le dites.
      Francois

      Supprimer
  20. Bonjour,
    Je tombe sur cet intéressant sujet et me permets d'y réagir. Mon expérience comme mes avis n'engageront évidemment que moi, mais je dois avouer ne pas être tout à fait d'accord avec l'intégralité de ce qui a été initiallement écrit ci-dessus (n'ayant pas encore fini de lire l'ensemble de vos commentaires, je parle de l'article principal). Étant officier de Police au sein d'un grouoe d'intervention (G.S.O. de Paris), je crois pouvoir témoigner de l'utilité autant que de l'efficacité d'une protection balistique intelligente. J'ai personnellement choisi (et payé) la mienne : Inserts souples américains (j'ognore s'il est autorisé de nommer des marques, je m'abstiens donc) polyéthilène Spectra 39 couches entièrement "doublés" anti trauma (2 kg à peine) NIJ IIIA / V50 / .06 (se situant en réalité 20 % au-delà des normes recquises au vu des résultats complets des tests) pare lames / piques / schrapnel / fragments, inserts latéraux de caractéristiques identiques, le tout revêtu de plaques rigides françaises toujours polyéthilène III+ stand alone (ou combinables, évidemment) de 1,8 Kg chacunes elles aussi équipées anti trauma d'origine. Je porte ceci quotidiennement dans différents "carriers" MOLLE et puis témoigner des faits suivants : 1 - Comparé à l'équipement lourd en dotation au sein de mon unité, mon matériel s'avère confortable en toute situation. Aucune gène dans les mouvements (même les plus "improbables"), aucun souci pour prendre place ou s'extirper d'un véhicule classique, pas de souci de transpiration insupportable. 2 - Protection concrète les deux fois où cela a compté. J'ai reçu, fin 2014, une Brenekke - tirée d'une dizaine de mètres de distance - au niveau du pectoral droit. Je ne nierai pas que j'ai eu l'impression qu'on m'avait arraché le bras et quel choc j'ai reçu, mais après un assez joli vol plané, j'ai pu me relever indemne et "prêt au combat" quasiment immédiatement (pas forcément super frais, contusionné, mais opérationnel malgré tout). Dernière "anecdote" en date, deux balles de 45 ACP reçues abdomen / sternum début 2016 (avec le même équipement puisque j'en ai été satisfait par le passé) : Gros impacts, mais véritablement supportables. Aucun dégat corporel (pas même de bleus après vérification), pas de chute, en mesure de répliquer instantanément (ou quasiment, je simplifie évidemment mon récit).
    En résumé, une protection ballistique adaptée (c'est-à-dire bien pensée, réfléchie) demeure, selon moi, non négligeable. Chaque équipement aura ses limites, mais d'excellents "compromis" existent à l'heure actuelle... Sans réel besoin de se ruiner (l'ensemble de ma protection, très sérieuses, me revient à environ 800 euros).
    Bref, mon témoignage ne sera sans doute pas de grande utilité, mais j'aurai eu plaisir à "participer".
    Un salut à tous, prenez soin de vous comme de celles et ceux qui vous sont chers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Auguste,
      Votre témoignage sera d'une grande utilité à tous et c'est toujours un plaisir que d'accueillir un véritable professionnel sur ce blog. Merci de votre participation.

      Supprimer
    2. bonsoir Auguste ,bon si j'ai tout compris le total poids atteint 5,6 kg,ce retex est très intéressantcompte tenu de la distance des tirs,heureux que vous vous en soyez sorti sans trop de douleur,ces circonstances sont très traumatisantes et aussi que vos agresseurs n'aient pas tiré plus haut ou plus bas,en tout cas merci encore et bonne chance

      Supprimer
    3. Bonjour à vous.
      retex intéressant d'Auguste, je serais intéressé de connaitre les marques (et éventuellement site ou lieu d'achat) des matériels utilisés par Auguste, si c'est possible , merci
      Cordialement
      Sgt-Highway.

      Supprimer
    4. Interessant commentaire pour ameliorer le materiel.. Merci

      Salut

      Michel
      www.baikrich-technology.com

      Supprimer
  21. Bonjour a toutes et a tous

    J'ai mis au point un materiel balistique low-cost pour la protection en general..

    J'envisage une production en France et Italie pour les marches Europeens

    mon website : www.baikrich-technology.com

    Salut

    Michel

    RépondreSupprimer
  22. est ce que Les siliciures, les borures et les sulfures sont utilzer en blindages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourquoi voulez-vous savoir cela.. Vous produisez ces materiaux ? ou simple curiosite pour en connaitre un peu plus sur ses applications en protection balistique.. Vous devez savoir que les Ceramiques ne servent a rien s'ils ne sont pas completes par un backing (support sur la face arriere)

      Donc on ne peut parler de plaque en ceramique (AL2O3 - SiC - B4C) mais bien d'un hybride Ceramique + backing (fibres aramides - UHMWPE - PTX - aluminium - acier - etc....

      Salut

      Michel

      Supprimer
  23. Beaucoup de lithetarure pour peu d'information, car a force de decrire on confond plus ceux qui ne connaissent pas grand chose a la protection balistique, mais qui y mettent leurs grains de sel en proportionnant des infos deja publiees et aussi en les deformants involontairement..

    En realite pour bien comprendre la protection balistique, il faut connaitre a fond la fabrication des munitions les composants, leurs capacites de deformation et aussi connaitre chaque composant de la protection balistique, car un materiel n'est pas egal a autre materiel..

    Il y a peu de specialistes qui reunissent les connaissances en materiels balistiques - fabrication de munitions et avec des connaissances profondes en balistique

    Enfin il ne faut pas limiter la protection balistique aux seuls gilets.. Le danger est plus ample

    A boon entendeur salut

    Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Riesling et fin du monde24 mai 2016 à 22:19

      Avec ton neoud pap' tu m'as l'air d'y connaitre autant dans la fabrication des munitions qu'en lithetarure !!

      Tu devrais plutôt te lancer en politique, t'as le niveau : "un materiel n'est pas egal a autre matériel";

      C'est remarquable, on dirait du françois bayrou...

      Supprimer
    2. Riesling tu es deja bourre , ou quoi !!!

      J'ai passe l'age de raconter des histoires a dormir debout, mais je sais encore faire le singe...

      si tu regardes mon profile sur Linkedln

      https://www.linkedin.com/in/baikrichtechnology

      tu veras que je sais de quoi je cause... comme concepteur en armes - munitions - blindage PTX - vision nocturnes Laser IR pour les comabts de nuit - silencieux... Alors arrete tes conneries et essaye de dire des choses coherentes, pour aider a ceux qui ne comprennnent pas bien la protection balistique

      Salut

      Michel

      Supprimer
    3. Riesling, des clochers pour uniques montagnes...25 mai 2016 à 07:44

      J'ai regardé, ouaip. Impressionnant en effet.
      Baikrich Technology Ltd - UK, ARMAF "Manufacture Liegeoise d'armes a feu"

      Aucune entrée dans un quelconque registre de commerce.

      Idem pour ta page de site internet : Pas d'adresse de siège social, pas de numéro siren/siret, pas de numéro TVA européen.

      M'est avis que tout ça c'est au mieux du manneken pisse. Je dis bien au mieux...

      Peut-être qu'en te mettant un neoud pap' rouge tu serais plus crédible...




      Supprimer
  24. Ne te preoccupe pas pour mes registres de commerce et N° de TVA je sais comment gerer mes entreprises qui sont hors U.E.

    Mais au lieu de faire le zouave, tu ferais mieux de te focaliser sur le theme survivre au caos, car tu demontres bien du nerviosisme face a une situation que tu ne controles pas et une preoccupation injustifiee pour des activites Prof. qui ne te concerne pas et/ou tu n'y comprends rien!! ...

    Respire profondemment, c'est une therapie de Joseph Breuer et cela fonctionne

    Fin de la discussion.

    Salut

    Michel

    RépondreSupprimer
  25. qu'en serait t'il des plaque en sandwich fermé c'est a dire ou les 2 plaque serait espacé de 1 cm par exemple maintenue ou souder donc avec un bord de 1 cm ,, puis remplie d'eau ( sans aucun bulle d'air qui serait compresser ( la bulle d'air ) laissant la possibilité a l'eau de bouger pour laisser la balle passer donc inefficace ) puisque l'eau est incompressible si la paroi est remlie d'eau la force sera transmis dans tout les direction contre l'acier , ou de fluide non newtonien qui durcie quand un objet le traverse vite , mais est fluide quand on rentre dedans lentement , le faite de le mettre en sandwich fermé sur les bord , et que le fluide na pas d'echapatoire pour bouger et que l'energie du pliage de la premier plaque sera transmie a tout les paroi bloquant l'eau , donc repartie plus efficacement , alord que de l'air se compresserait entre les parois , le plus dure serai de souder les plaque avec le liquide dedans , ou d'avoir des robinet ou des truc a visser pour faire rentrer l'eau dans les plaque genre avec une fermeture en submersion totale , car souder sous l'eau serait difficile , remplie les plaque d'eau a l'air libre pourrai laisser de l'air qui elle serait compressible , or la bal pour passer doit pousser l'eau , comme l'eau n'est pas compressible , l'eau doit pouvoir bouger , mais elle est emprisonner entre les plaques qui ne se plient pas facilement , c'est le principe , qu'en pensé vous ? y'a des testeur dans le coin ? jojo

    RépondreSupprimer
  26. Quel con tu fais, ... il faut voir cela dans l'abstrait, car le bottom line etait de savoir si l'eau se comportera comme un liquide ou un solide

    Tout le reste est off topic...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est très simple plongez a 10mètres et balancez une grenade 15 mètres plus loin et vous verrez si l'eau se comporte comme un solide ,pour avoir été grenadé en chasse sous marine par des gugusses a 50 mètres qui péchaient à l'explosif je peux vous dire que le résultat est un tympan et une énorme baffe sur l'ensemble du corps,pas drole du tout

      Supprimer
    2. loooooooooool, tu pourchassais crocodile dundee?

      Supprimer
    3. Bonjour Reinho,non chez moi y en a pas ,simplement des corbs et des sars pas trop profond et c'était il y a longtemps ,depuis la faune complètement détruite par cette saleté de dynamite a repris le dessus (environ 10ans sont nécessaires)

      Supprimer
    4. oui,j'en ai connu qui péchez à la grenade... voir même au fusil à pompe (nouvelle calédonie), vla les dégâts sur l'environnement

      Supprimer
  27. C'est pas le but de ma question... seulement considerer tout hermetique sans espace afin de voir si l'eau se comporte comme un solide ou un liquide ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les plaques se déformeront suffisamment pour laisser l'eau se déplacer.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas le but de mon commentaire, ne nous occupons pas des deformations, seulement de savoir si l'eau impacte par un projectile, se comportera comme un solide ou un liquedo.. Si l'on admet qu'il n'y a pas d'espace vide ... C'est cela l'objet de ma question

      Supprimer
    3. Donc question sans objet.
      Si tu ne tiens pas compte des déformations tu peux supposer absolument n'importe quoi. La différence entre solide, liquide et gaz, c'est la façon dont ils se déforment.

      Supprimer
    4. Ma parole... tous bouches.. La question etait de savoir si 'eau .. Oui l'eau se comportera comme un liquide ou un solide lorsque
      le projectile touchera l'eau, mais ici comme personne ne possede de formation en balistique ni en physique.. on vient avec des commentaires off topic... Fin du theme

      A bon entendeur salut

      Michel

      Supprimer
    5. Alors, non seulement, en plus d'être arrogant, tu es totalement incompétent. Et comme ça ne suffit pas, tu es aussi insultant.
      J'ai déjà perdu assez de temps à essayer de te faire comprendre que ta question est stupide, démerde toi.

      Supprimer
    6. tu te sent bien bien, il s'agit d'un simple excercice physique et toi tu viens avec ta susceptibilite au premier degre .. alors que le but est seulement de savoir quel sera le comportement de l'eau dans ce cas de figure...

      Alors ne cherche pas des excusas en invoquant aussi le temps perdu...

      Si t'es pas interresse alors fais fi de mes commentaires et ainsi tu pourras controler ta Nevrose d'angoisse...

      Si tu crois que rencontrwer des solutions se fait uniquement sans provocation, pour augmenter la concentration a trouver des solutions.. tu es a cote de la plaque... Cest dans la confrontation que se genere de nouvelles idees et pas avec tes mots qui fixent et congelent tout... essaye d'etre un peu plus creatif lorsque tu veux imposer ta vue

      Salut

      Michel

      Supprimer
    7. Si tu veux que l'eau se comporte comme un solide il te reste la solution de la congélation.
      Yves

      Supprimer
    8. Et en plus de la psychanalyse à deux balles!
      Je dois bien reconnaitre que Riesling t'avait cerné dès le début.
      Et rassure-toi, mon boulot consiste depuis de nombreuses années à trouver des solutions à des problèmes apparemment insolubles, ce n'est donc pas toi qui pourras me donner des leçons dans ce domaine.
      Je te laisse à tes rêves de grandeur mon petit.
      Je te fais un gros bisous, comme à mes petits-enfants à l'époque lointaine où je les portais dans leur lit.

      Supprimer
    9. Je pense que tu n'as rien compris du tout, je ne cherche pas a une solution a un probleme insoluble, et je ne chercha pas a donner des lecons a quiconque, .. seulement je posais la questionde savoir quel comportement pourrait tenir un liquide a etre impacte si on admet que le liquide se peut bouger pour manque d'espace .. Essaye un peu de voir les choses autrement

      Fais fi des mouvements etc.. et tu veras que tu pourras comprendre

      "If at first the idea is not absurd, there is no hope for it" Albert Einstein.

      Merci pour le gros bisous

      Michel

      Supprimer
    10. Anonyme, merci c'est une idee, mais je ne cherche pas asolidifier l'eau.. seulement savoir comment dans l'absolu un corp solide pourait penetrer sans un liquide si ce liquide est enferme dans une chambre sans espace vide.. Comment le projectile pourra alors penetrer le liquide...Qui restera liquide ou qui se comportera comme un solide Et pour cela il n'y a pas lieu a des batailles verbales ni donner des lecons...c'est pas le but..

      Francois ne te laisse pas aller a de mauvaises pensees, tu t'enerves pour rien

      Supprimer
    11. je suppose (avec ce que j'ai pût voir / apprendre, pas de par des qualifications etc...) que cela dépend surtout de l'énergie du projectile, de sa composition ( plus dure que l'enveloppe qui contient l'eau, ou pas), de la composition de l'enveloppe qui contient l'eau, et des points de faiblesse de cette dernière...

      -une ogive très dure avec suffisamment d'énergie, impactant un contenant "moins dur", pourra probablement perforer cette dernière, mais l'eau étant incompressible, avant que l'ogive pénètre vraiment, la pression fera d'abord céder le métal (déchiré / fissuré) au tour de l'impact, soit ce seront les points faibles qui céderont ( soudures et autres ).
      Tout cela en quelques dixièmes de secondes ( comment réagira l'ogive dans ce court laps de temps où elle ne peux avancer tant que quelque chose n'a pas cédé...).

      - une ogive en plomb impactant (par ex.) une bonne épaisseur d'inox, avec beaucoup d'énergie ( on trouve assez de vidéos où l'on peux voir le plomb se comporter comme s'il se liquéfiait - chaleur et / ou pression?-) déformera peut-être / probablement un peu le point d'impact, mais l'énergie sera transmise sans trouer l'enveloppe ( sauf si défaut, vraiment grosse faiblesse -je part du principe que si on fait un truc comme ça, on tâche de le faire bien...-.

      Peut-être est-ce un option pour blinder un véhicule, une position, mais je ne vois pas ça pour du "personnel". Et si je devais me retrouver avec des "hostiles" équipé de ça, je me dis qu'il y a deux options: soit avoir des ogives assez dure et assez "puissante" ( pour déchirer / exploser l'enveloppe), soit avoir une ogive assez lourde & puissante pour que le choc soit assez fort pour que l'énergie transmise ait un effet sur le bonhomme derrière.

      A moins d'avoir un "labo" et tout les instruments de mesures nécessaires, et les moyens en temps et argent pour faire des tests, on ne peux que faire des suppositions, tirer des plans sur la comète...

      Dans le même acabit des trucs pas très réaliste, je trouve qu'une plaque se comportant comme un vérin serait plus efficace ( et bien plus difficile a faire^^)... ;)

      P.S.: vous dites << Michel26 juillet 2016 à 20:23
      C'est pas le but de ma question... seulement considerer tout hermetique sans espace afin de voir si l'eau se comporte comme un solide ou un liquide ... >> , mais même en survolant plusieurs fois, je ne retrouve pas cette "fameuse" question a priori originelle, pourriez-vous m'éclairer?^^

      P.S.2: s'il n'y pas perforation / éclatement / déchirure, il peut / y aura déformation déformation de l'ensemble de l'enveloppe (si énergie suffisante)...

      Supprimer
    12. Bonjour Brad,

      Merci pour vos commentaires qui vont dans la direction du questionnement. Il faut faire en ce moment abstraction de la composition de l'ogive, seulement disons une ogive dure... mais comment elle pourra s'ouvrir un espace dans l'eau incompressible. A partir d'ici on doit commencer a imaginer certaines hypothèses de comportement

      Il n'est pas question de transposer cela pour la protection d'un véhicule, car il s'agit d'un simple petit jeu mental qui ensuite pourra éventuellement ouvrir un débat plus general sur la protection balistique avec les différentes matières disponibles

      Cordialement

      Michel
      https://aq.linkedin.com/in/baikrichtechnology

      Supprimer
  28. bonjour à tous
    petite contribution personnel, gilet par balle c'est comme son nom l'indique un gilet qui peut être tactique ou nom. un porte plaque c'est a partir de 350gr (vide bien évidement) et a moduler comme vous voudrez. on est bien loin de la frag que je portait en Afghanistan, pour ma part j'ai opté pour la vélocité (j’étais chef d’équipe appuis direct dans les alpins) donc porte plaque et deux stand alone mais une seul dans le gilet, la seconde est dans le sac (j'agirais surement differament en cas de groupe constitué pour d’éventuel assaut d’intérêt commun, je n'utilise pas de brelage mais juste un ceinturon et 4 sacoches pouvant contenir 25 cartouches 12 chacune pour les assaut et la progression en ville et terrain non dégagé, sinon 308 win mais dans se cas plus de porte plaque ni de ceinture juste mon sac et sa plaque stand alone que je pourrait utilisé comme bouclier que se soit en déplacement ou en poste
    la configuration balistique de chacun doit ètre un choix reflechi et personnel, pour la famille une plaque stand alone dans chaque sac qui a été doublé coté dos par un tapis de sol de camping haut de gamme qui fait aussi l'armature du sac et matelas bien sur quand faut se reposer... bien a vous
    john

    RépondreSupprimer
  29. John le tout est de savoir quelles sont les menaces, c'est a dire contre quels calibres et type de projectiles tes plastrons (plaques en standalone) sont concus. Car c'est tres different detenir des projectiles d'armes de poings et de fusils,

    A+

    Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est des III+ elles arête le 7.62 mais pas le 30.06 moins courant. mon sac me parait efficace, sa tire, tu court si tu peu pas te poster, tu est donc de dos, une stand alone en niveau III+ c'est 2kg et moins de 200€, peut aussi êtres porté en bouclier pour protéger ou extraire un blesser, je pense me fabriquer mes plaques pour les faire sur mesure a mon sac qui fait 50cm de haut par 30 de large mais très près du dos, la protection serait presque doublé en surface, le format normal: 25x30 cm c'est la bonne taille pour des sac enfants, le calibre qui m'inquiète c'est le 7.62 au dessus c'est rare et chère, avec ces plaque on est normalement tranquille.

      Supprimer
    2. III+ de quelle norme ???

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.