2 juillet 2018

L'évacuation (1) : considérations pratiques

Nous débutons cette semaine une série d'articles consacrés à l'évacuation. Dans ce premier volet, nous allons nous concentrer sur certaines considérations pratiques qui en découlent.

Nous passerons en revue les différentes composantes qui pourrait faire d'une telle stratégie une réussite, ou bien un échec.

Le débat fait rage dans le milieu survivaliste. Cet article n'a pas pour prétention d'apporter une réponse définitive, mais d'ajouter ou d'éclaircir quelques concepts qui vous permettront de faire un meilleur choix le moment venu, en fonction des circonstances...



A moins de n'avoir aucune autre possibilité pour échapper à un péril imminent tel qu'une pandémie, une attaque chimique ou bactériologique, ou encore un désordre civil de grande envergure, alors vous ne devriez considérer l'évacuation qu'à la double condition d'avoir un endroit sûr où aller et de ne plus être en mesure de défendre votre lieu de vie habituel.

Le fait d'évacuer sans raison majeure, éventuellement sans rien de plus qu'une tente et un sac à dos pour partir dans la forêt comme des millions d'autres, vous laisserait sans abri et en grand danger. Vous n'auriez probablement pas assez de réserves, à moins d'avoir prévu à l'avance la possibilité de vous réapprovisionner en aménageant et entretenant des caches, et emporté un chariot pour transporter leur contenu une fois mises à jour.

Vous ne serez pas capable de vivre dans la nature, et votre niveau de sécurité, à moins de trouver un trou pour vous cacher, serait probablement bien pire.

Tout dépendra en fait de la situation. Gardez à l'esprit que tous les désespérés qui ne se sont pas préparés voudront évacuer, aussi loin que leur réserve en essence leur permettra, le long des axes de communication les plus évidents. Ces gens-là vont devenir de véritables périls mobiles. Le danger ne sera pas seulement dans votre ancien voisinage, mais dans tous les lieux et campements où la foule sera en mesure de se rendre. Il y a de grandes chances pour que vous soyez confronté sur ces routes d'évacuation aux mêmes risques de banditisme, d'embuscade, de vol, de viol et de meurtre que là où vous vivez.

Avant de quitter son lieu de vie, il conviendra donc de mettre en balance les risques de pillage et d'attaques, avec une éventuelle coalition des habitants du voisinage qui aurait un intérêt commun à le défendre. Parce que le fait que le danger existe aux alentours immédiats de sa maison ne signifie pas forcément qu'on serait incapable d'y faire face, ni que la situation serait meilleure ailleurs...


Le timing


Si vous avez choisi d'évacuer, tout n'est pas résolu pour autant ; il reste à déterminer le bon moment pour le faire. Si vous vivez à l'année dans une retraite aménagée, alors la question ne se pose pas. Mais si votre plan consiste à battre la campagne pour y arriver suffisamment tôt, alors vous devrez garder un œil sur la situation de manière à être en mesure de prendre une telle décision.

Suivant la nature des événements, vous pouvez miser sur divers niveaux d'avertissements. Pour ce qui est d'un effondrement financier, vous pourriez convenir de signes déclencheurs, comme nous l'avons déjà évoqué dans un article précédent, susceptibles de provoquer le départ vers votre base de repli. S'il s'agit d'un événement soudain, et même à supposer que tous vos équipements soient prêts à être embarqués, alors vous pourriez ne pas être capable d'éviter la cohue. Parce qu'il est probable que même les foules non préparées choisiront aussi de partir sans attendre.

Le problème dans ce cas-là, est qu'une évacuation de masse va bloquer toutes les routes, les principales comme les secondaires. Une fois que les réserves de carburant seront épuisées, les véhicules vont rester bloqués en travers du passage, avec leurs occupants à l'intérieur ou tout autour. Le nombre d'accidents et d'accrochages dus à la précipitation et au stress va grimper en flèche. Dès lors, il ne faudra pas attendre longtemps pour que les désordres civils apparaissent.

Il sera donc bien question de timing et du moment de décider quand évacuer. Si vous n'êtes pas en mesure de prendre la foule de vitesse, alors il vaudrait peut-être mieux attendre. Vous retrouver coincé dans des embouteillages monstres, au milieu de gens non préparés et possiblement armés, vous mettrait vous et votre famille dans une situation extrêmement périlleuse.



Le choix de l'itinéraire


Le choix d'un itinéraire est en relation directe avec le timing. Si vous disposez d'un lieu de repli alternatif où aller en cas de chaos, alors vous devriez soigneusement prévoir et préparer un itinéraire jusqu'à ce lieu qui emprunte les routes secondaires et chemins de traverse. Gardez à l'esprit que beaucoup de gens qui se retrouveront coincés dans le trafic essaieront eux aussi de trouver des routes alternatives. S'ils ne les ont pas étudiées dans le détail, comme vous l'aurez fait à l'avance, alors il est probable qu'ils se trouvent en dehors des petites routes de campagne qui vous mèneront à votre lieu de retraite.

Ce lieu devrait bien évidemment se trouver dans un endroit suffisamment reculé de manière à ce que peu de gens aient l'idée de s'y rendre. Si vous décidez d'attendre jusqu'à ce que le gros de la cohue soit passé, les routes pourraient être moins encombrées, mais elles n'en seront pas moins bloquées par des véhicules en panne ou abandonnés. Et il est probable que la criminalité y soit déjà présente. Choisissez autant que possible des routes qui croisent les grands axes d'évacuation plutôt que leurs parallèles.


La localisation


Une base de repli ne devrait pas être trop éloignée de manière à ce qu'on puisse légitimement espérer la rejoindre en cas d'urgence. Évitez d'avoir à traverser le pays entier, mais gardez-la relativement proche, dans un rayon de 50 à 70 km au maximum, voire plus près. N'allez pas dans des endroits évidents tels que les parcs nationaux, forêts domaniales ou autres situés aux abords immédiats de grands centres urbains.

Dans l'idéal, votre base de repli ou BAD sera celle que vous aurez prévue et préparée. Si au pire vous ne pouvez la rejoindre, alors choisissez un endroit en chemin quelque peu isolé et difficile à trouver, mais tout de même défendable, dans une zone à faible densité de population.

Procédez à une évaluation sur carte, suivie par une reconnaissance sur le terrain, et recherchez des endroits tels que les petits bois ou les zones forestières qui seront probablement contournés par la foule lorsqu'elle s'en ira. Privilégiez les petites poches de terrain qui sont à l'écart des lignes de communication sur lesquelles les gens se vont se déplacer. Dans l'idéal, après avoir déterminé la meilleure route d'évacuation, vous devriez non seulement parcourir celle-ci pour en assimiler tous les détails, mais également tous les chemins et les voies qui en partent, de manière à savoir où vous poser s'il fallait faire une ou plusieurs escales imprévues.

Si vous avez décidé d'évacuer quelles que soient les circonstances, l'idéal serait d'acheter une terre à l'avance pour la transformer en BAD et d'y aménager une structure (éventuellement souterraine) ainsi que des caches. Le pire des cas serait d'avoir à vous arrêter et camper en cours de route, mais si vous avez mené des reconnaissances préalables et que les lieux vous sont familiers, alors vous aurez de meilleures chances.



L'accès & la dissimulation


Si vous avez à évacuer vers un lieu de vie alternatif, essayez de cacher ce lieu de la vue des autres. Faites le paraître comme hostile, ou mieux, comme s'il n'existait pas. Pour vous aider dans votre choix, essayez de combiner le maximum des critères suivants :
  • Suffisamment éloigné de toute voie de communication,
  • Dissimulé de la vue et de l'observation,
  • Offrant des couverts en cas de tirs ennemis,
  • Offrant une possibilité d'observation d'une éventuelle approche hostile.

A moins que vous soyez un groupe numériquement important et stratégiquement paré pour se défendre, il vaut mieux ne pas apparaître comme une place forte évidente à la vue des pillards. Assurez-vous que tous les dispositifs de défense que vous aurez installés se trouvent suffisamment en retrait et cachés depuis la route.

Pensez à faire en sorte que votre lieu de vie paraisse négligé et non accueillant, mais sans aller jusqu'au point de le faire ressembler à une potentielle retraite idyllique par le premier groupe qui passe ! Utilisez votre imagination. Si vous avez décidé d'évacuer pour aller camper quelque part, parce que votre lieu de résidence est devenu intenable pour une raison quelconque, alors vous devrez être le mieux caché possible. Choisissez un endroit comme une zone boisée qui ne soit pas une forêt ou un parc national. Trouvez une petite route d'accès peu fréquentée et camouflez vos traces de sortie. Garez tous les véhicules à l'écart de la voie de passage et placez le camp quelque part dans les bois caché par la végétation ou le terrain.

Rappelez-vous que partout se trouvent des locaux, c'est-à-dire des gens qui vivent sur place, même (et surtout) dans les zones boisées. Assurez-vous de ne pas emménager dans une zone où votre présence serait perçue comme hostile, et ne vous installez pas sur un terrain privé, ou du moins, portant des signes visibles d'occupation ou d'entretien.


Le nombre


Quel que soit l'endroit où vous projetiez de rester, qu'il s'agisse de votre quartier, votre BAD, votre maison de vacances, votre cabane ou votre tente dans les bois, il va falloir mettre en balance l'avantage qui se trouve dans le nombre par rapport aux ressources disponibles. En plus, se réunir avec d'autres après un événement peut être risqué (à qui faire confiance, qui inclure/exclure, comment gérer, etc.). Il ne faut pas en arriver au point de devenir soi-même une partie du problème que l'on veut justement éviter, à savoir la grande masse des réfugiés. À l'inverse, une famille monoparentale aura du mal à survivre tout en assurant une surveillance et une défense adéquates. Elle sera vulnérable à la fatigue, avec le risque d'être surprise et dépassée.

Cela nous ramène aux préparatifs en temps de paix : il est logique de s'organiser comme un groupe avant l'événement, un nombre décent de personnes de confiance qui peuvent se prendre en charge collectivement. C'est l'essence même de la préparation survivaliste. Mais il y a des problèmes accessoires à prendre en considération : qui reste dans la BAD où s'y rend avec vous ? Qui voudra y amener leur fille/petit ami, ses meilleurs copains, la grand-mère et autres ? Où tracez-vous la ligne de démarcation ? Décidez d'un plan et du nombre de personnes à y inclure, mais tracez la ligne quelque part.

Est-ce que votre adolescent a une/un petit ami dont il est très proche et voudra-t-il la/le quitter quand les lumières vont s'éteindre ? Serez-vous prêt à les inclure, peut-être aussi parce qu'ils pourraient bénéficier au groupe ? Mais qu'en est-il de leurs parents - vont-ils laisser partir leur enfant, voudront-ils faire partie du plan eux aussi, et sont-ils des gens aptes à intégrer votre équipe ? Toutes ces questions devront être examinées à l'avance, de manière à faciliter la prise de décision le moment venu.



Les véhicules


Il ne s'agit pas de discuter ici du véhicule idéal ou le mieux adapté pour une évacuation. Le fait est que la plupart des gens n'auront pas d'autre moyen de locomotion que celui qu'ils possèdent lorsque les choses vont tourner au vinaigre. Cela dit, il serait toujours utile d'avoir un véhicule suffisamment puissant pour charrier de lourdes charges, assez grand pour loger les gens et les équipements dont vous aurez besoin, et qui puisse éventuellement servir de bélier contre ceux qui se trouveraient en travers de la route. A ce titre, une remorque serait probablement très utile. Un tel accessoire réduit la mobilité d'un véhicule, mais pourrait s'avérer nécessaire pour porter les équipements et les réserves dans le cas ils n'auraient pas pu être acheminés au préalable vers le point de retraite. D'un autre côté, une remorque rend les manœuvres pour rebrousser chemin très peu pratiques.

Un moyen pour réduire ces inconvénients serait de prendre plus de véhicules, à condition d'avoir suffisamment de chauffeurs sous la main, de manière à pouvoir emporter plus de choses. Cela donnerait aussi d'autres options au cas où l'un d'eux tombe en panne. Les pick-up sont très pratiques pour le transport des équipements, mais des monospace ou des fourgonnettes pourraient être encore mieux !

Un monospace, une fois les sièges arrières rabattus, offre un espace important pour le fret qui est non seulement abrité, mais qui en plus n'est pas particulièrement repérable. L'idéal serait bien entendu qu'un tel véhicule soit aussi tout-terrain, tout en restant le plus "low profile" possible.

Le nombre de véhicules et de personnels qui constitueront le convoi aura aussi un effet sur le potentiel tactique. On peut considérer qu'un seul véhicule ne permettrait d'emporter qu'un nombre extrêmement limité de personnes et d'équipements, tout en ne laissant aucune autre alternative. Si vous avez la chance dans votre famille de posséder deux véhicules, alors prévoyez systématiquement de les prendre tous les deux. Si vous avez la possibilité d'ajouter un véhicule supplémentaire et de disposer d'un chauffeur + un personnel de défense à l'intérieur de chaque, alors n'hésitez pas ! Cela vous permettra de :
  1. Disperser le personnel et donc limiter les pertes en cas de destruction d'un véhicule,
  2. Augmenter les possibilités au cas où l'un des véhicules vienne à casser,
  3. Accroître les options tactiques,
  4. Augmenter la capacité de portage, sans avoir éventuellement à utiliser de remorque, ce qui favoriserait la mobilité.
Le Marauder SUV d'Afrique du Sud : 10 tonnes à vide...


Les équipements


Il ne rentre pas dans le cadre de cet article de traiter du matériel de préparation au grand complet (c'est-à-dire la liste des listes) dans un scénario post-apocalypse. Dans le meilleur des cas, vous aurez acquis les équipements et les réserves nécessaires pour survivre dans votre lieu de prédilection. Si vous ne l'avez pas fait ou si vos préparatifs n'en sont encore qu'à leurs débuts, vous devriez au moins vous concentrer sur les bases suivantes pour vous permettre de survivre, avant de prendre toutes les mesures appropriées pour vous assurer la sécurité, le logement, la nourriture et l'eau. Le but est d'être prêt pour un "raid camping" de grande envergure, tout en étant armé, avec en plus des méchants à vos trousses...
  • Armes appropriées pour l'auto-défense tactique.
  • Munitions. On ne pourra jamais en avoir assez...
  • Equipement de transport de charge pour les armes, les munitions et l'équipement (brelages, gilets tactiques).
  • Des vêtements et des chaussures appropriés.
  • Sac à dos et sac de transport.
  • Matériel de camping : abri, cuisine, sommeil.
  • Véhicules, carburant de secours (traité avec un stabilisateur), roues de secours.
  • Nourriture: autant que vous pourrez stocker et déplacer si nécessaire.
  • Eau : idem.
  • Produits chimiques et équipements de purification de l'eau.
  • Kit médical et médicaments sur ordonnance.
  • Kit de traumatologie.
  • Articles de santé et d'hygiène : couches et lingettes pour bébés. Désinfectant pour les mains. Baume à lèvres. collyre. Articles d'hygiène féminine.
  • Répulsifs et autres produits chimiques pour éloigner les insectes.
  • Antibiotiques naturels ou chimiques.
  • Matériel de navigation, cartes / boussole.
  • Masques / respirateurs N95. Gants jetables.
  • Documents légaux : passeports, pièces d'identité, certificats de naissance, certificats des hypothèque, etc.
  • Argent comptant / métaux précieux.
  • Outils : machette, hache, couteaux, pelle, pioche, scie (tronçonneuse si possible), etc.
  • Trousse à outils pour bricoleur. Des outils d'effraction (pieds de biche, barre-levier).
  • Paracorde, Duck Tape, ruban adhésif.
  • Lampes de poche.
  • Piles de rechange.
  • Bougies.
  • Briquets jetables.
  • Articles à troquer.
  • Des articles pour le moral, comme de la musique, des livres, des jeux.
  • Tout ce dont vous pensez avoir besoin et que vous pourriez avoir à la maison, à votre lieu de retraite, ou à prendre avec vous.
  • Tout le matériel utile pour développer les compétences qui seront utiles après-chaos, comme la construction ou la réparation de choses...

Il est une constante chez les survivalistes de s'inquiéter en premier des équipements. Cependant, l'itinéraire d'évacuation est un point capital, en particulier si l'on a opté pour cette stratégie. Sa détermination ainsi que son étude doivent faire l'objet du plus grand soin, aussi aborderons-nous ce thème dans le prochain article...

105 commentaires:

  1. Merci pour cette article pierre.
    Opté si possible pour un véhicule sans Electroniques, genre vieux landrover, veille jeep, view landcruiser ou autres en cas d'EMP ou autres et surtout virer les GPS et autres balises le moments venu si vous avez un véhicule récent.

    Je profite de cette occasion pur un HS mais de taille. Comme chacun a pu le remarquer PRÉPARER vous... car une nouvelle fois on nous désarme encore un peu plus et au lieu de s'en prendre à la racaille terroriste et autre malfrat du banditisme on tape sur les honnêtes gens...
    pour ceux que ça intéressent..
    groupe sur FB
    union des possesseurs d'armes contre le 2018-542
    adieux les pompes de plus de 2 coups en c
    peut etre une solution de remplacement : les 12 en levier sous garde toujours en c si canon de plus 60 cm
    le reste c'est débile
    chargeur max 10 coups pour les semi auto percussion centrale
    on va vers l'interdiction pur et simple des mp5, scorpio, vz etc
    bref c'est du grand n'importe quoi d'autant que les media disent que c'est une transposition de la Loi européenne .. alors qu'en Tchéquie par ex mais aussi d'autres pays de l'est ce ne sera surement pas transposé.. (port d'arme toujours légale la bas)..
    c'est important de signaler cette loi qui n'est qu'un début.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord sur tout F43 sky.Je rajouterais qu'il faut repérer l'itinéraire sur le terrain; pour le reste on désarme tout le monde ou pas j'en sais rien.
      C'est pas rassurant,mais une législation trop permissive n'est pas rassurante non plus....On voit le caractère pointilleux de ces braves gens.Mais si la situation dégénère que feront-ils?Ils vont envoyer le GIGN chez chaque propriétaire d'arme en pleine guerre civile?Au risque que ce dernier soit parti de chez lui.
      Dans ce qui est dispo il reste de quoi pratiquer notre sport de loisir et pour le reste:qui vivra verra.
      Mais sur le principe je suis d'accord encore une parole trahie,par une hyper inflation législative avec effet rétroactif.Les députés devraient faire gaffe à ça parce qu'un jour l'effet rétroactif pourrait bien toucher également leurs activités.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  2. bonjour à vous, F43 sky, en accord total sur l'électronique à tout va, il suffit de simplement regarder, les ravages d'un modernisme sois disant qui est là pour vous aider? Par Wishnou ! c'est la prison dorée offerte , mais toujours payante ,et oui la majorité de ces personnes y croient hélas.Ah, les belles pubs vantant la liberté par les connections(je suis sur que ces enfoirés se tapent sur le ventre ) Big brother est là.Oui si possible un véhicule le préparer le mieu possible,bien évidement .son ou ses petits bien repérer, pour moi au moins deux possibilité, avec le nécessaire, en partie si possible égales .SI on doit bouger ,,c'est pouvoir avoir le minimum d'un coté comme de l'autre.Etre armé à chacun de voir, avec ses moyens, mais ne pas oublier connaitre à fond le fonctionnement etc, etc, pour revenir sur ces promenades forcées, c'est difficile, pour tout le monde ,et c'est là que la différence jouera, famille , enfants en très bas ages, ados frustrés ,hystérie, mais la vraie, enfin l’arrêt de toutes ces bonnes choses qui ont enchaîne leurs esprits vénal.Oui Mr Templar Les grandes lignes que vous donnez, effectivement devraient tenir en haleine bien des individus et ouvrir la portes aux bonnes décisions.Quand à l'armement, je ne traînerai pas sur le sujet Mr Templar nous a déjà ouvert les portes du débat.Nous verrons ce jour la, si il arrive qui seront les moutons pour l’abattoir, les charognards de toutes sortes et j'en passe,encore une fois quelle est la meilleur sortie.Avec de gosses, femmes en général out ,plus de confort ,face à la réalité .Nos vieux , nos fous , nos prisonniers, nos malades etc etc.Je me pose la question suivante, avec le max de précautions de prévisions,comment vais-je faire pour ne pas avoir de regrets et tout autres fléaux psychiques? Essayer de tenir le cap dans un fatras monumental,c'est....Ce blog comme je l'ai déjà dit Super Ok. A chaque fois je remet en question mes acquis ,bonne journée à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promenade forcée Dreamer?Imaginons que l'événement générateur ait lieu au mois d'août;La plus part des fonctionnaires sont en vacances et déjà partis comme peut être certains d'entre nous.Que fait on?La population a quitté les grandes agglomérations et se retrouve coincée dans des cités balnéaires.Une seule route mène à la côte.
      On réfléchit toujours comme si on a allait être prévenus à l'avance.Pourtant on voit bien que lorsqu'il y a des émeutes(d'une manière concertée ou non) elles ne concernent jamais qu'un seul endroit.On peut donc imaginer que des raffineries soient attaquées simultanément créant une pénurie de carburant et un début de panique en plein été.Faute de forces de l'ordre en nombre suffisant le phénomène s'amplifie jusqu'à devenir catastrophe.
      Notre société est malade de ses transports;et c'est sa grande faiblesse.La politique de flux tendus a limité les stocks.Les réserves sont minimales de sorte qu'on voit bien que ni une station balnéaire ni de skis(si l'événement a lieu en hiver),n'ont la capacité de faire face à une dizaine de jours d'interruption d'approvisionnement.
      Suivant cette configuration paradoxalement la sécurité se trouverait dans l'hyper centre urbain et prendre la route ne rajouterait que de la confusion.
      Il est nécessaire que le plan d'évacuation ou autre englobe la totalité des activités.Comment revenir de son lieu de travail?Comment choisir le ou les magasins où on fait ses courses?Comment mettre sa famille à l'abri?Tout en sachant que l'on risque de n'avoir que le contenu de nos poches.
      En fait nous sommes conviés à un jeu dont on maîtrise pas les règles(qui d'ailleurs changent)et qui serait obligatoire.
      Par contre jusqu'à présent on n'a eu jamais l'initiative de l'action.
      Même la chute d'un moineau est réglée par la providence.Si ce n'est pas pour maintenant, pourtant mon heure viendra.Le tout est d'y être prêt.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    2. L'évacuation est une foutaise.

      Ceux qui ont vécu un ou plusieurs déménagement en temps de paix le savent. On a vite fait d'avoir plusieurs tonnes de biens dans un clapier d'hlm ou un appart. Et je ne parle pas de ceux qui vivent dans une maison. Et plusieurs tonnes cela commence à deux !!Ne rêvez pas !! Soit vous déménagez aujourd'hui,  soit vous bunkerisez votre logement.

      Aujourd'hui,  parcequ'un déménagement ORDINAIRE c'est deja au minimum plusieurs semaines de préparation et encore plusieurs semaines de réorganisation une fois réinstallé et on perd toujours des trucs..Un déménagement normal se fait en un voyage avec un camion et des professionnels. Voila plus de dix ans que mon évacuation en temps de paix s'est faite vers une ruine au milieu des bois et mon installation n'est toujours pas finie !!  Alors quand on parle d'évacuation en temps de crise je dit : SUICIDE  pour le plus grand profit des braconniers en tout genre.

      21000dijon

      Supprimer
    3. Tu as raison, Dijon. Mais je crois que nous avons encore tous le temps. Avant qu'une Toussaint rouge ne nous crache au visage, il se passera encore du temps, beaucoup plus que les alarmistes ne l'affirment. Suffisamment en tous les cas pour permettre à tous ceux qui disposent d'un minimum de biens à liquider (quitte à vendre à perte leur maison ou appartement actuel) mais disposé dans un endroit fortement déconseillé. A chacun de trouver sa BAD, ou son amorce. Là aussi, il y aura encore du temps pour l'aménager, affiner encore ses connaissances et développer des liens.

      Quant à une crise financière majeure comme détonateur du chaos, je n'y crois pas. Jamais la France ni aucun pays européen ne sera mis dans l'état où les alliés ont conduit le peuple allemand à la ruine après la première guerre mondiale, où il fallait disposer d'un milliard de marks pour acheter une baguette de pain, où les enfants allaient chercher pour la famille la nourriture dans les poubelles, où des professeurs d'université mangeaient souvent à la soupe populaire, où même à Düsseldorf un charcutier assassinait des gens pour les convertir en saucisses...
      La crise de 2008 n'a affecté véritablement que quelques dizaines de milliers de personnes. J'en ai fait partie, et j'ai perdu ma maison... Pas de quoi remuer l'égoïsme des masses. Une vraie crise désastreuse, ce serait si plus aucun salaire (du privé comme de la fonction publique, armée et police comprise), ni retraite, ni aide sociale, ni remboursement de sécurité sociale ou d'assurance, ni aucun retrait par carte auprès des distributeurs, ni aucune subvention ne fonctionnaient ou ne soient distribués. Que le tourisme cesse en France. Et que les banques bloquent tous les comptes. Que plus aucun locataire ne puisse régler son loyer, ni aucun propriétaire sous emprunt rembourser sa dette. Que les transports cessent et que les magasins ne soient plus achalandés, pour une longue durée. Là, on aurait une vraie crise financière ! Et une révolution. Pas avant.

      Personne

      Supprimer
    4. C'est la finance et les banquiers la cause de toutes les guerres. Aussi loin qu'on puisse remonter au cours des siècles exceptés l'Égypte des pharaons. La terre appartenait à pharaon ainsi que les récoltes et il devait nourrir ses sujets. Les grains étaient stockés en silo et servait de monnaie. On en parle rarement cela pourrait donner de mauvaises idées aux peuples .

      21000dijon

      Supprimer
    5. "Jamais la France ni aucun pays européen...[...]" il ne faut pas dire jamais...l'histoire nous l'a montré. Rome, empire ottoman, perces, Egypte, mayas, empire du soleil levant, dynastie de chine, grèce................
      De nos jours, le chaos s’installera bien avant que nos salaires ne soient plus versé car nous sommes a l'heure du TOUT connecté et donc tout va plus vite TOUT y compris une crise si crise il y a.
      Un magasin ne dispose que de 3 jours de réserve "en temps normale" si panique, en 1 journée il n'y a plus rien et quand les magasins sont vides... le chaos commence...il est déjà trop tard. C'est aussi simple que ça.

      une simple erreur d'alerte declanche des emeutes
      https://www.yahoo.com/news/oregon-official-apologizes-cryptic-emergency-alert-184047145.html

      Si toute les révolutions (ou les chaos) étaient a vous entendre aussi prévisible il n'y en aurait jamais eu.

      Nous ne verrons pas arrivé le chaos parce qu’il existe déjà et que nous y sommes habitués c'est une simple question d'intensité, de durée et de vitesse de propagation. Et puis etre survivaliste ce n'est pas (que) emmagasiner une tonne de nourriture et d'armes en disant "j'ai tout prévue"

      c'est savoir qu'a tout moment ou qu'on soit, on peut etre amener a quitter le confort et se retrouver dans une jungle si ce n'est amazonienne alors humaine dépourvue de tout c'est alors que commence la survie avec ce que tu as sur toi et ce que tu pourras ensuite te procurer. c'est avant tout un état d'esprits et des réflexes a développer.

      24:38"Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants,...[...] 39 et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous: "

      l'histoire de l'homme et des civilisations n'est qu'un éternelle recommencement parce qu’on ne tire jamais les leçons du passés....on les observes en disant ces chose ne peuvent pas (plus) nous arriver. c'est cela que ça veut dire et rien d'autre.

      Supprimer
    6. Personne je trouve ton analyse économique désopilante.
      BFM sort du corps de Personne!!!
      Regarde la monnaie de la Turquie,de l'Algérie,de l'Inde, de l'Argentine,du Vénézuéla,de la Chine: un vrai jeu de dominos.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    7. Je te remercie de ta sollicitude Yorick mais je ne regarde pas bfm. Je veux bien croire que tu puisses m'apprendre à cultiver les salades, élever un poulailler. Mais certainement pas me donner des leçons d'histoire. Quant aux illuminés des scénarios à la walking dead, qu'ils rassurent leur potager : les zombies ne sont pas végétariens ! Ça fait tout de même du bien de savoir que les tomates seront épargnées :)))

      Personne

      Supprimer
  3. Pour le carburant de réserve (si, si, je vais oser revenir sur ce sujet sur lequel J'avais déjà proposé un article qui a été publié), je pense qu'il faut raisonner à 2 niveaux :
    1-on peut garder une réserve "à court terme". quelques pleins d'avance qu'on va chercher en bidons et qu'on garde sans additif. C'est un peu galère de faire systématiquement le plein du véhicule avec des jerrycans avant d'aller les remplir à la station mais ça permet d'avoir toujours du carburant frais pour l'évacuation en plus de celui dans le véhicule. Et ça ne coûte pas plus cher. Il faut faire tourner régulièrement ce stock (3 mois pour l'essence, 6 pour le gazole)
    2- un stock de carburant stabilisé + le stabilisateur pour la prochaine fois (un tour d'avance)
    Au moment de choisir, si on évacue, ça donne un dispo maximum + du stabilisateur pour le carburant qu'on pourrait trouver à destination. On ne trouverait pas forcément ce produit là-bas et il peut être important pour une réserve d'essence de groupe électrogène.
    Si on décide de rester, on a du carburant pour un moment et un produit précieux (stabilisateur) qui peut avoir une forte valeur d'échange.
    En ce qui concerne les chemins de traverse, j'ai acheté auprès de l'IGN toutes les cartes de ma région au 1/25000 dans un rayon de 50 km. Voir leur site. Je sais, ce n'est pas gratuit et j'entends déjà les assistés bramer qu'ils n'ont pas les moyens. Eh bien, au lieu d'acheter des accessoires clinquants pour la bagnole pour épater le voisin, il fallait faire le bon choix.
    Comme le dit Pierre, évacuer nécessite des reconnaissances préalables mais vous ne pourrez pas pour autant connaitre les réactions de la foule et des autorités à l'avance. Et ça peut tout changer. Par exemple, des interdictions de circulation vous rendront visibles comme une mouche dans un verre de lait en les enfreignant ... et une cible facile en les respectant. Et si vous devez combattre, vous n'aurez pas choisi le terrain.
    En restant sur place, si. Et avec plus de stock que vous ne pourriez en transporter.
    Je rejoins donc Pierre pour dire que c'est la solution extrême. Maintenant, si vous êtes sous le vent de la centrale nucléaire dont le cœur vient de fusionner ... faites votre choix.
    Pour les cartes au 1/25000, vous serez surpris de voir tous les chemins d'accès à chez vous (ou ailleurs) auxquels vous n'auriez pas pensé; ça permet de préparer au mieux une défense de zone ou de s'extraire par des chemins non fréquentés par les moutons de Panurge en train de se colleter sur la nationale.
    J'en ai entendu un, dans le fond, qui parlait de s'en servir pour préparer des embuscades ... non ?!? On n'irait pas jusque là ? ... Quoi que ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisqu'on évoque le carburant, ne serait-il pas intéressant de garder dans son véhicule de quoi pomper le carburant abandonné au fond des cuves de stations services privées d'électricité?

      Supprimer
    2. Cela veut dire pompe autoamorçante et groupe électrogène plus la longueur de tuyau. Sans compter tout le chargement ! C'est plus une voiture qu'il faut mais un convoi...!

      21000dijon

      Supprimer
    3. François j'ai entendu parlé de vol de carburant (des quantités énormes)fait avec de petites pompes sur perceuses??? Sinon il reste la possibilité de percer le réservoir.Pour les stations services je crois que les plus récentes ont des groupes.
      cordialement
      Yorick

      Supprimer
    4. Là, tu me surprends, Dijon!
      J'espérais mieux de tes compétences techniques.
      La pompe auto-amorçante 12V de mon fourgon doit faire moins de 5 kg et avec les tuyaux tout doit facilement tenir dans une petite valise.

      Supprimer
    5. Aucune pompe ASPIRANTE ne peut sucer au delà de 7 metres et des poussières. Certaines sont incapables de dépasser 2 ou 3 mètres. Question de qualité d'usinage et étanchéité.
      Et il vaut mieux prévoir que le fond de la cuve est à 7 mètres ou plus encore. Donc micro pompes refoulantes pouvant entrer par le tuyau de remplissage de cuve.
      Et là on entre dans du hors normes , de la fabrication maison. Une cuve de station garde toujours un reste inaccessible à la pompe de service. C'est là que s'accumulent les dépôts de merde, eau de condensation etc ...
      Un jour il ne restera plus que cela et il faudra de bons filtres.

      21000dijon

      Supprimer
    6. Salut Dijon cuve pour station services(marque Allaman)diamètre 3000mm. Donc trois mètres c'est bon.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    7. Je serais surpris que le fond des cuves soit à 7 mètres ou plus car cela signifierait que l'entretien des pompes de la station nécessiterait leur remontée en surface. Et il faudrait les redescendre pour chaque test.
      Merci pour les fonds de cuve, je n'y avais pas pensé. Cela peut en effet s'avérer vital si la cuve a déjà été vidée. Il faut pour en profiter, comme tu le suggères, en plus de la pompe et du tuyau, prévoir de quoi décanter et filtrer.

      Supprimer
    8. Je viens de lire un article concernant le matériel nécessaire pour l'évacuation en milieu urbain qui conseille l'acquisition de matériel de désincarcération pour les véhicules des survivalistes .
      La possibilité d'un accident semble maximale et la présence des secours plus qu'incertaine.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    9. Le matériel de désincarcération est inutile pour un survivaliste isolé.
      1) Je ne vois pas comment s'en servir pour se désincarcérer soi-même
      2) Le gars qu'il a fallu désincarcérer est généralement dans un état tel qu'il nécessite des soins médicaux certainement non disponibles sur le bord d'une route en plein chaos.

      Supprimer
  4. Bon, je me lance (si si)... En mode synthétique… Évacuer... Partir ou rester ?
    Pour aller où ? cela ne répond il pas en partie à la première question ? Avec quoi, avec qui ? Et comment ? Pour rejoindre quoi, pour rejoindre qui ?
    Dans le désordre, je me dis que les pauvres n'auront nulle part où aller et que le rêve d'une BAD hors de son domicile est un rêve de nanti. Qui plus est, probablement de nanti naïf. Car si la situation était tellement catastrophique qu'elle contraigne la majorité des gens à l'exode, il est fort probable que la BAD toute préparée aurait déjà été préemptée par des indélicats, bavant déjà de rage sur le beau parquet en attente de la venue du propriétaire à qui régler le loyer à coup de calibre distingué...
    De sus, il faudrait une situation beaucoup plus grave que celle évoquée dans le scénario "Guérilla" d'Obertone pour motiver un départ précipité massif de la faune bijambiste de France et des n'avares...
    N'oubliez pas aussi que tout ce que vous laisserez derrière vous, par la magie du grand prestidigitateur, aura disparu à votre retour, mort ou vif. Alors si vous comptez partir, autant penser tout de suite à ne pas revenir. Soulevez le voile (même les amis du voile le feront), nada - pinuts cacahuète. Au retour de la super BAD occupée et détruite par d'autres énervés, vous en retrouvez le stock résiduel à l'arrivée de votre ancien chez vous. Avec, votre chat cloué sur la porte par un long couteau fait main, inscrit sur le manche : carnet de réclamation…
    Alors, je me pose la question, qu'est -ce qui pourrait pousser soudain l'ensemble des bipèdes à rebondir par la fenêtre ou la porte pour aller tourner en route comme à la Mecque jusqu'à s'écraser par milliers ? Si ce n'est la foi...

    Personne 1/2

    RépondreSupprimer
  5. Du nucléaire ? Si vous êtes dans le rayon des 30 kms autour de l'impact central, inutile de songer à dépasser le Kenyan déjà reparti en trombe chasser le lion de la savane, le jugeant moins dangereux au final.
    Du biologique, du bactério - çà c'est du lourd ! Euh... Ptet même du léger, mais bien corsé, par fait pour le doux gosier du sibérien d'importation... En fait, la meilleure solution est sans doute de rester chez soi, et de laisser passer la sélection naturelle, souhaitant qu'elle n'ait pas décidé de s'arrêter pour faire la sieste chez-vous, comme de bien entendu.
    En cas de pandémie, quand vous aurez défoncé les premiers barrages, écrasé le chien poursuivant abandonné du voisin qui l'aura laissé pour le barbecue des crapules déjà cockés au tryclo.... Vous vous apercevrez bien vite que partout des liens sanitaires auront été créés, comme autant de noeuds qui coulissent déjà sur votre gorge irritée...
    Une invasion alors ? Une belle.. A l'ancienne. Attila, Tamerlan, Genghis Khan. Désolé, ils n'ont même pas souhaité se réincarner au XXe siècle. Trop minable. En plus, on ne les a pas initiés à l'ordinateur... Pour un peu, on leur refuserait la carte d'identité... Et puis, l'invasion est plus douce aujourd'hui, plus courtoise, diplomatique, humaniste et tout le tintoin. Elle passe par l'hôpital en mode reproduction... Genre par le ventre plutôt que par le bras... Finis les cimeterres bonbapas, place aux bonobos du 93... 9 et 3, ça fait douze, et douze heures de massacre garanti par jour au compteur. Avant que vous ayez fait le tour des frontières sanitaires, le compteur de votre bijou 4X4 aura épuisé ses réserves, sauf si vous avez la chance de pouvoir tracter un wagon d'essence derrière vous… C'est juste la manœuvre arrière qui est compliquée. Encore une question de compétence, is'nt it ?
    Pour rejoindre quoi, pour rejoindre qui ? Quelqu'un vous attend ? Parce que aujourd'hui, les Irlandais du XIXe seraient tous morts sur place si le Far west ne leur avait offert ses portes et ses naufrages en chemin… Quel pays attendrait un européen aujourd'hui, voire dix, ou cent millions… La diaspora française a beaucoup perdu en prestance…
    Encore une fois, si vous n'avez pas la chance d'être le coiffeur, le maquilleur, le vaisselier, le conducteur ou le garde du corps de l'Elysée, ne pensez même pas à ouvrir les souterrains privés sûrement déjà plus équipés que Versailles sous le roi soleil. A moi la robe, à vous les brûlures.
    Je pense que dans un premier temps, je vais rester chez moi - quand j'en aurais retrouvé un !
    Dans une deuxième, retrouver la foi et l'espérance ; et si le temps le permet, le ciel pas trop gris cendre après l'impact du météorite, la charité. Pas la chariaïté, vous m'avez compris…

    Personne 2/2

    RépondreSupprimer
  6. Bon je vais sûrement en faire hurler plus d'un... mais bon tant pis (ou tant mieux) « l'évacuation » n'a selon moi AUCUN SENS POUR UN SURVIVALISTE.
    De quoi et de qui parlons nous effectivement ?
    D'un « survivaliste », c'est à dire d'une personne consciente des considérables difficultés à venir dans notre beau pays, parfaitement informée de la déliquescence de notre société et enrichie de surcroît par l'excellence des articles de Monsieur Pierre Templar ?... ou d'un « Gogo bobo (gaucho et geek en options) » consumériste, abreuvé de télé et de gadgets hi-tech, vivant dans l'immédiateté et l'hédonisme permanent ?
    Pour le survivaliste deux options :
    Soit c'est un « riche », il est propriétaire de son logement, dispose d'un peu d'épargne (parce qu'il a hérité par exemple), possède peut-être même une résidence secondaire, a les moyens de partir en vacances, a une bonne bagnole et tout ce qui va bien et alors il a COMPLÈTEMENT les moyens dès MAINTENANT de tout vendre et de tout lâcher afin de se constituer un mode de vie le plus autonome et résilient possible en vivant DÉJÀ sur sa « BAD » dans une zone choisie avec pertinence. Il pourra s'organiser avec son potager, ses brebis, ses calibres 12, son compteur Geiger, ses planques de bouffes et de PQ, ses panneaux solaires, son camion Ural 6x6 roulant à l'huile de tournesol et que sais-je encore... et il pourra se permettre de très largement réduire ses revenus en valorisant ses actifs...
    ou bien...
    Marinesko 1/2.

    RépondreSupprimer
  7. 2/2
    OU BIEN c'est un « pauvre » qui ne possède rien ou peu, vivote avec le smic ou le rsa, habite dans un appart ou pavillon de banlieue merdique environné par de joyeux lurons exotiques, fait un boulot alimentaire nul avec des gens nuls et perd la moitié de sa vie dans des transports nuls en tentant d'économiser 20 euros par mois pour s'offrir un filtre à eau ou une matraque télescopique en rêvant et fantasmant d'une vie autonome et résiliente (et étant toujours frustré et malheureux du coup, car parfaitement conscient du décalage entre son mode de vie et ses idéaux), et alors je lui dis à celui là CASSE-TOI maintenant à la campagne ! Tu es pauvre et triquard à la ville ?, N'ai pas peur tu ne le seras pas davantage à la campagne !! Pour le prix du loyer de ton 35 m2 de banlieue, tu auras une fermette avec du terrain ou tu pourras cultiver des légumes et élever des poules et des lapins (et les APL ça existe aussi ici), tu pourras faire ton bois de chauffage, pêcher, récolter des quantités de trucs gratos, châtaignes, escargots, noix, champignons... Tu seras peut-être obligé de faire un boulot pas super top et pas forcement très valorisant dans un premier temps (ouvrier d'abattoir, manœuvre chez un artisan ou un agriculteur, éboueur...) mais de toute façon ton boulot est déjà nul en ville alors... Choisi pour t'installer une région où il y a beaucoup de personnes âgées (qui ont besoin d'aide), tu ne sauras plus où donner de la tête tellement tu seras sollicité pour du boulot (entretien des jardins, ménage, courses, bricolages variés, etc...), il y a aussi les agriculteurs, les forestiers et les artisans qui cherchent toujours du monde « en extra », ce n'est pas payé très cher certes, mais c'est du boulot... et en plus comme il y a moins « d'actifs » qu'en ville, la concurrence est beaucoup moins rude.
    Sois sympa et serviable, ne te la ramène pas et sois attentif à ce que les gens du pays te disent et tu seras (normalement) rapidement accepté et apprécié.
    J'appartenais à cette catégorie de « survivaliste pauvre » (enfance et vie merdique dans le 9-3), je me suis cassé sur un coup de tête dans une belle (vraie) campagne il y a 20 ans maintenant et je ne le regrette pas une seconde !! et question préparation je ne pense pas être le moins bien loti...
    Chacun est libre de penser et d'organiser sa vie comme il l'entend en conscience et connaissance de cause... , OK mais alors pas de pleurnicheries le moment venu !
    Tu as préféré aller aux sports d'hiver et changer de bagnole tous les 3 ans ? Et maintenant tu n'as rien à bouffer pour tes gosses ?... trop tard mec.
    Qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne peut pas, qu'on a pas les moyens, le boulot, la famille, tout ci tout ça, QUAND ON VEUT ON PEUT, tout le reste n'est que paresse ou lâcheté.
    Le survivalisme n'est pas une posture intellectuelle, c'est un art de vivre !
    Marinesko 2/2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal, mais trop simplifié.
      Il y a aussi ceux qui gagnent correctement leur vie mais qui pour cela se déplacent, souvent loin de leur famille. Il y a donc toutes les "chances" pour qu'ils se trouvent aussi loin de leur base arrière si une rupture brutale se produit. Ils devront donc "évacuer" de leur lieu de travail vers leur lieu de repli où, peut-on espérer, leur famille les attendra. Cette "évacuation" peut nécessiter un voyage de plusieurs centaines de kilomètres, seul, souvent en terrain inconnu (si ce n'est sur carte).
      Et il y a probablement encore d'autres catégories.

      Supprimer
    2. François! Dans ce cas là on ne parle plus d'évacuation mais de retour à la maison.
      Et là cela tient plus du parcours évasion en territoire ennemi que de " l'évacuation foutaise" .

      21000dijon

      Supprimer
  8. bonjour à tous,quelqu'un a dit "L'expérience , et une lanterne accrochée dans le dos et qui n'éclaire que le chemin parcouru"...?Bigre, comme c'est vrai!Mais voila, au fil des échanges ,je m’aperçois:qu'on se triture fortement les méninges pour arriver à trouver le meilleur échappatoire, en cas effondrement. Yorick, oui justement là ma fameuse "Promenade forcée"rejoint ce que vous avez énoncé,une bonne préparation car à tout instant ça peu déraper. Le chaos 2018 commencera comme un serpent à l’affût. Hélas, ce sont des nids complets qui sont déjà à l’affût.Ce venin distillé à petites doses nous pourrit l’existence.Certes un bon savoir, mais surtout essayer d'avoir un coup d'avance?Prévoir peu , ou beaucoup suivant ses moyens, mais tres important connaitre sa région le mieu possible. Aprés, c'est là que la promenade sera plus que forcée pour beaucoup.Sans vouloir me répéter, les directives de Pierre, nous donnent matière à réflexions, alors essayons de faire ce que nous pourront, mais comme vous l'avez bien dit:"Nous n'avons pas encore eu l'initiative de l'action"DE plus Marinesko, les assistés, trouveront toujours à se plaindre,je crois que ces gens là seront les premiers judas!Je pense que l'intelligence, et bien plus profitable , que la posture intellectuelle certes,personnellement, un art de vivre?pour moi ça serait plutôt mettre en action toutes les possibilités que j'ai en main ,et dans ma tète, cela n’empêche que la réflexion et bonne à prendre .Hélas je vois déjà à l'horizon les "Mad Max" les redresseurs de tort, et ce dogmatisme nous envahir, et j'en passe.Bonne préparation à tous et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dreamer,Je suis d'accord:j'ai une de mes connaissances qui voyage beaucoup,et un jour il a réalisé qu'il connaissait surtout,les plages et les boites de nuit(certes de nombreux pays).
      Les moyens dont on peut disposer sont une vue de l'esprit;beaucoup de gens ne sont même pas propriétaires de leur véhicule(LOA).En cas de chaos,d'émeute,tu vas pas faire un crédit pour prendre une voiture.Non?
      Pierre a fixé une trame que l'on peut suivre pour n'importe qu'elle évacuation.
      Il faut un véhicule,un itinéraire, des vivres..etc et on a un nécessaire à crocheter et un pied de biche.
      Si tu ne pense pas comme ça ,tu vas te retrouver comme l'autre coincé dans son voyage organisé.C'est malhonnête??? Pas plus que de falsifier les cours de la bourse,les bilans de william Saurin,ou la composition des lasagnes "pur boeuf") ou de placer l'argent de L'UNEDIC dans des paradis fiscaux etc etc etc.
      J'ai passé des heures à étudier les performances croisées de fonds profilés et il y a des taupins qui pensent que je suis compétent en salade.Va voir chez Jovanovic si j'y suis.
      Bref la notion de propriété est toute relative.Beaucoup de propriétaires sont en fait accédant.Le crédit est l'apparente richesse du pauvre.Ce que l'on pense sûr et linéaire, ne l'est pas.
      Et moi j'ai arrêté de jouer à un jeu où je ne peux pas gagner.
      Certains nous voient comme les rats dans le film "mon oncle d'Amérique".Henri Laborit ,neuroleptiques, GHB et transposition de l'observation du comportement animal chez l'humain a certainement beaucoup contribué à cette approche.Je m'attendais d'ailleurs à une décharge électrique.
      Bref,le coup d'avance c'est de ne pas faire ce qu'on pense qu'on va faire.Le rat se barre dans la mauvaise case et en plus il a rongé les fils. Marinesko l'a très bien résumé.
      Connaitre sa région est une priorité.Pour le reste les manuels sont mieux armés que les intellos.
      cordialement
      Yorick

      Supprimer
  9. Bonjour,
    Finalement, je me rends compte que beaucoup de survivalistes ont compris que l'évacuation est la solution ultime, sacrificatoire, qu'elle n'est à réserver que lors de la normalité en fait, mise en branle par une exceptionnelle situation mais vite circonscrite (incendie, inondation, tsunami, émeutes brèves localisées...) dans le cadre d'une société encore existante, et qui pourvoira, dans quelques jours, ou dans quelques semaines, à un rétablissement de la normalité. Et cette société n'est pas prête de changer. Les banquiers sont responsables de la crise de 2008. Est-ce que cela a bouleversé le capitalisme ? Que nenni. L'Etat a renfloué les banques ayant commis des fautes de gestion graves (entre autres). Des pauvres ou classes moyennes ont été spoliées sans compensation ni excuse. Le système et reparti. Et l'on a même élu un banquier issu de cette caste qui fait les fortunes et conduit aux ruines ! Alors, de la démocrassie (des masses lobotomisées, tous partis confondus), il n'y a plus rien à attendre non plus. Que de soi et de ses proches. Imaginons (scénario science-fiction), dans le cas où la planète bleue doive être évacuée en urgence et qu'on ait découvert une planète respirable et viable, et les moyens, pour quelques dizaines de milliers de personnes, de s'y rendre techniquement. Qui croyez-vous qu'on y enverrait ? Vous, moi ? Que dalle ! Ce seront encore les mêmes qui se pouponnent à l'élysée, dans les réunions de grands actionnaires, des diverses loges, sur les écrans de télé, etc.. celles qui ont déjà leur abri antiatomique dédié. Et tous les idiots d'électeurs n'auront que leurs yeux pour pleurer avant de les voir griller comme des oeufs sur le plat.
    Évacuer ?
    Si la société bascule vraiment, ce seront encore les mêmes privilégiés qui s'en tireront à bon compte. Ceux-là auront déjà sur place avant leur arrivée, mis un système de surveillance et des gardes en faction. Le jeune ou moins jeune, quelque soit son niveau d'entraînement, avec son BOB 72 h direction la forêt, la campagne ou la ville, se retrouvera livré à lui-même, parmi les pires difficultés - et pour combien de temps ? N'oubliez pas que même les super-rambos de l'armée, les forces spéciales les plus aguerries sont protégées, transportées, ravitaillées, soignées, qu'on ne les abandonne pratiquement jamais. Et qu'elles on droit au repos après des missions délicates. Le survivant n'aura droit à rien de tout cela, comme un homme qui, sachant à peine nager et lire une carte marine, explorer le ciel et définir les cotes, partirait seul traverser l'océan sur un radeau de papyrus, et sans nageur de combat ni médecin à bord...
    Le mieux, riche ou pauvre, est donc bien de mettre en oeuvre sa BAD le plus vite possible, dans l'état de ses possibilités - et d'imaginer y rester, y vivre, y mourir, en toute dignité.

    Personne

    RépondreSupprimer
  10. personne n'a parler de "regroupement famille" parcequ'on s'imagine qu'on sera tous ensemble le jour ou.

    Envisageons que ce chaos soit si brusque (effondrement, événement climatique, sismique, spatiale...) qu'il se produise alors que nous sommes tous dans des lieux différents...Et alors commencerait la course infernale qui est ou comment fait on que doit on faire ? je vais la chercher ou elle viens? mon fils m'attend là? ou là bas ?

    le premier reflex..;se réunir dans ce chaos...et là on se rend compte que ce n'est pas si simple si
    on n'a pas prévue un, deux voir 3 points de ralliement en fonction des lieux ou nous pourrions nous trouver(dans notre vie quotidienne).
    on n'a pas prévue un "code ou plan" de ralliement (je te rejoins a tel endroit sans le nommer dans un temps estimé de x heures..jours.)
    on n'a pas prévu l'imprévisible... bref c'est le bordel, le doute qui conduisent a la pagaille et la panic.
    c'est tout con mais il faut se mettre d'accord pour que chacun soit conscient qu'en cas de danger majeur chacun sait ce qu'il aura a faire pour trouver l'autre ou attendre l'autre parce que commencer à survivre en oubliant les siens n'aurait aucun sens pour ma part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut F43 sky,

      Très juste remarque à propos du regroupement de la famille antérieurement à l’évacuation.
      Dans les années 80, à Kowezi (Katanga) eut lieu un exercice de tir à l’automitrailleuse près de la cité, (près du pont ferroviaire pour les connaisseurs) et nous n’avions pas été prévenus.
      C’était en fin de matinée, j’étais dans la parcelle de la maison quand les tirs ont commencé. Mon premier réflex a été de me dire :
      « C’est pas vrai ! Ca recommence !…»
      Dans la rue des mama avec leur paniers de légumes, des étudiants, courraient en sens opposé de la provenance des tirs. Mes parents n’étaient pas à la maison mais en ville, inutile de compter sur le téléphone.
      L’idée m’est venue de prendre ma petite moto et dégager en brousse. Et après… Restait donc plus qu’à attendre sur place.
      Au grand soulagement de tous l’information « Exercice » est finalement arrivée quelques minutes plus tard.

      Cette anecdote pour illustrer l’importance pour une famille de définir ensemble des consignes de conduite à tenir dans l’éventualité d’une rupture de normalité. Je remarque d’ailleurs que nous n’avions pas de plan, ni avant, ni après…

      Christophe 13/05/78

      Supprimer
    2. Le concept d'évacuation vers "la verte" est une foutaise et une arnaque promu par le mercantilisme américain qui veut faire bizness de TOUT !
      Et de plus sur un territoire ou 80-90% des gens vivent en ville, sont largement obèses et où 75% des jeunes générations est inaptes au service militaire. Un bon cheptel de pigeons à qui refourguer (très cher) le meilleur : sac a dos couteau filtre etc etc...
      Pour les français patriotes votre priorité n°1 est de vous sauver du 93 et autres zones de non droits. Vous vivrez mieux avec le rsa au fin fond de la cambrousse que dans votre zone de zonard ....!
      De toutes façon vous rêvez encore de trouver un bon emploi ?? Arretez de rêver vous êtes dix millions en concurrence pour des jobs de merde.
      La règle n°1 du chef d'entreprise est de ne pas confondre chiffre d'affaire et bénéfice. C'est pareil pour un salarié ne pas confondre le salaire net et son épargne mensuelle.
      Que choisir ? Un smic avec 1200 € de dépenses contraintes ou un rsa avec 100 € de dépenses contraintes ??.
      Mais en sachant que le rsa durera moins longtemps que les impôts.

      21000dijon

      Supprimer
  11. Pour communiquer en toute sécurité dans le futur, il faudra remettre en action (donc en connaissance à l'origine) tous les moyens archaïques utilisés avant l'ère du numérique. Les scouts d'autrefois auraient eu encore à nous apprendre avec leurs brevets périmés (le morse, langage des drapeaux, téléphonie sans fil, cryptographie...). Les langages codés, effectivement, doivent être pré-installés parmi ses milieux de références (alliés, famille, amis que l'on souhaite conserver) bien antérieurement à une situation de chaos. Et puis les informations ciblées. Par exemple, si je disparais un jour, me retrouver à tel endroit, le jour de mon anniversaire... Tout cela non numérisé évidemment. Je me souviens avoir lu aussi que les membres de l'OAS, pendant les événements tragiques d'Algérie, en métropole, avaient pris l'habitude de ne se communiquer par région, ans les cercles opérationnels basiques, que par groupe de 4 (équivalent de l'équipage d'une voiture) de manière à ce que, même prisonniers de la "gestapo" gaulliste (merci M.le commissaire Delarue d'en avoir réservé l'histoire à l'Allemagne...), ils ne puissent rien révéler sous la torture des actions et identités des autres réseaux. Je suppose que la "Résistance" française a du pratiquer de même. La communication est effectivement l'un des facteurs essentiels d'un processus d'évacuation, surtout en cas de guerre civile.
    Beaucoup de familles sont aujourd'hui dispersées, surtout chez les pauvres, qui n'attendent pas d'héritage. A l'époque du népotisme, où les riches ont tendance à se reproduire de génération en génération, où l'échelle sociale est (comment dire...) fractionnée, fracturée de manière distincte selon la classe (certains ayant même pris une option exclusive sur les ascenseurs), ils attendent encore beaucoup de l'héritage, l'appétit étant exponentiel et connexe à la richesse, à la campagne comme en zone urbaine. Beaucoup de privilégiés aujourd'hui sont encore de grands infantiles, quelque soit leur situation ou leur métier. Comme autrefois, le droit d'aînesse (laissant les propriétés à l'aîné) conduisait les cadets à plus d'esprit d'aventures... Les conquistadors, par exemple, étaient presque tous des cadets. Alors aujourd'hui, quand un mariage sur deux déjà mène au divorce, au partage des enfants, et les femmes (matriarcat oblige) ayant tendance souvent à en vouloir la possession... les éclats on eu pour effet une dispersion digne d'un épandage dans la matrix...
    De là à rassembler des familles déchirées en cas de chaos, souvent recomposé, le pari n'est pas gagné. ça reste un vrai problème. Comment par exemple, en cas de guerre civile, rapprocher ses enfants que l'on aime sous la domination d'une mère qui vous déteste ou vous a définitivement écarté ? Envoyer un courrier en recommandé avec accusé de déception ? Il est sûr qu'on ne sera pas tous ensemble le jour où..

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ personne

      "tous les moyens archaïques utilisés avant l'ère du numérique. Les scouts d'autrefois auraient eu encore à nous apprendre avec leurs brevets périmés (le morse, langage des drapeaux, téléphonie sans fil, .."

      Pour le téléphone sans fil tu es sûr que c'était avant l'ère du numérique ou l'archaïque a-t-il fait un voyage dans le temps en s'entrainant avec deux pots de yaourt et un bout de ficelle??
      Ah zut! on a dit sans fil!

      Georges de la jungle

      Supprimer
    2. En fait, il y a eu beaucoup de recherches sur la téléphonie bien avant l'ère du numérique, qui fonctionnaient d'une manière beaucoup plus discrètes que dans l'âge contemporain. Le walkie talkie en est un exemple.

      autres références ;

      http://eurekaweb.fr/wp/le-telephone-sans-fil-1885/

      https://www.rts.ch/decouverte/sciences-et-environnement/technologies/5432057-en-quelle-annee-et-par-qui-a-ete-invente-le-premier-telephone-portable-.html

      https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9phone

      Personne

      Supprimer
    3. On peut rire de l'archaïque, mais, si la société doit régresser à cause d'un véritable chaos, ceux qui possèdent encore les compétences traditionnelles seront des mines d'or. Avoir des cartes, c'est bien. Encore faut-il maîtriser la topographie, la science de l'orientation. Parmi tous ceux qui possèdent un voilier, je ne suis pas sûr qu'il y en ait beaucoup qui sachent encore se servir d'un sextant, se diriger avec les étoiles. Les vikings, qui allèrent jusqu'en Amérique, utilisèrent même un cristal de roche qui permettait de repérer le soleil en plein brouillard. Le morse a été abandonné récemment, je crois. Mais celui qui le connait encore aura intérêt à le transmettre. Ainsi se forment les traditions. Ce qui n'est pas transmis disparaît. Cela vaut pour tout, la statuaire de bronze à la cire perdue comme les plantes médicinales. On a toujours à apprendre, et jamais à se moquer de l'ancestral.

      Personne

      Supprimer
    4. Je privilégierais les signaux de fumées, ça c'est archaïque et antérieur à notre époque...

      Plus sérieusement pour les scouts, le langages des branches cassées est encore d'actualité.
      Ce qui permet au père de famille prévoyant ou au cul de pat' moyen ayant fait sa promesse de communiquer sur les chemins d'évacuation. Nulle racaille n'ayant objectivement pu suivre le cursus.
      Et pour ceux qui ont une tendresse particulière pour les ploucs voici le code du jardinier.

      https://www.latoilescoute.net/le-code-du-jardinier

      Hérisson sourcilleux

      Supprimer
  12. Le choix est simple évacuer ou pas ,chaque survivaliste s 'est posé des limites en fonction de sa préparation matérielle ou physique,il est bien certain que partir d'un lieu de vie aussi frèle soit il c'est partir avec bien moins que ce que l'on laisse derrière soi ,les crabes s'amputent bien d'une pince et les lézards de leur queue pour échapper aux prédateurs c'est toujours la pire des situations,rien néanmoins n'empèche de l'envisager pour en souffrir le moins possible.Mon opinion n'a de valeur que pour moi même , mais compte tenu de mon age et de mon éducation et des expériences passées il est totalement exclu que je plie dans ce contexte en face de qui que ce soit et que j'évacue autre autre chose que du plomb (avec mes petits camarades ) la question a été réglée il y a longtemps,pour ceux qui voudront jouer ils comprendrons très vite que l'arbitre a été acheté et qu'il y a des noix sur lesquelles on laisse les dents et .....le reste Mô lon labbé

    RépondreSupprimer
  13. Salutation Janus, puisque vous restez à la maison, que vous sous-entendiez avoir un souci de vmc... et qu'il risque de faire très chaud l'été du chaos, je vous ferais une recommandation spéciale pour mon modèle de ventilateur préféré. J'en ai commandé un pour Noël. J'attends toujours la confirmation... Celle-ci ne fera pas le ménage, je me suis renseigné M. Templar. Mais pour le reste, elle sait aussi évacuer... Bon, les frais d'export sont peut-être un peu élevé...

    https://www.youtube.com/watch?v=E5q6rtGJkAc

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour mettre en place un bon système de renouvellement d air, il faut mettre au bout d un couloir les gens qui brassent de l air, et a l autre bout ceux qui nous le pompent 😉

      Trinity

      Supprimer
  14. Merci Personne le wadoryu a toujours été l'art des danseuses,agréable a regarder,un temps,j'ai une grosse faiblesse pour le shotokan,vous savez ce truc lourdingue que l'on ne voit jamais dans les films qui n'a rien a voir avec le catch as can catchet puis dans nos contrées du sud les femmes ne sont pas dressées pour etre des guerrières,il y a tellement de choses à faire que les hommes sont inaptes a réaliser et dans lesquelles elles exellent autres que le combat,nous nous inclinons respectueusement devant ces qualités et essayont de les protèger pour que cette répartition des taches puisse perdurer .Bonjour a tous

    RépondreSupprimer
  15. Un sujet important que je ne vois quasiment jamais développé sur les sites survivalistes et qui est pourtant en rapport avec de nombreux autres - y compris celui-ci - de manière évidente ou possible est l'un des éléments fondamentaux des hommes et des maisons d'autrefois. j'espère le voir développé un jour. Il s'agit de la CAVE. De nos jours (pourquoi ?), on ne construit quasiment plus de cave. Mais dans les maisons anciennes, il en reste beaucoup, plus ou moins saines, plus ou moins grandes. Le rapport avec le sujet présent ? La cave pouvait servir d'abri, de stockage, de lieu de conservation, de pièce de survie... et de cache. Qu'ils s'agisse d'en masquer l'entrée du lieu que l'on quitte ou d'avoir prévu de masquer la cave du lieu où l'on compte se rendre en cas d'évacuation forcée, certaines configurations de cave permettent de l'occulter complètement. Le souci étant l'aération minimale, et de ne pas conduire à une sur condensation. Mais je suis sûr que les techniciens du site ont des idées ou de l'expérience à cet égard. Je rappelle qu'une cave traditionnelle, en terre battue au sol la plupart du temps, faisait 14° en moyenne. Bizarrement, c'est aussi la température idéale d'une salle, pour les musées, de conservation des documents, papiers, photographies, archives...
    Selon mes souvenirs d'enfance, on y entreposait pommes de terre, pommes, saucissons, fromages, charbon.. et même, encastré, le garde-manger derrière des grillages (contre les rongeurs, je suppose).
    Aujourd'hui, alors que les caves n'existent quasiment plus dans les constructions depuis des dizaines d'années, il est sûr que l'on peut en améliorer tous les usages ou en inventer d'autres. Créer des caches (pour les armes et munitions par exemple) à l'intérieur aussi d'une cave est faisable. Voire un sous-terrain...

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cave... mon beau pére vit dans une ferme du 14éme siécle pour le batiment principal, il y a une cave voutée séche avec garde manger intégré effectivement avec porte grillagée pour les rongeurs.. Séche oui jusq'a il y a 30 ans environ ou on a construit des routes lotissements et mis du Maïs a la place des prairies d'antan.. alors le pourquoi du comment? néanmoins cette cave séche pendant des siecles est devenu un nid a humidité..
      néanmoins lors d'une construction neuve il existe des modéles béton préfabriquée qui sont bien etanches.. et oui ça c'est un bon investissement..

      Supprimer
    2. Faux: la température idéale pour conserver le papier est entre 16 et 18°C pour une hygrométrie de 52 à 57% d'humidité relative, sachant que ces critères changent selon les photos, couleur ou non, supports électromagnétiques, affiches...
      Les sous sols, c'est bien gentil, mais avec une hygrométrie de plus de 65%, ça devient pénible.
      cc

      Supprimer
  16. On ne construit plus de caves ??
    Et cela t'étonne ?

    Quand les primo accédants doivent s'endetter sur trente ans , ils tirent à l'économie !!
    De plus dans des lotissements sur des ex-terres agricoles où la nappe phréatique n'est pas profond ...!!

    Si vous êtes propriétaire de votre maison avec garage en sous sol vous pouvez commencer à creuser un tunnel comme les viets à Cu Chee.
    Commencer par une fosse de garage qui servira pour l'entretien de votre voiture et cachera l'entrée de votre tunnel.

    21000dijon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fosse de garage est une bonne idée. Il reste le problème de l'aération d'une pièce enfouie. Il ne s'agit pas non plus qu'un petit rigolo ait l'idée de brancher sur un trou d'air un tuyau dérivé de son échappement de véhicule... Ce qui implique d'avoir une seconde sortie, dans le jardin par exemple, obturé par une trappe ouvrable depuis l'intérieur et masqué par des bosquets ou de grandes végétations...

      Personne

      Personne

      Supprimer
    2. Il faut aussi (surtout) disposer de plusieurs tuyaux d'aération débouchant à des endroits différents et munis chacun d'une vanne d'arrêt!

      Supprimer
    3. Il y a suffisament de sites sur la ligne Maginot et sur les fortifications Séré de Rivières pour faire votre instruction.
      Il y a suffisament de photos et de texte sur les systèmes de filtration contre les gazs.
      On trouve facilement des boitiers de filtre à air dans les casses automobiles. Et des filtres neufs chez norauto ou feux verts.
      Ouvrez un bouquin de chimie de 4eme et vous apprendrez beaucoup de choses sur la chaux et le lait de chaux, très utile pour fabriquer un système d'absorption du gaz carbonique. Ouvrez un bouquin de physique vous apprendrez à faire une électrolyse, très utile pour recharger en oxygène votre abri si vous rejeter l'hydrogène dehors.
      Un bouquin sur l'aquarophilie vous apprendra à fabriquer un filtre à charbon actif.

      21000dijon

      Supprimer
    4. Merci Dijon pour les tuyaux.
      Le problème de l'électrolyse est que ça nécessite beaucoup d'électricité dont il faut donc disposer.

      Supprimer
  17. Hum,hum,en ce qui concerne les caves des habitations , après avoir visionné les images TV de perquisition de la police , très expérimentée en Italie avec la malavita organisata a détecter et TROUVER les caches dissimulées ( parfois de véritables bunkers maçonnes et dotés de tout le confort et très, très habilement dissimules ) , je ne me servirai de MA cave QUE pour du tout venant , une ( petite ) réservé pour la route mais guère plus , à perdre éventuellement sans grand regret.
    Avant cahos , certains cachent, d'autres cherchent.
    Après cahos, tout le monde cherchera.....
    Le cahos venu , tous les intervenants d'avant le cahos , quelque soit leurs origines d'avant le cahos, seront mis dans le même sac car ayant le même objectif et la même devise : Me dépouiller !
    Il est indéniable que les enquêteurs établissent des indices à partir du lien affectif de celui qui cache , avec son lieu habitation / familial, centre des recherches puis on élargit le cercle...
    Un lieu de dissimulation idéal me semblerait être un lieu pour lequel il sera difficile, très difficile, d'établir un lien ou une corrélation avec mes sentiments, mes pensées , mes habitudes , mes réflexes, mon sens de l'organisation , ma logique,etc.....
    Pas non plus forcément aux antipodes de tout cela car trop facile à établir.
    Non a mi chemin , histoire de bien compliquer la tâche, les probabilités, les possibilités, les directions de recherche à 360 degrés, etc, etc.
    Puisque certains aiment parler des techniques japonaises , j'aborderai dans ce sens en insistant sur le côté dépouille de l'art japonais qui fait appel à une extrême simplicité proche du dénuement : une bonne cache doit sembler japonaise.
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué , à peu de frais , pour celui qui cherche.
    Relireertains articles du blog sur les techniques de dissimulation/ enfouissement/ caches relais.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Vianney. Sûrement vrai en cours de normalité, où des experts recherchent des criminels bien spécifiques. Sûrement vrai en cas de guerre à l'étranger, où des drones mêmes sont utilisés pour détecter au travers des bâtiments la moindre vie animale. Mais je ne crois pas que ces experts-là, et leurs matériels particuliers, autant que leurs compétences, seront mis à contribution lors d'une période de chaos pour violenter et cambrioler le particulier.

      Personne

      Supprimer
    2. Bonjour Personne.
      Personnellement , je veux bien tout ce que l'on veut ne voulant contrarier personne à priori ( ! ) .
      La realite , cette bonne vieille realite , nous dit que 9 repas séparent l'être (réputé, souvent à tort ) humain de la barbarie , 9 , si on veut compter sur ses doigts , c'est facile .
      Tout un chacun ( nul n'est au dessus de cette loi des 9 repas, clin d'œil ....! ) en cas de nécessité pour sa famille par exemple, deviendra un fauve en temps de cahos ( et je le comprend ) mais comme j'ai une famille également , je sais que cela deviendra un combat à mort.
      gouverner c'est prévoir !
      Du passé, faisons table rase ...
      Ce qui se passe , ce qui se passera , est et sera indépendant de ma ( bonne ) volonté , de mes sentiments, mes espérances, etc, etc, je m'adapte et m'adapterai . Les états d'âmes seront un luxe remis à plus tard , mon socle à minima de mes valeurs pouvant être préservé cependant.
      Nul ne pourra et saura sortir indemne de ces épreuves , autant s'y préparer au mieux .
      Il nous est donné des "supports" pour nous permettre d'envisager au mieux de nos possibilités ce que ces épreuves pourront être , à nous de saisir( ou non ) cette opportunité.....
      Deux choses , entre mille autres , nous fournissent une indication majeure :
      - 1) le 7 éme commandement ( de mémoire, bof ? ) gravée dans la pierre des Georgia's guide stone , une population stabilisée APRÈS ( quoi ? , je vous laisse deviner . ) a 500 millions, nous sommes 7,5 milliards , on peut compter les milliards sur ses doigts, si, si....
      3 mois de troubles civils avant que le calme revienne .......préservons la moquette !
      -2) l'état des ressources de la planète , no comment !
      Après chacun trouvera sa vérité ..
      JE suis décidé à laisser faire le hasard des rencontres pour agréger d'autres survivants s'ils le désirent tout en maintenant de bonnes relations avec les rares habitants actuels de la bourgade de mon lieu choisi ( jamais rien pour rien, les bonnes habitudes se prennent tôt ) .
      Une lame peut et doit être choisie en fonction de sa trempe , un compagnon / compagne de tribulations peut et doit être choisi(e) en fonction de son caractère bien trempé .
      MON sentiment est que le temps de répit imparti se réduit encore plus et plus vite.
      Quand , bonne question , nul n'est prophète en son pays me direz vous , aussi le destin m'a t il conduit à venir vivre en Italie vous répondrai je...malicieusement !
      Cdlt.
      Vianney.

      Supprimer
    3. Vianney,ce que je lis est réellement passionnant.Je ne connaissais pas cette règle des neufs repas qui nous séparent de l'anarchie.
      Le Georgia's guide stone va m'occuper un moment.En fait j'avis d'abord percuté sur le septième commandement (donc la bible).
      Par contre je pense que le temps de répit est fini;d'ailleurs pour une partie de l'humanité ça fait un moment.
      En fait le tout est de vouloir voir la réalité ou pas.
      Les participants au rat race n'ont pas le loisir d'y réfléchir et les privilégiés(même modestes)n'ont pas envie.
      Tous mes remerciements
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    4. Pour l'histoire des 9 repas il semble que ce soit un bon signal.En cas de troubles graves,compte tenus des stocks minimalistes des citadins ,on peut espérer un délais de trois jours pour évacuer.Je me demande même si les consignes données(gouvernements Allemand ou Français)ne sont pas là pour permettre l'évacuation des dirigeants.
      La barbarie citée par Vianney est une crainte de citoyen,l'anarchie est une crainte de dirigeant.
      Alfred Henry Lewis menaçait-il les dirigeants de son temps?
      Par contre concernant le Georgia's guide stone,je ne comprends pas pourquoi un monument érigé en 1980 fixe comme objectif de population celle que l'on peut estimer dans le monde en 1580?
      Pourquoi 500 millions?
      La situation du monde en 1500 comportait également des famines ,des guerres ,des massacres.Ce seuil de population n'est donc pas en lui-même un gage de tranquillité .
      Le seul gage de tranquillité aurait été de mettre en cause les idéologies religieuses(criminelles?) prônant la natalité à l'excès.
      On voit bien que la démographie est un arme qui permet de prendre possession de territoires.
      Isoler ces populations,leur interdire d'évacuer de leurs territoires devenus invivables du fait de leur volonté?Il me semble que l'on n'en prend pas le chemin et ce monument ne le prend pas non plus.Pourtant faire assumer la responsabilité de l'application d'une idéologie,à ceux qui en sont parfois les victimes et les exécutants les plus zélés,permettrait peut être de leur en faire comprendre l'ineptie.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    5. Pourquoi incriminer les religions au sujet de la surnatalité ? Ceux qui ont prôné le contrôle qualitatif des naissances par la science ont été jugés comme les pires criminels. Ensuite, les cathares ne prônaient pas la natalité que je sache - et au nom de leur religion. Quant à la surnatalité dans les autres régions du monde, elle se répandrait plutôt par la justification des besoins naturels ( et l absence de maîtrise de soi, voire le viol par millions), animaux, et par la coutume.

      Personne

      Supprimer
    6. "Croissez et multipliez!"
      Il me semble avoir lu ça quelque part.
      Ne serait-ce pas dans le texte fondateur de trois des principales religions du moment?

      Supprimer
    7. @ yorick

      Si mes souvenirs sont bons (j ai plus trop le temps de potasser en ce moment) les 500 millions d individus sur terre ne sont pas censés assurer la paix et la tranquillité, mais correspondent au nombre de personnes maximum pour préserver la planète et nous empêcher de la détruire. Après, c est clair que rien ne garantit que 500 millions de personnes ne se fassent pas la guerre, après tout un humain reste un humain... Déjà qu'à deux on sait pas se tenir...

      Trinity

      Supprimer
    8. Merci Trinity pour cette explication bien que je ne comprenne toujours pas :en 1960 la population s'élevait à 3 milliards de personnes qui consommait 70% des ressources aujourd'hui on est à 130%.
      D'après ce que je lis on estime que si toute la planète vivait comme les Australiens il faudrait 5.2 planètes par contre on retomberait à 0.6 si on vivait comme les Indiens.
      Sauf que les grandes migrations invasives ne sont pas le fait des Australiens,à qui on ne peut imputer les problèmes de sur-population.
      Avec 86% de la population mondiale qui vit dans des pays qui demande plus à la Nature que ce qu'elle peut reconstituer et 53% de la population vivant en ville,il certain que le chaos est proche.
      En France la part de population urbaine est proche de 75% qui accueille majoritairement l'immigration le situation est encore plus explosive.
      Avec une autonomie relative au niveau de la production Alimentaire(111 %) la France se porte mieux que ses voisins,(Belgique,Allemagne,Hollande,Italie et Espagne).
      On se rend compte de l'importance des transports.
      Quelle est la production alimentaire des grands centre urbains?Rien du stock à trois jours.
      Contrairement au Georgia's guide stone ,on serait plus sur un problème de comportement de consommations,sur un problème de répartition de population à l'intérieur de pays donnés que sur un problème de nombre d'habitants?
      Il doit y avoir quelque chose qui m'échappe.
      Je ne vois pas trop comment,les habitants des grands centre urbains pourront survivre en restant chez eux sans stocks.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  18. Analyse au point par point...

    "Il y a de grandes chances pour que vous soyez confronté sur ces routes d'évacuation aux mêmes risques de banditisme, d'embuscade, de vol, de viol et de meurtre que là où vous vivez."
    Envisager ce genre de situation c'est la reconnaître en situation de gravité extrême, de chaos total, avec la nécessité absolue, pour survivre, de réagir avec la plus extrême violence. En clair, un chaos tel qu'il n'y ait plus de justice à considérer, ni à craindre. Pas de quartier, pas de prisonnier. Un peu comme ces périodes d'épurations atroces où le camp des vainqueurs (le plus souvent) bénéficiera de toute manière d'une amnistie totale de ses crimes (pseudo-Libération de 44, guerre civile américaine invalidant les crimes des nordistes, invasion soviétique de 45, épurations ethniques à Prague et à Varsovie contre les allemands ethniques, déportations en masse des populations baltes sur l'ordre de Staline, etc... ).
    Jugement expéditif, exécution immédiate, pas d'avocat, pas de machine judiciaire, aucun processus d'appel. Et des fosses communes tout le long de la route, qu'on commencera peut-être à examiner un siècle plus tard... Le middle far-west en quelque sorte, massacre des indiens à la clé.
    Voilà le genre de situation qui peut conduire à une fuite massive vers un lendemain plus qu'hypothétique... Et encore, dans ce cas de figure, sans doute est-il plus raisonnable, si le contexte personnel l'y autorise, de rester chez soi. Je me rappelle avoir vu plusieurs documentaires où, tant en Irlande qu'en Afrique du Sud, des lots de cités s'étaient barricadés collectivement, en maçonnant des murs de briques, quartier par quartier, avec un contrôle absolu - via des milices - des entrées et des sorties, et des commerces autorisés.

    Personne

    RépondreSupprimer
  19. Ma cave ..mon sous sol plutôt fait 110M² avec 2.80m de hauteur plus un vide sanitaire dessous.. alors pour la cacher..c'est niette, mais pour stocker ou s'abriter c'est cool ;)
    Quand on construit un sous sol c'est pas beaucoup plus cher et c'est pratique..en plus pas de taxe foncière dessus n=et rentre pas dans la SHON. c'est tout benef.

    Par contre habitant prêt de la mer en cas de tsunami...pfuiiit adieu vaux vaches cochons...par exemple
    Meme le renard a réussi a me niker mes poules en passant par une mini faille..et oui il y a toujours une faille. mais bon il l'a regretté quelques jour plus tard même s'il m'a pas rendu mes poules..sniff

    comme quoi a part possédé un helico, un bunker, une grotte dans les montagnes, des résidences secondaire partout dans le monde, un camping car 6x6... on ne peut pas subvenir à toutes les éventualités.
    je me fais pas d'illusion je suis pas un survivaliste juste un résiliant qui tente de résister et de survivre un peu plus longtemps en cas de chaos... après, tout dépendra du chaos et des centaines de possibilités...on n'est pas des super hero.

    @Christophe 13/05/78
    merci pour ton témoignage.. il confirme en effet ce qui arrive sans cesse quand cela se produit brutalement et en effet on l’oublie souvent après que cela soit passé.


    Dans ces poudrières, notre père nous a toujours donné des points de RDV et des conduites a tenir dans ces situations..;mais cela ne se passe jamais comme on le pense. alors au moins si on ne sait pas toujours quoi faire on sait au moins ce qu'il ne faut pas faire.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super un sous-sol de 110 m2 avec une telle hauteur. Un rêve qui n'est pas à ma portée, malheureusement. Mais un sous-sol ne fait pas obligatoirement la taille de la surface des étages. S'il n'est pas entouré partout de fenêtre, il est peut-être possible de monter de la terre jusqu'à la base du rez-de-chaussée sur une partie. Ensuite, dans le sous-sol, on peut inventer un faut mur porteur, une pièce cachée, accessible uniquement par ceux qui en ont connaissance.
      Exemples, Personne

      https://www.youtube.com/watch?v=OsSsqUbaYJA

      https://www.youtube.com/watch?v=phIz_gHUOhI

      https://www.youtube.com/watch?v=V11l2sSYOWc

      Supprimer
    2. Une autre construction de porte secrète détaillée (en anglais), mais bon, on comprend.

      Personne

      Supprimer
    3. "Nous débutons cette semaine une série d'articles consacrés à l'évacuation."
      Il semble donc qu'il y aura plusieurs articles et que ceux qui se retrouvent coincés dans leur cave,ont peut être mal compris.
      Quel crimes avez-vous donc commis pour vous condamner vous-mêmes au cachot?
      Si encore il était question de vin;même pas.
      La cave?j'en ris encore.Existe-il un endroit plus bête pour se cacher qu'une cave.
      "Offrant une possibilité d'observation d'une éventuelle approche hostile" vous trouvez qu'un cave correspond à ce critère?
      Et pour le coup pour en sortir?...On va creuser des tunnels.Dans les murs porteurs ou dans les fondations?Il y a longtemps que j'avais pas autant rigolé:j'imagine Personne en énorme autruche(désolé!).
      Tu m'invites pour le barbecue en sous-sol,(même pour un végétarien ça devrait valoir le coup(?Je ramène des sardines et des merguez.
      Et presque pas humide avec ça.Remarques-bien qu'avec la chaleur du groupe électrogène ça va s'arranger.
      Et le véhicule on le gare ailleurs pour faire croire qu'on n'est pas là?
      Il me semble que le sujet est comment faire en sorte qu'une évacuation ne soit pas une catastrophe et non comment ne pas évacuer de son domicile.Et encore moins comment transformer son lieu de vie en chambre à gaz.
      Pour personne et les autres
      https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwib943WsYjcAhXJSBQKHWsvBIgQFggqMAA&url=http%3A%2F%2Fwww.bdenvrac.com%2Fdoc%2Fasuisse5.html&usg=AOvVaw2wl3T1Az6jdQtLkeANfU0r
      "On vient chercher des montagnes et on se retrouve dans une cave à manger des trous".
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    4. Yorick, il n'est peut-être pas trop tard pour que tu apprennes à lire... J'ai commencé à évoquer le problème de la cave pour y cacher les stocks - éventuellement pouvoir les retrouver -, tant avant un départ dramatique que dans un éventuel lieu d'accueil pour les privilégiés, qui imaginent pouvoir être attendu quelque part... J'ai personnellement plutôt vanté le fait, sauf cas extrême rare, de demeurer dans son domicile principal aménagé, quitte à y aménager une cache tout de même en cas d'intrusion éphémère. j'ai même précisé que je n'avais les moyens d'un sous-sol, mais il m'arrive souvent de penser souvent au-delà de moi-même. Ce n'est visiblement pas le cas de tout le monde. Fi de l'autruche, certains ne cessent de caqueter tels des perroquets, par la seule apparition d'une de leur tête de turc. Pavlov encore.

      CDLT, Personne

      Supprimer
    5. Personne,surtout change rien;pendant que le perroquet craque,la poule,elle,caquette.
      Et la pintade elle fait quoi?Elle cacabe.Relis ton post,il me semble que la syntaxe,traduit "un je ne sais pas quoi"de bizarre.Une intrusion éphémère?Joliment trouvé,un tantinet poétique,mais...je m'interroge sur le sens.
      Dans communication,il y commun.
      Je dis ça,parce que si tu entends ululer,dans certains bocage ;c'est pas forcément un oiseau.
      Tu vois à défaut de morse....
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  20. Au point par point, dans le désordre...

    "Assurez-vous de ne pas emménager dans une zone où votre présence serait perçue comme hostile, et ne vous installez pas sur un terrain privé, ou du moins, portant des signes visibles d'occupation ou d'entretien." Et je songe...

    Je me rappelle, lors du service militaire, lorsque plus de trois cent mille français, presque 400, chaque année, étaient appelés sous les drapeaux, ayant effectué alors de nombreux séjours et stages en beaucoup d'endroits de France et de RFA (dont 180 jours en forêts environ), m'être fait alors la réflexion que l'armée, en sus de ses bâtiments, possédait énormément de terrains sauvages, de zones naturelles ; et des soldats ou cadres militaires professionnels m'affirmaient même que c'était l'une des raisons de leur engagement : l'aventure au sein de la grande nature. Une part du territoire français... Depuis que le service militaire a été éliminé, je me pose la question : que sont devenus ces immenses territoires militaires inexploités désormais ? Que sont devenus ces milliers de bâtiments abandonnés (dont certains feraient de super-BADs pour des groupes motivés) ? Tous ont-ils été bradés à des requins promoteurs ? Certains d'entre-vous ont -il des réponses ? Peut-être Herman, ou Pierre Templar...

    Cordialement, Personne

    RépondreSupprimer
  21. En référence au commentaire de 21H25, hier, je me suis aperçu que le lien avait été oublié... Disparu...ou caché... Mille excuses. Le voici.

    https://www.youtube.com/watch?v=V3NGBo2M1Ps

    PS

    RépondreSupprimer
  22. bonjour à tous. Saisissant,tous ces échanges d'idées de possibilités, bonnes ou mauvaises pour d'autres, et pour moi je trouve cela enrichissant.Mais voila,toujours pas de solutions miracle...Au fait sans s'éloigner du sujet, je reviens à dernière guerre mondiale Oublions le mot "Guerre".L'obligation "FORCÉE" qu'ont imposé tous ces enfoiré de l'époque :"le 1 er, semble -t-il avait la moustache...? Boum c'est le big bordel! Alors à commencé la survie dans la terreur,j'en passe pour faire plus court.Pour dire simplement que là, des peuples entiers se sont retrouvés dans la vrai situation de chaos , et l'histoire à fini de nous montrer la vrai face de l’être humain, sans distinction de race.Les (bons ) cotés horribles, ,et surtout quand sans prévenir ,bien sur, on se prend des tonnes de bombes sur la gueule (ça fait mal) c'est juste un exemple, pour dire que la meilleur des préparations, les meilleurs des meilleurs, bref que de mots inutiles, que de citations, de conseils ou.....j’arrête là ma diatribe, pour finir je pose au monde entier la question suivante : "ON FAIT COMMENT"?? Bon cela n'engage que moi.Partir, rester subir, et à la fin mourir quand même, avec de sacs de savoir, des caves bondées des armes au top ou artisanales, et on oublie les femmes ah! mis à part le charme savoureux qu'elles exaltent, elles aussi pourraient donner leurs vue sur nos façon de faire, ça donnerait une autre perspective de cette VIE POUR SURVIVRE comme je l'ai déjà dit.Je ne veux offenser personne, ce qui est très bon pour moi, c'est cette multitude de mots ,et que je me pose la question suivante : ELLE est OU la sortie?? Bonne journée à tous

    RépondreSupprimer
  23. Personne bonjour
    pour répondre à la question, je dirai que je manque d'informations régulieres, je dirai donc ce que j'ai vu. au cours de mes pérégrinations professionnelles, j'ai pu constater que de nombreuses casernes ou j'avais trainé les rangers etaient devenues des annexes de mairie (Quimper), des lots immobiliers (caserne Dupleix à Paris et d'autres), des HLM (Morlaix), des forts sont rénovés et prévus pour les touristes ligne maginot, Serré de rivieres, , d'autres vendus à des particuliers fort Enet , fort lupin en Charente maritime. beaucoups de Gendarmeries antiques ont ete remises aux mairies. par contre pour les terrains militaires, c'est difficile car tractations tres discretes et profitables d'une part et quands on ne voit plus les limites "terrain militaire", c'est que ce n'en est plus un. et ne parlons pas des blockhaus transformés en maison, enterrés ou obturés. là quelques coups de pioche permettront de l'investir mais il y a du boulot pour le rendre habitable, il y en a pas mal là ou je réside. ca peut servir comme on dit.
    le patrimoine des armées reste considérable mais il diminue régulierement.
    voilà, mes informations sont assez pauvres sur le sujet mais ça reste une idée à creuser pour des groupes survivalistes , jeunes , motivés, durs au mal . sinon bon reperages à tous sur les cartes IGN et gougle est votre ami (enfin je me comprends) HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  24. petite info derniere, le fort des saumonards dans l'ile d'oleron , autrefois colonie de vacances est A VENDRE. il bouclait le passage avec Fort Boyard. si il y a des amateurs fortunés. HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  25. Superbe fort en effet. A défaut d'un Vauban... mais cela nécessiterait un investissement collectif. J'ai remarqué que les survivalistes (les français en général) sont de grands individualistes, incapables de voir au delà de leur propre famille, au plus...
    Ils ne songeront à retrouver l'esprit communautaire qu'une fois le chaos déclenché. Non par foi, ni par amour, mais par peur. Sous toute réserve...
    chacun pour soi, Dieu pour personne, mot d'ordre de la croisade contemporaine.

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le français est très fort pour prêcher l'action collective, mais quand il faut passer aux actes...plus personne ou alors des trolls, des fouteurs de merde spécialisés dans le coupage de cheveux en quatre ; grand défenseur du débat démocratique sans comprendre qu'ils n'ont ni les compétences ni la probité pour donner un avis honnête qui nuirait aux intérêts de leur parti ou de leur syndicats. Pas étonnant il y avait au moins une trentaine de tribus gauloises avant les gallo-romains.
      Et deux mille ans c'est TRES court dans la vie d'un peuple surtout quand 1500 ans d'émeutes de revoltes et de guerre ont prouvé par l'expérience qu'écouter les beaux parleurs théoriciens est le moyen le plus efficace pour gagner une place au cimetière...!
      Par contre l'individualisme est un bon moyen de laisser passer l'orage qui va noyer les imbéciles bisounours beau-parleurs. Ce qui n'empêche pas de prévoir pour les autres. Cette prévoyance individuelle fait sortir de nouveau berger et leur donne une légitimité . Elle leur permet aussi de se faire reconnaitre et de reconnaitre leur semblables, et c'est seulement pendant le chaos que l'on compte ses amis. Et c'est après le chaos que le collectif peut se créer pour reconstruire.
      Jusqu'au prochain cycle de chaos.
      C'est cet esprit individualiste du gaulois qui ont permis aux français de tenir Verdun en 1916, à Stonne en Mai 1940 et de couvrir la fuite des anglais à Dunkerque en Mai-Juin 1940. Et la preuve se trouve dans les rapports confidentiels des généraux allemands qui se sont fait étrillés par ces bidasses français coupés de leur commandements constitués d'escadrons de fils d'archevêques.
      21000dijon

      Supprimer
  26. La photo de cet article parle d'elle même .. Le pére avec son Sac a dos, et un bébé (un seul) dans les bras.. je ne lui souhaite pas de rencontrer une bande de zonards armés.. il fait quoi? il pose le bébé au sol avant d'engager? et aprés ? il reste statique a coté de
    son bébé? quelles sont ces chances réelles a ce pauvre homme ? pourtant munis d'un fusil d'assaut..
    Evacuer oui.. a bien réfléchir quand même..

    RépondreSupprimer
  27. Le bébé il l'a peut être recueilli en chemin, ou trouvé abandonné dans une chapelle ou un hôpital. C'est peut être aussi sa femme qui a pris la photo, elle même enceinte jusqu aux dents. En sortant de la chapelle, il a constaté qu'on lui avait volé leur voiture... avait il le choix ?

    Personne

    RépondreSupprimer
  28. Autre indice... le bébé et l'homme regardent dans la même direction. Au sortir du bâtiment, surpris mais maître de lui même, protégé par un grillage, il tente de négocier avec les voleurs, l'arme prête à les payer au centuple avec son semi auto. Il n'a commis qu'une seule erreur. Pas eu le temps de mettre des bouchons d'oreilles au bébé. Nul n'est parfait...

    personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Personne, humour décalé pour moi, le moutard fera parti de ceux qui ont des parents cousins de "Rambo"celui qui vide des caisse calibre 50, et aussitôt après entend, péter une mouche à .... je ne sais plus...Quand à l'abrutis de la photo, ça montre exactement la stupidité de l'individu.Il a peut être une femme planquée?Elle laisse son mec se trimbaler avec son pisseux, braver l’événement??Fada la louloute? Meme armée , capable sera -t-elle de réagir à leur imbécillité commune? Pas bon l'exemple de ce type, mais ma fois , si ce gars est partageur, l' (s) ensuqué(s) s'en serviront comme une serpillière, après, BOAF une balle dans la tète, ou ailleurs, et si ça fait des jours entiers à n'avoir rien bouffer!Pourquoi pas le jeune rôti?Et oui, la ce n'est pas du cannibalisme , mais de la " SURVIE" non? Fini les bouchons, et la grille servira pour la rotissoire!

      Supprimer
    2. Oui Dreamer ou l'image constitue comme le dit Jean-jacques une sorte d'aphorisme.
      Le titre sous lequel on retrouve cette photo est "bugging out with a baby".Toute la difficulté d'une évacuation avec un enfant est posée.
      On peut penser que cette photo n'a pas été choisie par hasard ni par un autre joueur Belge(hi hi désolé).
      Le fait que l'homme porte l'enfant est récurrent dans une certaine thématique ,par exemple Saint Christophe,portant le Christ.C'est également la thématique du Roi des Aulnes(Goethe)"qui chevauche la nuit si tard,c'est le père avec son enfant".Le père essaie vainement de soustraire son enfant à une créature qui pourrait bien être une allégorie du chaos(ogre).
      Ce thème retrouve un écho dans le Roi des Aulnes de Tournier,le personnage de l'ogre gagnant son salut en devenant le porteur d'enfant au prix de sa vie.
      On pourrait parler du Minotaure(Statue que l'on retrouve dans des lieu ou se sont produit des attentats),ou de Moloch (on peut établir un rapprochement avec Isaac).Le tribu est payé en enfant.Bref sauf intervention (judicieuse) d'Ariane ,les femmes sont peu présentes.La destruction des enfants de l'autre,fait partie du chaos.
      L'enfant c'est le futur et les deux personnages regardent vers l'Est:le lever d'un aube nouvelle,dorée?).L'homme n'a pas besoin de son arme:il est confiant dans l'avenir,malgré les obstacles(grillage).

      Ce qu'on fait,on ne le fait pas pour rien,mais pour sauver un avenir.
      Bonne préparation a tous.
      Pour Dreamer et Personne je vous conseille les tests de Rosenzweig.
      Yorick

      Supprimer
    3. Autre indice:
      La photo a été produite pour illustration d'un article ou d'une série/fiction et n'a aucun caractère de réalité.

      Supprimer
  29. Au point par point... "Le fait d'évacuer sans raison majeure, éventuellement sans rien de plus qu'une tente et un sac à dos pour partir dans la forêt comme des millions d'autres, vous laisserait sans abri et en grand danger."

    L'un des soucis majeurs dont on ne traite bizarrement pas en imaginant des hordes sauvages et des randonneurs aguerris se répandre dans les forêts de France, en imaginant la chose (à coup sûr, les prophéties ne parlent jamais d'un climat tempéré, plutôt de criquets frénétiques de retour du bal des pompiers) en été, est le danger multiplié par 100, par mille ou dix mille - déjà présent d'ordinaire par temps de chaleur - que les incendies se propagent un peu partout. Les nerveux vont fumer davantage, les stressés être encore plus maladroits et l'esprit absent au moment d'éteindre un feu ou de longer les bois, de s'exciter sur le volant la bave aux lèvres et le mégot en perdition. Beau feu d'artifice en perspective. Et lorsque ça va chauffer durant le chaos, il vaudra mieux croire en la prière ou jouer du tam tam pour faire tomber la pluie que d'attendre le pin-pon salvateur...
    Il n'est donc pas inutile, dès aujourd'hui, d'étudier les techniques de contre-feu. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/42824/FM_X_1_228.pdf?sequence=1

    Messieurs les pompiers du site, un avis ?

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour personne, encore moi.Oui le sujet reste grave.Les calamités tueront beaucoup d’hurluberlus dans leurs fuites.En particulier les enfants qui entraîneront avec eux la famille et j'en passe.Le feu, l'eau, des ennemis qu'ils faut regarder en face, et maîtriser ses peurs, sinon...? Après tout le reste et , c'est aussi très beaucoup.Cette chienne de "SURVIE" comme je l'aime, pareil qu'à la pub télé :Comme j'aime, 3 ci, 3 ça, et boum 40 kgs perdus !Croyez moi je prend très au sérieux cette mise en garde un facteur de plus, et pas le plus réjouissant, bonne journée à vous, les comme j'aime regretterons peut être leur embonpoint?

      Supprimer
    2. Mis à part _un glacis de 80mètres mini vous ne stoppez pas un feu de maquis ,surtout si il y a de la scopa(bruyère arborescente) qui brule même humide,maintenant le coup du mégot qui met le feu c'est bidon ,j'ai essayé avec un capitaine de pompiers,ça fonctionne a une condition en mettre plusieurs et cote a cote et qu'il y ait suffisemment de broussailles basses et bien sèches ,les éclats de verre faisant loupe sont plus efficaces,la majorité des incendies sont criminels ou par imprudence (barbecue et autres feux d'artifice).L'incendie comme arme est aléatoire si on ne connait pas les vents dominants ,allumer un contre feu suppose du personnel avec des tronçonneuses pour abattre assez de verdure en ligne pour freiner le feu quand il arrive et ne trouve plus rien a bruler,c'est un pis aller inaplicable en combat,quant a ce que reçoive les fo ce ne seont dans la plupart des cas pas des cocktails molotovs ,ceux ci ne s'enflamment que quand la bouteille casse et ne sont en aucun cas allumés avant le lancer(il s'agit d'une réaction chimique qui provoque son embrasement et il n'y a pas non plus d'explosion)

      Supprimer
    3. Merci de votre apport Janus. Je ne parlais pas d'incendie comme arme volontaire, mais comme état de fait multiplié grandement en situation de chaos essentiellement par les centaines de milliers de personnes qui songeraient, sans précaution d'usage, à aller pique-niquer dans la forêt...
      Le contre feu est une technique extrême effectivement qui nécessiterait de la main d'oeuvre et les conditions adéquates. Mais sait-on jamais... Quant aux coktails molotov, il s'agit là d'un autre problème, car c'est bien une arme de guerre avant tout. Les effets loupes des éclats de verre risque d'être légion, vu le nombre de dégénérés alcoolisés auxquels il faudra s'attendre et qui balanceront verre et bouteilles dans toutes les directions, certains mêmes pour s'entraîner à tirer.

      Mais, si je vous suis bien, en cas de chaos où le risque d'incendie, déclenché pour quelque raison que ce soit, deviendrait terrible et avec peu de moyens aux secours dédiés pour agir efficacement, il n'y aurait rien à faire, seulement subir... Laisser passer la flamme en priant pour que notre sueur l'éteigne...

      Personnellement, je ne suis pas aussi pessimiste que certains sur le sens du devoir maintenu assez longtemps par les pompiers, les FDO, les secouristes, les médecins, etc, même à titre bénévole. Beaucoup n'abandonneront pas leur poste pour aller rejoindre leur famille (combien l'ont fait - sans doute fort peu - quand il s'agissait d'aller crever dans les tranchées de Verdun ou d'ailleurs - certes les temps ont changé, et la discipline encore ; et nos soldats ne sont plus des légionnaires romains). Tout dépendra du temps du chaos. Et de la folie engendrée.

      Personne

      Supprimer
    4. Et puis, je n'ai pas traité des attaques au coktail molotov contre les FDO pour traiter de la guerre, mais pour évoquer le sujet des vêtements d'évacuation : trouver une tenue vestimentaire solide, légère, pratique, ignifugée, de préférence respirante (est-ce totalement incompatible avec le traitement anti feu ? Les FDO ont pourtant besoin d'être mobiles), et, si possible, à un prix abordable.

      PS

      Supprimer
    5. @ Janus

      ",ceux ci ne s'enflamment que quand la bouteille casse et ne sont en aucun cas allumés avant le lancer(il s'agit d'une réaction chimique qui provoque son embrasement et il n'y a pas non plus d'explosion)"

      Tu devrais essayer le mélange essence, polystyrène (plus du sable pour les perfectionnistes)dans une bouteille bouchonnée avec un cordon en coton imbibé d'essence enflammé autour du goulot avant le lancé.
      Bien sûr, c'est le cocktail du pauvre mais tout le petit monde fanabobogaucho ne s'abreuve pas de champagne et de réaction chimique hypergolique.

      Un fin Landais

      Supprimer
    6. bonjour fin Landais ,vous n'avez pas compris mon texte ou alors c'est de ma faute je ne me suis pas exprimé clairement le "vrai" cocktail dit molotov a été in venté par Irène Joliot Curie était prévu pour s'enflammer au choc éclatant la bouteille contenant un mélange d'essence et d'acide sulfurique et du... collé sous une pseudo étiquette collée a l' extérieur de la bouteille.Le coup du cocktail du pseudo pauvre est très dangereux pour le lanceur inconscient,on a vu ça avec la paillotte a Yves Féraud ,pas un gars chez nous n'aurait fait ça parce que les incendies et les explosifs et leurs effets, chez nous en Corse on connait un petit peu,d'autant qu'une bouteille allumée doit être lancée immédiatement pas un cocktail molotov qui d'ailleurs n'a d'intéret que contre un véhicule ou un immeuble et pas sur des humains ,les lances flammes sont fait pour ça

      Supprimer
    7. @ Janus

      Suite à ton premier commentaire j'étais allé trouvé "ta" recette sur wiki.
      N'étant pas chimiste et peu enthousiaste à l'idée de manipuler sans connaissance des produits je me cantonne à mes "à peu près" de peu prêts. Les Finlandais eurent, eux, l'occasion d'essayer les deux avec un certain succès.

      Pour la petite histoire, la recette de "68" évoquait l'ajout de lessive en poudre (le polystyrène étant plus rare à l'époque) afin que l'ensemble colle mieux, le cadeau était compris.

      Supprimer
  30. Bonjour,
    concernant les feux de forêt, en dehors de l'étude des techniques précitées (théorique je précise, nous ne sommes pas des professionnels équipés, et il ne s'agit surtout pas de jouer aux apprentis sorciers), il n'est pas inutile, sans doute, d'y ajouter l'étude des cartes des zones à risque les plus élevées, déjà en période de normalité.

    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/368/1239/feux-foret.html

    exemple d'une évacuation due aux incendies au Canada il n'y a pas si longtemps.
    https://www.youtube.com/watch?v=dsivcxoCpNY

    https://www.youtube.com/watch?v=OBIopxs6ebc

    certains conducteurs qui avaient leurs véhicules bloqués cherchaient à échanger leurs bidons d'essence contre une place en véhicule encore opérationnel. Le feu en a tellement pris par surprise que beaucoup sont partis avec presque rien, et très peu d'essence dans le réservoir. Beaucoup de véhicules sont tombés en panne. Et encore, dans ce cas précis, des milliers de professionnels et de nombreux canadairs (au Canada, il y a des centaines de milliers de lacs pour ravitailler les avions bombardiers d'eau) ont été mobilisés, qui cesseraient vite leur activité en cas de chaos total.

    Embonpoint ou pas, Dreamer, un incendie court très vite, une fois lancé, et le danger vient d'abord des fumées.

    Personne

    RépondreSupprimer
  31. bonjour personne, tout à fait d'accord avec la remarque sur l'incendie.Les fumées sont parfois plus tueuses qu'autre chose.Oui le feu avance très vite, et si vent y a bonjour les galopades éperdues, exemples sur les feux ,à la télé on regarde, les gens inconscients pris par surprise par leurs bêtise,et oui tous ces paramètres auraient du donner à réfléchir, chaque année ici, et ailleurs toujours le même refrain.Les attitudes sont dures à faire changer.Juste un exemple, connu:"le barbecue ne prend pas bien?Quoi de mieu que d'y balancer de l'essence...?" là c'est en temps calme.La nature elle est imprévisible, en temps de chaos je pense que ces feux seront plus souvent l'oeuvre de l'homme, à croire qu'il aime à s'enfumer. En restant les pieds sur terre , gaffe au feu. Çà brûle ça asphyxie, çà détruit tout, par chance les canadiens ont beaucoup d'eau, qu'elle chance! nous?Nos pauvres pilotes de canadair ici en france, on fort à faire .là n'est pas le sujet, mais si chaos y a , chez nous je pense que beaucoup vont griller bonne journée

    RépondreSupprimer
  32. cela appelle une conclusion, pour le moins. De la nécessité, dans un processus d'évacuation, de disposer parmi les vêtements emportés, de tenues ignifugées. D'un certain prix, je le suppose, et peut-être d'un certain poids... Quant on voit aujourd'hui les coktails molotov que se prennent sur la tête ou dans le torse, à chaque manifestation, les forces de l'ordre, on se dit qu'elles peuvent avoir fonction aussi de tenues de combat. Je ne connais pas leur durée de résistance au feu non plus. A comparer avec celles des pompiers. Herman, ou ceux qui ont pu avoir à faire face professionnellement à ce genre de situation, en a sûrement l'expérience.
    Au cours d'une évacuation forcée, y compris pour l'évaluation des chemins possibles, le paramètre incendies n'est pas à négliger.

    Personne

    RépondreSupprimer
  33. J'entends déjà des petits malins ricaner : "c'est bien joli des tenues anti-feu, encore faut-il pouvoir se protéger des fumées ?". J'y ai pensé, sans compétence aucune en ce domaine, et je ne demande qu'à apprendre des personnels compétents (cela ne faisait pas partie de ma formation de secouriste). Y a t il un pompier dans la salle ? Les masques à gaz de type militaire, par exemple, je crois, sont classés en catégorie A, donc en principe interdits aux civils.
    Alors, que reste-t-il aux civils comme possibilités (sans compter les couvertures de laine et les chiffons mouillés) de s'en sortir,comme de venir en aide à autrui, si l'occasion se présente ?

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Il faut aussi des chaussures anti-feu en plus des autres chaussures de marche en montagne et sur route ( diplôme du randonneur en montagne )

      Supprimer
    2. Le feu ça brûle, l'eau ça mouille et fumer ça fait tousser. Bravo!

      Supprimer
    3. Considérations pratiques:

      Si j'avais à faire la liste de tout les trucs et outils indispensables à transporter par personne je prendrais un semi remorque!

      Maintenant: La tenue ignifugée plus le masque à gaz (avec filtres de rechange?) la couverture en laine et l'eau pour mouiller les "chiffons".

      Dans "considérations pratiques", c'est quoi le mot qui n'est pas compris?

      André Breton

      Supprimer
  34. bonjour à tous, concernant le vetement anti-feu qui fait aussi vetement de combat, j'avais, c'etaient des tenues assez souples et legeres avec des possibilités d'installer des doublures isolantes par bouton et scratch. ça résiste bien à un cocktail molotov, version essence pure pour les gougnafiers (quands ils nous les lançaient, ça coulait sur le bras et ça s'enflammait bien , d'ou moqueries de notre coté), version plus élaborée essence et huile, pour en finir avec la version chimique qui ne nécessite pas de flamme. evidemment ça ne vaut pas une tenue de pompier tres lourde et raide mais ça fait le boulot car le feu ça brule. vous pouvez rajouter des sous pull en kermel qui renforce encore plus l'efficacité. maintenant , pour trouver ça , là je ne sais pas faut fouiner pour de l'occasion ou alors du neuf mais ça reste plus cher qu'un vulgaire treillis Français. quands aux chaussures, des chaussures d'intervention en cuir cordura conviennent, éventuellement avec une plaque d'acier en semelle contre les tessons de bouteille ou la ferraille et des renforts en kevlar. c'est tres abordable. petit conseil , si vous en trouvez, enlevez les insignes scratch, pour évitez les ennuis avec nos CPF .
    des cocktails molotov, j'en ai reçu, c'est intense mais bref, à part quelques sourcils roussis, que dalle, donc c'est efficace, bonnes recherches, ne m'en veuillez pas mais j'en ai gardé une neuve par sentimentalisme et on ne sait jamais n'est il pas ?
    bon bronzage à tous HERMAN STOSS

    RépondreSupprimer
  35. Dans la bave du chien de pavlov qui s'étale de 7h57 a 9h02, c'est quoi le commentaire utile qui enrichit le lecteur ? Une couverture de laine peut sauver quelqu'un d'autre. D'avoir songé à des protections d'oreilles par exemple pour le bébé (ce qui ne pèse rien) montre qu'un survivaliste peut n'être pas qu'un bourrin égoïste et lâche qui ne songe qu'à lui- même.

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je recommence:
      - Le titre: Evacuation1: considérations pratiques.
      Désolé pour la réalité qui te submerge mais dans ta réponses et tes comment-taire il n'y a nulle considération et nul aspect pratique pour une évacuation.

      Quand à la bave ... c'est aussi hors sujet comme d'habitude.

      Ce pendant, et pour être constructif et très instructif:
      Listes-nous donc le contenu de ton sac d'évacuation s'il te plait,
      _ un sac avec départ à pied et
      _ un sac ou plusieurs pour un départ avec un véhicule.
      Nous en apprendrons ainsi beaucoup.

      A moins que tu te dégonfles et ignores cette demande, ce qui ne m'étonnerait qu'à moitié.

      Michelin

      Supprimer
    2. Je n'ai aucun compte a te rendre, le gonflé Michelin. Ta vie comme ta survie m indifférent. Par contre le thème de la multiplication des incendies (surtout en forêt ) en cas de chaos, et toutes les réflexions qui peuvent en découler, ne me semblent pas hors sujet de l'évacuation.

      Personne

      Supprimer
    3. Un indice toutefois pour le sac d'évacuation. J'éviterais le mauvais esprit comme Gps pour indiquer les directions... et je n'oublierais pas l'humour et la sérénité dans la cargaison. Ça ne pèse rien et cela allège considérablement le sac, le processus d'évacuation. Et même le forum. J'ai tout bon ?:)))

      PS

      Supprimer
    4. Petit joueur va!

      Il ne s'agit pas de compte à rendre mais que tu nous fasses part de façon d'envisager une évacuation.
      Ca, ça aurait un peu de gueule.

      Mais tu confirmes et nous nous rendons compte qu'au delà du pipeau il ne reste que le vent que tu produis.

      Dommage car si tu essayais tu TE rendrais service, et à nous aussi. Mais peut-être es-tu incurable.

      Mais bon je suis tout de même content de savoir que les incendies(surtout en forêt) te préoccupent et donc que tu es un ami de la nature, c'est déjà ça.

      Merci pour ce moment.

      Robin Hood

      Supprimer
    5. Bien sûr il y a des feux de forêts... Mais il y a feux de forêt et départ de feux...
      Mais pas n'importe où non plus.
      C elui qui fréquenterait la Crète, la Grèce, la Corse et autres massifs semi-arides pourrait effectivement intégré la problématique du feux de forêt ou de maquis et prévoir une défense incendie.
      Celui qui courrait les sentiers des Ardennes aurait plutôt intérêt à se munir d'une boussole.
      Pour dire que ce qui est valable dans un cas ne l'est pour l'autre.

      Arrêtons nous un instant.
      11 juillet 2018. Il est 14h24 après le grand chambardement produit par une pluie de météorites hurlantes survenue à 00h00. Les champs autour de chez fument encore, les foins qui n'avaient pas été fauché sont cramés, quelques maisons brûlent au village.

      Je saute dans ma combinaison ignifugé ...

      Merde! j'habite au Groenland.

      Supprimer
  36. Merci Herman. Votre commentaire est très instructif. Bonnes vacances.

    Personne

    RépondreSupprimer
  37. @ machinchose truc muche bidule et tous les jouets de la Terre :

    Petit joueur ? Remarque assez cocasse de la part de quelqu'un qui utilise 100 pseudos pour mieux manipuler... d'une part, l'exemple que j'ai montré des gigantesques incendies du canada l'est précisément dans une région qui n'est pas réputée pour avoir le climat de la Corse ou de la Crète. De grandes sécheresses, de grands vents, aujourd'hui et demain, peuvent atteindre toutes les zones forestières.

    Nonobstant cela, la critique ainsi formulée de la relativité de l'environnement au regard des possibles incendies rend stupide encore plus la question du contenu de mon sac d'évacuation (dont Dijon se fout plus que de l'an 40...). Car il est évident que le contenu d'un sac ou de plus de contenus et contenants dans l'option ajout de véhicule, varierait considérablement en fonction du type de chaos duquel devoir s'évacuer. S'il s'agit d'un chaos épisodique, qui ne change pas fondamentalement les règles de la société, il est évident qu'un sac prévu pour la randonnée en moyenne montagne suffirait amplement. Tous les grands randonneurs en ont connaissance. L'avantage aujourd'hui est que l'on peut trouver presque tous les éléments plus légers qu'autrefois. Ainsi, je portais toujours une canadienne de 3,5 Kgs alors que désormais une tente de 2 kgs suffirait. Je n'ai plus 20 ans non plus. Et pour se défendre, un bâton ou une canne de randonnée , plus un couteau (j'ai toujours eu les deux) suffisent amplement. Dans le cas d'une guerre civile, où les règles ont totalement basculé, où le transport d'armes est indispensable à la survie, les choses en iraient autrement. Et puis, partir seul ou à deux, ou davantage, modifie encore la donne. Dans le cadre du pire des chaos, si j'étais seul, je laisserais dans le véhicule une place libre, sac à dos compris, pour être en situation, au besoin, de venir au secours d'une tierce personne, au moins.
    C'est à partir de scénarios variés, de situations distinctes, qu'on élabore des données pratiques différentes. N'est-ce pas ?

    Personne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un chaos épisodique? selon le type de chaos?Dans le cas du pire des chaos????
      Ma conception,
      Le sac est comme un couteau suisse.Il y a dedans de quoi faire face aux besoins naturels pendant une durée suffisante pour atteindre un objectif donné.
      L'arme est elle indispensable à la survie? Pas si le survivaliste peut mettre en place des stratégies d'évitement des zones ou des gens à risque.On voit que le kit minimaliste répond à la problématique de l'armement par un objet limité à la seule défense.
      Les loups,les ours,les débiles en tous genre,les chiens agressifs,les délinquants sexuels,les fous de dieu ou autres peuvent d'ors et déjà se rencontrer dans nos contrées sans attendre un éventuel chaos artistique.
      Le contenu du sac est donc en rapport avec un climat et un biotope donné.Le reste me semble de l'enfumage.
      La tente utile ou pas?Pour moi inutile et nuisible,il vaut mieux une bâche.
      Le chaos est la cause de l'évacuation,le but c'est la BAD ou le fief familial ou la résidence de vacances et au milieu il y a le trajet.
      Je dirais même que dans ce genre de configuration la baïonnette de l'AK47 avec son coupe fil et une pelle me semble suffisant comme outillage,on peut à la limite ajouter un pied de biche.
      Voilà c'est simple.
      Après si certains se rendent compte que leur situation personnelle devient intenable,qu'il faut qu'ils quittent leur maison et qu'ils ne savent pas où aller,ne connaissant personne...ils font tourner leur couteau sur une pierre qui leur indique la direction à suivre et la ils font du stop.Oui STOP c'est le mot.STOP STOP !!!On ne peut pas prendre ce cas en considération;ni celui d'une personne qui se plaindrait de ne pas savoir lire ni les cartes ni les panneaux.
      Si d'autres pensent pouvoir camper avec tente, génératrice,douches solaires,tables chaises etc c'est leur problème.
      Il y a sur ce site le descriptif d'un vrai kit d'évacuation.
      Je ne comprends ce qu'il y a de compliqué.
      Je connais le trajet;j'ai mon itinéraire;j'ai prévu une durée de trajet de X(méthode PERT)j'écrête les valeurs extrêmes qui semblent être les seules variables retenues par certains(période glaciaire pendant le trajet,crue du siècle,chute de météorites etc),et voilà.
      Méthode PERT , itinéraire fait à la main et repéré sur le terrain,j'ai mes outils.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  38. Bonsoir a tous...

    Je vous dépose ce petit PDF a télécharger qui pourra se rendre très utile.... https://nopanic.fr/wp-content/uploads/2013/01/VDMC_survie_urbaine_sfs.pdf

    Bien a vous; TEZAK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci TEZAK,c'est vraiment super comme document.Bon ça ressemble un peu trop au manuel du combattant à mon goût mais c'est bien fait.Ma famille a été dans la résistance et un seul membre a combattu.
      Les autres ont organisé des transports de personnes de marchandises;des passeurs.Il y a vraiment des idées à prendre.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.