20 août 2018

Aménager un bunker pour la survie

Le bunker n'est pas un concept nouveau dans le domaine de la survie, pas plus qu'il ne lui est exclusif. Depuis les premières cavernes jusqu'aux donjons du Moyen-âge, les hommes ont toujours pressenti l'importance d'avoir un lieu de repli sûr en cas de trouble majeur.

Aujourd'hui, parallèlement à l'accroissement des risques et des tensions internationales, les bunkers connaissent un regain de popularité, en particulier chez les survivalistes.

Pour être efficace, un tel dispositif doit posséder certaines caractéristiques. Cet article a pour but d'en lister les principales...



La fragilité du monde moderne commence à paraître comme évidente chez un nombre croissant de personnes. Bien entendu, les survivalistes en font partie, et sont même les premiers concernés. En fait, plus l'horizon s'obscurcit, plus les bunkers apparaissent comme des dispositifs judicieux à même de répondre aux différents problèmes de sécurité qu’entraînerait un effondrement sociétal.

Quelle que soit la qualité d'une BAD ou d'une retraite aménagée, le simple fait qu'elle se trouve au-dessus du sol la rend vulnérable aux attaques et aux pillages. Une pièce forte, idéalement située sous terre, permettrait au survivaliste et sa famille de se mettre à l'abri en cas de péril extrême, tout en restant indécelable.

Il existe probablement des centaines de paramètres à prendre en compte lorsqu'on envisage de construire un bunker, et la plupart devraient être laissés aux soins de professionnels. Mais si l'aménagement d'un véritable abri antiatomique n'est pas à portée du premier venu, il n'est pas non plus indispensable de posséder un tel dispositif pour augmenter drastiquement son niveau de sécurité.

A ce titre, un bunker " familial ", aménagé en simples sacs de terre au fond du jardin, pourrait tout aussi bien remplir sa fonction. Si l'aventure vous tente, sachez qu'il existe certains facteurs essentiels à prendre en compte, notamment pour ce qui concerne l'emplacement...


Les 8 caractéristiques les plus importantes d'un bunker



1. L'emplacement


Tout comme pour une maison en bord de plage, ou un loft dans Paris, l'emplacement est primordial. Ainsi, la première chose à laquelle il faut penser lorsqu'on prévoit d'aménager d'un bunker est sa localisation. Dans le choix de son emplacement, vous devrez prendre en compte l'environnement qui se trouve autour, et prêter attention aux détails. Êtes-vous au-dessus du plus haut niveau qu'une inondation pourrait atteindre ? Quelle est la nature du sol dans lequel vous souhaitez creuser votre bunker ? Est-ce que la zone à laquelle vous pensez est sujette à des tremblements de terre, à des incendies de forêt, ou autres catastrophes naturelles ?

Si vous habitez un pavillon de banlieue, vous n'aurez probablement pas d'autre choix pour l'emplacement de votre bunker que le fond du jardin, ou les abords immédiat de votre habitation (avec un accès direct depuis l'intérieur). Si vous vivez à la campagne sur des terres que vous possédez (ce qui doit être le cas, évidemment), les possibilités s'élargissent et le problème prend une autre dimension. Vous pourriez accoler le bunker à votre habitation, ou au contraire, le placer plus ou moins loin dans les terres. Dans ce cas, vous devrez alors vous assurer que cet emplacement est suffisamment éloigné pour que personne ne vous voie ou ne s'y déplace, et qu'un éventuel randonneur ou campeur n'y tombe pas dessus par hasard. Assez loin pour qu'il ne soit pas trouvé, mais pas autant pour que vous ayez du mal à le rejoindre en cas d'urgence.

Étudiez les cartes, discutez avec les géologues et lisez tout ce que vous pourrez à propos de votre site. Ce n'est que lorsque vous serez sûr à 100 % que vous pourrez vous lancer.



2. La sécurité


Une fois l'emplacement déterminé, la sécurité devient la priorité numéro un. De nos jours, il est illégal de monter des canons en batterie pour faire le travail pendant que vous n'êtes pas là, mais les caméras et les systèmes de sécurité sont un excellent moyen de vous assurer que personne ne fouille en votre absence.

Parallèlement, une bonne protection du périmètre devrait être planifiée. Des choses comme des clôtures et des barbelés pourraient être une bonne idée, bien qu'ils puissent aussi attirer l'attention. Des dispositifs plus passifs sont possibles, par exemple en laissant traîner un billet de 20 euros près de l'ouverture du bunker. Si quelqu'un se présente, il le verra et le prendra probablement. Si vous revenez et que votre billet a disparu, vous saurez de manière certaine qu'un intrus est passé par là.

Assurez-vous de stocker suffisamment d'armes et de munitions dans le bunker. Ne comptez pas trop sur le fait d'apporter ce que vous avez chez vous, car vous pourriez ne pas être en mesure de passer à votre domicile avant de rejoindre le bunker. Prévoyez un assortiment d'armes, y compris des lames, des fusils, et des armes de combat au corps à corps telles que des bâtons et des matraques.


3. La dissimulation


La sécurité de votre bunker, et la vôtre par voie de conséquence, passe d'abord par sa dissimulation. Une protection n'est pleinement efficace que dans la mesure où l'on parvient à rester caché à la vue d'éventuels assaillants. Cette dissimulation est la force première d'un bunker, et c'est aussi son but. A partir du moment où l'emplacement du bunker est découvert, les choses deviennent beaucoup plus difficiles pour ses occupants ; un assaillant particulièrement tenace n'aurait plus qu'à attendre que les réserves s'épuisent et que ses occupants en sortent, ou encore hâter ce moment.

Il est facile de cacher une pièce souterraine ; il suffit pour cela de la placer sous une structure bâtie, ou, s'il est à l'écart, d'aménager le dessus à l'identique de l'environnement immédiat. Mais l'affaire se complique lorsqu'il s'agit d'une pièce destinée à être habitée, notamment sur une durée plus ou moins longue.

Le problème de la dissimulation est aussi lié à celui de la stratégie personnelle. La première question à se poser est donc : dans quel but est-ce que je construis ce bunker ? Est-ce pour me protéger d'éventuels envahisseurs, ou bien d'une catastrophe naturelle (tornade, ouragan, voire attaque NBC) ?

Dans le premier cas, il est évident que le facteur dissimulation sera déterminant, et le bunker devra donc être enterré (avec toutes les contraintes que cela entraîne au niveau technique). Dans le second, on pourrait se contenter d'un cellier semi-enterré, beaucoup plus facile à construire, à utiliser tel quel en attendant (stockage de denrées périssables), mais disposant aussi des installations nécessaires pour vivre à l'intérieur le moment venu.



4. Les ouvertures


La partie la plus faible de tout bunker est la porte. Bien entendu, elle est indispensable, mais c'est aussi le moyen le plus simple pour un intrus de pénétrer. Assurez-vous d'aménager une porte la plus résistante possible, et de la renforcer de l'intérieur. Pensez à la façon dont quelqu'un pourrait l'attaquer et/ou la contourner. Une protection pare-balles est indispensable, ainsi qu'une autre contre le feu. Le cadre autour est aussi important, car c'est ce qui casse habituellement lorsqu'une porte est forcée ou brisée.

Avec une bonne porte d'entrée, vous aurez besoin d'au moins une porte de secours. Une telle issue devrait être particulièrement bien dissimulée, mais facile à atteindre. Elle devrait également se trouver à l’autre extrémité de la porte principale, au cas où cette dernière devenait inutilisable ou était prise d'assaut. La porte de secours doit être cachée à 100 % de l'extérieur. Aucune trace ne devrait être visible qui puisse indiquer son existence. Ce pourrait être votre dernier moyen de vous enfuir si quelqu'un venait à franchir l'entrée principale, alors autant vous assurer de sa fiabilité.


5. L'air, l'eau, et la nourriture


Ce sont des choses évidentes, mais qui doivent néanmoins être planifiées. Votre bunker devra pouvoir disposer d'air frais d'une manière ou d'une autre, donc en fonction de la profondeur, un système de ventilation est à prévoir. Un dispositif fiable devrait être en mesure de filtrer tous les contaminants, y compris la grosse majorité de ceux radioactifs. La source d'air au-dessus du sol doit être particulièrement bien cachée. Rien ne peut mieux indiquer l'emplacement d'un bunker qu'un gros tuyau qui sort du sol.

En ce qui concerne l'eau, vous devez déterminer combien de temps vous et votre famille prévoyez de rester dans le bunker. Rappelez-vous que dans les situations de survie, chaque personne a besoin d'un minimum de 4 à 5 litres par jour. Un approvisionnement direct depuis une source souterraine est une bonne idée, car aucune contamination de l'extérieur ne descendrait aussi bas, mais cela peut ajouter un coût considérable à la construction. Enterrer une réserve d'eau traitée avec le bunker est une autre possibilité, à condition d'en prévoir suffisamment pour la durée d'utilisation estimée. Si l'on table sur une période de 6 mois, et suivant le nombre d'occupants, la quantité d'eau à stocker peut s'avérer considérable.

L'eau est un point crucial, chaque survivaliste le sait, et les problèmes d'approvisionnement deviennent encore plus épineux lorsqu'il s'agit d'un lieu confiné d'où l'on n'envisage pas de sortir avant un certain temps. Une source directe depuis la profondeur du sol peut s'avérer nécessaire. A chacun de voir avec les moyens dont il dispose, sa stratégie personnelle, et le nombre de personnes concernées.

Pour une petite famille et un court séjour, je recommande personnellement une cuve-palette de 1000 litres enterrée. C'est l'option la plus économique, et elle est INDISPENSABLE. L'eau devra être traitée et changée tous les six mois.

La nourriture est probablement le domaine où les survivalistes excellent. Assurez-vous de stocker des aliments qui pourront soutenir vos troupes durant tout le temps nécessaire, sans les rendre malades. Les nutritionnistes vous parleront probablement de 2 000 calories par personne et par jour pour rester en bonne santé, mais en espace confiné, quelques poignées de céréales et légumineuses suffiront largement. Ne pas oublier les vitamines et les médicaments. Limitez la consommation de boites de conserve qui augmenteront d'autant le stock de déchets, et deviendront rapidement des nids à bactéries une fois ouvertes. ATTENTION à ce que vous mangez ; ce n'est pas le moment de filer la courante à toute la famille ! Une raison supplémentaire pour privilégier les céréales et légumineuses...



6. La taille


Avec toutes les armes, les équipements, l'eau et la nourriture dont vous aurez besoin, vous devez vous assurer que votre bunker dispose de suffisamment d'espace pour stocker les produits de première nécessité, et, surtout, ne pas être trop à l'étroit. Vous pensez peut-être que dormir au-dessus de vos réserves est une bonne idée et que vous n'en souffrirez pas, mais quelques jours dans votre bunker et vous pourriez très vite devenir claustrophobe.

Vous avez besoin d'espace pour le stockage, le repos, la toilette, et plus important encore, pour VIVRE.

Avez-vous déjà imaginé habiter un studio de 20 m² avec votre femme, vos deux gosses et tous vos stocks ? Probablement que non. Dites-vous bien que n'y arriverez pas davantage dans un bunker, et même encore moins.


7. Les commodités


Les trois principales commodités dont vous devez éventuellement vous préoccuper sont l’électricité, le chauffage/climatisation, et la cuisson. La première est assez facile à produire avec un générateur, mais cela implique aussi le stockage de carburant et l'évacuation séparée des gaz d'échappement. Cependant, il faudra l'envisager si vous prévoyez de rester sous terre un certain temps.

L’électricité rend la vie dans un bunker beaucoup plus facile, notamment pour cuisiner et se chauffer, à condition de prévoir aussi une quantité suffisante de carburant.


8. Les accessoires


C'est probablement la caractéristique la plus négligée, mais elle est pratiquement aussi nécessaire que les précédentes. Sans un niveau suffisant d'habitabilité dans votre bunker, vous allez devenir fou s'il fallait y rester pendant une période prolongée. La stabilité mentale dans une situation extrême est essentielle à la survie à long terme. C'est pourquoi il est important de pouvoir disposer d'un siège confortable pour s’asseoir, de vraies toilettes et d'un vrai lavabo, une vraie douche de temps en temps, et peut-être même une télévision, un lecteur DVD, ou des jeux.

Les livres et la musique sont aussi des nécessités. Tout ce que vous pourriez trouver pour éviter à votre esprit de cogiter sur le fait que vous êtes prisonnier d'une boîte souterraine, alors que le monde s'écroule au-dessus de vous, sera sans aucun doute TRÈS utile.

Des effets personnels tels que des couvertures, des oreillers et des animaux en peluche pour les enfants aideront plus que vous ne pouvez l'imaginer. Laissez les couvertures de surplus militaires pour les plus spartiates, et achetez une belle couverture ou deux ; même sa couleur vous aidera !



Conclusion


Les considérations qui précèdent ne représentent que les plus caractéristiques parmi celles à prendre en compte lors de la conception d'un bunker. J'espère que vous aurez compris qu'il s'agit bien plus que d'enterrer un conteneur rempli d'équipements et d'armes à feu. Le but ultime est la survie, y compris du mental, dans la mesure où votre santé dans ce domaine est tout aussi importante. A quoi sert de s'enterrer dans un trou si c'est pour en ressortir fou à lier...

Les bunkers sont considérés par beaucoup comme la meilleure préparation possible à la survie. C'est sans doute vrai - vu que les "grands" de ce monde et les militaires en ont prévu - à condition toutefois qu'ils disposent de réserves et d'équipements adéquats. Les 4 piliers fondamentaux communs à tout abri souterrain viable sont la nourriture, l'eau potable, la circulation de l'air et l'élimination des déchets. L'étendue et la capacité de ces éléments dépendent de la fonction de l'abri ou du bunker, et de la durée prévue de son occupation.

La première décision concerne le fait de savoir si votre abri sera sous terre, semi-enterré, ou hors-sol. Chacune de ces options présente des avantages et des inconvénients. Les bunkers souterrains se cachent facilement et offrent une meilleure dissimulation. Le sol autour des murs offre également une excellente protection contre la plupart des explosions et différentes formes de catastrophes naturelles. Un abri sous terre constitue un endroit idéal pour se cacher, mais beaucoup moins pour se défendre. Si toutes les sorties sont trouvées par un assaillant agressif, alors les occupants du bunker sont piégés. La seule chose qu'il lui suffira de faire sera d'attendre avec les armes pointées sur les portes, car celles-ci finiront par s'ouvrir un jour ou l'autre, une fois les réserves épuisées. Dans certains cas, cet assaillant n'aura même pas à attendre aussi longtemps. Le blocage des bouches d’aération, l’ajout de gaz toxiques et l’inondation sortiront les gens plus rapidement. La sécurité primaire des pièces souterraines est le secret. Conservez l'emplacement - et si possible l'existence même d'un bunker - aussi non visible et secret que possible. C'est au moins aussi important que la force des murs, sinon plus.

Que vous choisissiez de construire en surface, semi-enterré, ou sous terre, il existe des fonctionnalités essentielles à considérer dans tous les cas :
  • Plusieurs sorties sont nécessaires. Il n'est guère utile de rester coincé dans son abri de survie juste pour mourir plus tard. Il donc dont TOUJOURS y avoir une autre issue. A ce sujet, l’installation d’un obstacle à angle droit à l’extérieur de la porte empêchera un assaillant d'abattre celle-ci. Un mur en pierre ou une construction en béton avec juste assez d'espace pour ouvrir la porte empêchera quiconque d'utiliser un bélier.
  • La circulation d'air est un autre élément critique. Un système simple peut se faire avec deux trous et un ventilateur, mais vous exposera à tous les contaminants et contagions aéroportés. Les grilles et les siphons empêcheront les rongeurs et l'eau de pénétrer. Les filtres à air (HEPA) éliminent de nombreuses petites particules et certaines bactéries et virus en suspension. Vous pouvez également utiliser la lumière UV pour désinfecter l'air avant sa circulation, de préférence juste après le filtre HEPA.
    Tous les autres contaminants nécessitent un système de pression positive pour les garder à l'extérieur. Une pression positive est obtenue lorsque l’air est soufflé dans une pièce plus rapidement qu’il ne peut sortir. Même avec les portes ouvertes, l'air propulsé empêchera les contaminants de pénétrer. C'est le principe inverse du sas d'isolation présents dans les hôpitaux.
  • Une source en eau potable est essentielle. Le point-clé dans ce domaine est la durée prévue du séjour. S'il s'agit seulement d'un abri temporaire, alors un simple stockage en cuve ou en bidons pourrait suffire. Mais s'il est prévu de vivre dans le bunker durant une longue période de temps, alors un puits ou un forage seront nécessaires. Dans tous les cas, il faudra aussi prévoir un système de filtration et de désinfection.
  • Les déchets sont un autre point capital. L'élément le plus important serait probablement l'évacuation des eaux usées en général, notamment des matières fécales. Il n'y a pas de moyen plus rapide de tomber malade dans une situation de survie qu'une mauvaise hygiène et un défaut d'élimination des déchets. Une fosse septique à proximité du bunker est la manière la plus simple d'y parvenir. Si elle est aménagée correctement, elle devrait durer plus que le temps nécessaire. Sur de courtes périodes, et à condition de pouvoir sortir de temps à autre, de simples toilettes sèches sont envisageables. Le reste peut-être enterré ou incinéré à l'intérieur, avec les risques toutefois de signaler sa présence à des assaillants potentiels. 

Une fortification telle un bunker est un moyen utile pour survivre à de nombreuses situations critiques. Que l'on se prépare à une tornade ou à la Troisième Guerre mondiale, avoir un endroit sécurisé où se retirer et encaisser les coups pourrait juste nous sauver la vie. Cependant, et à moins de disposer d'importants moyens financiers, il faut bien reconnaître que le survivaliste lambda ne peut raisonnablement pas compter aménager un vrai bunker, sinon pour n'y rester que quelques jours, surtout s'il est en famille. Au-delà de cette durée, les exigences techniques sont trop nombreuses et les équipements très coûteux.

Cela dit, rien n'empêche de prévoir une pièce fortifiée dans son domicile, ou à proximité, enterrée ou pas. S'il est conçu convenablement, un tel abri permettra de survivre à un événement extrême et inattendu tel qu'une catastrophe naturelle, voire à une invasion. Autant de bonnes raisons pour l'inclure systématiquement dans nos préparatifs...

89 commentaires:

  1. J'ai toujours eu peur des tunnels, caves,placards,ascenseurs et autres grottes;l'article est super bien fait: j'ai le mal de mer.
    Je resterai dehors,dans le clocher par exemple et je vous préviendrais quand tout sera fini.(ou pas)
    Bien à vous
    Yorick

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Article intéressant sur un sujet fondamental.
    Quelques remarques en vrac:
    - vérifier qu'aucun des occupants n'est sujet à la claustrophobie. Je peux vivre des mois dans un peu plus de 6 mètres carrés (je le fais couramment) mais j'ai pu constater que peu de gens peuvent s'abstraire à ce point de leur environnement.
    Si quelqu'un est sujet à la claustrophobie, il faut absolument le faire traiter. Comme pour toute phobie, l'hypnose est efficace. Je suis certain que vous ne voudriez à aucun prix voir certains de vos proches devenir fous, et même éventuellement en mourir.
    - je ne suis pas d'accord pour le mur à angle droit juste devant la porte, il est possible d'y appuyer un simple cric de voiture... Il vaut mieux qu'il y ait un angle suffisant pour compliquer l'installation de l'appui d'un cric, tout en empêchant le mouvement du bélier. Donc un mur parallèle à la porte ouverte serait plus sûr. Et ce serait encore mieux s'il était possible d'atteindre ceux qui se trouveraient devant la porte, la position du mur délimitant une sorte de meurtrière, mais ça pourrait être illégal...
    - prévoir les aérations de sorte que, même si l'une d'entre elles était découverte, il soit impossible de l'utiliser pour faire pénétrer une grenade ou du produit incendiaire.
    - prévoir aussi de pouvoir les fermer hermétiquement de l'intérieur pour s'isoler si l'atmosphère dehors était provisoirement irrespirable. Les filtres, c'est très bien mais ça ne protège que contre ce pourquoi ils sont prévus. Et inutile de les gaspiller en les bourrant de saloperies si on peut éviter. Ils ne protègent pas non plus contre un air pauvre en oxygène.
    - comme indiqué dans l'article, les sorties de secours doivent être invisibles de l'extérieur et ne jamais être utilisées.
    - l'entrée principale devrait être normalement invisible de l'extérieur et on ne devrait pas être visible en s'y rendant ou en en sortant. Donc il est mieux qu'elle se trouve à l'intérieur d'un bâtiment auquel on accède souvent, le mieux étant à mon avis l'habitation.
    - les reportages US montrent souvent de beaux abris qu'on dépose dans une fosse avant de la reboucher. Une fois que la végétation a poussé, c'est discret, en effet, mais pendant l'installation...
    - prévoir des moyens de secours manuels (pompe, génératrice, etc...) pour le cas où le carburant manquerait autant que le réseau électrique.
    - imaginer le plus possibles de scénarios dans lesquels la sécurité de votre abri sera mise à rude épreuve, avec des menaces variées, noter les points faibles, trouver des parades et les mettre en place après avoir vérifié qu'elles ne créent pas de nouveaux points faibles.

    Garder à l'esprit que le niveau de sécurité n'est que celui de l'élément le plus faible.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison mon ami, l'évacuation des déchets fécaux est très important. Je préconise des toilettes type toilettes nordiques, avec donc séparation dès le départ de l'urine et des matières fécales solides. L'urine part dans les eaux usées et les excréments sont traités à part. Je suis favorable à leur envoi dans une cuve de méthanisation (qui peut aussi être alimentée depuis le domicile au-dessus). Le résidu solide de cette cuve peut ensuite alimenter périodiquement un compost. Le méthane produit peut servir à beaucoup de choses, éclairage, cuisine, moteur...

      Supprimer
    2. pendant la guerre du viet nam ,les viets cong avait creusé des tunnels et des refuges sous terrain ,leur ligne maginot ,il fallait avoir leur moëlle pour rester la dedans ,il y avait tout y compris hopital de campagne a l'abri des bombes Us.Ce qui se conçoit dans le cadre d'une armée est irréalisable par une famille et un petit groupe de par son côut,mais si certains en ont les moyens pourquoi pas ,bien que la réalisation soit très compliquée

      Supprimer
  5. Bonsoir a tous,
    Étant d'habitude plus un lecteur qu'un commentateur, je suis obligé de faire un commentaire sur ce sujet.
    Pour avoir pas mal testé la vie en bunker lors de mon service militaire, je vous assure que 10 jours dedant c'est le grand maximum! En cas de problème atomique on dira, il est recommandé d'être dedant 5-7 jours et une fois que les poussières sont un peu retombées, on sort et on évacue! Et après 10 jours se sera déjà un sauna nauséabond (et ce même avec une ventilation électrique, donc je vous assure que si en plus vous devez faire une ventilation manuelle ce sera l'enfer). Mais la place ne sera probablement pas un soucis!
    A titre personnel, un bunker est cependant indispensable car ce doit être un lieu de replis (chez soi), une place forte! Les réserves que l'on fait devraient être à l'intérieur! Et en cas de gros problème on se ferme dedant sans danger même si notre maison au dessus est en train de brûler... Il est effectivement important de pouvoir défendre l'entrée (dans le cas ou la maison est "seulement" mise a sac!
    Les considérations que j'ai faites plus haut ne sont bien sûr pas valables si vous projetez de vous faire construire un bunker à 50mio...
    Bonne soirée et avant de critiquer il ne s'agit que de mon avis, je ne vous impose rien... Excellente préparation a tous, gda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut gda, ma seule critique est positive.
      En effet, le chauffage ne devrait pas être un problème, il faudra même probablement s'habiller très léger à l'intérieur!
      Je préfère prévoir plusieurs semaines mais, comme tu le sous-entends, ça demande une bonne préparation psychologique.
      Les marins restent 6 mois en plongée, non? Il est vrai qu'on ne manque pas d'énergie dans un sous-marin nucléaire.

      Supprimer
  6. Bonjour, merci pour l'article ! Savez vous comment se procurer des filtres nrbc fixe pour un abris ou comment en fabriquer ?
    Seb

    RépondreSupprimer
  7. bonsoir à tous, ha! Pierre que le grand écart me parait judicieux.Passer du camping tactique, et autres, au sujet plombant du bunker.Bravo, je sens qu'il va y avoir pléthores d' idées, j'en suis convaincu.Quand à moi, je ne serai d'aucunes critiques.Avec toutes ces possibilités, une part quand même importante , c'est le pouvoir d'y accéder. Oui l'argent, le temps, et surtout un moral d'acier.Chose que dans une famille , ou un groupe sera difficile à gérer, je pense.Toutes les précautions prises, les stocks , le pipi le kk, la filtration , air ,etc , etc, calmera les esprits.Hommes ou femmes, enfants, ha! les enfants.A l'heure actuelle, la majorité sans leurs portables, tablettes et autres objets électroniques, les jeux de guerre et j'en passe,Good luck! au famille, et autre regroupement , mais n'oublions pas nos anciens, nos malades, ceux qu'on oublie volontairement, ou non, ces personnes handicapées, nos fous , nos prisonniers gentils...et les méchants....Il est vrai que l'inventaire de la réalité , et aussi importante que les pluies dans un désert.En bref c'est toujours aussi compliqué, mais sur l'échiquier ,de la survie pour la vie, Pierre vous avez encore une fois de plus jeté un cafard dans nos méninges.Bravo et encore merci.Qui saura, dénouer ce nœud diabolique, pour rester en vie le plus longtemps meilleurs remarques et conseils seront les bien venus.Mais qui donnera la bonne solution, en restant très très modeste et je l'ai déjà dit:" un oursin lancé , attrapez le main nue sans vous estropier"Je suis un ancien soudeur, et des possibilité de faire des portes et autres protections solides, je ne vais pas m'étaler.Je suis même d'accord, de pouvoir donner un coup de main en soudage à des structures quasi inviolables, l'offre est lancée, je n'ai pas une parole de ?????.Pour en finir, l'attitude , le comportement, ,le caractère, l'idée de tourner en rond en attendant que ça passe:je pense que beaucoup, devront très très rapidement s'y entraîner.En bunker, la vraie personne s'affichera vite, et là je pense que les surprises ne seront pas toujours agréables.Mais bon, s'enfermer, se regrouper, dans la verte ou pas....Nous serons toujours dans une m...e bien grasse, quand à se laver de celle-ci...? je ne sais comment au moment où elle nous éclaboussera?Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste, je garde toujours en moi l'humilité, rester un humble élève de la vie, mais surtout essayer de la garder le plus longtemps possible, avec ou sans abri, avec ou sans amis Quand l'orage s'annonce , la pluie, ensuite les éclairs"Soudain, l'éclair frappe, mais où???Merci pour ce casse tète. Bonne soirée à vous tous et toutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Tu as raison, ami Tezak, un abri ne sera utile que si on peut le rejoindre à temps, il vaut donc beaucoup mieux qu'il soit très près du lieu habituel de vie.

      Supprimer
    3. bonjour à tous. Tezak, François,je vous rejoins dans l'accessibilité du bunker.La situation pourrait devenir "UBUESQUE" dans les multiples lotissements, et dans bien d'autres endroits où notre chère scté tasse et entasse l'individu.Aujourd'hui, avec les lois sur la propriété enfin je veux dire "Tous les interdits", malgré qu'on soit propriétaire, je vois mal les constructions du style Bunker évoluées sans problèmes, aussi discrète qu'elles soient.Bon , rien n'est impossible je pense.A vos pelles et marteaux(pas piqueur, ça fait du bruit) brouettes et...(je plaisante bien sur).Mais je reviens sur : Combien ça va Coûter? Ha! peut être l'entraide.Attention aux jalousies, Il est vrai que pour vivre heureux, faut vivre caché, disait quelqu'un.Personne hélas ne pourra se cacher indéfiniment.Du trou à rats, aux bunkers de milliardaires, tôt ou tard il faudra faire face à la réalité.Mais l'espoir fait vivre parait-il? Bonne journée à vous

      Supprimer
    4. Problème de réglementation, Dreamer?
      Si ce problème se pose, c'est que le côté discrétion a complètement foiré et donc l'abri lui même n'est plus qu'un piège à rats.

      Supprimer
    5. De toute façon,la solution de la pièce fortifiée,sorte de "panic room" est évoquée.Un "tu l'as" vaut mieux que deux "tu l'auras".
      Tout le monde a sa pièce fortifiée?
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  8. Pour creuser, il faut un permis, comme pour les armes et les voitures, autant dire qu'on est très visible sur ces trois domaines par un Etat qui n'est pas notre ami. A moins de passer le tout en "illégal", je vois pas trop l'intérêt de demander une autorisation à des gens qui seront les premiers à nous faire chier: Voir les mesures anti-autos qui nous tombent dessus; expropriations, refus de permis; mesures de dessaisissement des armes, le tout le plus légalement du monde.
    Pour le coup, politiques, flicaille et justice vous tomberont dessus sans exception...Et peut-être quelques délateurs qui vous veulent du bien...
    On peut creuser en douce mais la terre à excaver doit bien sortir et atterrir quelque part. De plus, les services fiscaux ont les moyens de détecter les piscines, alors une cave, c'est pareil.
    L'adduction d'eau et le courant, ça se coupe de l'extérieur puisqu'on est tous reliés à un monopole de distribution.
    Une porte, toute blindée qu'elle soit, ne résistera pas à la traction d'un véhicule un peu costaud.
    Sinon le couple gaz émétique/gaz toxique risque de vider le terrier rapidement. L'eau marche bien aussi. Et sinon boucler le blockhaus de l'extérieur et attendre. Plus tordu: cogner régulièrement sur les parties métalliques et le contenu finit par s'entretuer.
    Il ne faut pas prendre le problème à l'envers; Commençons par:
    Pourquoi faire un bunker (Choisir son ennemi)?
    Comment faire un bunker?
    Comment contourner les lois d'urbanisme?
    Comment assurer l'énergie et l'eau de façon pérenne, hors distribution classique?
    Comment vivre dedans (Je donne pas de détails)?
    Comment survivre dedans (Si agression extérieure il y a)?
    Etes-vous prêt à commencer un tel chantier?
    Rien que pour ça, autant dire que personne n'est prêt alors que l'ennemi, lui, travaille. Le survivalisme à l'occidentale reste un loisir pour gens qui en ont les moyens. Personne n'a défini d'ennemi spécifique alors que l'armée d'occupation du sud n'est qu'une partie du problème. Le survivaliste croit faire ce qu'il veut avec son bon droit et la justice de son côté alors qu'il est juste le problème dans le paysage, c'est à dire complètement inadapté au monde nouveau qui nous entoure. Le survivaliste fait juste partie de la classe moyenne qui est éliminée depuis quelques temps déjà. Choisissez mieux l'ennemi, les réponses pertinentes suivront.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Salut CC je te suis complètement sur le terrain de l'exaspération face aux Lois confiscatoires rétroactives,bien que je ne sois pas concerné.
      Le rôle de l'Etat?Quel état?Chirac a été le dernier président depuis nous avons des gouverneurs de province.Nous sommes des Européens vivant en France et nous n'avons pas plus de légitimité que les autres"les Français ne doivent pas avoir peur de devenir minoritaires chez eux".
      Je ne suis pas fan non plus des blockhaus mais j'aimerais bien des frontières.
      Il y a des notions par contre que je ne comprends pas:
      Le "survivaliste occidental"par exemple,par opposition au survivaliste oriental,antarctique,austral,boréal?Le survivalisme est un concept occidental.Non?
      Personne n'a défini l'ennemi spécifique?A mon sens la préparation doit couvrir un large spectre de catastrophes possibles.
      Je trouve que c'est déjà assez pénible de devoir envisager,les coupures de courant les catastrophes naturelles,les pillages,les incendies,les épidémies...a chaque catastrophe on peut voir que la puissance publique est dépassée. Le survivalisme a, au contraire,de plus en plus de raison d'être.
      Donc un abri résistant aux fortes tempête ouragan cyclones,qui peuvent désormais nous toucher du fait du dérèglement climatique; pourquoi pas?
      Un abri pour se protéger d'une catastrophe chimique accidentelle ou provoquée; pourquoi pas?
      Pourquoi ce serait illégal?
      Le dernier point est l'effondrement économique la classe moyenne passe au laminoir,c'est vrai.Mais elle l'a choisi.Politiquement et économiquement la classe moyenne a voté pour sa disparition.
      On voit bien ou ça va arriver et qui sera dépassé alors.
      Que reste-il a ceux qui ne sont pas d'accord et qui pour autant ne souhaitent pas la voie de la lutte armée,sinon se préparer à ce protéger des conséquences gravissimes des décisions qui sont prises (ou pas d'ailleurs)?
      il y a un côté mercantile agaçant dans le survivalisme,mais il y a aussi des personnes qui essaient de faire avec peu de moyens et de l'astuce;Pourquoi cette charge CC?
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    3. bonjour Yorick ,code de l'urbanisme pas de décaissement ou affouillements de plus de 2 mètres du sol naturelsans autorisation,donc on affouille au pied d'un talus de 2 ou 3 mètres ,après on meut monter des mûrs de soutien du trou si ils ne dépassent pas deux mètres pas de limite d'épaisseur,après on pose une dalle dessus et c'est fini on recouvre le tout a hauteur du talus,ça c'est si c'est fait au grand jour et clair ,autrement tout est permis avec une pelleteuse si vite fait et après invisible avec semis

      Supprimer
    4. Le bunker ? Conflit ? NBC ?
      Les villes ( et leur population ) representent les cibles dans un conflit " moderne" potentiellement ( = sûrement ) nucléarisé.
      A noter les quelques stations de métro parisiennes suffisamment enfouies , le tunnel égale 2 voies de sortie !
      Donc, à mon sens , le bunker type NBC ne s'impose qu'en ville . Raymond Barre , premier ministre, était le seul politique s'étant préoccupe des " abris" pour la population.
      Et depuis......rien.
      Ce type de bunker ne sert qu'une fois, les problèmes de surpression le détruisant pour la seconde fois.
      Il est plus à craindre ( pour les survivants ) les poussières et cendres radioactives encore plus terriblement meurtrieres car méconnues du grand public et qui retombent pendant un bon bout de temps..Hiver nucléaire.
      Gouverner c'est prévoir, donc j'habite dans un bois . A 300 m d' altitude.
      Loin des grandes villes type Florence ou Pise, , a 20 mm du littoral et ses villes balneaires.
      Creuser pourrait se faire meme avec un tracto-pelle , discrètement même mais serait sans interet à mes yeux.
      De plus rester dans un abri lors d'un tremblement de terre, un exemple parmi d ' autres aléas, ne me convainc guère . Le dernier à Amatrice / Italie , il y a 2 ou 3 ans , bilan 300 morts , sous les decombres ...
      Le paradoxe est que le seul intérêt d'un bunker semble ( tout est relatif me disait mon "pote" Albert! ) pour le citadin !
      Bonjour CC.
      Remarquable commentaire, tout est dit et bien dit .
      Chapeau !
      Bonjour Yorick .
      Par définition l'ennemi est une personne , un groupe , un pays qui( vous ) combat dans le camp opposé .
      Selon vous quel peut être l'ennemi u survivaliste avant / après cahos ?
      Après c'est facile : quasiment tous les affames !
      Avant , vous êtes dans le camp opposé de qui ? ceux que vous ne nommez pas dans votre commentaire ........
      Si, si,on parle aussi de ces gens ......
      L'autre partie du problème !
      Cdlt.
      Vianney.

      Supprimer
    5. Pas d'accord sur ce coup, cher Vianney.
      Il ne peut y avoir d'abris pour la population dans un pays disposant de l'arme atomique car sa population sert d'otage pour garantir qu'il ne s'en servira pas le premier.
      Un bunker anti-atomique, à ma connaissance, pourrait servir de nombreuses fois, la surpression lui causant autant de dégâts qu'une douce brise. Si tu as des informations montrant le contraire, je suis curieux d'en prendre connaissance.
      Quant aux tremblements de terre... l'impact de météorite qui a détruit les dinosaures a provoqué un séisme de magnitude 11 et quelques et les seuls survivants étaient enterrés lorsqu'il s'est produit. Un bunker bien construit supporte bien un séisme, en tous cas beaucoup mieux qu'une construction en surface. Tu pourras trouver plus de références à ce sujet dans le manuel de construction de puits et tunnels du génie de l'armée US, sur le site folkscanomy dont Jean nous a donné l'adresse.
      Un abri anti-retombées est plus facile à réaliser qu'un abri anti-bombes, et bien moins cher. Cependant, un bunker bien conçu protège contre à peu près tout tant qu'on reste à l'intérieur. C'est donc un élément essentiel pour ceux qui peuvent se l'offrir, il faut juste limiter ses exigences à ses moyens.
      Je ne vois pas en quoi vivre dans les bois suffirait à protéger de la radioactivité ou d'un hiver nucléaire. Par contre, un abri enterré au fond des bois...

      Supprimer
    6. Francois bonjour.
      Exact la théorie " Mad " , destruction mutuelle assurée qui prevalait pour un statu quo au temps de la guerre froide prenant les populations civiles en otage.
      De nos jours, est ce le cas ?
      il semblerait que l'on soit passé à un palier supérieur, notamment coalition occidentale : détruire la Russie, quoiqu'il en coûte, au passage la destruction de sa propre population permettant peu ou prou d'atteindre l'objectif d'une population mondiale à 500 millions, grave dans la pierre des Georgia's guide stones .
      Un bunker / constructions bien construits , discrètement, légalement , certes comme au Japon , certainement mais sommes nous au Japon? De plus , nous avons des idées, beaucoup, mais manque l'argent , le temps , et bientôt aussi le pétrole.....
      En théorie tout est possible, en pratique ........euh ! Bah ! A vot' bon cœur messieurs dames !
      La surpression si je retrouve la doc, sans problèmes. Néanmoins les techniques modernes permettent certains prodiges de construction rapportes à un passé récent, comme l'affirme le clan Benetton ,un pont écroulé et 41 morts en plus a Genova.
      Je parle facilement de la forêt car
      1) j'aime 2) bois pour le chauffage ( ère glaciaire en arrivée nous dit on / hiver nucleaire : le soleil ne passe plus pur réchauffer ). 3) eau plus courante ( jeu de mot, si, si , très bon.....) .
      4) les docteurs en physique nucléaire sont habitués au béton , rat des villes !
      5) la peste s'y propagera moins vite...
      6) l' huissier oul'agent des impôts peinera à y venir, après.....
      Ma position de repli est en moyenne montagne ,très boisée, 900 m , 1 h1/4 de route maxi , une maison familiale en pierre 1792 gravée au fronton de la porte d'entrée, murs 80 cm ou plus si affinités, grilles d'epoque aux fenêtres rdc , a résisté à un tremblement de terre dévastateur dans la région par le passé, , la fontaine alimentée par sources est à 5 m de la porte d'entrée , électricité fournie ( pour l'instant ) par une centrale locale qui alimente la grande ville voisine, le tout dans un "bourg" qui comptait jusqu'à 300 habitants, aujourd'hui 29, au dire de mon pote le braconnier , éleveur d'abeilles , bricoleur dans l'âme , la seule chose selon lui qui a manqué durant ww2 était le sel !
      Comme le disait Rawles dans son livre de survie pratique , la mer est loin de la montagne, n'est ce pas !
      Chacun trouvera selon ses possibilités, ses ressources en tous genres, la géographie du lieu où il se trouve, différentes perspectives de " développement post cahos " , il me semblé important de pouvoir s'adapter .
      Par contre, je crois qu'il y toujours quelque chose de bon à prendre , c'est gratuit faut pas gaaaaacher ( paysan du Limousin ) ça coûte pas cher et ça peut rapporter gros ( publicité ) , il n'y a pas de copyright .
      Pour finir , faisons la courte pour une fois ( n'est pas coutume .....) , suite aux vents dominants , immuables en attendant le basculement annoncé des pôles, des sangliers fortement " radio actifs " , des mutants de Tchernobyl , ont étés chasses récemment dans le Nord montagneux de l'Italie commun avec la France, cancer à terme en vue droit devant.....
      Au passage le granit est naturellement radioactif , quand on cultive la ou il affleure , en Bretagne, les légumes & céréales sont déjà touchés, le cumul du temps aidantla radioactivite s'accumule.
      A l'époque on créditait les bretons de boire , de trop, histoire urbaine, le vin d'Algérie déverse à foison sur cette région en particulier, jusqu'à ce qu' un médecin plus perspicace ou plus honnête fasse le rapprochement.
      Je me souviens de l'air étonné de gendarmes mobiles stationnés en Bretagne et bretons pour beaucoup, quand je leur ait dit qu'au final j'étais favorable à l'indépendance de la Bretagne, aujourd'hui on parle bien de sortir de l'euro et de l'Europe, alors ....
      Ravi de cet échange de qualité en toute cordialité.
      Vianney.

      Supprimer
  9. bonjour à tous, depuis que la ligne maginot a démontré qu'elle n'était pas la solution la plus appropriée, ni la ligne siegfried non plus, j'ai des doutes sur le bunker. rien que l'utilisation des lance flamme à Okinawa fait froid dans le dos.j'ai eu aussi l'occasion de voir de vrais bunkers modernes, tres confortables, suffisamment profonds mais réservés à une certaine oligarchie.les initiés apprécieront .sinon relire "l'ile au trésor" et son bunker abordable mais basique.
    en plus cela coute cher, tres cher pour en faire un relativement abouti. j'ai passé un certain temps derriere des sacs de sables empilés et quelques plaques d'acier et c'est pénible à la longue meme si on voit un peu le ciel, le confort est réduit. j'ai eu l'occasion de visiter les tranchées Allemandes au "vieil Armand" dans les vosges, c'est bien creusé et vaste sous terre mais quel boulot ça a du représenter. et puis revient le probleme du minage des lieux.
    tout bien pensé, faute de moyens financiers , je me rabattrai sur la BAD avec les moyens de sonnette abordables et aussi quelques petits depots cachés si je dois évacuer, chose que je ne ferai pas immédiatement .
    bonne préparation à tous HERMAN STOSS .

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,Il serait peut être plus simple de chercher si dans le coin qui vous intéresse il n'existe pas des anciens bunkers de la dernière guerre encore en état ,il s'en vend de temps en temps;autrement nombre de cavités naturelles peuvent faire l'affaire momentannément .Beaucoup de villes ont encore des souterrains ,souvent des villes moyennes datant du moyen age en ont conservé des km sans parler des habitations troglodytes de la vallée du loir ou des cotes charentaises;les spulgas de l'ariège sont aussi nombreuses et méconnues,les repérer peut s'avérer utile le moment venu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tentant en effet mais pour moi c'est non. En effet tous ces lieux sont répertoriés (et notamment les issues), donc pour la discrétion... Et la discrétion, en évitant les attaques, évite d'avoir à s'en défendre.

      Supprimer
    2. Je vais préciser ma pensée sur les abris enterrés: Pour des civils, la fonction militaire est à exclure. Les blockhaus devaient en premier interdire les percées de l'ennemi, les casemates étaient pourvues d'embrasures pour tirer dehors.
      Pour les civils cachotiers, ne rien déclarer mais ça demande une énergie et du temps dans des proportions considérables. Et de la main d'oeuvre compétente, discrète.
      Ensuite le terrain: en fond de vallée ou en zone inondable ou sismique, voire en terrain instable, il y a un risque. L'habitat en milieu karstique est risqué puisque les cavités sont dues aux ruissellements, donc poreuses voire perméables.
      Un bunker pour se garantir de qui? De quoi?
      Les causes humaines dans un excès de loi ou l'absence de loi.
      Excès de loi: l'Etat dépossède la population de ses bien fonciers, c'est l'exemple actuel.
      Absence de lois: les coprochromes sèment chez nous ce qu'ils savent mieux faire, le chaos.
      Après c'est bien gentil mais les boîtes toute prêtes en ferraille sont le meilleur moyen pour devenir fou: La notion d'espace vital n'est même pas évoquée. Se retrouver à 4 dans 6m2, ça risque de sentir le poney sous peu. Un éclairage à combustion de type lanterne ou bougies sans arrivée d'air, ça peut être comique.
      J'oubliais, en cas de chaos, il est toujours possible de consulter un compteur électrique alors que les propriétaires sont planquée en sous-sol; pareil pour l'eau. La distribution sera toujours assurée, juste pour voir qui utilise le réseau.
      L'évacuation des surplus (Soyons soft), à part les toilettes sèches changées régulièrement, je vois pas. L'idée est de ne pas générer plus de gaz toxiques que nécessaire en milieu clos.
      Ca revient à ne pas créer de déchets du tout.
      Un autre aspect négatif des boîtes en ferraille: si on veut se débarasser du contenu: un trou dans lequel on fait pisser l'essence, une allumette et Wouf!
      A mon avis, l'abri enterré est nécessaire, mais pour garder des stocks qui ne regardent personne. La notion d'abri humain, très pertinente en cas d'atmosphère extérieure polluée ( gaz, cendres, épidémies...Sous réserve d'avoir un abri étanche et en légère surpression)ou climatique défavorable (Tempêtes), ne doit être que ponctuelle. Pour une période qui autorise les lampes à piles, des rations froides et un seau rempli de sciure, c'est pertinent, sinon l'intérêt est limité.
      Tant qu'on aura besoin d'oxygène pour respirer, qu'on aura pas du courant en stock et que nos besoins vitaux génèrent des composés toxiques, mieux vaut écarter l'idée que l'on peu vivre en espace confiné.
      cc


      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  11. on a dit que les pharaons éxécutaient ceux qui étaient les concepteurs et les réalisateurs ultimes de leur dernière demeure pour être sûr de n'être pas pillé et détruit,en évitant aux vivants survivants toutes connaissances des lieux.Je me vois assez mal liquider mon maçon,mon électricien,enfin tout les corps de métiers qui pourraient intervenir pour la construction,il faudrait en plus faire disparaitre les corps!!! Autrement dit puisque la qualité première d'un bunker c'est la discrétion il va falloir le faire seul comme le facteur Cheval son chateau!une vie il y a passé le bougre,donc pour les plus motivés le prix du mètre cube de béton en 45 cpj est de l'ordre de 200 euros fibré,pour un bunker pas de fibre mais de la ferraille alors messieurs les castors à vos truelles!!!

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir à tous,sur le sujet, je m'aperçois que tout le monde se rejoint.A chacun sa perception, mais le résultat final. toujours la même question.Vivre enfermé, à l'air libre, caché mais pour combien de te temps? en somme nous tournons en rond tous je pense. CA n'engage que moi.Loin de moi les critiques d'illuminé,entre les interdits, les possibilités financières,et toutes les réflexions imaginables comment garder sa vie, avec les moyens que l'on possède? Oui les moyens, àça s'ajoute tout le reste et c'est peu dire. A vous tous vous avez dégrossis le sujet , je dirai même avec pertinence. Mais voila je suis comme vous, je pense que le mot "hésitation" , est de mise, on en revient hélas , aux choix que l'on doit faire.Alors castor, maçons, ferrailleurs et tous les corps de métier, ne suffiront certes pas à trouver la bonne solution, et peut être illusoire.Il va s'en dire, que le sujet proposé, est encore une fois ardu, mais la vie est belle...? bonne soirée à tous

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour à tous,
    Excellent article et commentaires.
    Petite info: en Suisse, chaque habitant à une place réservée dans un abri PC ( bunker)
    Leur conception et leur équipement est normalisé et ferait pâlir d'envie bon nombre de survivaliste:
    info : https://www.vd.ch/themes/securite/protection-civile/abris/
    Un bon nombre de la population est instruite sur le fonctionnement et personnellement dans le cadre de la formation PC j'ai passé plusieurs jours en abris clos, c'est vrai que ça ne sent pas bon à la sortie ..., mais si vous êtes bien préparé et organisé celà devrait être un peu mieux que d'être irradié.
    Olo

    RépondreSupprimer
  14. La Suisse ne possédant pas l'arme atomique peut abriter sa population et le fait plutôt bien pour autant que je sache.
    En France, on ne peut se protéger qu'à titre individuel, c'est quand même toléré tant qu'il reste suffisamment de gens exposés.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour à tous.
    Un sujet n’a pas été encore abordé qui me semble être la 9ème composante d’un bunker (je ne parle pas d’une panic-room) : le renseignement sur l’extérieur à très courte, courte et moyenne distance.
    En effet, une fois à l’abri comment vais-je savoir ce qui se passe aux alentours immédiats ?

    Avoir des vues directes de jour et si possible de nuit permettra :
    - de savoir ce qui se passe aux alentours,
    - de détecter un hostile qui à découvert votre bunker,
    - de pouvoir sortir sans me faire prendre au collet.

    Cela peut se traduire par des moyens modernes comme la vidéo protection (qui nécessite une source d’énergie dans la durée…) et/ou par les moyens humains que nous connaissons depuis longtemps : poste de garde, poste d’observation, poste de combat, patrouille, appuis cynophile ; moyens moins gourmands en technologie mais demandant d’avoir un peux de personnel pour tenir dans la durée.

    On en revient à la question de CC du « pourquoi faire un bunker ? » que l’on pourrait aussi traduire par « le jeu en vaut-il la chandelle ? ».

    F von Pikkendorff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher F von Pikkendorff,

      C'est bien pour cela qu'il faut évacuer l'option militaire car dans l'esprit de la plupart, un blockhaus est un abri invisible et indétectable et pas un môle de défense.
      Comme dans les villes assiégées, le renseignement suit le ravitaillement et les patrouilles ne sont utiles que si l'on est assez nombreux.
      Une fois encore, l'abri souterrain ne sert qu'à cacher ce à quoi l'on tient, de préférence d'origine clandestine.
      Pour le même prix, un aller-simple pour n'importe quelle destination vaut mieux.
      cc

      Supprimer
  16. Sisi François je puis te confirmer que la Suisse possède bel et bien l'arme atomique achetée aux Israélien en échanges de techniques hyper pointues de mise à feux dans les années 80 qu'ils étaient seul à fabriquer.
    J'ai eu le privilège de visiter certains de leur abris anti-atomiques dans les Alpes, notamment une base aérienne où leurs chasseurs étaient déjà en vol à peine sortis de la montagne.
    J'ai également eu le privilège de visiter leurs réserves de guerre. Des entrepots immenses ou était entreposé du sucre en sacs de 50 Kg dur comme de la pierre mais tout a fait commestibles et des immenses silos à grain creusé dans le sol remplis à ras bord.
    Egalement des abris anti-atomiques immenses à 30 mètres sous des batiments avec des portes anti-déflagration de 40 tonnes chacune.

    C'est bien pour ça que j'ai choisi d'emménager ma BAD dans les Vosges à 1 heure maxi de la frontière suisse comme ça si vraiment je devais évacuer en dernière extrémité, je suis à l'abri définitivement en Suisse et si .......ça merdait ensuite chez les hélvètes... je me casse vite fait chez Pierrot San Giorgio dans sa montagne.

    RépondreSupprimer
  17. Pour ceux qui veulent aborder la question sérieusement:
    https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:CNAM+01033+session01/about
    Commence le 22 octobre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour François,l'avantage avec toi c'est que les données techniques sont au rendez-vous.J'avoue que j'ai eu du mal avec le terme fun-mooc(connaissais pas).
      Le sous sol des villes est un vrai gruyère,c'est impressionnant.
      Bon pour ceux qui pensent qu'avec de l'essence et une boite d'allumettes(lol)...plus sérieusement vous pouvez voir comment éviter d'être enfumé à cause de l'utilisation des armes,les dispositifs d'observation,et la protection des prises d'air.
      Aucun risque de devenir fou avec les mitrailleuses jumelées pour se détendre,sinon vue imprenable grâce au périscope.
      Dreamer sait peut être comment on monte ces trucs(cloches),les rendre étanches(sous une vasque de fleur,ou une fontaine),ça en jette dans le jardin. Non?
      Plaisanterie mise à part c'étaient de drôles de réalisations. https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=8&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwjQ67XcwoPdAhUCTBoKHcuPAYUQFjAHegQIBxAB&url=http%3A%2F%2Fmaginotmoselle.free.fr%2Farmements%2Fcloches.htm&usg=AOvVaw0hJWWQyX6yf-S2ZFocKxSM
      Le site c'est les cloches blindées maginot.
      Bien à vous
      Yorick

      Supprimer
  18. Bonjour a tous ,les bunkers anti atomique pour particuliers sont hors de portée financières de la population normale ,et puis quel intéret?se retrouver dans un monde dévasté ou les radiations vous liquiderons après tout le reste ne me semble pas valoir la chandelle.Il est vrai que la dissuassion avait et je l'espère a encore sa raison d'être,mais il existe aux Usa une faction (Clinton et compagnie etc etc etc )qui est certaine de gagner une guerre nucléaire pourtant les Russes ont montré que c'était de l'illusion la plus totale(voir l'histoire du Donald Cook) avec une patience certaine,la rencontre directe entre Poutine et Trump en solo a peut être calmé le jeu pour un temps,mais la dissuation n'est plus la panacée universelle intelligente face à l'ignardise et la bếtise de la classe lucifèrienne de l'humanité en particulier aux Usa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain que les bunkers pour milliardaires incluant la piscine olympique, le tennis et, pourquoi pas, le golf, sont hors de portée.
      Si on a des goûts plus simples, selon l'environnement ça peut être beaucoup plus discutable.
      Un monde dévasté ne le reste pas très longtemps, la nature reprend ses droits et les radiations diminuent très vite dans les premiers temps. Ensuite, c'est une question de probabilités, certains survivront, d'autres non. Construire un abri uniquement pour survivre aux retombées est à la portée de quasiment tout le monde.

      Supprimer
    2. L'Etat cherche depuis quelques années déjà à donner une personnalité juridique aux nappes d'eau. Autant dire que le sous-sol a déjà été étudié sous toutes les coutures, failles géologiques comprises. L'exploitation souterraine est la meilleure solution et l'une des seules en notre pouvoir, cependant, attention à bien savoir ce que l'on veut. Les contraintes sont nombreuses et n'importe qui ayant vécu en espace confiné le confirmerait.
      En effet, résister à des éléments extérieurs est relativement simple si on peut générer une surpression à l'intérieur de l'abri mais le plus important reste ses occupants: ils consomment, rejettent mais c'est pas recyclable, et même les coprophages les plus endurcis ne tiendraient pas longtemps...En communauté. L'aspect mental est tout aussi important, surtout dans un contexte familial.
      Pour ma part, je pars d'un abri complètement clos, donc impropre à la défense, autonome parce que provisoire, donc pas avec une fonction de coffre-fort inviolable. c'est pas très mytho-compatible mais c'est pragmatique, relativement facile à réaliser et ça remplit le cahier des charges pour s'abriter de causes naturelles. Je reprends globalement le système de protection civile contre les bombardements de la Seconde Guerre. Pour les causes anthropiques, je n'ai pas de solutions, l'enfumage, les charges creuses et le thermobaryque ayant fait leurs preuves, surtout depuis que le tout est possible avec un simple LR (Schmiel par exemple). Je renvoie aux nombreux cas de poliorcétique et de combat urbain afin de prouver que la cuirasse est moins forte que l'épée.
      Exemples récents: Eben-emael, Stalingrad, Sébastopol, Siegfred, Grozny et ses charges en tandem pour crever les immeubles par en-haut...

      Petite note sur la ligne Maginot: les défenseurs ont souvent été asphyxiés non par des gaz de combat mais par les fumées d'explosifs traditionnels lancés contre leurs fortification. Ces attaques ont détruit en premier les lignes de communication, les systèmes d'aération ainsi que les système de rotation des cloches.
      Inutile de penser que des babouchards seront moins inventifs, ils utiliseront la persuasion et le vice pour vider un terrier.

      Détail qui a son importance: les gaz montent, les liquides descendent.

      cc

      Supprimer
    3. Bonsoir cc, je vois que toi aussi tu as creusé la question.
      Si ton abri est suffisamment bien caché et si tu respectes les règles permettant d'éviter son repérage, ce que tu fais certainement, les menaces anthropiques ne devraient pas te concerner. Ils ne peuvent attaquer que ce qu'ils peuvent repérer, n'est-ce pas?

      Supprimer
    4. Realiser une surpression ,ben c'est tout simple tout le monde souffle en même temps!!! je blague mais au fait on fait comment (générateurs,apport d'air extérieur .....)

      Supprimer
    5. Hélas François, la réalité est autre: les signaux sont tellement nombreux que quelqu'un soupçonnant une présence souterraine prendra le temps de chercher. N'oublions pas que certains métiers sont axés sur la fouille et la recherche d'indices. C'est pour cela que je suis très mesuré sur la pertinence de l'abri souterrain, alors que c'est notre seule solution à court terme. L'article est très bien fait mais ne concerne qu'une petite possibilité sous réserve d'avoir vraiment désigné les priorités.
      La vie en sous-sol est pesante, bien plus que la vie dehors, l'humidité souvent omniprésente.
      Pour Janus 2a: je retiens la solution car rien d'autre. En effet, sans apport énergétique, pas de renouvellement d'air.
      cc

      Supprimer
    6. D'accord, cc, il ne faut pas attirer l'attention de ceux qui sont capables de repérer ce qui est caché sous terre. Je ne pense pas qu'ils seront très nombreux parmi ceux qui passeront chez moi. Il faut qu'ils aient une raison de passer du temps à chercher là plutôt qu'ailleurs.

      Réaliser une surpression, Janus? Je vois deux façons. Une pompe (électrique ou manuelle) et, s'il faut fermer les entrées, une bouteille d'air comprimé. Bien sûr, il y a tout intérêt à diminuer les fuites vers l'extérieur.

      Supprimer
    7. François,
      La seule solution au brassage de l'air est un réseau très long avec une entrée et une sortie. Pas un abri mais des routes. Les catacombes de Paris et tous les différents tunnels ne posent pas de problème pour la circulation de l'air. Après faut supporter l'humidité, l'absence de lumière et l'atmosphère confinée. A construire ici, on passe forcément par chez les voisins qui ne seront pas d'accord car une entreprise privée diffère quelque peu d'une construction d'Etat en termes d'autorisations, ce qui devrait être entendu en premier lieu.
      Remarquez qu'on change totalement de concept puisque d'un abri clos, on passe à une voie de communication, mais on règle le problème de l'air (En partie, loi de Murphy oblige).
      Si personne ne passe par chez vous, pourquoi faire un bunker?
      Une cave suffirait.
      Je crois vraiment qu'il ne faut pas penser en termes de bunker (Sauf s'il est remboursé par la sécu)mais recenser nos besoins en sachant qu'une simple cave ferait le boulot. Si c'est pour planquer du matériel, ça évacue l'idée de changement d'air et besoins hydriques. Si c'est pour se soustraire à quelque chose, le réseau souterrain est idoine (Et sans demande d'urbanisme si possible)même s'il exclut toute forme d'étanchéité. Après ça, c'est une question de moyens car un vrai bunker (Pas un trou pour mythomanes) fonctionne plus comme un sous-marin qu'une tente Queshua avec de la terre autour. Si l'Etat propose une aide pour une telle installation, foncez, en sachant que vous lui serez redevable à terme, sinon allez au plus simple.
      Il faut partir de l'idée que les vrais survivalistes pullulent dans le monde et vivent avec moins d'un dollar par jour et que toute solution coûteuse finit par être ostentatoire.
      cc

      Supprimer
    8. Je suis ton raisonnement, cc, et je crois que je le comprends.
      Les vrais survivalistes dont tu parles subissent une forte mortalité et survivent grâce au nombre, comme les lapins ou les souris. Comme je n'ai pas le nombre de mon côté, je ne peux pas me permettre une telle mortalité.
      La solution que tu évoques pour le brassage de l'air est très bonne en effet, mais je n'ai pas de tunnel à ma disposition. Heureusement, ce n'est pas la seule. Des pompes font aussi bien le boulot, à condition de pouvoir leur fournir l'énergie nécessaire. Il n'y pas de solution simple.
      Je suis aussi d'accord sur le fait qu'un vrai bunker fonctionne comme un sous-marin immobile.
      Pourquoi un bunker? Pas pour repousser une armée, évidemment. Pour se protéger de pas mal de menaces et disparaitre si des agresseurs ne peuvent être repoussés. Et, une fois qu'ils sont entrés, peut-être effacer ce qui est en surface. Puis attendre le temps qu'il faut avant de ressortir.

      Supprimer
    9. Quelques points toutefois: Tous les gens pauvres de la planète ne sont pas tous des crevards et l'idée de faire des gosses est plus logique que d'attendre que nos vieux lâchent le magot car chez nous, les vieux entretiennent les jeunes, ce qui est illogique. c'est d'ailleurs notre grande faiblesse face au surnombre qui déferle déjà chez nous.
      Pour l'air, je pars du postulat que je n'ai pas de courant à portée.
      L'idée du bunker est logique, mais les contraintes sont énormes, en particulier pour le différencier d'une simple cave.
      On ne repousse pas des agresseurs à partir d'un endroit hermétique, à moins d'avoir des tourelles téléopérées.

      Ma conception, déjà opérationnelle est un trou étayé et abrité, facilement atteignable avec quelques réserves: Pas étanche, invivable au bout de 6h et inenvisageable à défendre mais apte à protéger des températures extrêmes et de ce qui vient du ciel de manière générale. Valable pour se planquer rapidement et pas longtemps dans un concept très 13ème RDP. Pas plus, pour un coût modeste.

      cc

      Supprimer
    10. Comme d'habitude CC tout dépendra de la nature de l'adversaire si adversaire il y a,danger venant du ciel ?pourquoi mis à part être pris dans un champ de bataille?qui s'intéressera a deux pelés et quatre tondus camouflés au fond d'un trou quelconque pas forcément visible a moins d'être pris pour des observateurs style 13 qu'en principe on ne trouve pas.En simple pékin n'essayons pas d'aller "au delà du possible".En effet des caches très ponctuelles peuvent autoriser une survie a court terme en attendant des jours meilleurs,autant un batiment peu se défendre jusqu'a un certain point , autant une habitation troglodyte découverte sera impossible à tenir face a des moyens modernes.La mobilité et la possibilité d'effacer en partant toute trace y compris les assaillants reste une option en répartissant bien les charges sans avoir besoin d'un personnel important,cela voudra dire que le boulot en amont n'était pas efficient.Chacun fera son maximum et devra s'adapter à la situation du moment

      Supprimer
    11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    12. Non non,
      Juste un trou comme la défense civile en faisait en 40, histoire de rentrer la tête s'il y a des choses qui volent et qui permet à une famille de s'abriter pour 6h au maximum. Rien pour observer ni se défendre, juste se planquer ponctuellement en groupe.
      cc

      Supprimer
    13. Cher cc, je viens d'apporter une réponse plus substantielle à l'ami Tezac dans les commentaires sur l'évacuation, elle aurait été plus à sa place ici.
      Le genre d'abri que tu préconises est bien quand on doit en mettre un en place dans l'urgence, c'est mieux que rien.
      Quand on a du temps pour se préparer je trouve dommage de s'arrêter là. Transformer une cave en abri pour long séjour est abordable et accroit largement la sécurité. Un minimum de confort rend la situation beaucoup plus vivable.
      D'autre part, ton idée de tourelle télé-opérée n'a rien d'irréaliste avec les technologies actuellement à la disposition du public.
      Et, comme toujours, le problème de l'énergie est un point crucial.

      Supprimer
    14. Cher François,
      Pour un budget équivalent, si kk il y a, c'est un billet sans retour vers une destination tranquille.
      Vivre en zone de combat ET enterré, ça fait beaucoup et on ne m'y reprendra plus. De plus, quand on a une famille, jouer à la guerre n'est sans doute pas leur ambition ultime.
      cc

      Supprimer
    15. Ben, cc, ai-je dit que je voulais jouer à la guerre?
      Je pensais avoir suffisamment insisté sur la discrétion et le camouflage pour faire comprendre que j'éviterais le combat autant que possible. Cependant, s'il n'est pas possible de l'éviter il faut s'y préparer. Si intrusion d'un amateur ou d'un groupe d'amateurs, si menace, élimination. Si groupe trop puissant, disparition. Bref, si combat et enterré c'est que l'adversaire sera facile à éliminer par des moyens légers télé-opérés. Si adversaire au-dessus de mes moyens, c'est disparition sans combat ou, au pire, disparition laissant entendre que tous les défenseurs sont morts. Aucune envie de rejouer Dien Bien Phu ou la ligne Maginot, ce n'est pas dans mes moyens.
      Il faut juste être préparés à jouer les taupes jusqu'à la disparition de la menace, ce qui risque fort de prendre plus de six heures.
      Je sens qu'on progresse dans notre compréhension mutuelle.

      Supprimer
    16. bonjour et oui CC rien qu'un trou comme ça c'est mieux que rien et ne va pas "au delà du possible" interdit par les atteintes de l'age même si il en reste des bribes a transmettre aux plus jeunes si il en reste après le passage de ventilateurs,c'est surtout un but atteignable pour ceux qui sont seuls sans pelleteuse et bras costauds pour les finitions,il faut éviter de s'épuiser dans des travaux hors de proportion avec ses moyens physiques et financiers qui seraient peut être plus efficients si engagés dans une autre alternative"on ne tue pas l'éléphant avec une callebasse"(proverbe Bantou)

      Supprimer
    17. En fait, je ne crois absolument pas aux combats, ça voudrait dire que le droit est tombé, or les armistices servent à maintenir le droit. Les civils n'ont donc pas droit de combattre, voir le décret de 1939 à la veille de la guerre.
      Je crois plus à une dépossession du foncier le plus légalement du monde alors que le sous-sol intéresse de plus en plus l'Etat (Voir Plan bleu). Les autorisations d'urbanisme vont rejoindre les détentions d'armes, de plus en plus restrictives.
      La plupart des gens évacueront la zone en cas de danger, de gré ou de force et ce, quel que soit le danger: tempête prévue, nuage toxique, inondations, épidémie...
      cc

      Supprimer
    18. Là nos avis divergent CC ,les combats il y en a déjà ,bien sûr pas du niveau de sarajevo ,mais il suffit de si peu de choses pour la mayonnaise prenne qu'il me semble bien imprudent de dire jamais d'autant que le droit est dèjà tombé , en pratique tout ce qui se passe au civil et qui n'a pas de rapport avec les sujets sensibles sont encore traités selon le droit existant ,dès qu'il s'agit depénal et de sujets sensibles c'est le fait du prince et les grands principes du droit bafoués tels que la non rétroactivité de l'application des textes et bien d'autres (ce n'est pas le sujet ici)En ce qui concerne l'occupation des sols et le droit de propriété c'est déjà restreint au maximum(pas de terrains par nature constructibles ;soit c'est interdit,soit il faut des autorisations etc etc etc etc)Il sera , hors aléas climatiques , bien difficile de faire évacuer de vastes zones par manque de personnel,en ce qui concerne le droit international et les armistices , alors là on rigole vraiment ,en passant saluons la disparition de Mac Cain un salopard de première (un de moins)depuis le traité de Wesphalie qui jeta les bases du droit international il ne s'est pas passé un jour pour détricoter ces bases ,les bouricains étant les plus zélés destructeurs du droit international avec assassinat par drones ,attaque sous faux drapeaux,violation de la charte de l'Onu en permanence partout dans le monde,non respect des accords signés (avec l'Iran entre autres)Les civils combattront si ils le veulent comme en syrie ou au kosovo et bien d'autres endroits . cordialement

      Supprimer
    19. Cher Janus 2a,
      Il est évident que je n'ai pas les moyens de lutter seul. L'Etat allié aux coprochromes vont gentiment faire muter le territoire sans que l'on ait un mot à dire, pour preuve, le motto actuel est que le peuple n'a pas à dicter sa loi puisque c'est du populisme.
      Croire qu'on va tenir avec des armes "prêtées par l'Etat" bien que dûment acquises est un leurre.
      Ce n'est que mon avis et je crois avoir fait le tour du sujet.
      cc

      Supprimer
  19. Un article sur le site Numidia- Liberia .blogspot.com / la cause du peuple : sur les bunkers à Moscou. Ce jour, 24 août.
    Quelques infos & idées à glaner ?
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Vianney,d'un côté on voit un pays qui semble vouloir mettre sa population à l'abri de l'autre CC nous assure que cela ne sert à rien.
      Serait-ce en fait une énorme dépense inutile?
      L'ennemi du survivaliste n'est il pas lui-même en vérité:"ça sert à rien","et après vous allez faire quoi","tu te rends compte de l'argent que ça représente" à moins que ce ne soient là que des propos d'individus qui cherchent des excuses pour ne rien faire et plus grave voudraient que les autres soient comme eux?
      Si je vais sur un site de voitures de sports,je pourrais trouver quantité d'arguments en défaveur de l'acquisition d'un de ces bolides.Non?
      Donc d'un côté on a un pays qui peut rassurer sa population et d'un autre un pays qui s'en fout(le conglomérat "dont le nôtre").Les gouvernants rejoignent les gouvernés dans ce je-m'en foutisme mais un sentiment diffus de jalousie veut qu'on empêche d'agir ceux qui refusent de finir comme la dinde de noël.
      La cause du peuple?Encore faudrait-il que le peuple existe(ou existât).
      Mon avis, qui me rend infréquentable, est qu'on a un agglomérat d'intérêts individuels plus ou moins regroupés dans des loobies ,qu'ils soit politiques ,religieux économiques,sexuels, ethniques,sportifs,culturels,musicaux,....etc etc,plus ou moins aboutis.
      Qui voudrait détruire par le feu nucléaire un troupeau aussi disparate? Machiavel devient Panurge et en lieu et place d'un feu d'artifice on a un scream en feuilleton.
      J'en applaudis le scénariste.
      Ha heureux l'homme qui a du Barolo et des truffes d'été!Peut être que je n'aurais an fait écrit que ça de sensé.
      Très cordialement
      Yorick

      Supprimer
    2. Bonjour Yorick.
      les bunkers sont à Moscou, la capitale du pays . La Russie protège la population urbaine , un peu moins le mongol dans sa yourte, non pas qu'il le mérite moins mais il a l'espace pr lui.
      Si j'ai bien compris les dires de CC , le bunker, pour tous les ARGUMENTS qu'il énonce , ne lui semble pas d'une nécessite criante ( euphémisme ! ) .
      Pour chaque moscovite interrogé , la réponse que l'on peut attendre : si , cela sert et n'est pas une dépense inutile .
      Les questions : ça sert ...., vous allez faire...! Ça coûte.....
      Réponse : choisis ton camp camarade ( copyright Herman ! ) , vouloir sauver sa peau est une question de bon sens pas d'idéologie le luxe des nantis.
      Les gouvernants, hommes de paille, tant pis pour eux.
      Dans un groupe de survivants , qui ira voir si il se trouve parmi eux un facho , un bobo, un gaucho, etc...... un menuisier, un jardinier, un éleveur, un médecin, un infirmier , certainement !
      On peut imaginer que tout un chacun va devoi abandonner ses vielles lunes qui l'ont berce durant son existence de pseudo citoyen réputé adulte et responsable .
      Qui suis je pour juger , me direz vous ? Personne ( en attendant qu'il rentre de vacances .... ! ) vous répondrais je !
      Reprenez moi si je me trompe : j'ai l'impression qu'il vous est difficile de parcourir TOUTE la réflexion survivaliste car trop dérangeant et inconfortable , ce qui peut se comprendre aisément .
      L'espérance humaine qu'il est encore possible de sauver ce monde par un consensus dégage devant l'adversité et la nécessité, oui pourquoi pas , sans moi et la bonne fée qui aurait pu écrire cette fable pour enfants.
      Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
      Après cahos , le jeu ne sera plus politique mais plus prosaïquement de ....manger pour ne pas être mangé, reduire le nombre de joueursqui veulent voler votre part et l'avoir plus grosse pour eux .
      Les extinctions de masse ont laissé leurs traces géologiques , dans la glace , etc...
      Tout est écrit, nous refusons de lire pour la plupart.
      notre fatuité fondée sur l'énergie bon marché, notre technologie et , j'oubliais notre culture bien évidemment ne nous fera jamais ( ré) descendre aussi bas, croyons nous, dommage que nous ne rendions plus compte que nous touchons le fond et commençons, déjà, à creuser....
      Pessimiste l si vous voulez, on en reparle après cahos, voulez vous, il me plairait de ne pas être obligé de soliloquer si le destin m'était favorable.
      J'aurais, alors comme maintenant , le plaisir d'échanger avec vous.
      Aujourd'hui un propos de qualité, demain une boîte de conserves, un briquet, une bougie, une poule, des tomates et pourquoi pas une bouteille de Barolo.......
      Cdlt.
      Vianney.

      Supprimer
    3. Bonsoir Vianney, merci pour ce billet, pour moi pas grand chose à rajouter.Je dirai également, que creuser un puits , pour y trouver la lumière salvatrice , qu'on voudrait avoir, il faudrait avoir comme un certain illuminé, perché sur 2 bouts de bois et 3 clous(avec les clous à Dédé, on est toujours bien fixer...je plaisante), pour connaitre cette paix tant révérée, le don "d'ubiquité " et là !nous en sommes très très.......loin.Le concret, Vianney, , comme vous ,si je suis vivant?on pourra en parler, si on n'est pas trop occupé à des affaires plus importantes , plutôt que de perdre un temps qui lui déjà et loin devant nous , et pourtant si proche.Je pose encore une question :" Elle est où la sortie" Vianney, "Tchin-tchin!, moi c'est de la verveine maison.... Cordialement.

      Supprimer
  20. Bonjour a tous. Je ne resiste pas a partager ce passage de l apocalypse 6 qui concerne surtout, je l espere, nos cheres élites. EJA

    15 Et les rois de la terre, et les grands, et les chiliarques, et les riches, et les forts, et tous les esclaves, et les hommes libres se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes.
    16 Et ils disent aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et tenez-nous cachés loin de la face de celui qui est assis sur le trône et loin de la colère de l'Agneau.
    17 Car le grand jour de sa colère est venu et qui peut subsister ?

    RépondreSupprimer
  21. Mon futur "Bunker" seras hyper simple: une tranchée à partir de ma BAD verouillée par une porte circulaire en béton précontrain de 1 tonne que l'on roule devant l'entrée,la tranchée d'environ vers la forêtde 1m50 de large et 2m de haut et le plafond en béton-polystirène avec 50 cm de terre audessus. Puis au bout un conteneur déclassifié de 12m (1600€) sommairement aménagé avec tout mon stock survivaliste pour 1 an d'autonomie et enterré pareil et à coté 2 conteneurs plastic de 1000 lt pour l'eau, un groupe électrogène, et la place pour mon P4 acheté 2000€ sur une sortie de rochers factices.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que ça te reviendrait beaucoup plus cher de l'enterrer de plus de 50 cm? D'un autre côté, si tu ne penses pas risquer de recevoir du mortier ou plus gros, c'est suffisant.
      200 litres d'eau pour un an? Combien êtes-vous et y-a-t-il un moyen de recompléter? Et tu ne compliqueras pas beaucoup en prévoyant une alimentation en air filtré et purifié, que tu n'es d'ailleurs pas obligé d'installer de suite si tu es juste financièrement, il faut juste que les entrées et sorties soient prévues pour.

      Supprimer
    2. J'oubliais, as-tu étudié l'élimination des déchets?

      Supprimer
    3. Salut François,

      A propos des déchets organiques humains, il existe une solution de toilettes séparées proposée par la société « Separett ».
      Les liquides sont séparés des solides, rendant l’évacuation des déchets beaucoup plus facile :

      http://www.separett.eu/rescue-camping-25-eu

      Christophe 13/05/78

      Supprimer
    4. Oui, Christophe, merci pour le lien.
      Il y a plusieurs fournisseurs, c'est ce qu'on appelle des toilettes nordiques si je me souviens bien. Je trouve que c'est un principe bien adapté à un abri.

      Supprimer
  22. Francois@ j'ai marqué 2 conteneurs d'eau de 1000 litres chacun; ça fait 2000 litres!le conteneur déclassifié fait 2 m de haut donc je creuse à 2m50, la tranchée aussi, et j'aurais donc à les recouvrir de 50 cm de terre et cela me feras un joli potager. Quand je parle du conteneur sommairement aménagé c'est évidement avec élimination des déchets wc par un broyeur et petite fosse sceptique et avec une alimentation d'air electrique et manuelle à partir d'un faux sapin, en fait un tuyau d'egout plastique camouflé de 8 m de haut et de 0,80 de circonférence avec un mini support de sniper en haut.
    Toutça pas parceque je suis juste mais je ne vois pas du tout l'utilité d'un abri anti-atomique car cela n'arrivera jamais en Alsace car trop près de la Suisse. je ne vais pas raconter le reste ici non plus car sans intérêt. C'étais juste pour vous montrer ce qu'il est possible de faire à moindre frais pour tous ceux possédent une BAD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, faute de frappe, j'ai écrit 200 au lieu de 2000...
      Ta solution me semble cohérente.
      Cependant, ça fait moins de 6 litres par jour sur un an, c'est pourquoi j'évoquais la possibilité de recompléter.
      Près de la Suisse ou ailleurs, je ne crois guère à la menace nucléaire mais les mêmes précautions protègent aussi contre d'autres risques.

      Supprimer
  23. bonjour
    Etant resident suisse depuis des annees , effectivement , jusqu aux annees 90 il etait obligatoire d'avoir un abri antiatomique .Dans le mien j'entrepose nourriture, eau , lumiere, medicaments etc...
    Cependant , admettons qu une bombe nucleaire vienne troubler ma paisible journee , ben si je veux utiliser mon abri j ai interet d'etre juste à coté , sinon je suus un peu juste comme un con!
    Maintenenant , admettons que l'idiot de presentateur du 20 h 00 avec son sourire à 15000 eur/mois pour lire un prompteur nous annonce qu une grosse bombe nucleaire arrive dans qq heures , ce qui me laisse le temps d'aller me refugier ( avec ma femme et ma fille , et deja ca va etroit la dedans!)
    dans mon abri de env 10 m2 ( meme tout seul c'est etroit !) ben croyez moi , j ai deja essayé de rester la dedans , dans le noir , tout ferme , avec lampe d'appoint ( assez puissante d'ailleurs!) , ben là encore je me suis dit "ben chui comme un con " , je sais pas ce qui se passe la haut , j 'ai aucune info, je sais meme pas si ca a explose ou pas , si ca se trouve tout est normalement normal , si c'est le chaos je sais meme quand on peut sortir, bon j ai un abri , mais si je n'en possedais pas , je pense pas que je souhaiterais en acquerir.
    Par contre avoir des plans dans la tête en fonction du lieu geographique ou je me trouve à un moment donné , ca c'est une idee que je developpe ex : si je suis en ville ou a proximite en banlieue , meme une petite ville ... me refugier dans un tunnel de plusieurs kilometre si pourvu que je l'ai integré qq part dans mon cerveau, c'est jouable !
    faire attention à l'origine du vent ( pour les retombees) c'est facile!
    S'accaparer un bateau qui a priori ne servira plus à personne a cause du contexte du moment me semble pouvoir être une solution de protection pour mes proches et moi même...
    Si on cogite un peu sur la facon de saisir des opportunités je crois que l'on peut trouver des solutions pour se sortir de certains (kolossal) merdiers. Ce n'est qu un avis parmi d'autre qui ne rejette ni ne discredite en aucun cas ceux qui choisissent de "creuser", c'est juste que j'ai testé mon abri et que cela m'ouvre d'autres facons d'apprehender un avenir certainement incertain
    SEB

    RépondreSupprimer
  24. Bonsoir à toutes et tous. Bonsoir SEB, je pense que votre raisonnement est juste et logique.Pour avoir bien connu la Suisse et même y avoir fait des interventions ( pour cause de carence du centre 15 (samu) de Neuchâtel)je déconseille à tous les Français, le jour J (celui des zombies) de mettre les pieds chez eux !!! Je vous conseil, parce que c'est ma patrie de coeur, de vous intéresser à l'Ukraine et principalement aux Carpathes (oblast:yvano-frankisk/uhjgorod/..etc) c'est le jura et les vosges en plus rustique !! par contre il est nécessaire d'apprendre le cyrillique (1à2 mois de travail perso avec la bonne veille méthode assimil)(Anne de Kiev/Ukrainienne, Reine de France mariée à Henri 1er mais ces cons de français s'en foutent !!) Courage pour vous toutes et tous car ça approche !! Force et Honneur. Didier "Slava Ukraïhni"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à tous
      Merci Didier mon choix est fait je reste en France pas la possibilité pas les moyens d aller a l étranger , je suis dans une petite ville de par mon travail sinon je serais deja un rural a temps plein le bunker pas le temps non plu ca demande trop de moyens c est plutôt l emplacement qu il est important de bien choisir une pref pour le nord et l ouest le Sud lui est deja envahi c est fouttu j espère juste en cas de gros problème avoir pu rejoindre mon havre de paix quand je vois le bazar qui se trame ca ne sent vraiment pas bon préparez pendant que le temps nous le permet et il est compte ca va s agiter avant il est encore temps apres il sera deja trop tard pref pour la campagne Bonne prepa a tous vive la patrie:)
      Plfr

      Supprimer
  25. Je suis régulièrement le Commandant Aubenas sur YouTube ......allez le voir car dans sa dernière vidéo il a fait très fort! j adore ce type. Je suis vraiment très curieux de se qui va se passer avec lui quand sa va merder.

    RépondreSupprimer
  26. Sur le blog de Wendy : un article intitulé " manges tes morts ou t'es mort." .
    Encore plus intéressant , que ce soit dans l'article ou les commentaires, les nombreuses références aux écrits d'intervenants qualifiés de sérieux : scientifiques, chercheurs, etc...Sur le d venir tous azimuts de la production alimentaire.
    Histoire de bien choisir ses boîtes de conserve à ranger dans son bunker !
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (mange tes morts)Ce qui est drôle c'est que c'est l'insulte majeure pour un gitan (qui supporte pas d'être enfermé).
      On dirait des Matriochka :une grosse boite "bunker",avec des containers,puis des boites de conserves.On emboîte le tout.
      Moi ,ma femme(ou inversement)et l'ouvre boite.
      Dans le cas des Russes,la population me semble homogène;dans le cas des Suisses,pourquoi pas?
      Mais dans notre cas,imaginons la même population sous terre que sur terre.
      Même le choix des conserves est problématique.Vous croyez qu'il existe du thon sans plomb?
      J'ai lu un article sur la production des croquettes pour animaux,à partir de produits d'équarrissage....pour animaux de compagnie et pour l'élevage;beurk
      En fait on risque de transposer dans le bunker....les problèmes qui conduisent au bunker.
      L'idéal serait de ne mettre que le problème sous terre.
      Comment inscrire "rendez-vous avec les taupes" sur certains agendas?
      cordialment
      Yorick

      Supprimer
    2. bonjour Yorick, pour le thon de méditérannée pas de plomb,le 12 est innefficace,on appate à la sardine,juste le temps de sortir de son bunker, un coup de ligne et on rentre vite fait au terrier avec son poissonnet sous le bras,rien ne vaut la nourriture fraiche,on peut faire pousser sous terre a l'abri de la lumière des pousses de soja et blanchir des endives,ça va bien avec le thon et pour éviter les problèmes de population sous terre il vaut mieux être seul dans son bunker a manger son thon (hallal ou pas)

      Supprimer
    3. Très bonne idée Janus, d'autant plus que les pousses de soja apportent de la vitamine C, ce qui ne sera pas de trop sous terre. Les marins chinois cultivaient des pousses de soja sur les bateaux pour éviter le scorbut.

      Supprimer
  27. Salut TEZAK , Salut DIDIER , ( et aussi tous les autres qui me lisent bien sur!)
    "mais il y a un MAIS... celui de ne pas être en présence de tes proches" remarque pertinente de Tezak à laquelle je dirais juste que j ai donné deja à ma gamine des instructions : un point de rendez vous "catastrophe" et meme plusieurs dans un ordre ( hierarchisé)(elle n'a que 9 ans mais tres maline et capable de communiquer le plan à sa mere) apres , on fait au mieux en fonction des conditions du jour , perso je suis tres souvent en voyage par mon boulot, et me demande tres souvent : qu'est ce que je fais maintenant si un evenement majeure se produit. Une protection de ses proches et soi meme à 100% est illusoire -chaos ou pas- apres chercher à atteindre ,ce 100% ,est tout l enjeu de se site (Pierre ... si t'es là....) partager nos points de vue et nos infos et se regrouper deja au moins virtuellement,
    Didier , tu as en parti raison sur les Suisses , les francais qui tenterons de rejoindre la Suisse le jour ou la semaine ou le mois ou tout commencera serieusement à deconner (genre Venezuela) des masses de francais et autres essairont de franchir les frontieres Helvetiques: Bon Courage ! , je connais assez bien les suisses car je travaille avec eux depuis plus de 10 ans , ces gens sont des bosseurs , peut etre pas autant que les japonnais mais quand meme , ils ne laissent rien au hasard , sont precis dans ce qu'ils font , et ont le soucis de la tâche bien accomplie.30% d'entre eux parlent francais mais tres peu pensent comme des francais ce qui peut nous derouter quand on ne connais pas .Ils ont eu une education type ou mode " Chretienne "et souvent plutot genre protestante ce qui les rapprocheraient finalement plus des anglos saxons que des latins ( bien que notre langue soit commune)
    entendons nous bien , je ne tiens pas à me facher avec les Suisses , ils ont eu la gentillesse de me tolerer dans leur pays en tant que francais , c'est à moi de m'adapter , alors meme si je ne les trouvent pas tres droles ( Suisse : seul drapeau avec 2 sens interdits) je rentre dans le moule quand meme , de toutes facons , vu l actu internationale , c'est plus le temps des droleries.
    Quand à l Ukraine ou aux Balkans , je dirais juste que j'etais encore à Belgrade hier et qu'il me semble que c'est un pays ou je pourrais peut etre vivre ... en cas de force majeure! par contre , pas de CPF

    SEB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour mémoire je rappelle que le dernier execice militaire Suisse avait pour thème la défense et l'impénétrabilité de leur frontière en cas de chaos en France ,c'est tout dire!!!!

      Supprimer
  28. Ils annoncent un plan d evac au cas ou une des centrales aurait de très gros dysfonctionnement

    RépondreSupprimer
  29. une grotte en dordogne pas tres loin et il y en a bcp et de tres profondes a condition de bien connaitre les niveaux en cas d'inondation mais je doute que et les bombes termobarique et le reste vous touchent dans ces grottes ,des gouffres et dedales impressionnant.au fond seul a bouger ou a quelque uns organisés avec des armes masque a capsules et gros sac a dos façon dji americain cela devrait le faire et puis si on doit mourir a la mad max he bien au moin avoir pour dernier regard le ciel etoilé ou ensoleillé m'est preferable a cette souriciere qu'est un bunker de riche ou pas dailleurs.le plus inquitant serait effectivement la radioactivité mais il faudrait un appareil qui verifie un peu autour le taux de bekrels voila.

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour à tous c'est sympa votre discussion pour ceux qui sans chercher le conflit se posent des questions sur la sécurité je pense avoir quelques solutions à proposer mais il est tard (j'ai passé 2plombes à vous lire) 😅 si cela intéresse du monde dites le moi et je développerais plus tard.... Je voulais savoir si quelqu'un avait des infos sur le ratio profondeur et radioactivité ? Sur le rapport qualité prix entre le béton et les contenaires ? La profondeur à la qu'elle la structure du conteneur peut-elle résister ? Si l'ont veut plusieurs contenaires pourquoi ne pas les espacer et faire une dalle béton par le dessus pour profiter de l'espace entre les contenaires ?
    Merci d'avance à bientôt j'espère

    RépondreSupprimer
  31. En ce qui concerne la radioactivité, je peux apporter des éléments de réponse.
    Les rayonnements alpha et beta sont arrêtés par quelques millimètres de pratiquement n'importe quel solide, y compris du papier. Les rayonnements gamma et les neutrons, par contre...
    Si tu es juste sous l'explosion d'une bombe nucléaire, à moins d'être sous quelques dizaines de mètres de roches, tu n'as plus à t'inquiéter des rayonnements! Et si l'épaisseur est suffisante pour résister au choc, elle suffira pour les rayons.
    Si tu est plus loin, les rayons arriveront en biais et l'épaisseur à traverser sera beaucoup plus importante, être au fond d'une tranchée est considéré comme suffisant.
    Le problème suivant, c'est la contamination. Elle est essentiellement le fait de radio-éléments qui émettent des alpha et des beta, donc facilement arrêtés. Mais il faut aussi empêcher les gaz et les poussières contenant ces radio-éléments d'entrer et se répandre à 'intérieur, et là l'épaisseur de la protection n'a plus guère d'importance, c'est une question d'étanchéité et de filtrage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Filtration, pas filtrage!
      Désolé...

      Supprimer
    2. OK merci François donc pour résumer pas besoin d'être à 10 mètres sous terre il vaut mieux un abri peu profond, bien étanche et avec de bons filtres.... Merci encore

      Supprimer
    3. Oui, c'est ça. Mettre l'abri en légère surpression est encore mieux car on sait par où l'air entre. Une vanne en amont pour isoler de l'extérieur le temps de changer un filtre, une cartouche filtrante de voiture pour arrêter le plus gros des poussières (pas cher et grande surface de filtrage, donc peu de pertes de charge) suivi d'un filtre spécialisé (ou plusieurs, peut être pour masque à gaz) et enfin une pompe (électrique, à main, à pied ou autre) pour entretenir la surpression.

      Supprimer
  32. Nickel, merci, si toi ou quelqu'un d'autre a des infos sur les matériaux idéaux en sachant que je vise plutôt grand histoire de ne pas perdre la tête en cas d'occupation prolongé.... Merci d'avance.

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.