1 octobre 2018

Comment gérer la trahison dans le groupe

Choisir un groupe, qu'il soit de survie ou de travail, est une chose qui demande du soin et de la réflexion.

D'un coté, on sait qu'il se trouve de la force dans le nombre, mais de l'autre, on sait aussi qu'il est primordial de choisir ses coéquipiers judicieusement car dans un scénario post-apocalypse, on sera coincé avec eux - pour le meilleur ou pour le pire.

L'un des obstacles possibles est la trahison. Cette situation peut toujours se produire, et la confiance entre les membres peut être irrémédiablement entamée. Cet article vous donnera des conseils essentiels sur la façon de surmonter une trahison profonde.




Prévoir et anticiper la trahison fait partie de la préparation mentale de tout survivaliste, notamment et surtout s'il se destine à prendre un groupe en main. La première des choses et de comprendre que l'on n'a pas à pardonner sans condition : vous devez pardonner si la personne se repent de la faute qu’elle a commise à votre encontre. Mais même dans ce cas, cela ne signifie pas non plus qu'il faille tomber dans une étreinte larmoyante et baveuse, et accueillir sa repentance à bras ouverts.

Nous vivons à une époque où lorsque les politiciens et les leaders religieux se plaignent à la télévision et prétendent être désolés, cela est considéré comme "authentique". La plupart du temps, ce ne sont que des paroles en l'air, au mieux, ou des mensonges éhontés. Dès lors, qu'en sera-t-il de ceux qui sont censés "partager votre trou" ? S'ils sont impliqués avec vous et qu'ils ont passé vos diverses procédures de contrôle, il y a de fortes chances qu'ils sachent tout de vous et votre famille, ainsi que de vos réserves, équipements et autres.

Alors, que se passe-t-il si vous avez un allié de confiance qui soudainement "pète les plombs" et vous trahit, d'une manière ou d'une autre ? Peut-être même aurez-vous compté sur lui pour un type quelconque de contribution ou de soutien à votre groupe de survie, sous forme d'argent, de matériel ou d'action (le moment venu).

Voici donc quelques lignes directrices lorsque ceux qui étaient censés couvrir vos arrières vous poignardent dans le dos, et la façon de vous protéger.


Lorsque c'est fini, c'est fini


Si vous souhaitez pardonner aux traîtres, libre à vous. Ce sera encore plus de votre faute si vous les réintégrez et qu'ils causent du tort à nouveau, à vous, d'autres membres de votre famille, ou votre groupe de survie. La meilleure chose à faire est de couper les ponts. Rendez-leur tout ce qu'ils vous ont donné ou apporté, et envoyez-les promener. Ne perdez pas plus de temps ou d'énergie avec eux.

Quelle que soit la forme de la trahison, cela reste une trahison. Un point, c'est tout.

S'ils vous trompent sur de petites choses, vous ne pourrez pas leur faire confiance pour des choses plus importantes. Qu'il s'agisse d'argent, de biens, d'un conjoint ou d'un partenaire, ils sont dès lors inutiles. Que pensez-vous qu'ils vont faire après que la société ait basculé et qu'il n'y ait plus de lois pour les empêcher d'aller chercher ce qu'ils veulent ?



L'évaluation des dommages


Vous devez évaluer le préjudice qui vous a été causé. Quel est le risque potentiel pour que la personne qui vous a trahi fasse encore plus de dégâts à l'avenir ? Que sait-elle qui pourrait être utilisé contre vous, soit avec d'autres personnes de leur entourage, soit avec les autorités ? Connait-elle votre niveau de préparation et vos procédures d'urgence ? Est-elle capable de deviner vos actions dans un scénario d'effondrement ou un désastre, et les actions des gens de votre groupe ? Est-ce qu'elle sait où vous et/ou les membres de votre famille travaillez, les banques et magasins que vous fréquentez ? Connait-elle vos besoins médicaux ainsi que les forces et faiblesses de votre famille ?

Vous devrez évaluer ces facteurs et bien d’autres afin de déterminer quels dommages collatéraux seraient causés en coupant des liens, et ceux qui pourraient être causés à l’avenir dans une terre dévastée, ou dans un scénario à la Mad Max.


Retour à la case départ


Vous devez changer la donne entière et resserrer les vis de toutes vos procédures. Tout ce dont le traître et sa couvée peuvent avoir été au courant, vous devez maintenant le changer ou l'éliminer complètement. De nouveaux mots de passe doivent être convenus, de nouvelles fréquences radio et indicatifs d’appel, de nouveaux points de rassemblement, de nouveaux emplacements pour les caches, aussi bien pour les proches que celles éloignées. Toutes vos réserves et équipements doivent être déplacés ou enlevés et mis en terre inconnue pour le traître et sa tribu.


Tel père, tel fils


Gardez bien cet adage en mémoire. Si le traître est chassé, débarrassez-vous aussi de sa famille. Ils pourraient jouer avec vous pendant un moment et dénoncer leur père ou leur cousin. Peu importe ; le sang est plus épais que l'eau. Vous tenez à les gardez ? Le moment venu, ils ouvriront les portes au traître et à son groupe, et vous serez alors chassé (note: si vous ne l'avez pas encore fait, regardez le film "Le temps du loup").



Et si le traître est un membre de la famille ?


Même sort que pour les autres : couper les ponts et l'expulser du groupe.

La famille immédiate constitue un problème particulier. Et si maman trahit papa ou le groupe ? Qu'en est-il des enfants ? Vous pourriez devoir vivre avec eux, mais cela ne signifie pas pour autant que vous deviez les inclure dans vos plans pour l'après-chaos. Les enfants sont différents en ce sens que vous êtes obligé de prendre soin d'eux jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'âge de la majorité et ne soient plus considérés légalement comme des enfants.

Une maison qui est divisée ne tient pas, et vos plus grands ennemis pourraient être les gens de votre propre famille. Comme les autres, ils sont humains : s'ils trahissent une fois, ils le feront encore ; c'est aussi simple que ça. Ne laissez pas les "cordes sensibles" se transformer en autant de garrots pour vous étrangler.


Et si le traître est votre propre patron ou un autre chef ?


Dans le premier cas, trouvez-vous un nouveau job le plus vite possible...

Qu'en est-il d'un chef qui ferait partie de votre groupe de survie et qui trahit ? Il essaiera forcément de jouer le rôle de seigneur de guerre tyrannique quand le monde s'écroulera. C'est comme si vous lui donniez votre propre bâton de commandement, et vous finirez avec lui. Meilleure option : n'invitez jamais un autre chef dans votre milieu, et réduisez autant que possible la bataille pour le contrôle.


Conclusion


Pour que les choses n'en arrivent jamais à de telles extrémités, le plus simple est de les prévenir. Pratiquez les mesures OPSEC avec vos alliés les plus fiables, en vous rappelant que tous les hommes ont la capacité de trahir et le font habituellement. Ne révélez pas la totalité des informations sensibles sur vos procédures et vos réserves. Formez des groupes de gens qui peuvent s'entraîner ensemble, mais ne leur dites pas ce que vous cachez dans vos stocks avant que cela ne soit nécessaire, et même dans ce cas, réfléchissez bien à ce que vous faites.

Voyez votre groupe comme une confédération de personnes partageant les mêmes idées, tout en évitant les alliances liées. Entraînez-vous ensemble à différentes tâches de survie, et convenez de fonctions pour vous aider mutuellement, mais restez vigilant. Les personnes les plus fiables de votre vie peuvent se retourner contre vous sans aucun remords lorsque le besoin s'en fera sentir.

Si une telle chose se produit avant que les lumières s'éteignent, alors vous pourrez compter sur le fait qu'elles feront bien pire après, si toutefois vous leur autorisez. Ne le permettez pas et ne devenez pas une victime. De la même manière, ne permettez à d'autres membres de votre famille ou de votre groupe de devenir des victimes en raison d'une mauvaise décision de votre part...

47 commentaires:

  1. article à garder dans une case de sa pensée en permanence!
    "pour les traitres, douze balles dans la peau, pour les demi traitres, six balles suffiront " GEORGES CLEMENCEAU.
    petit bémol, les munitions seront précieuses, tant pis pour le décorum d'un joli peloton d'éxecution, il faudra au traitre se contenter d'une seule bien placée .
    et si vous vous sentez d'humeur généreuse, accèdez à la requete du maréchal NEY :"droit au coeur, mais épargnez le visage" .
    bonne préparation à tous HERMAN STOSS .

    RépondreSupprimer
  2. Que faire d'un traître indispensable à la survie du groupe ?
    Je pense que c'est un cas de conscience terrible qu'il faut prévenir avec les conseils des derniers paragraphes.
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour vroum,c'est pourquoi il ne faut personne d'indispensable ou avoir des doublons,ou dans l'idéal des compagnons protéiformes et en final que le coeur vital du projet ne soit qu'entre les mains d'un seul , avec possibilité de transmission en cas de disparition fortuite.La confiance ce n'est pas comme la rosette de lyon,ça ne se détaille pas en rondelles,il faut en place avoir des contrats ponctuels moins liants et sans affectivité,donner sa confiance c'est prendre un risque ,on est jamais trahis que par ses connaissances ou amis;restaurer la confiance avec un traitre c'est vouloir nettoyer l'anus d'une hiène avec un bambou (proverbe Bantou)Aucune précaution ne vous mettra a l'abri de cette mésaventure dont les effets en cas de vrai chaos seront destructeurs si des sas de responsabilité ne sont pas posés dès le départ avec les devoirs qui vont avecbien cordialement

      Supprimer
  3. Merci Pierre, tout est dit, c'est clair , net et precis comme j'aime. Mais ce que perso j'aurais besoin et qui me pose questions, c'est tes conseils une fois que nous serons en plein dans la situation de crise, dans notre situation de survie, dans notre BAD. Pourrais-tu éventuellement y ajouter un 2ème chapitre encore un peu plus développé ? D'avance merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les conseils de cet article s'appliquent surtout en temps de crise, et je n'aurais pas grand chose à y rajouter. Pour le reste, toujours garder à l'esprit ce que disait mon adjudant : quand le chef ne donne pas l'exemple, les hommes n'y vont que d'une fesse...

      Supprimer
  4. Avant cahos , ce n'est pas qui va trahir mais quand ? La soupe étant trop bonne ! En prévision du cahos pour s'organiser, seul ( histoire de limiter toute casse possible ) après cahos possibilité et nécessite de former un groupe ayant une communauté d'intérêt : survivre !
    Affinités ? Lesquelles ? Pourquoi? Avant tout des compétences. Des idées aussi, en l'absence de pétrole !
    Le cahos se chargera de faire le premier tri et dégagera rapidement dans les esprits des concepts simples : manger, boire, se chauffer, sécurité.
    En cas de trahison , oui mais quelle trahison ?
    Voler de la nourriture & médicaments ( au bénéfice de qui : soi même, femme, enfant, .....) livrer le groupe a des " concurrents " , prendre la femme ( ou homme ) d'un(e) autre, anthrophagie, etc, etc.
    Les priorités vont elles changer sur ce sujet ou non ?
    Ok, on constaté une trahison ( définie comme telle....) qu'est ce qu'on fait?
    On fait inter-agir le groupe ( histoire de l'associer ) sur ce sujet et la prise de décision sur ce (seul ou sur tous les sujets, par extension ) point ? Histoire de créer la confiance, élément pour souder le groupe et chasser, si possible, la trahison !
    On prend une décision solitaire, de chef dur mais juste ( après attention à chaque mois de mars, les ides, pas les idées, non, non, seront à l'affût , mon ami Caesar, le chasseur dixit ! ) .
    Qui va être le bourreau ?
    Comment tuer le traitre ? Économiser les munitions , d'accord ! Reste le couteau !
    Qui s'en charge, celui qui l'a dit est celui qui le fait, qui en est capable ?
    Sinon le garrot , comme en Espagne avant ou même pendant ww2 , qui le fait ?
    Reste la dernière solution , chasser le traitre ( et sa famille , guerele choix ! ) .
    Simple mais chic !
    Évidemment , il va falloir travailler un peu pour changer des dispositifs, des procédures, etc, etc, ça s'appelle s'adapter, je crois ? Hein ?
    Situation complexe , faire dans la simplicité , anticiper des développements souhaitables ou non souhaités , penser d'abord avant de tirer, chacun verra.
    Vivra ensuite , ça c'est une autre ( belle ) histoire , peut être...!
    Quelques éléments de ma réflexion , a brule pourpoint, après lecture de cet article notable sur le sujet.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Vianney,il faut considérer uniquement le fait de trahison comme un fait grave contre SON PROPRE groupe.
      On exclu ce qui est du domaine de l'infiltration(espion).
      On exclu le simple vol.
      On exclu la contestation.
      Je me permets de te /de vous soumettre encore l'histoire de Cervantés sur Wiki.C'est marrant du reste je lis wiki mooc (où vont-ils chercher tout ça.
      Captivité à Alger,on voit bien que lors des 2 premières tentatives d'évasion ceux qui l'ont dénoncé jouaient sur tous les tableaux(el dorado par exemple);lors de la quatrième tentative en revanche le traître un prisonnier ancien Dominicain reçu "une jarre de graisse et un écu d'or".
      Dérisoire récompense face à la possibilité de retrouver sa liberté.
      Le traître n'est pas un simple voleur,c'est celui par qui la ruine arrive,c'est Iago. Il est le chaos et il crée le chaos à l'intérieur du groupe.Il ne faut pas confondre avec les détournements de biens ou la volonté de prise de pouvoir sur le groupe.
      Sa disparition de peut donc être qu'accidentelle.Un disparition stricto sensu arrange tout le monde;ou alors un malaise cardiaque;pas de vague chuttt,parla pui piano;"nous sommes au regret de vous annoncer la disparition de ...... "Il est parti,pourquoi nous a-t-il abandonnés..."
      C'est pas pour rien,qu'on portait un toast à une époque en levant tous son verre en même temps et si on pouvait également trinquer suffisamment fort pour que les boissons s'échangent(on évitait ainsi le coup de poignard et le poison).
      La trahison est plus ou moins naturelle,c'est la fidélité qui est une anomalie.
      A vos livres de recettes!!!Et fiez vous à vos animaux de compagnie.Gaston Fébus avait un ours souverain dans l'art de démasquer les traîtres,certains chiens font ça très bien aussi;qu'importe que cela soit vrai du moment que c'est crû.
      Humains trop humains.
      Bien à vous
      Yorick

      Supprimer
  5. Qui s'en charge, celui qui l'a dit est celui qui le fait, qui en est capable ?
    De préférence l'un de ceux qui sont censés se battre et n'ont encore tué personne. Cela permettra de voir s'il en est capable avant de devoir compter sur lui lors d'un affrontement. Bien sûr les chefs d'abord.

    RépondreSupprimer
  6. Pour limiter les conséquences d'une trahison, appliquer le vieux principe: "Chacun ne doit savoir que ce qu'il a vraiment besoin de savoir pour tenir son rôle."

    RépondreSupprimer
  7. « une étreinte larmoyante et baveuse » j’ai adoré ! lol

    Déjà si la trahison en question nous laisse une chance de pardonner ou non, on aura de la chance. Parfois elle signera juste la fin de l’histoire. :-/

    Je vais peut-être me faire allumer mais j’aime bien la série « Walking Dead » pour les rapports psychologiques de groupes justement.

    Le « pire » traître est celui qui va penser en toute bonne foi agir pour votre bien et celui du groupe, malgré vos avertissements.
    Difficile à identifier et difficile à punir/bannir car d’autres âmes à la charité mal placée peuvent se laisser prendre aussi à sa bonne intention de départ et penser que le leader a été trop « sévère »... et la graine de la contestation est ainsi semée.

    Merci pour l'article Pierre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison je pense Ligeia A,le traître aime avoir le visage de l'honnêteté et il peut même s'en convaincre.Il a également le visage de l'humaniste;les grands sentiments,les grandes idées,la générosité sont autant de déguisement pour masquer sa peur.
      Il ouvrira les portes de la ville pour éviter la violence.
      Il ne peut pas dissimuler sa peur,pas totalement;c'est pour ça que les chiens par exemple le détecte,les chats aussi,les oiseaux mais nous connaissons plus mal leurs langages.
      Il parle à la raison mais ne peut tromper l'instinct.
      Sa lâcheté doit être une valeur universelle et comme il met au point les tests de sélection...il ne faut pas nous étonner d'être dirigés par des fourbes.
      Par contre j'ai un problème avec "walking Dead":ces pauvres choses lentes ,répugnantes ,ne sauraient représenter un danger crédible.Elles ne peuvent provoquer ni sympathie, ni empathie ,la sentence est dès lors certaine;c'est trop simple.En revanche ,les problématiques d'organisation et fonctionnement de groupes,me semblent très bien posées.
      Mais il suffit de siéger dans une association quelconque pour avoir les mêmes sensations,avec trahisons à la clé,magouilles,petitesses etc etc.La problématique sera toujours la même,tant que la valeur courage ne fait pas partie du modèle de recrutement.Hélas les gens courageux,délèguent souvent et se font représenter,et par conséquent gruger.
      Cordialement
      yorick

      Supprimer
    2. @yorick : Oui je pensais à ceux que j'appelle les TLJ ("tend l'autre joue") ; je respecte leur façon de voir mais en cas de chaos et dans un groupe, ce sont des dangers potentiels ou tout au moins des "poids"...

      Oui pour WD et les zombies... ^ ^ Mais c'était justement sur la psycho des personnage et notamment un qui m'a marqué si tu le connais : Eugène Porter, archétype du lâche, veule et traître avançant masqué.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Eugene_Porter :-)

      Supprimer
    3. Bonsoir Ligeia A,je ne connais pas ce personnage Eugene Porter,mais il semble qu'il soit également capable de quelque bravoure au gré du scénariste.
      Très bien trouvé les TLJ,une nuance c'est qu'ils ont l'habitude de tendre...la joue de quelqu'un d'autre;celle du Christ d'abord :c'est hyper violent comme raisonnement."Es-tu prêt(e)à gifler le Christ?
      Après celle des autres:paix mes frères et patati et patata et c'est là où le bât blesse.Il ne leur vient pas à l'idée que tout le monde n'a pas envie de finir comme un homard grillé.
      D'autant que sur certains documentaire on peut des croyants s'enfuir bien vite pour des gens pressés de voir le créateur. Tartuffes!Tartuferies!
      Dans la vie de Gengis khan on peut voir que celui-ci détestant les traîtres,fit exécuter en guise de récompense ceux qui lui livrèrent son ex-ami devenu son ennemi.Il fit exécuter les traîtres mais aussi leurs enfants et petits enfant(tel père tel fils dit l'article).
      En fait il a malheureusement raison ceux qui livrent leurs pairs à la cruauté d'un ennemi étranger pour sauver leur vie doivent le payer.
      La culture du bouc-émissaire est abjecte,puisque chacun sait qu'il est innocent.Croient-ils vraiment se sauver en livrant une autre créature en réparation de leurs méfaits.L'idéologie et la croyance ne sont elles pas les trahisons ultimes?
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    4. Bonjour Yorick !

      Oui c'est vrai, il se rattrape à la toute fin...
      Mais dans ce cas, cela en remet en question beaucoup de choses car cela suppose que nous fassions "grâce" au traître lui fournissant une occasion de se racheter (donc on l'épargne et on le garde).... un gros risque à prendre... et on retombe sur les TLJ avec leur incurable optimisme.

      Je te fais confiance pour Genghis Khan que je ne connais pas trop ! Sur ce sujet, je me réfère à Charlemagne et Jeanne d'Arc... (ou Moïse et Elie pour la version biblique)

      Les idéologies et les dogmes humains, oui. La Foi, non, mais c'est juste mon approche...

      Bonne journée à toi :-)

      Supprimer
    5. La version biblique de Jehanne D'Arc c'est Sainte Judith.

      je voudrai poser une question à Ligea:
      Vous etes amie avec Rorschach qui nous vante sans cesse dans ses vidéos les bienfaits de ce prophète pillard, violeur multréciiviste et pédophile appelé Mahomet,
      n'avez vous pas l'impréssion de vous etre trompé d'endroit en venant ici?
      salutation distingué

      Verbo

      Supprimer
    6. @Verbo : Et mon propre blog reprend mes convictions sur le prophète Muhammad.

      Et donc.... ? On fait quoi ? On se tape dessus, on s'insulte en échauffement pour les temps futurs ? ^ ^

      Sans façon, merci.... ;-)

      Supprimer
    7. J'avoue ne pas trop voir le rapport entre "Sainte Judith"et Jeanne d'Arc.Une "trahit,séduit assassine" l'autre est trahie et rassemble.
      Cette dernière au vu de mes lectures avait bénéficié de l'aide de Gilles de Rais.
      On a pu parler de deux antithèses ensemble.Le haut est comme le bas nous dit la table d'émeraude.
      Ce qui est certain c'est qu'il prit très mal la trahison et failli la faire libérer à plusieurs reprises.
      Je ne retrouve pas trace de cette guerilla menée par Gilles de Rais.
      Il aurait basculé dans la folie après la mort de Jeanne,et retrouvé la foi lors de son procès.
      Jeanne d'arc est un des pilier de l'histoire de France,et la France est avant tout une construction faite par l'histoire.
      cit aprox Eric Zemmour.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    8. Bonsoir Ligeia A Pour Charlemagne je suppose que tu fais référence à Ganelon ça m'étonne;c'est certes l'archétype du félon,mais c'est un personnage imaginaire et ta localisation géographique devrait te convaincre d'avoir moins de sympathie pour l'Empereur à la Barbe Fleurie,enfin si je peux me permettre.En parlant de Pays Basque,connais-tu l'ouvrage de l'abbé J ESpagnolle;l'origine des Basques?Très bon travail de linguiste;mais il y est fait également référence à la bible par exemple Maccabées 1er livre chapitre XII entre autre ,au Roi Arcios et établit la filiation de ce peuple.
      J'ai pas vu cette rubrique sur ton blog et ça m'a étonné.Mais bon c'est ton blog après tout.
      Mais d'un autre côté j'ai mis pas mal de temps à découvrir ces faits....
      Si cela t'intéresse je peux te donner les références complètes de l'ouvrage ou seule les références bibliques très surprenantes.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    9. Salut Yorick,

      Pour Charlemagne, je l'avais pris pour contrer l'argument religieux qu'il ne faut jamais tuer son prochain...(épisode de la pendaison des Saxons).

      Merci pour tes infos sur les Basques ; j'avais fait d'autres recherches sur cette origine mystérieuse justement ; j'ai trouvé des liens pour tes références et je vais aller les lire, merci pour l'info !
      :-)

      Supprimer
    10. @Yorik
      Sainte Judith n'a pas trahi puisqu'elle n'a pas menti, de plus elle est resté fidele à son peuple elle.
      Ensuite quand les mecs font dans leurs frocs devant l'envahisseur alors il se trouve certaines femmes pour agir avec les moyens dont elles disposent.
      Vous vous offusquez que Sainte Judith ait assassiné?
      Mais c'était malheureusement la guerre, vous auriez voulu que tous finissent en esclavage?
      Je vous demande maintenant de ne pas vous laisser séduire par les mahométants qui ont érigé la trahison au rang du sacré: ''la taqiya''
      renseignez vous

      Verbo

      Supprimer
  8. bonjour à tous;dans le genre : élimination du traitre, j'aime bien le film Cléopatre ou la gouteuse chinoise de boisson de la Reine d'Egypte fait semblant de gouter le liquide du récipient, la Reine s'en aperçoit. la servante se jette aux pieds de la Reine en suppliant qu'elle lui pardonne. la Reine lui dit "je te pardonne, maintenant bois !" la servante s'exècute (c'est le mot) et couic ! c'est beau comme l'antique . bien évidemment, si j'étais chef de groupe ou responsable d'une communauté, pour une trahison grave et avèrée, je me devrais d'exècuter la sentence moi meme, faut savoir assumer. les munitions etant précieuses, et comme je n'aime pas en mettre partout , bien qu'aillant travailler en abattoir fort proprement autrefois, je choisirai la corde à hauteur respectable de déclenchement , (et je sais faire un joli noeud ad hoc )
    , bonne préparation à tous HERMAN STOSS .

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Pierre,

    à quand un article (ou un dossier spécial) sur la manière de gérer les individus AVANT de se poser la question de la gestion des traitres ? sachant qu'on ne choisit pas toujours l'interaction.

    Je pense à tous les tests, questions, sujets à aborder, évoquer, ne pas prononcer, mythes à brandir, manière de se présenter... tout ça pour ne pas être repoussant pour nos pairs ou ceux qui seront fidèles et repousser sans s'attirer la haine des vendus.

    Je peux me tromper (je suis encore jeune ;-D) mais je crois le sujet peu fourni et un peu réservé aux plus rusés, et à ceux ayant vécu face à de nombreux cas d'aggressivité (agents de sécu et autres que je n'imagine pas bien)

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Andrà.
    Occuper une partie de son temps à se contraindre à tel ou tel comportement vis avis des autres et/ ou membres du groupe , occuper une partie de son temps à chercher à tester /déceler les germes d'une trahison chez les autres et/ ou membres du groupe , aussi bien avant qu'après cahos d'ailleurs, me semble peu productif, contraignant , voire illusoire.
    Je ferai plus attention aux conditions, situations susceptibles de développer une trahison chez un individu, homme ou femme.
    En cas d'agressivité déclarée et exprimée , la réponse est claire , différente :parler ( peu) , fuir, se battre , c'est selon.
    Les comportements, faits, réponses concrètes dans/ à des situations données me semblent plus parlants et révélateurs que des paroles. Les comprendre au delà du premier aspect parfois trompeur si l'on va trop vite.
    Les paroles s'envolent , les écrits/ faits/ comportements restent. Les mettre en rapport de la situation donnée.
    Le temps disponible pour ce faire permet un travail plus complet .
    Un exemple possible parmi tant d'autres : une personne ayant un enfant malade sera susceptible de trahir si on lui propose le medicament adéquat pour sauver son enfant en échange de sa trahison .si le groupe à le médicament disponible, ok .si un autre groupe rival peut disposer du médicament : aie, aie, allo maman bobo ( drôle, non . ) .
    Au début, on hésite, on doute , on se trompe ( peu car l'instinct mais mis en défaut par l'éducation ou les bons sentiments ....) , après vient l'assurance, l'auto estimé , ce qui nous rend plus sûrs et plus forts, plus rapides pour déceler le / la traitre.
    Ça s'appelle aussi l'expérience ! Le prix à en payer ne peut , doit être mortel ( après cahos ) , une blessure d'amour propre ou d'orgueil ( avant cahos ) peut être cuisante mais ne sera pas mortelle.
    Voilà, ces quelques lignes qui ne sont pas un conseil, je ne me permettrai pas , mais un peu de vécu mis aimablement à votre disposition puisque vous avez fait l'effort de venir sur ce blog fait pour ceux qui ont quelque chose entre les oreilles.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Vianney,

      vous avez le droit de trouver cela peu productif, mais je pensais avoir souligné que résoudre un problème avant qu'il n'apparaisse c'est donc limiter le périmètre des crises.

      Quand vous dites que les comportements, faits sont plus parlants que les paroles, je suis 100% d'accord puisque je parlais des dits et des non-dits, donc de la communication au sens large. Les démonstrations (actes, comportements) en font partie...

      Je ne suis pas d'accord sur votre facilité à écarter la réflexion, tout en concluant par une liste de solutions les plus vagues possible ("la réponse est claire, [...] parle (peu), fuir, se battre"), qui se borne à gérer la crise une fois avérée.

      Votre exemple de l'enfant malade est très pertinent et sur ce thème je vous rejoins entièrement, mais je ne parles pas de résoudre les crises une fois avérée mais d'essayer d'anticiper ce qui peut l'être en triant avant. Ca ne veut pas dire être faux tout le temps, je parle de trucs face à un inconnu permettant de contextualiser vite et efficacement. C'est hors sujet avec le présent article et ne mérite pas d'être approfondi ici, je ne faisais que demander à Pierre son avis :-)

      Du coup voici mon exemple : j'ai une fois contacté quelqu'un qui gerrait une asso qui sans raison m'a envoyé baladé comme jamais alors que je m'étais présenté correctement et courtoisement, un peu la technique du chien qui aboie. ça oblige l'autre à surdémontrer qu'il n'est pas une menace ou à renoncer. je suis certain que ce comportement laisse des marques

      Autre exemple (pour finir), sur un autre article quelqu'un (Elisabeth ? je sais plus...) parlait de demander très vite à quelqu'un de nous rendre un service réel, en guise de test (attentions aux signes d'attente excessive de réciprocité).

      Supprimer
    2. Le problème est que ce qui est considéré, à juste titre comme un défaut ,dans une société en paix peut devenir une qualité en temps de crise;il faut donc prendre en considération le fusion du profil psy dans le groupe et dans le contexte de crise.
      On devient le débrouillard(voleur)du groupe,le gardien(violent)du groupe,le chef de combat(belliqueux)du groupe,le gestionnaire du stock(avide)du groupe etc
      Un groupe échappe plus ou moins à une logique individualiste pour rejoindre celle du collectivisme:repas pris en commun ,éducation des enfants ,deuil ..etc l'implication est beaucoup plus grande.
      Le souci serait plus du genre ,quelle est ma valeur?ce que j'en pense,ce que vous en pensez.
      Si je me sens rabaissé,il peut y avoir un danger pour le groupe.Mais c'est au fond naturel,il y les alphas et l'oméga.Même rabroué l'oméga veille sur les enfants,sur ce que le groupe a de plus précieux.Les luttes d'influence se jouent dans les couches intermédiaires.
      L'autre figure que l'on retrouve dans les sociétés organisées en clans,c'est le patriarche ou la matriarche.Vous penserez ce que vous voulez,mais j'ai eu l'occasion d'être confronté à un patriarche manouche suite à un conflit;j'ai eu soudain l'impression d'être redevenu un enfant comme mon adversaire.Il venait de sermonner, en deux mots, deux gamins penauds.Depuis j'ai droit à un grand bonjour.
      Un chef charismatique,homme ou femme ,fera toute la différence.
      Il est naturellement incontestable.
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Tezak,il ne faut pas confondre, à mon avis,un déserteur qui se rend compte qu'une guerre n'est plus la sienne et qui veut être neutre,un insoumis qui refuse de participer à un conflit,une personne qui "parle"sous la torture(les services secrets savent que c'est une question de temps sauf suicide)ET les porteurs de valises ou les saboteurs,voir même les terroristes.
      Quand tu finance l'achat d'armes pour des personnes en guerre contre ton pays,tu es responsables des victimes innocentes.Quand tu sabote du matériel de guerre pour qu'il explose dans les mains des appelés de ton pays tu es responsable de leurs morts ou de leurs mutilations,quand tu "pose" une bombe dans une école tu es responsables des morts et des blessés;ceux là sont des traîtres.Le milieu qui les a nourris leur a inculqué la haine des autres.La notion de manipulation ne marche pas avec des actes aussi graves.
      Quand on "couvre"un collègue qui a été commissaire politique dans un camp de concentration ou sont morts dans des conditions terribles des concitoyens,on est complice;qu'on le veuille ou non.A ces gens le mot de traître va comme un gant.
      Ou est l'héroïsme dans le fait de poser des bombes à l'aveugle ou d'avoir été un tortionnaire dans un camp?Ces individus n'ont même pas l'excuse de la contrainte.
      La manipulation est un chose,mais nous avons en nous assez de discernement pour reconnaitre un meurtre,un viol ,de la torture si on en voit un ou si on nous commande de le faire .Non?
      Nous sommes tous en capacité d'apprécier les conséquences(du moins immédiate) de nos actes.
      C'est factuel;les faits,reconnaissons nous les faits?
      Pouvons nous les revendiquer au nom de nos valeurs?
      Cordialement
      Yorick

      Supprimer
    2. Yorick ,merci pour cette typologie du "traitre",il est plus probable que ceux a qui nous serons confrontes soient dans le cadre d'un chaos généralisé des proches qui auront partie liée à l'extérieur du groupe et contre lui ou en interne ce qui sera plus difficile a traiter,dans les deux cas de figure ,la gravité de la situation entrainera la sanction a appliquer si toutefois c'est encore possible.il est bien évident que la justice rendue ne sera pas celle de nos codes actuels mais devra être explicitée a tout ceux qui souhaitent faire partie du groupe,ce sera faute de moyens (prison ou autre ....)beaucoup plus simple et immédiat de même valeur pour tous quels qu'ils soient , après explication de l'intéressé et sentence rendue collègialement de même nature pour les hommes que pour les femmes.Quant à savoir si exécution il y a , si cela doit se faire au tire bouchon ou a la guillotine en commençant par les pieds ce sera a chaque groupe d'en définir la façon,"il est difficile de pendre une girafe"(proverbe bantou)

      Supprimer
    3. Sur la façon de définir les sanctions, je pense qu'elles doivent être connues et acceptées de tous dès le départ.
      Chacun doit savoir qu'une trahison lui coûtera plus que la vie, que même ceux auxquels il tient le plus la subiront. On n'est pas prêt à trahir ses enfants, ont écrit certains... Ce n'est qu'à ce prix que chacun pourra pleinement faire confiance aux autres (ce qui n'empêche bien sûr pas la vigilance). Et si chacun dispose de la possibilité de se suicider en cas de besoin...

      Supprimer
  12. Andra bonsoir.
    Ravi de converser avec vous.
    De façon générale , a mon humble avis, spéculer sur la possibilité de déceler une trahison ( on ne parle QUE de trahison n'est ce pas ? A un problème, on apporte une solution,non ? ) par la simple réflexion préventive , je n'y crois pas !
    Les trahis sont les derniers informés et quand cela s'est déjà produit. De façon générale.
    Et en particulier,Le théâtre de boulevard n'aurait pas connu autant de succès depuis plus presque de 150 ans ....Sacha Guitry, Marie 5 fois ....
    Un affrontement physique peut il relever de la trahison ? Difficile de voir un lien , dirais je ! Surtout avec un inconnu !
    Le thème de l'affrontement physique ayant déjà été traité et commente abondamment sur le blog ( voir articles ) mon propos sur le sujet a été lapidaire et frondeur ( la pierre, la fronde, d'une pierre 2 coups , quel talent! ) : parler ( peu ) , fuir, se battre, c'est selon !
    Le comportement à votre égard du gérant de l'association contactée par vos soins vous a laissé des marques si je comprend bien ? Normal , nous sommes tous plus ou moins sensibles.
    Malheureusement comme disait Charles Regimbeau : la vie n'est pas un long fleuve tranquille mais une montagne à gravir....
    Était il possible que ce gérant vous ait teste par ce biais ?
    Chien qui aboie ne mord pas dit on , patience et longueur de temps font mieux que force et vaillance dit on également .
    Un instructeur de la Légion vous pousserait physiquement et mentalement à bout pour augmenter votre résistance et trouver au fond de vous même la ressource pour arriver au bout et atteindre 'objectif .
    Regardez des documentaires sur l'entraînement prodigue à des stagiaires par le 3 REI en Guyane, on y voit des femmes, étonnant n'est ce pas !
    Dans les équipes spécialisées d'intervention , anti terroristes notamment, lorsqu'ils visent une terroriste femme c'est à la tête exclusivement car sinon, trop déterminées, elles sont impossibles à arrêter !
    La réponse que vous cherchez est déjà, en totalité ou partiellement en vous , voyez comme vous l'entendez, parole d'un borgne a un aveugle......
    Demander un service réel ? Avant ou après cahos ? A qui , a un paysan du Limousin ? Dur, dur selon certains ...
    A mon humble avis, ne rêvons pas voulez vous ? Avant cahos et encore moins après !
    Je ne me souviens pas d'un article d'Elisabeth à propos d'un service à rendre, je me souviens d'un article de sa part sur la difficulté de prendre la bonne décision et d'une de ses amies , paysanne, qui se proposait d'abattre son chien qui courait après les animaux de sa ferme, il était question aussi me semble t'il du choix du chien et de la responsabilité du maître du chien à tous égards.
    Un autre exemple dans cet article concernait Jean, je crois, et son fils mentalement malade et l'obligation, difficulté delà ( bonne ) décision à prendre, en termes de responsabilité du père vis à vis d'autrui en temps de cahos car le fils représentant une menace mortelle réelle pour TOUT un chacun , d'éliminer son propre fils . Ok , qui le fait sinon, celui qui le dit ?
    Est ce cet article auquel vous faites allusion ?
    À votre disposition pour continuer cet entretien de qualité.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à toutes et à tous; Andra,peut être ces articles présents ici mm(sur le blog) pourrait taider:"Amitié,confiance et survie"19/03/2018

      "Prédateurs et psychopathes,les moyens de défenses" 1,2 et3 en date respectivement dans l'ordre:08/082016 (1) 18/08/2016 (2) 29/08/2016 (3) et l'article dont Vianney te parles ci-dessus,rapport à Jean et son fils mentalement malade... :"Les addictions survivalistes2/2" 28/082016 rédigé par notre chère Babeth(salut à toi Madame!!).Cordialement,jean. (pas celui de l'article,j'ai pas de gosses, heureusement pour eux!!! 8-)

      P.S:encore une fois,en recherchant ces articles,je viens de me repasser une bonne dose d'articles et de commentaires depuis 4H00 du mat' et je ne saurai que trop vous conseillez de lire ou relire tout les commentaires du blog,UNE MINE D'OR!!!

      Supprimer
    2. Quelques réflexions sur différents points évoqués par différents intervenants:
      -en cas "d'interrogatoire renforcé", tout le monde finit par parler sauf suicide, en effet. Pour les grandes gueules habituées du "moi je", qu'ils s'imaginent à califourchon sur un étau avec des petites choses auxquelles ils tiennent qu'on serre de plus en plus. En ajoutant des coups de maillet sur l'étau (pour commencer) histoire de leur filer de bonnes vibrations.
      -pour la prévention (acte volontaire de trahison ou "interrogatoire renforcé"), le mieux est, comme dit ci-dessus, que chacun ne sache que ce qu'il a besoin de savoir. Celui ou celle qui refuse ce principe et vous conteste ce droit, vous pouvez le sortir tout de suite. Soit c'est quelqu'un d'inconscient, soit c'est quelqu'un qui prend ce prétexte pour vous contester devant les autres. Problèmes à venir assurés.
      -comment détecter les mauvais profils ? Dans l'action. Et comme la plupart de vos recrues ne se seront jamais trouvées en situation, vous ne pouvez éliminer d'entrée que les cas les plus flagrants. De toutes façons, on ne connait ses réactions face au feu ennemi et au danger de mort en général que quand on a déjà testé. Et ce n'est pas la société du virtuel ( jeux vidéo) qui y prépare.
      Prenez quelqu'un (ado ou pas) qui est fana de ça et faites-le tirer une 9 mm à pointe creuse ou une 5.56 sur une bouteille d'eau. Elle va exploser et ça le fera marrer, une fois passé le sursaut de la détonation. Quand vous allez lui expliquer que son corps est composé en grande partie d'eau et que ça fera pareil sur lui s'il en prend une, le sourire va déjà s'effacer. Et ce n'est que quand il aura vraiment vu quelqu'un en prendre une que vous verrez comment il réagit.
      -en ce qui concerne le déserteur, la notion du "conflit dans lequel il ne se sent plus concerné" me sidère. Et puis quoi encore ? Il n'a pas profité assez avant de la société qu'il doit défendre ? Il peut tout rembourser d'un coup ? Ou la société ne l'intéresse que quand elle lui rapporte ? On ne fait pas toujours ce qu'on veut dans la vie. On contracte des dettes et il faut les payer le moment venu. En Angola, il y a même eu des étrangers qui sont passés au peloton pour ça. Pas au procès de Luanda, avant, pour refus d'aller à la riflette. Et ça n'a pas fait plus de cri que ça dans le milieu professionnel concerné.
      Je crois qu'il vaut mieux se baser sur certaines valeurs morales et relationnelles avec les membres du groupe. Nous pourrions tous nous trouver de bonnes raisons de trahir ... mais pas n'importe qui. Un employeur ? Pourquoi pas ... nos enfants ? Certainement pas
      En matière de prévention, c'est aussi les relations dans le groupe qui feront qu'on viendra vous prévenir qu'un membre mérite votre attention sur ce plan. Vous ne pouvez pas tout voir mais le futur traître ne peut pas tout cacher non plus. Une simple réflexion peut vous alerter. Pas question de sévir immédiatement mais allumez votre radar et d'autres signes plus discrets vous apparaîtront

      Supprimer
    3. Merci E-mantilles pour cette réflexion sur la surveillance mutuelle par le groupe. Très important, en effet, et nécessitant aussi une grande confiance mutuelle.

      Supprimer
    4. Vianney, soit je m'explique (très) mal soit vous avez une certitude erronée à mon sujet, je n'ai pas besoin qu'on me rassure, j'espère qu'un avatar épilé ne vous induit pas en erreur. Ce n'était pas le but, mais ça a l'air de montrer qu'avec une certaine apparence on crée certaines réactions :-) quand on parlait de tests...

      A la question "on ne parle QUE de trahison n'est ce pas ?" → dès le début ma question est HS à cet article même si connexe. On test pour éviter les traitres mais aussi les crados, les drogués, les X, les Y, les gauchos, les nazis, ce que tu veux.

      Je précise que j'ai lu et relu ce site depuis 4-5 ans y compris les commentaire. Après vérification, les tests en question sont bien ceux proposés par Elisabeth dans son (très) bon article Amitié, Confiance et Survie.

      Dans mon exemple je n'exprimais aucun questionnements, c'est juste une illustration de ce dont je parle pour que ça soit un peu concret. Il n'y a aucun doute que la personne me testait moi ou n'importe qui qui l'abordait, je n'ai aucun problème avec ça. Ce que je trouvais intéressant c'est qu'en contexte de paix on ne s'attend pas à un tel comportement.

      Pour gérer la trahison c'est du domaine de la préparation mentale (ne pas être sous le choc et ne pas réagir), et ça s'aide en ne niant pas les micro signes qu'on observe, comme E-Mantilles je pense qu'un traitre a part comédien pro peut pas cacher sa tendance. Dans le groupe il tentera toujours d'influencer vers vers la fuite (sa peur vous tuera) ou le compromis facile, la prise de risque avec l'ennemi (marqueur d'avidité).

      Supprimer
    5. je persiste à penser comme Tezak;que croyez-vous?Qu'il suffit de ne rien savoir pour ne pas être interrogé?
      Que veut-on savoir sur le groupe?
      Le nombre d'armes auto,le nombre de tireurs,la quantité de munitions?la présence éventuelles de pièges?Tous les membres du groupe savent ça.
      L'adversaire peut juste avoir besoin de confirmations et si vous lui mentez.....ou pas.
      Vous pensez qu'il n'aura pas la détermination de vous molester;ça va l'amuser,il manque de distraction.
      Son humanité?Je ris,entre le crack,le captagon , le racisme ordinaire et idem pour la peur.Ils sont défoncés,pour la plus grande partie d'entre eux.
      Une guerre qui n'est pas la sienne?un exemple me vient presque vécu,enfin indirectement,celle d'un" malgré nous" sur le front de l'est.
      Mais l'Angola connais pas,ni sombres héros ni mantilles.
      Bien à vous.(si je puis dire puisque pour certains les distractions ne manquent pas de mordant)
      Yorick

      Supprimer
    6. Ne pas savoir n'empêche bien sûr pas d'être interrogé mais cela empêche de révéler, quels que soient les moyens utilisés pour interroger.
      Je ne vois pas pourquoi tous les membres du groupe devraient connaitre tous les détails concernant la défense ou n'importe quel autre sujet, comme les sorties de secours par exemple. Cloisonnement, cloisonnement et encore cloisonnement.

      Supprimer
    7. Andra bonsoir.
      Voudriez vous, je vous prie, m'expliquer ce que signifie " avatar épile" afin que je puisse appréhender votre propos dans son ensemble.
      Ravi d'apprendre que vous avez parcouru les écrits, articles et commentaires, de 4/5 ans de ce blog, ainsi je ne vous surprendrai pas en répétant qu'une des lignes principales de mes commentaires peut se résumer en " aides toi, le ciel t'aidera " .
      Même si vous êtes encore jeune comme vous l'écrivez, votre vécu qui est derrière vous, vous permettra, je l'espere, de l'apprécier dans un esprit purementsuvivaliste.
      Grâce à vous, j'ai pu aller sans effort de recherche, relire l'article d'Elisabeth , ainsi que d'ailleurs le commentaire de CC qui y fait suite.
      Dans les habits du DRH charge d'optimiser la formation de l'équipe par la sélection des plus fines de ses membres , je verrai bien E-mantilles qui grâce à ces talents pédagogiques par l'usage de la5,56 à pointe creuse transformerait presque magiquement les gentils membres de l'équipe en survivalistes aguerris.
      Ma confiance lui serait acquise.
      Sans aucun préjugé de ma part mais de fait car l'ayant apprécié à l'occasion de bon nombre de ses commentaires précédents.
      Pourriez vous mé dire ce qu 'est un traitre à vos yeux ? Avec des mots simples et précis , mon degré de compréhension est parfois limite ., ne m'en veuillez nullement. Merci.
      Cdlt.
      Vianney

      Supprimer
    8. Tiens, on dirait que Yorick a trouvé la clé du pseudo en écoutant Rina Ketty

      Supprimer
  13. Plusieurs choses m'interpellent: le principe du traître est d'être découvert après qu'il ait foutu la merde, genre trop tard.
    Le traître pathologique mû par la jalousie ou autres se voit de suite et il convient se débarrasser de ce genre de specimen, alors qu'il n'aurait jamais dû approcher le groupe.
    Après, le traitre par intérêt, puisqu'il poursuit un but, reste indétectable.
    La trahison c'est quoi? le gosse qui gueule au moment ou il faut pas?
    Le blessé qui fait tout pour partir à l'hosto et qui met en péril le groupe pour arriver à son but? Le type qui fait capoter un projet qui part en vrille et met en danger tout le monde? Ou encore un chef qui tourne brigand et qui remet en question la nature du regroupement initial?

    Le traître, c'est surtout un motif légitime de liquider quelqu'un pour l'exemple et faire comprendre aux autres qu'il faut garder le rang, Lucifer est le premier exemple connu.


    Je n'aime pas les traîtres mais je ne pense pas en avoir un à mes côtés puisque les scénarii à la Mad Max n'arriveront pas, car la majorité n'en veut pas, y compris au prix de capituler sans combattre.

    cc

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  15. La trhison n'est pas seulement l'abus de confiance c'est indissociable de la notion de nuisance ;le traitre ne trahit pas que pour le profit,une gloire éphémère,une jalousie ,il le fait pour nuire,c'est une attaque cachée ,il y a un coté pervers ce qui rend la trahison particulièrement odieuse et sans possibilité de pardon.La sanction doit être à la hauteur de la gravité des dégats commis,ce qui pourrait être presque anodin dans ses effets en période dite normale devient totalement inexcusable en période dangereuse et le châtiment public pour l'exemple,vous ne serez crus et respectés que si vous suivez et appliquez sans faiblesse les règles admises par tous au départ,donc bien mesurer l'échelle des peines et la place laissée à l'interprétation des règles ,on ne punit pas le vol d'un oeuf comme celui d'une cargaison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois, je suis en désaccord avec toi.
      Il n'est pas rare que le traitre soit persuadé de faire le bien. D'ailleurs, pour susciter la trahison la manipulation est souvent plus efficace que la récompense. Cela peut souvent se détecter à l'avance en scrutant les signes de désaccord dans le langage non verbal. C'est d'autant plus important que ces traitres de bonne foi peuvent être prêts à mourir en martyrs pour leurs convictions et sont donc peu sensibles à la peur.
      Par contre, le type de traitre que tu décris y est sensible et c'est pourquoi la sanction pour une trahison doit être terrifiante. Bien scruter, au moment de l'exécution de la condamnation, les réactions non verbales de chacun car un gentil, choqué, pourrait être tenté de trahir pour sauvegarder sa conscience...

      Supprimer
    2. Il faudrait lister les cas de trahison,et en définir les différents types.
      Supposons pour le besoin de la démonstration qu'un orage magnétique nous renvoie à une technologie médiévale.Je dis ça pour expliquer que du jour au lendemain on se retrouve tous dans un situation de survie et à égalité.
      Supposons qu'on organise une BAD,une ferme fortifiée ou autre lieu.Quelles seraient les trahisons possibles?Dans le contexte que j'évoque j'en vois peu pour pas dire pas.
      Par contre aujourd'hui beaucoup de personne ont une tendance à entendre et à comprendre ce qu'elles veulent.Dans ce cadre je vois beaucoup plus de trahisons possibles,accusation de sectarisme,d'opinions politiques extrêmes en relation avec un dépôt d'armes,préparation d'on ne sait pas quoi...on est parfois proche des sorcières de Salem.Un enfant qui dirait "moi mon Papy dit ça ou fait ça"à un adulte jaloux , mal intentionné ou juste crétin et l'affaire démarre.
      La trahison ne peut se comprendre qu'en relation avec un groupe,pays,idéologie extérieure ET hostile.Comment peut tu penser François que ce soit pour ton bien?Je te dénonce aux Allemands pour ton bien?à la limite je te dénonce à l'inquisition pour que tu sauves ton âme.
      Au mieux "je te dénonce pour pas que tu fasses un attentat"c'est tiré par les cheveux non?
      Dans la norme je pense que Janus à raison,le traître est un personnage envieux,jaloux.Traître pour les uns héros pour d'autres(ou pas)le comportement en lui-même,le mode d'action est méprisable,déloyal;de plus de quel droit j'irais faire ton bien contre ton gré?C'est fabuleux cette tendance:j'aime pas la viande ,c'est mauvais pour la santé,donc personne en mange.
      Par contre je vous rejoins ni l'un ni l'autre sur le grand guignol médiéval.
      La ciguë me semble mieux que la scie circulaire .On peut très bien creuser une prison et la couvrir d'une grille,ou condamner quelqu'un à un travail en l'enchaînant au besoin à son ouvrage(au pire)comme cela se pratique dans certains pénitencier US.
      Le condamné accepte son erreur sa punition.La sanction doit être utile.
      Hélas,certains n'offrent que peu de prise à la rédemption.
      Des exécutions inhumaines vous rapprocheront tous deux de l'échafaud;rappelez vous de Périllos d'Athènes et de son taureau d'airain.
      Sans compter le risque d'ouvrir la boite de Pandore.
      Malgré la justice la plus violente de l'histoire le moyen-âge a été également la période la plus violente;je ne suis toujours pas persuadé des vertus dissuasives de la charria.
      François j'espère que tu plaisantais:scruter le visage des proches du condamné!As-tu entendu parler de Marcelle Polge?
      Bien à vous
      Yorick

      Supprimer
    3. Suite à tes remarques, cher Yorick, je dois préciser certains points.
      Bien sûr, quelqu'un peut être certain que te dénoncer est bien. parce que tu es un méchant, parce que sinon tu vas faire quelque chose de mal, parce que ce que tu fais lui semble aller contre l'intérêt du groupe, que sais-je encore?
      Qu'il ait raison ou non n'y change rien, il en est convaincu et c'est ce qui guide son action.
      Quant à ta dernière remarque, je ne faisais pas particulièrement référence aux proches du condamné. Je ne sais pas qui est Marcelle Polge et je doute que ça change quoi que ce soit. Le non verbal exprime beaucoup plus les émotions que le verbal, il faut donc apprendre à le lire, c'est une compétence qui peut te sauver la vie, et notamment te prévenir d'une possibilité de trahison, donc te donner une chance de l'éviter.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    5. Tu as bien raison Tezak, l'épuration et les arrestations de collabos se sont faites sans fusillades(à ma connaissance),les gros poissons s'étaient déjà échappés?ou alors...On peut tout envisager,même les stratégies les plus sordides du genre:"je suis pas un traître la preuve je suis cruel avec eux"ou alors "tant qu'on s'occupe des autres"ou "même je veux cette voiture".
      Il est certain que les périodes troubles sont idéales pour les embrouilles,il ne faut donc pas se précipiter.
      Bien à vous
      Yorick

      Supprimer
  16. En parlant de trahison , Je dis ça ,je dis rien , les états en sont bien souvent les auteurs vis a vis du peuple,je pense que je suis pas tout seul a penser a la manip du "terroriste" ils en ont choisi un dans les fichés S qu'ils ont laché là ou il le fallait pour que les sbires (qui sont d'une section spéciale de la police) le flingue te posent bien théatralement l'escopette antédiluvienne a coté ,c'est beau comme du chat qu'expire,le vrai tireur doit etre soigné au val de grace en ce moment après son exfiltration.je dis ça ,je dis rien ,mais ce pétard que beaucoup aimerait avoir en collection ressemble fortement au passeport trouvé au pied des tours jumelles ,comme par hasard,sauf que là ,la photo "posée" du "tueur" mort , la "bête" réglementaire bien en vue , c'est trop beau pour des gars qui peuvent avoir des ak47 comme ils veulent,chantons ensemble sur l'air des lampions :on nous prends pour des cons;Bien a vous tous

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.