20 mai 2013

L'équipement du Loup Solitaire en temps de chaos

Un équipement adapté est le minimum obligatoire pour un Loup Solitaire qui souhaite offrir ses services dans une situation de chaos.

Un tel équipement est doublement vital dans la mesure où celui-ci, en plus d'assurer la survie, constitue l'outil même de travail...

D'où l'importance de choisir avec le plus grand soin ses armes et bagages, tout comme le ferait un soldat professionnel se préparant au combat.



Le choix de l'équipement dans une stratégie de Loup solitaire est déterminé, à mon sens, par deux éléments indissociables et fondamentaux, à savoir :
  • L'efficacité
  • La mobilité
Par efficacité, je veux dire son adéquation à la mission que l'on se sera assignée, ainsi qu'aux évènements susceptibles d'accompagner une situation de chaos ;

Par mobilité, la possibilité de le déplacer de manière aisée, ou tout au moins, d'une manière qui reste dans la mesure de nos capacités quelles que soient les circonstances, y compris les moins favorables.

Sans forcément rejoindre le concept de sac d'évacuation, il faudra, à un moment ou un autre de notre préparation, envisager l'éventualité de ne pouvoir emporter que les armes et les équipements que nous serions capable de transporter avec nous, autrement dit, porter sur le dos...


Efficacité




L'efficacité du Loup solitaire en temps de chaos est bien évidemment liée à sa dotation en armes et munitions.

Le choix de ces armes a été largement discuté et justifié dans nos articles précédents (Quelles armes à feu pour le chaos ? 1/2 et 2/2), aussi allons-nous rester sur celui que nous avons établi, à savoir :
  • Un fusil de chasse en calibre 12
  • Une carabine en calibre 22 long rifle
  • Une arme de poing
Dans une stratégie d'offre de services, un tel équipement va nous permettre de couvrir un ensemble de besoins allant de la protection rapprochée des biens et des personnes, à celle d'un périmètre dans un rayon de cent mètres.

En ce qui concerne les munitions :
  • Calibre 12 : nous resterons dans les ratios préconisés dans la troisième partie de l'article consacré à ce calibre. La munition est lourde et la quantité va dépendre de facteurs additionnels tels que nos capacités de portage, le fait d'être seul ou pas, la distance à parcourir... Nous reviendrons en détail sur ces aspects.
  • Calibre 22LR : nous allons privilégier les munitions à haute vitesse tête creuse de type CCI Stinger : cinq cents cartouches au minimum.
  • Arme de poing : un minimum de deux cents cartouches dans le calibre de l'arme choisie.

Note : ces quantités représentent le nombre de munitions à emporter, et non pas le stock total qui lui devrait être beaucoup plus conséquent et conservé à un ou plusieurs endroits différents.

Pour ce qui est de la carabine 22LR, il serait judicieux de choisir un modèle " Silhouette " à canon conique. Par exemple la CZ 452, qui est une arme précise et de grande qualité.

Une bonne lunette de tir est absolument indispensable. Choisissez de préférence un optique de marque, tout en gardant en mémoire que l'immense majorité est fabriquée en Chine de nos jours. Une 4x39 me semble le minimum pour atteindre facilement une cible à 100 m (5 étant le grossissement, et 39 le diamètre en mm de l'objectif).

Si vous en avez les moyens, une lunette plus puissante sera plus confortable et permettra une vue meilleure à longue distance. De telles lunettes pourront aussi servir de monoculaires au besoin.


Mobilité




La mobilité est à l'évidence un élément crucial : le Loup solitaire doit être efficace, mais il doit aussi rester mobile. L'efficacité est directement proportionnelle à la quantité d'armes et de munitions dont on dispose ; la mobilité, quant à elle, est inversement proportionnelle au poids transporté. Plus on a d'armes, plus on est efficace... et moins on est mobile. D'où un dilemme a priori insoluble.

Il faut compter 3 kg pour chacune des armes longues, et 2 kg supplémentaires pour l'arme de poing accompagnée de ses munitions. Cent cartouches de calibre 12 représentent un poids moyen de 5 kg. Pourtant, une telle quantité est réellement le minimum à prévoir dans ce calibre. On peut se baser sur un poids moyen de 3,5 g par cartouche de 22LR, ce qui donne environ 3,5 kg pour un millier.

Les trois armes munitions comprises représentent donc un poids qui avoisine les 20 kilos. Un tel chiffre est élevé, et lourd à porter... D'autant plus que l'on doit y ajouter l'équipement personnel et les armes blanches, soit une quinzaine de kilos supplémentaires.


À moins d'être un militaire d'élite taillé à la Conan et hautement entraîné, trente-cinq kilos représentent un poids de charge tout à fait rédhibitoire pour le plus grand nombre d'entre nous.

Chacun aura probablement sa petite idée quant aux différentes manières de solutionner le problème. Néanmoins, voici quelques pistes qui me paraissent intéressantes :


  • La première et la plus évidente est qu'il nous soit tout simplement possible d'utiliser un véhicule. C'est le cas le plus favorable. Le problème entier est résolu, et l'on peut même en profiter pour emporter beaucoup plus que les équipements de base ;
  • Vélo tout-terrain : si les véhicules à moteur ne sont plus accessibles, un VTT pourrait être une solution à envisager. C'est un moyen de locomotion fiable, léger, que l'on peut aménager pour la circonstance et conserver à l'intérieur du domicile avec le reste des équipements. Une option sérieuse à considérer dans tous les cas, en particulier dans celui où l'on veuille ou doive se déplacer seul ;
  • Le caddy à roulettes : comme celui que les ménagères utilisent pour faire leurs courses. C'est loin d'être une solution ridicule. Ceux dotés de grosses roues conviennent très bien et pourront recevoir tous les équipements lourds tels que les boites de munitions et les fusils. Préférez les modèles à roues caoutchouc et non en plastique qui font un bruit infernal ;
  • La planification de l'itinéraire : suivant l'endroit où l'on vit, on peut déjà faire le tour des environs et sélectionner une propriété qui répond à nos critères, dans l'intention de s'y présenter le moment venu. Si l'on dispose des " bons arguments ", ses occupants ne devraient pas s'opposer à notre installation. En attendant le jour J, on aménage des caches à proximité pour y déposer une partie de nos stocks, en l'occurrence les munitions (jamais les armes !) ainsi que de la nourriture.

Ce sont là quelques idées que je laisse à votre réflexion. Il est très difficile d'anticiper le type d'effondrement auquel nous pourrions être confrontés, ni du temps dont on disposerait pour s'y préparer. Cependant, je ne crois pas me tromper en le prévoyant plutôt généralisé dans le genre " béchamel infernale ", l'économique ou le géopolitique entraînant d'office le social.

Il est fort probable, si un chaos réel venait à s'installer, que nous n'ayons d'autre choix que de nous déplacer la nuit, et de façon la plus silencieuse possible. C'est aussi une éventualité à prendre en compte, qui doit faire l'objet d'une réflexion préalable de manière à y adapter chacun de nos équipements et de nos plans.


À ce titre, on pourrait envisager d'inclure dans le paquetage un monoculaire de vision nocturne. La 1re génération de ce type d'appareil est accessible en France aux particuliers. Le principe est basé sur l'amplification des photons provenant de la lumière ambiante.

Ces modèles son doublés d'un infrarouge et fonctionnent avec des piles CR123 qui peuvent se conserver plusieurs années. Ils ne permettent pas la vision prolongée mais sont très utiles pour observer épisodiquement les environs.


Un autre moyen pour le Loup solitaire de réduire le facteur poids est de diviser la charge, notamment par l'adjonction d'un ou d'une partenaire travaillant en binôme. C'est l'objet de notre dernière section.


La solution : le binôme




La notion de Binôme a été discutée dans notre article précédent consacré à la stratégie du Loup solitaire en temps de chaos. C'est un avantage déterminant que d'être à deux, pour toutes les raisons que nous avons déjà évoquées. Dans le cas présent, cela va permettre tout naturellement de répartir les tâches de manière intelligente, ainsi que les équipements...

Dès lors que l'on est deux, les attributions de chacun s'éclairent de manière évidente : l'un se consacrera à la protection rapprochée avec le fusil de chasse, l'autre à la protection de périmètre grâce à la carabine et recevra en plus l'arme de poing pour sa défense personnelle. Cet autre assurera également l'appui à distance toutes les fois que nécessaire.

De fait, les charges de portage s'allègent proportionnellement, à tel point que l'on pourrait désormais envisager de prendre la route avec l'ensemble des équipement sur le dos, au cas où cela s'avère être la seule solution.

Certains préfèreraient éventuellement constituer un groupe supérieur en nombre au binôme. C'est un choix tout à fait légitime et valable, à condition de trouver les bons partenaires. Mais n'oublions pas que nous agissons ici dans le cadre d'une stratégie de Loup solitaire offrant ses services, et non dans celui d'un groupe d'individus œuvrant dans un but différent.

D'autre part, si l'on se met un instant à la place d'un commanditaire propriétaire d'une BAD ou d'une structure identique, on peut penser que ce dernier ne voit pas d'un très bon œil une bande armée s'invitant chez lui sans prévenir. Tandis qu'à mon avis, il jugerait plutôt sympathique voire providentielle l'arrivée d'un groupe limité à deux personnes dotées d'arguments convaincants...

19 commentaires:

  1. bonjour,
    je découvre votre blog, enfin une vision réaliste de ce que sera la survie en situation dégradée.
    je me permets d'intervenir sur votre article:
    le 22lr permet un tir à toucher à une distance max de 200m (au delà cela devient très aléatoire). en utilisant ce calibre pour autre chose que de la chasse au petit gibier, vous vous mettez à portée de calibres bien plus vulnérants du type 7,62x39 pour ne citer que lui.
    qu'en pensez vous?
    concernant l'optique:
    là je suis en désaccord avec vous. le tir à 200m nécessite un optique avec un grossissement tournant autour des x4.
    plus vous grossissez plus vous réduisez votre champ de vision ce qui en deçà de 200m est un sérieux souci.
    un grossissement variable est générateur de panne à moins de prendre de l'optique très haute gamme (leupold, hensoldt, S&B.....etc).
    leupold etant la moins chère du lot chiffre tout de même entre 1500 à 4000€ en fonction de la gamme (je parle des lunettes dites tactiques pas des modèles chasse).
    avec un champs reduit, vous avez l'obligation d'avoir un spotter pour diriger vos tir. est ce judicieux à moins de 200m?
    qu'en pensez vous?
    merci de m'avoir lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Merci de votre soutien.
      Vous abordez mon article dans une optique (c'est le cas de le dire) de tireur d'élite, alors que c'est précisément ce que j'ai voulu éviter. Il est tout à fait évident que des calibres tels que celui que vous citez, voire même les .222 ou .223 plus courants, sont beaucoup plus performants que le 22lr, et il serait tout à fait ridicule de vouloir les comparer.
      Mais n'oubliez pas que ce blog traite de survie, et dans ce cadre, le calibre 22lr emporte ma préférence, et de loin, en raison du faible coût de la munition, de sa disponibilité, et de son poids réduit. Essayez donc de transporter 500 cartouches de 7,62 x 39 dans votre sac à dos, et vous comprendrez ce que je veux dire... Sans compter le coût rédhibitoire de telles munitions.
      Vous parlez aussi d'une distance de 200 mètres, alors que je n'ai jamais avancé une tel chiffre mais que je me suis limité à 100 m.
      Il est vrai que les forts grossissements réduisent le champ de vision. C'est pourquoi je préconise les lunettes à grossissement variable, qui permettent justement de choisir la largeur du champs en fonction de ses préférences, de ses talents de tireur, et des besoins du moment.
      Vous oubliez que la plupart d'entre nous ne sommes pas des tireurs d'élite, qui est un métier à part entière et requiert un entraînement intensif, et je pense personnellement qu'il n'est absolument pas confortable pour une personne non préparée d'aborder une distance de 200 m, voire même 100 m, avec un grossissement limité à x4. C'est mon avis en tant que tireur "polyvalent", et un tireur d'élite penserait comme vous, c'est entendu.
      Pour ce qui est du prix des lunettes, vous placez la barre un peu haut, mais encore une fois, vous raisonnez en tant que tireur d'élite. Pour les 1500 euros de limite inférieure dont vous parlez, on peut avoir une très bonne lunette largement suffisante pour ce qui est de la survie.
      Il faudrait un article entier pour répondre en détail à vos arguments. J'espère m'être fait comprendre avec ces quelques mots...
      Cordialement.

      Supprimer
    2. Juste une petite précision, la munition de 7.62 x 39 (qui est la munition utilisée par les armes du système Kalshnikov) n'est vraiment pas chère. Moins de 25 cts la pièce (pas de surplus) ce qui en fait largement la moins onéreuse des munitions de gros calibre et une des plus légère aussi (moins qu'une 223 mais plus qu'une 308) pour une efficacité sans rapport avec une 22 LR. En plus, pour ce qui est des arguments convaincants, à quoi sera le plus sensible un "employeur" éventuel?

      Supprimer
  2. merci pour votre réponse rapide.
    afin de ne pas me tromper, je souhaite éclaircir un point:
    votre concept de "loup solitaire" :
    il s'agit bien (j'ai peut être mal compris)d'un personnel, voir d'un groupe sans attache géographique particulière, équipé et (c'est souhaitable) entraîné pour le combat de survie proposant leurs services en terme de défense/protection à d'autres groupes (BAD) n'en bénéficiant pas, contre rémunération ou service (il me semble avoir lu le terme mercenaire).
    je suis dans l'erreur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement compris. C'est tout à fait de cela dont il s'agit dans les deux articles consacrés au Loup solitaire.

      Supprimer
  3. bien,
    vous pensez qu'au delà de 50m(la portée efficace d'un calibre 12) le 22lr est plus adapté au combat qu'un 223, 7,62x39, 308......etc (portée, précision, balistique terminale)?
    certes la mun 22lr est légère et peu cher à ce jour, j'en conviens mais en situation dégradée, la seule source d'approvisionnement en mun sera le troc, la recup ou le vol.
    à ce jour, il me semble bien que les mun que l'on trouve facilement dans tous les pays en situation chaotique, sont soit les mun ex pays de l'est (7,62x39, 7,62x54r) ou otan (223, 308 et 9para).
    dans le cadre du concept "loup solitaire (mercenaire)", n'est il pas préférable de s'orienter sur un calibre ayant une portée/précision/pouvoir d'arrêt suffisant, récupérable facilement sur du gibier à 2 pates ou sur stock abandonné par les services officiels?
    qu'en pensez vous?

    RépondreSupprimer
  4. peux être sous entendiez vous que le 22lr de depart allait servir à récupérer une arme et munitions de calibre sus-nommée afin d'offrir ses services aux bisounours des bad bio/bobo/.......etc

    RépondreSupprimer
  5. Vous me testez ou quoi ? :-)
    Sur le plan purement balistique, le 22lr n'est certainement pas plus adapté au combat que les gros calibres que vous citez. Bien sûr que non ! Ces derniers bénéficient bien évidemment de meilleures performances, et de loin, quant à la précision, portée, énergie, etc.
    Mais encore une fois, c'est de survie dont il s'agit. Et je vous garantis que le 22lr sera beaucoup plus facile à trouver en cas de "situation dégradée" que les 308 et autres. Nous ne sommes pas un ex pays de l'Union Soviétique, et à moins d'être envahis par les russes ou les armées de l'Otan, de tels calibres ne seront pas monnaie courante...
    Dans un contexte "normal", c'est à dire non marqué par la pénurie, je les conseillerais sans hésiter (le .223 en particulier), mais cela ne rentre pas dans le cadre de cet article qui pose pour principe une rupture du système.
    Pour ce qui est du calibre le plus facilement récupérable, du moins dans notre pays, je pense que ce serait justement le 22lr, par le troc, la récup ou le vol, comme vous le dites vous-même. Allez donc voir dans un club de tir... Ceux qui utilisent les gros calibres sont une petite minorité. Les tireurs au 22lr sont beaucoup plus nombreux.
    Quant à récupérer des stocks abandonnés par les services officiels, c'est particulièrement aléatoire, et on ne peut pas fonder une stratégie viable sur une telle éventualité.
    Vous n'avez pas forcément tort sur le principe, mais la préparation à la survie exige de faire certains choix et compromis que l'on ne ferait peut-être pas en situation "normale". Je pense que le cal 22lr est celui qui réalise le mieux ce compromis, même s'il ne possède pas les performances balistiques intrinsèques aux gros calibres.
    C'est en tout cas mon sentiment personnel, et vous êtes bien entendu libre de ne pas le partager. Mais si vous êtes tireur, vous savez parfaitement qu'il n'est pas nécessaire de disposer d'un gros calibre pour neutraliser une cible à 100 mètres...

    RépondreSupprimer
  6. merci pour vos precisions
    je ne vous teste pas, ce n'est qu'un échange de point de vue..... :-)
    fort interessant au demeurant.

    RépondreSupprimer
  7. de plus, si je peux me permettre, il est de coutume de prévoir quelques munitions d'avance pour ne pas dire un bon stock, hors, le 22 lr n'est pas limité en quantité, peu cher, facile a stocker grace à sa petite taille, ce qui n'est pas le cas pour des armes de 1ère catégorie.
    amicalement
    Charles

    RépondreSupprimer
  8. bonjours je rejoint charles sur un point l'armes la plus rependu sur notre planète est le ak47 et ces sa munition qui est et qui serrât la plus facile a trouver sur la planète cette armes a fais ces preuves depuis tres longtemps en terme de tout terrain les incident de tire sont pratiquement inexistant impossible a enrailler contrairement a un 22lr qui mal entretenu enchaîne les incident de tire alors en situation de combat je mis amuserait pas sent parler de la force de pénétration qui est pas terrible du tout alors avec un kevlar ou autre protection plus lourde vous pourrez même pas profiter du choc d'impact pour agir . ils suffit de s'imaginer dans un pays sans fois n'y loi comme a l'époque du kossovo ou autre avec un 22lr pour ce défendre , ces juste bon pour tirer le lapin . pour moi le mieux pour ce défendre serait un 12 semi auto pour le contact et un 222 ou un 223 pour une distance moyenne munition a un prix raisonnable et avec un pouvoir d'arrêt plus que raisonnable . de plus toucher et neutraliser sont deux chose différente un ami dans le passer a prix une balle de 22 dans l'épaule apres une tentative de suicide rater la douleur lui a couper l'envie de s'en tirer une deuxième mais il a quand même put ce relever et rentrer chez lui car il était dans ca cour et prendre le téléphone pour appelez les secours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, une balle de 22lr tête creuse en plein dans la caboche devrait suffire à neutraliser, de plus tous les tireurs de stand à l'arme de poing ont un pistolet en 22lr, (colt 1911 version 22lr, walter pp22 sport etc) , plus les tireurs en stand qui tirent à la carabine en 22lr, on ajoute à cela tous les campagnards qui ont pour la plupart une 22lr, sans compter ceux qui ont la vieille carabine de leur père ou grand-père (donc quelques boîtes de balles qui traînent), etc... Donc, EN FRANCE, avec le 12, on peut considérer que cette munition ne s'épuisera "jamais", alors posséder une arme en 22lr est quasi obligatoire, car quand les 222, 223, 270, 300, etc viendront à manquer, une 22lr sera bien mieux que rien... Ensuite, l'entretien, et bien, c'est la responsabilité de chacun, ça ne coute rien après chaque utilisation de mettre un coup d'écouvillon et de wd40, pour éviter les enrayements ou autres. Personnellement je preferes un calibre 12 à 2 coups double détentes plutot qu'un semi auto, parce que si on parle d'incidents de tir, alors le semi auto en 12 se pose bien là... Combien de fois au ball-trap (sur les petits concours de campagne ils les autorisent) j'ai pu voir des semi auto 3, avec des cartouches bloquées...
      Bref, il est évident que le 22lr n'est pas un calibre très puissant, mais c'est la base , avec le 12, à posséder pour un civil, c'est évident, ensuite on élargit le ratelier.

      Supprimer
  9. ça serait pas mal de faire une liste de quel matos il faudrait concernant l'équipement

    RépondreSupprimer
  10. bonjour,
    à savoir qu'en france il y a quand même beaucoup d'armes a feu en circulation et déclarée hors si l'on additionne en situtation dégradée les armes a feu qui sont détenues illégalement et en plus celles qui pourraient être disponibles ou laissées par les forces armées et les forces de l'ordre en déroute.
    Si de plus on estime que pour ce chaos une grande partie de la population soit morte et que la minorité qui reste soient des survivants soit devenus efficaces par les compétences aquises ou par celles forcés d'avoir pour survivre.
    Il y a de forte chance que les seuls habitants que l'on trouve soient armés et aient des facultés pour survivre.
    se déplacer comme john rambo avec un caddy fera (en empruntant les routes des villes espérons que tout soit intact) de vous une cible mobile pour récuper arme et équipement.
    pour le vélo c'est un peut mieux, plus discret et tout terrain mais pas exceptionnel.
    pour les véhicules sachez que le carburant se dégrade assez rapidement, au dela d'un an après leur stockage je doute fort que les voitures démarrent.
    le meilleur est le plus discret est à pied.
    concernant les armes, le calibre douze est le meilleur choix en combat urbain surtout avec la chevrotine pour la brenneke c'est très vulnérant et efficace jusqu'a cinquante métres au dela et jusqu'a cent métres il faut utiliser de la balle fléche sauvestre.
    concernant le 22lr il à l'avantage d'être peut encombrant c'est vrai mais ça munition posséde un très faible pouvoir vulnérant obligeant de répéter son tir plusieurs fois pour neutraliser, si la situation n'est pas une situation urgente de riposte ce tir suffit à éloigner car en situation dégradée une blessure peut induire une mort à moyen termes.
    je compléterai votre équipement par un gillet parre balle avec plaque anti couteaux hautement nécessaire.
    enfin, vingt kilo de matériel n'est pas exagéré c'est ce que je porte chaque jour et je cours, marche saute monte des murs de trois métres en situation réele.




    je répond dans le cadre d'un blog à une situation fictive

    RépondreSupprimer
  11. un tir à la tête sur un personnel hostile en situation de stress et en riposte il faut être plus qu'excellent ça rejoint même le phantasme.
    concernant l'equipement: une bache plastique pour l'abri,de la corde, un couteau de combat, un briquet pour le feu, de la nourriture, de l'eau potable ou des pastilles de désinfection, un sac à dos de qualité une paire de chaussettes sèches et propres,
    un kit médical comprenant: un désinfectant, des pensements, une bande de gaz, un kit de sutures, de l'anti douleurs ou anti inflammatoires par ex ibuprofènes, de quoi immobiliser en cas de fracture, un anti vomitif. la liste s'allonge si on parle de plus que quelques jours loin de la BAD.

    RépondreSupprimer
  12. "Un révolutionnaire doit être dans le Peuple comme un poisson dans l'eau"

    "Ne compter que sur ses propres forces"

    Mao Zedong

    RépondreSupprimer
  13. bonjour, encore un article réaliste et instructif.

    C'est vrai que pour un militaire qui dois se déplacer en terrain hostile, on aura au mieux trois armes.

    Un fusil de précision (7.62/51 qui peut avoir son équivalent de survie avec le 22lr)
    Un fusil d'assaut (Famas ou fusil de cal12)
    Une arme de poing.
    Ce qui confirme totalement se qui est dis dans l'article.

    En se qui concerne le poids, c'est vrai qu'il y a des choix à faire, ne jamais en prendre de trop en se disant "ça va aller" c'est le meilleur moyen de devoir abandonner du matériel, ou d'obliger son binome à le porter pour sois.

    pour les priorités des choses à emmener, favoriser l'équipement et les munitions plutôt que le "confort" (nourriture, eau, crème pour les pieds, duvet... string de rechange, etc...) car il vaux toujours mieux avoir faim ou froid que d'être à court de munitions ou d'avoir une arme en panne.

    Pour répondre à certains commentaire, oui, je confirme que la 22lr est bien la munition la plus rependus en France (voir dans le monde avec la 9mm para), j'habite à la campagne, et tout le monde a, pour se protéger, un chien, un 12 et, ou une 22lr. Je fais aussi du tir sportif, et je ne connais pas un seul tireur de tous les clubs que j'ai visité qui n'en ai pas au moins une seule.

    Petite chose à savoir aussi en se qui concerne les pays occupé par la russie... j'ai fais l'Afghanistan, et en se qui concerne les armes, et y a trouvé entre autre,des kalash et des rpg bien sur, mais aussi des fusils à pompe cal 12 et des 22lr.

    voila, j'espère avoir aidé dans ce commentaire.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Pierre,

    Vous specifiez les 22Lr stinger, qu'en est-il des minimag de cci ? seules les stingers sont assez puissantes?

    Merci d'avance

    S.B.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai parlé des Stinger pour faire allusion aux munitions rapides. Les Minimag conviennent aussi bien entendu. Les Stinger sont les plus rapides, mais sont légèrement plus longues que des balles ordinaires (+ 2mm). Il faut vérifier qu'elles conviennent bien à son arme avant d'en acheter un stock.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.