7 décembre 2013

Comment faire des affaires en temps de chaos

La plupart d’entre nous, en tant que survivalistes, comptons sur nos compétences lorsque le chaos s'installera.

Ainsi nous choisissons d'acquérir et pratiquer un certain nombre de savoirs : comment combattre, soigner les gens, faire des conserves, cultiver... Et nous achetons des équipements et apprenons de nouvelles choses dans ce but.

De nombreux blogs et forums traitent de ces aspects, mais, curieusement, très peu de ce qui concerne le commerce durant les temps de chaos, tant il parait évident qu’il va être facile d’échanger des choses à ce moment là...




Il semble que la plupart des gens considèrent comme une évidence le fait de pouvoir librement faire du commerce ou procéder à du troc en cas d'effondrement du système.

Il y a comme une sorte de cliché communément admis qui tendrait à faire croire qu’une personne va être capable de sortir avec un bien quelconque, par exemple un sac de pommes de terre, et l’échanger le plus naturellement du monde contre des piles, des bougies, ou tout autre chose ;

Ou bien encore qu’il va se trouver un endroit particulier, un peu comme une sorte de marché, où chacun pourra librement se rendre pour faire du shopping et voir ce que les gens ont à proposer...

C'est faire preuve à mon sens d'une naïveté plus qu'enfantine.

Voici donc quelques préceptes de bon sens à garder en mémoire, valables quel que soit l'endroit où l'on vit, en prévision de ce jour spécial où les lumières vont s'éteindre...


1/ Chaos égale commerce


Si le système s'effondre, nous allons tous être amenés à faire du commerce et procéder à des échanges, peu importe la qualité de notre préparation. Ce sera une partie intégrante de notre manière de vivre, l'un des rares moyens d’obtenir les choses dont nous aurons besoin, et plus particulièrement dans un contexte de survie à long terme.

Même les survivalistes qui disposent d'une BAD autonome et parfaitement aménagée dans un recoin sombre du pays n'échapperont pas à la règle, et devront un jour ou l'autre sortir de leur tanière. De toute façon, la pression psychologique sera telle qu'au bout d'un laps de temps relativement court, ces gens-là rechercheront d'eux-mêmes l'interaction avec leurs semblables.

Il parait donc raisonnable de penser dès aujourd'hui aux différents aspects de la question, tant le commerce pourrait constituer une source majeure de ressources et pourvoir à nos besoins durant les périodes difficiles. En se préparant à cette éventualité et en agissant intelligemment, on devrait alors être en mesure de vivre beaucoup mieux que les autres.

Il existe certaines différences dans la manière de pratiquer le commerce suivant les pays, qui sont spécifiques et ne peuvent s’appliquer partout, de la même manière qu'il n'existe pas de conseil universel sur le choix du type d’arme qu'une personne devrait posséder. Mais il y a aussi des points communs, comme le fait qu’une balle dans la tête vous tuera, quelle que soit l’arme dont elle provient...


2/ Chaos égale absence de lois


Si vous songez à pratiquer le négoce ou l'échange dans une hypothèse d'effondrement du système, alors vous devez prendre un moment pour y réfléchir, et commencer par accepter le fait que vous aurez à le faire dans un contexte caractérisé par l'absence de lois.

Une fois que vous aurez accepté cela, alors seulement vous pourrez songer à la manière dont il serait possible d'améliorer votre position de négociant dans un monde en ruines (et de la conserver...), puis de réfléchir à ce que vous pourriez échanger.

Le fait est que vous devez d'abord réaliser combien les choses changent radicalement lorsque la loi n’existe plus. C’est une perspective qui est difficilement concevable dans nos sociétés policées, mais il semble évident que la vie nous apparaîtra sous un autre angle, et que c’est de cet angle-là qu’il faudra aborder l’aspect du commerce.




3/ Regardez aujourd’hui autour de vous


Il s'agit simplement d'être réaliste et pragmatique. Lorsque les gens auront à se battre pour survivre, il vont avoir besoin de tout. Mais c'est dès à présent que nous devons utiliser notre bon sens, de manière à ne pas stocker des choses qui pourraient se trouver facilement autour de nous, ou qui seraient de moindre utilité.

La place dont nous disposons est aussi un critère à prendre en considération. Ceux qui vivent à la campagne sur de grands espaces pourraient se permettre de stocker du matériel volumineux (pièces auto de rechange, équipements divers, métaux, forge, etc.), tandis que ceux qui vivent en appartement devront se contenter de petites choses comme des briquets, bougies, etc.


4/ Toujours des petites choses


Quoi que vous échangiez, et quel que soit le moment, faites-le seulement avec de petites choses et de petites quantités. Par exemple, n’offrez pas 5 litres d’alcool, mais seulement ½ litre voire 1/4. C’est tout. Avez-vous les bouteilles qu’il faut pour cela ? C'est un point auquel vous pourriez commencer à songer au cas où vous disposiez d'une certaine quantité d'alcool en vrac.

Pourquoi agir de la sorte quand on pourrait négocier davantage ? Parce que les gens ne prendront sans doute pas votre vie pour si peu, mais si vous avez plus, ou s’ils pensent que vous disposez de plus chez vous, alors ils pourraient ne pas hésiter autant.

Aussi parce qu’il est plus facile de se rendre quelque part avec ½ litre à échanger, voire moins, que de charrier à bout de bras un jerrycan de 10 litres...


5/ Vous voyez les choses en grand ? Erreur…


Si vous avez l’intention de passer au niveau supérieur en cas de chaos et que vous stockez des tas de choses intéressantes, alors vous devez plus que jamais afficher un profil bas. Ce qui signifie que si vous voulez être un "trader" à grande échelle, alors personne d’autre en dehors de chez vous ne doit savoir que vous avez en votre possession des stocks entiers à négocier.

La seule chose qui puisse s’interposer entre vous et tout un tas de gens peu recommandables sera le fait d'être sans intérêt à leurs yeux. Vous pourriez toujours me répondre que vous êtes très bien armé, préparé, et que vous avez des amis avec vous qui le sont également.

Alors je vous répondrais qu'un jour ou l’autre, quelqu’un rappliquera avec plus d’amis et plus d’armes que vous n’en avez. Ce jour-là vous serez mort, et votre stock se sera envolé.

Donc, restez modeste. Vous ne pouvez pas vous permettre d’apparaître comme un "gros" négociant pour les gens autour de vous. Quoi que vous ayez à offrir, vous allez avoir besoin d’une stratégie intelligente pour le négocier et le distribuer. Veillez aussi à votre ego : avoir des ressources signifie du pouvoir, et montrer ce pouvoir va vous faire tuer.


6/ Être un intermédiaire : la solution idéale


Pour de meilleurs résultats sur une période prolongée, il faut que vous apparaissiez comme un intermédiaire dans le processus de vente, et non pas comme celui qui possède les choses à vendre. Et bien entendu, cela signifie que les gens doivent croire que vous êtes seulement cela.

Donc si vous vous êtes préparé pour le négoce, et que vous disposez d'un stock important de biens à offrir, vous ne pourrez pas juste sortir et présenter ces choses comme étant les vôtres. Vous devrez vous présenter comme celui qui peut obtenir ce que les gens demandent.

Si vous disposez par exemple d’un stock de 1000 briquets, et qu’un mois après l'instauration du chaos vous réalisez que les briquets ont la côte, la meilleure solution pour les négocier serait d'apparaître comme celui qui connait quelqu’un qui a des briquets à offrir. Vous sortez alors avec quelques briquets, mais ils ne sont pas les vôtres...

Vous agissez seulement comme un intermédiaire qui sait où trouver la chose recherchée, comment se rendre à cet endroit, et revenir avec.




7/ Les règles élémentaires de prudence


Encore une fois, il faut que vous apparaissiez comme quelqu’un sans intérêt. Le sens commun impose de suivre les règles suivantes :

  • Ne jamais négocier devant votre domicile
  • Lorsque vous négocier avec des inconnus, vérifiez toujours avec soin que quelqu’un ne vous suit pas sur le chemin du retour
  • Quel que soit la quantité de choses que vous pourriez échanger, ne faites jamais trop de commerce avec la même personne sur une courte période (par exemple, ne vendez pas 10 briquets 3 fois dans la semaine avec la même personne, ou au même endroit)
  • Faites des compromis. Négocier avec des gens connus augmente les risques car ces gens-là sauront où se rendre s’ils réalisent que vous gardez beaucoup de choses à votre domicile. D’un autre côté, négocier avec des inconnus présentent aussi des risques, dans la mesure où vous ne les connaissez pas.
  • Ne négocier jamais de grandes quantités de choses, ou quelque chose de réelle importance avec des gens de votre voisinage immédiat, à moins que vous leur fassiez confiance à 100 %, ce qui serait peu recommandé. Si vous avez quelque chose d’intéressant, mieux vaut prendre le risque d’aller à un autre endroit, par exemple un autre quartier, et faire affaire avec des gens qui ne savent pas où vous habitez.


8/ Prix et valeur des choses


Le prix d'une chose peut varier suivant les régions, ainsi que les conditions. On pourrait penser que la nourriture l'emporte sur le reste, mais il y a une différence entre ce qui sera toujours demandé, et ce qui aura la plus grande valeur. Bien sûr, il serait sans doute toujours possible de négocier de la nourriture contre quelque chose d’utile, mais une meilleure idée consisterait à posséder quelque chose d’intéressant que vous pourriez échanger contre de la nourriture.

Par exemple, des sources de lumière et d’énergie : lampes, piles, bougies, alcool solidifié (méta), allume-feux, briquets, pierres, chargeurs solaires, essence…

Ayez toujours des choses que les gens utilisent dans votre région et dans la vie de tous les jours. On pourrait penser qu’en cas de chaos, les habitudes vont disparaître et que tout ce qui leur était lié serait ramené aux gestes de survie élémentaire, nourriture basique et eau. Sans doute en sera-t-il ainsi pour beaucoup de gens, mais la raison sera parce que ces gens-là n’auront pas en stock ces produits de confort, ou pas grand-chose sinon rien contre quoi les échanger. S’ils en ont la possibilité, ils se les offriront sans aucun doute.

En France par exemple, comme dans la plupart des pays européens, beaucoup de gens boivent du café plusieurs fois par jour, et il y a aussi pas mal de fumeurs. Boire un café fait souvent partie d’un rituel entre amis ou en famille, où l'on se retrouve pour passer un moment ensemble.

Lorsque les lumières vont s’éteindre, les gens vont se trouver en situation difficile, et les habitudes ou les rituels qu’ils avaient connus dans leur "vie antérieure" auront alors beaucoup plus de valeur. Quand tout s’écroule autour de vous, le fait d’avoir un moment spécial en famille ou entre amis devient encore plus important.

Comme on devrait s’y attendre, il est probable que le café prenne de la valeur, beaucoup plus de valeur. De même pour de piètres substituts. La même chose se produira pour les cigarettes. Donc, suivant l’endroit où vous vivez, voyez quelles pourraient être ces choses, et faites en sorte de les avoir en stock. Ce peut être du café, des cigarettes, du thé, de la bière, etc.




9/ La charité


Il n’existe pas de règle définitive en ce qui concerne le négoce, autre que les mesures de sécurité dont nous avons parlé. Mais il y a aussi certaines éléments à considérer.

La charité durant les temps ordinaires est une bonne chose, mais lorsque tout part en vrille, elle devient une manière d'agir plutôt négative et dangereuse. Je sais que je vais en heurter bon nombre en disant cela, mais mon conseil est de ne jamais offrir la charité en cas de chaos. Il existe une raison malheureusement très pratique à un tel comportement : Si vous donnez les choses pour rien quand les autres autour se battent pour survivre, que vont-ils penser ?

Que vous disposez de vraiment beaucoup, donc qu’ils peuvent avoir ce qu’ils veulent et même plus, quitte à le prendre par la force. Vous pouvez donner si tel est votre désir, mais dans ce cas, il ne faut absolument pas que cela ressemble à de la charité.

Le principe est de toujours obtenir quelque chose en échange d'autre chose. Si vous pratiquez réellement la charité et que cela vient à se savoir, vous êtes mort. Tous ceux qui ont connu les affres d’une guerre civile vous le diront. Même des gens que l’on croyait de bonnes personnes et qui tentaient leur chance auprès d’âmes charitables, sont finalement devenus des meurtriers.


10/ L'arnaque


Bien entendu, vous devrez toujours vous attendre à être trompé. Les gens feront beaucoup de choses inavouables pour obtenir ce dont ils ont besoin, comme par exemple mettre du plâtre dans des aliments pour bébé (on sort le contenu de la boite, on remplit de plâtre jusqu’à moitié, et on complète ensuite avec le lait en poudre par-dessus) ;

Ou bien encore du café qui ne contienne que 20 % de café, les 80 % restant constitués d’autres succédanés qui vont avoir la même odeur, mais pas forcément le même résultat dans votre tube digestif… Ce ne sont que quelques exemples.

Donc le bon sens commandera, lorsque l’on traite avec des inconnus, de n’échanger que des produits en conserve ou proprement scellés. Si quelqu’un vous donne une demi-boite de lait en poudre pour bébé contre quelque chose, vous n’aurez que sa parole pour vous garantir qu’il n’a rien mis d'autre à la place qui pourrait ressembler.

La même arnaque pourrait se produire avec différentes plantes séchées ajoutées à du tabac et proposées comme tel, des graines pilées mélangées à de petites quantités de café en poudre et vendues comme du vrai café, de l’alcool de provenance douteuse, etc .


11/ Choisir le bon moment pour négocier


La valeur des choses va changer suivant les périodes, en fonction d’éléments divers comme une arrivée soudaine de certains produits, la rumeur de la rue, l’état du marché noir, ou celle de la situation en termes de sécurité. Pour prendre un exemple, un pack de piles pourrait valoir 5 kilos de farine à un certain moment, et 15 quelques mois plus tard.

A l’inverse, les bougies pourraient valoir davantage durant les premiers mois du chaos. Après quoi, les gens trouveraient probablement des substituts pour s’éclairer, comme des lampes alimentées à l'huile de moteur, mais aussi réaliser qu’avoir des lumières dans toute la maison était juste un luxe non nécessaire.

La rumeur et ce qui se dit dans la rue seront des choses à considérer avec beaucoup de précaution. Ce que je veux dire, c’est qu’il ne faudra pas sortir et négocier ce que vous pourriez avoir de plus précieux en échange de quelques masques à gaz, juste parce que vous aurez entendu dire que vous allez en avoir besoin. Car comme par hasard, il est plus que probable que celui qui vous a donné l'information connaisse quelqu’un qui justement en aurait un stock à négocier…

La rumeur pourra fonctionner pour vous, mais aussi contre vous. Il y aura des moments où les gens, ou certains groupes de gens, vont produire des nouvelles spécifiques dans le but de gagner quelque chose ou vendre quelque chose…




12/ Le choix des produits à stocker


En dehors des éventuelles particularités régionales que nous avons évoquées, il existe certains produits pour lesquels l'attrait ou le besoin sont universels. De tels produits seront particulièrement populaires en cas de chaos, et donc à privilégier systématiquement dans nos listes de stocks. Deux points essentiels sont la conservation et le conditionnement : toujours prendre la plus grande de la première, et le plus petit du second...

La notion de qualité n'est que relativement secondaire pour ce que l'on destine au troc. Inutile donc de viser les produits de marque ou de premier choix. Lorsque les temps sont difficiles, les gens apprennent vite à se contenter de peu.

  • Les sources de lumière et d’énergie sus-mentionnées : lampes, piles, bougies, alcool solidifié (méta), allume-feux, briquets, pierres, essence, pétrole…
  • Le café : privilégier les boites de café soluble en sachets individuels, dont la conservation est pratiquement illimitée, plutôt que le café moulu en vrac. De telles doses seront très faciles à emporter et à négocier. Idem pour le thé. Pensez aussi aux "3 en 1" (café + lait + sucre), les gens vont adorer.
  • Le chocolat : préférer pour les mêmes raisons les chocolats emballés individuellement plutôt que les tablettes entières
  • Le miel et les confitures : parce qu'un peu de douceur dans un monde de brutes fera plaisir à tout le monde...
  • Les boites de sardines : le classique de la survie, toujours apprécié dans les moments difficiles
  • L'alcool : idéalement sous forme de mignonnettes, ou en bouteilles de 250 ml (par exemple du cognac, disponible sous blister dans ce conditionnement dans tous les supermarchés).

Vous remarquerez que tous ces produits ont une durée de conservation très longue, d'au moins dix années (y compris pour les conserves, confiture, miel... contrairement à ce que vous pourriez lire par ailleurs).

D'autres seront aussi très recherchés, comme le papier-toilette, les couches-culottes, coton-tiges, savon, lessive, etc. Mais à moins de disposer de beaucoup de place, il est difficile de tout stocker !

Bien entendu, cette liste n'est pas limitative et ne prétend pas être complète. Je vous invite donc par vos commentaires à nous faire part de votre expérience et de vos réflexions...

Ces quelques règles de base sont simples, mais il est indispensable de les suivre si la situation se présentait. Elles devraient vous permettre de réaliser quelque affaires tout en restant le plus possible en sécurité, ce qui est le but recherché dans un contexte de chaos...

20 commentaires:

  1. Encore un excellent article plein de bon sens. Je vais de ce pas augmenter mon stock de café et de chocolat :)

    Spock

    RépondreSupprimer
  2. Article très intéressant, des choses comme sa ne viennent pas spontanément a l' esprit mais risque de devenir utile.

    RépondreSupprimer
  3. Je remets ces témoignages qui peuvent être intéressants :
    http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/2012/12/crise-en-argentine-ferfal.html
    http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/2012/11/russie-1998-1999-temoignagne-rammstein.html
    http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/2012/12/les-emeutes-de-los-angeles-1992.html
    http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2012/03/bienvenue-en-enfer.html

    RépondreSupprimer
  4. Toujours aussi pertinant et intéressant. Voici une liste qui traine, concernant les 100 produits les plus recherchés en cas de chaos:

    http://www.24hgold.com/francais/contributor.aspx?article=2179777812G10020&contributor=Survivalisme

    RépondreSupprimer
  5. Toujours aussi éclairé. Très éclairant pour le jour ou la lumière s’éteindra.
    Plein de bon sens comme d’habitude ! Précieux car le bon sens est rare dans cette communauté.
    A l’évidence, oui il me faudra bien sortir de ma tanière, mais pas un jour ou l’autre. Le 91ème jour à la fin d’une période tampon de 3 mois minimum.
    De période à hygiène féminine, de tampon à Tampax™, je n’ose imaginer que Pierre Templar n’aurait pas, dans son stock, quantité d’éponges menstruelles et autre huiles essentielles antifongiques, dans le seul but d’apporter quelque confort intime à toutes les jolies consommatrices qui agrémentent ses pages ! Très adapté également à la blessure par balle…
    Plus sérieusement, je pense que les produits d’hygiène seront recherchés. Non seulement de la tête aux pieds, mais aussi du sol au plafond pour la tanière…
    Merci encore Pierre Templar.
    Camisard

    RépondreSupprimer
  6. Question pernicieuse...Le cochon serait-il un bon produit d'échange?
    Au-delà de l'aspect amusant de cette question, il s'agit de voir si une marchandise peut nous couper d'une clientèle potentielle ou si, au contraire, elle peut nous asseoir dans une position dominante.
    Autre sujet: l'eau, les bâches, couvertures sont assez volumineux. Comment fournir ce genre de chose au destinataire sans risque?
    De même, comment annoncer à temps l'arrivée de denrées périssables (viande fraîche, fruits de saison)?
    Quoi qu'il arrive, n'importe quelle population a besoin de jeu, de drogues et de cul. Si on peut offrir les 3, c'est Byzance...A condition de savoir défendre le tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi qu'il arrive, n'importe quelle population a besoin de jeu, de drogues et de cul. Si on peut offrir les 3, c'est Byzance.
      j'adore ta philosophie

      Supprimer
    2. " cigarettes, wisky, et p'tites pépées "... ! tout est là... pour les vieux qu'on de l'âge!

      http://www.youtube.com/watch?v=cmUiRKQXOYY

      Chibani

      Supprimer
  7. Cher Anonyme du 8 décembre 2013 21:32
    Je me permets de vous donner quelques conseils afin peut-être de mieux vous éclairer dans vos choix (le jour J)
    Concernant le " Cochon " Soit vous avez beaucoup de place et êtes bien protégé à la vue des autres, dans le style "ferme avec mur de plus de 2,50", mais pensez bien qu'un cochon est bruyant et vorace. Donc c'est déjà deux problèmes à gérer, sur tout si il est adulte, il faudra trouver au moins trois kilos de nourriture/jour. Concernant de l'eau, bâches, couvertures, je penses que cela ne doit pas être des priorités, surtout pour vous, pensez comme le soulignait Pierre à de petites choses à troquer et gardez pour vous le reste. Pensez espace et volume, même si vous vivez dans une grande demeure, stockez l'utile et le pratique. Dans une situation catastrophique beaucoup de gens vont mourir car pas préparé, pas pensez, pas stoker, pas grand chose en fait et c'est pas d'eux qu'il faudra se méfier mais de ceux qui résisteront et très franchement gardez vous des trois Byzances que vous citez, d'autres sans chargeront bien plus vite que vous et surtout vous pourrez regarder de loin ceux qui seront convoité par cupidité car à ce moment là, la guerre des gangues prendra tout son sens,alors pour conclure, restez modeste et gris pour passer quelconque et inaperçu.
    Très cordialement
    PACHA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je me suis certainement mal exprimé. J'évoquais la fourniture de produits lourds, volumineux ou sujets à controverse et ma question était de savoir comment gérer cette niche.
      Comme n'importe qui peut fournir du patit matériel, celui mentionné ci-dessus laissera peu de place à la concurrence mais sera plus risqué.
      Ceux qui résisteront très franchement n'auront pas besoin de petit troc ou viendront, soit comme des toutous, soit enfouraillés pour piquer le matos. Après c'est juste une question de rapport de force et de détermination.
      D'un point de vue purement commercial (comme mon premier post), il faut s'adresser aux masses peu préparées donc plus demandeuses et plus faibles.
      Les gangs s'autoréguleront en territoires.

      Supprimer
  8. il est vrai que ces articles risques de manquer mais j'ajouterai à la liste les armes et surtout les munitions de 22 long rifles et calibre 12 très répandues chez nous.
    ne pas oublier non plus les médicaments usuels de quoi soigner gastro, grippes, et désinfecter les plaies.
    il faut bien également se dire que le terme effondrement de notre civilisation implique une catastrophe d'ampleur suffisante pour désorganiser totalement notre société et donc la mort d'au moins 90% d'entre nous.
    dans le cas contraire notre société continuera à produire des biens de nécessité, les gens ne vont pas se laisser mourir de faim et quand on à vraiment la dalle on réapprends vite à manier une pelle pour travailler dans les champs.
    de toute manière soit on remet sur pied une société soit on crève après avoir épuisé la dernière boite de pâté de l'abri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me pose d'ailleurs une autre question: quel est le meilleur candidat dans une situation chaotique? le "survivaliste" qui fait tout tout seul façon Mc Gyver ou un simple VRP avec les qualités que son domaine exige?
      C'est caricatural mais j'ai un début d'idée, sachant que survivalisme ne rime absolument pas avec solitude.
      Paradoxalement, je pense que les plus sociaux s'en sortiront, alors que les plus asociaux souhaitent la fin du monde.

      Supprimer
    2. Bonjour,
      juste une petite rectification; aprés environs 2 ans ,le miel perds ses "vertus"
      (enzymes, vitamines,...) mais ça reste un produits sucré comme un autre

      Supprimer
  9. Et n'oubliez pas le sel !

    RépondreSupprimer
  10. Citation:
    "Même les survivalistes qui disposent d'une BAD autonome et parfaitement aménagée dans un recoin sombre du pays n'échapperont pas à la règle, et devront un jour ou l'autre sortir de leur tanière"

    A mon sens ne pas attendre la nécessité de sortir pour le faire.
    Remettez au goût du jour le slogan qui avait cours en Indochine:
    "Les plus cons dans le béton."

    Pensez à varier vos itinéraires aller et retour.
    N'empruntez pas le même itinéraire à l'aller qu'au retour.
    Avant de réintégrer votre base vérifiez que tout est clean.
    Ne sortez pas à heure fixe.
    N'hésitez pas à vous poster à un endroit où vous pourrez observer si vous êtes suivi.
    En bref bannissez toute routine.

    RépondreSupprimer
  11. bonsoir a vous tous ,
    tres bien tout sa mais les épices tel que le curry,poivre,etc..le sucre, pour ma part j'y pense mais il faut de la place de plus ici en belgique plus moyen de ce procurer une arme et ses munitions ce n'es plus en vente libre comme avant ils ont changé la loi .pour l'eclairage une lampe a petrole aussi tres utile , un groupe electrogéne mais il faut faire des réserves d'essence et aussi faire ses conserves soit meme bon la me direz vous un peu long a faire mais en s'y prenant tot assez il y a moyen , et ,enfin des pates du riz des aliments sec fruits desidraté...et j'en passe bien sur ..

    RépondreSupprimer
  12. Oui tout à fait d accord pour le troc à petite dose pour ne pas passer pour le supermarché du coin.
    Perso je me suis fais un petit stock dédié à ça en plus du stock familiale.
    -15boites de dosettes de café
    -5kg de sucre
    -5 kg de sel
    -3kg de poivre
    -400briquet bic
    -5cartouches de clopes
    -une boite de 12 cigares
    -8l d alcool (vodka et whisky)
    -250 bougies
    -500bougies chauffe plats
    -5petites trousses de pharmacie pour la bobologie (pansements, désinfectant, aspirine, liquide phy, éosine)
    -5 couvertures de survie (inutile à mon gout) mais ça brille et il y en aura toujours qui en voudront
    -5l d huile pour lampe à pétrole
    Après j ai aussi du matos style clous visserie et quelques outils en doubles pour le troc.
    6 paquet de bonbon ça peut aussi servir au troc mais pour ça je fais un roulement :) ma fille adore
    j ai aussi quelques épices mais je pense plutôt les garder pour un usage personnel
    Le tout est bien rangé en différents endroits et petites quantités.
    Alors je suis preneur d autres idées de choses à ajouter
    Un Prepper

    RépondreSupprimer
  13. J'avoue personnellement négliger le troc.

    J'ai bien sur du stock chez moi : briquets, bougies, eau de javel, matériel médical, conserves, eau, munitions, etc.

    Mais je n'ai pas envie de m'embarrasser avec un éventuel troc. Déjà, il ne faudra pas le faire autour de chez soi pour ne pas attirer la convoitise. Ce qui m'oblige à m'éloigner durablement de mon domicile. Si je dois troquer, je le ferai rarement, exceptionnellement, si vraiment j'ai besoin de quelques chose.

    RépondreSupprimer
  14. Lu dans une BD (Les temps mauvais) de Carlos Gimenez
    Des histoires de survie entre 1936 et 1939 (guerre civile espagnole, bande de cancres).

    Madrid sous les bombardements, avec les rafles des uns, puis des autres, puis des vengeances des uns et des autres, bref, des épidémies de balles dans la nuque en veux tu en voila.

    Et La faim car la ville est sous embargo alimentaire.
    extrait
    "Une faim terrible qui prive les humains de leur dignité et fait d’eux des mendiants ou des voleurs, des égoïstes sans esprit de solidarité. Une faim terrible. Une faim humiliante et sans pudeur. La faim du découragement et des larmes. Une faim messagère, annonciatrice de mort".

    Et des techniques de survie parfois étonnantes et astucieuses, une famille survit pendant plusieurs années car elle a planqué derrière une fausse cloison recouverte de papier peint plusieurs dizaines de bidons d'huile d'olive de 5 L

    L'huile d'olive ça se garde bien mais en bidons (en métal les bidons, l'huile ça aime ni l'air ni la lumière).
    L'huile d'olive ça sert a faire cuire le peu qu'on peut trouver, troquer, faire pousser.
    L'huile d'olive ça se troque en petite quantité, (pour pas attirer l'attention) contre n'importe quoi quand tout le monde a faim.
    L'huile d'olive ça éclaire une chambre dans une petite bouteille avec une mèche.
    L'huile d'olive ça transforme un quignon de pain de 15 jours en une bouchée de nourriture hautement calorique.

    Bref, vive l'huile d'olive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant!!
      Merci pour ta participation.

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.