5 mai 2014

La topographie pour le survivaliste (1/3)

Savoir s'orienter est une nécessité vitale pour tout homme de terrain doté d'un esprit pratique.

Cette série d'articles sur la topographie a donc pour but de vous enseigner (ou remémorer) les rudiments de cet art, de manière à ce que vous soyez au moins en mesure de vous repérer sur une carte le jour où les lumières vont s'éteindre.

Une telle compétence servira au père de famille survivaliste comme au "Loup solitaire", ainsi qu'à toute fine équipe d'esthètes turbulents qui auraient à croiser le fer en dehors des limites de leur territoire...



La topographie est la discipline à priori obscure qui a pour objet l’établissement et l’emploi de documents donnant sous une forme conventionnelle la représentation sur un plan :
- Des détails naturels et artificiels de la surface du sol (planimétrie),
- Du relief et de la configuration de cette surface.

Les informations que vous trouverez dans cette série d'articles ne sont pas pas exclusives, mais elles ont l'avantage de regrouper ce qu'il est indispensable de connaître en prévision du jour où les lumières vont s'éteindre, jour où les GPS et autres systèmes de fainéants risquent fort de connaître le même sort...

Elles se veulent avant tout pratiques et réalisteset représentent à mon sens le minimum vital pour un survivaliste. Parce que le but n'est pas de faire de vous des experts en topographie, mais de vous livrer des connaissances réellement utiles, en dehors de toutes considérations compliquées ou superflues.

Elles devraient être suffisantes pour retrouver sa route si l'on est paumé, ou pour s'y rendre le moment venu. Comme pour ce qui est des mesures OPSEC, je vous invite à les considérer avec attention...


I - CARTES, ÉCHELLES ET MESURES DE DISTANCES


1) GÉNÉRALITÉS ET IDENTIFICATION DES CARTES


A. DÉFINITION

La terre a sensiblement la forme d’une sphère aplatie aux pôles (géoïde).

La carte est la représentation sur un plan des mouvements du sol (nivellement), et des détails naturels et superficiels (planimétrie) d’une portion de la surface terrestre. Cette représentation est faite selon certaines conventions, de façon que l’on puisse :

- Trouver des repères sûrs, qui permettent de situer tout point du terrain,
- Connaître la direction à suivre pour se rendre d’un point à un autre,
- Déterminer la distance qui sépare ces points,
- Définir la pente et les altitudes des divers points.


B. QUADRILLAGE UNIVERSAL TRANSVERSE MERCATOR (U.T.M.)

Ce système a été mis au point par l'armée américaine pour pallier aux inconvénients du système traditionnel des longitude et latitude, dans lequel notamment la distance d'un degré de longitude varie avec la latitude. La projection se fait à partir du centre de la Terre sur un cylindre tangent à l'équateur.

Pour la réalisation des cartes U.T.M., la terre est quadrillée en 1200 zones :
- De l’ouest vers l’est par 60 fuseaux de 6° de longitude numérotés de 1 à 60,
- Du nord au sud par 20 bandes de 8° de latitude identifiées par une lettre de C à X (I et O étant exclus).

Ces 1200 zones (60 x 20) sont désignées par un chiffre en abscisse (fuseaux) et par une lettre en ordonnée (bandes). Ainsi la France se trouve dans les zones 30 U, 31 U, 32 U au nord, 30 T, 31 T, 32 T au sud.




Chaque zone est ensuite divisé en carré de 100 km (désigné par 2 lettres) de coté, puis 10 km pour arriver à 1 km de coté (désigné par 2 chiffres : abscisse et ordonnée).

Ce système donne les coordonnées d'un point en mètres, et permet un repérage rapide et précis sur une carte "compatible GPS", c'est à dire où le quadrillage UTM a été représenté. Ce qui est le cas pour les cartes IGN, d'où la raison pour laquelle j'en parle.




Exemple de coordonnées UTM : 31T GL 0735 1575 ou 31TGL07351575
Affiché sur un récepteur G.P.S. Garmin II+ comme suit :

POSITION
31T 0707355
UTM 5015755

Il n'est pas nécessaire de rentrer plus en détail dans le cadre de cet article. Ceux qui souhaiteraient approfondir leurs connaissances sur les projections UTM pourront consulter les liens suivants :
Lien 1, Lien 2, Lien 3, Lien 4, Lien 5 (les deux derniers sont les plus complets).
Un Convertisseur en ligne pour passer des latitude et longitude aux UTM.


2) L’ÉCHELLE


A. L’ÉCHELLE NUMÉRIQUE

L’échelle est un rapport constant entre longueurs mesurées sur la carte et distances correspondantes mesurées sur le terrain et exprimées dans la même unité.

E (échelle) = l (carte) / L (terrain)

En clair, une échelle au 1:10 000 signifie qu'il faut multiplier par 10 000 la longueur mesurée sur la carte pour obtenir celle sur le terrain.

Nous en déduisons :
- Pour une carte au 1:50 000 => 1 cm mesuré sur la carte représente 50 000 cm sur le terrain.
50 000 cm = 500 mètres. Donc 1 cm sur la carte représente 500 m sur le terrain.

- Pour une carte au 1:25 000 => 1 cm mesuré sur la carte représente 25 000 cm sur le terrain.
25 000 cm = 250 mètres. Donc 1 cm sur la carte représente 250 m sur le terrain.

Les anciennes cartes de randonnée étaient généralement réalisées à l'échelle 1:50 000. Aujourd'hui, pour plus de commodité à la lecture, c'est le 1:25 000 qui est devenu le standard.

Celles que l'on appelle traditionnellement les cartes d'état-major, devenues cartes IGN, sont réalisées à cette échelle (1:25 000). Elles sont utilisées par les militaires (du moins les fantassins), les randonneurs, et tous ceux qui ont besoin de s'orienter de manière fiable et précise sur un terrain qu'ils ne connaissent pas.

Il va sans dire que tout survivaliste devrait posséder au moins une ou plusieurs cartes d'état major récentes de la région où il habite, ainsi que des alentours. Personnellement, j'en préconise un minimum de quatre, en admettant que notre lieu d'habitation soit idéalement placé au centre, voire six dans le cas où celui-ci est excentré.

Une carte d'état-major est un outil incroyablement utile, particulièrement dans un contexte de chaos. Elle permet de repérer instantanément les endroits où l'on peut se cacher (grottes, habitations, ruines...), les lieux stratégiques pour des embuscades, les puits, cours d'eau, ponts, habitations, etc. On veillera toujours à se munir des versions les plus récentes.


Détails d'une carte d'état-major de l'IGN

Pour commander vos cartes d'état-major sans sortir de chez vous, voici les liens vers la boutique en ligne de L'Institut Géographique National :

Les indispensables : nouvelles cartes IGN au 25000 Top 25 et Série bleue.

Les cartes IGN au 100000 (série Tourisme et Découverte) seront utiles à ceux qui souhaiteraient planifier un itinéraire d'évacuation en voiture, ainsi que les cartes routières régionales au 250000. Sans oublier, bien sûr, une carte du territoire national. Un plan de ville détaillé est obligatoire si vous habitez dans l'une de nos grandes agglomérations.

Vous pouvez consulter ICI le Catalogue complet IGN 2014.

Beaucoup de ces cartes existent en version plastifiée qui résiste à l'humidité. Dans le cas contraire, il est impératif de prévoir un porte-carte, au même titre d'ailleurs qu'une petite lampe militaire coudée dotée de filtres de couleur (le rouge est le mieux adapté), et une boussole Silva glissée dans le petit compartiment prévu à cet effet.

Le porte-carte : un accessoire
indispensable au survivaliste


B. CLASSIFICATION DES ÉCHELLES

L'échelle d'une carte est directement proportionnelle à la grandeur du rapport qui la définit. Par exemple, le rapport 1 sur 25 000 est plus grand que le rapport 1 sur 250 000. Donc l'échelle 1/25 000 sera plus grande que l'échelle 1/250 000.

Cartes à grande échelle : 1/10 000, 1/20 000, 1/25 000
Cartes à moyenne échelle : 1/50 000, 1/100 000
Cartes à petite échelle : 1/200 000, 1/250 000, 1/500 000, 1/1 000 000

Plus on se déplace rapidement, plus l'échelle de la carte doit être petite, et inversement. Par exemple, la navigation aérienne utilisera des cartes au 1/1 000 000, un randonneur à pied du 1/25 000, un automobiliste du 1/250 000 ou du 1/100 000.

Notez cependant que quelle que soit l'échelle d'impression choisie, les mêmes éléments sont représentés sur la carte. Une carte au 1/15 000 n'est pas plus précise ni détaillée qu'une carte au 1/30 000 ; elle couvre une superficie moins importante mais est en contrepartie beaucoup plus lisible.


C. L’ÉCHELLE GRAPHIQUE

Les cartes portent le tracé d’une ligne graduée en distance, appelée échelle graphique, généralement située au centre du cartouche. Cette échelle reportée sur une réglette peut être utilisée pour mesurer les distances sans avoir à faire de calcul.


Exemple d'échelle graphique sur une carte d'état-major


3) MESURE D'UNE DISTANCE


Calculer une distance entre deux points A et B revient à convertir une longueur mesurée sur une carte ou un terrain en distance recherchée (terrain ou carte).

Exemple 1 : AB = 4.8 cm sur une carte au 1/50 000
=> 1 cm = 50 000 cm sur le terrain
AB = (4.8 cm  x 50 000 cm) / 100 = 2400 mètres
(ou plus simplement AB = 4.8 X 500 = 2400 mètres)

Exemple 2 : distance mesurée sur le terrain = 6400 mètres
distance sur la carte = 6400 / 500 = 12.8 cm pour une carte au 1/50 000, et le double si au 1/25 000.

Les boussoles Silva, probablement les plus utilisées au monde, comportent une règle graduée qui est très pratique pour mesurer une distance une fois sur le terrain.

Ceux qui veulent connaitre à l'avance la longueur d'un itinéraire de manière précise peuvent utiliser un Curvimètre. Cet instrument très utile comporte une petite roue que l'on promène sur la carte en suivant le chemin envisagé, ainsi qu'un dispositif de conversion de sa rotation en distance en fonction de l'échelle de la carte. Je laisse le soin à ceux qui ne le connaîtraient pas de se documenter.


Pour vous donner une idée de ce que peut donner la transposition de l'image d'un lieu ou d'un paysage sur une carte topographique, vous pouvez consulter gratuitement le Géoportail gouvernemental.

Ce site génial offre une vue satellite ainsi que sa représentation graphique jusqu'au 1/25 000, qui peuvent être superposées à volonté. Il suffit de taper un lieu, et de faire varier l'opacité du cliché ou de la carte dans la colonne du centre, en ayant coché au préalable la case "photographies aériennes" dans celle de gauche.

Ainsi pour les petits veinards qui vivent à Poil, charmante bourgade du 58, et qui risquent fort de s'y retrouver complètement dans un proche avenir (au même titre que nous tous d'ailleurs...), cela donne les deux photos suivantes :


Vue satellite

Version carte d'état major

Intéressant, n'est-ce pas, ce passage de la réalité du terrain à sa représentation graphique...

L'image ci-dessus vous donne une idée de ce que sont le Nivellement et la Planimétrie, à savoir la représentation du relief et de l’ensemble des détails naturels et artificiels qui se trouvent à la surface du sol (bois, habitations, etc.). Nous l'étudierons en détail dans la seconde partie de cet article, tant il est vital pour un survivaliste d'en maîtriser les subtilités...

15 commentaires:

  1. PompompomPooom5 mai 2014 à 20:31

    Il est conseillé de prendre dès maintenant des impressions d'écrans de photos aériennes (Geoportail, Bing, Google...), voire de Google Street, des lieux qui nous intéressent le plus et de stocker ça sur carte micro sd.

    Chacun de ces trois fournisseurs (d'autres comme Mapquest ?) a une photo différente prise avec une définition ou une date différente => on n'a pas les mêmes détails à chaque fois.

    En cas de troubles, on ne peut compter sur la disponibilité de ces services par internet. Il faudrait avoir à la fois : un PC + un forfait d'accès internet valide + un internet qui fonctionne + ce service toujours existant. Ce dernier point n'est pas garanti, un gouvernement peut décider à tout moment d'interdire la diffusion de ces cartes, CF l'interdiction de Google Street envisagée en Allemagne.

    Stocker ces images sur carte micro sd permet de les visualiser sur smartphone ou APN au besoin.

    On peut aussi chercher tant que tout va bien, à la mairie par exemple (et les photographier), des cartes thématiques spéciales. Réseaux d'assainissement, zones inondables, installations dangereuses Seveso, infrastructures industrielles, potentiel solaire ou éolien, densité d'habitants, campings et aires de camping-cars, antennes téléphone 3 ou 4G...

    Quelques liens en vrac issus d'une ancienne recherche perso sur ce thème.

    http://www.comeetie.fr/galerie/francepixels/#
    http://www.dossierfamilial.com/la-carte-interactive-des-prix-immobiliers.html
    http://carte-ensoleillement.blogspot.fr/
    http://www.cartograf.fr/
    http://forums.infoclimat.fr/topic/68363-suivi-de-la-pluviometrie-et-de-lensoleillement-2011/
    http://www.corporate.bouyguestelecom.fr/notre-reseau/cartes-de-couverture-reseau
    http://www.antennesmobiles.fr/

    Le premier lien par exemple est intéressant : il donne la densité d'habitants de -25 ou +65 ans. Si on veut choisir un point de chute, ça peut être un critère. Jeune = dynamisme, vieux = calme.

    RépondreSupprimer
  2. Ce sujet a tout de suite moins de succès... O_o

    Il n'en reste pas moins que la topographie de votre environnement est important.

    Je ne parle pas de repérer la maison de votre ville ou habite la bombasse que vous croisez tous les matins...
    Ni la localisation des zombies à qui vous avez envie de régler leur compte sitôt le coup de sifflet du match chaos contre humanité commencé...
    Quoi que, certains le feront, c'est inévitable.

    Mais, plus sérieusement. Agissez comme si vous vouliez partir en randonnée dans votre région.

    Le survivalisme, ce n'est ni plus ni moins que de la grande randonnée... en milieu hostile, certes.

    Achetez les cartes IGN grande randonnée de votre région ; rien ne vaut le papier, et ci-possible le papier plastifié.

    Les cartes aéronautiques plastifiées, cartes IGN OACI 2014, par exemple, sont un achat pertinent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si c'est important ,ne serait ce que pour des itinéraires bis ou ter pour regagner son terrier,en plus vous découvrirez des éléments topographique et historiques que nous ne considérons pas en tant normal comme intéressants,il existe un site qui donne la richesse par habitants par communes et lieu dits,ce site avait fait momentanément la une de quelques journaux a faibles tirage,quelques soit les critères qui avaient été retenus il ne fera pas bon se trouver dans ces périmètres car ces indications seront entre toutes les mains et pas forcément celles de gens respectueux de leur prochain

      Supprimer
    2. Est-il nécessaire d'avoir une carte au 1/250000 pour autour de chez soi?
      La petite balade du soir ou du dimanche peut parfaitement remplir cet office.
      Pour les coins inconnus d'accord, mais pour autour de chez soi, ça me parait excessif, d'ailleurs je pense que quelqu'un d'avisé fera toujours un tour autour de son environnement (lieu de vacances, refuge, déplacement professionnel).
      Le sujet, bien ciblé, n'interessera pas ceux dont le métier nécessite ce genre de connaissances mais aussi, à l'inverse, ceux qui ne pensent pas prendre la route ou ceux pour qui l'acquisition d'un tel savoir relève du défi.
      Par contre le sujet est un excellent résumé pour apprendre rapidos à savoir utiliser des outils encore à la portée de tous comme les cartes.

      Supprimer
  3. La topographie est très importante, autour de chez soi ou ailleurs, dommage que se sujet sois très peu abordé.
    Quelle importance d"être bien équipé, être un bon combattant, un bon tireur... si vous vous retrouvez à pétaouchnok, sans aucun moyen de rentrer chez vous?
    Les bases de la topographie sont importantes à apprendre,
    comme savoir ou on se trouve en utilisant une boussole et des repères sur le terrain (trigonométrie par azimute inverse),
    connaitre les distance entre deux point sur une carte pour se préparer de telle ou telle façon,
    savoir repérer les points importants, comme les églises qui permettent de savoir facilement ou on se trouve ou les cimetières, qui permettent d'avoir de l'eau à toute heure en cours de route,
    connaitre la planimétrie du terrain en regardant une carte, pour se faire son itinéraire par rapport à sa façon de marcher, un itinéraire court sera rarement le plus simple.
    etc etc...

    ça peut même aller bien plus loin que ça, exemple, pour ceux qui ne veulent voyager que la nuit (surement conseillé d’ailleurs) savoir quand la nuit sera noire, pour ceux qui ont du matériel optronique, ou ceux qui connaissent particulièrement bien le terrain, ou à l'inverse, la pleine lune, pour ceux auront besoin de repères (comme moi ^^')

    Se genre de connaissance sont assez facile à obtenir pour ceux qui étudient, et qui décident de faire quelques marches, randonnées, ou même du combat (airsoft) dans la nature, une fois de temps en temps le week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1 reinho01

      La première démarche est l'achat d'une carte IGN plastifiée de votre région, ou du moins, des régions qui vous intéressent.
      Deux cartes sont, à mon sens, un minimum : une carte de France, et une de votre région.

      La démarche suivante consiste à savoir utiliser une carte, une boussole... et à savoir se repérer de jour comme de nuit.

      Supprimer
    2. @Rhonan. Ce sera l'objet des 2 prochains articles sur le sujet...

      Supprimer
    3. Salut à toi Reinho1,j'espère que ca touff pour toi!!!pas trop chaud le taf,en ce moment???Centre_afrique???gère le steak,collègue et allumes en pour moi!!LPN 26

      Supprimer
    4. Tant de commentaires en une seule fois, c'est trop pour moi, lol

      Je pense aussi que deux cartes sont nécessaires, mais plutôt une de la ville (25 000 éme) et une du département, voir de la région, grand max.
      Après, tout dépend de la façon dont vous voyez votre survie.
      En se qui me concerne, je ne pense pas bouger de mon département, que je ne connais que trop bien, et dont j'ai déjà tous mes repères, donc, tous mes points de replis.
      Actuellement, je ne suis plus en centre-Afrique, je suis arrivé en cote d'ivoire il y a maintenant presque deux mois.

      Supprimer
  4. Bonsoir, c'est utile de faire ces rappels, merci. Toujours des articles pratiques, merci et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  5. Super article. Étant randonneur et campeur sauvage, j'utilise de temps en temps une carte locale. Par contre, chez moi dans les hautes Alpes, je n'ai jamais utilisé de boussole, les repères visuels sont suffisants. Je lirai attentivement les prochains articles pour apprendre si d'ici là je n'ai pas perdu le nord.

    RépondreSupprimer
  6. Se déplacer c'est bien mais la communication et situation par gps ce n'est pas mal non plus quand un intervenant connaissant bien ce domaine pourrait il avoir la gentillesse de donner quelques infos ?suivi d'un itinéraire au gps communication autres que par portable et surtout quel matériel fiable de recharge des piles ?Dans le sud ceux que j'ai essayés( malgré le soleil) sont d'une indigence à faire peur et sans aucune puissance a moins d'avoir des km2 de panneaux voltaïques hyper fragiles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes ici dans un mode survie et résilience en cas de chute de la normalité.
      Le GPS n'est pas forcément prévu pour être utilisé à moyen terme, surtout si votre région est coupée de ses chaines de ravitaillement habituelles, et que vous supportez des coupures répétées d'électricité, comme cela va certainement se produire.

      Les causes de ces coupures peuvent être multiples : augmentation significative du pétrole générant un accroissement exagéré d'abonnés sur les centrales, guerres, civile ET mondiale, perturbants comme vous le supposez la bonne marche des administrations et installations, etc.

      Vu la montée des nationalismes et de l'intégrisme religieux en Occident, et d'ailleurs partout dans le monde, je ne m'étonnerais pas que les Hommes se foutent massivement encore sur la gueule d'ici à peine 10 ans...

      Décidément, l'espèce humaine ne sait pas se contenter de jouer à la console, de faire jouir sa femme (par le sexe ou une bonne paire de chaussures Zalando !), faire du sport et regarder des films, il faut inévitablement qu'elle se déchaine sur ses voisins.

      Bref, je m'égare.

      Quel matériel fiable de recharge des piles ? Là, je peux répondre : Le Chargeur solaire Goal Zero Guide 10 Plus Adventure Kit est un classique parmi les randonneurs et survivalistes.

      Sinon, concernant le module communication, achetez une paire d'émetteur / récepteur pour votre binôme. Mais ne faites pas confiance aux portées donnés par les constructeurs ; elles sont étudiées pour la terrain parfaitement plat, et sont très souvent exagérées.

      Et investissez dans 2 boussoles (toujours multiplier les modules). Rien de mieux que la boussole quand tout va mal et qu'on est perdu au milieu de nulle part. ;-)

      Supprimer
    2. Je confirme : mieux vaut apprendre à utiliser une boussole et à lire une carte que de passer le même temps à apprendre à utiliser un GPS. GPS dont la précision est réglée par nos amis américains...qui peuvent la maintenir ou non.

      Sinon, un truc très intéressant à faire quand on s'installe dans une zone est de déterminer l'ossature du terrain (articulation des crêtes et des vallées), avec un carte topographique (1/50 000 ou 1/25 000)
      Je peux envoyer des exemples au rédacteur des prochains articles s'il le souhaite!

      Popeye

      Popeye

      Supprimer
  7. Bonjour à tous ,

    Merci à l auteur pour ce blog instructif donc enrichissant :0)

    Concernant le réseau d assainissment.
    Avoir les cartes c est bien.
    Mais attention à quelques détails pour ceux qui seraient tentés de prendre ce raccourci :
    - La météo ( histoire de pas boire définitivement la tasse)
    - Avoir une lampe anti deflagrante à minima de plongée
    - Le must un detecteur de gaz ( lui mettre une sourdine mais pas trop)
    - Etre sur que son sac flotte et soi meme aussi( bottes = danger)
    - Les dimensions du réseaux sur son trajet( faire 100m dans un boyau de 80cm et reculer ou faire reculer car on arrive sur un diametre 60 c est balo... Surtout avec un sac ^^)
    - La nuit sans VDN vaut mieux pas ( une lampe peut etre visible de la surface)
    - Etre silencieux car ça résonne...
    - Ne pas s imaginer que tous les réseaux d assainisement sont comme dans la grande vadrouille même dans les grandes villes ( grands boyaux grandes artéres, l ensemble des égouts de Paris c est pas des tunnels de métro)
    - Avoir de quoi se laver/desinfecter au plus vite
    - Prier pour pas se couper
    Et le must du must :
    - Avoir un pieu pour embrocher les rats et avoir à bouffer ou pour le troc
    Cordialement.
    XY

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.