19 mai 2014

Petit résumé des horreurs du chaos (1/2)

Il y a des jours où je me retrouve à court d'arguments face aux gens qui refusent de se préparer, et j'imagine qu'il en est de même pour vous.

Ils ne comprennent toujours pas la nécessité absolue de faire des réserves.

J'en suis arrivé parfois jusqu'aux poings, face à des crétins qui me traite de fou parce que je mets de coté de la nourriture et des équipements.

Souvent je pense à cela, et à la frustration que peuvent ressentir les survivalistes face à cette attitude stupide et rétrograde qui prône qu'il n'est pas besoin de se préparer...



De nombreuses personnes, pourtant sensées a priori, refusent de se préparer. Bien qu'elles en auraient les moyens, elles ne le veulent tout simplement pas. La plupart ont pu voir à la télé ou sur Internet ce qui arrive aux gens qui ne se préparent pas lors de désastres naturels, et pourtant, ces avertissements ne semblent avoir aucun impact sur eux.

Dans cet article, nous étudierons en détail quelques dures réalités afin de montrer combien le prochain chaos sera terrible pour ces gens-là. Tandis que des images peu réjouissantes me viennent à l'esprit, le but est d'essayer d'en faire passer quelques-uns de la procrastination à l'action, avant qu'il ne soit trop tard.

Car il va aussi de notre intérêt : A moins que quelque chose ne poussent les gens non préparés à le faire, il est probable que les chances de survie des survivalistes s'en trouvent réduites d'autant. La plus petite part de nourriture, d'eau, de munitions et d'équipements que vous sacrifierez pour un non-survivaliste seront autant de choses irremplaçables qui manqueront à vous-même et votre famille dans un contexte de survie.

Espérons que les lignes qui suivent aideront certaines personnes à mettre leur avenir dans une juste perspective, et réaliser les véritables HORREURS qu'elles connaîtront si elles persistent dans leur déni.

Tandis que le monde s'écroule lentement et sûrement tout autour de nous, le lambda moyen continue à être bercé par la douce illusion que tout s'améliore et va continuer ainsi dans l'avenir. Après tout et selon lui, la situation de l'emploi a fini de se détériorer grâce à une reprise de la croissance, et bientôt, tous ceux qui veulent bien travailler seront à même de trouver facilement une place bien payée. L'Europe renflouera la Grèce, l'Espagne, l'Irlande, le Portugal, l'Italie et les autres, et l'abyssale dette de notre pays sera finalement contrôlée...

Pour preuve, 2012 est derrière nous, et comme rien de spécial n'est arrivé, on peut dès lors retourner tranquillement à nos occupations. Tout va pour le mieux à présent. Le mondial est sur le point de commencer. La bière est au frais...




Il est curieux de constater combien les gens peuvent être volubiles quand il s'agit de discuter de sujets dont on parle à la télé, tandis qu'ils se referment comme des huîtres lorsqu'on les invite à envisager les véritables périls de notre temps. C'est l'aveugle guidant l'aveugle... juste à côté de la falaise.

Pourtant, il suffit de regarder la souffrance que connaissent de plus en plus de nos compatriotes en ce moment même, alors que rien n'est encore arrivé. Des gens qui ont vécu à crédit toute leur vie, et qui n'ont pas réussi à économiser en prévision des jours mauvais, qui ont perdu leur emploi, et éventuellement leurs allocations. Ils en sont au premier niveau de l'effondrement, et représentent des millions de personnes dans notre pays, tout autour de nous, à l'instant même où vous me lisez.

Grâce à la dette, ces situations économiques catastrophiques sont encore maintenues aux niveaux individuels, voire familiaux. La civilisation parvient tant bien que mal à subsister, de même que les gardes-fous sociétaux. Avec l'aide alimentaire, l'assistance au logement et les abris pour ceux qui n'en ont plus, même ceux parmi les plus démunis parviennent toujours à trouver quelque forme d'aide, même minime.

Il n'est pas étonnant qu'avec tous ces programmes d'assistance, les gens aient oublié -ou n'aient jamais pensé- à ce qu'il pourrait advenir au cas où l'humanité ait à subir un événement cataclysmique majeur. Si un tel scénario devait se produire à grande échelle, qu'arrivera-t-il à ceux qui vivent habituellement de l'aide extérieure ou qui ne se seront pas préparés avant ? Que va-t-il se passer lorsque les gouvernements seront dans un tel désarroi financier qu'ils ne pourront plus aider ce qui en ont besoin, même s'ils le voulaient ?




Les médias et les autres ont d'ores et déjà créé leur image de la personne prévoyante qui sacrifie tout le confort de la vie ou presque à se préparer, planifier pour sa famille et ses amis, comme la fourmi de la fable. Ceux qui ont fait le choix et l'effort de mettre de coté quelque réserves pour parer aux aléas de la vie, y compris à la souffrance intolérable d'un après ou pendant chaos, sont moqués et ridiculisés, accusés de "gâcher" leur vie au profit d'une paranoïa délirante.

Mais qui délire le plus ? Ceux qui lisent les signes et qui comprennent combien le système est vulnérable ? Ou ceux qui croient que rien n'arrivera jamais, que les politiciens agissent pour le bien de leurs administrés et que si le pire se produisait, le gouvernement serait là pour leur fournir tout ce dont ils ont besoin...

Combien ont examiné les conséquences désastreuses de leur incapacité à se préparer dans l'éventualité où les infrastructures, et tout ce dont dépend le peuple dans un pays, s'effondrent totalement ?

La misère qui peut résulter du chômage à long terme et le manque d'argent, ne sont pourtant qu'une promenade de santé par rapport aux conditions de vie qui attendent ceux qui n'auront pas réussi à se préparer dans l'éventualité d'un désastre à grande échelle. Les problèmes "mineurs" causés par le chômage, qui semblent de nos jours si douloureux et angoissant, devraient servir de sonnette d'alarme à ce que sera la vie lorsque quelque chose de bien pire arrivera -lorsque tous les "gardes-fous", et Dieu sait s'ils sont nombreux dans ce pays, ne seront plus là pour nous protéger.

Le survivaliste est un être généralement frustré par ceux qui l'entourent, dans la mesure où ces derniers refusent d'entamer voire même d'accepter sa démarche. C'est quelqu'un qui se fait un réel souci pour ses proches, et il lui est souvent difficile d'adopter une attitude ferme à leur égard. Pourtant, et à moins que les mauvaises habitudes n'aient été changées entre temps, des décisions cruciales devront être prises le moment venu, qui ne seront pas faciles...

Le choix qui se présentera au survivaliste se résume à DEUX alternatives :
  • Soit en intégrant ces personnes à son cercle ou groupe de survie, réduisant d'autant la sécurité du groupe de départ, ses fournitures et son autosuffisance ;
  • Ou, en les renvoyant et les laissant se débrouiller seules, les condamnant par là même à une mort plus ou moins certaine.

C'est un choix très personnel, que chacun de nous devra faire en son âme et conscience, sur la base de sa propre morale, de son éthique, et de ses relations personnelles. C'est un choix difficile, et cruel -même si certains aiment à fanfaronner en prétendant le contraire.




Dans un ultime effort, discuter des scénarios suivants avec les non-survivalistes pourrait peut-être les aider à percevoir ce que sera la vie en l'absence de ce qui les a soutenu confortablement depuis si longtemps. Voici donc la dure réalité que les non-survivalistes DOIVENT comprendre, et tout particulièrement s'ils habitent dans une grande agglomération :

  • Sans électricité, la compagnie des eaux ne pourra pas amener d'eau jusqu'à leurs robinets. Sans eau, la déshydratation se produit dans les 24 heures, entraînant de grandes souffrances avant la mort.
  • Les toilettes dans les maisons fonctionnent avec de l'eau. S'ils n'ont pas de toilettes sèches ou de jardin, où vont-ils aller faire leurs besoins et disposer de leurs déchets ?
  • L'eau potable ne sera pas partout disponible, surtout dans les grandes villes, et l'on ne peut pas vivre plus de trois jours sans eau.
  • Boire de l'eau sale et polluée les rendra terriblement malades, et va accélérer le processus de déshydratation.
  • L'eau polluée doit être purifiée, ce qui signifie avoir un bon filtre, de l'eau de Javel ou autres produits désinfectants, ou du combustible avec un moyen adapté pour la faire bouillir.
  • Les gens doivent être conscients que notre système d'approvisionnement électrique est fragile, de même que les infrastructures que sont les pompes à eau. Une rupture de notre système d'alimentation ou une cyberattaque contre ces services publics pourraient les rendre facilement inutilisables.
  • Un seul événement peut rapidement entraîner une réaction d'événements en cascade qui pourraient certainement faire s'effondrer tout ou presque. C'est pourquoi dans le passé de grandes tempêtes de neige, des ouragans ou des événements solaires ont touché des millions de personnes vivant dans la même région.
  • Un événement unique, apparemment sans importance au départ, peut devenir tout à fait terrible au fur et à mesure que ses répercussions se propagent ; et cela peut inclure une catastrophe qui s'est produite loin de notre lieu d'habitation.
  • Comprendre que les économies à travers le monde sont si étroitement liées, qu'il suffit qu'une grande s'effondre pour que toutes les autres en pâtissent.
  • Ne pas avoir de réserves à la maison signifie que si les magasins sont vidés soudainement suite à un évènement grave, il n'y aura plus de nourriture disponible pour une longue période. L'histoire récente à travers le monde a montré que les magasins peuvent littéralement être vidés en seulement quelques minutes.
  • Pensez à la sensation terrible d'avoir vraiment faim, en sachant que vous ne pourrez pas vous rassasier avant bien longtemps.
  • Tous les magasins peuvent fermer immédiatement suite à l'instauration de la loi martiale.
  • Comprenez que vous pourriez ne plus être en mesure d'acheter quoi que ce soit après sa mise en oeuvre, en particulier avec les cartes de crédit.
  • Comprendre la complexité de nos systèmes de distribution d'eau et de nourriture ; une seule rupture dans ces chaînes peut empêcher que la population ne s'approvisionne en quoi que ce soit.
  • Imaginez votre vie quotidienne sans un stock de papier toilette...
  • Comprenez que sans sources de lumière, la nuit sera vraiment noire, et le plus souvent la visibilité quasi nulle.
  • Il n'y aura plus de communications, si ce n'est peut-être celles à la radio provenant de l'application de la loi martiale, à condition qu'"ils" disposent encore de sources d'énergie pour émettre.
  • A part la CB et les ondes courtes, l'unique information disponible sera celle émise par le gouvernement, et donc de la propagande filtrée que celui-ci veut que tout le monde entende.
  • Sans électricité, pensez à ce que sera votre quotidien sans chauffage pour ne pas mourir de froid, ou de climatisation pour vous rafraîchir -et sans aucun moyen de remédier à la situation.
  • Les trajets ne pourront se faire probablement qu'à pied ou à vélo, du fait qu'il n'y aura plus de carburant et que les routes seront probablement bloquées.
  • Sachez que TOUT déplacement à l'extérieur de la maison ou du quartier sera extrêmement dangereux, et que TOUTE personne qui sortira deviendra une cible.
  • Les non-survivalistes seront poussés au-delà de leurs limites en raison du manque de vivres et d'équipements.
  • Les non-survivalistes doivent réaliser que leur gouvernement ne se soucie d'eux en aucune façon, qu'ils ne sont que de simples numéros, et ne pourront espérer aucune aide de sa part.
  • Ils devront d'une manière ou d'une autre obtenir de la nourriture. Cela peut signifier consommer des plantes sauvages, que l'on doit donc être capable d'identifier comme sûres au préalable au risque de s'empoisonner, et des animaux dont la seule pensée les ferait vomir en temps normal.
  • Ils doivent comprendre que lorsque je parle de "ne pas avoir de nourriture", cela ne signifie pas ne pas avoir sa nourriture habituelle, mais bien de ne pas en avoir du tout.
  • Ils doivent comprendre que s'ils sont assez chanceux pour avoir suffisamment d'eau, ils auront probablement à se baigner dans de l'eau froide, à moins d'avoir de quoi la chauffer.
  • Ils doivent réaliser que le très étrange et le totalement inattendu deviendront la norme dans leur vie quotidienne, et bien pire encore s'ils ne possèdent pas de moyens fiables de défense ainsi que les compétences appropriées.
  • Ils seront sur la brèche en permanence, à la recherche d'eau et de nourriture.
  • Ils doivent comprendre que la douleur sera d'autant plus grande à vivre la misère -par manque de nourriture, d'eau, et de confort- qu'ils auront pris tout cela pour acquis pendant si longtemps.

Tout cela paraît bien sympathique, n'est-ce-pas ? Et pourtant, ce n'est que le début des réjouissances...

(A suivre)

40 commentaires:

  1. Heureusement qu'il y aura des neuneus, ceux qui se foutent de notre gueule en ce moment, car ce seront eux qui seront les premières victimes.
    Imaginez tout le monde en survivalistes, ben les gentils seront bouffés par les méchants, comme maintenant.
    Si nous maintenons l'inégalité des chances en étant fourmis parmi les cigales, nous avons une chance supplémentaire de rester au sommet de la chaine alimentaire.
    Ah oui, c'est cruel, mais c'est à nous d'instruire les méritants et laisser dans la crasse les autres.
    S'il faut aller au Bricorama ou au Leclerc avec des fusils de chasse, autant être les moins nombreux avec les mêmes arguments.
    Ne rêvons pas, en cas de crise grave ET durable, le pouvoir changera de mains et il se pourrait que nous soit confié ce pouvoir. Ce sera à nous de redistribuer les cartes.
    Là aussi ce sera cruel (Cf. The walking dead, la BD) car cela ne fait pas partie de nos compétences initiales mais il faudra s'adapter, encore et toujours, car si on sait aujourd'hui filtrer de l'eau et manger de l'ortie, il nous faudra garder un tour d'avance quand tout le monde sera réduit à filtrer de l'eau et manger de l'ortie.
    Je voulais saluer la lucidité de ce site qui présente la survie comme globale et impliquant la majorité de la population et pas la survie youkaidi youkaida destinée à quelques spécialistes heureux de bouffer du plantain à la belle étoile parce qu'ils savent que le frigo est plein et que la maison est chauffée.

    RépondreSupprimer
  2. Surement l'un de tes meilleurs articles. (même sans pin-up)

    Je me reconnais tout à fais là, et surement beaucoup d'autres (je ne sais pas trop si ça dois me réjouir d’ailleurs...)
    Pour se qui est du fait que beaucoup de personnes "pourraient" se préparer, car ils ne manquent ni d'argents, ni de place pour stocker, mais refusent de le faire, il ne faut pas oublier qu'il faut aussi accepter que cela puisse arriver, et c'est là que ça bloque.
    Trop de personnes on peur de la mort, peur d'un effondrement, peur de perdre leur petite vie de pacha, et préfèrent se consoler en regardant bfm-tv, les allocutions du président disant que tout va bien, que les priorités du gouvernement est de tabasser soral et dieudonné, car la crise n’est pas si importante que ça, etc...
    Comme on dis, les gens préfèrent un mensonge apaisant qu'une vérité qui dérange, même conscients que c'est bien un mensonge.

    Pour ceux qui, comme moi, se font traiter de parano, de fou, de psychopathe, et d'abrutit qui gâche sa vie à étudier la politique, les guerres civile, à se préparer, s'équiper, s’entraîner... sachez que ça peut même aller très loin pour certain, comme pierre templar qui dis devoir en arriver aux poings, ou encore moi, par exemple, qui en parle à mon travail, et sur mon dossier militaire, suis classé comme "psychologiquement instable"... quand même.
    Ce qui me rend inapte à être armurier et inapte au commandement... ce qui me fais donc quitter l'armée dans les mois à venir, tout ça pour dire à quel point ceux qui refusent l'avis des autres, sur des sujets qui dérangent peuvent être violent, physiquement ou pas, quand on évoque le fait qu'ils peuvent tout perdre du jour au lendemain, et qu'ils devront se passer de facebook pour survivre.
    J'adore cette comparaison à "la cigale et la fourmis" d’ailleurs, faudra que je la ressorte.

    Pour le choix entre abandonner sa famille et ses amis ou bien leur donner de quoi survivre le jour J, je n'ai choisis ni l'un ni l'autre, je préfère équiper et entraîner mes amis et ma famille tout de suite, leur apprendre les bases du combat aux armes, et les moyens de faire des stockes et de s'équiper... Mais pour ça, il faut une certaine ouverture d’esprit de ses gens là, et leur enseigner, non pas dans un but "d'entrainement pur" mais dans un but "d'amusement".
    Les stages de tir et de survie que j'organise s'appel "ko-lanta le gicq" (le gicq comme la ville ou j'organise ça) si j'appelais ça "stage de survie pour se préparer au pire" ça diaboliserais l'ensemble, et personne ne viendrait surement.

    RépondreSupprimer
  3. Donnez un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir...

    RépondreSupprimer
  4. Salut, comment considérer le survivalisme ?
    Comme une vaccination
    La vaccination protège l'individu, mais à partir qu'un certain pourcentage de vaccinés, elle protège aussi le groupe, qui devient plus résistant à une exposition au virus.

    Victime, question de point de vue, question de nombre
    Le non préparé est probablement une future victime, mais aussi probablement un futur pillard (raider en anglais) en groupe ou individuellement.
    Le survivaliste est donc un futur préparé, mais aussi un futur pillé, surtout s'il est seul. La force, c'est le groupe, on doit donc envisager aussi bien de se préparer, que de se regrouper

    Assurance
    Pourquoi les gens ne se préparent-ils pas (bon sang !!!) ?
    Le survivalisme est comme une assurance, on la paye, mais on espère ne pas en avoir besoin, sauf si on veut l'arnaquer bien sur. Mais pensez-vous que les gens seraient assuré si ce n'étaient pas obligatoire, combien rouleraient ou habiteraient sans assurance, en pariant sur la chance de ne pas être exposé au sinistre. Avant les assurances il y avait la solidarité dans les petits groupes, ou les familles étendues, maintenant qu'on vit au 4 coins du pays dans de petits logements en centre ville c'est plus difficile.
    Dernier point.
    Faut-il se réjouir d'être peu ou nombreux à se préparer ?
    Peu nous constituons un cible, mais le rapport de force peut être à notre avantage.
    Nombreux, l'effet cible se disperse, mais le rapport de force est aussi réparti.

    Il nous faut de la préparation, et du nombre, il nous faut reconstituer un groupe préparé,
    Ce ne serait pas pour çà qu'on nous montre du doigt, et qu'on nous moque.
    le survivaliste ne serait-il pas un séditieux silencieux ?
    (Ouais allitération en s, je n'ai pas fait exprès)

    A+.
    Sébastien.

    RépondreSupprimer
  5. moi, il y a un petit truc qui me gène ( m'inquiète) quant à ma préparation et la vision qu'en ont les "autres", c'est qu'effectivement on me prend pour un dingue ou un parano pour ce qui est de faire des réserves.
    Mais concernant mon "équipement" de défense, ben ... j'en connais un paquet qui est armé en fait... et je me dis que mes réserves vont peut-être être très difficile à "garder"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, ça c'est bien vrai, beaucoup de gens qui se lancent dans un armement, s'imagine que ceux qui ne s'intéressent pas au survivalisme ou à la chasse, n'ont pas d'armes, mais en fin de compte les vieux juxta, les petits 6 35, et les 22 semi auto, qu'on a reçu en héritage, qu'on aime pas trop mais ça reste là, ou caché ici, un gars va nous parler de flingues, mais on en parle pas, etc il y en a partout , c'est vrai et pas déclaré en plus, oui c'est sur en cas de crise, où les armes sortiraient, elles vont sortir également d'endroits inattendus... ( putain mon voisin, cette tapette en col blanc à un baby browning !! mais d'où il sort ça !! héhéhéhé)

      Supprimer
  6. Bonjour; même si il y avait une organisation, survivaliste qui se préparerait massivement pour le jour j, je ne la rejoindrais pas, quand je dis "pas de pitié, pas d'empathie" ce n'est pas en l'air, je protège ma famille proche et ce sera elle mes bras et mes alliés, ceux qui n'ont pas la chance d'avoir une famille, soudée devront certes tenter leur chance avec des étrangers, par obligation, mais pour moi c'est clair, tout le monde peut aller se faire voir quand arrivera le chaos, ce sera tirez à vu, au moins jusqu'à ce que les choses se tassent. Ce n'est pas des fanfaronnades , ce sont mes propres conclusions , la nature des gens est trop instable, on ne peut faire confiance aux autres, du moins pas autant que j'en aurais besoin dans un groupe digne de ce nom. Et Monsieur l'auteur, (que je respecte pour son travail), pourquoi voudriez vous forcer des gens, qui ne font même pas un semblant de premier pas, à comprendre tout cela, à les rêveiller, quel est votre interet ici, ? Je vous remercie pour votre travail, encore une fois, mais la plupart des gens ici ont fait la démarche de se renseigner pour évoluer, les autres n'ont qu'à rester dans leur merde. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, c'est le manque d'information, beaucoup de personnes ne savent même pas que le pays est en crise.
      A tous ceux dont je parle de préparation, il y en a quelques un qui décident de suivre mon exemple et de s'armer. Certains arrêtent en cour de route, comme un collègue qui vient de revendre sa 22lr et sa 7.62 pour s'acheter une télé...
      Mais pour le peut de personne à qui on ouvre les yeux, ça vaut le coup.
      On se faire insulter pour se que l'on fais... mais par des personne dont l'avis ne nous intéresse pas vraiment, donc c'est pas si grave.

      Supprimer
  7. Je pense que tous les survivalistes on a un moment ou un autre connu ce genre de situation.
    Personnellement, j'informe des cause possibles de chaos ( orage solaire, attaque terroriste, tempête, etc) je leurs apprend même a estimer la grandeur d'une panne de courant et a faire la différence entre une panne de courant classique et une panne du a un effet EMP et s'ils restent indifférents je termine seulement par "le jour ou cela arrivera, tu te mordras les doigts de ne pas m'avoir pris au sérieux et a ce moment là, je ne distribuerai plus que du plomb, a bon entendeur ....."
    Ensuite, je change de sujet et souvent "ils" reviennent eux même sur le sujet et je répond a leurs questions.
    J'en ai déjà "éveillé" quelques un ;)
    Le tout en restant très calme, quand ont reste calme on est plus vite pris au sérieux même si j'avoue le ton de ma voie monte sans que je m'en rende compte, enfin c'est ce que ma femme me dis ;)

    PS: toujours un excellent boulot Pierre, tu es le meilleur

    Spock

    RépondreSupprimer
  8. Vous ne ferez pas des chevaux de course avec des ânes.La télé machine a lobotomiser le bon peuple fournit la propagande officielle en lieu et place d'information.beaucoup ne cherche pas l'info pertinente par laisser aller ,manque d'intéret,dans le monde de communication qui est encore le notre il s'agit là d'une attitude volontaire ,un vrai choix qui fait que ces braves gens n'auront aucune légitimité à dire "on ne savait pas".Il suffit de lire parmi des centaines d'autres articles et conférence le "crash course" de Chris Martensen (en Français) sur le net,c'est a lui que je renvoie les sceptiques et autres qui me tournent en ridicule et bien souvent je ne dis rien ,parler aux cons les éduquent parfois.De part ma profession j'ai été sensibilisé depuis 15 ans au changement fondamental de paradigme qui va être le nôtre avec certitude dans les 7 ans qui viennent (mon job ayant un rapport très étroit avec la géopolitique économique) ce changement sera bien supérieur a tout ce que vous pouvez imaginer,la "croissance "éternelle "exponentielle dans un monde fini est une monstruosité intellectuelle , la France va pouvoir rembourser ses 5000 milliards de dettes (dont 3000 hors bilan)? de même pour tout les pays Ue,Pensez vous que la création de devise ex-nihilo sans créations de richesses correspondantes va durer longtemps , sachant qu'une devise n'est qu'un interface servant aux échanges de biens , mais pas le bien lui même.Alors il y a une grande frustration a ne pas se sentir compris , voire ne pas pouvoir convaincre les autres du bien fondé de notre démarche,mais ce n'est que le reflet de la vie,seuls les mieux adaptés ont une chance de survie,mais cher Pierre je comprends votre empathie elle fait partie intégrante de l'être humain tel que je le conçois, avec un petit bémol n'y sacrifiez pas les vôtres.Cordialement

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour à tous, et merci à Pierre pour cet article.
    C'est, au fond, la situation de la Pythie de Delphes, dans la mythologie grecque, qui voit le futur mais qui est condamnée à ne jamais être crue par ses contemporains... Si le sujet de la survie est certes plus ou moins récent (dans nos régions bien sûr et à notre époque bien sûr également), les différences entre les gens sont un aspect intrinsèque à la nature humaine. A chaque époque il a été conseillé avec plus ou moins d'à propos de se préparer à tel ou tel évènement, les conseils furent plus ou moins suivis malgré une imminence parfois criante du danger. Voyez comme les réactions sont variées et souvent incohérentes lors d'accidents (circulation, inondation, agression, etc.. ) voire lors de simples incidents où le danger est immédiatement identifiable. Comment imaginer qu'il en soit autrement dans le cas qui nous réunit ici : un effondrement plus ou moins définitif et dramatique de notre mode de vie ?
    La façon dont nous répondons à cet état de fait doit se comprendre non pas dans "les cons d'un côté et les veaux de l'autre", mais doit nous permettre de nous questionner sur notre propre histoire personnelle. Conceptualiser, comprendre puis s'organiser pour une vie si difficile et si différente de celle que nous vivons demande des contorsions et des prouesses mentales exceptionnelles, surtout dans le bain de propagande dans lequel nous nageons, plus ou moins profondément suivant le vie de chacun. Ces "prouesses" ne révèlent pas notre valeur ou notre plus grande aptitude à comprendre le monde tel qu'il est. Il est facile de s'en persuader lorsque l'on discute avec plusieurs survivalistes qui n'ont que rarement les mêmes opinions et les mêmes préparations : on est toujours mal préparé aux yeux de quelqu'un :). Cette "Prouesse mentale" est le résultat de notre éducation, de notre vécu, de nos échecs et réussites, de nos traumatismes. En quoi cela fait-il d'un survivaliste une personne meilleure méritant la vie, quand les autres méritent la mort ? Et en quoi est-ce différent de ces gens qui auront des bunkers et des armées privées pour se protéger, méritent-ils plus la vie que les autres parce qu'ils sont riches ?
    Je suis moi-même ce qu'on appelle un survivaliste. Mais je suis chaque fois plus atterré par le discours très répandu chez les la plupart des "preppers".
    En tant qu'être humain, la survie est-elle synonyme de loi du Talion ? Doit-on reproduire à échelle réduite les comportements de prédation et/ou d'égoïsme qui conduisent aujourd'hui notre monde droit au mur ?... suite en dessous :)

    RépondreSupprimer
  10. ... Je ne me sens pas particulièrement l'âme généreuse, mais ma conviction est que l'on crève plus sûrement d'un surplus de sécurité car cela empêche toute remise en cause en fonction des situations, c'est l'aberration intellectuelle que l'on reproche pourtant aux "veaux". Combien de personnes doit-on enrôler, préparer et contrôler (oui Mirador, l'humain est instable... même préparé) pour avoir avec nous assez de personnes pour espérer vivre à long terme ? 5 ? 10 ? 100 ? Et combien de personnes serons nous capables d'éliminer pour préserver notre cercle fermé ? 100 ? 1000 ? 10 000 ? Car il y a une seule différence significative entre les "preppers" et les "veaux" : le nombre. Mais il y a deux points communs très intéressants : tous doivent manger, tous ont des bras... Il est, je crois très dangereux de se laisser envahir par des convictions radicales : dur dur, il me semble de faire avaler la pilule ne serait-ce qu'à sa propre conscience d'avoir tirer sur des gens comme sur de simples zombies :)... Il est facile de me clouer le bec en disant "entre des "veaux" qui veulent te voler l'eau de ta famille et ta famille qu'est-ce que tu choisis ?" Je choisis ma famille, quelle question !! Mais espérons que toutes les situations suite au chaos soient aussi simples et réclament, par leur radicalité, aussi peu de remords (encore que...). Les survivalistes sont de plus en plus nombreux, mais qui parmi nous a déjà vu un cadavre ? Combien a déjà dû se battre pour sa sécurité ? Combien a déjà tué (même "légitimement") ? Avant de rejouer l'attaque du fort, ne devrait-on pas se demander où se trouvent les germes de la société qui viendra après le chaos ? Des morts malheureuses, injustes, absurdes faucheront aussi bien les "preppers" que les autres. Alors peut-être que mettre toutes les chances de son côté, c'est accueillir, sans naïveté, celui qui demande de l'aide, même s'il n'a pas sa ration d'eau dans son sac à dos et assez de balle de 22 pour tuer son propre lapin ;-).
    Bon courage à tous !

    Saintzane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne pourrez recevoir dans votre cercle familial ou d'amis toute la misère du monde qu'en fonction de vos capacités (nourriture,abris eau,etc etc etc) il n'est donc pas question de choisir entre la peste ou le choléra mais faire preuve de discernement (ce que vous appelez "sans naïveté "sans doute ?) La vie n'est qu'une succession de choix.Il y a une petite différence entre l'agression et la défense ,l'homme se défend ou paye des impôts pour que d'autres assurent sa sécurité ,celui qui agresse se met consciemment en dehors de l'humanité,c'est toute la notion du bien et du mal que vous soulevez.Pour avoir vécu plusieurs fois hélas , des situations imposées par des agresseurs et m'en être sorti pas toujours indemne , je ne me pose plus ces questions philosophiques,si je peut fuir ,je fuis,si ce n'est pas possible alors je me bats résolument, à mort , en kamikaze et malheur au vaincu,les survivants seront poursuivis

      Supprimer
    2. Bonsoir, héhé, j'adore les réactions que suscitent mes propos """"radicaux"""", pourtant ce n'est ni de la provocation ni de la grande gueule, soyez d'hors et déjà sans pitié, (oui même un préparé est instable c'est pour ça que ma sélection est bien plus que pointue, même moi je serais surement plus qu'instable, c'est fort probable.) soyez sans pitié même en période de "paix", pourquoi donner de l'argent à un clochard ? Ou une cigarette? Pourquoi aider un sans papier en détresse? Qu'est ce que j'y gagne? Mettre toutes les chances de mon coté sera d'abattre le premier venue sur mes terres, il aura toujours des vêtements ou un canif, si mes "bras" ne sont pas en nombre suffisant,nous évacuerons, si nous sommes massacrés c'est que je n'aurais pas fait les bons choix ou que j'aurais été trop faible, point barre.
      Encore une chose, j'aurais plus de mal à abattre mon berger malinois plutot qu'un étranger, les "zombies" n'existent pas, c'est une métaphore, tuer ou être tuer, ça va vite, un quart de seconde et l'organe vital est touché, on meurt lentement en regardant notre vie s'enfuir bêtement, un quart de seconde et de colère et cet homme si agressif et si sur de lui a la joue ouverte et la gorge entaillée, ce quart de seconde où nous aurons ne serait ce que commencé à réflechir. (gentil méchant poing pied couteau discussion peur colère) c'est trop tard.

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Juste une petite histoire vecue actuellement a raconter a nos amis bobos, je vis sur le territoire de Sevastopol, en Crimee.....
      Suite au retour a la Russie, que j'approuve a 100 %, l'Ukraine en mesure de retorsion nous fait quelques miseres, il est toujours impossible de retirer de l'argent au distributeurs, les banques ont disparu du jour au lendemain, avec impossibilite de recuperer quoi que se soit sur place, les supermarches se sont vides, pour certains, bref une situation qui aurait pu etre tres penible et degenerer.
      Cela n'a pas ete le cas, car la population est mono ethnique, patriote, et sait
      que ca va s'arranger petit a petit.
      Mais en attendant les prix ont doubles, voire triples pour certains produits, hier j'ai eu du mal a trouver mes cigarettes, il faut faire 10 endroits differents pour faire ses courses.
      Etant " averti" par l'experience, au debut de la crise j'avais fait mes stocks, sans oublier la nourriture de mes bestioles, tres important, un berger du Caucase affame, plus deux minettes hurlant a la mort car elles n'ont plus leur kitekat favori ca devient vite tres penible...
      La fin de la crise est en vue, heureusement, car mes reserves en euros touchent a leur fin, mes reserves tout court sont presque finies, car nous vivons avec 900 roros par mois a deux, plus trois chiens deux chats.....Tout ca pour dire que personne n'est a l'abri, nulle part dans la monde, et que sans un minimum de preparation ca peut vite etre tres desagreable, le cote psycho est important, il sert a rassurer les autres, l'entourage pouvant stresser intensement.
      Je n'ai jamais stresse, vu ce que j'ai vecu avant, Paris, Freetown, Monrovia etc, mais je crois qu'en France, je me serais senti tres mal a l'aise.
      Ici, ma maison n'est jamais fermee a clef, ma jeep russe demarre sans clef, les portieres ne ferment plus depuis longtemps, jamais de cadenas sur mes motos, j'apprecie a sa valeur cette liberte de vie, je suis ex Lt OPJ......
      Toute ma sympathie aux auteurs du blog et a ses lecteurs
      JMarc

      Supprimer
    4. Bonjour Jean-Marc et merci pour ce témoignage d'actualité !
      Je suis peut-être hors sujet et je m'en excuse par avance si tel était le cas. Quels ont été, dans votre expérience, les signes avant coureurs d'un effondrement imminent (outre les infos bien sûr) dans votre région ? Et à quelle situation avez-vous été confronté que vous n'auriez pas prévue ? Enfin, que changeriez-vous à votre préparation si vous reveniez quelques mois en arrière ?
      Merci d'avance pour vos réponses et bon courage à vous !

      Saintzane

      Supprimer
  11. nous sommes tous d'accord pour dire qu'un jour ou l'autre notre bonne société occidentale va en prendre un coup dans l'aile car trop "sociale" avec les assistés, trop amicale et accueillante avec la misère du monde et trop bienveillante pour ne pas condamner les délinquants et criminels.
    reste à savoir comment et quand cela se produira.......
    au début, je me suis dit que j'étais peut être un peut trop parano.... et que nous n'etions pas aux états unis ou ils construisent des bunkers....
    puis je me suis aperçu que mon gouvernement lui avait des stocks de tout, armement, matériel, carburant et incitait même à la détention individuelle de sac d'évacuation, alors l'état est parano aussi?
    puis en discutant avec d'autre, collégues, parents, amis, connaissance, nous en étions tous convaincus que ca allait craquer un jour ou l'autre.....reste à savoir comment........ et quand.....
    mais subsiste une envie de ne pas se préparer, ne pas vouloir croire en l'effondrement, comme si pour certains, savoir que cela pourrai arriver et ne pas se préparer pourrait conjurer le sort de l'inévitable.
    pour ma part j'ai décidé de me préparer, de ne rélèver à personne mes préparatifs car le jour ou tout pétera croyez moi ils viendrons tous frapper à votre porte pour vous solliciter c'est l'instinct de survie....
    dès les premiers jours de signe de chaos: pénurie, annonce médiatique, loi martiale, catastrophe de grande empleur je commencerai par:
    -comme tout le monde acheter un maximum de nourriture et de médicaments (même si j'en ai déja un stock), car après il n'y en aura peut être plus, cela sera peut être dangereux d'aller les chercher, ce sera trop cher.
    -me nourrire un maximum sans consommer les réserves, récolte jardin, cueillette, chasse et pêche, pendant que les bisounours consommeront leurs deux semaines de réserve.

    quand à accueillir des gens, clairement, non, ma survie et celle de ma famille en dépendent, pendant que moi je dépensait une partie de mon budget à me préparer, eux ils pavanaient avec la dernière berline à la mode ou leurs téléphones portables dernière génération et bien comme disait la fable de la fontaine:"vous chantiez tout l'été et bien densez maintenant!".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La fourmi n'est pas prêteuse, c'est là sont moindre défaut".
      Des défauts, elle en a d'autre, bien pires, que je ne voudrais pas avoir.
      La bestiole a un "avantage", à défaut d'une "qualité", elle vit en groupe dont les élèments jours après jour cherche l'essentiel, la nourriture, pour en faire profiter l'ensemble du groupe. C'est uniquement par ce qu'elle appartient a pun ensemble qu'elle peut ( avec l'ironie dûe au talent de l'auteur) envoyer bouler la cigale.
      Quelqu'un de jovial et de drôle peut être un atout de confort moral pendant les jours sombres.
      De là à acceuillir un parasite . . .
      Mais acceuillir un talent? Une compétence? Un savoir faire?

      Le désavantage des fourmis? Toutes le même talent: bosseuse.
      Imagination créatrice en plusieurs milliers/millions d'années: zéro.

      Des sous groupes de talents variés dans un ensemble d'intérêts réciproques pourraient/devraient pouvoir se constituer.

      Supprimer
    2. En chaque chose il faut raison garder ,mais aussi il y a des priorités ;l'utile et le vital avant le futile et le bal,notre siècle est celui "du faites vous plaisir" dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée et celui ou le citoyen a été effacé par un con-sommateur shooté a lipad et feux de l'amour ;"le pain et les jeux "ont fait la chute de Rome par refus de prise de responsabilité ,être un survivaliste c'est avant tout être responsable,les fourmis ont quelques millions d'existence d'avance sur les humains,il n'est pas sûr que l'espèce humaine dure aussi longtemps,si la vie était un jeu , la règle serait de survivre avec ce qui n'est remis en cause par personne ;addition des savoirs faire.Bon courage à tous

      Supprimer
    3. Si je peux me permettre, connaissant plutôt bien le sujet, ce n'est pas "le pain et les jeux" qui ont provoqué la chute de l'Empire Romain (bien au contraire !), ni même les fameuses orgies qui sont supposées traduire la "décadence" des mœurs romaines. Il s'agit là de pure propagande judéo-chrétienne attention.

      L'Empire Romain a cessé d'être parce que de nombreuses causes différentes se sont combinées au fil du temps, créant des tensions externes et internes fatales pour cette civilisation parvenue alors à son apogée.

      Et comme l'humain est stupide, il reproduit sans cesse les mêmes erreurs pour son propre malheur : Car à bien y regarder notre déclin actuel a les mêmes origines que celles ayant provoqué la fin de l'Empire Romain :

      Remplacement démographique de la population d'origine, conversion religieuse massive et propagation des mœurs sémites apportées par la population de remplacement, excès de tolérance à l'égard de l'Etranger que l'on tient absolument à intégrer à notre propre civilisation, affaiblissement de la Justice, corruption des élites, frontières devenues perméables, constitution d'une armée de métier appuyée par des mercenaires en remplacement d'une armée de conscription, manipulations monétaires et création d'une monnaie de singe (pièces fabriquées non plus en métaux précieux purs mais en alliage et/ou diminution de leur poids), montée en puissance d'empires concurrents, repositionnement géopolitique des forces alliées et adverses etc etc etc...

      L'Histoire est pleine d'enseignements, mais nous sommes aveugles et sourds.

      Werner88

      Supprimer
    4. bien d'accord avec vous ,pour moi "panem et circenses" était une image qui n'était que l'envelope de tout ce que vous décrivez qui n'est que le refus par confort de se battre soi même en faisant appel a des mercenaires (refus de ses responsabilités)fabrication de monnaie de singe par confort en donnant l'illusion d'un pouvoir d'achat par refus de trimer pour créer des richesses etc etc etc , on pourrait effectivement en faire des livres ,j'espérais être compris sans avoir a expliciter,merci de l'avoir fait pour les autres.La voie du survivaliste est celle de l'effort et de la liberté qui ne peut exister sans l'obligation de faire des choix et de les assumer principe de responsabilité l'une ne va jamais sans l'autre,l'histoire est la lumière du passé qui éclaire l'avenir.Cordialement Werner

      Supprimer
    5. Cependant, l'annone et les jeux ont eu, comme aujourd'hui, fonction d'abrutir les masses. Le Voici de l'époque évoquait les cas de femmes des plus hautes sphères qui partaient avec un simple gladiateur.
      Les exogènes se sont contentés d'ouvrir les portes de l'intérieur et l'armée romaine du Vème siècle ressemble étrangement à l'armée française aujourd'hui

      Supprimer
  12. Qu'il y ai BEAUCOUP de gens non préparés !
    Comme l'a dis quelqu'un plus haut, "S'il faut aller au Bricorama ou au Leclerc avec des fusils de chasse, autant être les moins nombreux avec les mêmes arguments".
    Un de mes collègues qui se fout de moi dès que je parle un peu survivalisme n'aura qu'a troquer son superbe Aïe Phone contre 1 kilo de patates, si il y arrive !

    RépondreSupprimer
  13. Ceux qui disent: "tant mieux si les autres ne sont pas prepares, y en aura plus pour moi" n'ont rien compris a la menace actuelle. Ce qui nous attends, ca n'est n'y un orage nucleaire, ni une rupture brutale des circuits, ni une attaque de zombie (bon mais allo, quoi).

    Ce qui risque d'arriver en France, c'est une guerre civile ethnique, comme en Yougoslavie, comme au Liban, comme en Rodhesie, etc, etc... Avec un bon genocide a la clef

    Ca veut dire qu'il va y avoir deux camps, et que votre simple appartenance genetique a l'un d'entre eux vous condamnera a mort au regard de l'autre, et vous obligera a participer aux actions de votre camps. Il va y avoir des troupes, plus ou moins bien organisees, des officiers, des operations, des batailles, etc...

    Dans cette optique, ce qui est bon c'est ce qui protege les notres, et qui permet de faire refluer les autres. Se rejouir que mon voisin de la meme couleur n'ait pas pense a faire un stock de bouffe est completement idiot. Le jour ou la horde va descendre votre rue avec des machettes et des fusils d'assaut, c'est pas votre panique room qui va vous proteger. Faudra des tranchees et des nis de mittrailleuses, et une organisation a l'echelle du bataillon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y aura pas hélas si j'ose dire pas qu'une guerre civile pour des raisons ethniques , mais aussi religieuses , et tout simplement aussi les "pauvres" qui pour l'instant profitent de l'état providence qui commence à disparaitre,les alliances seront de circonstance au commencement avant qu'il y ait un embryon d'organisation.Je suis bien d'accord avec vous sur l'inutilité d'une panic room en cas de chaos,actuellement ce genre de lieu à sa valeur face a de petits voleurs d'envergure moyenne style "saucissonneurs" mais dans un climat de chaos l'incendie qui cramera votre havre de paix détruira la nasse panic room avec,il vaut mieux prévoir des possibilités de fuites si l'adversaire vous est supérieur,survivre n'est pas se battre, c'est l'inverse"quand deux tigres se battent l'un en sort mort , l'autre blessé".Le combat ne se justifie que par l'impossibilité de fuite , ou si vous êtes en état de supériorité,il n'y a pas de match nul dans ces situations,vous devez être en mesure de jouer le coup suivant,et le coup d'après.Dans les westerns , celui qui s'en sort toujours c'est le croque mort pas les gunmens.Cela dit évitez la position qui vous fera désigner comme cible potentielle :habiter dans le 16èm,le93 etc etc etc,s'expatrier dans un pays ou votre couleur vous désignera comme bouc émissaire de tout les maux du moment , comme la cerise sur un baba vous obligeant à faire monter les francs archers aux créneaux

      Supprimer
    2. Excellente réponse, merci.
      Se preparé, c est aussi et surtout apprendre a commander.
      Vous aurez des arguments, vous serez preparé. Les gens vous suivrons car vous avez plusieurs longueur d avance ( intellectuelle ) sur eux. Ayant déjà réfléchit aux situations, problèmes, vous serez plus amene a gérer les situations délicates.

      Les solitaires les indivudualistes sont déjà morts. Nous sommes des êtres sociaux, nous avons besoin de l autre. Si ils essayent de rester a l écart, même leur enfants les quitteront.

      KL42

      PS: Il n y aura pas de brusque rupture de la normalité, les puissants n y ont pas interet.
      Il y aura un glissement vers la pauvreté plus ou moins rapide. Il vous faudra aidé votre voisin, pour qu il ne devienne pas un zombi, donc une menace pour votre famille. Puis il faudra aidé d autre voisins, de plus en plus nombreux. Puis il faudra organiser cet aide. Il faudra ensuite protéger les fruits de cet effort commun.
      Si vous rester en dehors de l effort commun, vous deviendrez une..... CIBLE

      Supprimer
    3. Pas d'accord, pour la simple raison que nous ne savons pas à quoi nous attendre. Par contre si on ne peut prévoir l'avenir, on sait très bien ce qu'il y a eu de par le passé, je parles des dernières 40 années. Beaucoup d'entre nous savent que nos pires ennemis sont nos semblables, et qu'on est pas forcément près de pardonner. La fraternité toussa, en cas de crise, c'est comme la satiété: ca se recherche.
      De plus, nous ne sommes absolument pas égaux, nous sommes tous des prototypes, liés par le sang, l'aire géographique, la culture mais qui n'empêche absolument pas de se foutre sur la gueule à tout moment, comme les Celtes qui ont laissé les Romains venir achever le boulot. C'est arrivé aussi aux Indiens des deux Amériques.
      Alors je parle pas de tout ce qui est exotique (N'oublions pas que nos ancêtres voyaient d'autres sujets français dans les expos universelles, pour bien marquer la différence ET l'appartenance au même empire)
      On est des grégaires, ok; on ne survit pas seul, ok, sauf que quand la gamelle est vide, que le putain de voisin vous a pourri pendant 20 ans mais il est le plus proche, que votre neveu qui fait partie du groupe ne vit que pour la came et que oncle Joe qui fait partie du groupe est soupçonné de pédophilie (Mais qui s'est gentiment proposé pour garder les 7 enfants du groupe), bref, vous avez sous la main un groupe de merde et ça va péter dans pas longtemps, sans menace extérieure.
      Ceux qui ont vraiment un tour d'avance sont ceux qui vivent à 3 générations dans le même habitat: Ils se connaissent, surveillent les plus à risque et s'épaulent pour la pérennité du groupe.
      Quelqu'un de seul ne survit pas, c'est une certitude. Mais se dire qu'on va avoir de suite un super groupe, avec de super talents chacun, aucun passé, aucune émotion et un plan d'avenir qui coïncide exactement avec chaque membre, c'est partir au casse-pipe.
      Pour un groupe aguerri, le danger c'est la masse, tous les dictateurs vous le diront, si toutefois vous en connaissez un. Un danger car ils sont comme vous et moi, ils ont un estomac à remplir (aux mêmes ressources).
      Liban, Yougoslavie, y a jamais eu deux camps mais une multitude d'alliances de circonstance et parfois franchement contre nature: trahison, corruption, dépit, lassitude; des alliés utiles mais pas vivables, des ennemis qui veulent aussi la paix, se rapprocher de gens pourris mais prêts à partager leurs ressources à l'instant T, ça c'est le Liban et la Yougoslavie, et c'est bientôt pour ici.
      C'est pas marrant d'avoir à sauver sa carcasse mais dépendre d'un groupe, en tout cas la fraternité toussa risque de prendre un sacré coup.

      Supprimer
    4. Merci pour votre réponse tres interessante et détaillé.
      Je vous ferai juste remarqué que je me met dans la position du chef de groupe. C est moi qui suit préparé. Vus le stress que la situation va engendrer, c est clair qu il faudra être dur, mais juste. Les salauds seront châtiés, ou la selection "naturelle " fera sont office.
      Le reste c est de la politique .....
      N oublié pas que tout le monde comprendra tres vite que le groupe est primordiale, que sans le groupe ils mourront ou seront esclave. Les autres en face vivront en meute aussi. Ils feront des raids pour s accaparer ce dont ils ont besoin, nourriture, médicaments, munitions, femmes.

      KL42

      Supprimer
    5. Je ne conteste en aucun cas la nécessité du groupe, c'est la façon de le constituer et éviter de se retrouver dans un monde où tout le monde est à égalité.
      Sur le point de chef de groupe, je crains fort que la situation de chaos ne redessine la hiérarchie sociale de façon surprenante: un simple garagiste pourrait tenir une ville car possédant le seul point d'entretien auto (dans une situation où les voitures roulent, réservoir plein, sur des routes carrossables).
      Le plus préparé sera peut-être un simple mercenaire, c'est ce qui arrive en ce moment car on vend notre savoir mais on ne dirige rien ni personne.
      Je ne suis pas d'accord avec vous mais votre point de vue est éclairant et mérite que l'on y réfléchisse. Je vous reprocherais de transposer des relations normales (échange, dialogue, partage) dans une situation anormale et donc out à fait imprévisible.
      Je suis d'accord avec le fait d'avoir un stock rend insomniaque, d'où la nécessité du groupe pour protéger ses biens.
      Quand aux salauds châtiés et la sélection naturelle, ça me fait penser aux gens qui votent en croyant que le politique agira à leur place, sauf que nous sommes acteurs de notre vie, et personne d'autre. Je ne crois pas en la justice immanente, agissons maintenant en prévision de la rupture qui nous attends et s'il n'arrive rien, nos enfants auront peut-être des billes pour s'en sortir.

      Supprimer
  14. de la a stocker de la bouffe pour tout le quartier cela ne s'appelle pas le survivalisme mais la soupe populaire et les restos du coeur!
    quand on aura nourri les voisins, il faudra le faire pour la rue entière et quand le stock sera vide ils vous pendront croyant que vous mentez quand vous direz qu'il n'y a plus rien.
    penser à la reconstruction, oui c'est une évidence, planifier, se réunir, cultiver ensemble et se protéger en organisant des rondes ou se fortifier oui.......
    mais distribuer ses trois ou quatre mois de nourritures stockées aux autres en plein hiver en laissant crever de faim son enfant, désolé pas moi.......
    mon clan, ma famille, mes proches pour qui je me démène, pour qui je me passe de super phone et de voiture à la mode ne méritent pas de crever de fain par ce que le voisin est trop attaché à ses objets bling bling pour ne pas stocker plus qu'une boite de cassoulet.
    quand à un affrontement direct, oui nous aimerions tous que cela se passe comme dans les films d'action, une cause au début perdue, un héro patriotique et charismatique, une bataille épique et une victoire héroique.
    mais non nos zombis ne sont pas comme cela, ils sont lâches, n'attaquent qu'en sur nombre, ils nous coloniseront, s'infiltreront jusqu'au sommet, se multiplieront à outrance, convertiront une partie des nôtres puis useront de la force quand ils seront à 10 contre 1.
    c'est la qu'ils attaqueront sans pitié, sans vergogne.
    et ils seront bien moins compatissant que nous et surtout moins tolérants.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que dans votre tête au moins, vous avez déjà perdu le combat.

      Vos 3 mois de nourriture ne vous serviront a rien, tres vite votre voisin comprendra que vous avez de la nourriture, car:
      1) vous n etes pas maigre.
      2) De délicieux fumets sortent de chez vous.
      3) vous resté cloitrez chez vous, donc vous avez quelque chose a cacher.

      Vous allez mal dormir pendant ses 3 mois ....
      Et surtout au bout des 3 mois vous faites quoi, si vos voisins sont toujours en vie ..... Vous serez bien gras, et eux bien maigre .....
      Au lieu d investir dans le stockage, investissez dans le relationnel, dans le potager. C est vrai que si vous vivez en ville ..... bonne chance.
      KL42

      Supprimer
  15. Pour faire suite a mon post du 23 mai a 13:30

    Je répète (et c'est par ailleurs le propos principal des auteurs du blog) que la menace principale actuellement est celle d'une guerre civile, laquelle arrivera par étapes, et risque effectivement de rompre les circuits normaux. Certainement pas un scenario façon "le jour d'après", ou tout s'arrête en 2 heures.

    Et dans cette optique, penser survivre seul en autarcie, ou même avec un groupe de 10 personnes, est complètement idiot. Vous savez combien ils sont en face, les groupes déjà constitués? Les communautés roms de 400 personnes, armées jusqu’aux dents, qui sillonnent les campagnes. Les cités en déliquescence, de milliers d'individus plus ou moins extrémistes, armés avec des kalashs et des fusils à pompe.

    Vous pensez que vous allez résister combien de temps, à 10, avec vos 22 LR?

    Bien sur que les lignes seront flous, qu'il y aura des quantités de groupes différents, des gens peu recommandables, et avec lesquels on se passerait bien d'avoir affaire. Il faudra faire des compromis, et accepter de rejoindre un camp qui ne correspond pas exactement a ce que l'on aimerait, et ensuite se battre a leur coté, coude a coude, jusqu'a la mort. C'est comme ca, la guerre, et non pas une partie de camping sauvage, façon Robinson Crusoé.

    Et oui, la solidarité, et le fait de faire bloc le plus nombreux possible sera absolument crucial pour survivre. Bien sur, les règles auront changé, et ceux qui ne collaborent pas seront punis, ou bannis, mais vous ne survivrez pas sans cela.

    Au lieu de vous préparer a défouraillez le premier qui rentrera dans votre jardin, vous feriez mieux de réfléchir comment s’allier avec la communauté, le jour ou!

    RépondreSupprimer
  16. http://zyalt.livejournal.com/1087400.html

    le koas ses ca si vous etes pas preparer 6 dead dans le pilage

    RépondreSupprimer
  17. quand je lis ce genre d'articles, je me dis que ce sont des personnes comme toi (auteur du blog) qui ont permis l’existence a ce système pourri, tu n'incite pas les gens a l'entraide mais plutot le contraire 'le chacun pour soi" comme des soudards, tes articles sont le reflet de ton ame malade et de ton coeur de pierre, au lieu de promovoir la communauté, les valeurs universels d'entraide et de solidarité tu prefere appeller a devenir des marginaux des zombies tueurs et psychopathes, j'ai come l'impression que tu etai un ancien militaire un tueur sans coeur qui abat n'importe pour rester en vie, aucune dignité envers la vie humaines seule compte ta survie egoiste et monstreuse d'un etre animal, et quand kje lis tes propos "J'en suis arrivé parfois jusqu'aux poings.." arriver aux poings pour convaincre les gens a te suivre, c'est le profil type d'une tyran beliqueux, stalinien et sans scrupules, a mon a vie tu devrais aller te soigner en psychiatrie ou alors t'exiler en Amazonie ou l’Alaska et vis la bas comme un ours associable lâche et peureux, quand je vois que tes articles le plus lus (en haut a doite) ça ne concerne que les armes et les différents calibre, aucune humanité, aucun sens de la solidarité, que des armes et la survie égoïste, a quoi te servira de vivre i tu n'aide pas, a quoi bon vivre lorsque tu refuseras aux gens le minimum, tu n'es qu'un pauvre malade et frustré qui en veut a l'humanité d’être plus humaine, t'en fais pas mec le système tombera et les 1er a tomber avec lui ce sont des gens comme toi, des monstres d’égoïsme et de lâcheté qui sont les plus dangereux. et ne crois pas que tu tiens ton destin ans tes mains, tu es un moutons qui ne fait que suivre...carabine, véhicule..blablabla et maintenant stage pour rendre fous les gens, c'est ce que tu veux une armée de razzia et de pilleurs tueurs, pauvre égaré tu vis dans un scénario d'un mauvais film dont tu es le spectateur et le réalisateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très franchement, ta petite saillie ici est pathétique… Je constate que ta haine t’aveugle. Tu as une dent contre cet homme… Tu aimes mordre… Cette dent ne risque pas de transpercer son armure… Je serais surpris qu’il t’accorde l’importance que tu veux bien te donner…
      A mon tour d’asséner, sans vergogne, un jugement définitif et sans appel à l’adresse de Pierre Templar en le qualifiant de Gnostique du survivalisme…
      Enfin, merci à toi de me démontrer de façon si emblématique que le chemin vers la Gnose est un très long chemin…
      Bonne chance à tous
      Camisard

      Supprimer
    2. a jalil ,tout ce qui est exagéré est insignifiant,lire est une chose comprendre une autre,que les visions d'un monde à venir vous effraie je n'en doute pas ,comme nous tous d'ailleurs ce n'est pas une raison pour les ignorer.L'homme est un loup pour l'homme ce n'est pas nouveau.Que ce qui advient ou va advenir soit de la responsabilité de chacun est bien évident mais vient de très loin (aux alentours de 1910),responsabilité certes encore fallai til avoir en main les éléments pour faire les bons choix , or très peu dans la population mondiale les détenaient,alors un peu de mesure dans les propos ne nuit pas.vous ne faites pas la différence entre celui qui attaque et celui qui se défend,je ne crois pas que les participants à ce blog fassent partie des attaquants mais plutôt se préparent à l'arrivée de gens hargneux et vindicatifs dans votre genre avec qui toute discussion est impossible puisque le postulat de départ que vous énoncéz est : vous êtes mauvais.Appliquez aux autres ce que vous défendez:foutez leur la paix et en particulier sur ce blog qui de toute évidence n'est pas fait pour vous.Phoenix

      Supprimer
  18. Bonjour jalil, tu m'a l'air bien remonté contre Pierre, en quoi ses articles te dérangent t'ils???, tu n'est pas obligé de les lire, et pour trouver ce blog sur le net , tu as dû faire des recherches dans ce sens???.
    Bref à l'avenir ignore ce blog , laisse ces "psychopathes", se lire entre eux et retourne dans le monde des bisounours....

    RépondreSupprimer
  19. hé oui les arabes et les muslims sont de grands pacifiques et n' aspirent qu a la paix dans le monde . tout le monde sait ca ^^

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,
    Pour ajouter à l'horreur du tableau, combien de personnes sous traitement permanent d'antidépresseurs ou autres drogues légales (méthadone, par exemple) ne pourront plus recevoir leur dose quotidienne ?
    Ne parlons pas des alcooliques et des accros aux drogues dures.... Pour eux, le retour à l'état sauvage se fait généralement dans les 8 à 12 heures...

    RépondreSupprimer
  21. bref ca ne résout pas le dilemme, seul avec son équipement à protéger sa famille mais le risque de périr face à un assault énorme, ou un groupement de nous autres dans un lieu sécurisé avec nos familles et le risque de voir l un des nôtres partir en vrille...bref choix cornélien😨

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.