21 juillet 2014

Les derniers achats d'avant-chaos...

(Par Werner88, rédacteur de Survivre au Chaos)

Par définition un survivaliste est une personne prévoyante. Le fait de s’équiper en matériels utiles à la survie et de se constituer des stocks de diverses natures reflète typiquement cet esprit de précaution et d’anticipation.

C’est indéniablement un travail de longue haleine tout en étant une préoccupation quotidienne, chaque nouvel investissement venant renforcer le dispositif en place depuis longtemps déjà...





En théorie, du fait de notre degré de préparation actuelle (comparativement au reste de la population, j’entends), nous ne devrions pas avoir à courir les magasins le jour où une situation préoccupante survient.

Toutefois, comme nous allons le voir dans cet article, il est possible et même souhaitable d’effectuer certains achats bien spécifiques de manière tardive, tant que les conditions le permettent encore.

Je précise d’emblée qu’en employant l’expression « achats de dernière minute » je fais référence à notre timing personnel et non à celui de Monsieur-tout-le-monde. Car si pour un non-survivaliste il est devenu impératif de faire des courses immédiatement, c’est qu’il est déjà trop tard pour nous…




L’importance du « Tableau de Bord Personnel »


Tout survivaliste devrait accorder au Renseignement un caractère critique. Dans un contexte de crise collective, pour pouvoir prendre les bonnes décisions et éviter d’être pris dans la tourmente, il faut disposer le plus précocement possible d’informations pertinentes et fiables.

C’est pourquoi nous devrions tous pratiquer de manière assidue la veille informationnelle et nous constituer un Tableau de Bord Personnel composé d’informations « mainstream » et alternatives, d’indicateurs objectifs et de signaux d’alerte. Lorsque les voyants passent l’un après l’autre au rouge, il est temps d’agir – même si les journalistes, les politiques, les économistes et autres se font rassurants ou pire silencieux.




Nous n’aborderons pas ici la question des niveaux d’alerte, ni même la façon dont on peut se constituer un Tableau de Bord Personnel. Mais nous retiendrons que si, grâce à cet outil d’aide à la décision, on en vient à la conclusion que quelque chose de grave risque de se produire de manière imminente, il faut alors faire monter d’un ou de plusieurs crans son état d’alerte et se dépêcher d’effectuer ses achats de dernière minute - tant que cela ne compromet pas sa sécurité (pillages des magasins, violences entre clients etc…), et tant que le temps passé à faire ses emplettes reste raisonnable (est-ce un bon calcul de perdre plusieurs heures dans une file d’attente pour acheter dix ou vingt litres de carburant, tout particulièrement dans un contexte de désordre et d’instabilité ?).

Il est rare qu’une catastrophe de grande ampleur (guerre, effondrement économique, pandémie etc…) se produise subitement, sans aucun avertissement préalable ; Ce qui signifie que l’on dispose généralement d’une certaine marge de manœuvre si l’on reste informé et vigilant. Mais cela peut arriver toutefois, surtout à l’échelle locale ou régionale (quelques exemples : Un tremblement de terre, un incident technique dans une centrale nucléaire, une pollution chimique due à un accident de la circulation, une manifestation banale qui dégénère en émeute etc…).

C’est pourquoi il faut avoir réfléchi, en amont, à la conduite à tenir dans un tel cas de figure hypothétique, surtout si les évènements devaient se produire tandis que l’on est éloigné de son domicile ou tout simplement en train d’exercer son activité professionnelle. Faut-il quitter son job sur le champ au risque de se faire sévèrement sanctionner par son employeur ? Ou bien est-ce préférable de terminer sa journée de travail coûte que coûte et de faire ses courses après - ce qui revient à perdre tout avantage temporel sur le reste de la population, et ce qui fait courir le risque de vivre une situation plus dégradée encore le soir venu ? C’est à chacun de voir.

Quoi qu’il en soit, votre Tableau de Bord Personnel vous permettra de savoir - avant les autres - quand il faut se rendre urgemment dans les magasins afin de faire vos achats de dernière minute, en évitant les embouteillages, la cohue, le manque de choix dans les rayons, le stress et l’agressivité des gens affolés.




Quels achats effectuer à la dernière minute ?


On peut les classer en quatre catégories distinctes, sachant que certains produits peuvent appartenir à plusieurs catégories à la fois. Mais avant de les passer en revue je préciserais que selon les circonstances, la situation personnelle et la stratégie de chacun (se « bunkeriser » ou évacuer), on favorisera tel ou tel achat particulier.

Les choix seront également fonction de la durée prévisible des éventuelles crises à venir, puisque certaines ne sauraient persister plus de quelques jours ou quelques semaines (une grève générale, par exemple), tandis que d’autres s’inscrivent immanquablement dans la durée (l’effondrement économique global qui nous pend au nez a toutes les chances de nous faire souffrir durant plusieurs décennies).


1) Ce qui est d'une nécessité absolue pour la survie et dont on a jamais assez malgré le volume de ses stocks actuels :

Exemples : L’eau en bouteille, les vivres à longue durée de conservation, le carburant, les munitions…

L’eau est un produit d’une importance absolue et l’on en consomme toujours plus qu’on ne l’imagine. Quand il fait très chaud ou lorsque l’on fait des efforts physiques, on triple aisément sa consommation habituelle. Sans vouloir faire de publicité, je recommande l’achat de bouteilles de Volvic de 8 litres qui sont particulièrement adaptées à nos besoins (grande contenance, poids acceptable même pour une femme, poignée de transport, bec verseur pratique, bouchon servant de gobelet) et que l’on peut remplir à nouveau d’eau du robinet une fois vides, ce qui évite l’achat de jerrycans.

Question nourriture, rajouter quelques boîtes de conserve et paquets de pâtes à ses réserves existantes ne peut être que positif, mais il faut aller à l’essentiel et y consacrer le moins de temps possible (la journée va être chargée…). On s’abstiendra donc de comparer les prix de deux produits similaires ou de faire la queue pour se faire servir du fromage à la coupe… Au besoin, pensez à compléter les réserves alimentaires de vos animaux domestiques, car si les chiens peuvent s’accommoder de nos restes il n’en est pas de même pour les chats, poissons, oiseaux, etc.




Même si vous excluez l’éventualité d’évacuer un jour de votre logement, vous devriez pourtant vous donner les moyens de le faire en cas de nécessité. Le carburant est donc d’une importance capitale pour un prepper avisé, quelle que soit sa stratégie de survie (ne serait-ce que pour faire fonctionner un groupe électrogène ou certains outils à moteur thermique).

Normalement vous ne devriez jamais vider le réservoir de votre véhicule à plus de 50% de sa capacité, ce qui laisse en permanence une autonomie minimale. En cas de tension soudaine au niveau local, régional ou national, il est souhaitable de faire le plein – de préférence AVANT que tout le monde ait la même idée. On pourra profiter de son passage au supermarché pour acheter un ou deux jerrycans supplémentaires et les remplir à la station, avant que cela ne devienne interdit pour cause de rationnement. Si vous habitez à la campagne, ne négligez pas les petites stations où le carburant est certes vendu plus cher que dans les grandes surfaces, mais qui sont touchées moins rapidement par la pénurie.

Quel que soit l’état actuel de votre stock de munitions, c’est insuffisant… On a jamais assez de munitions, jamais ! Il faut tenir compte de votre consommation à venir (plus ou moins variable et excessive) et de la durée de la crise vous empêchant de vous réapprovisionner normalement sur le marché. Il est indispensable de posséder suffisamment de munitions pour continuer (si possible…) de s’entraîner malgré la pénurie, mais il faut également disposer de suffisamment de cartouches dans leurs différentes variantes à des fins pratiques (de chasse et de défense).

Tandis qu’un chasseur n’utilisera que quelques cartouches par semaine, un combattant pourra être amené à en griller plusieurs centaines en une seule journée... Ne pas oublier non plus que l’on peut être conduit à partager son stock avec d’autres tireurs imprévoyants mais représentant un renfort appréciable (donc il faut stocker pour soi, mais aussi pour les autres le cas échéant).

Les munitions relèvent typiquement de ces articles qui appartiennent à la fois aux quatre catégories de produits à acheter jusqu’à la dernière minute.




2) Ce que l'on possède déjà en plus ou moins grosse quantité mais qui sera difficilement trouvable dans le futur :

Exemples : Les médicaments, les produits pour bébé, les batteries, le gaz en bouteille…

En toute logique, en tant que survivaliste vous devriez avoir une pharmacie personnelle bien garnie – même si vous n’êtes jamais malade. Les médicaments ont une durée de consommation relativement courte, voire même très courte pour certains. De plus, en cas de pénurie leur valeur s’en trouve décuplée parce qu’ils sont devenus rares et coûteux, et dans certains cas ils sont tout simplement vitaux. Il sera donc encore temps au dernier moment de compléter votre stock, et peu importe que cet investissement se fasse à fonds perdus finalement car il vaut mieux avoir trop que pas assez (ne perdons pas de vue non plus qu’en cas de crise les médicaments peuvent devenir une excellente monnaie d’échange).

Ceux qui ont un traitement régulier à prendre ont tout intérêt à se constituer, tant que cela reste faisable, le stock de médicaments le plus conséquent possible, avec des dates de péremption les plus éloignées possibles, afin de repousser au maximum la dégradation de leur état de santé.




D’une manière générale, il est utile de disposer d’une liste de médicaments se trouvant actuellement dans sa pharmacie personnelle (ou qui devraient s’y trouver !) afin de la présenter au pharmacien en cas d’urgence ; Ce qui ferait gagner du temps et éviterait le moindre oubli.

S’il y a un bébé dans la famille et que la crise qui s’annonce risque de s’éterniser, il faut compléter en urgence son stock de tous ces produits indispensables au bien-être de l’enfant. Les couches représentent un gros volume de stockage et sont néanmoins rapidement utilisées, ce qui revient à dire qu’une autonomie de plusieurs années est difficilement envisageable sauf à disposer de beaucoup d’espace chez soi. La sous-estimation des besoins peut rendre la vie compliquée au quotidien (les couches en tissu sont une option mais il faut de l’eau et du temps pour les laver et les faire sécher). Concernant l’alimentation, il faut avoir conscience que les nourrissons ne peuvent se satisfaire de boîtes de conserves ou de MRE et qu’ils supportent très mal les privations.

Les batteries (piles), tout comme les médicaments, ont une durée de vie hélas limitée. Même si vous en possédez beaucoup aujourd’hui, il convient d’en racheter à la dernière minute afin de repousser au maximum la pénurie. Ne pas oublier les piles « exotiques » pourtant indispensables au fonctionnement de certains appareils, comme les optiques sur les armes par exemple. Investir dans un kit de recharge solaire genre « Goal Zero » est certainement judicieux.

Les bouteilles de butane ou de propane sont une source d’énergie précieuse car elles répondent à beaucoup de besoins domestiques (chauffage du logement, cuisson des repas, production d’eau chaude, purification de l’eau non potable etc…). Même si cela prend du temps de remplir le contrat de location à la station-service, il est bienvenu d’acquérir une ou deux bouteilles supplémentaires avant que la pénurie ne s’installe.




3) Ce qui nous manque actuellement mais que l'on avait prévu d’acquérir ultérieurement, et qu’il convient d’acheter tout de suite car nos plans sont bouleversés par les évènements :

Exemples : Une arme ou un élément d’arme, un panneau solaire avec sa batterie, des plaques d’acier permettant de sécuriser ses portes et fenêtres, un récupérateur d’eau de pluie…

Une arme, c’est un outil ; Et à chaque travail correspond un outil bien spécifique. De la même façon que vous ne pouvez remplacer une scie par un marteau, vous ne pouvez utiliser un revolver à la place d’un fusil d’assaut. La portée, le calibre, la maniabilité et de nombreux autres paramètres encore confèrent à chaque type d’arme une vocation bien déterminée, et c’est pourquoi il est important de posséder différentes armes complémentaires les unes des autres. Mais l’achat d’une arme à feu est coûteux et réglementé ; C’est donc un investissement que l’on planifie à l’avance et qui reste souvent sur « liste d’attente » faute de moyens financiers.

Si vous détenez une autorisation d’acquisition encore valide, il est opportun de l’utiliser dès les prémices de la crise à venir. Nous verrons plus bas comment financer cet achat imprévu. Pour ce qui est des armes simplement soumises à déclaration, leur acquisition est aisée pourvu que vos papiers soient en règle.

Dans la liste de vos achats de dernière minute peuvent aussi se trouver des accessoires très appréciables tels que lunette de visée, point rouge, modérateur de son, ou encore des chargeurs supplémentaires. Ce peut être aussi une presse de rechargement si vous aviez prévu d’en acquérir une un jour.




Notre dépendance à l’égard de la fée électricité est sans commune mesure, et ce n’est pas sans raison que les preppers d’outre-Atlantique redoutent tellement les EMP. Par contre, nombreux sont ceux en France à prétendre qu’ils pourraient s’en passer ; Mais c’est parce qu’ils confondent survivalisme et survie, ce qui est très différent pourtant.

Un survivaliste, même s’il fait l’éloge de la simplicité matérielle et de l’indépendance vis-à-vis du Système, aspire à vivre le mieux possible, le plus confortablement possible, malgré la rupture de la normalité ; Et même ceux qui choisissent de vivre « off-grid » s’équipent de panneaux solaires et/ou d’éoliennes pour disposer d’un minimum d’énergie électrique.

Dans le monde de demain, le vrai luxe ce sera d’avoir du courant… Pour l’instant on a du mal à le concevoir, car nous en disposons à volonté. L’acquisition d’une installation solaire, même sommaire, peut vous rendre la vie bien moins difficile et c’est sur la durée que vous en percevriez les intérêts (rechargement des batteries, éclairage du domicile grâce à des lampes à LED, alimentation du lecteur DVD portable qui occupera les enfants etc.).

Si vous habitez en ville et que vous disposez d’un balcon ou d’une terrasse, il est possible d’acheter en complément d’un ou de plusieurs panneaux solaires une éolienne pour bateau. Pour parfaire votre installation il vous faudra vous équiper d’un régulateur, d’une ou de plusieurs batteries solaires, et d’un convertisseur permettant de brancher des appareils fonctionnant en 220 Volts.




Si votre stratégie est de vous enfermer chez vous et de vivre sur vos réserves le temps que la situation évolue favorablement, l’une de vos principales préoccupations sera de sécuriser efficacement votre habitat. A notre époque les logements sont conçus pour être les plus lumineux possible, ce qui implique grandes fenêtres et baies vitrées laissant passer le soleil. En temps normal c’est très bien, mais en cas de violences urbaines ce n’est pas glop du tout.

Ceux qui refuseront de quitter leur domicile et de se faire piller s’exposeront à des tirs en provenance de la rue ou de bâtiments voisins. Fermer les volets en PVC et baisser les stores ne sera alors pas d’un grand secours. C’est pourquoi vous pourriez avoir sur votre liste des achats de dernière minute d’épaisses plaques en acier, des barres de fer, des boulons et écrous « de compétition », des chaînes et des cadenas, etc.

Pour sécuriser la porte d’entrée, outre la possibilité de la blinder avec des plaques d’acier et de rajouter en plus des barres transversales pour empêcher son enfoncement, on peut s’inspirer de ce que font certains trafiquants américains redoutant les assauts des SWAT : Ils construisent dans leur hall une cage très solide et peu profonde, qui ne permet pas à la porte d’entrée de s’ouvrir complètement vers l’intérieur de la pièce. Cette cage ne permet donc qu’à une seule personne à la fois de pénétrer dans le sas, et encore de manière difficile du fait que la porte ne peut que s’entrebâiller. Ci-dessous une cage du même type, à part qu’ici la porte s’ouvre sur l’extérieur et que le sas est suffisamment large et profond pour permettre à plusieurs individus d’entrer en même temps.




L’achat d’un réservoir récupérateur d’eau de pluie peut également faire partie de vos achats de dernière minute. Même si vous vivez dans un immeuble il est possible de récupérer le précieux liquide avec un peu d’ingéniosité.


4) Ce qui constituera dans l'avenir un moyen de troc ou de corruption

Exemples : Briquets, bougies, filtres à eau individuels, alcool, tabac…

Une fois les magasins vidés de leur contenu ceux qui n’auront pas anticipé les évènements vont se retrouver dans une situation extrêmement délicate du fait qu’ils manqueront de tout. A moins de posséder des stocks conséquents et d’accepter le risque de commercer avec des inconnus, mieux vaut, me semble-t’il, garder pour soi et ses proches ce que l’on a péniblement amassé au fil des mois et des années.

Il faut cependant envisager le cas où l’on manquerait soi-même de quelque chose d’important à sa survie ou son bien-être. Ne pensons pas obligatoirement  à un produit ; Il peut tout aussi bien s’agir d’un service : Vous pourriez, par exemple, avoir besoin d’un professionnel de santé. Ces gens là ne vous rendront probablement pas service gratuitement ; Ils demanderont logiquement une contrepartie matérielle. Et même si ce n’est pas le cas, si vous avez un peu de morale (et de bon sens) vous les indemniserez du mieux que vous le pourrez.

Ne taisons pas non plus le développement prévisible de la corruption dans toutes les sphères de la société. Il faut s’attendre, certes, à une explosion de la criminalité, mais beaucoup de gens tenteront de s’en sortir sans franchir véritablement la ligne rouge. Ce sera notamment le cas des serviteurs du Système, qu’ils soient agents administratifs, personnels hospitaliers, policiers…

Dès que vous solliciterez un privilège (être servi en priorité par exemple), ou simplement un service permettant à votre interlocuteur de se mettre en avant, vous en serez de votre poche. Vous payerez pour que le technicien du Service des Eaux vienne réparer au black la fuite dans votre immeuble, pour que la Police patrouille plus souvent dans votre quartier (si elle est toujours capable de le faire…), et peut-être même pour passer ce pont que vous empruntiez chaque jour avant l’Effondrement et qui est désormais gardé par des soldats en armes. Plus la crise va durer et moins les gens auront de scrupules à vous rançonner « gentiment », profitant du petit pouvoir qui sera le leur.



Très probablement que l’argent papier n’aura plus grande valeur ; En revanche certains produits seront très recherchés et constitueront de véritables moyens de paiement. La guerre en ex-Yougoslavie nous a appris que les briquets « Bic » s’arrachent comme des petits pains, de même que les bougies. Et en tout lieu où l’eau potable sera rare, les bidons de javel, les tablettes de Micropur et les filtres à eau vaudront leur pesant de cacahuètes…

Une autre catégorie de produits à inscrire sur votre liste d’achats de dernière minute : Il s’agit de ceux qui satisfont les vices les plus courants de l’humanité. Je veux parler de l’alcool (qui permet de « faire la fête » et d’oublier temporairement ses problèmes) et du tabac (qui est une addiction). Même si vous n’êtes pas consommateur vous-même, vous constituer d’ores et déjà un petit stock de ces produits constitue un placement d’avenir.


Le financement et le paiement des achats de dernière minute.


Le jour où le ciel va nous tomber sur la tête, la toute première chose à faire, avant même le premier achat, c’est de se rendre à la première banque venue pour retirer le maximum d’espèces possible. Un bon conseil : Prenez tout ce que le distributeur automatique voudra bien vous donner, jusqu’à votre plafond autorisé, avant que tout le monde ne fasse la même chose et que des restrictions soient mises en place.

Laissez-en le moins possible sur votre ou vos comptes, car tout ce qui restera sera certainement perdu. L’effondrement économique s’accompagnera immanquablement d’une hyperinflation, et peut-être également d’une dévaluation, et ces deux phénomènes réduiront votre épargne comme peau de chagrin… Mieux vaut donc tout retirer avant qu’il ne soit trop tard.




Pourquoi retirer des espèces ? Parce que vous allez réaliser vos achats de dernière minute en payant avec du cash : Tant que la monnaie papier jouira de tout son crédit, les commerçants continueront d’apprécier le paiement par espèces, et d’autant plus en situation de chaos.

Tout le monde aime le cash, parce que c’est un moyen de paiement pratique, rapide, fluide, discret et indépendant du Système. Les chèques sont longs à encaisser et impliquent que l’on ait pleinement confiance dans le système bancaire ; Quant aux débits par carte, ils sont entièrement dépendants de l’informatique et de l’électricité, et nous avons eu récemment en Europe deux cas de blocage complet des transactions pour d’obscures raisons techniques...

Le jour de vos achats de dernière minute, vous pourrez régler rapidement et à des caisses réservées grâce à vos espèces, tandis que le paiement par chèque pourrait bien être refusé si la défiance s’installe. Par ailleurs, faire confiance au Système pour qu’il vous « autorise » à utiliser votre carte bancaire et dépenser votre argent est, de mon point de vue, plutôt risqué dans les circonstances à venir…

Et comment financer ces achats de dernière minute ?

Premièrement, par la constitution progressive d’une épargne spécifique. Dès le versement de votre prochain salaire, commencez à épargner (50 euros, 100 euros, voire plus si possible) dans ce but exclusif (il ne s’agit donc pas de l’épargne correspondant aux « fonds d’urgence »). Réduire légèrement ses dépenses de loisirs ou son train de vie permet d’atteindre cet objectif.




Retirez cette somme en espèces et gardez-la en lieu sûr. Prenez l’habitude d’agir ainsi chaque mois, dès perception de vos revenus mensuels. Et souhaitons que l’Effondrement ait lieu le plus tardivement possible afin de disposer d’une enveloppe budgétaire suffisante pour réaliser l’ensemble de nos achats de dernière minute.

Secondement, en vendant pendant qu’il en est encore temps des objets qui ne nous servent pas actuellement, et qui nous serviront encore moins lorsque la crise sera là. En cherchant bien, nous avons tous chez nous des objets dont nous pourrions nous séparer sans peine. Il peut s’agir de matériels hi-tech, de vêtements, de collections diverses… Le produit de ces ventes cumulées peut représenter à terme un joli pécule !

14 commentaires:

  1. Je finirai l'article demain, après une bonne nuit de sommeil mais j'aimerai revenir sur la partie "date de péremption" des médicaments.

    Mon médecin de famille, à qui j'ai posé la question, m'a certifié que la liste suivante peut très bien être utilisée bien plus tard que la date indiquée sur la boite :

    - analgésiques en comprimés,
    - antihistaminiques en comprimés,
    - antispasmodiques en comprimés,
    - anti-diarrhéïques en gélules,
    - laxatifs en sachets,
    - médicaments gastriques en sachets.

    Et la liste n'est, bien sûr, pas exhaustive.

    Signé : Victor Inox

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article , votre blog est une référence , une des top du survivalisme francophone , Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Ben en fait, un chat, on peut lui faire bouffer n'importe quoi s'il a été habitué petit. Un chien, non.
    Pour les stocks et matos, il faut que ce soit portable par tous, pas un truc de 200kg d'un bloc.
    Pour le stocks de mun, il faut à tout pris les bras pour s'en servir. Etre seul assis sur 1tonne de mun ne sert à rien.
    Quitte à piéger le périmètre défensif pour faire des économies mais avoir un stock énorme est un budget, puisque la loi l'interdit et donc les prix sont plus chers hors circuit.
    Pour l'argent, si tout le monde stock chez lui, le gouvernement changera la monnaie et hop, tout est perdu.
    L'argent n'aura plus de valeur mais une bonne technicité et du matos peuvent assurer une certaine prospérité, un alambic par exemple.
    Le souci est qu'on ne sait pas par où ça va péter. Se ruiner en munitions alors qu'une centrale nucleaire vient de sauter, bof.
    Investir dans du souterrain juste avant une soudaine montée des eaux, ouais...
    Investir dans un tapis avec boussole intégrée alors que des Chinois déchaînés s'apprêtent à déferler ici après avoir réglé le compte des Ouïgours, ça sent la défaite.
    Avant d'évoquer le stock, il faut évoquer la place de stockage, les conditions les plus favorables et les moyens d'une évacuation rapide. Pour illustrer mon exemple, les hangars de Pablo Escobar étaient pourris de souris qui bouffaient les palettes de billets de banque entreposés là. J'imagine que l'évacuation à dû être amusante.

    RépondreSupprimer
  4. Dans la rubrique stock de bouffe : allez acheter du blé pour les poules au pecno du coin, il vous en proposera au quintal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De Tipol,
      C'est une solution, mais la nourriture animale contient des taux plus importants de résidus toxiques que la nourriture humaine. Tous les lots refusés en humain vont chez les animaux, et il y a bien moins de contrôles.

      Supprimer
    2. Acheter de la "bouffe" au "pecno du coin" ? Le pecno du coin tu auras plutôt interet à penser au "Monsieur qui habite la campagne" et dont tu dependra assez vite, si il veut bien te "dépanner".Le "pecno" a le nez creux et il te verra arriver avec ta grosse "toto" et si il ont (parce que les "pecno" ça vit en tribu)l'impression que tu les prends pour des "pipos" tu ne pourra même pas rentrer dans le village .... les pecnos sont nés survivalistes et souvent ils ont fait la carriére militaire courte de 15 ans et 6 mois ( en France avant,peu de terre et beaucoup de bouches à nourir dans les familles paysanes). Pour ton propre interet , vois les autrement que comme des 'pecnos" .... quelles que soient la ou les catastrophes qui s'abattront sur toi , ils seront les mieux préparés, les mieux entrainés et les mieux à même de creer des zones de survies ou quelques citadins trouveront refuge ... signé: Un "PECNO" anonyme ancien militaire dans son petit village de Gascogne .Bien sur tout ça avec un fort parfum de bonne humeur !

      Supprimer
  5. il est justement nécessaire d'adopter une ligne de conduite et un juste milieu, il vaut mieux à mon sens avoir une petite quantité de tout plutôt qu'une grosse quantité de matériel dédié.
    rien ne sert d'avoir une tonne de ravioli en boite, si vous n'avez pas d'arme pour les défendre (quand les autres remarqueront que vous ne mourrez pas de faim ou que ça sent bon chez vous.....) de toute manière un jour ou l'autre vous ne supporterez plus d'en manger et finirez quand même par mourir car les boites ne poussent pas.
    une quantité suffisante de bouffe pour plusieurs mois, mais aussi des médicaments, des armes, du matos pour bricoler, cultiver, réparer, cuisiner et se chauffer, nettoyer, se soigner mais aussi beaucoup de connaissance en débrouillardise diverses et autonomie.
    les médicaments par exemple peuvent avoir leur pendant dans les vieilles recettes de grand mère par exemple: une chiasse se soigne avec l'eau de cuisson du riz et la consommation de riz.
    un petit rhum, le nez qui coule avec des inalations de:sauge+ thyn +eucalyptus.
    pour les munitions, le vital c'est la poudre, les amorces, le matos de rechargement, après le plomb sera pas trop difficile à trouver et même dans des calibres d'arme d'epaule une cartouche avec ogive plomb et charge réduite suffit à coucher un bipède hostile sans trop de difficultés.

    RépondreSupprimer
  6. Dans la rubrique "un peu d'humour" : le survivalisme a du bon .
    http://www.dailymotion.com/video/x164ib0_naufrage-social_fun

    RépondreSupprimer
  7. fm Tipol
    La plus part des formulations chimiques de médicaments sont des sels hyper stables qui passeront allègrement des décennies si besoin et rupture.
    Il faut surtout examiner les emballages. Ils vont se dégrader, devenir cassants, les emballages peuvent devenir poreux.
    Les ennemis de la conservation sont les emballages, l'oxygène, l'humidité.
    Tout à une certaine porosité, les joints, les plastiques...
    Exemple, du Nigari très hygroscopique en sachet très étanche prend plein, d'eau en un an. L'humidité passe par porosité.
    Les comprimés en tubes sont hydrophiles, ils gagnent à être stockés sous vide.
    Perso, je mets en pots en verre sous vide tout ce qui peux l'être, avec des joints "rouges", pas les universels de merde (orange) qui deviennent rapidement rigides et cassants.
    Exemple, les 22LR, c'est 8 à 11 boîtes sous vide par pots carré de 1 litre (Casa)
    Les mijotés, j'ai des tas de pots 3L et 4L de chez Casa.
    Je fais 4 pots d'un coup (14-15 litres) dans un autocuiseur bas de gamme 40L à 60€ de chez l'importateur marocain. La nourriture n'est jamais en contact dans ces autocuiseurs mortels d'un alliage bas de gamme d'aluminium, toujours dans les pots en verre.
    Les épices, tous ce qui est secs, les légumes déshydratés, les huiles essentielles, la collection d'acides aminés et vitamines (bulk, au kg)...
    Tout est sous vide très poussé.
    Vous ne savez pas, mais tous les trucs secs, les pâtes, riz... comportent encore beaucoup d'eau. les pâtes, entre 5 et 7% d'eau, le riz 6 à 9% il suffit de déshydraté et de peser pour voir cette horreur.
    Alors, j'ai des pots de tout ça très déshydraté sous vide.
    Pour le vide, j'ai une pompe de frigoriste sur ebay... après, c'est toute une technique facile, mais à trouver.
    L'utile à l'agréable, cette année on a pris une location de vacances, et deux cartons de pots mijotés, entre les restau ! Ainsi, aucune perte de temps en cuisine dans le séjour.
    Enfin, mon bon conseil.
    Pensez au pain. il y a aujourd'hui tellement de gâchis. J'ai pu très facilement constituer presque gratuitement un stock énorme de pain. Du pain frais, de la veille, mis en morceaux, déshydraté en 24h puis mixé au blender, puis passer au tamis grossier, mis en sachets, ou en pts sous vide.
    Faites le test, deux CàS de cette farine de pain mixé dans la soupe remplace avantageusement les pdt. Froid c'est excellent alors qu'une soupe froide aux pdt.. beurk !
    N.B. : Le pain déshydraté mixé ne garde pas le gout du pain frais, on peut cuisiner avec. Le goût du pain ne prend pas le dessus mais veloute avantageusement.
    Comme j'ai un côté tibétain-ch'ti, je fais ma "tsampa" perso, pas d'orge, ni thé, ni beurre de yack, mais pain sec mixé, café et beurre demi-sel !
    -- Tipol --

    RépondreSupprimer
  8. De Tipol
    Oui ! Tant à dire !
    Ma prédiction pour la France : d'abord un conflit humain planétaire majeure sans apocalypse naturel, avec rupture de tout, et obligé de vire terré un moment.
    Puis dans 20-30 ans, un tableau apocalyptique naturel, la moitié sud de la France sous l'eau.
    voir mon commentaire complet ici :
    http://www.bengarneau.com/2014/07/un-tremblement-de-terre-de-4-points-en-france.html
    De Tipol

    RépondreSupprimer
  9. pour avoir un léger aperçu des dernières courses du survivaliste voir le film world war z ou brad entre dans un magasin pour chercher je ne sait quoi, sa femme et sa fille se font vite prises a partit par des tarés braqueurs, il tire et croit se voir arrêter par un flic qui ne le calcule même pas et fonce piller comme les autres.
    à mon avis soit: le survivaliste à l'oeil avisé saura voir la mayonnaise monter et aura bien le temps de faire ses courses ou ça sera la panique générale, tout le monde ira piller le magasin du coin laissé vide de personnel pour y trouver ce que les autres n'ont pas encore prise et devoir se battre avec: les opportunistes, agresseurs, zombis au fait qu'il n'y a plus de règles et de forces de l'ordre et les personnes qui voudraient bien prendre ce que vous venez de raffler car ils en ont aussi besoin.
    bref certaines superettes risques de devenir très très dangereuses.
    les courses de dernières minutes sont a faire à plusieurs et bien armés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mieux est de tenir le magasin, Romero (pas le politique, hein) l'avait parfaitement illustré dans ses films.

      Supprimer
    2. ou la magasin du coin laissé vide par le personnel ! :-) charité bien ordonnée commençant par soi-même ... ;-)

      Supprimer
  10. Salut Amis Survivaliste.

    Une information est parue sur le site Sott.net le 29 juillet 2014.

    Cette information est intitulée: 500 dollars pour dénoncer quelqu'un qui achète des

    produits survivaliste.

    L'information à été reprise aujourd'hui par le site l'échelle de Jacob, avec un petit film

    en américain ou anglais.

    La question est: pourquoi on-t-il si peur des Survivaliste?

    Je pari que nos élus nationaux vont devenir rapidement aussi paranos que ceux des

    USA

    Christian, un Patriote et survivaliste.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.