25 mai 2015

L'évacuation par bateau pour le survivaliste

=> Cet article a été rédigé par Pacha, rédacteur de Survivre au Chaos

J’ai pensée avec Pierre qu’il serait bien de traiter un sujet en profondeur, que je n’ai pas encore vu sur d’autres forums et qui pourtant offre de nombreux avantages, à savoir l’évacuation par bateau en mer ou sur fleuve.

Avant d’aller plus loin, je rappelle que nous parlons ici d’une vraie situation de crise où les services publics ne seraient plus en mesure d'assurer la protection des personnes, et qu'il se trouve la nécessité absolue de protéger sa famille ou sa communauté de périls graves et imminents.



Je ne suis pas un marin expérimenté, mais j’ai passé toutes mes vacances d’enfance sur les bateaux de mes parents, qui pour le dernier était un voilier de 9 mètres. De plus, j’ai moi-même été responsable durant quelques années de refit pour une société avec la charge de diriger les travaux de restauration de la flotte de l’entreprise (voiliers et bateaux moteur de 17 mètres pour le plus petit). Sans être Skipper, je pense posséder les notions suffisantes pour aborder le sujet, ce qui bien sûr, aura pour but de vous permettre de prendre conscience de cette possibilité à laquelle vous n’aviez peut être pas pensé, et de pouvoir prendre le large rapidement pour vous mettre à l’abri en attendant que la tempête se calme...

A qui s’adresse ce sujet : A tous ceux n’ayant pas d’endroit ou aller ou de B.A.D équipée, et qui comme moi, habitent un immeuble et ne sentent pas vraiment la bonne idée d’y rester à cause de son environnement immédiat ; Ou encore ceux ayant un plan A de type B.A.D, mais qui au dernier moment ou sur le moment se retrouveront dans l’impossibilité d’y accéder, et se verront dans l’obligation de définir un plan B.B (Besoin d’un Bateau). Ce qui pourrait d’ailleurs leur permettre d’accéder à leur B.A.D par un autre moyen de transport que celui prévu initialement .


La loi de la plaisance sans complaisance


Il est vrai que j’ai un certain avantage d’habiter dans le Sud-Est de la France, à 50 mètres de la plage et à moins de deux kilomètres du port. Je connais très bien le personnel de la Capitainerie, qui a bien voulu me donner quelques informations, histoire de vous faire comprendre ce qui se passe dans le milieu de la plaisance (pour info : le port contient 450 anneaux de mouillage, 59 % moins de 2 à 6 mètres, 22 % de moins de 7 à 12 mètres, 15 % de 12 à 18 mètres, et 4 % de 19 à 40 mètres).

La moyenne de sortie des bateaux sur l’ensemble de mon port pour l’année 2014 a été de 2,67 jours, ce qui veux dire que la durée de sortie en mer des bateaux, si on enlève ceux des locaux qui sortent assez régulièrement, est inférieure à 2 jours par an pour plus de 90 % de la flotte. Vous allez certainement être étonné par ces chiffres, et vous demander par la même occasion pourquoi avoir un bateau si c'est pour le sortir à peine 2 jours par an ! Pourtant, il faut savoir que ces chiffres sont presque nationaux (pour le nautisme de plaisance).

Personnellement, j’ai vu des fleurs champêtres de type pissenlit pousser sur certains bateaux, tellement ils étaient mal entretenus. Durant les trois années que j'ai passées sur un gros bateau au port, je n’ai jamais vu personne venir pour entretenir certains voiliers. Tout ça pour dire que beaucoup de propriétaires, en cas de crise sévère, ne remarqueront même pas l’absence de leur "jouet"...


Pourquoi évacuer en bateau


Les avantages sont assez intéressants. Le premier, c’est que vous disposerez d'un bon moyen de transport - rapide ou économique suivant ce que vous prendrez - auquel tout le monde ne va pas penser, d'une grande capacité de stockage, et pour les citadins, d'un moyen de quitter une ville comme Paris sans être coincé par les embouteillages ou autres, de protéines presque à volonté grâce à la pêche, d'un lieu de séjour plus sécurisé, d'un accès éventuel à des criques et plages inaccessibles par voie terrestre (le bonheur l’été), avec la possibilité sur ces criques d’y installer un camp de base.

Je suis sûr que pour certains d’entre vous, l’idée va paraître saugrenue, mais vous allez voir qu'en y réfléchissant un peu, elle peut être plus qu’avantageuse dans certains cas.


L’évacuation par les fleuves


Voilà une bonne idée ! Imaginez que se soit un bazar sans nom, la panique partout, avec des routes saturées de voitures, d’accidents, des magasins dépouillés, des Barbus voulant vos boites de conserve. Sur les photos ci-dessous, combien de personnes avec leur matos pourriez-vous embarquer ? Beaucoup je pense...





Je ne fais pas une fixation sur Paris mais étant natif des Yvelines, et ayant travaillé pour un armateur qui à ses bateaux sur la Seine, je connais bien l’endroit, sachant que cela reste valable pour tous les autres fleuves navigables.

On n’y fait pas vraiment attention mais les grands fleuves de France regorgent de bateaux. Bien sûr nous parlerons exclusivement de bateau moteur, car les voiliers sont exclus ; Même s'il s'en trouve, soit ils sont démâtés et dans ce seul cas, pas de problème, soit ils ne le sont pas et c’est juste pour la déco/habitation ou la location. Mais ne vous y aventurez pas car au premier pont, ça va secouer un peu beaucoup…

Les sociétés de location de bateaux : Les quais de Seine où ils sont accostés - soit par pontons ou quais directs - ont forcément une guitoune ou plus grand, représentant la société pour y accueillir les clients avant embarcation, et il y a beaucoup de chance que les clefs des bateaux s’y trouvent. Donc on commencera par y regarder de plus près. Que faire si pas de clefs ? Vous avez emmené votre trousse à outils ? Le mieux, c’est un mécanicien, idéalement de Bateau ! Bon, tout est dit.

IMPORTANT : Pensez aussi que même si les voies navigables ne seront pas bouchées par les embouteillages, des bateaux risquent de naviguer et vous devez faire très attention. En plus, la navigation sur fleuve, c’est comme sur la route, on navigue à droite et on s’arrête aux ronds points… Ce serait dommage de se saborder dès le départ par une manœuvre qui aurait pu être évitée, donc soyez prudent, attentif, et tout le monde sur le pont avec talkies-walkies pour informer le pilote des dangers éventuels.

Autre Chose importante : Pour certains fleuves, des écluses seront à passer, alors pour votre plan A ou B, renseignez-vous comment ça fonctionne, si on peut les actionner à la main, par manivelle ou électricité (prévoir un groupe électrogène au cas où). Comment fonctionne une écluse ? Super simple : quand vous y arrivez, vous vous amarrez juste avant la première porte, à 10 mètres minimum de distance. Vous ouvrez cette première porte si l’eau se trouve au même niveau que votre bateau, sinon il faudra vider l’intérieur avant. Une fois cela fait, vous ouvrez la première porte et vous entrez avec votre bateau, vous l'attachez aux bites d’amarrages, les "bouts" (cordages) sont passés dans les taquets mais tenus à la main (deux bouts avant et deux arrière). Pourquoi les tenir à la main ? C’est pour régler au fur et à mesure la montée des eaux et garder une distance de sécurité afin que le bateau ne se promène pas à l’intérieur de l’écluse. Toutefois si c’est l’inverse, et il y a plus de chance pour que se soit le cas (descendre l’eau à l’intérieur de l’écluse avec le bateau), il sera encore plus impératif d’avoir les bouts d’amarrages à la main pour ne pas se retrouver avec un bateau suspendu par les cordages (déjà vu et obligé de faire remonter l’eau). Une fois à l’intérieur, faire monter ou descendre l’eau (dépend du sens de votre navigation) et une fois que vous êtes au niveau recherché, vous pouvez ouvrir la deuxième porte de l’écluse et vogue pour la prochaine...



On voit bien que la corde est tendue mais tenue à la main

Vidéo d’un passage d’écluse : https://www.youtube.com/watch?v=yteHmJdwdTo   ou https://www.youtube.com/watch?v=17R_i5DwK0Q


L’évacuation par la mer


Si vous vous trouvez en mer Atlantique ou sur la Manche, il est important de savoir que vous dépendrez des marées et que certains port sont équipés d’écluses… Encore ? Et oui, car cela permet à marée basse de garder les bateaux à l’eau. Si vous êtes en Méditerranée, alors cela n’a aucune importance car les marées y sont insignifiantes. Le seul problème que je vois du coté de l’Ouest, c’est que s'il y a des écluses et plus personne pour les ouvrir, ça va être sportif pour trouver comment elles fonctionnent ! Donc vigilance oblige, quitte à mouiller le bateau en  mer et faire les transferts logistiques et chargements au moyen d'annexes.


La zone technique d’un port


C’est très certainement l’endroit où il faut être pour choisir ses bateaux ou les faire venir. Une zone technique renferme des merveilles comme des bateaux qui sont finis d’être préparés, donc neufs ou restaurés, mais aussi les magasins et ateliers où se trouvent les clefs des bateaux et du matos à gogo. Donc c'est un lieu important, notamment pour finir vos préparations.

De plus, c’est l’endroit où les bateaux auront le plus de gasoil ou d’essence, comparé au port où certains n'étant pas sortis depuis des années auront soit un gasoil trop vieux, soit les cuves vides. Pour avoir habité trois ans et demie en zone technique, je peux vous dire que j’ai vu des merveilles qui n'étaient pas du port mais venaient pour des raisons diverses mais pas pour des grosses avaries. De plus vous pouvez toujours vous promener dans la zone et parler avec les ouvriers pour savoir ce qu’ils font ; Ils se feront un plaisir de vous parler de leur métier et par la même occasion, de vous renseigner.


Les types de bateaux


Il y a deux grandes familles de bateaux, celle à moteur et celle à voile (Je parle de bateaux entre 12 et 30 mètres). Dans les voiliers nous distinguerons deux types : les quillards (Quillard : bateau ayant un lest central sous la coque et assez profond) et les catamarans. Dans la catégorie des bateaux moteurs, nous parlerons aussi de deux types de bateaux : les Vedettes (rapide mais pas économique) et les trawlers (lent mais pouvant parcourir beaucoup plus de milles). Pour info : 1 Mille Marin = 1852 mètres.


Avantages et inconvénients d’un bateau à moteur (Vedette rapide)





Avantages : Léger, rapide, réactif, pouvant dépasser les 30 nœuds pour les meilleurs, spacieux, confort optimisé voire très luxueux, grande force de traction, rapport poids/puissance avantageux grâce aux matériaux dit composites, suréquipé pour la navigation même de nuit, ont en général un

Inconvénients : Consommation de gasoil importante, ne peut mouiller près des plages et rivages (entre 1,70 à 2,30 m), ne peut naviguer en eau peu profonde, propulsion par l’arrière, fragilité des matériaux dit composites en cas de choc. Peut avoir un GPS contre le vol.


Avantages et inconvénients d’un bateau à moteur (Trawler)


Avant d’aller plus loin sur ce type de bateau que j’affectionne, j’aimerais vous donner certaines informations qui pour moi sont vitales. Je vous conseille de prendre un bateau sorti entre 1965 et 1985, et de vérifier qu’il a bien une coque acier. Pourquoi ? Par ce qu’en cas d’avarie sur la coque, il est très facile de souder de l’acier même en pleine mer. Essayez donc de réparer une coque en fibre de verre dans une tempête ! De plus si malheureusement on vous canarde, les coques font + ou – 3 mm en général, donc si le 22lr et le 12 classiques peuvent passer, ce n’est pas compliqué de réparer, par contre la fibre de verre va exploser en petites particules, se défibrer et fissurer.





Avantages : Stable en mers fortes, grande capacité de distance (entre 3000 et 5000 Miles pour les meilleurs avec un plein), grande capacité de stockage due à sa largeur de coque et ses multiples niveaux, véritable confort sans luxe comme dans une maison, surface habitable identique à un grand appartement (ex : Trawler de 23 m, coque acier, + ou - 80 tonnes = + de 90 M² de surface sol). Coque très résistante en cas de choc ou d’abordage. Conçu à l'origine pour faire de l’exploration, donc très bien équipé pour du long terme. Bien isolé (en général) pour aller dans les mers froides. Pouvant recevoir à bord des annexes à moteur, jet ski, voire un petit voilier grâce à un mat de déchargement (en général), a une très bonne capacité de traction (zodiacs, voilier moyen, jet ski), faible consommation par rapport aux vedettes rapides, moins soumis au vent que les vedettes et plus légers.

Inconvénients : Lent, poids important, dépassera difficilement les 17 nœuds nautiques, vitesse de croisière entre 8 et 12 nœuds, assez long à manœuvrer dans l’urgence (même si hélices d’étrave), très lourd à manœuvrer dans un port, bien calculer ses distances d’accostages. Peut avoir  un GPS contre le vol. Demande du personnel pour l’accostage.

Concernant les bateaux, il me semble évident que si vous devez vous rendre d’un point A à un point B, et que le temps du voyage n’excède pas 8 heures en moins de deux jours, nous opterons pour une vedette rapide avec le plein, car dans ce cas, c'est juste pour le déplacement d’un point à un autre.


Avantages et inconvénients d’un bateau à voile (quillard)




Le quillard fait partie de la plus grande famille des voiliers, c’est un classique qui à fait ses preuves depuis des décennies et qui n’a presque pas besoin de moteur pour se déplacer, sauf dans le port ou en cas d'absence de vent. Toutefois, je vous conseille d’avoir un moteur car faire des manœuvres en port, qui demandent précision et contrôle de vitesse, si vous n’avez que la voile, ça risque d’être très vite sportif et pas dans le bon sens, surtout si vous n’êtes pas aguerri. De plus il arrive qu’il n’y ait pas un pet de vent et que le courant marin vous entraîne, évidement jamais dans le bon sens. Alors qu’il soit hors-bord ou in-bord peut importe, mais ayez un moteur.


A gauche un moteur hors-bord (outboard) - A droite un moteur inboard


Avantages : Stable en mers grâce aux voiles, ce qui permet au bateau de couper la vague et non de l’épouser (différence entre propulsion avant (voile) et arrière (vedette/trawler) sur mer moyenne), facilité pour pêcher ; Confort réel même si un peu spartiate, mais l’essentiel est là, très peu besoin de carburant, certains sont équipés de petites éoliennes et panneaux photovoltaïques, facile à démarrer même sans les clefs de contact. Se manœuvre très bien. Facile à accoster sur un Gatway (petit ponton). Ont souvent une hélice d’étrave pour manœuvrer.

Inconvénients : Lent comme un trawlers, rarement au dessus de 15 nœuds  sauf pour les bêtes de course, mais là il faut être expert pour bien manœuvrer et piloter un tel bébé ou être avec le proprio. C’est celui qui dispose du moins d’espace, donc moins de confort mais si en étant bien organisé on peut stocker le matos essentiel. Petite nourrice en général (sorte de grand Camelbak pour l’eau potable) mais souvent doublée d'un dessalinisateur. Ne peut accéder ou naviguer en eau peu profonde. N’a souvent qu’un poste de pilotage et à l’extérieur, donc la joie en cas de tempête en hiver.


Avantages et inconvénients d’un bateau à voile (Catamaran)


Le Catamaran est composé de deux flotteurs qui sont les coques du bateau et renferment chambres et salles de bains ; Entre eux une passerelle constitue la pièce principale de vie faisant office de salle à manger/salon et cuisine. J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs Catamarans d’occasion et franchement, j’ai été bluffé par l’espace qu'offrent les catamarans de 15 à 25 mètres. Bon les prix sont indécents, même si là on s’en fout un peut. Toutefois, les prix sont en rapport avec l’armement et les équipements (Armement : Non il n’y a pas de tourelles auto, c’est principalement le matériel de sauvetage et d’équipement concernant les distances d’éloignement des cotes et des personnes embarquées, classement de I à III sachant que I est le plus haut) et son équipement hi-tec. Petit conseil quand même, ne vous imaginez pas de prendre un bateau qui va vous donner les plus grandes difficultés à démarrer, manœuvrer, naviguer, sans parler de sa consommation. Soyez vigilent et critique dans vos choix et besoins.




Avantages : Très stable grâce à ses deux flotteurs. Beaucoup plus de possibilité de rangement qu’un quillard. Son gros avantage : il peut accoster sur une plage de sable fin quand on relève ses deux dérives de quille, s'il y en a. Peut aussi naviguer en eau peu profonde, moins d’un mètre en général. Grand confort pour les dernières générations de moins de dix ans. Une qualité de navigation inégalée par aucun autre bateau (stabilité par deux flotteurs et traction par l’avant). Accès à la plongée par les flotteurs arrières qui ont en général un escalier de descente et une échelle relevable qui, une fois dépliée tombe dans l’eau, voire deux. Plus rapide sur l’eau qu’un quillard. Équipé d’un moteur inbord en général et d’une hélice d’étrave pour les manœuvres.

Inconvénients : Si vous naviguez avec les vagues de coté, ça bouge plutôt bien... Très large pour les manœuvres, demande du personnel à l’accostage avec talkie-walkies (si possible).


Comment se faire une idée et procéder


Pour commencer, vous devez définir la quantité de personnes que vous allez emmener avec vous. Supposons que vous serez 12 adultes, auxquels vous rajouterez toujours 20 % en plus (mesure de précaution). A partir de la, vous allez avoir plusieurs choix : un ou deux bateaux du même type, ou différents. En fonction de la grandeur du port que vous allez sélectionner, vos possibilités vont soit être grandes soit limitées ; Si elles sont trop limitées, vous n’aurez d’autre alternative que de choisir un autre port.

Sur place, allez faire un tour dans le port et visitez-le. N’oubliez surtout pas la zone technique qui renferme souvent des merveilles. Je reviendrai sur la zone technique plus tard pour d’autres raisons. Faites vous plaisir, mais prenez beaucoup de photos par bateau, car ça vous donnera plus tard certaines informations, notamment pour le choix ou le matériel complémentaire.

Dans la mesure du possible, essayer d’associer au projet plusieurs personnes. Les idées seront meilleures si vous êtes plusieurs à en discuter, et les recherches avanceront plus vite. En plus, vous verrez que si vous prenez l’option de vous échapper en bateau, il y aura un travail en amont des plus important et vous devrez répartir les tâches pour pouvoir y arriver, car on ne se barre pas avec un bateau en ôtant seulement les amarres. Vous devrez aussi savoir qu’il vous sera difficile de partir sous moins de deux ou trois jours, car préparer un ou plusieurs bateaux pour un voyage à long terme ne s’improvise pas, et vous demandera beaucoup de travail et d’organisation avec des taches réparties dans un ordre précis, sans parler du "Comment on démarre ça ?".

Partons toujours de l'hypothèse des douze adultes + les enfants : Je vous ai fait sur Sketchup une petite configuration que je pense être intéressante si le temps (météo) et les possibilités du port le permettent. Deux bateaux différents, vent moyen, le catamaran tire le trawler et les deux zodiacs. Avantages : On est bien d’accord que pour sortir d’un port, chaque bateau doit le faire indépendamment. C’est en pleine mer, ou une fois arrivé dans une zone dégagée, que l'on va pouvoir réaliser les manœuvres.

Les deux Zodiac de l’arrière prennent les bouts de remorquage du catamaran et les emmène au Trawler ; Ce dernier à coupé ses moteurs, mais pas le catamaran qui lui réalise les manœuvres au besoin. Pour finir, les deux Zodiacs s'amarrent sur les cotés du Trawler et débarquent leurs passagers. Puis les deux Zodiacs sont remorqués avec au moins 5 mètres de bouts doublés. Cette configuration à l’avantage de réduire la consommation de carburant, qu'il faudra économiser le plus possible. Bien sûr, vous n’avancez pas vite car vous perdez à peu près 50% de votre vitesse de base, mais vous n’êtes pas dans l’urgence ni poursuivi ; De plus, la faible vitesse vous permettrait peut être de pêcher en même temps…




Pour compléter un peu mes propos, je suis allé faire un tour avec mon fils au port en zone technique près avoir effectué cette composition, et vous allez voir que ça ressemble pas mal au dessin



Deux modèles de Zodiacs à portée de main, dont le premier avec un moteur de 300 CV.


Un magnifique Trawler de 20 mètres, et qui n’a pas bougé du port depuis au moins l’été dernier, ni été entretenu. Vous pouvez remarquer la petite grue de déchargement au dessus du Zodiac. On ne le voit pas sur la photo, mais on il est possible de mettre encore soit un autre Zodiac, soit deux Jet Ski, sans compter qu’on peut en rajouter aussi à la proue (l’avant).






Le Super TOP moumoute, Un catamaran de 27 mètres de long et 6,50 de large, 130 m² Habitable, armé en 1ère catégorie. Avec ça vous pouvez faire le tour du monde ! Pour info, il est en refit (réaménagement), et sera très bientôt prêt pour partir. Les seuls détails manquants sont les ponçages et vernis du pont supérieur. Ces infos m’ont été données directement par les entreprises sur place, mais impossible de le visiter…




Pour compléter un peu mes dires, je vous mets d’autres photos avec les explications, concernant le matériel complémentaire à trouver avant de partir.


Un radeau de survie

Deux canoës

6 jerrycans et un radeau de survie


Concernant le matériel, j’aurais pu faire le tour de la zone technique et trouver des quantités énormes de matériels indispensables à un départ éventuel...

Pour la dernière photo du port : Je n’ai pas mesuré sa longueur mais mon fils sur la photo mesure 1,36 m, et ça fait deux ans que ce bateau n’a pas bougé ! Si le catamaran précédent fait 27 m de long et 130 m², celui-là fait ne pas loin des 40 m x 5 m de large x 3 niveaux = 600 m². Pourquoi s’embêter ? Sans parler du luxe à l’intérieur...




Techniques


Comment démarrer un bateau essence/diesel : L'idéal serait d’avoir un copain mécano, et la cerise sur le gâteau, qu’il soit Mécano Bateau. Sinon je serais amené à vous dire que c’est presque comme une voiture, il y a le préchauffage et le démarrage du ou des moteurs. Toutefois la différence avec les gros bateaux, c’est qu’il faut que les moteurs tournent un bon moment avant de partir. Donc ne pas hésiter à les faire tourner au minimum une heure avant le départ. Regardez si vous n’avez pas d’idée sur YouTube, on y trouve plein de vidéos qui ne concernent pas forcément les bateaux mais c’est la même base. Personnellement, j’ai un pote après avoir perdu les deux clefs de sa vedette, démarre ses moteurs avec un tournevis plat qu’il a rentré (avec douceur) au marteau...

Pour voir les vidéos sur YouTube :

Démarrer un moteur sans clef :
https://www.youtube.com/watch?v=Mq96d-hncVw

L’outillage qui va bien :
https://www.youtube.com/watch?v=HDwZ9geXUkM

Le Kit qui va bien :
http://www.aliexpress.com/item/computer-lock-quickly-open-tools-conbination/2029935373.html

Bon vous avez compris, y’a plus qu’à ! Mais je le répète, avoir un pote mécanicien reste l'idéal...



La flèche rouge indique l'emplacement de la clef du démarreur


Comment partir d’un port avec un grand bateau


Si vous n’avez pas les clefs, il reste solution du tournevis ou celle de démonter le tableau de bord pour connecter les fils de préchauffage et de démarrage des moteurs. Partons du principe que vous y êtes arrivé sans trop de difficulté, les moteurs sont chauds. Vous devez chercher l’hélice d’étrave, s’il y en a une, car pour les manœuvres, c’est super. Une fois que vous l'avez trouvée, faites-la fonctionner, histoire de savoir de quel coté ça va pousser, puis vient le moment d’enlever les amarres.

Bien sûr, vous aurez repéré auparavant et en zodiac le chenal de sortie, histoire de voir si vous devez vous attendre à des difficultés de manœuvre. Pour info, c’est utopique de partir avec un vent fort et une mauvaise mer ; Si c'est le cas, remettez votre départ lorsque le temps est plus clément. De toute façon, vous êtes à l’abri sur votre bateau avec armes et bagages, pas moins que dans votre appartement, donc "Don’t worry, by happy".

Allez c’est le grand jour ! Tout le monde aux manœuvres et sur le pont avec ses gilets de sauvetage. Enlevez les amarres de devant et des cotés une par une, gardez-les tendues sans les retenir et gardez la dernière de l’arrière au cas où. Lancez doucement les moteurs ; Je vous rappelle qu’un bateau n’a pas de frein alors... Molo sur un bateau ! La manœuvre doit être anticipée, ne pensez pas comme une voiture, vous devez réduire ou augmenter la puissance avant le besoin initial mais ne soyez pas non plus trop mou car si il y a un peu de vent ou de courant, votre bateau va être emporté au fur et à mesure. Regardez toujours devant et loin, et écoutez ce que vous disent les personnes qui sont à la proue du bateau avec leurs talkies-walkies et qui sont sensées vous donner les indications importantes. Pensez hélice d’étrave, c’est une superbe invention extrêmement pratique pour les manœuvres, donc en user ce n’est pas en abuser. Vérifier toujours qu’il n’y a pas un abruti qui va sortir devant vous sans regarder.

Pour conclure, vous aurez compris que ce tuto n'aura pas fait de vous des marins aguerris, mais vous aurez au moins les infos pour aller chercher un peu plus loin. Le fait de passer son permis bateau n’est pas idiot non plus, histoire d’avoir les bases de compréhension de ce qu’est un bateau et de son fonctionnement, ce qui en plus vous permettrait d’en louer un ou un jet ski pour l’été à venir.


Liste (non exhaustive) de ce qu'il faut emmener à bord


- Un mécanicien, si possible bateau (envisager d’en avoir un comme ami ne serait un luxe)
- Caisse à outils complète voire plus (n’oubliez pas que vous allez devoir faire démarrer le bateau)
- Vérifier que le bateau à le plein en carburant et en eau potable (sino prenez des Jerrycans et aller à la pêche sur les autres bateaux)
- Jerrycans d’essence (pour Zodiac et Groupes électrogènes) et Gasoil
- Avoir en nombre suffisant des gilets de sauvetage + 20%
- GPS de bord
- Vérifier que le bateau à bien son ou ses ancres, ne pas hésiter à en prendre deux par bateau
- Prendre plus de bouées de barbatage (bouées de coté pour protéger la coque du bateau)
- Visiter tous les bateaux de proximité pour y trouver le complémentaire, voire plus
- Penser à récupérer, cordes, bouts en grande quantité et de diamètres différents + harnais et matériel d’escalade
- Bouts de tractages si vous partez avec plusieurs bateaux
- Vérifier qu’il y a bien un dessalinisateur qui fonctionne
- Vérifier qu’il y a bien toutes les voiles pour les bateaux qui en utilisent
- Avoir du matériel de pêche y compris des filets et casiers de pêche (important lors des mouillages)
- Voyage de nuit = Matériel de navigation de nuit + NVG
- Bouteille de gaz pour la cuisine et l’eau chaude
- Matériel de plongée (pratique en cas d’avaries réparables)
- Cartes de navigation de la région et plus
- Stocker le plus de carburant possible (à l’extérieur surtout si essence)
- Sacs de couchage
- Jumelles
- Radeaux de survie
- Matériel de stérilisation pour bocaux + Bocaux + gaz (voir recette de poissons en bocaux à la fin)
- Embarquer, vélos, scooters, jet ski, canoës, (si vous le pouvez)
- Groupes électrogènes
- Savoir faire des nœuds: https://www.youtube.com/watch?v=7qoy8Z04hrs


Bien sûr, je ne vous parle pas du matériel de base que tout survivaliste doit avoir comme des armes, produits d'hygiène, stocks de bouffe etc. Cela va sans dire.

Pour finir un p’tit joyau de mon enfance avec un gout de Paradis : Une recette de mon père qui la faisait directement sur le bateau après la pêche par beau temps.
Ustensiles :
- Bocaux 1L
- Cocote minute
- Réchaud à gaz
Ingrédients :
- Cubi de vin blanc ordinaire
- Une Branche de Thym
- Deux feuilles de laurier
-1 demi-oignon
-1 clou de girofle
- Sel, Poivre

Recette : Après avoir vidé et nettoyé les maquereaux, sans tête (valable pour les autres poissons), mettre les maquereaux dans les bocaux, queues vers le haut, y ajouter tous les ingrédients et finir par le vin blanc qui doit tout recouvrir ; Essuyer les bords des bocaux et y mettre le joint puis fermer. Prendre la cocote minute, y déposer les bocaux et les recouvrir d’eau minimum 2 cm au-dessus ; Mettre le couvercle de la cocote mais ne pas fermer, le poser seulement. Mettre le feu dessous. Quand l’eau bout, compter 1 quart d’heure de cuisson et c’est fini. Les sortir les mettre à l’envers jusqu'à refroidissement complet des bocaux...

42 commentaires:

  1. salut bon article qui rejoint ma réflexion actuelle .ancien mécanicien sur péniche cela fait un moment que j'y pense comme BAD mobile quant on réfléchi une péniche est déjà pratiquement autonome à 80% il ne manque pas grand chose pour le 100% ( panneau solaire , éolienne, voir système de purification d'eau pomper sous la coque etc. ..) avec l'avantage de la mobilité sans parler que dans une 28mx 5m on peut faire un sacre appart. cordialement gdx666

    RépondreSupprimer
  2. salut,un bon article pouvant s’avérer utile pour certain .perso j habite un port dans le sud est ,et j 'ai un ami skipper ,plusieurs fois champion de beaucoup de chose !!! maigres cela ,j'oublie volontairement l'option grande bleu pour des raisons de sécurité qui me paraisse évidente !!!!! par contre l 'atlantique est semble t' il jouable, mais bon !! les fleuves, pourquoi pas ?? pour ma part j'envisage plutôt l' option canot,barque ou autre exclusivement pour franchir certaine rivières , fleuves,autres ??si les point de passage obligés (ponts) ce trouvent bloqué pour x raisons ou par des malveillants ,de façon a les prendre par revers et effectué un grand nettoyage afin d' ouvrir la voie a notre modeste convoi routier d 'évacuation vers un plan x , j ai déjà depuis longtemps repérer tout les points de passages obligés et le moyen de résoudre discrètement le problème ,si problème, il y a (exit les droit de l'homme,la convention de Genève et toute les conneries humanistes ) et ce quel que soit le nombre de zombies,et quel que soit leur armement .bref je pense que navigué sur un cour d'eau n'est pas une option valable a très moyen terme c'est comme être bloquer sur une autoroute,ou être coincer dans un train,TGV ou pas !! cela dit pour certains cela peut être une bonne option,a titre plus ou moins provisoire ,ou mieux une navigation vers les Amérique,ou autre en utilisant les canaux pour rallier l Océan !!! encore merci pour cet article et bonne journée a tous !!!!!

    RépondreSupprimer
  3. intéressante vision peu exposée que cette fuite en bateau ou vie sur l'eau.pour ma part j'en retiendrais que ces ports dits de plaisance sont un immense entrepôt a ciel ouvert , avec des tonnes de matos et de machines fonctionnant en 12 volts,de l'inox a foison,des toiles ,des cables ,du matériel de pêche tout ce qui ne sert que 2 jours par an!!! du quasi neuf! ces ports ne sont qu'un amoncellement de richesses (vu le prix exorbitant des engins) stockées pour les nouveaux temps qui s'annoncent , alors plutôt que de partir , on peut se poser la question de savoir , si comme Renaud dans sa chanson , il ne serait pas plus judicieux de vivre a coté et puiser dans ce stock a foison au gré des besoins , sachant que les propriétaires éloignés n'auront par les temps de l'immense bordel prévu , aucune chance de venir sur place a de rares exeptions près

    RépondreSupprimer
  4. PompompomPooom25 mai 2015 à 14:06

    Euh... vous prônez le vol/squat du bien d'autrui là ?
    Comme les gauchistes de Rennes qui squattent la maison d'une octogénaire au prétexte qu'elle s'en occupe peu.
    Vous me décevez.

    Envisager le bateau, bien sûr. Mais débrouillez-vous pour acquérir le vôtre honnêtement AVANT le binz..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pompompompom ,oui appellez ça comme vous voulez ,les anars auraient dit de "la reprise individuelle",il est bien évident que ce n'est envisageable que dans le cadre d'un chaos global,meurtrier ou seule compte la survie et a l'évidence remettre au propriétaire ses biens si il se présente.Mon voisin qui n'est là qu'un mois par an est très content que je m'occupe de sa maison et lui évite les squatteurs,d'ailleurs tout propriétaire de résidence secondaire à la montagne ou à la mer devrait faire très attention a cet état Français qui encourage le vol par la loi qui autorise le squatt sans parler du vol de vos économies au profit des banques (mais c'est un autre sujet).Noubliez pas que le seul panneau que vous rencontrerez dans ces circonstances sera "ici la jungle,respecter nos lois".De même tirer sur un autre être humain est hautement répréhensible et contraire aux valeurs dites humaines et pourtant cela sera peut être très malheureusement nécessaire pour sauver votre peau,je pense que vous ne réalisez pas vraiment le sens du mot survie et c'est ce petit pouième de seconde d'hésitation qui fera de vous un vivant ou un mort.bien cordialement

      Supprimer
    2. Bonjour Pom...

      Je ne devrais même pas vous répondre, soit vous êtes "bien gentil", soit un troll...

      Faire une comparaison avec "l'affaire" de cette maison squattée a Rennes, et une "réquisition" (^^) en situation de chaos... non mais "allo, quoi"...

      Il a été dit:

      << ...La moyenne de sortie des bateaux sur l’ensemble de mon port pour l’année 2014 a été de 2,67 jours, ce qui veux dire que la durée de sortie en mer des bateaux, si on enlève ceux des locaux qui sortent assez régulièrement, est inférieure à 2 jours par an pour plus de 90 % de la flotte.
      ... chiffres sont presque nationaux (pour le nautisme de plaisance)...>>

      Et a propos des bateaux laissé a l'abandon, ça fait un bail que ça existe, il y a quelques années je fréquentais le site "héo"presque aussi assidûment que ce blog, et si je me souviens bien il y avait justement une rubrique sur les bateaux abandonnés (vraiment abandonné) + ce que j'ai vu dans des magazines, documentaires...

      J'ai tiqué aussi sur le fait de se "servir", imaginant le propriétaire espérant justement partir avec son bateau, voyant son emplacement vide...
      Mais concrètement, si vous êtes a une marina, en temps de chaos et de massacres, vous allez chercher a joindre/attendre le proprio du bateau, juste prendre un bateau bien pourri et clairement a l'abandon ou prendre celui qui vous paraît le mieux?

      Je suis pour le respect du bien d'autrui, de la loi etc, mais si ma famille crève la dalle et est en danger, je ne vais pas gentillement laisser des denrées et ne pas toucher a un véhicule, pour les laisser pourrir ou a disposition de "gangs". Tout cela bien sur en temps de chaos, avec absence d'appareil policier et nécessité faisant loi...

      Bon, là ça fait 2 min que je me tâte pour savoir si je post ou non... Combien de temps ai-je encore "perdu" a répondre a un commentaire "stérile". Faut que je fasse un effort a l'avenir, apprendre a laisser couler ... ^^

      cordialement, B.

      P.S.: Il y a eu a une époque la "mode" de bateaux en béton, ils ont été beaucoup critiqué. Mais quand la construction était bien faite... Imaginez des parois surdimensionnées, avec éventuellement des plaques d'aciers/fer a l'extérieur, comme celles que l'on trouve sur les chantiers de voiries (pour permettre aux véhicules de passer dessus, 1.5 cm a 3 cm?), là on pourrait être un peu plus tranquille face a certains calibres...

      Supprimer
    3. Bien sur Brad comparer deux faits qui ne sont en aucune manière comparables est un travers assez fréquent , à moins que pompom etc considère que nous sommes dèjà en situation de survie.Je rappelle pour mémoire que l'état Français et ses pouvoirs régaliens est toujours d'actualité.confidence je ne volerais pas de bateau ,j'en ai eu un (petit 10 mètres) et c'est tellement d'emmerdements pour si peu de "plaisance" que je ne suis pas pret de recommencer( et pourtant place de port a 5 minutes)

      Supprimer
    4. Pour compléter un peu a propos des bateaux en béton, le "bon" terme est en fait "ferro-ciment". Voici un lien vers un article sur "HEO" justement:

      https://www.hisse-et-oh.com/articles/1044-ferrociment

      Supprimer
    5. PompompomPooom25 mai 2015 à 17:51

      C'est c'là oooouuuui !
      Vous allez laisser un post-it sur le quai "Aux propriétaires, nous vous avons emprunté votre bateau, vous pouvez le récupérer à la capitainerie de Bora-Bora où nous partons. N'oubliez pas facture, certificat d'immatriculation, etc, comme preuve de propriété".

      Et si le proprio qui comptait fuir avec lui aussi, vous retrouve et vous arraisonne un peu brutalement (à la 12,7 quoi), vous n'allez pas riposter mais gentiment proposer un dédommagement. Bin voyons, vous allez plutôt nourrir les poissons et ce sera bien fait.

      Négociez AVANT avec le proprio si ça vous chante, ou achetez VOTRE bateau, mais ne fondez pas votre stratégie sur de la "reprise individuelle" au relent marxiste éculé. Vous faites partie du problème là, pas des solutions.

      Supprimer
    6. Pom etc. Plus que vous trouvez l'audace d'appeler à votre secours ce slogan soixante huitard "Vous faites partie du problème là, pas des solutions" je vous serai gré de sortir de sous votre tapis celui que scandait les mêmes hurluberlus ; "la propriété c'est le vol"...
      Ceci posé, je suis curieux de connaître les solutions que vous proposeriez si, je dis bien si, nous nous trouvions dans un état où il n'y aurait plus d’État ? Le Chaos absolu !
      Merci à Pacha pour nous offrir une issue de secours grande ouverte ;)
      Camisard

      Supprimer
    7. Salutations, voilà les gars je vous vends un peu de rêves mais du concret aussi pour ceux qui se plaignent qu'il n y a jamais de concret dans les commentaires, le problème c est que ce hameau a été vendu il y a 3 mois... mais d autres existent, celui ci était vraiment l affaire du SIECLE !! On y pensait avec certains camarades, mais déjà vendu... Quoi de mieux pour 4/5 familles comme BAD ????

      http://edito.seloger.com/lifestyle/people-insolites/pour-le-prix-d-un-appartement-offrez-vous-tout-un-village-article-2343.html

      Ensuite pour revenir à l article, je n ai pas du tout le pied marin et ne connait absolument rien aux bateaux, par contre je remercie beaucoup le rédacteur pour le travail détaillé fourni pour cet article !! Bravo ;) Et merci pour le blog, bonne continuation !

      Supprimer
    8. @mirador: le super rêve, oui, prix abordable et les installations n'ont pas l'air pourries du tout... un jour peut être, si j'ai assez de pognon, et si je trouve assez de monde voulant partager ce petit bout de rêve!!!

      Trinity

      Supprimer
  5. Ho oui !
    Un gros bateau, plein de potes fuyards dessus en direction de la terre promise pour échapper "aux pires", on l’appellerait .... "l'exodus".
    On arriverait dans un endroit merveilleux ou il faudrait se battre tous les jours pour jeter les indigènes à la mer, on pillerait leur terre, leur maison, on en enfermerait quelques uns derrière des grands murs, ... etc .... et 70 ans plus tard on se battrait toujours.

    Bon voilà que je délire.

    Franchement, quitte à faire du bateau, un grand bateau de croisière avec un capitaine italien ... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'exodus... HAHAHAHAHA

      Belle référence!!
      Les mecs ont finit par débarquer et ils se battent toujours !!

      Le scorbut a déchaussé certaine partie primordiale de leur ADN.. (l'humanité notamment!)

      Supprimer
  6. Bon...OK,soyons sérieux.
    Quelqu'un a pensé au tonneau de RHUM!!!!
    Très bel article,partir....pour allé ou?
    La ou le vent(qui aurait tourné, puisque chaos dodo...SYSTEME. Planté..
    Et donc à un moment il faut bien accoster,ou être accosté !!!!?
    L homme et la mer,....pas difficile d imaginer des. Pirates détestant l eau douce,prendre d assauts votre coquille de noix...Il y a tjrs un poisson plus gros qui cherche des noises sous toutes les lasitudes.
    MAIS!!
    Cela demande réflexion, il y a bien le mistral avec qui on pourrais n égocier,il doit bien traîner quelque part vers la zone technique...hmmmm
    J apprend vite,heu...alors.il n y a pas de frein?
    Stop and go

    RépondreSupprimer
  7. Très chouette option qui mérite d'être évoquée. Par contre, par définition, un bateau est à découvert et il est facile de faire un carton à partir de la terre ferme, voire de l'arraisonner très facilement. Pour moi le bateau n'est qu'un véhicule, pas plus. Ce genre de BAD doit avoir des gens spécialisés, donc exigeants.
    Quant aux sentimentaux, le chaos n'est pas fait pour eux et le statut de victime est une solution. Ben oui, le chaos, c'est retour à la jungle, si possible en pensant comme l'ennemi car la civilisation et le pensée judeo-chrétienne ne sauvera personne, sauf si on attaque (Crusade rules).
    cc

    RépondreSupprimer
  8. Article original et interessant. Merci Pacha pour nous ouvrir l'horizon et l'esprit. Cet article pragmatique fait partie des solutions concrètes de transport hors de la zone occupée. Notre zone géographique la France est déjà une zone occupée ! cela se voit moins qu'à Gaza, pour le moment, mais on y vient. C'est l'état lui même qui fait le problème. Changement de paradigme pompompom le temps n'est plus aux sentiments. La guerre est commencée, il est déjà trop tard pour les contrariens.

    à Mirador et Trinity : il y aura à mon avis de plus en plus de hameaux à récupérer au fur et à mesure de l'effondrement systèmique en cours. Plus on attend moins ce sera couteux mais le risque est de manquer de temps pour organiser l'équipe, les travaux, la résilience. Je pencherais pour sauter rapidement sur la prochaine opportunité. Continue d'être à l'affut Mirador ton projet est concret et réalisable. Un leader humain local qui ait du charisme et une éthique de Liberté sera probablement le plus dur à mettre en place. Bob

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob Bonjour, il y a effectivement de plus en plus d'occasion de ce type, seulement ce hameau en particulier était à un prix EXTRAORDINAIRE si vous regardez l annonce, il y en a d autre mais au double voir triple du prix, avec moins de batiments, puis la zone du hameau cité est de plus en plus désertée.
      Il faut effectivement rester à l'affut, comme vous dites il y en aura bien dautres, pour ce hameau en particulier, il aurait suffit de 4 mecs avec CDI pour faire un credit en commun avec un surplus pour les travaux urgents, ce hameau comportait 8 maisons, un grand manege à chevaux, un restaurant, une salle des fetes qui avait servi jusque dans les années 70 comme colonie de vacances, il y restait donc des installations collectives.... J suis vert j avoue...

      Après effectivement il faut trouver les gens pour, sûrs, et un minimum liés par une IDEE commune (si vous voyez ce que je veux dire), l'idée de "survivre" ne suffit pas à mon sens, car en cas de crise et de stress, il faudra plus que ça pour souder un groupe... à mon sens.

      Bonne continuation à tous et à toutes. Merci pour le blog.

      Supprimer
    2. Quant à un leader, il se démarquera tout seul de par ses capacités, après pour un tel projet, chaque "investisseur" devrait être à mon sens, une sorte de "père fondateur" (bon ça fait secte ok) et chacun devrait gérer un secteur en particulier, culture, élevage, travaux, chauffage, defense etc etc
      Le plus dur est que chacun devra rester à sa place et respecter une hiérarchie et un ordre nécessaire pour le bien de tous (commun), nous ne sommes pas des militaires (navré pour les "experts" du combat) mais des civils, et c est dur pour les civils d aujourd hui de comprendre le besoin d une hiérarchie...
      Bon j'arrête de polluer ce remarquable article maritime.
      Mais pensez à ce projet...

      PS: la taxe foncière pour ce genre de hameau est "enorme" pensez y aussi.... ;)
      Bien à vous tous .

      Supprimer
    3. Qu'est-ce qui fait qu'un hameau est déserté? Pour vivre en résilence, y a intérêt à avoir les terres autour pour nourrir tout le monde sans passer par la case pognon. Les taxes, faut les payer et rien que ça est rédhibitoire. Qui est maire de ces hameaux? C'est important juste pour la gestion de la voirie, en imposant quelques chicanes et autres ralentisseurs contre d'éventuels malfaisants motorisés. Pareil pour le PLU. En fait, faut être maire pour faire ce qu'on veut sinon on est soumis à autorisation, sans compter sur le fait qu'il faut se faire accepter par les locaux, ce qui n'est pas simple. Pour le reste, c'est de l'interne.
      cc

      Supprimer
    4. désolé , mais c'est faux , un maire est soumis aux lois comme tout citoyen et ne peut pas faire ce qu'il veut ou voudrait,le contentieux administratif le prouve tout les jours et là on est loin des bateaux,mais vous pouvez mettre une péniche sur un terrain sans permis de construire si elle garde les éléments constitutifs pour la navigation.Petit rappel il n'existe pas de terrain constructible par nature ,il est des terrains ou c'est interdit et les autres qui nécessite une autorisation

      Supprimer
    5. Mais faire quoi ?? Sur le hameau que j avais trouvé il y avait 8 maisons, un restaurant, un grand hangar manège a chevaux, une salle des fêtes, 4000 m2 habitables au total, plus 3.5 ha de terrain cultivables, on peut y ajouter aussi des mobil home etc, vous voulez quoi de plus les gens ? Ca me déprime... la taxe foncière était de 7000 eu, ça se trouve à plusieurs, tu te mets à 5 familles, pas forcèment à temps plein au début, si tout le monde bosse c est tout à fait possible... Mais bon...

      Supprimer
    6. Un maire peut juste interdire à un propriétaire de construire ce qu'il veut, par contre il peut rendre n'importe quel terrain constructible. En région parisienne, il est de bon ton de rendre constructible certains bords de Seine, en zone inondable notamment, sous pretexte qu'il y a en amont des bassins de rétention (déjà pleins). On appelle ça de la corruption, abus de pouvoir ou n'importe quoi d'autre, mais c'est une réalité car seul les taxes d'habitation et foncières rapportent du pognon.
      cc

      Supprimer
    7. C est l UT qui se charge de rendre constructible un terrain, une commission tous les cinq ans, dans l'exemple que j apportai, il n y avait pas besoin de construire, mais plutot, de rénover OU modifier des batiments déjà existants, donc pas de Cu, ni PC, regardez l annonce, c etait une affaire en or, tout bonnement. Tout à fait réalisable. Après je vais pas détailler, mais ça fait longtemps que je me penche sur le sujet, c est possible, faut juste bien calculer son coup, dans la famille on est descendant de grandes castes paysannes on a encore 15 ha et 6 batisses, et on sait parfaitement comment gérer ça. Alors croyez moi c est possible.
      Très cordialement.

      Supprimer
    8. non a nouveau faux (c'est mon job)les plu sont déterminés par des procédures très précises y contrevenir ou ne pas tenir compte des préconisations peut couter très cher exemple : le maire de la Tranche sur mer condamné pour autoriser la construction en zone inondable plus prison ferme

      Supprimer
    9. Salut à toi Mirador,et à vous tous,achetons un village/lieu à part et faisons-en notre" eden"!!!qui est chaud pour vraiment bouger son cul(avec tout le respect se doit)???LPN 26

      Supprimer
    10. Acheter un petit village presque abandonné semble en effet mieux qu'acheter un hameau car moins de contraintes administratives ensuite, et plus de facilité à se faire oublier de l'état. C'est aussi la garantie que le groupe choisisse le maire et donc gère mieux le montant du racket taxes locales (exit les 7000 euros). Bob

      Supprimer
    11. Mayday, mayday! Article échoué sur bad écueil....^^

      un peu d'humour ( vous y trouverez une "bad" sans plu etc et un "bateau" pour revenir au sujet de base ;-) ...)

      https://www.youtube.com/watch?v=jOQHXzN5ntI

      bonus... http://www.productionmyarts.com/blog/wp-content/image-dun-bateau-qui-coule.jpg

      cordialement,B. ;-)

      Supprimer
    12. Janus 2a,
      Je n'invente rien, ce n'est pas le PLU qui est en cause mais son interprétation et ses tolérances. En région parisienne, n'importe quoi se construit because les dotations d'Etat baissent sérieusement et faut bien trouver du pognon. En fait, ce sont les promoteurs immo qui essaient de convaincre un maire de la constructibilité du terrain, qui devient soudainement constructible. C'est un peu comme les mosquées, on peut créer quelques accommodements pour satisfaire un "client".
      Les condamnations de maires sont rares, tout comme les catastrophes, en attendant ils empochent pendant que tout va bien.
      Je pourrais évoquer les constructions en zone de monuments historiques; près des sites SEVESO. Le seul truc respecté pour l'instant est la construction en zone de bruit aéroportuaire, certainement parce qu'il y a encore du pognon.
      Mirador, l'idée d'acheter un village est très chouette, mais il faut savoir pourquoi le village a été déserté. Manque d'eau, loin de tout, population trop âgée? Ensuite les contraintes, fiscales, d'urbanisme risquent de rebuter plus d'un acheteur. Ensuite, faut pas regrouper une équipe de bras cassés (souvent on a la surprise à l'instant T) qui vont se lasser au bout de 2 mois.
      Acheter un village signifie quitter un boulot et passer sa vie sur les routes pour le ravito, à moins d'être dynamique au point de créer des commerces, mais faut du pognon, et quand on a du pognon, on se tire loin.
      Je ne suis pas pessimiste, j'essaie de pointer les inconvénient qui, réunis, font que personne ne saute sur de telles occasions.
      Autre point sur les bateaux: les itinéraires sont très prévisibles par définition. Tendre une embuscade à une écluse ou tout autre point favorable est un bon moyen de gagner une BAD pour pas cher.
      cc

      Supprimer
    13. Salut CC, bien entendu il faut pas rater son coup, sur ce cas précis, la désertion du village date de l exode rurale, ensuite jusqu en 1970 il a servi de colo de vacances, d où les installations collectives, puis la société de colo à été rachetée par un grand groupe et a investi ailleurs, depuis le hameau est resté tel quel, il y en a de plus en plus, et il faut bien calculer son coup, mais ça reste tout à fait possible.
      Concernant l équipe de bras cassés, ma foi on en revient toujours là, ça c est du cas par cas.
      Quitter le boulot n est pas obligatoire, du moins pas de suite, à 5 familles on peut se relayer pour retaper le lot de batisse, ensuite une petite économie locale peut être envisagée, seulement bien sûr il faut continuer à bosser pour le crédit.
      Cependant, et je vais le dire clairement, ce projet je le monte avec des camarades d'un certain bord, (tu sais CC ceux que tu n aimes pas trop... il faut de tout pour faire un monde..) et l interet de ce hameau dont j ai donné le lien, etait en plus des 3.5 ha cultivables et boisés, et les habitations, était les batiments collectifs, qui pouvaient servir de lieu pour des colo de vac pour nos jeunes, de salle de concert pour nos moins jeunes, et de lieu pour des universités d été et autres entrainements etc, tout cela générera des sous. Et permettra de faire un tri pour les bras.
      Après je sais que c est orienté, mais j assume. A chacun ses choix.
      Prenez tous soin de vous.

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Mirador, en fait tu as déjà un projet avec des bras et c'est un grand pas que tout le monde n'a pas. J'ai assisté à ce genre de projet, il y a quelques années, avec des gens pensant bien quoique lisant un peu trop Jean Mabire et je crois que ce projet ne loge que ponctuellement une poignée de ceux qui ont monté ce projet.
    Pour mes idées, elles sont plus proches des tiennes que tu crois mais j'ai un passif d'historien (révisionnisme out), je vis avec mon temps et j'essaie d'être discret, mes idées ne regardant personne. En tout cas je te souhaite la pleine reussite de ton projet. N'oublie pas les puits et les souterrains. Ici encore la discretion est de mise.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CC, prend soin de toi, bonne continuation.

      Supprimer
  11. Article interessant et qui a le mérite d'etre original, mais peu réaliste à mon gout... je peine à imaginer cette version de Waterworld, surtout pour le français moyen, assez loin du boat people asiatique (en endurance, en compétence... euh en tout en fait !)
    D'autant, sans parler des compétences nécessaires pour la navigation, qu'un bateau -non militaire- est un cauchemar à défendre... les pirates ont vite fait de faire leur beurre avec quelques zodiaques volés et des simples armes de poing...
    Pour ma part je préfère largement la retraite camouflée dans des coins escarpés (forets, moyenne montagne), c'est plus mon élément mais ça n'engage que moi...
    Enfin merci quand meme pour l'article qui a le mérite de susciter une réflexion !

    RépondreSupprimer
  12. A,défaut de gros bateaux lieu de vie , la nécessité de traverser des rivières ou des bras de mer peut se faire avec des kayaks ,rapides,sans carburant autre que l'huile de coude ,discrets ,dissimulables rapidement et un seul homme ou deux pour les manoeuvres,cibles mouvantes et visuellement peu importantes ce sont des moyens de transports facilement transportables

    RépondreSupprimer
  13. D ailleurs ça me rappelle mes conneries adolescent cet article, dans mon département, il y a plein de grottes troglodytes, avec un fleuve qui les traverse, combien de randos on a fait, et on prenait les canoés que louaient les hippies, pour redescendre au point de départ, parfois on s arrêtait dans ces grottes et on faisait un feu, on cuisait la bouffe, de vraies places fortes version cro magnon, c est vrai que cet article sur le bateau, me rappelle ces moments, et cette perspective... Merci pour le blog et l'article ;) Bonne continuation .

    RépondreSupprimer
  14. il me semble qu'il faut distinguer navigation fluviale et navigation maritime.
    le fleuve est à la portée de tous sans passé de marin et présente une alternative intéressante au véhicule classique.
    la navigation maritime c'est un autre jeu, autrement plus complexe à appréhender pour le non-marin !!
    la navigation hauturière relève du suicide pour un débutant, reste l'option côtière , beaucoup plus simple au moteur mais pas discrète et gourmande en carburant.
    Le tout est et restera une affaire d'initiés : un terrien aurait tord de croire que la mer c'est comme à la piscine :))
    amitiés bretonnes et cauchoises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme 30 mai 2015 21H56
      Comme dit plus haut , pas le pied marin, voici une de mes seules expériences maritimes, oui je suis un terrien ;)
      J aimerai bien que d autres enrichissent le fil de commentaire! :)
      Bon week end à tous !

      Supprimer
    2. La vie sur l'eau ne tient que le temps d'épuiser les vivres embarqués,après il faut retourner à terre ,un bateau est visible de loin,comme le nez au milieu de la figure ;la discrètion est une des composantes de la survie et pas des moindres alors le bateau comme moyen de fuite oui , comme lieu de survie surement pas ,vous serez attendu sur les plages,les naufrageurs ça existe par temps troublés.comme il est dit plus haut il ya une énorme différence entre la vie en mer et celle en eau douce,tout le monde n'est pas Bombard et le mal de mer existe aussi,j'ai vu quelques balèzes gerber comme des perroquets ,verts de malaise et incapables de quoi que ce soit.Un bateau quel qu'il soit ne peut être une fin en soit,juste un outil comme un autre et a n'utiliser qu'en tout dernier recours si on est pas ammariné

      Supprimer
  15. En cas de Chaos, l'Histoire nous enseigne que le piratage a eu de beaux jours et que ça continue. Si ces zones dangereuses sont connues, il n'est pas dit qu'en cas d'effondrement ça ne s'étende pas ailleurs, y compris en eau douce. L'idée du bateau est pertinente car jamais évoquée, mais à moins d'être soi-même un pirate, le risque est grand.
    cc

    RépondreSupprimer
  16. Salut à tous, je réalise des études géographiques sur le territoire, et j'ai commencé par une carte des communes les moins peuplées de PACA. J'ai fait quelques sorties de reconnaissances avec un ami pour voir à quoi elles ressemblent. Certaines sont dans des sites représentant de véritable forteresses naturelles.
    Si vous me proposer d'autres régions je peux m'y mettre (progressivement, car çà demande quelques heures de boulot). Je peux sortir les cartes sous formes de fichiers kmz (à ouvrir dans google earth), je peux aussi créer un espace partagé pour afficher les cartes dans google map et les visualiser directement avec un smartphone (et du coup s'en servir pour s'y rendre.
    Il reste toujours ces questions de confidentialitée et de noyautage éventuel à régler.
    La disposition des communes dans le territoire permet d'envisager un réseau de lieu dans chaque département et région, avec des points relais pour se déplacer d'un endroit à un autre. On peut aussi rechercher (et reconnaitre à pied en vélo en voiture) les ititnéraires permettant de relier discrètement les lieux.
    Je proposerais bien cette rubrique à Pierre. J'attends son avis pour le contacter directement.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Vous pouvez me contacter en utilisant le formulaire de bas de page ou ma boite email sécurisée. Merci

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.