29 mai 2017

Fédérer (partie 1) : le management d’un objectif et des hommes qui le poursuivent ou le Syndrome de Moïse

=> Article proposé par Elizabeth, rédactrice de Survivre au Chaos.

Leadership, charisme, autorité, compétence, reconnaissance, savoir-faire, réflexion, calme, résistance au stress, etc.

Voilà quelques-unes des qualités que devrait/pourrait développer le leader naturel d’une petite communauté familiale ou plus. Le Leader charismatique et compétent qui prend la tête de son groupe de survie et l’amène sur des terres plus sures s’appelle Moïse et était déjà un champion de la survie. Mais il s’agit avant tout d’une reconnaissance historique que nous allons avoir du mal à vérifier...



Constituer, gérer un groupe ou une communauté et la mener en sécurité au pays de la Survie


Moise et les 10 commandements, l’art de poser la loi...

Si beaucoup d’entre vous ont par avance le courage de traverser le pays pour mettre leur famille en sécurité et donneraient leur part de ragoût à leurs gosses, la vraie difficulté sera sans doute qu’ils acceptent de vous suivre malgré la tentation de rester dans un système qui tente de ressembler à un cocon protecteur. L’objectif de cet article est de poser les bases du management des hommes tout en reconnaissant avec humilité que ce n’est ni simple, ni facile et surtout jamais acquis.

Le management est un ensemble de techniques et savoir-faire destinés à alimenter une vision de l’avenir et à entraîner l’équipe, soit un groupe de gens différents et compétents, vers un objectif commun avec des moyens appropriés dépendant d’eux-mêmes et dans un laps de temps connu et maîtrisé : Voilà Votre Objectif !

Avertissement : les théories ci-dessous n’en sont pas, je les ai vérifiées presque quotidiennement au travers de mon travail sur le climat social et la communication managériale dans la grande industrie.


I. La nécessité d’un Leader – Maslow et la grandeur de l’homme


Abraham Maslow (1908 – 1970) est le père de la psychologie humaniste et le très célèbre créateur de la fameuse pyramide des besoins et motivations humains. La plupart des formations en management se réfèrent à cette fameuse pyramide pour éduquer les futurs patrons à reconnaître le positionnement de leurs troupes afin de pouvoir corréler besoins de celles-ci et nécessité de l’objectif.




La pyramide de Maslow est le plus souvent réduite à 3 niveaux essentiels que l’on peut corréler à la théorie des 3 cerveaux (à voir plus loin dans cet article).

1°) Le besoin de sécurité : il comprend la faim et la soif, l’évitement de la douleur, les besoins physiologiques et la nécessité de se reproduire. Tant que ce niveau n’est pas satisfait, l’homme va se battre pour l’atteindre et son comportement demeurera celui d’un animal qui assure sa survie. Voilà qui explique les comportements délirants de panique et de violence lors d’un incendie ou d’un attentat.

2°) Le besoin social : l’homme qui n’a plus faim ne sait pas vivre seul ; il recherche alors désespérément la compagnie des siens et à défaut se crée une compagnie connexe (animal par exemple) afin de rester structuré. A ce niveau, il cherche alors à prendre un rôle social au sein de la tribu, peu importe quel rôle, mais un rôle.

3°) La réalisation personnelle : Une fois sa place acquise au sein d’un groupe, l’homme peut enfin songer à sa réalisation. C’est le cas par exemple d’un homme politique qui a assuré ses arrières et peut se consacrer à la réalisation de ses ambitions.

Ce que dit Maslow, c’est également que la motivation humaine n’est jamais durablement satisfaite et que la réalisation d’un niveau de besoins génère la naissance d’une nouvelle catégorie encore plus complexe et délicate.

Jamais content ! Voilà en clair ce que l’on peut dire de l’Homme.

L’un des autres corollaires est que l’homme dans sa tribu possède un rôle, une position, une sécurité et... un leader - à moins qu’il ne le soit lui-même - apte à dépasser le stress sécuritaire, à moins qu’il ne prenne justement le leadership pour apaiser ses craintes. Dans ce cas, il agira alors comme un dictateur qui exécutera ses opposants au travers d’incessantes purges (voir la Turquie qui est un parfait exemple actuel de la mise en place d’un dictateur).

L’homme a donc besoin d’un Leader qu’il remettra lui-même naturellement en cause, soit qu’il estime que celui-ci ne peut pas gérer sa sécurité, soit qu’il estime qu’il ne lui a pas attribué le bon rôle ou qu’il n’a pas sa place, soit qu’il ne veuille la place. Dans tous les cas, sa perception de la micro société au sein de laquelle il vit lui paraîtra toujours imparfaite.

Dire qu’il existe d’un côté des moutons et de l’autre des loups est donc simpliste et réductionniste. Mais l’homme est tantôt l’un tantôt l’autre, au gré des situations et turpitudes.

Par ailleurs, certains se réaliseront grandement en tant que comptables et d’autres en tant que cuisiniers, mais il n’y aura sans doute qu’un seul cuisinier et un seul comptable de même qu’un seul Leader. Toute position sera donc tôt ou tard convoitée, reprochée, voire renversée.

Comment utiliser Maslow ? Tout simplement en sachant reconnaître où en est la (les) membre (s) de votre groupe/famille, vous y compris. Et savoir, à ce moment précis, répondre aux besoins de chacun. Qui a besoin de se sentir sécurisé/rassuré, qui a besoin d’appartenir au groupe et d’y être reconnu en tant que..., qui a besoin de se réaliser dans le grand œuvre qui est le sien.

Il arrive que la violence résolve les problèmes d’insécurité en en créant d’autres encore plus lourds : c’est le cas d’une menace armée : elle va souder le groupe sous la menace d’un danger encore plus grand et il est alors possible de fédérer l’homme dans un but de survie ou dans un but commun face à un ennemi identifié. Mais cette cohésion durera le temps d’une guerre, d’un exode, d’une difficulté à surmonter. C’est aussi pour cela que certains tyrans maintiennent une menace armée exagérée : ils fédèrent autour du risque (c’est le cas en Corée du Nord par exemple).


II. Le Dr Paul Mac Lean ou les bases de l’échange et la négociation


Né en 1913 et mort en 1917 le Docteur Paul Mac Lean a posé le premier une théorie dite des 3 cerveaux qui a été reprise par de très nombreux communicants et est servie à de nombreuses formations non seulement en management des hommes, mais aussi et surtout à la négociation.




Nous avons vu que le Leader d’un groupe ou d’une communauté n’a pas une tâche aisée, il ne pourra faire avancer les siens qu’avec un esprit clair, dénué de peur (mais pas de prudence) mais aussi et surtout doué d’une capacité à fédérer autour d’un objectif, grâce à sa conviction et à l’art de percevoir le positionnement de chacun. Bref : il n’imposera ses choix qu’en cas de dernière limite et la plupart du temps il préfèrera les « vendre ».

Le Dr Paul Mac Lean avait établi que le cerveau/Conscience humaine ne se déverrouillait que par couches successives :

A) Nous sommes prioritairement régis par le cerveau dit reptilien (c’est-à-dire que même les reptiles en ont un). Le cerveau reptilien veille sur notre sécurité et notre survie, aucune réflexion profonde ne se fait tant que ce degré de veille n’a pas été dépassé. Une personne en mode panique ne réfléchit pas : elle va vers ce qui la rassure, lutte et fuite incluses. En clair et en état de crise grave : comment vas-tu garantir ma sécurité si je te suis ? ou, au contraire, que vas-tu me faire si je ne cède pas à tes ordres ?

B) Lorsque nous sommes rassurés sur notre sécurité immédiate et survie, nous enclenchons un second degré, celui du cerveau dit Limbique : il gère nos émotions autres que la peur brutale et notamment notre notion d’intérêt personnel. Nous ne restons disponibles à la communication et l’interaction que si nous y avons un intérêt. Par exemple un intérêt alimentaire, mais aussi d’amour (pour nos enfants par ex.), plus basiquement un intérêt matériel dans notre société. En clair que m’apportes tu pour que je te lise, je t’entende, je te rende un service, etc…..

C) Rassurés sur notre survie à très court terme et captivé par les propositions de notre entourage, nous baissons notre garde et commençons à réfléchir grâce au néocortex (les circonvolutions à la surface du cerveau), une ultime couche cérébrale développée par l’homme et les mammifères en général. C’est à ce niveau que commence le vrai travail au sein d’un groupe qui doit rester en mesure de réfléchir (donc assez rassuré) pour assurer sa pérennité dans le temps.


III. Fédérer dans l’urgence et le chaos


Fédérer dans une situation de grande tension est à la fois assez facile, sachant que le Leader est celui qui dispose d’un calme relatif, d’une vision d’ensemble et d’une vision de l’avenir : ce qui est à peu de chose près la définition d’un survivaliste.

Votre famille (sauf adhésion préalable et acquise de sa part), pour se rassurer et préserver sa survie, suivra d’instinct vos préconisations dès lors qu’elles seront justifiées par la situation. Un point dans votre camp !

Mais tant que vos préconisations seront décalées (soit à peu près jusqu’au dernier moment), votre famille suivra le leader habituel qui lui garantit sa sécurité et sa pérennité : le gouvernement, les autorités, l’ordre classique. Un point dans l’autre camp, celui de l’immobilisme !

Votre aptitude à fédérer légèrement en amont du chaos résidera donc essentiellement dans votre capacité à communiquer de façon inversée :

Soit d’abord la réflexion : « voici les éléments qui permettent de déclarer notre état d’urgence personnel » ;
Secundo les émotions : « voilà qui devrait vous effrayer, mais aussi retenir votre attention » ;
Tertio : « votre sécurité  traditionnelle n’est plus garantie et comme le disent les Ricains : Go Go Go... »

Juste pour la bonne bouche : c’est un peu ce que fait notre gouvernement Français de façon à conserver le Leadership à peine plus facilement...


IV. Fédérer dans la fuite


Avez-vous déjà emmené un groupe randonner ? Bien que le stress ne soit pas à 5% de ce qu’il serait en cas de fuite avérée, il est tout de même très intense (cerveau reptilien) dès que les besoins physiologiques - manger, se reposer, éviter la douleur - se font sentir. La fatigue et la privation rendent rapidement les gens intolérants et nécessitent une pratique fine de l’art de partager les pauses, les vivres alimentaires, les moyens à disposition (un vulgaire sac de couchage ou une lampe frontale par exemple).

Le leader justifie sa position de Leader par quelques points d’expérience réputée :

Il connait le terrain
Il sait doser les efforts de son groupe
Il est juste dans le partage des vivres et des moyens
Il est diplomate dans l’exercice de l’autorité
Il ne perd jamais de vu l’objectif

Une mère de famille qui exige le meilleur pour ses enfants suffit à mettre le feu aux poudres, et un bourgeois à peine alcoolique mondain peut devenir ingérable après 48 heures de difficultés mineures.
Oui les gens vont naturellement se fédérer autour d’une cause commune, comme, imaginons le, la fuite devant une armée, des pillards et même des E.T.. Mais A mesure que les peines se feront sentir, ils vont dégringoler dans leur capacité à réfléchir et réagiront de façon de plus en plus animale pour ne pas dire bestiale.

L’objectif est répété à l’infini : pourvoir aux besoins de tous sans dépasser les limites de tolérance de chacun en justifiant chaque décision et chaque acte par la nécessité de fuir, survivre, aller vers la sécurité et le confort.

Au sein d’un groupe les échanges se jouent parfois à 1 heure près... 1 heure de fatigue ou 1 heure de repos, 1 heure de faim ou 1 heure de pause déjeuner, etc.


IV. La courbe de Gausse et autres statistiques au sein du groupe


Au-delà de votre strict noyau familial, votre groupe va obéir à une structure de type Gauss :

5 % (Maxi 10) Feront preuve d’un courage déconcertant avec un mental frisant l’héroïsme
30 % (Maxi 40) suivront le groupe et resteront positifs en portant les objectifs, même si ils discutent parfois
40 % (Maxi 50) feront de l’apathie, l’immobilisme et l’inertie l’emportant sur le reste, ce qui les rend non dangereux individuellement, mais lourds et peu réactifs, même face à l’urgence. C’est un peu le lapin devant les phares de voiture
10 %  au maximum, soit 1 personne sur 10, se révéleront ingérables, odieux, ou prêts à vendre leur mère pour une portion de dessert en plus.




1 personne sur 10 fera preuve de relative sagesse, clairvoyance et même d’altruisme, mais elle aura son contraire au sein du groupe qui ramera vraiment en sens inverse.

Fédérer ce « contraire » est difficile, obligatoire, mais dangereux. Le danger ne réside d’ailleurs pas dans la personne mais dans son aptitude à vous faire consommer toute votre énergie pour elle au lieu de répartir vos efforts sur le groupe.

Dans ce même groupe 80% de vos efforts seront nécessaires pour 20% des membres du groupe, le reste allant en général de soi...

Enfin vous pourriez même transformer votre groupe en un petit croquis de ce type :



Ce management conscient des disparités humaines vous rendra service en vous contraignant à une certaine clairvoyance de type :

« Oh, lui il est vraiment super sympa (genre ce matin il m’a filé ½ biscuit), il met une bonne ambiance et tout le monde l’adore, du coup c’est le seul qui ne fait jamais de corvée de garde... »

Ou,

« Oh, il a un caractère vraiment détestable et ne parle pas, mais quand il s’agit de donner la main, il est super fiable. »

Quantifier ou Virer l’inacceptable n’est pas toujours facile. La vieille série « Visiteurs » est très bonne comme modèle du genre humain face au désastre.


V. Fédérer dans un regroupement de familles ou de communauté.


Ça c’est drôle ! :)

Vous avez tiré d’affaire votre famille depuis 3 mois et votre BAD s’est avérée bien conçue pour résister à l’épidémie de m***e qui a décimé la moitié de la population ; vous avez géré la peur, le manque et les enfants du premier mariage de votre femme, le tout avec brio – Tout s’arrange peu à peu et les survivants se regroupent pour arriver à faire ensemble ce qu’ils ne peuvent faire chacun de leur côté...

C’est là qu’une nouvelle tranche d’ennuis s’annonce...

Vous pensez que les choses ont évolué, que les gens auront pris de l’expérience, de l’humilité, développé leur héroïsme personnel. Non ! Ils seront eux-mêmes, parfois inutiles, trouillards, veules, agressifs, tyranniques si ils peuvent – parfois pleins de qualités et parfois paradoxaux.

Ce n’est qu’avec le temps que l’on peut se faire des amis, connaître et accepter leurs défauts et concrétiser un rapprochement rendu nécessaire : mais aurons-nous ce temps ?

IL est probable que le meilleur ami du Leader improvisé que vous êtes devenu sera la prudence. Celle qui consiste à une prise de contact lente, progressive et en avançant sans dévoiler toutes ses cartes. Comme je regrette de devoir vous dire ça, moi qui ne rêve que de partage !

Mais appelons un chat un chat : le chaos fera sortir le loup du bois et les brebis auront intérêt à se ranger derrière un berger prudent.

Après la prise de contact, même progressive, viendra le jour où vous ne serez plus seul à prendre les décisions, voire même à obéir à celles d’un nouveau grand groupe en train de se restructurer. Parce qu’il vous faudra du blé et qu’ils auront le moulin...

Pour un Leader, savoir restituer une part de son pouvoir est un acte souvent honorable, seuls les dictateurs n’acceptent pas de partager celui-ci. Encore faut-il là aussi fixer des limites sur ce que vous pouvez tolérer ou non de ce pouvoir qui vient prendre le vôtre et jusqu’où ?

Qui décide de l’heure du couvre-feu, qui décide de votre droit à porter ou non des armes, qui décide de la taille des portions de viande ? Je n’ai pas de réponse, ou je n’ai que les miennes propres. Mais dans cette société de demain, post chaotique, la vigilance sera de mise.


VI Conclusion


Les temps vont devenir un peu plus compliqués, difficiles...

Soyez un bon Leader et fédérez votre famille avec amour et justesse.

Si vous fédérez plus large alors sachez reconnaître leurs émotions, leurs peines et leurs limites
Ne pensez pas que vous allez trier les fameux 10 %, lorsque vous aurez viré madame Pénible, monsieur Chiant fera son apparition...

Et surtout : ne recommencez pas les erreurs d’avant. N’oubliez pas que le Leader obtient souvent la reconnaissance de ses proches grâce à son exemplarité.

36 commentaires:

  1. bonsoir,
    cet article est un salmigondis de lieux communs et d'affirmations sans aucune base scientifique bien qu'il veuille démontrer le contraire au travers des citations d'expert ou l'auteur essaie de s'approprier des concepts qu'il ne comprend pas. Par exemple le cerveau reptilien bien sûr que les reptiles en ont un comme tous les vertébrés quant à utiliser une courbe de Gauss celle-ci est parfaite c'est une loi normale, mais quid de l'écart type donc de la dispersion, la société n'est pas une répartition équilibrée. personnellement je pense qu'une moyenne ne veut rien dire, la médiane serait peut être un meilleur indicateur.concernant les 20/80 l'auteur confond avec une loi de Pareto.
    cet article est indigeste et décevant sur ce site.
    Cordialement
    nevao

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nevao,
      et merci de nous avoir donné ton opinion sur les qualifications professionnelles d'Elisabeth.
      Maintenant, nous n'attendons plus que TES explications sur la manière de guider et gérer un groupe. Merci s'avance.

      Supprimer
    2. Bonsoir Nevao,

      Si Elisabeth présentait une découverte, un débat sur les outils mathématiques utilisés et les arguments serait tout à fait envisageable.
      Or, il n'en est rien, je m'étonne qu'un esprit aussi brillant que le vôtre puisse confondre une publication scientifique avec un article de vulgarisation.
      Seb91

      Supprimer
    3. Nevao démontre la pertinence de l'article.

      Sans son avis nous n'aurions pas eu les 10%.

      Seule une absence de commentaire négatif aurait pu mettre un bémol au bien fondé de l'article.

      A moins que ...

      A moins que les survivalistes ici soient plus du genre à tirer la substantifique moelle de toute information et plus enclin à faire progresser que d'enterrer ce qui ferait baisser la moyenne, sans parler de la médiane.

      :)

      Merci donc.

      François

      Supprimer
  2. Bonjour,

    Merci Babeth pour ces informations et tes articles toujours pertinents.

    Le survivaliste moyen, mais ambitieux, a intérêt à avoir eu un parcours professionnel riche et multiple et suivi des axes de développement personnel nombreux, importants et d'être doté par la nature: d'une bonne constitution, d'un moral à toutes épreuves et d'une veine de cocu.

    Mais on sait que la chance sourit aux audacieux.


    Heureux homme ou heureuse femme sur qui tous sauront s'appuyer, se plaindre et compter et dont ils attendront le gîte, le couvert, la parole réconfortante, une petite tape sur l'épaule, un compliment, un sourire, d'être bordé avec un petit câlin et le bisou qui va bien.

    Mais qui pourrait vouloir ça?

    Tu es sûr que des hommes/femmes libres, responsables, indépendants, autonomes, à l'ego sous contrôle, anarchistes en un mot n'existent que dans mes rêves?

    Bien le bonsoir

    François

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) : Non, je suis même certaine que la perfection du Leader absolu n'existe pas, mais comme dirait Alexandra David Neel : marche à l'étoile, même si elle te parait loin : nous finirons alors bien par arriver sur une planète sympa ! Babette

      Supprimer
    2. Merci Babette pour cet excellent travail de vulgarisation. Cela sent le vécu et chacun pourra utiliser quelque chose dans le quotidien qui nous attend bientôt.
      Bien entendu que la perfection du Leader n'existe pas, mais il me semble que la question de François portait sur l'existence de véritables anarchistes. Et là ma réponse est OUI car j'en rencontre de plus en plus autour de moi, et on en trouverait même un certain nombre sur ce site ... ce qui fait son charme.
      Bob

      PS 2 précisions :
      - Paul D. MacLean est mort à Noël 2007 (pas en 1917)
      - Les anars véritables ont rarement besoin de leader et ont tendance à ignorer tous les pouvoirs, ils laisseront donc la place aux psychopathes pour diriger les mougeons.

      Supprimer
    3. Merci anonyme pour la correction ! C'est vrai que le nanar est plutôt sympathoche ..... presqu'un frère :-)

      Supprimer
    4. Re pour anonyme : c'est vrai que le nanar est un solitaire ..... et les psychopathes et autres narcissiques risquent de hurler plusfort et plus vite ..... Babette :)

      Supprimer
    5. On a dans l'Histoire des anarchistes, en bande organisée, poussés à la violence qui ont fait des scores honorables face aux psychopathes et autres nombrilistes de tous bords.

      Bonnot

      Supprimer
    6. Tu penses à qui dans l'histoire Bonnot ?
      Groupes vendéens, résistants anars anticommunistes, camisards, Frères de la Côte (chrétiens et pirates), corses, les groupes de Larken Rose ?

      Dans l'avenir proche on mettra les frères nanars de Babette :) et ceux de Liberland.
      Bob

      Supprimer
    7. Dans l'Histoire je pense à Nicola et Bartolomeo.

      ;)

      J. Bonnot

      Supprimer
    8. Ceci est pour vous, Nicola et Bart
      Demeurez pour toujours dans nos cœurs
      Le dernier moment final vous appartient
      Cette agonie est votre triomphe.

      Supprimer
  3. Bonjour Babette et merci de rappeler quelques principes forts qui régissent la vie d'un groupe et que nous n'avons pas a l'esprit en permanence pour être efficace .Tout comme l'entrainement au tir, cette gymnastique de l'esprit, ou plutôt cette empathie est nécessaire pour une vie harmonieuse en sachant apporter aux autres la sureté(relative) l'envie de collaborer pour le bien de tous,alors c'est pas simple pas plus que le t.l.d .et peu importe les "règles " de "statistique" (,tout le monde sait qu'a partir d'un nombre suffisant d'observation la courbe les décrivant est Gaussienne ,alors les extrèmums,les écarts types et le reste on s'en fout et pas au pouième près !!!!,bien sûr dans tout groupe il y aura plus ou moins 10% de lambins ,10% de rapides et le reste dit "normal" ;la règle qui prévaut est qu'un groupe ne vaut que ce que vaut le moins rapide,tout comme une défense ne vaut que par sa protection la plus faible et ce dans tout les domaines,alors il faut se souvenir que les stats c'est comme la mini jupe ça donne des idées et ça cache l'essentiel et qu'en moyenne (ou médiane ) la tête dans le feu et les pieds dans la glace on est bien,ce qui n'empèche pas de gueuler!! Alors mille fois oui pour ton pater familias Babette , même si c'est un rêve rien n'empèche d'essayer l'asymptote(pour faire plaisir aux matheux qui prendront une règle à calcul quand les balles leur arriveront dessus) et merci pour cette fraicheur d'esprit par ces temps si gris.Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord avec toi Janus!
      La mini jupe ne cache pas toujours les sens, ciel!
      C'est Merlin qui te le dit, cage à lapin!

      Supprimer
  4. Salut à toutes et à tous;ptit message hors sujet à l'attention de Camisard;salut à toi,je relisais dernièrement de vieux articles lorsque je suis retombé sur un post ou tu me disais venir dans la drôme pendant l'été et que,peut être,nous pourrions prendre contact;je te relance donc pour cette année si le coeur t'en dit toujours,envoi moi un yop(si tu en as un)ou un ptit post ici,si Pierre le veut bien;dans l'espoir de te rencontrer bientôt,bien à toi et cordialement,jeannot/LPN26

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour LPN26, et sorry pour le HS. Il n'y a pas que Camisard qui va en Drome cet été. Je serai probablement dans le 26170 la 2eme quinzaine de juillet... à confirmer. Cdlt, Hugues

      Supprimer
    2. Salut à toi Hugues;on continu par yop si tu le veux bien,je t'en envois un dans la matinée,jeannot/LPN26

      Supprimer
  5. J' avais lu un truc amusant il y a quelques années, je vous le redit de tête.
    Vous prenez des groupes de 10 personnes,et vous les mettez dans un contexte tres dur, genre, camps de la légion.
    4 vont de démerder pour être les chefs
    4 vont être des larbins
    2 seront neutres.

    Apres vous prenez 10 "chef" et vous recommencez l'expérience.
    Vous prenez 10 larbins et vous recommencez, et enfin 10 larbins.
    Devinez quoi .... les groupe vous toujours se structurer de la même maniere, chef, larbin, neutre.
    Ce que je veux dire, un jour dans un groupe vous pourriez être le chiant, le raleur. Le groupe se disloque, et vous pourriez devenir le chef d'une nouvelle tribut.... bonne chance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien le bonjour,

      Il y a l'expérience des rats:

      http://www.dailymotion.com/video/xkr8ie_experience-des-rats-plongeurs-didier-desor_animals

      Supprimer
    2. Bien le bonjour aussi.

      Très intéressant que ces expériences.
      Bien sûr, toutes ressemblances avec des personnages existants et une époque connue serait totalement fortuite.

      Sans "juste" régulation la solution semble être la grève générale ... à moins de supprimer/reconditionner les profiteurs.

      Ou bien serait-ce la solution que de faire peur/terroriser pour museler des velléités de changement social au sein des groupes et conserver un status quo avantageux?

      Je m'égare ...

      Bien le bonsoir

      Supprimer
  6. il y a une émission tv ( bon ça reste de la télé avec une sécurité derrière) c est the island . Très interressant de voir comme les gens qui partent pour de la "survie" sont complètement dépassés et petent les plomb , la 1ere saison est bien mieux pour voir qui tient le mieux sans manger !!! (et ils n ont pas le vrai stress puisque ils peuvent arrêter quant ils veulent
    isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr c'est de la télé réalité avec ce qu'il faut de bidonné pour ne pas avoir de dérappages dangereux?,que cela serait il si en plus il y avait le risque de se faire tirer dessus!!!!!????

      Supprimer
  7. Il y a beaucoup de prise de tête alors que les choses sont simple.
    Si vous voulez manger à notre table alors participez à toutes les tâches selon vos aptitudes.
    Il faut :
    Monter la garde
    Cultiver
    Nettoyer
    Bricoler des trucs
    Etc...
    Les flemmards cassez vous et allez mendier ailleurs ;(

    L.

    RépondreSupprimer
  8. Salut a tous
    Equipez vous bien car le jour ou la dératisation aura sonné faudra etre plus que pret regardez le chiffre d agressions en France par jour non en fait il ne faut pas regarder mais juste se dire un truc que l on est jamais assez équipé et préparé

    Nb: y a pas un petit stage de prevu ct ete ? l histoire qu on puisse se rencontrer echanger ? Merci

    RépondreSupprimer
  9. Voici un film qui illustre bien le propos... (Les insurgés, avec Daniel Craig)

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=128852.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Richard
      quand les derniers chrétiens qui ne veulent pas se convertir seront parqué dans des guettos

      Supprimer
  10. Regardez ca chaque jour c est de pir en pir.....
    http://www.fdesouche.com/858181-grenoble-une-patrouille-de-sentinelle-agressee

    RépondreSupprimer
  11. http://lesobservateurs.ch/2017/05/30/pilule-bleue-pilule-rouge/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour cet article qui est en plein dans le sujet. En cas de rupture du système, avoir des leaders qui permettent a des groupes plus ou moins important de se fédérer ou au moins d'agir en interaction est plus important que votre stock de munition ou de nourriture! J'en entends déjà certains hurler que les flingues et la nourriture sont les essentiels du survivante. C'était probablement vrai au Far-Ouest mais dans le monde actuel et dans notre pays envahis j'émet de sérieux doutes sur les stratégies dite de château fort. J'invite chacun a aller faire un tour dans la "banlieue populaire" située a proximité de chez lui, il y en a partout de Nice à Dunkerque. Regardez et imaginer a quoi vous aurez affaire! Il y aura des territoires perdus et d'autres a renforcer pour résister et a moins que votre Bunker ne soit mobile il ne vous reste plus qu'a prier pour qu'il soit au bon endroit.
    Donc bien sur il faudra des leaders il faudra se fédérer êtres organisés et souvent mobiles!
    Gabriel.
    http://reseau-hertzien.forumactif.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gabriel,
      Il sera effectivement nécessaire d'être mobile. Pour améliorer son potentiel, il est nécessaire d'être employable dans la situation d'après, d'avoir des savoirs faire à vendre, être capable de soigner ou réparer ou fabriquer des choses. Il sera surtout nécessaire d'être humble pour pouvoir se mettre au service d'une communauté, s'y assimiler sans heurt d'où l'importance d'un travail spirituel vivant à chasser ses tendances narcissiques que notre société cherche à entrer dans notre esprit par tous les moyens.
      Seb91

      Supprimer
  13. C est clair https://francais.rt.com/france/39155-ultimatum-adresse-elysee-daesh-menace-france-bain-sang

    RépondreSupprimer
  14. « il ne vous reste plus qu'a prier pour qu'il soit au bon endroit »
    Prier c’est facile, mais cela n’a jamais servi à rien, il fallait réfléchir et agir…
    http://survivreauchaos.blogspot.com/2015/07/expatriation-le-costa-rica-autonomie-base-autonome-durable.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ,effectivement il y a eu un long article sur ce blog en ce qui concerne le Costa-rica,renseignement pris ,autres que commerciaux, ce serait tomber de Charybde en Scylla (plus simplement bien pire) pour au moins deux raisons (même si il en existe une "foultitude" d'autres)l'armée du Costa Rica c'est les Us ,merci pour tout !!!!! a priori les européens qui y vivent y vivent déjà "bunkerisés" et si toi y en a pas habla espagnol me gusta mas vivir aqui ,l'étranger ou qu'il soit sera toujours le bouc émissaire si ça va mal et ce sera mon dernier point : si kk ily a ,il sera mondial et n'épargnera aucun coin de cette foutue planète même pas Nauru ou Tromelin,alors on ne parle même pas des réubliques bananières !!!d'ailleurs les Us sont en train de faire en amérique du sud ce qu'ils ont fait au moyen orient et ce qu'ils savent le mieux faire ;foutre le b.....alors il n'y a rien de durable sur cette planète qui soit humain pas plus un bunker au Costa Rica que la ligne Maginot .Allez bon Dimanche à tous

      Supprimer
    2. Excellente démonstration de ce que je voulais faire passer Monsieur Janus. Pensez donc, des coins ou ils ne parlent même pas français, et puis sur internet, j’ai vu que c’étaient des indigènes sous-développés, même pas de musulmans, en plus un peuple hyper nationaliste qui a le droit d’être armé avec des trucs qui font rêver les « Rambos des bacs à sable ». Pire, pas d’allocations, de quoi vivrions nous… Ha, aux dernières nouvelles, les européens ont tous été masacrés, c’est pas un coin de paradis comme en France ou en Angleterre. Pas sain du tout tout ça !
      Un Costaricien qui connait la France au moins aussi bien que vous. Bon Dimanche.

      Supprimer
  15. ben oui effectivement si on cause pas le Français au costa rica ça pose problème !,j'y avais pas pensé et si ils ne sont pas encore musulmans quelle horreur :sur qui on va taper ? pour les armes c'est pas mieux que cheux nous , quant aux allocs très vite y en aura plus ici non plus et la télé qui manque a tout ses devoirs :carpettejadas ne nous a rien dit des affreux massacres de blancs dans ce magnifique pays qui ne mérite évidemment pas ça ,c'est réservé en principe à Londres,Nice et Paris,des photos ,on veut des photos !! pour la connaissance de la France là effectivement , je connais ce pays ami , pas plus que ça , nous les Corses nous sommes des paysans bien ignares au cul de nos chêvres,mais en plus on aime ça !! c'est pas bien mais on s'en fout et le paradis on le cherche pas nous y sommes déjà

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.