23 octobre 2014

Ce que nous voulons, c'est ce que vous avez

L'une des préoccupations majeures de ceux qui sont honnêtes et se préparent en vue du chaos devrait être le côté sombre de la nature humaine.

Vous pourriez avoir tous les équipements et fournitures qui sont nécessaires en vue du grand soir, assez de vivres pour nourrir votre famille pendant 10 ans, assez de munitions pour mener une salve de 21 coups de canon toutes les heures de la journée pendant les cinq prochaines années ;

Et pourtant vous faire tout prendre en une minute par des personnes désespérées qui ne se soucient aucunement de vous-même ou de votre famille...



Lorsque surviennent les temps difficiles, l'instinct de survie entre en scène à un moment ou un autre. C'est alors que les plus grands périls se présentent, et que l'on peut être amené à défendre sa vie.

Je veux parler du véritable instinct, celui qui pousse à survivre coûte que coûte, et que "Les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître", comme le dit la chanson, ou du moins, ceux et celles de nos pays développés qui n'ont jamais eu à vivre dans l'angoisse du lendemain.

Lorsque la situation est désespérée et que c'est soi-même ou celui d'en face, la plupart des gens vont laisser de coté leurs éventuels principes et faire tout ce qui est nécessaire pour prendre ce que vous avez, dès lors que ce que vous avez pourrait être en mesure de les aider.

Nous allons donc parler dans cet article du concept de "maraudeur". Je crois personnellement que ce terme est plus approprié que "criminel" ou "voyou", dans la mesure où il englobe aussi ces derniers, et le péril qu'il représente bien réel. C'est la raison pour laquelle nous n'avons cessé depuis le début de parler de sécuriser le domicile, maintenir une conscience permanente du danger, et de la manière dont la société peut s'écrouler en l'absence de règles de droit. L'histoire est pleine d'exemples de gens qui ont perdu la vie pour toute sorte de raisons futiles, et le fait d'ignorer les périls qui nous menacent ne va pas les rendre moins réels pour autant.

Beaucoup de gens de mon entourage, et très probablement du vôtre par la même occasion, pensent que le fait d'interdire les armes à feu serait le meilleur moyen de prévenir la violence. J'ai arrêté depuis longtemps de vouloir argumenter contre une telle idée, tant elle est stupide. Les abrutis dotés d'un raisonnement aussi simpliste ne méritent pas qu'on leur accorde une quelconque attention.

Si vous n'avez pas d'armes, alors vous avez encore moins de chance de vous protéger contre les malfaisants qui en ont ! Mais supposons une seconde, pour aller dans le sens des idiots précités, qu'il n'y ait vraiment aucune armes à feu d'aucune sorte en France. Croyez-vous vraiment que cette absence va garantir votre sécurité ? Allez donc dire cela aux civils du Nigeria qui ont été massacrés à coups de machette, ou aux chrétiens décapités dans les pays musulmans...




L'absence d'armes ne signifie en aucune manière la paix, l'amour et les fleurs. Ce n'est pas nouveau, et la violence ne cessera jamais quelle que soit la loi qui puisse être votée, ou le droit d'en posséder retiré aux citoyens. Si quelqu'un veut vraiment votre mort, alors il vous tuera. A moins que vous ne soyez en mesure de le stopper.

Le manque de moyens de protection est dans tous les cas un sérieux problème. Mais le plus important est cet aspect sombre et sinistre que j'évoquais en début d'article. Quoi qu'il puisse arriver, si la société s'écroule jusqu'au point de désespoir, alors les gens vont faire des choses désespérées. Il n'y a aucune négociation possible face à des individus qui ont faim, qui ont un plan, qui sont en nombre suffisant et qui possèdent des armes. Ces gens-là vont venir prendre ce que vous avez, et vous pourrez vous estimer heureux s'ils ne font rien de pire que d'emporter vos provisions...

Aucune préparation ne peut vous prémunir contre les maraudeurs et les empêcher de vouloir vous voler ce qu'ils veulent, ou ce dont ils ont besoin pour vivre. Vous pourriez prévoir en quantité suffisante pour faire la charité, mais il arrivera un moment où il faudra que vous gardiez ce qui est nécessaire pour nourrir votre famille.

Et cela ne s'arrête pas à la nourriture. Si c'est votre BAD qu'ils veulent, alors ils la prendront. A partir du moment où vous possédez quelque chose d'intéressant, quoi que ce soit, vous devenez une cible.

Imaginez vous-même et votre famille une fois les lumières éteintes... Imaginez des maraudeurs épier votre maison depuis les bois environnants. Est-ce que cela serait en mesure de changer la manière dont vous vous préparez ? Si vous saviez que des prédateurs vous attendent là-dehors, est-ce cela changerait quelque chose à ce que vous faites maintenant ?




Un personne bien intentionnée pourrait penser que seuls les criminels seraient amenés à commettre des actes mauvais, y compris en temps de chaos. Or ce genre de raisonnement peut être fatal. Si vous avez vécu une vie normale jusqu'à présent, alors vous n'avez qu'une très petite idée de vos aptitudes réelles de survivaliste comme du genre de personne que vous pourriez devenir, et a fortiori les autres, quand chacun doit se battre pour survivre.

Il est primordial de savoir que les gens peuvent montrer des facettes très différentes de leur personnalité lorsqu'on en vient au véritable instinct de survie. Les gens ordinaires aiment à penser que tout peut s'arranger en faisant le bien. Ils agissent donc en conséquence, et se comportent autant que possible de bonne manière, en "Bon père de famille". Et cela n'a rien à voir avec le fait de croire en Dieu ou pas. J'éprouve une sympathie réelle envers ces personnes, de même que pour les âmes charitables. Ceux qui font le bien sont très certainement de bonnes personnes, et un tel état d'esprit peut être gratifiant en temps ordinaire. Mais en temps de chaos, et je suis désolé d'avoir à être aussi négatif, elles ne feront pas long feu.

Lorsque les gens seront condamnés à choisir entre eux-mêmes et cette "bonne personne", la réponse est facile à deviner...

En temps de chaos, tout se renverse, et rien ne fonctionne plus comme on l'avait imaginé. Nous vivons tous aujourd'hui en sachant que les mauvais existent, mais aussi que cette espèce diabolique et malfaisante est plus ou moins contrôlée et maintenue à distance de notre société. Ainsi, à moins de fréquenter nous-mêmes leur milieu, ne serait-ce que par obligation professionnelle (forces de l'ordre ou autre), nous ne sommes pas tout à fait conscient du nombre de mauvaises gens qui nous entourent. Peut-être vivons-nous tout près de l'une ou plusieurs d'entre elles, sans même nous en douter...

Mes diverses aventures en dehors du cadre géographique et social de mon pays ont eu pour effet de me soustraire à mes illusions, parfois très rudement. Celles-ci ont été largement battues en brèche lorsque je me suis aperçu de ce pouvaient faire les gens "normaux" pour survivre. Sans parler des mauvais...




Mais revenons à nos maraudeurs... Il existe des tas de gens de nos jours qui ne sont "personne". Des gens ordinaires qui travaillent à l'usine, et prennent tous les soirs le métro pour finir devant la télé. Des voisins que vous ne connaissez pas vraiment, mis à part le "Bonjour" dont vous les gratifiez de temps à autre, ou les commentaires échangés sur un coin de pelouse à propos du dernier match de football ;

Des gens qui vivent seuls, qui ont l'air correct, possèdent un travail honnête, et passent leur fin de semaine au café à discuter avec les amis. Si on vous demandait de les décrire, vous diriez probablement que ce sont juste des voisins, des gens "normaux", voire sympathiques...

Sans vous douter un seul instant que ce sont des psychopathes en puissance, attendant le moment propice pour se révéler. Des gens qui une fois le chaos venu vont être autant de leaders de groupes locaux. Des gens populaires parfois, qui ont quelque chose qui fait que les autres veulent les suivre, en particulier les méchants.

Le meurtre, le viol, le vol et tout ce qui va avec deviendront à ce moment-là leur manière de vivre. Des gens desquels vous courrez vous cacher en les voyant, eux et leurs groupes, même si vous les fréquentiez dans une vie antérieure. Des gens devenus très différents de ceux que vous aviez connus, qui comme nous tous attendaient le chaos, mais sans savoir qu'ils l'aimeraient et que celui-ci serait le catalyseur permettant à leur vraie nature de se révéler et de s'exprimer.

Et ces gens-là ne seront pas les seuls. Lorsque les lumières vont s'éteindre, des tas de bizarres et de malades vont se lever. Et pour rendre les choses encore plus difficiles, des gens tout à fait normaux en temps ordinaires. Le fait est que vous ne saurez jamais quel type de personnes vivent autour de vous, voire même parmi vous.




Outre ces gens normaux qui auront mal tourné, vous aurez toute une armée de raclures et de vrais criminels qui n'attendent que le chaos pour être enfin quelque chose et jouer aux petits dictateurs. Vous pouvez être sûr qu'ils sont parfaitement préparés pour cela. Ils vivent déjà dans leur propre version criminelle du chaos, avec leurs propres règles. Lorsque les lumières vont s'éteindre pour de bon, ils n'auront plus qu'à "sauter" dans leurs nouveaux rôles, parfaitement organisés, prêts à prendre la relève et se défouler sans que rien ne puisse les retenir.

"Pourquoi y a-t-il tant de mauvaises gens tout d'un coup ?" vous demanderez-vous. La réponse est en fait très simple : parce que les mauvaises gens sont partout autour de nous. Personnellement, je classerais cette population en trois catégories :
  1. Ceux qui sont conscients d'être mauvais, comme les membres du crime organisé, les gangs, les voyous, etc. qui œuvrent d'ores et déjà pour le mal ;
  2. Ceux qui sont conscients d'être louches mais se tiennent encore à carreau, attendant impatiemment l'opportunité d'une prochaine apocalypse pour réaliser leurs désirs secrets et exercer leur pouvoir sur les autres ;
  3. Ceux qui sont "bons" pour l'instant, œuvrant globalement pour le bien, sans se douter que le chaos à venir va les muter en gentils psychopathes torturant leurs semblables.

Donc pas mal de monde assurément...

Comment pensez-vous que tout ce beau monde va se comporter une fois les lumières éteintes ?

17 commentaires:

  1. hey oui, ce fameux débat "sans les armes on vivrait tous dans un monde de bisounours avec des petits poneys qui pètent des arc en ciel"... débat sans intérêt, on ne fais pas le poids face à la télé et aux médiats... perso, j'ai laissé tomber.
    Je me demande des fois si ils se disent la même chose sur nous? genre "les méchants possesseurs d'arme, j'ai laissé tomber le débat avec eux, ils ne se rendent pas compte que sans eux, on serait dans un monde tout rose"... à vérifier lol

    Bref...
    Pour se défendre contre ce type d'agression, mon avis est, faire tourner le fait que vous avez juste un fusil et quelques munitions... juste asse pour dire "est ce que ça vaut le coup que tu risque ta peaux pour vérifier si j'ai autre chose"

    Ensuite, le débat en est interdis, mais pour moi, l'apprentissage des pièges et des mines est très important, ils permettent de se défendre très efficacement avec très peu de moyen,trés peu d'effectif et sans à avoir à monter de garde.

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord. L'homme est un loup pour l'homme. Sauf que le loup tu pour manger, il ne pille pas, ne viole pas...
    D'accord avec vous Reinho01, les pièges et mines doivent être étudiés. Un piège à feu à blanc vaut une sentinelle!
    Il me semble que les pièges à feu sont interdis en France, mais rien ne nous empêche d'étudier la question sérieusement.
    Christian

    RépondreSupprimer
  3. leur fabrication et leur utilisation est bien sur interdis, mais aussi leur débat.

    J'ai beaucoup de document dessus après avoir travaillé avec les forces spéciales, mais c'est loin d'étre aussi difficile à obtenir qu'on peut le croire, il suffis de chercher comme il faut sur internet (cyber-café pour éviter les retracages d'adresses IP) attention à comment vous chercher surtout avec la nouvelle loi ultra liberticide qui est passé il y a quelques semaines.

    Bien souvent ils sont fais avec des munition de fusil de chasse modifiés avec simplement un peu d'imagination.
    Si le sujet t'interresse, je te conseille a 100% le e-livre "le terrorisme du 21éme siécle" disponible sur ce blog sur simple demande à pierre le templier.

    RépondreSupprimer
  4. Un certain autre blogueur survivaliste mondialement connu mettait en avant des détecteurs de mouvement ou des système de faisceaux lumineux (à pile) qui généraient des signaux d'alarme en cas de déclenchement.

    Des trucs à 20$..

    Je vous avoue avoir eu l'idée de m'en procurer pour... m'en servir de boitier de commande à des système nettement moins "amicaux"!!

    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si tu a suivis mon article sur la guerrilla et celui de pierre sur les circuit électriques, tu a du voir beaucoup de façons pour déclencher un détonateur, de plusieurs façon possibles... la seule limite pour la fabrication de pièges et de détonateur sera ton imagination.
      Qu'il sois mécanique, électrique ou chimique, la seule façon pour être bon dans ce domaine, c'est d'y réfléchir et de faire des essaies... théoriques bien sur.

      Supprimer
    2. J'ai suivi ton article avec beaucoup d'attention.
      Pendant qu'il est encore temps, je vais me pencher sur la question et vous ferai part de mes expérience personnelle en matière de piégeage!!

      Il est vrai que la base de construction des fusils artisanaux peuvent aussi laisser songeur. (avec décision d'armer ou non les pièges en temps voulu.) ;)

      Supprimer
    3. Oui merci de nous faire part de tes expérience car le sujet est intéressant et important .

      Supprimer
    4. étant membre de égalité et réconciliation, j'ai également suivis tes commentaires avec intérêt, luc le soralien.

      le piégeage est un sujet dangereux, que ce sois en fabrication ou en débat. Si tu lance à la pratique, fais juste attention... ça ne marche pas toujours comme prévu.

      Supprimer
    5. Merci de l'avertissement, camarade.
      (E&R est telllllement partout... Ça donne le sourire)

      N'ayant pas la même expérience que toi des armes à poudre et des éventuels déclenchements et réactions chimiques à effet retard je pratiquerai avec beauuuucoup de concentration.
      En revanche, l'électronique, la programmation et le câblage sont plus dans mes cordes donc si j'abouti à quelques chose de fiable, efficace et sécuritaire je vous en ferai part.

      Supprimer
    6. j'ai d'ailleur été très content en apprenant, dans une de ses conférences de presse avec pierre jovanovic, qu' Alain Soral lui même étudiait le survivalisme.

      Pour les déclencheurs chimiques, c'est simple, je ne m'en approche pas. plus efficace, c'est sur, mais bien trop paufin pour moi, et aussi moins stable.
      Je préfère de loin les systèmes mécanique, bien plus dans mes cordes.

      Supprimer
    7. Je sais même de source sûre qu'il est extrêmement préparé dans ce domaine. Il y a un "domaine" en Bourgogne, loin des gares et des autoroutes...

      Mon savoir-vivre m'empêchera de dire plus sur ce qu'il organise alors que je suis sur le blog de monsieur TEMPLAR.
      Les gens de bon sens se concentrent sur les mêmes choses en ce moment.

      petit hors sujet :
      En revanche, j'emet une réserve devant la profusion de vidéos d'attardés francophones qui s'auto-proclament "expert en survivalisme".

      Leur bêtise et leur soucis d'exister sur le WEB attire l'attention sur nos démarches et pourrait finir par être des origines officieuses de futures lois liberticides concernant les armes.

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  5. je parlais uniquement de pièges mécaniques ,sans détonnateurs ,sans énergie électrique que l'on peut mettre en oeuvre avec les seules ressources naturelles de l'environnement soit urbain soit campagnard et ce pour la nourriture d'appoint en priorité cordialement à tous

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour vos articles ; toujours intéressants et très réalistes.
    Dans les piège simples : il y a le trio "câble, tapette à rat et cartouche de 12".
    La cartouche est percutée par la tapette, elle même déclenchée par le câble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas si une tapette donnera suffisamment de force pour déclencher une amorce, mais pourquoi pas.
      Avec une tapette, je connaissais plutôt avec une batterie relié sur la tapette, le fil le déclenche, relie deux pièces métalliques sur la tapette, referme le circuit et déclenche ensuite un détonateur électrique.

      tout dépendra de vos besoins.

      Supprimer
  7. Tout à fait d'accord avec vous Luc en personne. Ces soit disant "experts" en survie peuvent nuire plus qu'être utiles à la cause survivaliste!

    Christian

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.