21 décembre 2015

Se nourrir dehors en situation de chaos

=> Article rédigé par Aurélie, biologiste et rédactrice de Survivre au Chaos.

C'est avec plaisir que nous accueillons Aurélie dans nos colonnes, qui nous livre dans son premier article quelques conseils bienvenus en cette période de fête et d'agapes, au cas où vous souhaitiez ajouter quelques protéines dans vos assiettes !

Survivre en mangeant ce que l’on trouve... Hors cas de contamination générale par des attaques nucléaires, radiologiques, bactériologiques ou chimiques rendant l’environnement impropre à alimenter l’Homme.




1) Rappel des éléments fondamentaux nécessaires à la survie de l’Homme


Il est des éléments plus importants que d’autres, des éléments que l‘organisme possède en réserve et d’autres qui, en cas de carence avérée, se traduit très vite par des troubles ou une maladie. Quelques rappels à ce sujet :

Les protéines sont les éléments constitutifs de nos cellules : une carence induit une fonte musculaire, entre autres.

En situation de survie en extérieur on en trouve dans les œufs, la viande, le poisson, les pissenlits (!), les noix, le lait, le sang.

Les glucides : C’est ce que l’on appelle communément les Sucres, tout ce qui se finit par « oses » est un sucre. C’est le carburant du cerveau et des muscles, il est de plus beaucoup plus vite assimilé par notre intestin grêle que les lipides et apporte de l’énergie rapidement. Les fruits contiennent du fructose, (un sucre), les noix également, tout comme les massettes de roseaux.

Les lipides : Ce sont les graisses, on devrait dire « acides gras ». Ils « portent » 2 fois plus d’énergie par unité de masse que le sucre, mais sont moins rapidement assimilables. On comprend pourquoi notre organisme porte ses réserves sous forme de graisse…
En contiennent : La moelle, le foie, le jaune d’œufs, lait.

Les minéraux : Ce sont essentiellement le phosphore, le soufre, le calcium, le magnésium, le potassium, le fer. Le magnésium et le sodium ont leur implication dans la conductivité nerveuse entre autres, le fer de l’hémoglobine sert au transport de l’oxygène dans le sang. On voit là leur importance !
En contiennent : Sang, pissenlit, orties (à manger en soupe).

Les vitamines : Servent au fonctionnement métabolique du corps. Une carence en vitamine C et vous développez le scorbut… Maladie quasi disparue mais qui referait surface en cas de malnutrition ; la vitamine C a un rôle important dans l’immunité. En cas de carences, vous serez plus sensible aux maladies. Et ce n’est pas le moment.
En contiennent : Pousses de pins et d’épicéa, orties, poissons, plantes et baies comestibles, fruits et légumes frais.

les fibres : Elles sont nécessaires au microbiote intestinal. Les bactéries qui s’y trouvent y ont leur refuge et nous aident à digérer.
En contiennent : Aiguilles de pins, fines herbes.

Vous devrez, en situation de survie, trouver tous ces éléments si vous voulez perdurer en bonne santé.




2) Précautions liées à la nourriture trouvée/obtenue, hygiène des aliments


La nourriture trouvée dehors devra, même en cas de chaos, faire l’objet de nettoyage et d’attention et ce pour plusieurs raisons. Les maladies liées à l’ingestion de certaines bactéries, protistes et/ou de certains champignons microscopiques pathogènes vous guettent. Qu’une diarrhée vous prenne et c’est votre hydratation qui devra la compenser, il vous faudra donc trouver plus d’eau… potable. Et si là aussi l’eau n’est pas assez potable vous courez doublement à votre perte. Vous perdrez de l’eau par la diarrhée qui ne sera pas compensée par une réhydratation, vous serez donc cloué sur place avec des crampes intestinales, de plus en plus faible, incapable de poursuivre votre recherche de nourriture et de vous défendre si besoin. Vous allez vous affaiblir et si cette situation dure jusqu’à un certain niveau de déshydrations vous mourrez.

Petit rappel au sujet de l’hydratation, qui est encore plus important que l’alimentation pour la survie. Sachez que notre corps est composé, comme la plupart des mammifères, d’environ 70% d’eau. Dehors ou chez vous, vous pouvez rester plusieurs jours sans rien manger, même quelques semaines en fonction de votre âge et état de santé. Vous perdez de l’eau en permanence, par votre seule respiration déjà, puis par l’évacuation d’urine, défécation, sudation (proportionnellement à la température ambiante), votre activité, l’altitude ou même certains états particuliers comme la maladie ou les brûlures qui augmentent encore la demande en eau. Plus vous vous déshydratez, plus vous perdez en lucidité et en état de santé par différents phénomènes de dysfonctionnements physiologiques.

S’il vous manque 5 % d’eau dans votre organisme, vous avez soif, vous souffrez d’irritabilité, de nausées et de faiblesse. A 10 %, vous subissez vertiges, maux de tête, picotements et incapacité à marcher. A 15 % vous êtes aveugle et sourd, votre langue est gonflée et votre peau est engourdie. Au-delà, la plupart des humains meurent par arrêt cardiaque du à un épaississement excessif du sang… L’hydratation est vraiment à prendre au sérieux, et elle est liée à la quantité de liquide que votre corps possède, donc n’attrapez pas de diarrhée surtout en cas de chaos : le lien entre hygiène des aliments, hydratation et nourriture doit vous paraître plus clair maintenant !





3) Le gibier chassé : Comment le manger et le conserver


Il importe de chasser du petit gibier plus facile à piéger, qui demande moins d’énergie et fait courir moins de risque en général. De plus, il y aura à aussi moins de risque de gaspillage et de voir la nourriture s’avarier avec le temps.

Les lapins devront être vidés, dépecés, avec la tète et les pattes enlevées. Ils devront ensuite être grillés à la broche au dessus du feu.

Les serpents (sous nos latitudes et en France : couleuvres essentiellement) devront avoir la tête enlevée, et seront vidés, puis coupés en tronçons et grillés.

Les lézards auront tête et viscères enlevés, puis seront grillés.

Les oiseaux devront être plumés et étêtés, puis vidés. Bien que cela paraisse ragoutant, le sang devrait être bu tiède car très riche en protéines.  Ils seront ensuite cuits.

Les poissons seront vidés, mais cuits avec les écailles enveloppés dans des feuilles ou des écorces pour en faire une sorte de papillote jusqu’à ce que le blanc de l’œil sorte de ses orbites : il est alors cuit, vous pouvez le manger sans risquer une toxi-infection…

Pour conserver tout reste de viande que vous auriez, car en situation de survie il n’est pas question de gaspiller, il faut absolument la faire sécher ou fumer pour éviter un développement bactérien ou fongique qui vous serait toxique.

Pour cela il faut prélever cuire et manger toute la graisse. Couper la viande en bande pour la faire sécher plus vite. Les morceaux de viande mis à sécher devront être exposés au soleil et à l’air ; si les mouches posent problème il est alors préférable de faire fumer la viande, il n’y aura pas d’autre choix… Viande à faire fumer lentement à la fumée d’écorce mais en évitant absolument celles de pins et de sapins, toxiques.

Enfin, n’hésitez pas à faire le charognard. En situation de survie, quand le manque de nourriture vous tenaille et que vous n’avez pas le choix, il ne faut pas réfléchir. Si vous êtes en milieu urbain et que vous trouvez un chien, un chat, un oiseau mort et comestible car mort depuis assez peu de temps, profitez-en….


Bon appétit !


4) Plantes et champignons comestibles


En Europe, et en France y compris, il y a une foule de choses que l’on peut trouver dans les champs et les sous bois pour manger. Voici quelques exemples :

Les massettes : Ce sont ce que l’on appelle généralement les roseaux, plus précisément leur extrémité de couleur brune. On en mange aussi les racines qui contiennent beaucoup de sucre.

Les pissenlits : On en mange les feuilles, les racines.

Les orties : Il faut faire bouillir les feuilles une quinzaine de minutes avant de boire la soupe.

(Note de Pierre : En général, on n'aime pas l'ortie en raison des irritations qu'elle provoque lorsqu'on s'y frotte. Pourtant, l'ortie piquante (Urtica Dioica) est un remarquable aliment de survie, l'une des rares plantes à posséder entre 25 et 40 % de protéines, sans compter les vitamines et minéraux. Lors des dernières guerres, des familles entières dans les campagnes ont survécu en mangeant uniquement de l'ortie. Personnellement, je vous conseillerais d'en planter une bonne surface dans votre jardin dès le printemps prochain. En plus, il y a peu de chance pour que l'on vienne vous la voler... Un article particulièrement intéressant qui décrit en détail tous les bienfaits de cette plante : http://mr-ginseng.com/ortie/)

Cynorrhodon : Egalement appelé « poil à gratter », ce sont de petites baies rouges fruits d’un rosier sauvage. A consommer en infusion.

Nénuphar : On en consomme les fleurs et les feuilles, les graines également, crues ou cuites.

Aiguilles d’épicéa ou de pin : Infusées dans de l’eau chaude.

Panais : Les feuilles et racines sont comestibles, d’ailleurs les panais font partie de ce que l’on appelle aujourd’hui « les légumes oubliés »

Fougères : Faire bouillir les jeunes frondes et les consommer ainsi, tout comme les rhizomes.

Fruits : Il y a une foule de fruits en fonction de la saison : pommes, poires, noix, noisettes etc. Mais tout cela, chacun saura les reconnaître. Sachez chercher les petits si vous êtes en saison favorable : fraises des bois et mures sont excellentes car riches en vitamines et sucres.

Les fleurs : elles sont presque toutes comestibles sous nos latitudes.

Champignons : à éviter si vous ne connaissez pas l’espèce. La cuisson ne détruit pas le poison bien que ce soient des enzymes à la base…


L'ortie piquante à la rescousse du survivaliste...


5) Autres sources d’aliments


Il ne faut pas négliger tout ce qui peut apporter des protéines, et donc aider à la survie. Tout ce qui sera comestible sera nécessaire.

Insectes et arthropodes : On peut manger quasiment tous les insectes et arthropodes à une condition : afin de se prémunir des venins, toxines et autres problèmes, on ne doit jamais manger d’araignées ni d’animaux « poilus » en général.

Les insectes sont une source importante de nutriments et peuvent être mangés : Les criquets, les sauterelles, les asticots (si, si...), les vers de terre, les limaces. Pour ragoutants que sont ces animaux, ils constituent une source de protéines importante, surtout les insectes.

Les petits mammifères sont tous comestibles après cuisson pour éviter, là aussi tout risque sanitaire : rats, mulots, taupes, ragondins, fouines, putois etc.

En attendant le prochain chaos pour devoir mettre ces conseils en pratique, nous vous souhaitons à toutes et à tous de Bonnes et Joyeuses fêtes de Noël !

33 commentaires:

  1. super texte et .....très utile on peut y rajouter le foie gras ,les zhuitres sur nos cotes,le caviar dans l'esturgeon (en gironde) plus rare et le zhommard qu'on trouve a coté des zhuitres dans le même biotope,bon je blague ,merci Aurélie et bonnes fêtes a tous

    RépondreSupprimer
  2. Les oiseaux, tels les moineaux, merles, pigeons sont aussi comestibles. Attention avec les étourneaux: une fois touchés, ils se camouflent admirablement au sol et on les rate.
    Pour les plantes, le chénopode, l'arroche et l'ortie sont ce qu'il y a de plus fréquent dans la nature. Les anciens (petits hommes verts) savent comment manger de l'ortie telle quelle.
    Les insectes doivent être passés à la flamme car porteurs de saloperies en surface. Idem avec les piafs qui abritent des sortes de poux. Attention aux bêtes malades: certaines maladresses occasionnent des écoulements internes qui pourrissent la viande.
    Sur les bords des routes, un arbre aux feuilles argentées, épineux, fait des petits fruits oranges vers l'automne: c'est de l'argousier, une formidable réserve de vitamine C, astringent au goût mais utile. J'insiste sur l'aspect argenté des feuilles pour ne pas confondre avec un pyracantha, aux propriétés beaucoup plus discutables.
    cc

    RépondreSupprimer
  3. Le survivaliste ne serait-il pas un fin gourmet ?

    Voici un article qui semble moins passionner les foules que les "frères au triangle" ou les capacités létales comparées de la sarbacane et du Taumawak.

    Très bon article, en particulier pour le rappel sur le lien alimentation - eau - hygiène.

    Bonne soupe d'orties à tous pour Noël.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Alice,

    Merci pour cet excellent article d'une utilité évidente.

    Je vis en campagne et la problématique du "rendement" du potager pour/vers une autosuffisance est réelle, surtout en hiver.
    De plus, en cas de KK, les potagers verront venir à eux toutes sortes de petits ou grands parasites et autres saloperies avec plus ou moins de pattes qui pourraient ravager votre futur alimentaire.
    Et même sans ravageurs, les compléments nutritionnels mentionnés seront très probablement nécessaires voir vitaux.
    On peut penser que les rats des villes, en cas d'invasion, seraient peu nombreux à connaitre et à utiliser ces plantes.
    C'est donc une "réserve" à mettre en place.
    Et je ne parle pas s'il y avait l'obligation d'un séjour dans la verte!

    Alice, Riesling et ragoût de sauterelle, écrasée d'orties sauce à la menthe ou quelques autres gourmets pourraient surement nous proposer des recettes digestes.

    Laurent

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour.

    Si je puis dire ,cet article m'a mis en appétit ! Bel hors d'œuvre , y aurait il une suite au menu ?
    A signaler qu'il faut " contenir " les orties , c' est une plante envahissante très facilement et très rapidement sur autres plantations avoisinantes.
    A signaler " l' argousier " dont les fruits ou baies contiennent un fort pourcentage de vit c et autres. Comme le Kiwi , arbuste mâle et arbuste femelle . On donnait les feuilles a manger aux animaux également pour favoriser prise de poids et qualité poil notamment .
    De nos jours , on l'utilise a des fins décoratives ou on peut le trouver a l'état sauvage.
    Également s'implante sur des sols pauvres , rocailleux et a l'avantage d'améliorer les sols par fixation azote mais principalement endroits ensoleillés , supporte la montagne 1600 / 1800 m . Certaines variétés très résistantes au froid jusqu'à 5200 m.

    Salutations.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour à toutes et à tous,
    Cet article est tout plein de conseils utiles.
    Pour la chasse et le gibier, je crois qu'il nous faut abandonner nos illusions : il n'y aura pas grand chose à manger, à part les rats et autres rongeurs.
    L'agriculture et la chasse ont tué tout le reste.
    Il me paraît sage de mémoriser dès que possible une bonne liste de photos de salades de campagne et de baies.
    Il y en a plein, et certaines sont succulentes : mâche sauvage ou doucette, bourse à pasteur, porcelle, saint-joseph, terre-grèpe, le délicieuse roquette, le pourpier, les laiterons, pissenlits, plantains, raves sauvages, cresson, capucine, nombril de vénus, etc...
    Ne pas oublier les asperges, poireaux, aulx et oignons sauvages qui parfument une omelette ou une soupe.
    Et se souvenir des baies et fruits divers en été et automne : mûres, framboises, groseilles sauvages, myrtilles, figues et surtout les châtaignes qui permettent de passer l'hiver...
    Les confitures de ces fruits, faites l'été, me durent toute l'année, pour le simple prix du sucre et du gaz.
    Même les glands sont comestibles : ils donnent une farine qui, ajoutée à de la farine de blé, est panifiable.
    Enfin, pour les plus gourmands, ça vaut de coup d'investir dans un livre et d'apprendre à ramasser les champignons. Frais, ils permettent de cuisiner un plat de roi. Séchés, ils se conservent plus d'un an et améliorent grandement l'ordinaire.
    J'en mange presque tous les jours et ne le regrette jamais.
    Bonne chance et courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      @ Serge Acquoix23 décembre 2015 à 15:34

      "Pour la chasse et le gibier, je crois qu'il nous faut abandonner nos illusions : il n'y aura pas grand chose à manger, à part les rats et autres rongeurs.
      L'agriculture et la chasse ont tué tout le reste."

      Pas si sûr et en voici à mon avis les raisons:
      - Si sortir chasser devient dangereux pour cause de couillons urbains envieux, affamés et armés dans la verte ça ne durera pas.
      Le couillon dépérira plus vite que les chevreuils, sangliers, lapins, et bécasses qui auront tout loisir pour folâtrer et se multiplier car les plans de chasse ne seront plus suivis.
      - Certes, chasser sera dangereux et mortel pour le solitaire, mais pas impossible en groupe de chasse.

      Et puis, puisqu'il faut le dire encore et encore: non, les chasseurs n'ont pas tué "tout le reste" ( quel reste?). les chasseurs permettent au maïs et autres céréales, qui nourrissent poules et autres dindons, de pousser en régulant le nombre - exigé par la préfecture et les assurances agricoles - des sangliers destructeurs également des champs de blé ( baguette croustillante, brioche, pain au chocolat ...).
      D'autre part un chevreuil détruit, à lui seul, plusieurs centaines de jeunes pousses d'arbres chaque année.
      Combien en voulez-vous de trop pour vivre sur une lande sans arbre?

      Bon, pour ces "Salauds" d'agriculteurs qui vous nourrissent mal et qui produisent et produisent et produisent et produisent, vous saisissez sûrement qu'ils ne maîtrisent pas plus que vous le système productiviste généreux du "toujours plus" dans lequel nous subsistons et que pour la plupart ils en sont victime.
      Il est probable que les agriculteurs sous pression "ont tué tout le reste", en exagérant un peu, pour que NOUS vivions.

      Joyeux Noël et gavons nous.

      Laurent

      PS: Pour attirer le chevreuil et autres bestioles comestibles, j'ai accroché une pierre à sel à ma clôture. Je pourrais les avoirs à la fléchette. Pour le moment, j'admire ces beautés ... ;)

      Supprimer
    2. effectivement Laurent les chasseurs et les agriculteurs n'ont pas tout tué ,c'est vrai, ils sont en partie les protecteurs du gibier et les plans de chasse sont effectivement utiles a ce titre.Tout change en situation de chaos ces mêmes paysans et chasseurs efficaces ,nécessité faisant , loi massacreront tout ce qui bouge bien avant qu'un citadin ait pu sortir son 12 de l'étui,il en va de même pour la pêche.Partout ou l'activité prédatrice de l'humain n'a pas été encadrée strictement (et même) le résultat ne s'est pas fait attendre : le désert cinégétique,il y a des exemples ,une foule ,une multitude , quelques uns au hasard ; les palombes dans le sud ouest,les langoustes en corse vendues a la taille des langoustines et les oursins qui disparaissent,les merles pris par 200 au piègeage en une matinée il ya encore 30 ans ,quasiment éradiqués etc etc etc etc ;la faim ne laissera rien derrière elle ,essayez de pecher a pied 5 kilogs de tourteaux de taille raisonnable à l'ile d'Oléron a chaque grande marée , c'est mission impossible sauf énorme coup de pot.Il y aura toujours des fanfarons exprimant le contraire .Vivre sur la nature est une utopie a moyen terme,les groupes humains de chasseurs en nouvelle guinée sont constitués de peu d'individus ,un e grande densité humaine ne serait pas viable,d'ailleurs c'est la raison de l'élevage pour remplacer la chasse et de l'agriculture pour remplacer la ceuillette en attendant passez de bonnes fetes

      Supprimer
  7. Très belle argumentation !
    Je souhaite de tout cœur que le ciel t'exauce et que demain te donne raison.
    Joyeux Noël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge pour tes bons souhaits, reçois les miens.
      Le ciel peut attendre et quoiqu'il arrive demain, il y aura peu de "Raison" pour nous exaucer.
      Joyeux Noël

      Laurent

      Supprimer
  8. Effectivement, dès qu'on parle plus de pétoire y a moins de monde. Le danger à court, moyen et long terme est la surpopulation. En cas de crise, des masses plantées sur un endroit restreint pourrissent tout, ressources, faune et flore.
    Une population en mouvement va tout bouffer sur son passage et tout saloper par la même occasion. Il est illusoire de compter sur la cynégétique et le carré de choux pépère: les animaux vont se barrer ou se faire bouffer et les cultures se faire piller, car le chou court très peu, ou mal.
    je voudrais pas être pessimiste, mais soit on passe au menu végétarien, soit on passe à l'anthropophagie pour être sûr de bouffer régulièrement. Nous ne sommes pas une élite et allons aux mêmes sources que ces cons qui ont contribué à cette situation par leur vote, leur lâcheté, leur déni de soi et l'abandon des valeurs qui ont fait la société, et je dois dire qu'ils sont plus nombreux que nous. On va donc vers des problèmes, même si on est mieux préparés, il arrivera un moment où on buttera sur les mêmes soucis d'alimentation.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour CC,

      " Ce n'est pas par ce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison" et je pense même que le fait qu'ils soient nombreux à avoir tort soit plus un handicap qu'une chance.

      je vois cet article comme un savoir comme une chance de plus.

      Sans être "ravi" ni optimiste, le fait d'accumuler savoirs et savoir-faire me font garder confiance dans mes possibilités de pouvoir faire des choix et prendre des décisions pour la suite de mon existence, peu importe les suites ou options à venir sur/dans lesquelles "on butera".

      Laurent
      https://archivesmillenairesmondiales.wordpress.com/citations/citations-dissidentes/

      Supprimer
  9. Parfaitement CC ,mais parler autour de vous pour dire qu'il faut moins d'enfants et vous touchez pile poil le jack pot de ce qui fait que "tout le monde viendra vous voir pendu,sauf les culs de jatte ,bien entendu ...." a moins d'une st Bathélémi généralisée éliminant les 3/4 de la population qui ne fera que repousser le problème ,l'homme n'ayant pas l'intelligence animale ou l'instinct de se réguler autrement que par la destruction.Il reste a l'humanité un grand bout de chemin à faire pour grandir harmonieusement,quant au menu végétarien il a lui aussi ses limites,voir le soleil vert

    RépondreSupprimer
  10. Janus 2a, pour Soleil vert, c'est pas trop végétarien comme menu. Laurent, je ne parle ni de tort ni de raison, je parle de nombre, avec 2 bras, 2 jambes et une bouche, tout comme nous. Vous savz pourquoi je dis ça? Parce que le nombre leur permettra de débarquer dans votre "petit paradis", de se servir et ensuite faire ce qu'ils veulent de vous car votre votre productivité vous réduit à l'état d'assiégé. Bien nourri mais assiégé quand même. Ne croyez pas que notre débrouillardise nous place en übermenchen, les prédateurs sont encore au-dessus.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CC,

      Je comprends le risque et la crainte mais je ne suis pas plus pessimiste que ça. Ils ne sont pas seuls à être nombreux! ;)

      A moins qu'ayant pris l'initiative, sans jouer au prédateur supérieur, ils soient beaucoup moins nombreux à pouvoir débarquer.
      Et s'il me faut quitter mon "petit Paradis" ( hum hum!) je m'offrirais un "grand purgatoire" plus loin et je n'aurais plus que ça à faire: garder l'initiative.

      A moins, bien sûr, que le grand cric me croque .

      Laurent

      Supprimer
  11. Merci Laurent. Sans tes posts avisés je crois bien que je renoncerais définitivement à tout partage.

    Je ne suis pas chasseur, mais pour pratiquer la randonnée forestière je sais qu'ils nourrissent régulièrement les cheptels cynégétiques en hivers afin d'éviter les hécatombes et même pour assurer la bonne multiplication du gibier puisqu'une location de chasse sans gibier ne vaut rien.

    Pour les agriculteurs - et là je m'y connais - "qui tuent l'agriculture" les bras m'en tombent...

    J'ai un oncle agriculteur, petite exploitation de 50 ha, il perdait de l'argent chaque jour en vendant son lait, il n'a plus que deux vaches et ses bilans sont calamiteux en raison de l'explosion des charges subies depuis 4ans et de la stagnation des prix de vente lorsqu'ils ne baissent pas.

    Le prix des céréales ou de la viande subit les courts des marchés mondiaux ; de richissimes multinationales de spéculateurs se gavent en truquant le marché, achetant à vil prix et revendant en faisant douze fois la culbute. Thé, café, fèves de chocolat, céréales, viandes, l'oligopole masqué est gigantesque...

    Son fils s'est suicidé il y a trois ans, il n'y a rien d'autre à dire.

    RépondreSupprimer
  12. J’aime beaucoup le mythe des hordes se rependant partout pour trouver à manger.
    Au début peut-être et rien n’est moins sur car la peur de l’inconnu en fera reculer plus d’un avant de se lancer dans la « verte » qui préférons tenter de survivre près de chez eux car ils connaissent ce lieux.
    Puis, rapidement, plus l’individu affamé à faim et soif, plus il s’affaiblit et parcours moins de kilomètres. Surtout s’il est à pied.
    Sans notions d’hygiènes, sans matériel pour filtrer l’eau, les maladies feront vite leur apparition.
    La sélection naturelle commencera assez rapidement.

    N’oublions pas que la majorité des occidentaux sont devenus des assistés incapables de se débrouiller. Ce ne sera pas dans l’urgence que la majorité l’apprendra.

    N’oublions pas que les vagues de migrants qui arrivent en Europe à l’heure actuelle n’y arrivent que parce qu’ils trouvent un soutien logistique en chemin. Sans aide humanitaire et autres passeurs, seraient-ils aussi nombreux ?

    Dire que la chasse a tué le gibier est un non sens. Le gibier a même été tellement gérer par les chasseurs que pour certaines espèces il est en surnombre comme le sanglier qui, par des croisements avec des truies domestiques, deviennent trop nombreux. Dès que l’espèce humaine se réduira, il reprendra encore plus sa place comme dans la zone de Tchernobyl.

    Pour les agriculteurs,… les grands céréaliers peut-être mais pour les petites exploitations familiales, c’est tout le contraire.

    J’en ai un peux marre de n’entendre que des commentaires pessimistes.
    Oui, ce sera dur, on le sait tous mais à la différence de 99,99 % de la population on s’y prépare. On aura donc la capacité de garder l’initiative alors qu’eux l’auront perdu avant même de tenter quelque chose.

    « Survivre, c’est vivre une heure de plus à tous ce merdier. Ma famille et moi nous survivrons ». (D K Dussoller)

    RépondreSupprimer
  13. Cher F von Pikkendorff,
    Les commentaires optimistes sont dans toute la presse aux ordres: tout va bien.
    Les hordes de migrants sont aussi canalisées par les assoc'. Qu'en serait-il s'ils étaient livrés à eux-mêmes? Ils ont le nombre, l'agressivité vu que ce sont des hommes jeunes (Un peu comme des troupes d'occupation). Pas de bouffe, pas de femmes vu qu'ils vont se servir sur le pays qui les subit.
    Il n'y a pas de quoi être optimiste car on ne sait quel malheur cache l'autre et le fait que les commentaires ici soient pessimistes viennent sans doute du fait qu'on a un tour d'avance.
    J'en ai un peu marre du courant "On les battra parce qu'on est les plus forts".
    Effectivement, les Occidentaux sont devenus des assistés, désarmés et déjà suspects par la justice quand leur victime est un peu foncée. Vous préférez que ce soient les Occidentaux qui disparaissent ou les hordes exogènes dont certaines toujours pas intégrées depuis les années 60?
    Pour moi le choix est clair.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant les migrants et l'optimisme, je vais répondre via le nouveau sujet de nos "conjointes en armes".

      Supprimer
  14. Bonjour et bonne année à tout le monde. C'est un article intéressant comme d'habitude, mais qui me laisse cependant sur ma faim. Il aurait été intéressant de connaître les méthodes de fuméson de la viande par exemple, également une liste de produits essentiels à mettre de côté pour tenir pendant un mois par exemple ou plus. Des repas de base et à peu prêt équilibré pour survivre en forme, facile à conserver sur de longues périodes comme pâte/riz avec tomate en boite ou concentré, fuit au sirop.... On oublie trop de mentionner le MIEL. il s'agit d'un aliment très nutritif riche en sucre et surtout, tout le monde ne le sait pas mais imputrescible, il se conserve à vie!!! En plus il peut être appliqué sur de vilaines plaies puis bandé, il a un fort pouvoir de cicatrisation car c'est un bon antiseptique naturel. Certain chirurgiens lors d'interventions s'en servent plutôt que d'administrer de forts antibiotiques...
    Voilà j'espère vous avoir été utile, un petit article sur les réserve de nourritures à prévoir serait le bien venu pour tous. Au cas où le rationnement devait s'installer dans le temps un article sur les techniques de conservation de la viande de gibier sans électricité serait bien appréciable également.
    À+, Exca.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Pierre Templar , ce message est pour toi particulièrement, déjà un grand merci pour ton site qui nous fait sentir moins seul. Ne serait-ce pas une bonne idée que d'ajouter un fil d'actualité, très court et munis d'une note part exemple indiquant le moment de replis vers la BAD car le moment venu, je suis persuadé qu'aucune autorité ni journal télévisé ne nous dira toute la vérité! On aura beau être préparé, si on part trop tard... Pour ça notre communauté peut être très très utile car dispaché dans tout le territoire. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne manquerai pas de vous prévenir, si le blog est encore en ligne d'ici là...

      Supprimer
  16. Salut Excalibur3 janvier 2016 à 09:43
    Comme le riz complet,les lentilles,le miel est un incontournable tu as raison Excalibur. Par contre, pour ce qui est des plaies le miel a de super propriétés antiseptiques grâce a une enzyme utilisé par l'abeille, mais qui elle ne se conserve pas indéfiniement. De plus elle doit être conservé entre 14 et 20 ° C en dessous et au delà , elle ne sera plus active.
    Tu peux utiliser le chlorure de Magnésium , 5 gr dans 10 cl d'eau ( propre) tu nettoie ta plaie , tu imbibe avec le reste ton pansement qui recouvre ta plaie et la tu es tranquille ^^ . Mieux vaut conserver le miel pour le côté nutritif, et les inflammations.

    Pour ce qui est du fumage tu as raison, en tant de chaos je crains qu'il n'y ait plus forcement autant de gibier que cela. Sachant que sur un sanglier par exemple on ne garde que 25 % de sa masse et que si on a plus de congélos pour tuer les parasites etc....Il y a des mesures a prendre.
    Il faut éviter un lavage de la viande à l'eau,( prolifération de bactéries) une fois découpée la frotter au sel et la couvrir de sel env 6 à 8 h par kg selon la viande.
    Ensuite il faut privilégier un fumage a chaud avec une passe de 8 à 12 heures ou un fumage a froid avec plusieurs passes de 6 à 8 heures sur plusieurs jours. Après prendre un sac torchon pour sêcher la viande, recouvrir la viande de cendre et la conserver dans le sac torchon.
    Il ne faut pas oublier que manger de la viande fraiche dans des conditions de survie doit impérativement se faire cuite à coeur. Sans quoi, vous risqueriez une dysenterie capable de vous rendre vulnérable et aussi fragiliser et mettre en danger ceux qui devront s'occuper de vous :) Samuel

    RépondreSupprimer
  17. Merci Samuel pour ces précisions, effectivement tu m'ouvre la vue sur quelque chose que je n'avais pas prévu...si le problème perdure et selon les pertes humaines de départ, on va se retrouver plutôt nombreux à chasser du coup de NB de gibiers va vite diminuer, cependant la chasse est un art, pas beaucoup de monde même sur-armés sauront la pratiquer. En plus ceux qui auront les Kalash mangent pas de sanglier...:-)
    Pour la salaison à moins d'avoir un gros stock de sel ou d'avoir un marais à porté de main, c'est cuit (sans jeu de mot ). Donc fumaison si on ne veut pas gaspiller. Je chercherai une vidéo ou un reportage histoire de comprendre car là je ne sais pas du tout le procédé.
    À+, Exca.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Excalibur^^.
    Il n'y a pas de quoi voyons, content d'avoir été utile, mais c'est le responsable du site qu'il faut remercier.
    Les sujets sont très intéressant. Comme Pierre le souligne tu as les orties blanches. A noter que c'est la même famille qu'une certaine plante dont certain font l'apologie ^^ lol. très nutritive, drainante aussi, elle sert aussi comme engrais en purin ...Pressé de voir un article dessus ^^

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour
    Nouveau sur ce blog, j'ai cherché (mais pas trouvé) un article sur les stocks souhaitables de nourriture prévenant une situation de chaos où il serait difficile de faire cuire les aliments ou les conserves pendant quelques semaines. Que pensez-vous des graines (germées ou non) . Quelles graines et quantité faut-il prévoir.
    D'une manière plus générale, existe t-il sur ce blog un "inventaire" des choses, de la nourriture longue conservation et des quantités à stocker (par exemple par personne et par mois "d'isolement")
    Merci

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    Bon je pense être une "mini survivaliste", maman de 4 lutins et en mode 'adaptation' de la vie actuelle.

    Optimiste ou pessimiste, je ne sais pas si c'est cela l'important car il y a toujours ceux qui verront le verre à moité plein et ceux qui le verront à moitié vide... c'est l'adaptation à la situation qui fera que certains s'en sortiront...

    Aujourd'hui, je ne suis pas armée (mais demain sûrement puisqu'il faut m'adapter et me mettre en protection pour mes lutins). Mes armes actuelles sont mes expériences et mes connaissances...

    La connaissance de la nature et ce qu'elle nous offre : les orties, comme soulignées sont très nourrissantes pour nous mais aussi pour les animaux de basse-cour comme les canards, les oies... Pour les personnes souffrant d'arthrose, arthrite, l'utilisation des piqûres d'orties soulagent... l'ortie a plusieurs vertus (favorise la lactation, combat gastro, choléra, jaunisse... c'est un très bon hémostatique (régulation des règles, crachements de sang, saignements de nez... conseillée pour les anémiques).
    Côté jardin, en macération c'est un excellent engrais et répulsif à pucerons. L'ortie est un très bon élément nutritif pour les pieds de tomates. Lorsque je plante mes tomates, je dispose toujours une bonne couche d'orties au fond du trou et je mets directement les racines dessus. Cela fortifie les pieds et apporte azote etc...lors de la décomposition des orties).

    Le pissenlit aussi pourra être partagé avec les lapins... excellent diurétique (constipation/ballonnements) et tout est utilisable : les feuilles de pissenlit en salade, les fleurs jaunes (sans les tiges) en miel,vin et confiture de fleurs de pissenlit...les racines en décoction (favorise la flore du foie...etc), cuite ou crue (apporte des éléments minéraux etc...).

    Pour les femmes, sujette aux infections urinaires. Décoction de feuilles de cassis. En boire 1,5 l sur une journée, l'infection disparaît dans les 2 jours et vous êtes tranquille pendant plusieurs mois. Et oui, la nature a avantagé l'homme côté 'pause pipi'... souvent les femmes se retiennent très longtemps (surtout à l'extérieur) et l'infection urinaire se manifeste !!!

    Côté pommes de terre, j'ai expérimenté avec succès une diminution des doryphores, voir aucune apparition de ceux-ci, en alternant mes plants avec des pommes de terre violettes (vitelotte etc...) et haricots nains, couplé à un paillage de menthe sauvage au pied des plants. Idem pour les tomates et aubergines car à défaut de pouvoir exterminer vos plants de pommes de terre, ils se logeront sur les plants de tomates et aubergines !
    Le lin est aussi un excellent répulsif pour les doryphores ainsi qu'un très bon engrais. Pour renouveler votre terre en éléments nutritionnels, je vous conseille de planter du lin vers l'automne... pour mon potager, je fais comme nos anciens : une rotation entre une parcelle jachère et plantations.

    RépondreSupprimer
  21. suite...

    Côté pomme de terres, j'ai expérimenté avec succès une diminution des doryphores, voir aucune apparition de ceux-ci, en alternant mes plants avec des plants de pommes de terre violettes (type vitelottes, etc...) et haricots nains, couplés à un paillage de menthe sauvage au pied des plants. Idem pour les tomates et les aubergines car à défaut de pouvoir exterminer vos plants de pommes de terre, ils se logeront sur les plants de tomates et aubergines.
    Le lin est aussi un excellent répulsif et un engrais efficace. Idéalement, je le plante en automne et comme les anciens, je mets mon potager en rotation : une parcelle jachère/lin et les autres en plantations.
    Important : adaptés vos plants de pommes de terre comme tout autre plant à votre terre !!! A quoi me sert-il de planter un légume qui pousse naturellement dans un endroit tempéré et chaud alors que j'habite dans une région froide et que cela nécessitera plus d'eau, de soins etc pour la faire pousser !!!

    Côté garde manger, il n'y a pas que les mites, etc... qui peuvent ruiner vos réserves. Les rats (je parle des animaux, on s'entend !), les souris sont de véritables prédateurs lorsqu'il s'agit de se nourrir... Une boîte de conserve ne fait pas peur à un rat ! Pour les souris qui pourraient se cacher dans les caves et greniers, je mets de la litière pour chat (catsan est celle qui donne le meilleur résultat)... plus de souris ! En cas de crise, pas de litière... c'est vrai. Alors du verre cassé posé autour des denrées et sur leur route (et oui, ils empruntent toujours le même chemin. On peut le tracer en suivant de petites tâches d'urines qu'ils laissent pour se repérer). Lorsqu'une de ces bestioles se blesse, le sang laissé répulse leur congénère (méthode testée et validée après avoir habité au-dessus d'une boulangerie). L'huile essentielle de menthe poivrée les répulse aussi.
    En complément, j'ai une chatonne qui fait très bien son travail. Mouais, le matou préfère se vautrait devant le poêle, style chatonne va chasser, pépère met les pieds sous la table !!! Je plaisante... ou pas !

    Pour finir, je suis de l'Est et en bonne lorraine, je n'oublie pas le "snaps"!!! En grog ou friction, pour les rhumes et grippes. En "canard" pour les gastros... je l'utilise aussi sur mes poules lorsqu'elles peuvent présenter certains troubles (partie de rigolade assurée lorsqu'elles se réveillent mais vers et autre bactérie sont éliminés). Pour ceux qui brûlent ou ceux qui connaissent une personne qui brûle, récupérez le premier alcool (imbuvable) qui vous servira pour faire des cataplasmes (coton imbibé d'alcool et déposé sur la poitrine et/ou le dos en cas de grippe), pour poser des ventouses (soigner les bronchites, mal de dos...), pour désinfecter les mains (équivalent à de l'alcool à 90°)

    Contente d'avoir partagé ces petits savoirs, je remercie encore pour toutes les informations que chacun laisse et qui compléteront mes connaissances et confortent mes acquis.

    Bien à vous,
    Mirabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bienvenue mirabelle et faites nous profiter de vos essais en détails ,car comme dans toute recette c'est les détails qui font que ça fonctionne ou pas,bon courage

      Supprimer
    2. Bienvenue Mirabelle,
      Bravo pour tes patates ^^ Pour les doryphores , après chaque récolte tu peux aussi y mettre tes poules pour l'hiver.
      C'est radical , ça te nettoie tout en prime ça t'enrichi le terrain en potassium, calcium, azote et phosphore .
      Un bon engrais NPK ^^
      1 poule par m² en 3 semaines tu as plus une seule larve de doryphore , testé et approuvé .

      Pour les rats et les souris le verre pillé est bien.
      Mais c'est surtout que ces bêbettes sont hémophiles , et comme tu dis en cas de chaos , les chats y en aura à la pelle.
      Quiconque à vécu dans une ferme sait de quoi je parle , et la les rongeurs y en aura bien moins ^^
      Bonne soirée Samuel

      Supprimer
  22. Bonsoir,

    Merci Janus pour votre accueil... je vais mettre en forme le détail de mes petites expériences/astuces. Ce sera l'occasion pour moi d'étaler cela noir sur blanc pour le transmettre aussi à mes lutins...

    Pour la race des poules, je vous conseille les MARANS, qui sont des poules de variété ancienne, robustes qui ont cet avantage de pondre de gros oeuf dont la coquille est plus épaisse que les oeufs "normaux" (ce qui permet de les garder plus longtemps,moins sujet à être contaminé par des bactéries car moins poreux, moins fragiles) et le jaune d'oeuf est plus important. Ils sont de couleurs marron foncé.

    Ah oui, les oies : ce sont de merveilleuses gardiennes. Une oie dans un poulailler est une alarme naturelle aux intrus humains et animals, même la nuit. Leur cri est redoutable et leur pincement... aie !!! Une oie élevée bébé, peut être un véritable animal domestique qui est capable d'attaquer quiconque vous agresse... expérience faite avec mon loulou de 3 ans qui avait son oie. En sa présence, personne n'approchait mon loulou sans se faire attaquer.

    En ce qui concerne les dindes (je parle toujours animal), je ne la recommande pas dans les régions humides. Elles n'aiment pas avoir les pattes mouillées... et si elles se retrouvent sur un terrain très mouillé, elles meurent rapidement (bon, je me garde la réflexion personnelle que je viens de me faire en comparant la ressemblance avec "d'autre" dinde).

    Côté femme/maman : si vous n'arrivez pas à allaiter votre bébé et pas de lait artificiel à portée de main... préférez le lait de chèvre à celui d'une vache (par ailleurs, il est plus facile de se promener avec une chèvre plutôt qu'avec une vache, sauf si vous la faîtes à la Fernandel).

    Si vous avez du lait, votre colostrum pourra servir contre les crevasses (mains, pieds), ou comme substitut de baume sur les lèvres en cas de grand froid.
    Si vous avez beaucoup de lait, tirez-le et donnez-le aux autres enfants (jusqu'à 8 ans). Ils vous diront que le goût n'est pas bon mais ce n'est pas grave, c'est une très bonne barrière immunitaire !
    Rappel : la production de lait peut être favorisée par la soupe d'orties, de la tisane de fenouil ou de la fenouil crue faite en salade.
    Et comme nous pouvons boire le lait des animaux, sachez que les agneaux, chevreaux peuvent aussi boire le lait maternel. Expérience faite, j'ai sauvé plusieurs de mes agneaux orphelins ou jumeaux avec mon lait. Soit directement, car j'allaitais un de mes enfants. Soit en donnant mon surplus de lait que je congelais.

    Pour les otites des enfants : 3 gouttes d'huile d'olive tiède versées dans l'oreille. Un bol d'eau et une paille pour que l'enfant souffle dedans et fasse des bulles (décongestion O.R.L). Bien le moucher. Lui faire ouvrir et fermer la bouche au maximum 5 fois/3 x par jour (apaise la douleur). Toujours expérience sur ma louloute naît à 5 mois, aucune opération des oreilles...

    Suite... dès que j'ai mis en forme les détails de chaque expérience.

    Bien à vous,
    Mirabelle

    RépondreSupprimer
  23. pour se nourrir n'importe ou ,une vidéo simple, courte, géniale:
    https://www.youtube.com/channel/UCsM4_jihNFYe4CtSkXvDR-Q bon il faut des bottes de pailles elles peuvent être remplacées par des piles de cartons ou de journeaux ficelés

    RépondreSupprimer
  24. Excellent article passionnant et instructif merci aux auteurs.
    Quel plaisir de relire tous les anciens articles des années passées!

    Titouan

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.