14 décembre 2015

6 erreurs communes chez les survivalistes

La préparation survivaliste implique forcément des difficultés et défis à surmonter. Tandis que certains sont à même d'être facilement résolus, il y en a d'autres qui peuvent se révéler trompeurs et conduire à la catastrophe.

Beaucoup de ces problèmes ne sont pas évidents au premier abord et apparaissent en général lorsqu'il est trop tard. D'autres encore se développent juste sous nos yeux.

Voici donc 6 erreurs communes de survivalistes qui, suivant les circonstances, pourraient se révéler mortelles. Mieux vaut donc les connaître pour les éviter...



Il existe 3 étapes majeures dans la préparation de tout survivaliste :
  1. La constitution des stocks (nourriture, armes, munitions, équipements, etc.)
  2. L'accumulation des connaissances (comment survivre en fonction de l'environnement)
  3. La collecte des informations concernant la communauté (voisins, famille) pour savoir qui pourrait être de confiance dans un scénario d'effondrement
La plupart de ces problèmes peuvent se présenter à tout moment, mais apparaissent généralement lorsque notre vigilance baisse ou que nous sommes trop sûrs de nous.


1° erreur : Ne pas gérer correctement la nourriture


La gestion des denrées alimentaires présente de nombreux aspects, et si l'un est négligé, cela peut affecter l'intégrité des stocks en entier. Sans eau et sans nourriture, il n'existe que très peu de chances de survie. Dans une telle éventualité, il ne resterait plus qu'à se rabattre sur le second point énoncé plus haut, à savoir les connaissances ; Ou, pire encore dépendre d'autres membres de la communauté pour nos besoins quotidiens, tout en sachant que le partage de denrées par temps de crise relève du miracle et qu'il ne faut pas trop y compter dessus.

Imaginez qu'une catastrophe se produise et que vous découvriez que vos stocks sont moisis ou infestés de bestioles... Ce n'est pas une hypothèse folle et cela arrive souvent, plus particulièrement lorsque nous devenons trop sûrs de nous et pensons avoir pris toutes les assurances nécessaires. Même si vous pensez avoir excellé dans l'organisation de votre garde-manger, il y aura toujours des choses à faire au quotidien ; Comme par exemple instaurer un système de rotation des stocks, et veiller à ce que quelqu'un (vous et un autre membre de la communauté) soit affecté à leur inspection régulière et à la vérification des dates d'expiration.

Un autre aspect relatif à la mauvaise gestion de la nourriture serait de ne pas en avoir assez. Devoir se battre pour nourrir sa femme et ses enfants n'est pas le scénario idéal. C'est pourquoi vous devez connaître la quantité de nourriture dont vous avez besoin pour toute la famille. Cela peut se faire en notant la totalité de ce que vous consommez sur une semaine, et en multipliant par autant sur une période considérée. Une fois cela fait, vous aurez une bonne idée de la quantité et de la nature des denrées qu'il vous faut rassembler - acheter ou produire - et stocker pour toute la durée que vous aurez fixée.

Si vous avez des enfants, il est bon de prévoir un peu plus que le nécessaire. Il est bien connu que les enfants n'en ont jamais assez et veulent toujours plus... Une bonne formule pourrait être la suivante :

Total des stocks = Besoins journaliers + 5 % x nombre de jours estimés

Stocker des aliments non appropriés est un autre aspect, souvent négligé, et certains survivalistes font l'erreur de trop pencher en faveur de ce qu'il conviendrait d'appeler des "aliments de confort". Sans doute est-ce dû à notre mode de vie occidental qui permet à chacun d'avoir pratiquement tout ce qu'il désire ou qu'il aime. Cependant, un survivaliste sérieux devrait savoir qu'il faut d'abord se concentrer sur les aliments secs et les conserves en second lieu, si possible "maison".

Sachez qu'en période de survie, tout sera bon. Un petit carreau de chocolat à la fin d'un repas vous paraîtra rapidement comme un plat de roi, alors qu'il aurait fallu un gâteau entier pour vous satisfaire en temps normal. Il n'y a rien de tel qu'une période prolongée de disette pour remettre les idées en place, et c'est malheureusement ce dont la majorité des gens ont besoin de nos jours. Il est temps de revenir à des bases saines, et que chacun soit amené par la force des choses à regretter amèrement tout le gaspillage qu'il aurait pu faire par le passé, notamment sur la nourriture.




2° erreur : Ne pas avoir de plan à long terme


Stocker de la nourriture et des équipements est assurément une bonne chose, dans la mesure où cela vous préparera pour les cas d'urgence. Mais que se passera-t-il lorsque vous aurez épuisé toutes vos réserves ? Une chose est sûre, vous devrez alors compter sur votre plan B, et si vous n'en avez pas, vous serez cuit. Sans un plan qui tienne la route, vous dépendrez des autres, et en particulier de la chance. Mais les deux finiront par s'épuiser au bout d'un certain temps.

a) La première étape d'une saine gestion du risque consiste donc à se doter d'une bonne carte des environs, et d'établir un itinéraire au cas où il faille évacuer. Une fois que vous connaîtrez bien la zone, vous devrez placer des points de ralliement pour y retrouver votre groupe le moment venu, si toutefois vous avez un groupe, et si tel est le plan.

Mais avant de prendre la route, cela suppose bien entendu et en premier lieu d'avoir un endroit où aller. Cet endroit peut être une BAD, dans l'idéal - la même que celle des 99 % de survivalistes qui n'en possèdent pas - ou une propriété que vous aurez préalablement repérée et sélectionnée pour ses qualités stratégiques (défense, ressources, autonomie, etc.).

Par exemple, et pour un couple ou une famille qui n'aurait pas de BAD ni de groupe, une des stratégies possibles pourrait être la suivante :

- Avant le chaos (c'est à dire maintenant) : Je stocke des vivres et des équipements pour tenir au moins trois mois en autonomie complète à l'endroit où je me trouve ; Je profite de mes weekend pour prendre la voiture et rouler dans les environs pour y sélectionner une propriété dotée des qualités nécessaires à l'aménagement d'une BAD.
* Si j'habite en milieu rural ou semi-urbain, alors cette propriété devrait se trouver à courte distance de mon domicile actuel, de manière à pouvoir la rejoindre facilement et limiter au maximum les risques d'exposition durant le trajet (y compris un éventuel trajet pedibus jambus).
* Si j'habite en milieu urbain (grande ville ou métropole), alors cette propriété pourrait être à une distance plus ou moins éloignée, mais joignable par véhicule sans avoir à utiliser plus d'un demi-plein de réservoir.

- Pendant le chaos : Suivant les circonstances et les événements, je me terre pendant trois mois avec ma famille à l'endroit où je vis, ou j'évacue tout de suite avant que la situation dégénère.

- Après le chaos, ou dès que la situation le permet, j'évacue vers le point de repli prévu. En trois mois, il est plus que probable que les choses aient évolué de manière drastique - au point, pourquoi pas, de pouvoir se retrouver propriétaire de la propriété en question...

b) La deuxième étape consiste à développer les compétences pour être en mesure de produire ou récolter son eau et sa nourriture. Pour cela, il faut étudier en amont, rassembler la connaissance et apprendre à se servir des différents équipements (comment faire un filtre à eau, un piège à animaux, comment cuire sans électricité, etc.).

Si cela vous gonfle, alors vous pourriez refiler ce boulot à votre femme ou à vos gosses, et prendre en charge le coté "défense" avec les matériels et savoir-faire appropriés. Les BAD et autres communautés constituées auront toujours besoin de personnes compétentes pour les défendre. Je vous le garantis, n'ayez aucun doute à ce sujet. Nous avons déjà parlé à maintes reprises de cet aspect ; Inutile d'en rajouter.

c) La troisième étape pour tout ce qui concerne les plans à long terme est d'avoir une stratégie de défense (que vous décidiez de rester chez vous ou d'évacuer). Dans le cas contraire, vous n'allez pas être en mesure de gérer le péril le plus mortel, à savoir les gens. Construire une stratégie de défense prend du temps, et vous devez tout prévoir depuis la cache de la nourriture jusqu'à la fortification du domicile. Vous pourrez consulter avec profit notre Manuel Tactique de Défense du Domicile.

Dernière chose : Faites en sorte de rester au courant des informations les plus récentes concernant le monde du survivalisme et celui qui vous entoure. Apprenez le plus que vous pouvez, dans la mesure où vous ne saurez pas quelles sont les connaissances qui vous seront utile.




3° erreur : Méconnaître l'environnement et son potentiel


Cet aspect est intimement lié à l'endroit où l'on vit, et à ce qu'on peut en tirer. Habitez-vous dans une région froide et humide, ou plutôt chaude et ensoleillée ? Quels sont les désastres naturels et humains auxquels vous pourriez vous attendre ? Est-ce une zone à forte densité de population ? Toutes ces questions sont d'une importance vitale pour la préparation survivaliste, dans la mesure où l'environnement joue un rôle déterminant dans une stratégie de survie.

Pour vous distinguer parmi la masse et ne pas sombrer avec elle aux premiers signes du chaos, il faut que vous ayez un avantage ; Il faut que vous sachiez comment vous battre et comment survivre dans le milieu où vous évoluez. C'est la connaissance de votre environnement, entre autre, qui va vous donner un tel avantage.

Voici donc quelques-unes des choses que vous devriez connaître, en fonction de l'endroit où vous vivez :
  • Quelles sont les plantes comestibles qui poussent dans votre région, celles médicinales, et celles toxiques en particulier ? Savez-vous au moins distinguer les pissenlits des autres herbes du jardin ?
  • Où peut-on trouver de l'eau potable dans votre environnement immédiat ? Combien de temps vous faut-il pour rejoindre ce point d'eau, et, une fois que vous y serez, existerait-il un quelconque risque de voir d'autres personnes s'approprier cette ressource ?
  • Quelles sont les zones les moins peuplées, et quelles sont les denrées que vous pourriez y trouver ?
  • Quel type de sol avez-vous ? Que pouvez-vous y produire ?
  • De quel type d'équipements avez-vous besoin, en fonction du climat et des saisons ?
  • Que savez-vous de vos voisins ? Éventuellement, que pourriez-vous récupérer de chez eux au cas (ou non) qu'ils ne s'y trouvent plus ? Sont-ils aimables, représentent-ils un danger potentiel pour vous-même ou votre famille ? (La donne pourrait changer et les transformer en pillards).
  • Vivez-vous dans une zone à risque ? Se trouve-t-il des points d'intérêts dans votre voisinage immédiat - Supermarchés, magasins de bricolage ou autres - qui pourraient attirer les prédateurs ?

Ce sont autant de questions, et il y en a d'autres, que vous devez vous poser ; Autant de questions auxquelles il faudra apporter une réponse en termes de stratégie, et qui impliquent autant de mesures à prendre en amont.


4° erreur : Ne pas avoir les bons équipements


Beaucoup de survivalistes croient qu'ils vont être capables de survivre avec uniquement un couteau dans la poche. Ce sont souvent ceux qui ont fait un stage de survie ou deux dans la nature, qui ont découvert tout étonné qu'ils pouvaient passer deux nuits dans un duvet et se réveiller en vie le lendemain, voire ne pas manger pendant deux jours, croyant ainsi que la vie sur le terrain n'est pas aussi dure qu'ils se l'imaginaient et qu'ils pourraient répéter ou prolonger l'expérience sans encombre le moment venu...

Bien sûr, je taquine, mais vous voyez où je veux en venir. Pour la majorité d'entre nous, il me semble évident que le fait d'avoir les bons outils sous la main nous épargnerait bon nombre de problèmes.

Pour ce qui est de l'achat des équipements et de leur stockage, il est nécessaire de garder à l'esprit quelques règles, dont certaines ne sont pas évidentes au premier abord :
  • Laissez aux autres les outils trop spécialisés et sélectionnez autant que possible ceux à usage multiple. Vous aurez ainsi moins de choses à charrier le moment venu.
  • Choisissez des outils de bonne qualité, et évitez ceux nécessitant de l'énergie électrique pour fonctionner, dans la mesure où vous ne savez pas si vous en disposerez.
  • Prenez en compte leur poids, dans l'éventualité d'une évacuation. Sélectionnez les plus compacts et les plus légers.
  • Si vous opter pour des outils électriques, veillez à ce qu'ils soient rechargeables et prévoyez une méthode alternative de rechargement. Ce doit être une solution mobile, qui puisse servir à d'autres usages comme un générateur universel (par exemple des panneaux solaires).
  • Sélectionnez les outils dont vous avez vraiment besoin, et ceux dont vous savez vous servir. Ne stockez pas des outils dont vous pensez qu'il pourraient être utiles mais que vous ne sauriez pas utiliser.

Le terme "outils" est à prendre au sens large, et la majorité de ces règles s'appliquent aussi en ce qui concerne les équipements dédiés à la défense personnelle, en particulier les armes et munitions.




5° erreur : Stocker trop d'armes et de munitions


Il est probable que certains de mes lecteurs soient étonnés de me voir écrire une telle règle... Ce que je veux dire, c'est que le fait d'avoir un arsenal ne vous servira pas à moins d'avoir un budget qui le permette (sachant qu'il faudra tout le reste dans une même proportion), et de prévoir tenir un siège. Soit le genre de scénario dans lequel vous auriez à défendre votre maison contre des meutes armées ou un nombre très important de personnes. Un tel scénario n'est pas celui sur lequel vous devez vous concentrer, et vous ne pourrez pas le faire si vous êtes seul, de toute façon.

Dans la mesure où nous devons nous cantonner au minimum, et que notre budget est limité, nous devons aller à l'essentiel. Ce qu'il faut, c'est une arme qui puisse servir à la fois pour chasser, éventuellement, et surtout pour se défendre ; Une arme dotée d'une portée suffisante et pour laquelle le prix des munitions ainsi que leur disponibilité ne pose pas de problème majeur. Compte tenu de tous ces facteurs, une seule sort du lot. Vous l'avez deviné : Le calibre 12.

Un fusil de chasse est l'arme qu'il vous faut si vous deviez n'en avoir qu'une. Ensuite, et comme il a été dit maintes fois sur ce blog, d'autres pourront se rajouter telles qu'une arme de poing, et une arme longue à canon rayé, la première étant une carabine en 22 LR. Il est bien évident que ceux qui ont des compétences particulières comme le tir à longue distance, devront prévoir d'être opérationnel dans ce domaine, avec l'arme et les munitions adéquates, voire les outils de rechargement (voir les articles de Stéphane sur le Tir à longue distance pour le survivaliste).

Quelques boites de munitions et un kit de nettoyage devront les accompagner. Ceci dans le cas le plus courant, à moins que vous n'envisagiez un Camerone à la maison, ou un job de mercenaire à part entière. Mais même dans ce cas, il faut prévoir l'éventualité d'une évacuation forcée, et donc du transport. Vous ne pourrez pas tout emporter avec vous, et tout ce que vous pourriez laisser derrière sera autant de récupéré par la concurrence...

Vous agiriez contre vos propres intérêts en mettant toutes vos économies dans l'achat d'armes et de munitions, et en négligeant les autres aspects de la survie tels que la nourriture, la connaissance ou les outils. Vous ne pourrez pas vous nourrir de cartouches, et une arme ne peut pas vous enseigner comment planter des tomates. Cependant, si l'argent n'est pas un problème et que vous voulez vraiment jouer de la gâchette, une telle limitation pourrait ne pas (trop) vous concerner.




Erreur n° 6 : Ne pas inclure la famille et les amis dans sa stratégie de survie


Bien que la tendance au sein du milieu survivaliste soit de se préparer seulement pour soi-même et pour les proches membres de sa famille, il faut bien comprendre "qu'aucun homme est une île". Vous devriez aussi inclure vos voisins, collègues et amis en général, dans la mesure où vous ne saurez jamais à l'avance le moment où vous et vos proches pourriez bénéficier de leurs compétences et de leurs connaissances.

Peut-être qu'un de vos bons amis est médecin, ou menuisier, ou fermier, soldat, serrurier, etc. ; Peut-être qu'une de ces compétences vous serait utile une fois le chaos venu ? Il est important de les garder sous la main et de les inclure éventuellement dans votre stratégie. Si vous avez suffisamment confiance en eux, vous pourriez les mettre au courant de vos préparatifs, établir des points de rencontre en cas d'évacuation, ou vous entraîner avec eux.

Peut-être l'un d'eux possède-t-il une maison à l'extérieur de la zone urbaine, qui pourrait alors constituer un bon endroit pour y stocker des fournitures et des équipements, et une bonne planque en cas de troubles. S'il se trouve que ce sont aussi des survivalistes, vous pourriez partager des ressources, des savoir-faire, et, plus important encore, vous protéger mutuellement lors d'une attaque. Même si la confiance est une chose difficile à accorder, surtout en temps de chaos, vous aurez de meilleures chances de survie en vous entourant de gens valables. Et je crois qu'après avoir connu quelqu'un pendant des années, on peut avoir une certaine idée à son sujet, et notamment si l'on doit lui faire connaître le détail de notre préparation, ou le laisser à l'écart.

Sur le plan psychologique, le fait d'être partie d'un groupe apporte à chaque individu qui le compose un soutien inestimable. C'est ce qui fait entre autre la force des troupes d'élite à travers le monde. Il est probable qu'aucun de leurs soldats n'aurait pu endurer la discipline, l'entraînement et les épreuves physiques, s'il n'avait pas été porté à tout moment par la dynamique du groupe.

Le fait d'appartenir à une communauté vous permettra à vous aussi de supporter les souffrances et les privations que vont nécessairement amener les scénarios d'effondrement. Sur le plan mental - et donc aussi physique - vous durerez beaucoup plus longtemps si des gens qui partagent vos buts et vos intérêts se trouvent à vos côtés. En d'autres termes, vous deviendrez fou beaucoup moins vite...

Voila quelles sont donc à mon sens les principales erreurs que pourrait être amené à commettre le survivaliste. Sans doute en existe-t-il d'autres, et sans doute aussi que certaines de celles énoncées mériteraient de plus amples développements. Nous aurons l'occasion d'y revenir dans de prochains articles...

44 commentaires:

  1. Chers tous,
    Je sors d'une sale pneumonie et j'ai vu l'autre coté et à quelques instants près l'escalier de redescente m'a été imposé. Oh combien d'accord avec chacun des points invoqués, merci Pierre pour cette synthèse des synthèses et ces éléments précieux : avez vous déjà été riche, seul, incompétent, malade ?
    Bref, je sors de l'hosto, la gueule enfarinée, une immense faiblesse physique, mais plein d'amis et de famille qui font que peut-être j'avais une bonne raison de revenir à la maison. Il existe au delà des mots des phénomènes qui pour le survivaliste seront de l'ordre de la Foi : Irrationnelle, forte, un vrai tapis roulant : et là je ne parle pas de religion bien entendu : ces yeux là, ce sont presque les mêmes que eux du randonneur qui croit avoir des stocks, une bonne carte et va s'apercevoir que c'est le plan B,voir C, voir l'inconnu qui passe qui lui sauveront la mise. EN tous cas pas la solitude, même se croyant forte, armée, et en bonne santé. Amitiés Babette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon retour parmi nous,vous nous manquiez,

      Supprimer
    2. Bonjour Babette, vous avez fait une N.D.E, ou E.M.I en Français?
      Bon rétablissement.
      Raffi.

      Supprimer
    3. Bonjour!

      Bien contente de te revoir babette! tu nous manquais!!!
      Je me disais aussi, c'est bizarre de pas te voir réagir sur certains sujets lol!!!
      j'espère que tu te remets bien! Je t'envoie plein d'ondes positives lol!!!
      remets toi bien!

      Trinity

      Supprimer
  2. Excellent, comme d'habitude. J'aurais ajouté comme erreur la certitude de garder le moral. En effet, même préparé à mort, l'enfermement, l'inactivité relative, le mauvais temps et l'idée de ne pas donner à sa famille la "vie d'avant" peut faire craquer pour ensuite faire n'importe quoi. Pour avoir vécu différentes occasions merdiques en différents endroits, c'est juste ça qui me faisait peur: l'envie subite de sortir et fuir vers (Au choix: tirs, noyade, épuisement, déshydratation, zone très polluée, froid, chaud, crève...).
    On ne pense jamais à l'idée de craquer parce qu'on évalue jamais qu'on est son pire ennemi.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      @ Babette: interdit de quitter le bord avant d'avoir tout fait. :)
      Amitiés.
      @ CC:
      Tout à fait d'accord, ne pas entretenir le moral et la condition physique en cas "d'enfermement" psychique ou/physique me semble un risque majeur:
      Quelques instruments de sport, des bouquins, des clés USB pleines de trucs et de machins, dont les articles du site (merci Pierre), quelques jeux de société pour penser à autre chose que la prochaine garde ou le stock qui fond et pour parler et échanger avec les autres membres.
      Pour ceux qui auraient des enfants on peut prévoir:
      https://www.latoilescoute.net/-jeux-de-veillee-et-jeux-d-

      Laurent

      Supprimer
    2. Ouiiiiiiiii : Merci, je ne quitterai le bord que si ma "hiérarchie" me l'impose, mais tellement d'accord : j'ai prévu des trucs de gosses, des jeux de société et j'en passe : y'a rien de pire que le mec qui dort sur sont tas de pois-chiche avec sa kalach et sa solitude :-) Babette

      Supprimer
  3. Merci Pierre, excellente piqure de rappel !
    Les nouvelles économiques mondiales ne sont pas bonnes :
    La semaine dernière a vu presque tous les principaux indices mondiaux en rouge pendant les 5 jours boursiers, sans discontinuer.
    Ce n'est pas courant.
    Ce lundi-ci est en rouge aussi, et le S&P500VIX a déjà touché les 25 points, ce qui est alarmant en soi.
    Le brut est passé au dessous des 35 $ pendant 2 jours !
    Il est utile de surveiller le tableau d'ensemble avec : http://fr.investing.com/indices/major-indices
    Beaucoup d'autres indicateurs économiques, le Baltic Dry Index par exemple, sont effondrés à des niveaux inférieurs à ceux de 2008.
    La récession est donc mondiale, bien engagée, et le désastre qui s'annonce sera saignant.
    J'espère qu'il voudra bien attendre 2016, mais je n'en suis même pas sur.
    Bon courage à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh les amis ca fait un bout de temps que j entend que tout va péter et pourtant bah ca tiens .alors on se détend et on profite de la vie .

      Supprimer
  4. De très bonnes pistes, je rajouterai: "Ne pas sentir assez vite l'ampleur de ce qui va arriver" et "Ne pas partir assez vite loin, très loin de la France"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui serge Acquois totalement d'accord les lumières sont a l'orange tirant sur le rouge,partir pour l'anonyme de 20.09 ne sert strictement à rien ,c'est pour toute la planète ,a part aller se mettre un peu plus en danger( pour faire monter l'adrénaline peut être ?)

      Supprimer
    2. @ Anonyme14 décembre 2015 à 20:09

      Dommage que tu n'ais pas signé " prout" !

      Nous, on reste par ce que c'est chez nous.

      Laurent

      Supprimer
    3. Eh non ma signature est :

      https://answers.yahoo.com/question/index?qid=20150313125631AAefmrT

      Supprimer
    4. Riesling et Apocalypse15 décembre 2015 à 20:40

      Faux, nul, zéro.

      On ne partira nulle part car le seul territoire parfaitement sécurisé s’appelle la Foi.

      Ce qui va arriver est déjà écrit depuis belles lurettes et à moult reprises. Les singes en bouches d'or des temples parasites et leurs pantins utiles, à savoir les racailles allogènes et autres suppôts de satan adorateur de pseudo-prophète pillard et pédo-criminel vont finir par tous crever la gueule grande ouverte.

      Au reste, il n'y a nulle part où aller car la 3ewww est inéluctable et que la France sera la premier pays d'Europe à se relever du chaos.

      L’Europe redeviendra florissante et chrétienne de Vladivostok à Brest.

      ... Mais vu ton post, pour peu que je fusse à ta misérable place, ben je ferais vite la valise mouahahahah !!

      Supprimer
    5. T'inquiète pas, je suis déjà parti ! je suis bien où je suis, je vous regarde et s'il vous plaît, essayez de nous envoyer des messages par radio pour nous raconter votre enfer, j'essaierai de vous entre 2 coktails ;)

      Supprimer
    6. Bonjour,
      Le 7ème singe
      @ Anonyme15 décembre 2015 à 21:27 et au dessus.

      Pierre est un pédagogue. Il propose 6 points.

      Le singe qui lit en biais est plus malin que tout le monde. Il n'a pas besoin de lire: il sait.
      Il sait par ce qu'il pense qu'il n'est pas concerné ( mais il commente ??? )car il est déjà au Paradis des bienheureux, d'un doigt se grattant d'aise les coucougnettes pendant que de l'autre il compte, recompte et contemple ses comptes qui, pense-t-il le mettent à l'abri de réfléchir.
      Le singe compte sur ses "doit".

      Pierre montre la lune, regardons dans la direction montrée (et dans d'autres aussi) et prolongeons le regard:
      7ème erreur commune: l'orgueil, la certitude,l'arrogance, la surestimation.

      @ Riesling, pied au plancher plus de freins, tout dans la descente.
      Serons nous indulgents avec les hypocrites?
      Serons nous faibles avec les méchants?
      Accorderons nous le pardon?

      Laurent

      Supprimer
  5. Bonjour, comment faire lorsque la maison ne nous appartient pas, le propriétaire la reprendra surement d'office non ? et nous serions obligés de partir illico, c'est bien ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonne question ,tout dépend des circonstances et du degré du chaos ,peut être le propriétaire sera t'il très content que vous ayez maintenu sa maison debout et en état contre vent et marées et comprendra 'til que la survie ne peut se jouer qu'a plusieurs,les évènements entraineront des prises de conscience qui feront réviser les attitudes de chacun,bien malin qui peut dire ce qui se passera ,en tout état de cause et légalement vous n'avez aucun droit

      Supprimer
    2. Bonjour,
      selon moi, si vous vivez en France, la question ne se pose pas. En effet, nous parlons d'un scénario d'effondrement de la normalité. En temps normal, si vous êtes locataire, et que vous payez vos loyers, on ne peut pas vous mettre dehors sauf motif de reprise bien précis et en faisant une procédure qui va durer 1 à 2 ans. Autant dire qu'en cas de chaos, il n'y aura plus de juges et d'avocats permettant de rendre une décision d’expulsion, ni de forces de l'ordre pour l'exécuter...Reste évidemment le cas ou le propriétaire veut la reprendre de force, mais là c'est illégal (violation de domicile) et en cas de chaos, tant pis pour lui.

      Supprimer
    3. pourquoi partez d'un postulat du "locataire qui ne paye pas ses loyers" ,la majorité les payent et dites vous que si le propriétaire veut rependre son bien en cas de chaos ce sera l'affrontement ,comment dit on ? la guerre civile ?

      Supprimer
    4. Bonsoir, oui bien sur je parle en temps de guerre civile, parce que malheureusement c'est bel et bien ce qui nous pends au nez, tout est déjà écrit depuis de nombreuses années, faites donc vos propres recherches et nous y sommes en plein dedans. Je pense aussi comme Janus, le proprio voudra certainement reprendre sa maison ( je n'ai absolument rien pour la défendre ) d'autant que nous ne pourrons même plus en payer le loyer ( à moins d'avoir un bon coffre fort chez soit ce qui n'est pas mon cas ). La situation est dramatique, elle est à vomir

      Supprimer
    5. Bonjour,
      @Anonyme17 décembre 2015 à 16:57

      Pourquoi voudrais tu qu'un proprio "reprenne" sa maison, s'il en a déjà une en cas de KK?
      En cas de KK, il préférera sûrement t'avoir, toi, même mauvais payeur, qu'une bande de zoulou qui confond une bonde d'évier avec un chiotte à la turc!
      Le jour ou tu ne pourras plus payer et nous serons des milliers (millions?) dans ce cas.
      Parles'en avec ton proprio. Il préférera très probablement un pas très bon payeur qui entretient son bien ( ça se facture? ) à un très hypothétique payeur.
      Quant à laisser la maison inoccupée ... elle ne le resterait pas longtemps: j'ai besoin de me loger!

      N'aie pas peur, à la fin on meurt. Ce qui compte c'est comment tu vis!

      Laurent

      Supprimer
    6. Bonsoir, pourquoi ? et bien par exemple pour y loger sa propre famille, celle qu'il a dans les grandes villes et qui souhaitera surement se tirer à la campagne.
      Ou tout simplement parce que nous n'avons aucun contact, il semblerait qu'ils se soient froissés pour je ne sais quelle raison.
      Oui mourir je m'en fous, sauf que je pense à mes enfants et que l'idée m'est insupportable
      Cordialement

      Supprimer
  6. V l'ampleur des fractures françaises, si quelqu'un avait voulu plonger le pays dans la guerre civile ce serait déjà fait depuis un moment.

    Imaginons un scénario boule de neige :

    On apprend un matin que l'Etat n'arrive plus à émettre de la dette publique sur les marchés : alors que jusqu'à présent les taux étaient faibles (actuellement moins de 1%) on monte d'un coup à des taux grecs à deux chiffres. Conséquence : il faut augmenter les taxes (avec le risque de révolte et de rendements décroissants - fraude) mais aussi tailler rapidement et violemment dans les dépenses. L'armée étant déjà à sec, il faut cette fois-ci, taper dans les dépenses sociales : AME, RSA, assurance chômage, vieillesse, sécu, etc, etc, etc.
    Vous imaginez la suite : plus de moyen d'acheter la paix sociale des "quartiers", des intérêts corporatistes qui se télescopent, mais aussi pas assez de moyens policiers pour gérer plusieurs colères simultanées.
    L'enchainement peut aller vite.

    Pourtant, vous avez constaté que le conflit le plus récent qui ait éclaté en Europe était dans un pays plutôt homogène ethniquement, religieusement et culturellement : l'Ukraine... Ca c'est pour tous ceux qui pensent que l'herbe est plus verte ailleurs. Si vous vous exilez sans préparatifs, vos dollars risquent de ne pas suffire !

    Renseignez-vous sur l'enchainement des événements qui ont provoqué la guerre civile ukrainienne. Vous remarquerez qu'elle a été en grande part téléguidée de l'étranger(s).

    Du coup, je pense que tant que des pouvoirs influents gardent un intérêt à voir la France se maintenir, ils feront tout pour nous garder à flot... En revanche si le vent change....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'issue du processus vicieux est inéluctable. Car la chaine de commandement est pyramidale et que les "élus" et hauts fonctionnaires français et européens qui auraient intérêt à ne pas finir massacrés par les masses mahométanes sont précisément ceux qui appliquent aveuglément le plan de destruction planifié par l'oligarchie ricaine.

      Le but ultime est une dépopulation mondiale suivit du NOM dictatorial mettant les survivants en esclavage total.

      Les 100 crapules criminelles les plus riches de la planète comptent bien gérer le monde comme une usine infernale parfaitement optimisée et tout ce qui n'est pas productif doit trépasser.

      Dans ce jeu là il est prévu que les 150 000 francs-macs de l'hexagone qui ont participé à l'ancien système, et plus largement la bourgeoisie et les classes moyennes seront éradiquées.

      Ce n'est pas pour rien que Caseneuve a dit en 2014 " Aux jeunes qui partent en Syrie je dis qu'il y a 1000 combats à mener pour la république"

      Et ce n'est pas pour rien que l'ex agent de la CIA Merkel fait venir des hordes inassimilables en Europe.

      Seuls les initiés se tireront en avion lorsque le pays sera à feu et à sang : les chefs de l’exécutif et la poignée de franc-mac du 33e degrés.

      A voir absolument, l'interwie du colonel Champagne :

      http://metatv.org/regis-chamagne-la-france-est-soumise-a-lotan

      Supprimer
  7. Pourquoi vous vous prenez tous la tête ?

    RépondreSupprimer
  8. Le contraste entre les propos soigneusement mesurés de Pierre ou de Babette et l'imprudence des commentaires commence à m'inquiéter sérieusement.
    Une des vertus cardinales du survivaliste me paraît être la prudence.
    Ai-je affaire à des provocateurs, des trolls, des délirants ???
    Dorénavant, je visiterai le site sous Tor.
    J'invite les internautes les plus exposés à faire de même, voire à participer activement au dit réseau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.
      Serge Acquoix.

      Je l'ai déjà écrit , je le répète , l'informatique n'est ( vraiment ) pas ma tasse de the !
      Utiliser Tor ? Pourquoi faîre ? Hormis se positionner comme dissimulateur aux yeux de ceux qui , eux , ont vraiment du matériel électronique & informatique pour décrypter , violer VOS appareils ( voir c/ r des perquisitions effectuées par FO ) .
      De plus , la législation spécifique de l'état d'urgence et ce qui peut s'y ajouter , a l'insu de votre plein gré , tout est a considérer et peser a mon humble avis.
      Pour ma part je ne souhaiterais pas me " coller " cette étiquette .
      Parano ? Non , je ne crois pas , juste suivre votre conseil de prudence dont je vous suis gré , tout en sachant que la peur n'évite pas le danger.
      La fiche de Riesling est classe " H" pour humoriste , sens dont il a fait preuve précédemment et pour notre ( ?) plaisir , souhaitons le voir continuer dans ce sens après ce petit coup de colère passager.
      Les modérateurs du site ont pris la décision critique, la plus difficile , de publier le commentaire de Riesling , je m'incline !

      Salutations.
      Vianney.

      Supprimer
    2. Riesling et café au lait, drôle de mélange...17 décembre 2015 à 07:48

      @Serge,

      Et le colonel Champagne il faut le censurer aussi ?!

      Il n'y a qu'une chose qui attire le danger : la peur.

      Et c'est parce que les populaces sont infectés par cette tare mentale et qu'ils s'y soumettent qu'ils connaitront une fin misérable.

      Naître, souffrir et mourir sont les conditions normales de l'homme, il n'y a pas à y revenir ou à vouloir tempérer les deux secondes. Et servir Dieu de façon résolue et détachée est le plus important.

      La loi, toute la Loi, rien que la Loi !

      Supprimer
    3. Bonjour Amis Survivalistes.
      Bonjour Serge Acquoix.
      Je partage votre avis. En effet en cette période de délire "urgentiste" lié au évènements que nous savons,il serait en effet plus qu'indiquer de faire preuve d'une certaine retenue dans certains domaines.
      Il est inutile d'apporter de l'eau au moulin de certains
      adeptes de l'excès de zèle "urgentistes" d'avantage animés de zèle carriériste que de la moindre volonté de servir la Nation.
      Lors de certaines "fouilles" des outils parfaitement en règles ont été saisis simplement parce que le propriétaire était considéré comme dangereux. De là à ce que certains zélés serviteurs ne considèrent que tout individu portant un intérêt à sa survie ne soit considéré comme dangereux il ne pourrait y avoir qu'un pas!
      Je ne voudrais pas sombrer dans la paranoïa mais, on n'est jamais assez prudent et nos messages sont conservés longtemps.
      Il en est de mêmes pour les personnes qui souhaitent se rassemblées ou former des groupes. l'idée est très bonne mais, une fois un contact établi, ne discutez plus de certaines choses par l'intermédiaire le la toile. Rencontrez vous dans des lieus discrets et discutez à l'abris des regards, oreilles et autres "mouchards" électroniques!
      Je crois que la première qualité d'un survivaliste et la discrétion et ceci dans tous les domaines.
      N'oubliez pas Amis Survivalistes qu'il semblerais que la délation soit encouragée!

      Bretzel et Pinot Noire d'Alsace.

      Supprimer
    4. Bonjour,
      @ Serge Acquoix16 décembre 2015 à 20:01

      "Dorénavant, je visiterai le site sous Tor.
      J'invite les internautes les plus exposés à faire de même, voire à participer activement au dit réseau."

      Pouvez vous m'expliquer ce qu'il conviendrait de faire, être ou dire pour devenir " le plus exposé ( explosé?)" quand il ne s'agit que de se préparer?

      On se prépare quand on fait les courses, quand on s'assure, quand on fait des économies, quand on entretien sa santé, quand on drague ou(où) que l'on sème ...

      Laissez-moi penser que notre position de survivaliste sera d'une grande aide aux systèmes défaillants et qu'ils pourraient tout à fait avoir à compter avec et sur nous.
      Certes les zélites peuvent être manipulatrices, sournoises et machiavéliques mais où avez vous vu qu'elles étaient toutes puissantes ailleurs que dans la propagande diffusée? Dans la réalité?

      8ème erreur commune: surestimer l'adversaire ( si s'en est un! )

      La lune camarade, regarde la lune, pas le doigt.

      Laurent

      Supprimer
    5. Riesling et loukoums au puding à la menthe : une de ces envie de vomir......17 décembre 2015 à 19:39

      @ Anonyme17 décembre 2015 à 10:36,
      @ @ Serge Acquoix16 décembre 2015 à 20:01,

      Euh... comment vous dire ça tout en vous le disant tout de même...

      Déjà allez par exemple sur le site Riposte laïque et vous verrez que les posts qui courent céans ne sont que pipi de chat en comparaison des prises de positions autrement plus courageuses que ce qui a court ici.

      J'ai énormément d'esprit en général pour égayer le cloaque ambiant, mais là je vous avoue que je reste froid.

      J'imagine que vous n'avez rien fait de répréhensible et que comme moi vous vous acquittez de vos impôts et obligations.

      Mais alors, pourquoi tremblez-vous ? Vous avez peur de quoi ?...

      D'une situation conflictuelle ? manque de pot elle l'est et vous n'avez encore rien vu. Ou de ne pas "survivre" ?...

      Mais survivre en reniant ses droits les plus légitimes est de toute la la pire des morts. Seuls les collabos développent ce genre de tare.

      En vérité vous êtes des sous-vivalistes, que venez-vous alors foutre sur ce site ?!

      Vous prônez la soumission devant l'iniquité et de facto vous la validez. Mais tous ceux qui ont rampé ont fini éradiqués. Pis encore, ils n'ont jamais existé.

      Je vais être dur, je sais. Mais néanmoins juste. Je prie le Dieu du Ciel que vos gênes ne puissent jamais se perpétuer...

      Supprimer
  9. Quelque soit son degré de préparation, ce sont les « forces morales » qui feront la différence et notre capacité de résilience.
    Difficile de se préparer dans ce domaine plus que subjectif.

    Comme l’écrit D K-Dussoller à la fin de l’excellent roman « c’est un monde sauvage » :
    « Survivre, c’est vivre une heure de plus à tout ce merdier. Ma famille et moi nous survivrons. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @F Von Pikkendorff16 décembre 2015 à 20:46

      Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis ! Si même
      Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla ;
      S'il en demeure dix, je serai le dixième ;
      Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là !

      http://bacdefrancais.net/ultima-verba-hugo.php

      à moins qu'il ne reste que deux?

      Salutations Von Pikkendorf

      Laurent

      Supprimer
    2. Vous allez vous préparer à quoi ?
      Vous avez trop vu de films de rambo.
      On est où là ?

      Supprimer
    3. bonne question relisez tout les posts depuis le début avec un peu de chance vous aurez la réponse,bon il faut savoir lire,j'entends par là prendre son temps dans cet univers du zaping

      Supprimer
    4. Anonyme du 17/12 à 1247. Pour aller à l'essentiel, je vous conseil 1 livre (pas 2 mais 1).
      Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes.

      Un bon résumé : http://biosphere.ouvaton.org/bibliotheque-2014-et/2912-2015-comment-tout-peut-s-effondrer-de-pablo-servigne-raphael-stevens

      Pour le reste, c'est clair que les commentaires partent dans toutes les directions ce qui devient un peu fatiguant à suivre. Voir lassant.

      @ Laurent. "Ne pas subir", ta devise pourrait être !!! Amités.

      Supprimer
  10. Sans rapport ou presque.......

    Je suis en train de regarder une émission sur les animaux.

    Un inspecteur est intervenu chez des propriétaires de chien, suite à un signalement de maltraitance à la SPA.

    Lequel inspecteur explique que 80 % des signalements, sont des règlements de compte de voisinage. De la dénonciation anonyme.

    Il a recommandé aux propriétaires des deux chiens de se mettre à jour dans la vaccination et de changer de marque de croquettes, celles ci n'étant pas adaptées à ce type de chiens. Rien de grave.

    A mon avis le risque de dénonciation anonyme et calomnieuse ( si on essaye de monter un réseau ou de faire du prosélytisme ) est plus important que de s'exprimer sur la préparation par internet, vu la quantité d'infos à trier.

    Comme le type qui a revendu des kalachs après les avoir remilitarisées et qui était aussi un indic.

    RépondreSupprimer
  11. Ouais, l'article est essentiellement centré sur soi, et plus précisément les erreurs dont on est soi-même responsable, et revoilà qu'on parle des illuminatis, des petit hommes verts, des agents doubles bref tout pour dire "c'est pas moi, c'est les autres". Babette a bien involontairement corroboré le propos du sujet par une chute de santé (C'est pas sa faute, hein, mais ça peut plomber un plan d'urgence. En soi c'est une erreur de penser qu'on ne peut pas tomber malade alors qu'on chapeaute un projet/groupe).
    Le postulat est qu'on mange de la merde depuis longtemps déjà, même si c'est indolore. Autre certitude, nous serons 95% de ce site à rester sur place, quel que soit le merdier. A ce titre la même proportion obéira à la Loi et les autres seront des voyous . On ne sait toujours pas quelle(s) ressource(s) va/vont nous manquer à court, moyen et long terme.
    Ca devrait suffire à se concentrer sur soi-même et les siens sans invoquer les grands responsables invisibles et très méchants qui nous font tant de mal (Et pour qui nous votons régulièrement, hein).
    Pendant ce temps, l'ennemi travaille.
    cc
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faux... Je me permet de te reprendre, l'ennemi ne travaille pas, c'est bien pour ça qu'il a bien la temps de se préparer lui !!! Et en plus nous on travaille pour qu'il ai les moyens de bien nous le rendre !
      Cordialement, Exca.

      Supprimer
  12. Pourquoi vous vous prenez tous la tête ?

    RépondreSupprimer
  13. ben a raison il faut se vider la tête le moindre malade ou réel souci de santé peut handicaper a 50% , alors visite dentiste et prévention médicale avec check up complet pendant que c'est possible et stockage de médoc deviennent une nécessité.Après il faut eviter de se prendre les pieds dans le tapis en se faisant des fausses difficultés,et l'homme est super doué pour ça,déjà les emmerdes du quotidien sont largement suffisants , inutile de s'en coller d'autres sur le dos avec des charges supplémentaires réelles ou supposées.

    RépondreSupprimer
  14. L'une des erreurs seraient de se préfabriquer un ennemi en fonction de son idéologie . Or l'humain dans toute sa contradiction sait redevenir "humaniste" et outre passer les clivages idéologiques lors d'un effondrement . Ainsi certains pourraient trouver de l'aide chez une famille où les femmes sortent voilées et inversement certains groupes de refugiés pourraient trouver l'hospitalité chez des identitaires , même de ripostes laiques . C'est le paradoxe humain , positif . Donc l'environnement humain doit être approché à la loupe et non en fonction d'une position héritée .

    RépondreSupprimer
  15. Ce n'est pas vous qui choisissez quio sera votre ennemi , mais lui ,à moins d'être un agresseur ce qui me semble contraire à l'esprit survivaliste.Si tel était le cas vous avez raison c'est une grosse erreur,d'ou la difficulté de la préparation qui doit être tout azimut en en oubliant le moins possible.Ne faites pas comme nos ancètres , pour une fois , qui avaient prévu des balles carrées contre les maures et les sarazins !!! pour la petite histoire j'ai vu une de ces pétoires qui n'avait pas eu le temps de détruire son propriétaire

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.