6 juin 2016

Les principes de base du tir de précision

=> Article rédigé par Reinho, rédacteur de Survivre au Chaos.

Cet article, quelque peu technique, à pour but, en plus de donner quelques principes de base du tir de précision, de briser des clichés et lieux communs connus de tous.

Il est basé sur mon expérience de tireur, que ce soit à l'armée (que j'ai quittée il y a un an et demi) ou dans les stand de tir (que je ne compte pas quitter...)








Commençons par cette phrase de la FFT qui résumera tout de suite dans quel merdier vous vous mettez en commençant le tir de précision :)

" Tout ce qui est simple est FAUX, et tout ce qui est compliqué est INUTILISABLE. "

Cette phrase résume plutôt bien le tir de précision, du moins, pour ceux qui décideraient de devenir bon dans ce domaine.

Oui, parce que si vous pensez que le tir de précision est simplement le fait de régler une lunette sur un fusil, mettre la cible dans le viseur, puis tirer, c'est que vous regardez trop de films américains...


La balistique


Pour commencer, un peu de culture...

Balistique ne vient pas de « balle » mais de baliste, un vieil engin de guerre prévu pour le siège des châteaux-forts, qui effectuait des tirs courbes sur de longues distances. Ces engins, pour les plus gros, avaient le défaut de mettre beaucoup de temps à se recharger.


Une baliste gréco-romaine


Leur utilisation a amenée une étude de la trajectoire des projectiles pour un réglage de plus en plus précis, dans le but de pouvoir toucher du premier coup. Le terme est resté, et la balistique est donc l'étude de la trajectoire des projectiles (balles en l’occurrence) dans le but d’être le plus précis possible.

Bien sûr, cette étude n'est pas effectuée par les utilisateurs d'armes, mais par ceux qui fabriquent les munitions. Les tireurs ne font qu'utiliser les données.

Il existe 4 types de balistique :

- La balistique interne, qui étudie la réaction d'une balle dans le canon en fonction de ses rayures et de sa longueur, entre autre. Peu d'intérêt, sauf pour certains tireurs qui, pour plus de précision, changeront carrément de canon en fonction des conditions atmosphériques (plus ou moins lourd, rayures plus ou moins étirées...).
- La balistique externe, est l'étude de la réaction de la balle entre le moment où elle sort du canon et celui où elle touche la cible (beaucoup de choses à prendre en compte, comme les facteurs environnementaux).

- La balistique terminale, étudie la réaction d'une balle sur une cible. Et surtout ce qui reste de la cible une fois touchée par la balle... Donc le but est de savoir quelle balle utiliser pour un bon rapport portée/énergie finale.

Et, pour votre culture personnelle, sachez qu'il existe enfin la « balistique de bouche » qui étudie la réaction de la balle au moment où elle sort du canon. Elle est uniquement utilisée par les fabricants d'armes pour concevoir des freins de bouche et des caches flammes ; Aucun intérêt pour les tireurs, donc.


Le coefficient balistique


Le coefficient balistique, c'est un peu le nerf du tir, mais surtout de la chasse, puisqu'il va nous permettre de savoir quelle ogive utiliser suivant les résultats escomptés.

Le coefficient balistique est l'élément qui vous permettra de connaître la portée de votre munition. Celle-ci sera déterminée par la forme de l'ogive, et son aérodynamisme (donc sa pénétration dans l'air).


Balles de 223 au coefficient balistique élevé (cb 0,29)


Plus votre balle aura une forme aérodynamique, plus elle aura de portée, MAIS moins elle fera de dommage sur la cible.

Donc si vous tirez sur quelqu'un avec ça (photo ci-dessus), la balle va le traverser de part en part, mais sans dégager beaucoup d’énergie.


Balles au coefficient balistique équilibré (cb 0,23)


Par contre, plus le coefficient balistique sera faible, plus elle fera de dégâts... MAIS moins elle aura de portée.

La forme ronde de la balle développant plus d'énergie à l'impact qu'une balle pointue.


Balles de 223 au coefficient balistique faible (cb 0,16)


Donc, le fait de bien choisir sa balle en plus de tout le reste est aussi très important. C'est un principe bien connus des chasseurs de gros gibiers qui tirent à la carabine. Dans le doute, vous pouvez leur demander conseil.

Mais bien sûr, si vous avez les moyens financiers, vous pouvez acheter des balles nouvelle génération polyvalentes, ayant un coefficient balistique élevé ET une balistique terminale puissante.

Et là, bien sur, vous pourrez vous demander : Mais si un fusil d'assaut est fait pour de la courte portée, alors pourquoi l'armée Française utilise-t-elle des balles au coefficient balistique élevé ? Oui, ça à l'air de remettre en question tout ce que je viens de vous expliquer. Mais non, une munition arrondie serait sûrement un meilleur choix pour une armée, surtout quand les combats urbains sont aussi répandus, et donc la portée de plus en plus faible (et oui, c'est fini les combats en forêt !). Mais tout ça est décidé par des généraux qui sont très loin de connaître quoi que ce soit en balistique, et qui sont bien trop souvent nostalgiques des combats d'autrefois.

Quand j'étais à Vigipirate, un haut officier est venu nous parler, et nous donnait la possibilité de lui poser des questions. Dire qu'il n'y connaissait rien en combat et armement est encore un euphémisme. Il était, comme tous les autres, complètement déconnecté de la réalité des combats d'aujourd'hui.


Le réglage initial, puis la dérive de la balle


Une lunette se règle suivant des conditions dites « zéro », c'est à dire sans vent, sans pluie, pression atmosphérique et température moyennes, et sans angle de tir.

Quand cela est fait, la lunette est dite « réglée », mais à chaque tir la lunette devra être réglée de nouveau suivant les caractéristiques du tir :

- Les facteurs de vent, que ce soit en force et en direction, joueront sur le gisement de la balle (c'est à dire pousseront la balle à gauche ou à droite de la cible)
- Les facteurs de pression atmosphérique joueront avec le site (c'est à dire appuieront plus ou moins sur la balle, ce qui modifiera la portée)
- Les facteurs d'angle de tir joueront sur la courbe de trajectoire balistique, ce qui modifiera également la portée.
- Les mouvements de la cible, qui prendra en compte le temps de vol de la balle.

Un exemple cinématographique sur le temps de vol de la balle, pour ceux qui ont vu le début du film « shooter tireur d'élite » : Bob Lee doit tuer un conducteur de camion dans le désert, 800 mètres et il roule à 50km/H. J'ai fait le calcul... Et oui, avec une 308 win, le report de tir est bien de 2 millièmes, mais s'il roulait à 45 km/h au lieu de 50 km/h, la balle serait passée à 2m50 de lui. Donc pas de cible mouvante rapide au fusil de précision !

Mais on peut aller beaucoup plus loin que ça pour le tir à très longue distance, voire à distances extrêmes (au delà de 1800 mètres).

Comme l'effet de Coriolis qui prendra en compte le déplacement de la terre, du moment où vous tirez jusqu'au moment ou la balle touche la cible, qui dépendra entre autre de votre inclinaison par rapport au plein sud ou au plein nord. Je ne connais ce principe qu'en théorie et ne l'ai jamais mis en en application, bien entendu. J'en parle juste pour montrer à quel point le tir sur de longues distances peut être vraiment complexe.


Un gros calibre pour une meilleure précision ?


Passons maintenant au thème pratique, quelle munition utiliser.

le choix d'une munition à l'air assez simple : Il suffirait finalement d'acheter la munition la plus puissante possible, sur le fusil le moins cher possible.

En fait non, ce serait la pire des choses à faire.

Un calibre puissant, comme celui ci-dessous, aura deux qualités évidentes : Une très longue portée, et une balistique terminale très élevée...




Mais aura par contre tous les défauts possibles :

Ce sera un fusil très cher à l'achat. Car acheter un fusil en 338lm à petit budget, par exemple, ne vous permettra pas de tirer plus de quelques munitions par jour, voire par semaine. L'usure du canon sera très rapide, et donc sa durée de vie réduite d'autant. Sans même parler du risque de voir le canon vous péter à la figure...


Oui, à la base c'était un fusil !

Il nécessitera également un optique et des rails de très bonne qualité pour éviter, au mieux, de se dérégler, au pire, de péter à la première cartouche tirée. Les munitions seront également très coûteuses et difficiles à se procurer, surtout pour un survivaliste dans un scénario de chaos.

Sans même parler de prix, l’entraînement sera également très complexe. Les pas de tir à longues distances sont très rares en France, et vous aurez du mal à trouver un tireur compétent qui pourra vous donner de bons conseils, sans devoir passer par les forums comme « feu libre ».

Je parle pour les calibres du genre 338lm, 500bmg, ou ceux nouvelle génération comme le 408 ou 416 faits pour des distances extrêmes. Donc on va descendre d'un cran, et rester sur les fusils à longues et moyennes distances.

Pour commencer, un calibre ne se choisit pas aussi facilement que ça, et surtout pas sur la bonne occasion du fusil en promotion sur Naturabuy.


Comment choisir un calibre adapté


Personnellement, avant la législation de 2013 je m'était arrêté sur deux calibres : La 270wsm et la 300win mag. Mais quand la loi est passée, j'en avais plus rien à faire de ces calibres de chasse. Je me suis intéressé aux calibres militaires, notamment ces 4 munitions :
  • la 7,62/51 OTAN
  • la 7,5/55 SWISS
  • la 7,92mm pour mauser 98
  • et la 7,62/54R russe

Le choix d'une munition se définit, selon la FFT par le graphique suivant.




Trouvez une munition qui vous convient, rapport qualité prix, puis trouvez l'arme qui vous correspond le mieux pour la tirer. Si ça ne vous convient pas, inversez cette donnée.

Bien sûr, on peut pousser le résonnement un peu plus loin, et prendre en compte différentes données, suivant votre implication dans le tir.




Le budget étant très important dans le choix de son calibre, pour un souci de maintien de l’entraînement et de stockage, j'ai sorti deux calibres du lot, la 7,62/51 OTAN (l'une des munitions favorites des tireurs) et la 7,62/54R russe.

Finalement, j'ai trouvé une lunette militaire ukrainienne, avec un réticule correspondant à la munition 7,62/54R, et j'ai donc choisi ce calibre là.


Réticule militaire, chevronné pour une munition 7,62/54R


Ce qui est en bas à gauche du réticule est une « échelle stadimétrique ». Elle permet de connaître approximativement mais rapidement la distance d'une cible en la positionnant dessus.

La barre horizontale est marquée par 20 barres verticales, chacune espacée d'un millième, ce qui permet de décaler le tir en fonction du report souhaité, mais également de calculer une distance sur le terrain voire de déterminer la taille d'un objet (on en parlera dans un autre article).

Je parlais tout à l'heure de balistique externe, qui étudie la trajectoire des munitions. Cette étude permet de tracer sa courbe de trajectoire.




La courbe de trajectoire balistique, c'est la trajectoire prédéfinie que suivra une munition. Dans le cas présent, le réticule de ma lunette sera réglé sur cette courbe et permettra un tir à des distances connues, sans à avoir à toucher au réglage du site.




La connaissance de la courbe de trajectoire et des dérives du fait des conditions atmosphériques, vous permettra de construire des « tables de tir » qui vous donneront la possibilité de régler votre lunette facilement, par des calculs faits à l'avance.

Le choix du fusil était ensuite évident, pour une catégorie C, j'avais le Mosin Nagant, puis pour une catégorie B (prochainement) la SVD Dragunov, et ses dérivés.

Donc je me retrouve avec un Mosin Nagant revalorisé avec une carcasse en fibre de carbone, frein de bouche, chargeurs modulaire et lunette.

J'ai décidé de choisir directement une munition qui correspondait à la lunette, mais sinon, je pouvais aussi en prendre une plus puissante, puis recharger mes munitions pour les faire correspondre à la courbe de trajectoire balistique de la 7,62/54R.


Mosin Nagant 1891/1930 Sniper 7.62x54R avec sa lunette d'origine


La munition 22LR est sûrement l'un des sujets les plus discutés sur ce blog, mais je vais quand même devoir en reparler un peu.

Bon, commençons tout de suite par les défauts de cette munition : La portée est vraiment courte, 100 mètres en hausse de combat, 200 mètres en portée maxi.

Deuxième défaut, la balistique terminale est vraiment faible : Même avec de la balle creuse, vous aurez du mal à neutraliser quelqu'un, à moins de toucher les parties vitales.

La munition et le fusil ne coûtent vraiment pas cher, mais l'une des meilleures raisons pour la choisir, est le réducteur de son (silencieux), vraiment efficace, que ce soit pour l’atténuation du son mais aussi la dissimulation de la flamme.


le réducteur de son


Une munition, quand elle est tirée, va émettre trois détonations ; Une au moment du tir, une autre quand la balle sort du canon, et la dernière quand la balle passe le mur du son en sortant du canon.

La première sera atténuée naturellement dans la chambre du fusil, qui isolera plus ou moins bien le bruit de la détonation. Certains fusils militaires proposent même des chambres à isolation phoniques, faites spécialement pour les munitions silencieuses.

La deuxième détonation est directement liée à la décompression des gaz dans l'air ambiant. Le réducteur de son atténuera cette détonation en créant une sorte de chambre de décompression isolée acoustiquement.

La troisième, et la plus problématique, ne pourra être supprimée sans l'utilisation de balles subsoniques, c'est à dire allant à une vitesse ne dépassant pas le mur du son... ça à l'air de rien, mais ça pose un sérieux problème pour du tir à longue distance.

Le mur du son étant à 340m/s, une balle de fusil d'assaut allant jusqu'à 1000m/s, et une balle de fusil de précision avoisinant les 850m/s, vous imaginez à quel point cela devient problématique pour la portée, quand il faut diviser par trois la vitesse initiale d'une munition !

Petite parenthèse, la limite de 1000m/s pour une arme de petit calibre est définie par la convention de Genève, qui doit normalement s'appliquer à tous les pays du monde mais que certains ne respecte pas. L'armée Française achète ses munitions à Israël, qui est très loin de la respecter ; Les munitions avoisinent plutôt les 1200m/s.


le recul


C'est, je pense, le point le plus important.

Sur le plan théorique, le recul d'une arme ne modifie en rien sa précision. Le recul se fait quand la balle sort du canon, donc même si le canon se relève d'un mètre, la balle est déjà sortie et ne modifiera pas la ligne de mire. Mais ça c'est sur le plan théorique uniquement, car psychologiquement, le résultat n'aura plus rien à voir.

Pour illustrer ce principe, je vous renvoie à une vidéo tournée il y a trois ans, lorsque j'ai emmené mon frère au stand de tir pour fêter ses 30 ans. Je venais de le faire tirer avec un Colt python en 357mag, qui est un calibre assez soft et agréable, et je lui ai mis dans les mains un 44mag, en lui disant que c'était à peine plus puissant.


La première cartouche est bien en cible. Les autres, non... La première, il se concentre uniquement sur la cible, mais sur les autres, il se contente d'encaisser comme il peut le choc du recul qu'il se prend à chaque fois. On le voit vraiment bien à la dernière, quand le barillet est vide.

Cet effet se remarque bien avec une arme de poing, mais c'est pareil avec une arme d'épaule. Quand vous savez que vous allez vous en prendre plein l'épaule (ou la tête), vous n’êtes pas concentré sur le tir mais uniquement sur le recul, et là, la balle ne touchera pas tellement vous serez crispé.

Une bonne connaissance de ces effets sera nécessaire dans le choix d'une munition mais aussi de l'arme, car de manière générale, plus votre arme sera de petit budget, moins elle sera à même d'atténuer le recul.


Conclusion


La meilleure solution pour se trouver un calibre adapté, puis une arme convenable, si je peux vous donner un seul conseil : Pour commencer, trouvez vous une arme de petit calibre pour vous entraîner, comme une carabine à plomb ou une 22lr. Je rappelle qu'une simple réplique airsoft vous permettra d’acquérir les bases du tir, les bonnes positions de bases, prises de visée, respiration, etc.

Puis ensuite, dans le stand de tir ou vous irez vous inscrire, parlez, regardez, intéressez vous...


Entraînement de ma sœur, dans son jardin


Personnellement, je n'ai jamais refusé à qui que ce soit de prêter l'une de mes armes, même un débutant, et jamais on ne me l'a refusé non plus.

J'ai toujours accepté de prendre un peu de temps pour discuter et donner des conseils sur ma manière de tirer, et on ne m'a jamais envoyé balader en demandant conseil à quelqu'un.

Le tir passe par un échange d’expérience, il y a une cohésion, une entraide qui permettent de progresser, mais aussi de ne pas faire des erreurs de débutant. Erreurs que vous ferez si vous vous contentez de vous inscrire, d'acheter une arme au rabais avec son stock de munitions, puis ne jamais retourner au stand (Ce qui arrive souvent).

Vous vous retrouverez juste avec une arme inadaptée, donc inutilisable, et aucune connaissance pour vous en servir correctement...

56 commentaires:

  1. bonjour à tous
    J'ai également écrit cet article sous format "vidéo" sur ma chaîne, mais à cause d'un problème de connections, la vidéo ne sortira surement que demain matin.
    Cet article ne parle, bien sur pas du tir sous format "tactique", un prochain article est prévu sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article que je compléterai par quelques remarques.

    1) 95 % d’un bon tir se passe avant la queue de détente, c’est le tireur qui fait le tir, pas l’arme. Donc, il faut d’abord apprendre à tirer !!!

    2) On entend tout et son contraire dans les stands de tir. C’est normal car les tireurs ne pratiquent pas forcément la même discipline et les objectifs d’entrainement sont personnels. Avant de vous lancer dans des achats inconsidérés, renseignez-vous et relisez cet article.

    3) Beaucoup de tireurs en stand vont vous « satelliser » avec le rechargement et des milliers d’autres données techniques.
    Apprenez d’abord à tirer !!!!
    Recharger ses cartouches n’est pertinent que si l’on maitrise son tir.

    4) Le tir au fusil s’apprend :
    - en position du tireur couché,
    - avec une visée métallique (œilleton, guidon),
    - à bras franc sans sac, bipied et autres béquilles.
    - On travail alors : la posture (dont l’absorbation du recul), la respiration, la visée et le rattrapage du jeu de la queue de détente.
    - La première étape est le groupement H+L qui doit avec le temps tenir dans un carré de 30x30 cm à 300 mt.

    5) Lorsque l’on maitrise le tir en visée métallique, on peut passer au tir avec lunette. Pas l’inverse.
    Lorsque l’on maitrise le tir à bras franc, l’on peut passer au tir à genou, debout, en position adaptée, avec sac, bipied.

    6) le 22 Lr est une excellente école. Pour ma part, j’utilise une réplique Norinco du Mauser 98. Il me permet de tirer en visée métallique et par l’ajout d’une lunette en mildot et d’un bipied de m’entrainer au tir longue distance jusqu’à 300 mt. Distance au 22 Lr qui vous oblige à tirer comme à 900 mt avec du 7.62 en travaillant le vent, etc. C’est bien plus formateur que de tirer au 308, 338 à 100 ou même 300 mt car avec ces calibres, l’on sera toujours dans la cible sans travailler réellement même en utilisant des cibles réduites et en faisant de sacrées économies. Rien n’interdit de terminer sa séance de 22 par quelques cartouches plus puissantes pour ne pas oublier le recul.

    7) Le M-Nagant PU est un excellent compromis pour apprendre à tirer à petit budget en permettant tir en visée métallique et tir avec lunette. Il est par ailleurs une bonne arme survivaliste de base jusqu’à 400, voir 600 mt avec sa lunette. Un bon M-Nagant doit tenir le 30x30 à 300 mt en visée métallique et le 15x15 à la même distance avec sa lunette PU.

    Tirer, tirer, rien ne remplace le drill.

    RépondreSupprimer
  3. tu a raison sur beaucoup de choses
    personnellement, je pratique le tir "tactique"

    ici je ne donne aucunement les techniques de base pour commencer le tir, mais uniquement des conseils pour choisir une arme et un calibre adapté.

    le but de la vidéo et de l'article étaient surtout de briser les lieux communs sur la "sois disante" facilité du tir, et surtout sur celui disant qu'une gros calibre est toujours mieux qu'un petit ou un moyen calibre.

    En se qui concerne se que tu dis sur l'entrainement, je ne peu qu’être d'accord, le fait de commencer l'enseignement "œilleton guidon" puis ensuite le tir lunette.
    les bases sur la respiration, positions, etc

    Le prochain article ne parlera pas non plus de ça, vu que ça a déjà été pas mal évoqué dans un autre article du blog, sortit il y a quelques temps, mais de tir tactique (conception des tables de tir, plan de feu, topographie, etc)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci pour cet article, il tombe à pic pour moi.
      J'aurai une question périphérique à cet article concernant le choix de lunette de tir. Votre article présente un réticule dragunov en cohérence avec votre munition. Je souhaite pour ma part ne posséder qu'une seule lunette qui m'accompagnera sur ma 22LR dans un premier temps, et qui ira ensuite sur une arme de type 7.62. Comme je veux me laisser des options dans le choix du calibre (surement 7.62Russe ou Otan) je cherche une lunette mil-mil et même FFP.
      On peut trouver des lunettes a prix raisonnables remplissant ces critères (BSA, Vector Optics, Primary Arms et Falcon optics) mais toujours dans des plages de grossissement trop gros pour moi (4-14).
      Cherchant plutôt du 1-6, je galère à trouver du mil-mil, sauf une lunette biélorusse de chez VOMZ .. mais qui a la bonne idée de cliquer en 1/7e de Mil.
      Connaitriez vous une lunette solide à moins de 400 euros qui tienne mes critères ?
      Ces critères s'inscrivent-ils dans un raisonnement valable selon vous ? (je suis un grand débutant).
      Question bonus, que pensez vous de l'idée d'un réticule illuminé pour bien exploiter le X1 en restant dans une logique de précision aux grossissements plus élevés ?

      J'attends avec intérêt votre prochaine article

      T.

      Supprimer
    2. pour une 22LR ou un fusil à plomb, c'est clair que de toutes les lunettes que j'ai pu tester, la marque BSA est de loin la meilleure en qualité prix. Par contre, elle n'ira pas du tout si par la suite tu voudra la monter sur un fusil type 308.

      Par contre si tu veux ensuite le monter sur un fusil plus puissant, je conseille plutôt "harrow" dans l'ordre de 400 euros, réticule mildot, réducteur de parallaxe pour les distances au delà de 400M, très résistante, et pour l'instant, aucun problème de jeu ou de manque de précision dans les cliquetages. (je précise que ma "harrow" est monté sur ma winchester model 70, en 270 win)

      Le rapport qualité prix est excellent, mais si c'est trop cher pour toi ou que tu veux un grossissement plus faible (la mienne est en X14 quand même) tourne toi vers "eo-teck" ils font principalement des "red-dot" mais sont très bon également pour les lunettes genre X6

      J’espère avoir pu t'aider, mais sache que chaque tireur aura ses préférences sur le matériel. J'en parle un peu plus sur la vidéo éponyme qui sort demain.

      Supprimer
    3. Merci beaucoup de ta réponse :)
      J'ai été incapable cependant de trouver la marque de lunette "Harrow" .. qui m'a l'air intéressante, sais tu ou je peux trouver ça ?
      Je suis allé voir Eotech et c'est un peu cher pour moi (1300$ la lunette 1-6x42).
      Je vais regarder cette vidéo pour en apprendre d'avantage .

      T.

      Supprimer
    4. j'ai eu ma lunette harrow sur Auxerre armurerie
      Pour la marque eo-teck, j'en ai chopé une (puis revendu) sur naturabuy. état quasi neuf pour 200 euros... les joies de l'occasion, c'est de pouvoir tomber sur LE bon moment ^^

      Supprimer
  4. clap clap clap bravo
    expliquer la complexité du tir long (et moyenne) distance en si peu de mot et de façon aussi simple et complète et un exercice compliqué.
    Excellent résumé
    On insistera jamais assez sur l’efficacité d'une .22 jusqu’à 200 mètres et de sa furtivité. perso J'utilise une conversion avec canon lourd "Luvo V22" monté sur un lower AR15 donc semi semi auto certes... mais très précise.
    En revanche si avoir un bon "snipeur" dans son équipe est important et donne un avantage, je laisse cela a d'autres eut égard les années d’expériences (et la responsabilité) qu'il faut pour réaliser un TIR a 800m et plus en situation de "tension". Jusqu'a 600 mètres cela reste du domaine du possible avec un.223 une bonne lunette (style acog ou ar 223) et tous les conseils et les entrainements que tu préconises pour un tireur qui fait l'effort.
    Parait il que le records (enregistrées) serait par
    L'adjudant Benjamin G. qui aurait atteint une cible à plus de 3.695 m avec une 408 CheyTac.... pfuiiiiii
    Merci pour ton partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ^^
      j'ai entendu parler de ce record incroyable, d'un tir au M200 avec une 408... c'est vrai que c'est fou ^^

      Perso que je me demmerde pas mal en tir, mais dans un groupe constitué, si possible, je laisserais également cette tache à un autre (SI POSSIBLE bien sur)
      car on oublie une qualité importante chez le tireur de précision, c'est "une patience à toute épreuve"... et là, chui loin d'étre au taquet,
      perso chui beaucoup plus efficace et à l'aise à défoncer des portes au fusil à pompe qu'a faire de la surveillance sur ma colline pendant trois jours pour sécuriser une zone (car oui, c'est CA le gros du travail d'un tireur longue distance)

      Supprimer
  5. Bonsoir reinho,
    Déjà bravo pour ce nouvel article qui nous apprend toujours plus tout comme ceux de Pierre et des autres rédacteurs de ce magnifique blog.
    Je n'aurais qu'une simple question comment voir cette vidéo? As tu un compte youtube?
    D'avance merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien vers la chaîne YouTube de Reinho se trouve tout en bas de page à droite, juste au-dessous du logo.

      Supprimer
    2. https://www.youtube.com/watch?v=KfuBczUK73E&feature=youtu.be

      Supprimer
  6. Reinho01, j’ai apporté ces précisions pour « enfoncer » le clou de ton excellent article.
    Je vois trop de tireurs en stand acheter n’importe quoi et pratiquer en dépit du bon sens car trop pressé et ne prenant pas le temps de faire le tri des conseils donnés par les autre tireurs.
    Je pratique aussi le tir tactique et le PRS.

    Concernant Benjamin Gineste, il a bien effectué un tir avec un 408 Cheyta a 3695 mt.
    Ces tirs se font avec toute une équipe autour de lui et non plus grand rapport avec le « sniping ».
    Il prépare son prochain tir pour cet été en cherchant atteindre les 4000 mt. 400 mt, cela semble court mais c’est une « marche » énorme à gravir qui commence par la modification du matériel avec la pente du rail de la lunette.

    Concernant la lunette et la question posée par TF, la réponse dépend du tir de tir que vous souhaitez effectuer.
    Le tireur de « bench-rest » n’aura pas besoin de la même lunette que le sniper. Pour lui, il faut un fort grossissement et un réglage fin en huitième ou seizième de MOA. Ce n’est pas ce que recherche le sniper. Pour mémoire, la priorité pour le tireur de précision voulant faire un but d’emblé est de pouvoir calculer la distance de la cible. Ce calcul se fait à minima avec sa lunette si l’on ne dispose pas d’un télémètre en sachant qu’il ne faut jamais compter sur les « béquilles externes » et qu’un télémètre coute le prix d’une bonne lunette avec les avantages et inconvénients d’un télémètre.
    Pour calculer une distance, votre lunette doit être en millième (µ) et en premier plan focal pour garder le rapport mathématique lors du changement de grossissement avec un réticule mil-dot standard ou amélioré comme le G2MR. Cela permet de calculer de tête la distance de la cible grâce au fameux F-M-D (front – millième – distance) et sans s’enmerder à convertir les quarts ou huitième de MOA anglais. Bien entendu cette lunette doit disposer de tourelle de réglage que l’on manipule avec la main et non avec un tournevis.

    Vous ne pourrez pas non plus avoir une lunette qui passe de votre 22 au 308 car à longue distance, la qualité des lentilles, le champ et la luminosité du réticule vont aussi jouer. En revanche, pas besoin d'avoir un fort grossissement sauf pour l'observation car plus l'on grossit le réticule plus la cible tremble lorsque l'on tire. Pour ma part, j'utilise une Bushnell tac 3-12x44 ret. G2MR qui est en millième et premier plan focal sur la Tikka en 308.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me suis pas trop intéressé à benjamin gineste, je m'interresse beaucoup plus aux tireurs faisant des tirs à tuer, comme craig harrison, avec ses trois tirs à 2450 métres, bien plus impressionnant que d'autres, à peine plus loin, mais avec du 50 BMG.

      Pour parler du miliéme, j'en ai pas mal parlé dans l'article sur la topographie, et oui, je te suis a 100%, le miliéme est clairement conseillé, que ce sois pour déterminer une distance, ou pour connaitre le cliquetage à effectuer pour rerégler une lunette.
      Pour du tir en dessous de 800 mètres, les télémètres lasers pour tireurs sont clairement hors de prix, c'est clair, je conseille plutôt les télémètres de "golfeur" (environ 100 euros) beaucoup plus léger, optique X4, et approuvé sur le terrain par moi ^^

      Pour le calcul fous-moi-ddans... heuuu, front-miliéme-distance, le calcul est sur l'article dédié à la topographie ^^

      Pour le grossissement de la lunette, même si beaucoup de tireurs conseillent aucun zoom possible à cause du risque de la petite perte de précision, moi je la conseille fortement, pour faire de l'observation en X14, puis du tir en X8

      Supprimer
  7. exellent Von PIkkendorf et Reinho,le premier plan focal est primordial et em millième ça évite de faire des conversions délirantes en cas d'urgence,un petit bémol c'est pas la cible qui bouge comme la queue ne remue pas le chien (sauf sur sanglier courant),à partir d'un certain grossissement nous sommes tous atteints de "Parkinsonnite" aigue.J'ai une 3/12/50 vector qui est mieux sur la 308 que sur la 22 canon lourd micro- rayures de Marlin c'est une évidence,bon en attendant le prochain achat , ça fonctionne quand même et je n'ai pas l'ambition des formules 1 du bench rest.Il est bon d'apprendre a apprécier les distances à l'oeil:combien de centimètres apparents mesure un homme debout a 100,200,500 mètres,idem pour une voiture, une vache,la largeur d'une route est une autre bonne indication si on a pas de télémètre ou possibilité de calcul rapide. via le scope,avec mon modeste équipement je tape un merle a 100 mètres en 22 lr sub et je suis content.Les lunettes en premier plan focal ne courent pas vraiment les rues surtout en millièmes! il faut être anglo saxon de naissance pour utiliser autre chose

    RépondreSupprimer
  8. Merci F Von Pikkendorff
    Vous me confortez dans les conclusions que j'ai pu tirer de mes lectures.
    Comme vous le notez je cherche une lunette orientée tactique (grossissement modéré, réticule millièmes, tourelles millièmes, premier plan focal, tourelles "tactiques") afin que mon système puisse se passer de télémètre et puisse se règler sur toute munition (les systèmes de BDC sont très présents sur cette catégorie de lunette).
    J'ai un peu fouillé côté bench-rest mais un télescope sur une 22LR ca me dit moyen .. Vu ma situation, si les choses tournent mal, je préfèrerai m'être entrainé dans des conditions et distances "urbaines" sans sacrifier en mobilité.
    A ce titre votre lunette est intéressante mais un peu chère également (un jour j'y mettrai bien le prix mais c'est prématuré vu mon niveau)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour la lunette que j'utilise sur mon mosin nagant, c'est une 4-10-46, les tourelles sont en miliéme, il y a une échelle stadimétrique dans le réticule, et elle ne m'a coûté que 300euros (montage inclus) sur naturabuy...

      Supprimer
    2. bonjour Tf ,les meilleurs ici me reprendront , mais que veut dire "toutes munitions" ?chaque munition a sa propre flèche etc en fonction du poids de la balle, de sa forme, de la charge de la cartouche etc etc etc,ça complique un peu l'affaire car il faudra faire des tables pour chacune d'entre elles,le pas des rayures et la longueur du canon ont aussi leur influence ,évitons les complications en prenant la munition qui va bien c'est tout et déjà c'est pas simple!! et comme ledit si bien Reinho c'est un vrai "merdier".En fait peu importe que ce soit dans l'oeil gauche ou le droit, du moment que c'est dans le support des deux!

      Supprimer
    3. lol, oui, le tir n'est pas si simple qu'ont voudrait nous le faire croire ^^

      pour la conception des tables de tir, se sera révéler dans le prochain article que je publierais sur le blog MAIS attention spoiler... ça repose essemciellement sur le programme "qbal3" que j'avais déja évoqué dans les commentaires de l'article sur te tir de précision, il y a un peu plus d'un an.

      et pour connaitre le coeficient balistique d'une munitions, deux solution existent... soient vous faites un calcul basé sur l'aérodynamisme des corps flottants dans le vide, dans une structure analo-mécouillo-logique... ou bien vous regardez simplement sur le site de la marque de votre munition, ou vous trouverez toutes les caractéristiques numériques liée à la munition de votre choix.

      Supprimer
    4. Bonjour Janus 2a,

      Par "toutes munitions" j'entends par là qu'une echelle type mildot pourra s'accomoder d'une 22LR, .308 ou 5.56 ou 7.62 russe, par le biais d'un zérotage et d'une table de tir.
      Si je chope un réticule dragunov ou BDC pour 5.56OTAN, je serai bien emmerdé avec les graduations qui ne me serviront à rien sans une table de convertion.
      Juste par souci de polyvalence donc :)

      Supprimer
    5. oui,, rien à ajouter, tu a tout compris.

      ne pas confondre des chevrons (comme sur le réticule de ma lunette) et une echelle mildot.

      un chevron sera réglé sur le réglage initiale prédéfinis d'une munition, alors qu'une échelle mildot sera toujours la méme, elle correspondra toujours à l'angle "un métre à un kilométre"

      Donc moi, voulant justement cette munition là, j'ai sauté sur l'occasion, mais j'avais du en choisir une autre, j'aurais acheté une mildot.

      Supprimer
  9. http://fr.aliexpress.com/store/product/Discovery-Tactical-Dual-Mil-Mil-Rifle-Scope-30mm-Tube-HD5-25x50SF-Side-Focus-1-10-Mil/1862956_32460839538.html?storeId=1862956

    testé approuvé par moi en rapport qualité prix
    range finder intégré (avec une simple division)
    un double reglage possible pour 2 calibres (.22 et 223 pour moi)
    un first focal Plan
    un paralax réglable
    Zérotable par simple click (pas besoin d'outils on pousse sa verrouille)
    robuste (mais je testerai pas au dessus du 223 voir 308? pas étudiée pour à mon avis)
    clarté ok
    mais par contre un peu plus "imposante que celle que vous cherchez" ?
    353 euros prevoir 80 euros de frais de douane sur ce type d'article.

    ya aussi celle la en millieme
    http://fr.aliexpress.com/store/product/Discovery-VT-T-4-5-18X44SFVF-phone-holder-PPF-hunting-shooting-sight-Tactical-hunting-optical-sight/1862956_32500834499.html?storeId=1862956 moins cher plus legere
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet, ça a l'air d’être une très bonne lunette, c'est rare d'en voir avec des tourelles en miliéme et une échelle stadimétrique dans cet ordre de prix, sans passer directement par un débarras militaire

      Supprimer
    2. Merci pour ces liens F43 sky,

      J'avais croisé ces lunettes au fil de mes recherches mais l'origine chinoise et le peu de retours m'avait dissuadé Effectivement elles regroupent beaucoup des qualités que je recherche.

      Supprimer
    3. oui. mais c'est du haut de gamme chinois j'en suis très content. et pour info une multitude de grande marques sont fabriquée en chine et vendu sous marque (bushnell par ex) et même des éléments d'armes vendus sous licence us et suisse( astra arms par ex)

      Supprimer
    4. C'est vrai F43 ,les chinois font de la daube à la demande et ça reste toujours trop cher,mais si on leur demande de la qualité ils sont absolument parfaitement capable d'en sortir aussi et a un prix qui reste quand même compétitif.Toutes les " grandes marques" se font sous traiter dans les pays asiatiques ,ma belle saour est chinoise de la province hoa kien et parle 7 langues chinoises en plus du mandarin ,elle a travaillé pour Dior a Singapour d'ou ils font sous traiter leurs lunettes de soleil et certains sacs ,alors le mythe de la camelote chinoise a fait son temps,ce n'est plus tout a fait vrai (quoique les lunettes de soleil Dior c'est vraiment de la merde vendue très cher chez nous)

      Supprimer
  10. Janus, la cible tremble car Alzheimer m'embrouille avec son copain Parkinson.

    TF : ma lunette ne vaut pas le coup d'être montée sur une 22, elle sera sous employée. En 308, j'en suis plus que satisfait, le réticule G2MR étant un mil-dot puissance 10.

    Le vrai problème que je vois après votre réponse du 08/06 à 13.23 me semble être que vous souhaitiez, si j’ai bien compris, une lunette pouvant aller sur plusieurs calibres, donc plusieurs armes.

    C’est la que cela va se compliquer car il vous faudra systématiquement refaire un zérotage a chaque montage sur une arme différente. Et en cas « d’urgence », ce n’est par forcément le plus rassurant.
    De plus, si vous voulez une lunette couvrant les trois calibres cités et donc couvrant des distances de tir allant de 50 à 800 mt tout en encaissant le recul du 308, il vous faut une lunette vous permettant d’avoir une bonne vision en termes de netteté et de luminosité pour voir et tirer loin avec l’arme en 308. La qualité de fabrication des lentilles va alors entrer en ligne de compte car rien ne sert d’avoir une très bonne arme avec une lunette moyenne ne permettant plus de tirer juste quand les conditions de luminosité sont un peu dégradées.
    Qui trop embrasse, mal étreint.
    A chaque arme sa lunette me semble à longue terme la solution la plus judicieuse ou, si vous voulez une seule lunette, qui peut le plus peut le moins en achetant d’entrée une lunette de qualité.

    Ne voulant pas y mettre un bras, j’ai acheté une lunette pour ma Norinco 22Lr (réplique du Mauser) dont le seul point commun avec mes posts précédent est le réticule en µ. Pour le reste, deuxième plan focale et ¼ de MOA… On ne rigole pas svp ! (Lunette Leapers 3-9x32 Compact mil-dot à 170 E : http://www.espfrance.com/product.php?id_product=32708)

    Mais pour ce que je lui demande, cela me va très bien puisque au titre de l’entrainement au tir longue distance, les distances 200 et 300 mt me servent à travailler le vent, voir son évolution durant la séance, y adapter mes corrections et tirer, le calcul de la distance de la cible n’étant pas l’objectif pédagogique.
    En quart de MOA, c’est un peu fastidieux en nombre de clic (zérotage à 50 mt) je dois l’avouer mais à l’entrainement je ne suis pas pressé. Et heureusement que je disposais d’un logiciel de tir pour établir les tables de hausse.
    Pour palier au 2 plan focal, si je devais tirer en « situation d’urgence », je partirais avec cette lunette sur ma 22Lr en hausse de combat à 100 mt. Je ferais alors mon calcul de distance systématiquement avec le même grossissement en ayant en tête le référentiel que j’ai calculé dès le temps de paix comme par exemple une silhouette de 40 cm de large (largeur des épaules) au grossissement X faisant 2 µ sera à X mt. Sachant qu’au 22Lr, si l’on veut avoir des chances de vraiment toucher à la première cartouche, il faut rester dans une distance de 50 à 100 mt avec un vent inférieur à 5 m/s, 150 mt avec un vent maxi de 2 m/s (d’après mes constats au tir, sachant que j’ai déjà tiré à 200 mt avec 12 m/s et à 300 mt avec 5 m/s), le calcul de la distance me dira si je peux avoir une chance de toucher d’emblée en fonction des conditions vent du moment, le 22 étant particulièrement sensible a ce paramètre.
    Tirer, le laisser approcher, aller le chercher, me replier, compliqué au 22…
    Bref, le 22Lr, c’est pour moi l’arme de la dernière chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci b ien von Pikkendendorf pour ces explications éc lairantes ,je crois comme je le disias que j'irais vers l'achat d'un deuxième scope pour simplifier le problème ,mais je suis complètement d'accord avec vous le 22 c'est la dernière chance avant le pa ou le revolver et en final l'eustache bien lourd et long style rasoir.bien cordialement

      Supprimer
  11. En tant que survivaliste on peut faire du tir de precision meme quand on n'a plus grand chose a se mettre sur le dos. Illustration ici:
    https://www.youtube.com/watch?v=L6u7tHv9nzE
    (J'espere que notre hote me pardonnera ce petit ecart)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ho ugh elle n'a pas l'air si shy que ça !!!!

      Supprimer
    2. des boobs des BOOOOOBS oups, désolé ^^

      Supprimer
  12. Excellent article !
    Merci à toi, l'ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à tous, content que cet article plaise ^^

      Supprimer
    2. Achtung reinho^^...

      Souviens-toi l'été der... euh, pardon, souvenez-vous d'avril passé ( une cause --> un effet, a 8:50 = --> 9:00 ;) ):

      https://www.youtube.com/watch?v=ORs_kE2DpNc&list=PLh8ZZ440g9HCm781XM3KvQGlrDfj-zH5G&index=2

      Bien cordialement, B.

      P.S.: c'est beau votre sens du sacrifice, je présume que c'est pour faire une vidéo sur les premiers secours?^^

      Supprimer
    3. (Oup's, je voulais mettre mon com sous << des boobs des BOOOOOBS oups, désolé ^^ >> ;)

      Supprimer
    4. je ne vois pas du tout dque tu veux dire, la vidéo que tu parle aborde uniquement le sujey de l'airsoft ^^

      Supprimer
    5. Oui, je comprend bien ( tu n'es pas seul et ne peux pas parler... https://i2.wp.com/img.over-blog.com/354x293/3/70/52/12/un-titre-psychedelique/Bonnemine-rouleau-a-faire-du-bien.jpg ;) )

      Supprimer
  13. oui je vous rejoint entièrement..une arme, une lunette mais plusieurs distances pour la même lunette.
    a ce sujet je conseil également d'y adjoindre une mire déporté (à 45°) réglé entre 50 et 100m. Bon investissement qui permettrai une prise de visée rapide sur un bobo qui sortirait devant vous malgré une lunette montée et réglée pour plus de 300 mètres.

    RépondreSupprimer
  14. "Quand j'étais à Vigipirate, un haut officier est venu nous parler, et nous donnait la possibilité de lui poser des questions. Dire qu'il n'y connaissait rien en combat et armement est encore un euphémisme. Il était, comme tous les autres, complètement déconnecté de la réalité des combats d'aujourd'hui."

    Intéressante assertion! J'imagine que le prochain billet sera la doctrine d'emploi des forces en combat urbain... histoire d’éclairer de vos lumières les états majors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas con... jretiens l'idée

      Supprimer
    2. bon, pas très constructif mon dernier commentaire... précisons.

      l'une des question posée, était "pourquoi utilise t'on à vigipirate des munitions en 5.56 alors que la 9 mm serait beaucoup plus adapté"

      Et la réponse était: "ben toutes les armées utilisent du 5.56, alors nous on fait pareil... à votre avis, quelles sont les armes de vigipirate des autres armées?"

      Celui qui a posé la question a aussitôt répondu "ben des MP5, pour la quasi totalité" avec l'approbation de tout le monde.

      Réponse de l'officier: "oui, voila, des MP5, exactement... c'est se que je vous disais"

      Après un gros moment de blanc, je pense qu'il s'est rendu compte qu'il a dis une connerie et qu'il est vraiment passé (encore) pour un débile. il a donc changé de sujet.

      "conseil perso aux généraux qui pourraient me lire" quand vous faites un discourt devant des militaires, ne donnez pas l'opportunité de passer pour un idiot, lisez votre feuilles, laissez les soldats dormir, empochez vos ISC, et n'essayer pas de faire du zèle, ça ne marche pas (enfin, faut un minimum de compétence et de connaissance pour ça...)

      Supprimer
    3. bonjour Reinho les guerres ont toujours été gagnées par les capitaines ,les centurions,les plus haut gradés sont comme les livres d'une blibliothèque les plus haut placés sont les moins utiles

      Supprimer
  15. L’armée française utilise du 5.56 simplement parce que c’est le calibre du FAMAS.
    Nous aurions fait Vigipirate en 1970, nous aurions été dans les rues en MAS 49/56 et MAT 49 comme en Algérie.
    C’est une question de cout et d’entrainement.
    Avoir une arme dédiée pour une mission particulière à un cout financier non négligeable en termes d’achat, de stockage, de maintenance et de munitions et aussi un coup en heures de formation et d’entrainements.
    Bref, avec un budget qui a servit de variable d’ajustement au gouvernement depuis plus de trente ans, il n’était même pas question d’envisager ce genre d’achat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, et on s'attendait tous à cette réponse... pas à une connerie comme celle là
      On sais tous que les militaire sont largement sous entrainés et mal équipé, et je pense qu'il n'y a que les généraux qui ne le savent pas

      Supprimer
  16. Bjr a tous, très bon article.@Reinho 01 a quand le gilet pour le cal12??
    Ps: Laura voudrait récupérer son marteau ;)
    cldt Tony

    RépondreSupprimer
  17. lol, merci
    une vidéo sur les équipement est en cours de réalisation ^^
    elle fait la maline là, sur la vidéo, mais à la maison, hein... (j'en dis pas plus, je sais pas si elle lis sur ce blog)

    RépondreSupprimer
  18. bonjour Reinho peut on esperer la suite de cet article bientôt avec un grand merci d'avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour, désolé, mais il va falloir attendre un peu quand même, j'ai deux vidéos avant celle là, et quand il sera finis d’être écrit, faudra encore le tourner et monter, et voir la disponibilité de pierre pour la publication... j’espère le mois prochain.

      Supprimer
  19. une petite blague en attendant Reinho :nos Crs sur les plages pourront pour se protèger des kalashnikov terroristes en emportant leur arme de service!!dans ces endroits festifs et plats comme la main , j'attends avec un interet le résultat du match sig Sauer /kalashnikov,peut être en se cachant derrière un chateau de sable ou en se barrant en cerf volant nos braves Crs auront une petite chance wouarffffff ça donne le niveau de la hiérarchie censée nous défendre

    RépondreSupprimer
  20. Le but n'est bien sur pas de se défendre, mais de se sentir défendu, le sentiment de sécurité n'est pas à prendre à la légère... j'en parle vite fais dans ma deuxième vidéo.

    A tu déjà entendu parlé de l'allégorie du "caillou qui repousse les tigre"?
    là on est en plein dans cette allégorie, avec des policiers, rentrant de vacance, persuadé que si ils sont encore en vie, c'est grâce à leur sig-pro.

    RépondreSupprimer
  21. Pour une fois Reinho je ne serai pas de ton avis ,le sentiment de sécurité n'a de valeur que si il est effectif autrement ,il n'y a rien de pire que la fausse sécurité qui vous envoie attaquer un éléphant en vous faisant croire qu'avec" le super cure-dent qui doit tuer l'éléphant" ça va marcher,moi les allégories j'aime bien ,pour l'annecdote,celà dit je suis d'accord que celà risque de berner les bénets parmi les flics puisque c'est une exigence de leur syndicat,mais ça ne trompera sûrement pas ceux qui font du stand ou du Tar ,il ne faut surtout pas les prendre tous pour des demeurés.Il eut été plus réellement efficace de mettre deux guitounes espacées de 600m avec un 308 dans chaque pour couvrir 1.2Km de plage et protèger et les flics et les estivants pour un prix modique,ce qui n'évitera pas un drone amateur lacheur de grenades

    RépondreSupprimer
  22. il y a quand même peu de chance qu'un policier en vacance se fasse attaquer, surtout si personne ne sais qu'il en ai un, mais les gens ont peur, via la télé et les média poubelle.
    Le sentiment d'insécurité (qui n'a rien à voir avec l'insécurité) peu déphaser complètement une personne, l’empêchant de vivre... ça peu aller jusqu'aux anti-dépresseurs, voir suicide (j'en ai connu, en rentrant de mission, des militaires qui avaient peur, même en traversant la rue)

    Et dans ce cas là, quand le sentiment d'insécurité (à ne SURTOUT pas confondre à l'insécurité, j'insiste) est trop ancré chez une personne, u objet de défense, même s'il ne sert à rien, est nécessaire pour continuer à vivre.

    Je te renvois, si ça t’intéresse au reportage de la chaîne "horizon gull" sur le syndrome du grand méchant monde.

    https://www.youtube.com/watch?v=8WiiqssAME4

    Pour l’allégorie de l'armure, j'ai commencé à écrire une vidéo explicative dessus... mais elle sortira peu être jamais tellement j'ai du mal en philosophie

    RépondreSupprimer
  23. bonjour a tous.au risque d'enfoncer les portes ouvertes, comme on disait du temps que j'etais jeune et beau combattant (je réfute le terme de militaire qui pour moi n'est qu'un statut administratif), "la peur n'efface pas le danger" . la paranoia est une névrose paralysante ou qui fait tout déborder. mais une peur juste et raisonnée , non! elle délivre une adrénaline alliée et fait réfléchir sur les solutions à appliquer, de préfèrence vite.
    maintenant si une arme offre les capacités d'un doudou en sus de son application , pourquoi pas, je peux vous garantir que dans certaines no-go-zones de notre si acceuillant pays, la présence de l'ami tu-tu au coté vous apporte un certain réconfort, meme si l'exogene ne s'en doute pas.
    alors si il s'en doute !!!!!!!
    le besoin d'anti dépresseur ne s'est jamais fait sentir au retour d'opération en divers lieux en ce qui me concerne, ptet ben qu'une petite bière de qualité ? (pas les ignobles pisses d'ane qu'on vous sert au bar de l'unité .)
    quands au calibre, celui ci doit etre adapté à la mission et pas l'inverse, je confesse une grande admiration pour les tireurs grande distance, mais pour le moment, j'en reste à la bande des 200, ce qui est deja pas mal pour mon humble niveau. par contre le coté psychologique du fait de presser la queue de détente sur un oppossum barbichu (espece invasive)ne me fait aucun probleme, c'est toujours ça d'acquis, il y a une grande différence entre le carton et le rictus de l'opossum dans le réticule de visée.

    RépondreSupprimer
  24. oups, j'ai encore oublié de me presenter dans le precedent, ce que c'est que le debut de la vieillerie, un dernier point, ces munitions en 223 à pointe ronde offrent de nouvelles possibilitéq, moi qui n'etait pas un partisan de ce calibre.bonne preparation à tous Herman Stoss.

    RépondreSupprimer
  25. pour en finir avec les moa et le deuxième plan focal :https://uvsonmidrange-blog.com/2014/12/19/mrad-milliradian-millieme/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. what the... cut
      j'ai rarement vu d'article aussi complet sur le réglage d'une lunette, merci

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.