24 septembre 2020

Paix sur le monde

=> Article proposé par Elizabeth, rédactrice de Survivre au Chaos


Et si tout ce dont nous avions peur n’était pas tout à fait faux ?

Une (autre) Nouvelle dans l’air du temps...





Avertissement : ce récit est une oeuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.



Jean-Pierre s’assit dans le fond de son fauteuil et serra la main de son petit-fils Mario, âgé de 15 ans.

- Ca va mon petit Mario, alors quels sont tes projets, les filles, les voyages ?

- Papy, tu pourrais te taper déjà au moins 3 procès-verbaux pour de tels propos !

- Ah oui, lesquels ?

- Et bien « Indiscrétion », 135 terras, « sexisme », encore 135 terras, mais sans doute 200 terras parce que c’est une récidive de la loi sur l’auto-contrôle et la liberté d’expression et la troisième fois...

- Je sais mon petit Mario, je sais ! Répondit Jean-Pierre en souriant, mais tu ne vas pas dénoncer ton grand-père préféré non ?

- Papy tu me fais rire ! Ce n’est pas de moi dont il s’agit ! Tu fais de moins en moins attention, c’est carrément grave tu sais !

Jean-Pierre se leva et prit sa canne, il souffrait d’arthrose et son statut de citoyen ne lui permettait pas d’accéder à la chirurgie réparatrice. Il s’était passé pas mal de temps depuis le scandale sanitaire des années 20 ; le monde avait gagné la guérison de haute lutte, mais qu’était-il devenu ? Agé de 70 ans, il avait fait partie de la génération des gilets jaunes, il avait connu « je suis Charlie » et même levé le point pour le mariage homosexuel. Il rangea ses chemises, ouvra un vieux dossier planqué sous son matelas et caressa doucement la couverture de son très vieux Charlie Hebdo, celui d’origine, édité à la suite de l’attentat : une pièce de musée. Puis il répondit à sa femme, Anna, qui l’appelait de la cuisine.

- A table ! A table tout le monde, si vous le voulez bien – Jean-Pierre tu vas adorer, je t’ai fait des frites véritables avec du ketchup maison.

- Mais ça a du te coûter une fortune ? Tu as obtenu une dérogation ?

- Oui bien entendu, c’est que nous avons un évènement à fêter.

- Tu veux dire à accepter.

- Je t’en prie Jean-Pierre, pas de débat, je t’en supplie, ne gâche pas ces instants.

- Les derniers !

- Tais-toi, je t’en prie tais-toi

- Dans une heure 30 exactement, 2 hommes en blanc vont venir me chercher, m’emmener dans une voiture confortable, et, comme tous ceux que j’ai connus, mes amis, mes amours, mes parents, je vais disparaître de la surface de la planète – et tu veux que je me taise ? Tu es encore jeune, tu ne sais pas ce que c’est que de compter les minutes qu’il te reste avant d’être éliminé comme un déchet.

Nous avons eu cette conversation 10 fois Jean-Pierre ! Dont 1 fois en public et j’ai été convoquée, perdu 15 crédits citoyens, payé 3750 terras, et Mario s’est vu refuser son crédit d’études à Berlin. Tu veux m’emmener dans la mort ? C’est ça ? Tu veux revenir à ton putain d’ancien temps ? Celui du chômage, de l’injustice, de la pauvreté ? De la surpopulation et de la pollution ?

- Non Anna, mais je suis né libre, et même libre d’être pauvre. Je vais mourir comme un chien qu’on euthanasie parce qu’il n’est plus bon à monter la garde.

- Un chien de garde ! Et bien là tu dérailles mon pauvre ! Comme si il fallait garder quoi que ce soit !

- Ah j’oubliais : tu n’as pas vraiment connu ça : l’insécurité !

- Non je n’ai pas connu et ça ne me manque pas.

- Moi Papy, je voudrais que tu passes cette dernière heure à me raconter ça : je veux dire tout ça ! De toute façon ils ne pourront pas te faire payer, vu que tu vas être mort !

- Mon petit Mario, tu sais que tous mes propos vont être enregistrés via le Flux. C’est toi qui va payer l’addition, peut-être perdre ton statut de futur Citoyen du Monde.

- Non Papy, nous avons le droit de t’écouter dire tout ce que tu veux pendant tes derniers moments avec nous, cela est considéré comme une perte de la raison du à un excès émotionnel.

- D’accord Mario, Assis-toi, je vais vous raconter.

- Dans le temps, on vieillissait jusqu’au bout, parfois très vieux, parfois très mal, et même qu’on ne savait pas trop quoi faire de vous quand la tête lâchait. Mais l’on partait la tête pleine de souvenirs.

- C’est quoi cette histoire de souvenirs exactement ?

- Tu sais, une fois par an, tu passes en revue ta vie via le lecteur du Flux et toutes les pensées ou moments inadéquats sont éliminés de ta mémoire : c’est ça les souvenirs.

- Tu veux dire que si tu as vécu un truc pas...

- Oui dis le : un truc désagréable !

- Oui, c’est ça ! Alors avant tu le gardais toute ta vie en mémoire ?

- Oui, mais c’est aussi ça qui faisait que tu t’améliorait avec le temps, tu apprenais plein de choses, à la fin de ta vie, tu étais  devenu un « homme d’expérience ».

- Oui, mais le Flux fait ça très bien !

- Le Flux est le produit de l’Intelligence Artificielle, et si le Flux s’arrêtait, vous vous apercevriez que la vie n’est pas ce que l’on vous fait croire : un long paradis qui se termine quand on le décide pour vous. La vie, c’est une suite d’expériences de toutes natures et que vous avez parfois choisies, parfois subies, mais qui vous ont toujours rendus plus fort !

Mario caressa la main de son grand-père.

- Dans le temps, on pouvait s’engueuler avec son Voisin.

- Tu veux dire crier et dire des choses sales ?

- Oui Mario ! Intervint Anna : dire des choses immondes et se faire des procès, voire se battre : voilà ce que Jean-Pierre regrette et c’est bien pour ça que cette génération a été détruite.

- Attention Anna, tu vas perdre ton statut de citoyen idéal si tu continues ! Murmura Jean-Pierre à voix si basse que Mario dut tendre l’oreille pour comprendre.

- Ne te fais pas de soucis : moi aussi j’ai le droit à la surcharge émotionnelle pour ces dernières 90 minutes – espèce de...

- De quoi ?

- Je ne sais pas, mais j’ai du me taper un vieux con de 40 ans de plus que moi et faire à bouffer à son petit-fils, pour payer mon statut, alors pour une fois, j’aurais eu envie que tu bouffes tes cochonneries de frites pleine de gras et que tu t’ étouffes avec.

- Oh mais je vois que pour quelqu’un du nouveau Monde, tu maîtrises un sacré vocabulaire, je te découvre enfin Anna.

- Tu crois quoi ? Que j’ai du plaisir à tenter de te rendre heureux parce que tu as le droit légal à une épouse de ton choix en tant que vainqueur de la grande guerre ?

- Je pensais que ça avait un sens pour toi aussi. Après tout ce monde te plait et si ce monde existe, c’est un peu grâce à moi.

- Non, c’est à cause de gens comme toi que la moitié des anciennes Amériques sont contaminées par le Covid-22 : parce que vous avez refusé les règles !

- Non Anna ! Reprit tristement Jean-Pierre - C’est à cause de gens comme toi, qui croyez naïvement tout ce que l’on vous raconte, que les anciens avaient créé le SRAS de quatrième génération. Ils savaient qu’avec des imbéciles, la peur suffirait à résoudre tous leurs problèmes : pollution, surpopulation, délinquance... Ils nous ont infectés, enfermés, exterminés, et pour finir ils ont pris nos enfants, les ont dressé contre nous dans des centres spéciaux, puis ont déclaré la grande guerre pour achever les survivants !

- Arrête de raconter n’importe quoi ! Vous étiez agressifs, incapable de suivre des règles, incapables de travailler pour vos proches, vous étiez méchants les uns envers les autres, vous aviez même des maladies transmises par le sexe tellement vous étiez dégoutants.

- Tu ne me trouvais pas dégoutant lorsque tu as troqué notre mariage contre ton statut de femme de vétéran avec la mention citoyen idéal qui te donne le droit à autant de chirurgie esthétique que tu le souhaites, ainsi que l’accès aux magasins de luxe : qui font des frites...

- Ces trucs gras, immondes, qui te font un gros ventre avec de la peau flasque.

- Je te découvre enfin Anna – tu me fais peine.

Mario ne dit rien. Il songea que lui il adorait les frites. Mais le dire eut été risqué. Le passé était un sujet tabou.

- Je vous en prie, c’est un moment sacré, parle-moi du passé Grand-Père.

- Ta grand-mère était formidable ! C’était une femme hors du temps, elle voulait l’égalité sociale, elle avait milité pour le droit à l’homosexualité et l’avortement.

- Mais pourtant, ces trucs-là, c’est quand même pas chouette ?

- Non ? Pourquoi ? Tu sais, dans le temps, avoir un enfant était un choix, c’était comme on voulait. Lorsque ta mère est née, nous étions fous de joie. C’était juste avant que l’on passe la loi sur la limitation démographique et la stérilisation vaccinale. Puis il y a eu ton oncle, Lilian, il était homosexuel, mais heureux et ne faisait de mal à personne, il aimait la nature, les animaux, la pêche.

- De quoi il est mort Oncle Lilian ?

- Oncle Lilian est mort après la première campagne vaccinale. Ses défenses immunitaires se sont emballées, elles ont attaqué son propre système nerveux. Il s’est progressivement paralysé, puis asphyxié.

- Mais si vous étiez heureux d’avoir des enfants, pourquoi vouliez-vous l’avortement ?

- Parce que à l’époque la stérilisation n’était pas maîtrisée et la contraception pas toujours fiable. Il y avait des enfants non désirés ou que l’on ne pouvait pas élever. Puis il y avait les victimes de viols.

- C’est horrible ! C’est mieux maintenant non ?

- Je ne sais pas Mario – je ne sais pas, mais maintenant tu ne serais pas né.

- Pourquoi ?

- Parce qu’il y a 12 ans que nous sommes en politique de maintien démographique et qu’après la naissance de ton frère aîné ta mère aurait été stérilisée.

- Mais je l’aime mon frère moi. Même si ce n’est pas une raison pour surpeupler la planète.

- Oh Mario, ce n’est pas la surpopulation qui a failli tuer la terre, c’est la surconsommation. Nous avons brulé la bougie par les 2 bouts.

- Ah ! Commenta Anna – Tu reconnais vos torts !

- Bien entendu, il ne s’agit pas de dire que notre monde était idéal. Ils ont réglé le problème de la surconsommation par la diminution démographique. Fin de l’histoire !

- Papy, c’est quoi un Viol ?

- Pas de ça Mario ! Tu vas nous faire avoir des ennuis !

- Je m’en moque tante Anna, je veux comprendre !

- Un viol, c’est quand un être humain utilise sexuellement un autre être humain sans son consentement. C’est un crime.

- Il n’y a plus de crime maintenant.

- Si Mario, il y a d’autres sortes de crimes. Les cerveaux dont les connections neuronales ne peuvent être conduites par le flux sont repérés et éliminés. C’est aussi un crime.

- Tante Anna, c’est pour ça que Kevin a disparu ?

- Ne dis pas n’importe quoi Mario, Kevin était mentalement déficient, il a été pris en charge par l’état.

- Non Anna ! Tu peux raconter des blagues à Mario, mais moi je ne vais pas lui mentir. Kevin, ton cousin en quelque sorte, était un esprit rêveur et indépendant. Lorsque le Flux envoyait les injonctions au sommeil – à 22h30 – il pouvait continuer à lire et sortait parfois rencontrer des amis dans le même cas que lui. Cette anomalie génétique a été repérée, puis éradiquée. Ils sont venus le chercher, comme ils vont venir pour moi, puis il a disparu.

- Tu veux dire qu’il pouvait être triste, gai, en colère, sympa, pas sympa et tout ce que j’ai lu dans tes livres ?

Jean-Pierre sourit. Mario était un enfant peu ordinaire. Il avait si souvent laissé traîné des livres interdits pour lui offrir une chance de s’informer.

- Papy, raconte-moi comment s’est passée la transition ?

- Oh, je vais essayer de faire court, il ne me reste que 30 minutes avec vous. En l’an 2020, il y avait encore des pays indépendants lorsqu’éclata la grande crise sanitaire avec le covid-19. Le monde subit ce qu’on appela un confinement, 4 milliards d’êtres humains.

- 4 milliards ? Mais nous ne sommes que 1 milliard ?

- A l’époque nous étions plus de 7 milliards.

- Ça devait être super serré ?

- Non Mario – pas tant que ça. Mais certains mangeaient pour les 6 autres. Je te disais donc que je vivais en France, dans ce qu’on appelait une République Démocratique. Le peuple élisait ses dirigeants qui étaient censés faire ce qu’il y a de mieux pour nous. Suite à la crise, et à l’enfermement des humains, une grande révolte éclata, révolte qui ne se calma que lorsqu’apparut le Covid-21, troisième génération d’un virus de plus en plus vicieux, bien que finalement les gens en bonne santé semblaient immunisés naturellement. Les dirigeants mirent au point un vaccin, mais qui fut refusé par la majeure partie de la population. Ce fut ce qu’on appela la grande fuite – après la grande révolte qui elle-même succédait à la grande crise. Grande crise parce que l’économie n’avait pas survécu à 1 siècle de vie à crédit et de surconsommation illusoire. Les gens courraient partout, c’était un chaos innommable ! Brusquement, ils changèrent d’avis et une grande majorité accepta le vaccin, fin 2021. C’est là que ton Oncle Lilian est mort. Lui et beaucoup d’autres.

- Oui mais tu oublies de dire que la majorité fut sauvée ! Commenta Anna.

- Sauvée de quoi ? Une fois la population vaccinée, le problème économique n’était pas résolu. C’est là qu’éclata la grande guerre entre les différentes grandes forces mondiales. C’était sans doute le seul moyen, pour chacun, de tirer la couverture à soi : pétrole, monnaie, médicaments, ressources alimentaires ….. C’est à ce moment, nous étions en 2023, qu’un nouveau virus fit son apparition. Celui-là par contre, il était affreux.

- Celui dont on nous a parlé au Centre ?

« Oui le Sras de quatrième génération. Le premier cas apparut à New-york, en pleine  guerre ! Une guerre décentralisée en Afrique pour ne pas endommager le tissu industriel occidental. Le premier jour les gens toussaient, puis vomissaient en régurgitant le moindre repas. Une toux inextinguible ! Au bout de 3 jours, les innombrables régurgitations finissaient par infecter les poumons, surtout lorsque les gens étaient couchés et ne s’en rendaient pas compte. Il y avait ceux qui mourraient étouffés, ou de fatigue, d’arrêt cardiaque … C’était une hécatombe : rien ne semblait pouvoir les faire arrêter de tousser. Au début on les plaçait en coma artificiel : au moins ils ne toussaient plus. Certains conjoints de malades craquaient …. Ils les tuaient à force de ne plus pouvoir entendre cette toux sèche, rauque, qui déchirait la moindre conversation. En 6 mois, le monde complet fut infecté.

Très vite la guerre s’arrêta, les soldats rentrèrent chez eux et se retrouvèrent infectés aussi. Les Etats-Unis, qui étaient alors la première force militaire mondiale subirent même la fameuse mutation virale qui est à l’origine de leur destruction. »

- Celle pour laquelle on a transformé la zone en parc naturel ?

- Oui Mario, celle-là même. Les 10% de survivants se sont peut-être redéveloppés, mais ils sont enfermés dans un vaste territoire où ils sont sans doute un peu contrôlés. Pour le reste du monde, un nouveau vaccin permit de guérir encore 90% des survivants, tout en tuant ceux qui ne le supportaient pas. Le  « rapport bénéfice-risque » disaient les grands laboratoires. C’est là que les grandes puissances fondèrent Terra, le nouveau gouvernement centralisé et sa nouvelle monnaie basée sur la Consommation Légitime Nécessaire : la fameuse CLN octroyée à tous les citoyens du monde.

- Puis on créa un règlement mondial, une justice mondiale, le tout géré par Intelligence Artificielle afin que plus personne ne prenne de décision imbécile. Les enfants étaient éduqués dans des centres où le confort et la sécurité leurs étaient garantis. Les survivants de la grande guerre – dont je fus – étaient les héros dont le peuple a besoin. C’est ainsi qu’on me donna – tous les 10 ans, une épouse toute neuve pour s’occuper de moi, parce que la mienne était morte. L’état central ne pouvait liquider ses héros, alors il les achetait. Tu te rappelles de Marie ?

- Oh oui ! Fit Mario – mais qu’est-elle devenue ?

- En tant que citoyen modèle, j’avais le droit à une épouse choisie jeune et fraîche. Une fois un peu usagée, elle était envoyée chez un citoyen moins bien noté.

- Mais ça n’a pas eu l’air de la déranger ?

- Nous n’avons pas le choix ! Intervint Anna.

- On a toujours le choix ! Corrigea Jean-Pierre – certaines femmes choisissent de devenir des épouses ayant le titre de citoyen idéal : elles ne choisissent pas leur « Mari », mais ont tout le confort en vivant aux cotés d’un homme aisé et bénéficient de pas mal d’avantages. D’une certaine façon, c’était déjà comme ça avant : les plus jolies jeunes femmes choisissaient de riches et puissants maris qui les gâtaient tant qu’elles étaient belles. C’est ainsi que l’on vit l’un des derniers présidents américains marié à une ex mannequin de 30 ans de moins que lui.

- Mais c’est immonde ! Répondit Mario.

- Non – c’est humain ! Mais tu as le choix de refuser le système, d’épouser quelqu’un par amour, comme je l’ai fait avec ta grand-mère, ou, si tu es une femme, d’avoir ton indépendance matérielle. Là, tu vois, ça n’a pas beaucoup changé.

- Je continue – j’ai beaucoup pleuré ta grand-mère – alors après... Le monde sembla s’arranger, il y avait eu tant de morts qu’il restait bien assez pour s’occuper du reste. Mais le Flux était né et ne voulut jamais rendre le pouvoir à l’être humain. Il décida que la violence était abolie, que les naissances étaient contrôlées, que les vieux devaient mourir avant d’être déficients, que chacun aurait au moins le minimum pour vivre, que les enfants anormaux ou asociaux seraient éliminés comme représentant un danger pour les autres.

- Mais qui dirige le flux ?

- C’est une bonne question Mario ! On dit qu’il y a des créatures au-dessus du Flux. Mais personne ne les a jamais vues. Il y a eu ce qu’on a appelé la communication de cinquième génération, la 5G, puis la 6G, puis le Flux...

- Mais le Flux ne m’empêche pas de penser ! Je suis quand même libre de raisonner et au Centre, nous participons même à l’élaboration citoyenne du devenir !

- Oui, je sais bien, et sais-tu pourquoi ?

- Non Papy !

- Parce que le Flux n’est pas créatif ! En tant qu’Intelligence Artificielle, il ne peut pas créer à partir de rien. Donc on le nourrit avec vos idées. Et toi tu as le droit de penser. Mais seulement si tu vas te coucher à 22h30 lorsque le Flux t’envoie les ondes Bêta.

- Et est-ce que c’est si mauvais que ça ?

- Non Mario, ce monde en vaut un autre. Mais tu n’es plus libre. Et 6 milliards d’êtres humains, dont ta grand-mère, sont morts à ce jour.

- On nous a aussi parlé des guerres de religion, c’est pour ça que parler de Dieu est interdit.

- Oui, chaque portion de l’humanité s’est battue pour établir Son Dieu … C’était idiot, mais certains étaient encore plus idiots que d’autres et s’entretuaient pour prouver que leur Dieu aimait la guerre.

- Alors pourquoi regretter ça ?

- Parce que tu vois, à l’époque on priait... On croyait qu’il existait une force surpra humaine que nous pourrions rejoindre après notre mort et que tout ce que nous vivions n’était qu’une expérience destinée à nous rendre meilleur. Nous avions l’espoir.

- Ca ne vous empêchait pas de faire la guerre pourtant !

- Tu sais Mario, chaque année, 10 % de la population part à l’euthanasie pour faire de la place aux 10% de plus qui sont venus au monde. C’est encore plus de mort qu’à la guerre.

- Mais il n’y a plus de souffrance, on a à manger, on ne se bat plus, on reçoit une instruction !

- Oui toi Mario, tu as tout ça, parce que tu es le petit-fils d’un héros de la grande guerre. Mais d’après toi : qui fabrique ce que tu manges ? Qui nettoie le centre lorsque tu rentres à la maison ? Qui construit les Centres, les maisons, les moyens de transport ?

- Bah les travailleurs !

- Oui et as-tu déjà vu les travailleurs ?

- Non, ils sont dans la zone de production, je n’y ai pas accès.

- Demande donc à Anna...

Anna se tortilla les mains et rangea les restes du plat de frite, ainsi que le précieux pot de ketchup.

- Pourquoi veux-tu parler de cela ?

- C’est tout de même un monde que tu connais bien ma chère ! Mario, ta belle-mère est née chez les travailleurs. Sa grande beauté lui a valu une « promotion sociale » et de devenir l’épouse d’un héros. Soit de coucher avec un vieillard qui assurait sa survie en échange de soins jusqu’au moment béni où il débarrasserait le plancher ! Aujourd’hui ! Enfin !

- Anna, s’il te plait, il faut que je sache, je peux sans doute un peu faire quelque chose grâce à nos réunions d’élaboration ?

- Tu sais, ce n’est pas si difficile que ça : notre vie entière est gérée par le flux, nos émotions, nos pensées structurelles, notre santé. Nous n’éprouvons ni fatigue, ni lassitude. Nous recevons de bons soins et lorsque nous vieillissons, nous sommes affectés à des tâches adaptées.

- Tu n’as jamais pensé librement ?

- Oh si, jusqu’à l’âge de 12 ans. A l’âge de 12 ans, ton injection neuronale est activée automatiquement en fonction de ton taux d’œstrogènes. Et la question ne se pose plus. Tu te réveilles un jour, sans angoisse. Et tu sais ce que tu as à faire. D’ailleurs, si j’ai bien lu mes cours d’histoire, avant, ce n’était pas mieux lorsque les femmes travaillaient dans les usines.

- Non, ce n’était pas toujours mieux – pas toujours. Mais lorsqu’elles en avaient mare, elles pouvaient, avec un peu de courage, choisir de vivre autrement. Et Anna ne te raconte pas – Mario – ce que deviennent les anciens travailleurs.

- Tu veux dire qu’ils ne partent pas sur des tâches adaptées ?

- Oh si, mais il y a toujours un moment où la médecine ne va plus se rentabiliser par la remise en état du travailleur.

- Tu veux dire qu’il est euthanasié ?

- Oui Mario, comme moi bientôt, dans 10 minutes. Te demandes tu, Mario, pourquoi tu ne pleures pas alors que tu sais que ton grand-père va mourir ?

- Parce que c’est comme ça. Et il parait que c’est mieux que de devenir une sorte de déchet, comme il y avait, avant, dans les sortes d’hôpitaux pour Vieux.

- Ca s’appelait des EHPAD. Mais seuls environ 15 % des très vieilles personnes perdaient leur autonomie et finissaient là-dedans. Les autres 85 % vivaient en paix, en faisant des gâteaux pour leurs petits enfants ou en cultivant leurs légumes.

- Alors tu préfèrerais vivre plus longtemps ?

- Bien entendu Mario ! Je me sens encore en pleine forme tu sais.

- Mais on va te rendre les honneurs !

- Et alors ? Je m’en moque des honneurs – j’aurais voulu te voir grandir plus longtemps, peut-être avoir un enfant, fonder une famille.

- Et toi Papy ? Tu as peur ?

- Non Mario ! Je ne vais pas manquer de dignité à ce point ! La peur vois-tu, c’est la fin de la liberté de penser. Et lorsque je pense – j’existe.

- Tu veux dire que lorsqu’on ne pense pas, on est juste une machine ?

- Oui, le flux a transformé l’humanité en armée de robots, ne laissant qu’à une petite minorité, le choix de créer ses compléments de programme. Mais viendra le temps où le Flux estimera que vous ne luis servirez plus à rien. Oh, il est 14h00, ils arrivent !

Le bruit familier de la sonnette raisonna dans leur salle à manger. Anna ouvra en souriant aux 2 hommes élégants qui se tenaient sur le bord. Derrière eux, une voiture blindée, toute blanche, pour tenter de chasser l’idée de la mort, était ouverte. On voyait très nettement que la partie passager était séparée de la partie conducteur par une vitre fine.

Jean-Pierre connaissait la suite, il avait hélas fait partie des ingénieurs qui l’avaient mis au point. Les portières se refermeraient sur lui et il partirait en faisant un dernier signe à sa famille. Puis les joints étanches se dilateraient, transformant son habitacle en cocon tout à fait clos. Avant même qu’il ait pu imaginer quoi que ce soit, un gaz incolore, inodore, l’endormirait, puis le tuerait, de telle sorte qu’à l’arrivée, il n’y aurait qu’à descendre un cadavre à envoyer à l’incinération.

Jean-Pierre embrassa Mario, puis Anna, qui versait tout de même quelques larmes en pensant à son avenir à elle et à son statut dans la maison, et il monta en refermant lui-même la portière. Le deuxième homme, qui surveillait l’opération, tandis que le premier surveillait l’entourage, se détourna, tranquillisé par cette conduite en acceptation.

Jean-Pierre sortit calmement un très vieux pistolet de son blouson, il l’arma, puis tira 4 balles d’un calibre de 9 mm.

La première lui permit de ré ouvrir la portière auto-bloquante

La seconde et la troisième furent pour les 2 croque-morts qui n’eurent que le temps de jeter un regard interrogateur

La quatrième fut pour le petit boitier-relai à l’entrée de la maison et qui relayait les ondes ultra courtes du flux.

Puis il saisit la main de Mario et  lui hurla de venir avec lui en l’entraînant dans la voiture. A peine assis, il désengagea la conduite automatique et brisa le point métallique qui marquait l’emplacement de l’antenne de contrôle. Mario se taisait, cela faisait longtemps qui lisait les livres de papy et qu’il se doutait bien que tout ne pouvait pas se finir comme ça – que papy, le résistant de la première heure, n’allait pas se laisser tuer comme un robot que l’on met à la retraite.

Ils firent à peine 2 kilomètres et Jean-Pierre se gara dans un bois dense avant d’ordonner à Mario de sortir.

- Viens, on continue autrement.

- Mais Papy, ils vont nous chercher.

- Oui, j’y compte bien, tu dois avaler ça, et moi aussi, c’est un somnifère puissant, nous allons nous cacher dans une vieille cave qui date d’il y a 2 siècles et grâce au somnifère le Flux ne pourra pas accéder à nos données. Des amis vont venir nous chercher. Nous n’avons que 15 minutes avant que le Flux reprenne 100 % le contrôle de la zone.

Le vieil homme et son petit fils dégagèrent un coin d’orties et de ronces et Jean-Pierre souleva une plaque métallique rouillée

- C’est ici, il y a des lits, dans moins de 3 minutes nous allons dormir

- Et qui va venir ?

- Des amis. Des survivants de la zone libre.

- Il existe une zone libre ?

Oui Mario, il existera toujours une zone libre.


21 commentaires:

  1. Et bien Pierre, je ne l'ai pas fait exprès, mais d'une certaine façon, le hasard n'existe pas et voilà : ça tombe aujourd'hui .... Pauvres Marseillais !!!! Biz à tous et plein de courage

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Elizabeth,
    Bravo et merci pour ce bon moment de lecture. Vivre libre ou mourir. A nous de choisir.

    In Hoc Signo Vinces, Deus Vult.

    Etienne

    RépondreSupprimer
  3. Dois je dire merci à Elisabeth, oui ou non ?
    À lire son récit , j'ai fait un voyage dans le temps quand je dévorais tous les livres dits d'anticipation ou de SF comme l'on dit.
    Je me suis forgé une idée , une pensée avec toutes ces lectures et d'autres puis la vie à contribue à l'édification de ma propre expérience comme tout un chacun et , aussi, à ancrer une volonté si besoin était .....déjà rebelle à 5 ans selon les dires familiaux au delà de mes seuls géniteurs.
    Son message d'espoir est réconfortant .
    Espoir qu'il puisse exister d'autres petits moutons noirs .........
    Mais c'est pas gagné !
    Le tri va etre pharaonesque.
    Vivre libre, oui certainement , et pas seulement au moment de mourir , les chaînes , que l'on s'est forgé ou prou ( compromission , quand tu nous tiens.....) durant son existence, ne tombent pas par miracle , espérer au delà de la raison quand il s'agit de sa propre peau et non plus de celle des autres,se mentant à soi même le pire, bof ! Je n'y CROIS ( que l'on me pardonne l'usage de mot ) pas ......
    Ah! Vianney, vous ne changerez jamais.....!
    Vous savez, il paraît que je suis tombé dans le chaudron quand j'étais tout petit , je n'ai donc pas grand mérite !
    Ceci pour expliquer pourquoi je choisis de dire merci à Elizabeth .
    Une bouffée de plaisir, un moment de bonheur enfantin , pour recharger la batterie ...en vue du final !
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  4. @ Vianney

    Nous sommes tous des finalistes.
    Avec plus ou moins de classe et plus ou moins de panache dans la cave nous regardons nos ombres danser et frémir à la lumière de la bougie avant que pour nous celle-ci s'éteigne.

    Ah! si seulement ce "sacré" torticolis voulait bien disparaître que nous tournions la tête vers la lumière.

    Ez Kexatea

    RépondreSupprimer
  5. Elizabeth souffre de visions, sans doute à cause de son Flux...et relate là, une histoire "prémonitrice " elle à du vivre cela dans une autre dimension, et nous préviens pas ces mots que nous devons entrer en résistance maintenant, sans attendre, et rejoindre ou fonder une zone libre, exempte d'ondes néfastes , "une grande cage de Faraday"
    et si possible sous la terre " dans une ancienne mine "
    je connais la mine, il ne reste plus qu'à l'équiper ( dans l'hérault)
    difficile d'accès mais avec une source...ça dis oui à quelques personnes par ici ?
    voila, ce récit est une oeuvre de pure réalité. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être fortuite.
    robin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. salut Pierre.....excellent, je t'envoie un email
      robin

      Supprimer
    3. pareil pour moi Robin, héraultais aussi donc partant.

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Belle nouvelle bien écrite,du meilleur des mondes,Barjavel ou 1984 d'Orwell Elizabeth nous distrait avec talent,bien peu de nos contemporains ont compris que le nouvel ordre mondial cherche à liquider les trois quart de l'humanité (Georgia guide stones entre autres)oh bien sûr pas dun coup de baguette satanique en une seconde mais tranquillement sur plusieurs générations,j'ai mis quinze ans à chercher et comprendre le pourquoi et j'ai quelques idées sur le comment,même si cela peut paraître effarant aux yeux de certains voir de la majorité c'est hélas un cauchemard qui de jour en jour s'avère devenir réalité,il ne s'agit pas de croyance mais de faits à première vue hétéroclites mais qui se recoupent tous,prévus planifiés et écrits avant d'être effectifs(la fin du cash par exemple prévue il ya 15 ans pour 2018,nous y sommes presque )Ce sera donc vos enfants qui en prendront plein la figure si vous ne leur donnez pas les clés de ce qui va se passer et un minimum d'éducation survivaliste sous forme ludique et réflexe.Bien cordialement a tous.

    RépondreSupprimer
  8. oui Janus….c’est le plan ! mais je pense qu’ici, tous le monde est au courant, depuis le temps.
    Orwell, était un écrivain visionnaire, mais David Icke, ou serge Monast, claire sévérac…eux étaient ou sont des chercheurs de vérités….qualifié de « complotiste » évidement, car ils dérangent, la vérité ne dois pas être clamée ou dénoncée.
    pour le cash, beaucoup ont pris les devants, en stockant des pièces or ou argent, pour faire du troc, et ceux qui refuserons la fin du cash, devrons vider et solder leur compte en banque, et travailler pour eux, au « black » ou ne plus travailler …ce que j’ai fais . mais pour moi, l’essentiel de ma vie est derrière moi, je souhaite un courage et une conscience vigoureuse à la future génération qui vas souffrir en partie, la partie qui refusera serra en péril, pour les autres, les collabos moutons écervelé sous influence du « mind control » MK ULTRA, ils ne verrons pas la différence.
    robin

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir à tous,merci Elizabeth pour cette nouvelle qui pose en fait beaucoup de question.
    Naufrage d'un homme de gauche "je suis charlie"etc l'utopie et l'idéalisme mènent à la dictature?
    Société sans sentiments,sans émotion,dirigée par le plus froid des monstres froids.
    Imagine de John lennon en version catastrophe c'est super!Cette chanson m'a toujours tapé sur le système.
    La zone libre crée-t-elle des hommes libres?
    Les hommes libres créent-ils des zones libres?
    Zones libres ou zones de non-droits?
    Dans l'histoire de France cette notion était plus une fiction juridique qu'autre chose.
    L'exemple de l'île de la Tortue me semble plus parlant.
    Quoi qu'il en soit un président de département aurait déclaré que 80% des gens sont des cons.
    Vont-ils persister à voter pour lui?
    Il faut relativiser le propos les gens seraient cons,parce que conspirationnistes;ça me rappelle l'histoire du Belge qui roule sur l'autoroute et qui entends à la radio un message prévenant qu'un véhicule roule à contresens:ils sont idiot dit-il j'en ai croisé plein!
    Pourquoi un Belge d'ailleurs?
    Un président de département ferait aussi bien l'affaire.
    Beaucoup de gens sont en fait comme Anna cela ne fait pas d'eux des idiots;au contraire ce sont souvent les plus adaptés au régime carcéral.
    "crève donc"c'est ton tour!
    Moi je récupère le ketchup!
    Et puis grouille on voit bien que c'est pas toi qui te lèves demain!
    Ah Vianney,puisque nous sommes en calèche à domicile,si je peux me permettre,le terme de mouton est à bannir!
    Mauvais Karma en perspective.
    Pas terrible pour les Religions du livre non-plus.
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,un curieux article il y a trois jours sur Sputnik où on apprend que M ,dans sa "volonté de punir",multiplierait les assassinats à l'étranger" de personnes représentant une menace pour la France.
    Extraits provenant d'un livre de Vincent Nouzille:"les tueurs de la République".
    "C'est une lame froide"!un qualificatif qui nous change des "transforme en m**de ce qu'il touche"ou encore "ambitieux incapable"ou encore de "pitoyable roquet".
    Cette "volonté de punir" a-t-elle été exercée en France?
    Il ne me semble pas avoir remarqué que des individus dangereux,des terroristes, aient été exécutés sur le territoire national.
    Il me semble pourtant que les agressions en France pourraient susciter une envie de punir bien plus légitime.
    Mais il faudrait pour ça faire preuve d'émotion,de compassion;et M "est une lame froide".
    Nous voila prévenus.
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour à tous.
    De ci de la je lis des appels à la patience , les miens y compris , sur ce blog, , à se préparer à des mois difficiles ( site conscience du peuple/ Isabelle/ Canada) à développer l'amour en vue d'un futur qui chante comme un lendemain prometteur(site Elizabeth), se consacrer à développer sa résilience , ne pas participer à des confrontations, et je dois dire ( et redire ) que , a l'évidence des faits qui se déroulent sous nos yeux et générateurs de nouvelles tensions diverses et en tous genres, c'est la seule voie......
    Alors pourquoi aujourd'hui , un " peu" d'énervement ?
    Parce que je viens d'aller chez le coiffeur, la première fois depuis le mois de janvier !
    Que l'on se rassure mais si, mais si, mon épouse me taillait ( rasait plutôt ) les cheveux avec une petite tondeuse électrique.
    La séance chez ce coiffeur " collabo" : lui avec un masque en toile PLUS une visière plastique , on ne sait jamais, et , pour finir, une combinaison jetable en tissu, déjà pas mal , non ?
    Pour finir , durant toute la séance , j'ai du maintenir sur mon visage mon propre masque sans mettre l'élastique sur les oreilles , rappelé à l'ordre presque vertement par la vertu offensée.....
    Je vais vous dire une chose que ceux qui me connaissent à présent , auront quelques difficultés à croire et admettre,suivez mon regard : " j'ai fermé ma grande gue.le ...." .
    Incroyable me direz vous !
    C'est pourtant vrai.
    Et comme dans la fable et sa morale , je me suis juré que l'on ne m'yreprendrait plus !
    Pour dire également que la méfiance et prudence , même au plus profond du quotidien , est plus que jamais de mise. Louvoyer pour éviter les écueils. S'éloigner loin des sources à problèmes.
    Évidemment , sans paranoïa.
    C'est quoi ce délire....? Me diront certains , mais , faiblesse du champ magnetique terrestre obligé, avec ses effets sur le psychisme ( site Schott ) je leur pardonne cette ignorance !
    Vous êtes bien bon , mon prince !
    Mais oui, mais oui, chacun ses pauvres n'est ce pas !
    Je vous l'écrivais au début, une pointe d'énervement et d'agacement suite à la séance chez le coiffeur .
    Dans les westerns dignes de ce nom , le protagoniste à son colt, chien arme sous la blouse , le coiffeur ayant reconnu le click du chien qu'on arme ......
    La nostalgie n'est plus ce qu'elle était......!
    En ces temps de changements climatiques générateurs de catastrophes, les volcans se remettent en activité, le réchauffement global aidant , la lave sort ....
    C'est un peu mon état d'esprit face à ce monde en décomposition et promis aux " joies" de Ragnarok mais conquis par la sagesse chinoise je m'assois au bord du fleuve pour voir passer le cadavre de mon ennemi ......un solide gourdin propre à estourbir à portée immédiate de main ( seriez vous un homme de " main" Vianney ? Non Mr l'agent ! ) , prudence, prudence ......!
    Avant que mon énervement retombe , mon feu intérieur ( comme la lave du volcan prête à jaillir ) , s'apaise, refroidisse dirais je , il va falloir un certain temps comme pour le fut du canon (avant d'être de nouveau prêt à tirer ) ou pour que le plat refroidisse et que je puisse le manger .......
    Et fut ce mon voisin dont il pourrait s'agir ...quitte à choquer !
    Se préparer à construire un monde meilleur , je suis d'accord !
    Allez , pour ce faire je " nettoie " les débris post- cahos pour aplanir le terrain et les difficultés.
    AH ! Apres cette tirade, je me sens déjà mieux , merci de votre compréhension .
    Allez en paix Vianney , ne vous faites donc pas des cheveux.....chauve qui peut !
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  12. Hello tous et toutes : cote d'alerte atteinte :
    1) Jura, les flics ont débarqué dans un mariage privé, sont rentrés sans justificatif pour contrôler les masques et distanciation
    2) Saône et Loire, mais dixit ma source, dans toute la grande distri : ruptures d'appro qui vont en s'aggravant à cause des faillites
    3) Côte d'or, soirée privée filmée par un présent à la fin lorsque tout le monde se lâchait, film envoyé chez le préfet : organisateur sous fermeture administrative dès le lendemain.
    Faites donc ce que vous avez à faire pour vous préparer à rentrer dans votre coquille .... Biz à tous, Elizabeth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elizabeth
      tout est prêt ici, et depuis fort longtemps, la "coquille" est pleine,
      robin

      Supprimer
  13. Bonjour à tous;bonjour Elizabeth tu nous annonce de bonnes nouvelles!!
    Par rapport aux événements dont tu nous informes je ne peux m'empêcher de faire le rapprochement avec le personnage d'Anna dans la nouvelle.
    Sans le flux elle aurait pu faire un très bon mouton(infiltré placé par l'administration).
    Pour être tranquille il faut se méfier
    -des bavards qui causent à tort et à travers,pour se faire apprécier
    -des délateurs:personnages aigris,médiocres,méchants
    -des "balances":qui informent pour sauver leur petit "business"pas trop légal
    -des infiltrés par conviction(qui pensent lutter pour la bonne cause)
    -des infiltrés placés par le pouvoir(les fameux moutons)
    Si certains voient des espions partout,d'autres ne demandent qu'à le devenir et avec les téléphones portables....
    La prudence nous commande donc de remplacer "je sais que telle ou telle chose"par "il me semble avoir entendu dire que".J'ai pu me tromper,ou inventer pour me faire mousser.....ou j'ai vu dans ma boule de cristal
    Le bavard inconséquent provoque toujours l'arrivée de l'infiltré,ou des autorités.On pourrait même parler des personnes de bonne foi qui en voulant éviter que quelque chose de grave(à leurs yeux) se produise,provoque bien pire.
    Recueillir des informations est la phase qui précède le passage à l'action(des FO ou pire encore)
    Cela me ramène à la question "des canalisations"comment peut-on envisager un monde "d'amour et de fraternité"avec un tel voisinage?
    Mise à part la "baguette magique"invoquée par Vianney qui peut effectivement contraindre quelqu'un de mauvais à une certaine neutralité définitive,je ne vois pas d'autre solution.
    Le cavalier de l'apocalypse?
    Pour le moment j'ai l'impression que c'est le cavalier vert qui court le monde suivi par les Enfers":Surpopulation,famine,maladies,guerre,justice inique,violence,cruauté envers les hommes et les animaux.....(toute ressemblance avec une idéologie serait purement fortuite)
    La mort peut-elle frapper avec discernement?
    Devrions-nous mettre nos vies ainsi que celles de nos proches uniquement dans les mains du destin en le pensant favorable?
    Le héros de la nouvelle répond à cette question:par trois balles.
    Vianney si je peux me permettre,pourquoi ne pas avoir dit au coiffeur que vous reviendrez quand il sera redevenu normal?
    Puis-je vous conseiller "haute coiffure" de Pierre Desproges.
    Bien à vous
    YK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI YK, le héros, ce n'est pas un ange que j'aurais canalisé ! Lui il sauve sa peau, effectivement, mais même si je ne suis parfois que partiellement d'accord avec leurs propos, je les redonne tels que. Donc mes canalisations sont meilleures que moi lol ! Je te suis sur les balances qui poussent plus vite que les champignons radioactifs du Jura. Bon, je te suis sur le cavalier tout vert ! Un homme prévenu en vaut 2 derrière la gâchette de ce pauvre Jean-Pierre :) Biz

      Supprimer
    2. Bonsoir Elizabeth,le monde de la nouvelle est celui de l'après révolte(pour la partie qu'on voit,puisqu'il manque la zone libre).
      j'espère que c'est pas le meilleur des mondes auquel nous aspirons!
      Il semble qu'on puisse trouver des points de convergence entre certaines canalisations et la dernière encyclique du pape.
      Peut-on influencer le contenu de canalisations?
      Un peu comme le "flux"de la nouvelle,est-il possible d'influencer l'inconscient collectif,ou la source,ou...le nom qu'on veut lui donner?
      J'admet ne pas aimer ce pape.
      Je n'aime pas non-plus les gens qui comparent le pays à un appartement....même si je suis certain qu'ils ferment leur porte à clé,à la différence du pays qui doit rester ouvert.
      Pourquoi pénaliser les pays qui ont su limiter leur natalité en les faisant envahir par des ressortissants de pays irresponsables?
      Coïncidence?
      le 15 octobre est l'anniversaire de la naissance de Friedrich Nietzsche(auteur de L'antéchrist:imprécation contre le Christianisme).Rien à voir avec le lancement du pacte éducatif,enfin j'espère.
      Amitiés
      YK

      Supprimer
  14. Bonsoir YK.
    Les cavaliers de l'apocalypse SONT le message au delà de ce qu'ils représentent, font, disent, signifient symboliquement.
    Il ne s'agit pas de croire ou de raisonner sur du vide mais de savoir sinon le langage des fleurs n'aurait pas de sens donc d'utilité.
    Cherchez et vous trouverez est il écrit.
    Ceci représente également une autre réponse pour Stratediplo.
    Cdlt.
    Vianney.

    RépondreSupprimer
  15. https://tvs24.ru/pub/watch/2040/voici-le-sort-qui-est-r-serv-l-humanit-pour-2021-si-nous-laissons-appliquer-ce-p

    RépondreSupprimer

Merci de veiller à l'orthographe et de rester dans le cadre de l'article proposé. Les commentaires en petit nègre ou hors sujet seront systématiquement rejetés.