1 novembre 2013

Survivalisme et paranoïa

Une question qui revient souvent sur les sites concerne les risques inhérents au fait de poster ou commenter en ligne des informations dans le domaine de la survie et du survivalisme.

Beaucoup prétendent que sitôt l’on joindrait une communauté dédiée à ce sujet, comme ce blog, une page de facebook ou un forum, on s’exposerait d’office à une surveillance accrue, et que tous les yeux du gouvernement se braqueraient alors sur nous pour examiner chacun de nos actes et chacune de nos paroles.

Réalité ou paranoïa ? Tel est le sujet que je soumets à votre réflexion...



Dans son livre "Les 7 habitudes des gens efficaces" paru en 89, Stephen Covey parle d’un concept que je crois très approprié au domaine qui nous intéresse. Cela concerne la différence entre le cercle d’influence par opposition au cercle de préoccupation. En résumé, l'auteur dit que les gens devraient uniquement se préoccuper des choses pour lesquelles ils peuvent réellement faire quelque chose, et laisser tomber celles pour lesquelles ils ne peuvent rien. Je crois qu’une telle ligne de conduite est particulièrement intelligente et devrait être appliquée aux sujets traditionnels du survivalisme -la probabilité d’un désastre, l’évacuation, les différents types de préparatifs- mais aussi et surtout au domaine de l'information, et son corollaire, la désinformation.

En tant que survivalistes, il y a de nombreux sujets qui nous préoccupent ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous nous préparons. Nous envisageons des hypothèses réalistes de désastres, à la fois grands et petits, qui pourraient avoir un impact direct et négatif sur nos vies, et nous agissons de manière à en minimiser les conséquences au cas où ils se produiraient.

Pour ce faire, nous avons besoin de nous documenter et de communiquer. Nous avons besoin d'interagir avec ceux qui possèdent des savoirs ou des compétences susceptibles de nous faire évoluer et devenir plus performant. Parmi les moyens qui s'offrent à nous, il faut reconnaître qu'Internet occupe une place privilégiée, notamment pour tout ce qui traite du survivalisme et de la survie.

A un moment ou un autre suivant le degré de notre implication, se pose alors la question : Où est la limite ? En d'autres termes, comment savoir que nous n'avons pas franchi la ligne et que nous allons trop loin, aussi bien pour ce qui est de notre préparation, que de la divulgation sur le Net d'informations sensibles...


La surveillance gouvernementale


De très nombreux survivalistes à l'heure actuelle s’inquiètent d’une éventuelle collecte d’informations par le gouvernement. Bien que je ne doute aucunement des intentions de ce dernier, il faut admettre qu’il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire contre cela. Le gouvernement va faire ce qu’il estime nécessaire ou utile de faire, c’est tout. Il y a belle lurette que le système nous a volé nos prérogatives et nos libertés. Les oligarques au pouvoir se moquent totalement de ce que nous pensons, et leur intrusion dans notre vie privée va probablement s’intensifier.




D'un autre côté, ce n’est pas en nous censurant nous-mêmes, en nous déconnectant de l'univers de la survie, et en restant discret sur nos moindres faits et gestes que nous allons les en empêcher. Restreindre toute communication n’apparaît donc pas davantage comme une stratégie appropriée. A la limite, je dirais même qu'en agissant ainsi, nous entrerions dans le jeu de nos surveillants éventuels et participerions sans le vouloir à leur faire atteindre plus rapidement le but qu'ils se sont fixé, à savoir le contrôle de notre communauté.


Et si l’on s’inquiétait pour rien ?


A moins d’être haut placé dans les rangs du tablier gouvernement, et directement impliqué dans ses systèmes de surveillance, toutes les suppositions que l’on peut faire restent… des suppositions. Le fait est que nous n’avons aucune idée de la quantité d’informations dont il dispose à notre sujet, et à en juger, les survivalistes sont la dernière de ses préoccupations. Avec autant de problèmes sur les bras, je ne serais pas surpris que les agitations spéculatives de l’infime partie de la population que nous représentons soient le cadet de ses soucis. Mais encore une fois, nous n’en savons rien, et n'avons aucune possibilité de le savoir.

D’un autre côté, cela ne signifie pas non plus que nous devrions ignorer toutes les atteintes aux libertés de la part de ceux qui nous gouvernent, ne pas veiller à maintenir une certaine discrétion dans nos préparatifs, ou s’enfoncer la tête bien au chaud dans le sable. Bien sûr que non. Ce que cela signifie, c’est que nous devons apprendre à mettre les choses en perspective, garder la tête froide, et agir en survivaliste au lieu d’agir en paranoïaque…


La limite


Je ne vais pas laisser les gens qui nous dirigent m'obliger à me cacher, et je ne vais pas les laisser contrôler par la peur tout ce que je pourrais dire ou faire. Nous vivons dans une société évoluée, et je veux continuer à profiter de la liberté d’actes et de paroles qui nous reste, même si le gouvernement a oublié que c’est mon droit de me comporter ainsi. Si ses sbires veulent regarder par-dessus mon épaule, qu’ils le fassent. Peut-être apprendront-ils quelque chose au passage…


Discuter en ligne


Il semblerait qu’il y ait une préoccupation grandissante au sein de la communauté survivaliste qui voudrait que nous ne discutions pas en ligne de nos préparatifs parce qu’"ILS" (je me demande qui exactement) seraient ainsi en mesure d’en connaître le détail, et profiter du prochain chaos (ou avant) pour se présenter à notre porte et réquisitionner par la force tout ce que nous aurions pu accumuler.

Ou bien, pire encore, que des bandes de hackers violents dresseraient une liste, compilant tout ce que nous pourrions dire à propos de nos préparatifs, attendant que les lumières s'éteignent pour finalement assaillir notre domicile et prendre ce que nous possédons.




Je pense qu’un tel état d’esprit relève d’une paranoïa certaine, et même plus que cela, dessert grandement les intérêts de la communauté que nous avons réussie à mettre en place. L'univers de la survie est constitué dans sa majorité de gens parfaitement recommandables ; des gens qui s’entraident et qui apprennent des expériences de chacun, à l'image de ce blog. Des amitiés à vie, des carrières et des liens ont été créés en nous connectant et en nous ralliant les uns aux autres. Cette forme de paranoïa du style "Ne dites à personne où j’en suis" va à l’encontre même de ce principe d'entraide et de solidarité.

Craignez-vous réellement que parce que vous avez discuté sur Facebook ou ailleurs de vos préparatifs, des opportunistes ou des agents du système viennent frapper à votre porte et vous piquer vos affaires ? Vous pensez vraiment que quelqu'un quelque part tient un inventaire de manière à pouvoir vous cibler en cas de désastre ? Peut-être avez-vous raison. Il existe de nombreux malfaisants sur cette planète. Mais entre nous, cela constitue un risque extrêmement faible, pour ne pas dire nul. En ce qui me concerne, je pense que les bénéfices que vous pourriez tirer en vous connectant à votre communauté dépassent largement celui de voir arriver à votre porte une horde de zombies le jour du grand chaos.

Vous devez aussi garder à l’esprit que le plus gros risque dans ce genre de situation viendra typiquement de vos voisins, vos amis, ou votre famille. Ce sont eux qui frapperont en premier à votre porte. Ils vous taperont vos réserves, et, une fois que leur aurez dit que celles-ci sont épuisées, deviendront violents parce qu’ils ne voudront pas vous croire. Personnellement, je ne parlerais pas de mes préparatifs à de parfaits étrangers, non pas par peur de les voir débouler, mais pour la simple raison que je ne voudrais pas avoir à tirer sur des gens que j’aurais pu protéger de moi-même en gardant le silence...

Une petite dose de paranoïa est une bonne chose. D'ailleurs, nous ne serions pas devenus des survivalistes si nous n’en possédions pas la moindre parcelle. Nous savons qu’au dehors existent des risques et des menaces, nous le savons mieux que quiconque, ou du moins, mieux que le lambda moyen. Mais si nous ne sommes pas capables de mettre les choses en perspective, quel genre de vie nous préparons-nous ?


Ils ont une liste, et alors ?


Il est plus que probable que ceux qui le veulent pourraient avoir accès à mon adresse IP. Peut-être même qu'ils savent où je me trouve actuellement (et je leur souhaite bien du plaisir s'ils ont l'intention de venir me chercher...), mais entre nous, qu'est-ce que cela peut bien faire ? Suis-je aussi important à leurs yeux ? L'êtes-vous de votre côté ? Ne serait-il pas un brin vaniteux de le prétendre ?




Mettre en place une surveillance est une chose, et le gouvernement peut sans doute le faire pendant qu'il est encore temps, mais cela suppose également d'avoir les moyens d'en assumer les conséquences le jour où le système va partir en vrille. Parce que ce jour-là, si les gens aux commandes veulent réellement venir nous chercher, il va leur falloir disposer de moyens conséquents, notamment sur le plan humain. En pratique, cela signifie des agents pour venir frapper à notre porte et nous confisquer nos armes, munitions, vivres, etc. Sur qui pourraient-ils compter pour mettre en oeuvre un plan d'une telle envergure ? Personnellement, je ne vois que la police ou l'armée. Bien que ces corps constitués soit très légitimistes (ou très infiltrés...) et n'iraient sans doute pas jusqu'à se lever contre ceux qui les emploient, je doute qu'ils le fassent. D'abord parce qu'ils seront confrontés aux mêmes problèmes que tout le monde et voudront avant tout protéger leur famille, mais parce que même s'ils le voulaient, ils ne seraient pas assez nombreux.

Trois millions d'armes déclarées, le double qui ne le sont pas, comment voulez-vous qu'ils les récupèrent ? 100.000 armes au bas mot par département, vous imaginez le nombre d'agents qu'il faudrait ? Sans compter l'accueil que la plupart d'entre nous pourraient leur réserver. Ceux qui auraient l'idée saugrenue de nous chercher des noises devraient se souvenir que nous ne sommes pas des pékins décérébrés et dociles amateurs de Loft Story. On est entraîné, on n'est pas con, et on a des moyens. Vous voulez nous emmerder ? Venez mes petits, on va vous montrer ce qu'on sait faire...


La fragilité des structures


L'instauration d'un état d'exception ou d'une loi martiale en cas de chaos suppose par définition le maintien de structures gouvernementales fortes et présentes. Et pour ce qui est de ce dernier point, voyez-vous, je ne pense pas qu'elles le restent très longtemps à partir du jour où la fête aura la bonne idée de tourner au vinaigre. Je crois personnellement, et ne suis pas le seul, que la première des choses que feraient nos gouvernants en cas de trouble social majeur serait de... sauver leurs petites fesses et se barrer le plus loin possible.

Le temps est révolu où nous avions un Maréchal qui faisait don de sa personne à la France afin qu'elle se relevât. Aujourd'hui, nous sommes gouvernés par des mercenaires apatrides qui travaillent à la destruction du pays. Ils n'ont de toute évidence aucun amour pour la patrie (du moins la nôtre), et vraisemblablement pas davantage l'intention de rester lorsqu'il n'y aura plus rien à prendre ou à démolir. Ils sont connus, et de plus, particulièrement impopulaires. Si j'étais leur expert en communication, je leur conseillerais d'éviter de traîner dans les rues au jour du Grand soir...




En attendant, ils peuvent toujours s'amuser à nous classer parmi les "terroristes potentiels", dresser des listes, et même nous ficher si ça les amuse. Qu'est-ce que vous voulez que ça change ? Toute répression forte nécessite des structures fortes, et c'est exactement l'inverse vers quoi nous tendons. Je crois personnellement que quoi qu'ils en pensent, leur Nouvel Ordre Mondial ne verra jamais le jour ; il disparaîtra dans les affres de la prochaine tourmente.

Et par les temps qui courent, le fait d'être fiché restera la preuve que nous n'aurons pas été tout à fait médiocre...


La désinformation et le survivaliste


La désinformation est un domaine que tout survivaliste est, du moins à première vue, bien placé pour connaître, en tout cas mieux que la plupart de ses compatriotes. Mais encore faut-il que les informations dont il pourrait disposer dans ce domaine soient fiables et ne relèvent pas elles-mêmes de la... désinformation. Ce que je veux dire, c'est que la surveillance dont on nous rabâche les oreilles et dont les sites a priori dissidents ne cessent de parler pourrait ne pas être aussi étendue ou réelle que l'on veut bien nous faire croire.

Avant d'impliquer la NSA, le Contre-espionnage ou les Renseignement généraux dans nos misérables petites vies, posons-nous les questions suivantes :
  • Est-ce que je possède personnellement la preuve que des services officiels surveillent mes faits et gestes ?
  • Est-ce que je connais personnellement des agents qui travaillent dans ces services et qui pourraient me le confirmer ?
  • Ai-je personnellement subi des attaques ou des préjudices pour avoir écrit ou commenté dans des sites ou forums dédiés à la survie ?
  • Dans le cas contraire, comment pourrais-je être absolument certain que la surveillance dont je serais la cible privilégiée en tant que survivaliste est un fait réel et non pas une information fausse volontairement propagée par l'ennemi pour éviter que je me structure ? 
Réfléchissez un instant, et répondez honnêtement...

Et si toutes ces histoires d'adresses IP, fichage et autres, n'étaient que de l'enfumage, une vaste fumisterie destinée à nous museler par la peur ? C'est juste une question...

Je ne doute pas une seconde qu'il y ait des tentatives avérées d'espionnage au niveau des états, des grandes institutions ou de certaines entreprises. Mais pour ce qui est de nos petites affaires, vous pensez vraiment qu'il en soit ainsi ? Peut-être serait-il temps de mettre à profit le précepte de Covey, et replacer les choses dans une juste perspective...

Nous ne sommes pas des terroristes. Nous chérissons notre patrie comme peu de ceux qui vivent en France la chérissent. Nos intentions ne sont en aucune façon de poser des bombes, massacrer des citoyens innocents, ou d'agir de quelque manière qui puisse aller contre les intérêts de nos compatriotes ou des structures pour lesquelles nos illustres aïeux ont versé le sang et donné leur vie, et celle de leurs enfants.

Alors de grâce, cessons de voir des agents du système derrière toutes les portes, des "Big brother" prêt à nous taper sur les doigts à chacune de nos envolées. Ils nous surveillent ? Et alors, même si c'était vrai, que voulez-vous qu'ils fassent ? Nous ne sommes pas des pleutres, et nous pouvons nous défendre. Ils nous attaquent pour des propos racistes ou politiquement incorrects ? A la force de leur droit décadent répliquons par la force tout court. Gardons à l'esprit que toute décision injuste ou arbitraire qui pourrait être prise à notre encontre implique un donneur d'ordre, quelqu'un qui au-delà de sa position dans le système a des os qui se brisent comme le commun des mortels...

15 commentaires:

  1. De mon côté, oui, j'ai eu des preuves de pressions : écoutes téléphoniques confirmées + courrier sciemment ouvert (contenant des livres sur le lobby juif-) + courrier raflé. Mais bon, je m'en balance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brebis Galeux, tu tiens un blog mal-pensant, donc ciblé! "survivre au chaos" n'est pas sur la même ligne. Ici on n'en est plus à commenter l'actualité, la politicaillerie, la température de l'eau d'égout. le pourquoi du comment on en est arrivé là a déjà été archi-expliqué ailleurs... donc ici, si j'ai bien compris, c'est comment s'en sortir sans se perdre dans l'enculage de mouche. Ce qui n'empêche pas Big-Brother d'avoir un oeil dessus. On fait parti des "terroristes" en puissance, si si sérieux. Pourtant les seuls vrais terroristes sont bien la finance du projet globalitaire.
      Chibani

      Supprimer
  2. Tout a fait d accord!!a force de tirer sur la corde elle fini par ceder!la preuve en est en Bretagne...c est le debut de la fin ou ``faim`` qui va finir par pousser nos compatriotes dans une lutte pour la Survie!Ne soyons plus les braves petits moutons et commencons a sortir de leur troupeaux!

    RépondreSupprimer
  3. intéressante analyse,mais n'oubliez pas que seuls les paranos survivent et si le chaos n'arrivait pas vous n'auriez rien fait de plus que nos parents qui avaient des réserves de précaution connaissant les fluctuations imprévisibles des temps présents et à venir,connus ou pas connus, le choix sera simple survivre en homme honnête et libre et mourir si nécessaire les armes à la main plutôt qu'un esclavage de mouton à tondre

    RépondreSupprimer
  4. il faut être relativement interessant pour être surveillé en aucun cas pour les deux pétoires calibre 12, les cinquante boîtes de cassoulet et la couverture de survie.
    Les gouvernements ont mieux: de vrais bunkers a toutes épreuves, des stocks d'armes de combat et de nourriture plus qu'un survivaliste ne pourrait rêver en accumuler en une vie.
    Ce qui les intéresse c'est: les terroristes ou extrêmistes voulant ou projetant de porter atteinte aux personnes ou aux biens.
    Les gens proposant des armes illégales et ou la fabrication d'explosifs.
    pour le reste les survivalistes passent plus pour des illuminés qu'autre chose.
    a ceux qui veulent cependant parler sur les blogs ou forums sans pouvoir être suivis je conseille la solution TOR tapez TOR PROJECT sur un moteur de recherche c'est relativement efficace à fait ses preuves et est utilisé par des administrations.

    RépondreSupprimer
  5. Il faut être relativement intéressant pour être surveillé?
    Certes, certes. Mais ceux qui dérange les politiciens véreux ce n'est pas ton calibre 12 et tes cinquante boites de cassoulet, mais, le fait que contrairement aux moutons, toi tu réfléchis! Un homme (ou une femme) averti en vaut deux. Un homme qui réfléchit dérange. Il n'est pas manipulable, il n'est pas "aux ordres!" et pire que tout, il peut faire des émules, former des "Disciples et organiser la Résistance! (pacifique ou violente)
    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, nos chers élus, réfléchissent, ils savent qu'ils sont dans l'erreur! Ils contrôle les syndicats, la presse, les mouvements religieux. Les "grands", ou prétendus tels se retrouvent régulièrement dans de vrais "séance de lavage de cerveaux" Je sais, certains vont dire que tout ça, c'est de la conspiration... Que je dois redescendre sur terre etc...
    Les individus hors contrôle sont pour eux, la seul vrai menace en France.
    Christian, un Patriote.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est classé "terroriste" tout ce qui ne rentre pas dans le troupeau. Tiens, s'il y a des curieux ici, ils peuvent aller sur youtube chercher la vidéo de "Aaron Russo" et visionner l'interview posthume du personnage (sous-titrage français) Oui, la puce RFID est bel et bien un projet, dire qu'il aboutira ou pas je ne sais pas. A mon avis ça ne marchera pas, mais "ils" y ont pensé les salopards! Jamais en manque d'imagination pour le contrôle total. Sinon pourquoi le "patriot act" les "gun control" etc...? les américains s'en sortent encore grâce à leur Constitution et aux Etats, mais la dictature cherche à contourner les libertés publiques par tous les moyens. En France c'est carrément la mascarade d'une ripoublique bananière.
      Chibani

      Supprimer
  6. Oui, et ils commencent à passer aux actes! Pour ceux qui doute du projet, allez sur les sites: spread the truth. Un article du 11-11-2013 ayant pour titre: Obama rend obligatoire l'implantation d'une puce RFID pour tous les américains s'y trouve...
    Bonne journée et, gardez la poudre au sec!
    Christian, un Patriote.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir , juste pour dire que j ai decouvert se blog il y a 1 heure et au lieux d'être rassurer par c'est conseille j'ai plutôt peur car je pense ne pas du tout être préparer et je n'avait pas penser a tout !

    RépondreSupprimer
  8. Armes pensez aux lances pierres, plusieurs en tir croisés, c'est efficace, silencieux, une chambre a air permet de faire de l’élastique....

    Véhicule : vendez en urgence vos bagnoles remplit d'électronique, optez au plus vite pour des véhicules anciens ayant était vendu en nombre et increvable type Volvo Break, Ford Transit....

    Vous aurez l'air fin avec vos bagnoles électronique remplit d'option à la CON en panne pour des broutilles ; ex feux arriéré cassé, votre bagnole ne démarre plus....

    RépondreSupprimer
  9. salut à tous ,c 'est quoi cette histoire TOR PROJECT?CA sert à quoi?Merci d'avance

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour à tous,
    Pour faire concis TOR est un logiciel (Vidalia) qui, couplé à un navigateur (firefox en l’occurrence) permet une navigation anonyme ou très aléatoirement traçable, surtout s'il est bien paramétré, en contrepartie la navigation est plus lente et certains sites refusent carrément de s'ouvrir. La page Tor project est en français ou il est possible de l'y mettre, le mieux est encore d'y faire un tour, tout est très bien expliqué.
    Merci à l'auteur de ce site et aux contributeurs de qui j'apprends tant de choses depuis peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te remercie,antoine,jvé aller voir ca!

      Supprimer
  11. Bonjour,
    Se baser sur des exemples pour avoir la réalité des choses.
    Je confirme que, Armes et Survivalisme ne font pas bon ménage du côté de l'oncle Sam.
    depuis maintenant 2 ans toutes mes activités sur le web, associatives professionnelles et financières sont surveillées.
    J'ai été victime et je dis bien victime, de 2 perquisitions en moins de 1 an. A chaque fois mes armes ont été saisies et restituées par la suite. Le possesseur d'armes n'est plus un citoyen, il est considéré comme un sous-citoyen ou le prétexte de la possession d'armes autorise l'état, le gouvernement, la justice et les forces de l'ordre à bafouer impunément ses droits.
    Mais je ne cesserai de vivre comme je l'entends car les armes sont ma passion et le survivalisme un devoir.
    Pour finir, une petite phrase d'Oliver Stone :"Ce n'est pas parce que je suis paranoîaque qu'il n'y a pas de complot".
    Amicalement,
    TM

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.