23 mai 2016

Quelques mythes à propos des armes

Il est bien connu que les mythes ont la vie dure, justement parce que ce sont des mythes. C'est à dire des choses auxquelles les gens croient sans qu'ils n'aient pris la peine de les vérifier.

Ceux qui concernent les armes ne sont pas moins coriaces, bien évidemment. Nous allons donc passer en revue quelques-uns de ceux-là.

Il est probable que pour la plupart, le fait d'en discuter le bien-fondé ne changera pas grand chose. Mais je sais aussi qu'il y a parmi mes lecteurs des survivalistes intelligents ; Ces quelques réflexions leur sont donc tout particulièrement dédiées...




MYTHE 1. On ne peut pas tirer de manière précise avec une arme de poing


Il est courant d'entendre cet argument pour ce qui est des revolvers dotés d'une course de détente longue et dure, ou des semi-autos qui ont une double action pour le premier coup, et une simple action les coups suivants. Le fait est que cela rend plus difficile un tir rapide et groupé, mais cela ne devrait pas non plus être une excuse systématique pour de faibles performances.

Si vous avez une arme compacte qui d'après vous " arrose " lors de tirs à la cible, alors je vous suggère de la caler sur un banc et de vider un chargeur (ou un barillet) à 10 ou 15 mètres. Autant vous dire que vous pourriez être surpris du résultat, une fois que vous aurez vu de vous-même la précision que possèdent en général ces joujoux...

Si vous avez suffisamment investi de temps et de pratique dans le fait de serrer vos doigts de manière uniforme autour de la crosse tout en gardant le pouce relâché, et de focaliser patiemment sur le guidon en pressant lentement la détente dans un mouvement droit, alors il n'y a pas de raison pour que vous sortiez d'un groupement de 5 cm de large. Et la bonne nouvelle est que vous pouvez pratiquer dans votre salon, à blanc, sans utiliser aucune munition. Et une fois que vous aurez pratiqué avec une arme dotée d'une détente longue et dure, vous serez capable de le faire avec n'importe quelle arme.

Bien entendu, certains possesseurs de pistolets vont me dire qu'ils ne gardent pas de balle dans le canon, et que le fait de manœuvrer la culasse en sortant leur arme va automatiquement armer le chien, transformant le premier coup en une simple action. Certes. Je répondrai à ceux-là qu'en opération, une arme de poing doit toujours être chargée, c'est à dire avec une balle dans le canon, et prête à faire feu. Pour compenser la perte de la simple action, il est même courant de garder le chien armé en permanence.

Ce port, avec une balle dans le canon et le chien armé, est un classique pour les heureux possesseurs de Colt 45. Au départ de l'action, le pouce de la main qui dégaine abaisse le cran de sûreté, et l'arme est prête à faire feu. Les armes modernes telles que le SIG, par exemple, peuvent se porter sans problème de cette manière, soit encore avec une balle dans le canon et le chien rabattu. Dans ce cas, le doigt n'aura plus qu'à presser la détente dans un mouvement régulier (d'où l'importance de l'entraînement).

Les pistolets moins élaborés peuvent nécessiter de laisser la chambre vide, pour plus de sécurité, et de manœuvrer la culasse à la sortie de l'arme. Ce mouvement peut s'avérer peu commode à réaliser d'une manière tactique avec les pistolets dotés d'un ressort de culasse très dur, et a aussi le désavantage de nécessiter les deux mains. A moins de disposer d'un étui rigide et de " racker " son arme sur celui-ci, voire sur l'arête d'un ceinturon en cuir un peu épais. C'est aussi un mouvement qui peut faire du bruit suivant la manière dont il est fait, détail qui peut avoir son importance en fonction des conditions du moment.


L'extraordinaire SIG P226 - Ici en édition Navy Seals


MYTHE 2. Il est préférable de s'entraîner à disperser le tir plutôt qu'à le grouper


Le raisonnement ici est le suivant : En pratiquant le tir à la cible, on devrait faire en sorte de disperser les coups de manière à faire plus de dégâts à plus d'organes et donc stopper plus vite son agresseur. En ce qui me concerne, je crois l'exact opposé. C'est à dire qu'on devrait pratiquer le tir groupé, et ajouter progressivement de la vitesse, du mouvement, et/ou du stress. Il existe de bonnes raisons à cela.

Primo : Gardez à l'esprit que le fait d'être capable de réaliser un tir groupé est un test décisif. Au plus vous pourrez le faire rapidement, et au plus vos aptitudes mécanique, visuelle et mentale pour le tir seront meilleures. Au plus vous mettrez de temps, voire si vous en êtes incapable, et au plus vous serez bon pour reprendre l'entraînement depuis le début... Pour vous donner une idée, voici en vidéo ce que l'on peut appeler un tir groupé :




Secundo : Lorsque vous savez que vous êtes capable de grouper vos tirs, votre confiance en vous-même augmente d'autant. Et lorsque vous êtes en confiance, vous êtes plus calme. Lorsque vous êtes plus calme, et que vous restez en contrôle lors de situations de stress extrême, vous produisez moins d'adrénaline, bénéficiez d'un rythme cardiaque plus lent, supprimez l'hésitation dans la décision, et permettez à votre cerveau de fonctionner à son plus haut niveau. Tout cela va mener à la capacité à voir et identifier la menace plus rapidement, à réagir plus rapidement, et à le faire à un niveau proche de ce que vous pourriez réaliser dans des conditions optimales.

La confiance est l'un des nombreux facteurs du succès. Elle ne va pas garantir celui-ci, mais il est certain qu'un manque de confiance va grandement augmenter vos chances d'échecs lors de situations de stress extrême.

Tertio : Essayons d'analyser plus en détail ce mythe qui consisterait à disperser les tirs pour accroître les dommages...

En théorie, cela pourrait être vrai, du moins avec une carabine ou un fusil. Mais une arme de poing n'est pas une carabine ou un fusil. Une arme courte telle qu'un revolver ou un pistolet est un outil relativement pathétique pour ce qui est de stopper un danger mortel en un temps suffisamment court, lorsque celui-ci émane d'une personne déterminée qui se trouve à courte distance (un attaquant déterminé étant quelqu'un qui ne va pas détaler à la seule vue d'un canon pointé dans sa direction). Pour s'en persuader, il suffit de comparer les puissances d'arrêt des calibres d'armes de poing par rapport à celles des armes longues.

Pour ce qui est de ce mythe en particulier, deux choses :

La première est que le fait de réaliser un tir groupé sur un morceau de papier statique agrafé sur un support lui-même immobile, ne signifie pas forcément que l'on va faire la même chose sur une cible dynamique lorsqu'on est soi-même en train de se déplacer. Si vous vous entraînez pour grouper sur deux centimètres, ou du moins suffisamment serré, alors vous serez peut-être capable de grouper sur les sept ou huit cm que vous recherchez pour le combat lorsque vous ajoutez la rapidité, le stress, et le mouvement.

Si vous insistez à vouloir rester sur 15 ou 20 cm à l'entraînement, sans être capable de grouper, alors les statistiques et les faits prouvent que vous manquerez probablement votre agresseur malgré 8 ou 10 coups tirés.

Deuxièmement, gardez à l'esprit que même la meilleure munition défensive est faible et sous-dosée comparée à celle d'une arme longue. A partir de là, le fait d'être capable " d'empiler " vos balles les unes sur les autres coup après coup serait une chose extrêmement intéressante. Mais si vous les empilez à droite et au-dessous du nombril, alors vous perdez votre temps et gaspillez vos munitions.

Si vous visualisez votre attaquant en trois dimensions, comme vous devriez le faire, en visant au travers en direction des vertèbres T3-T4, alors vous obtiendrez probablement le résultat suivant : La première balle va utiliser beaucoup de son énergie pour percer les vêtements et le sternum, ou un autre os ; La deuxième devrait aller 5 cm à coté et utiliser la majeure partie de son énergie à traverser elle aussi les barrières naturelles. Ou alors, elle pourrait passer exactement dans le premier trou, et avoir suffisamment de punch pour stopper le système circulatoire ou même bloquer le système nerveux central en percutant la colonne.

Une telle chose arrivera-t-elle ? Probablement que non. Le premier exemple est plus réaliste. Les chances pour que vous passiez exactement au même endroit lors du second tir sont infimes voire quasiment nulles. Mais dans le premier cas, le fait d'aligner deux balles très proches l'une de l'autre va entraîner une onde de choc très localisée, donc forcément plus incapacitante que si elles avaient touché des zones diamétralement opposées. C'est une bonne raison pour essayer d'empiler ses coups les uns sur les autres, plutôt que d'ajouter de trop nombreuses variables à l'équation...


Les vertèbres T3-T4


MYTHE 3. Toutes les facultés motrices fines se perdent sous l'effet d'un stress extrême


C'est un argument qui a toujours déclenché les passions, aussi bien d'un coté que de l'autre.

Beaucoup de professionnels qui ont été au combat à de multiples reprises vous diront que c'est faux. Des gens que l'on aurait par définition plutôt tendance à croire. D'après eux, ce ne sont pas les facultés motrices les plus fines qui s'écroulent sous l'effet du stress, mais les gens eux-mêmes. Dès lors, il serait possible par l'entraînement de s'immuniser contre le stress, jusqu'à pouvoir être capable de répliquer dans le calme et de manière précise, tandis que les autres perdraient toutes leurs facultés ou " gèleraient " sur place.

C'est un argument plutôt flou, et il est inutile de dire qu'il vous faudra sans doute un certain niveau de pratique avant d'être en mesure de répondre " dans le calme " lors de situations où toute personne ordinaire paniquerait ou se pétrifierait. Et le fait est que vous ne saurez jamais si vous perdez ou non vos capacités jusqu'à ce que vous les testiez en situation, et que vous réussissiez, que soit en simulé ou dans la réalité...

Alors, où est la vérité ?

Elle est des deux côtés. La vérité est que oui, les capacités motrices les plus fines ont une furieuse tendance à disparaître sous l'effet d'un stress extrême, y compris chez les personnes les mieux entraînées. C'est une réaction physiologique à laquelle il est difficile d'échapper. Mais il est vrai aussi que c'est la panique pure et simple qui rendra la grande majorité des tireurs incapables d'utiliser leurs organes de visée à ce moment-là !

Il n'y a qu'un seul remède à cela, l'entraînement, à condition qu'il soit réalisé dans des conditions de stress élevé. La pratique habituelle n'améliorera rien à ce niveau. Ce n'est pas pour le plaisir que toutes les unités d'élite à travers le monde ont des entraînements aussi rigoureux, voire presque inhumains (je pense notamment aux Spetsnaz russes). C'est parce que les gens qui les instruisent savent très bien que lors d'un combat réel, on ne devient pas meilleur comme par magie, mais on chute au contraire à son niveau de pratique le plus bas. Voire un peu plus haut, si l'on est vraiment dans un bon jour.


Nos frères russes : ça va faire mal le jour où on va se les prendre sur le coin de la figure...


On pourra toujours se consoler en se disant qu'à distance de tir d'une arme de poing, on n'a pas vraiment besoin de capacités motrices très fines ; Il suffira de pointer et de " tirer dans le tas ", ce que la majorité des gens savent faire.

Un entraînement classique à la cible ne vous permettra jamais de mettre à jour ce fait, qui est pourtant tout à fait réel. C'est lorsque vous aurez quelqu'un en face qui fonce sur vous en criant et en gesticulant que vous aurez l'occasion de vous en rendre compte. Il y a des gens qui ne jurent que par le tir de précision, et ne veulent pas en démordre. Une fois placés en situation réelle, vous les verrez revenir le regard vide et les mains tremblantes. Si vous leur demandez s'ils ont vu les organes de visée, et qu'ils sont honnêtes, ils vous répondront très probablement qu'ils ne savaient même pas que leur arme en avait... Et pourtant, ces gars pourraient être de bons tireurs et avoir passé d'innombrables heures au stand de tir.

Vous devriez consacrer la moitié au moins de votre temps d'entraînement à pratiquer en conditions réelles. Cela ne veut pas dire tirer sur de vrais bonhommes au lieu de cibles en carton ! Cela veut dire tirer en état de stress naturel : après une longue marche, sous la pluie, en vous déplaçant, en ayant froid, chaud, en étant fatigué, etc. Ou encore en ayant un camarade instructeur qui gueule à vos oreilles et vous botte le cul pour vous faire activer. Les parcours de tir tactique chronométrés sont aussi d'excellents moyens pour exercer sa résistance au stress, de même que de se mesurer à d'autres tireurs lors de compétitions interclubs de tir tactique. Je vous recommande vivement d'y participer toutes les fois que vous en aurez l'occasion. Enfin, et comme nous l'avons déjà dit, l'airsoft et le paintball constituent aussi d'excellentes opportunités d'entraînement.

Souvenez-vous d'une chose : Si vous vous êtes retrouvé 20 fois face à un gugusse qui pointait une arme dans votre direction, même d'airsoft, et que 20 fois vous avez eu le dessus, alors vous allez être beaucoup plus calme la 21ème fois que quelqu'un pour qui ce serait une première...





MYTHE 4. On s'écroule et le combat s'arrête (ou on meurt) lorsqu'on est touché


Sur les théâtres d'opération, il n'est pas rare de voir des gens atteints par un tir non létal, sans même réaliser qu'ils avaient été touchés, et continuer à se battre comme si de rien n'était. Puis, après s'être aperçu qu'ils s'étaient pris une balle, s'écrouler au sol et commencer à crier comme ils avaient vu le faire à la télé, allant même jusqu'à mourir...

Parce que c'est ce qu'on voit la plupart du temps à la télé et au cinéma, avec en général le bonhomme qui recule de trois mètres à l'impact, voire qui s'envole littéralement. Lorsque vous jouez au paintball et que vous êtes touché, vous levez votre arme et criez : " Je suis touché ", ou " Je suis mort ", et vous arrêtez la partie. Idem en airsoft. Idem avec les cartouches en cire ou les munitions d'entraînement.

Mais ce n'est pas la réalité.

La vérité est qu'il y a 90 % de chance pour que vous surviviez à une blessure par balle... et cela sans protection balistique. Alors si vous êtes touché, ne vous mettez pas à crier comme un putois, continuez le combat, et terminez-le !

29 commentaires:

  1. Le problème exposé ainsi va en effrayer plus d'un. Il faudrait montrer de prime abord les statistiques indiquant le nombre de balles tirées avant de toucher une cible vivante et armée car on est pas neutre avec et face à une arme. Le premier réflexe est de ne pas tirer, ça vient ensuite, quand on voit les premiers blessés.
    Prendre le risque d'utiliser une arme est une évolution en soi et il faut évaluer cette évolution.
    Les seuls exemples au stand viennent des FO qui poursuivent un but précis: neutraliser sans tuer pour les suites d'une éventuelle enquête. Nous, on vise autre chose: qu'on nous foute la paix de façon durable et là, on a aucun schéma de tir officiel, on se demande pourquoi.
    cc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les mythes sont créés par ceux qui confondent une détente et une gachette;Il faut avoir vécu ces situations pour savoir après coup ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas et encore ça change en fonction des circonstances,alors si vous êtes touché criez comme un putois si ça vous soulage mais tirez bon dieu plutôt deux fois qu'une

      Supprimer
    2. Juste une précision - je suis d'accord sur la première partie de votre exposé - mais les FDO ne tire pas dans le but de neutraliser sans tuer.
      Le cadre légal autorise la légitime défense et, dès l'instant que ses conditions sont respectées, tuer est justifié en fonction de la situation et annule pénalement la responsabilité de l'auteur.
      Neutraliser une menace, c'est commettre un homicide, au besoin. Les exercices sont conçus en fonction.
      L'enquête dans les stands de tir police, ils s'en fichent...

      Supprimer
  2. c'est plus facile de toucher avec un 2 pouces 1/4 qu'avec un 6,disperser le tir ne nécessite pas un entrainement rigoureux juste de la maladresse (j'y arrive très bien)que l'éventualité de perdre ses moyens est fonction de son état physique et mental ,un coup ça marche , un coup ça marche pas et surtout que touché ou pas , l'autre en face , lui ne s'arrétera pas et pour CC quant au nombre de balles tirées au but et d'après les stats guerrières (guerre de 14 et 40 )impressionnant et s'exprime en tonnes de métal pour un seul individu

    RépondreSupprimer
  3. lire l'inverse pour le 2pouces 1/4 et le 6,les connaisseurs auront rectifié d'eux mêmes

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour a tous.j ai eu autrefois l occasion de constater la fin du mythe de la precision absolue en rase campagne.en entrainement je discutais avec un personnel d'un groupe d'intervention bien connu. Remarquant leur grande maitrise du revolver (no pub), je demandais ce qui convenait le mieux en intervention ou rencontre fortuite avec un mechant. La reponse fut simple : viser le carre du torse et tirer tant que le mechant etait debout. Recharger a l abri si possible, puis au resultat avec vigilance option impact tete valable. Il etait preconise tir a deux mains bras tendus deux yeux ouverts a tres courte distance la ou la hausse est superflue. Ceci rimant avec des tirs volontairement perturbes par divers artifices. Enseignement ancien donc mais profitable . Aujourd hui les chargeurs a grande capacite et la qualite des munitions a change la donne.mais le revolver reste un bel objet. Se dire que l arme de poing c est a une vraiement courte distance et qu elle doit etre immediatement prete a faire feu. Donc pour moi pas de surete manuelle, de securite de chargeur. Balle engagee. Faire simple.
    bonne preparation a tous HErman Stoss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact Herman quand on commence à sortir le pistolet ou le révolver c'est que la situation n'a pas évolué dans le bon sens,la trouille n'arrangeant rien , au moins tirez , dans ce cas a bout portant si vous pouvez et evitez toute sécurité dangereuse ,c'est réservé a l'étui exclusivement

      Supprimer
    2. Entièrement d'accord avec Herman. Pour ceux qui ont eu à dégainer une arme sur un danger, on se rend compte qu'on regarde TOUJOURS la cible et jamais les organes de visée; ou alors a posteriori si le danger n'est plus immédiat et que vous avez 1 ou 2 secondes de réflexion possible, par exemple (l'entrainement ça sert tout de même).
      A courte distance, c'est le danger que l'on fixe et l'arme que l'on tend vers lui, instinctivement. Il faut s'entrainer sur plusieurs distances avec les exercices appropriés.
      De façon à pointer sur 5/7 mètres et même 10, et une prise de visée rapide 12/15 (et même 25m !) etc.
      Il a des solutions, mais elles nécessitent toutes un travail adapté.

      Supprimer
  6. +1 pierre

    1 - entrainement statique en précision cible 10 15 25 et 50 mètres c'est plus qu'utile ! (ne serait ce que pour connaitre son arme ou une arme) ..mais surement pas suffisant indeed...
    2 - entrainement en situation de stress c'est plus qu'utile c'est vitale mais inefficace sans l'étape 1. de plus le stress est une situation difficile a reproduire pour un civil sauf a faire un peu de fun tir ou de tsv.
    3 - entrainement avec incident de tir c'est trop souvent oublié (pourtant facile a reproduire en introduisant une douille vide ou une balle déjà percutée au milieux du chargeurs, voir un douille non recalibrée bloquant ainsi la culasse sur une arme semi auto)
    4 - entrainement à un changement de chargeur.(c'est vitale même si les chargeur sont souvent de 17 coups de nos jours)

    enfin un arme surtout (les modernes) doit (pour moi) toujours être chargée avec cartouche engagée et sécurité ou chien rabattu) sinon vous perdez trop de temps.. (en situation de crise de guerre ou de survie évidement)
    si c'est une simple;action elle a une sécurité donc situation avec danger immédiat balle engagée+chien armée+sécurité, situation de survie sans danger immédiat balle engagée+chien rabattu+sécurité
    5 - entrainement maison facile :
    - dégainer, decoker (enlever la sureté percuter) (ou armer le chien pour un revolver), percuter
    - Dégainer, décoker armer le chien, percuter
    - Dégainer, decoker changer de chargeur, réarmer la culasse, percuter
    6 - Entrainement en mouvement inhabituel, pirouette dégainer, saut dégainer, courir dégainer
    Note: évitez de percuter a vide, mettez des balles factices ou des douilles vides pour préserver le percuteur)
    vous pouvez également à moindre frais vous procurer un 22 (semi auto ou barillet) muni d'un silencieux pour ce type d'entrainement en foret dans un lieux sécurisé pas besoin de 2 hectares juste en pied de falaise ou de but ou de colline.

    enfin quoiqu'il en soit il vrai comme dit pierre qu'a moins d'avoir vécu une guerre, participé a une formation professionnelle (militaire, mercenaire, APR ou force de l’ordre), le stress sera présent et face à un adversaire entrainé éviter le combats sera la meilleur survie...mais si cela devait être inévitable votre entrainement personnel sera toujours un plus.

    Ces exercices peuvent aussi s'adapter avec votre 12 on néglige souvent l'arme longue qui peux aussi être amenée a servir à très courte portée... s'agenouiller, se mettre a l'abri et faire feux nécessite aussi beaucoup beaucoup beaucoup d'entrainement en situation de stress.

    Sans être professionnel.. 1,08 seconde pour dégainer, decoking, tirer toucher cible en doublette (a 10 mètres) mais il s'agit la encore une fois doit on le préciser d'une situation de non stress... arme dans étui (non clipsé), main prés de la hanche, cible identifié face a moi... essayer la même chose avec une arme dans l'etui "sécuriser" pour pas qu'elle tombe et soudainement une explosion ou des tires réels et la j'vous parie que je court plus vite me mettre à l'abris que je vais dégainer :p

    PS
    Aujourd'hui en mairie (dans le midi) préparation de simulation de grande envergure en cas de catastrophe et morts multiples....(simulation interne des moyens pas sur le terrain)...étrange timing...

    PAIX force et survie ;)



    RépondreSupprimer
  7. @ sky4free. Formation sur Paris de pompiers professionnel de differente région sur attaque dans un stade au gaz... je n'ai pas pu savoir le type de gaz mais en 10 minutes votre compte est réglée...étrange timing avec l'Euro 2016

    Isi du 26

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si seulement ça pouvait éliminer ces crétins dangereux de "supporters",on peut rêver !

      Supprimer
  8. La Croix et le Glaive24 mai 2016 à 19:32

    Perso, s'il y en avait un que je devrais recommander pour être totalement en confiance c'est le nouveau CZ 75 sp 01 shadow.

    Du pur bonheur. Guidon fibre optique très agréable, détente géniale, précision diabolique, prise en main immédiate (à 25m, premier chargeur 3 dix et tout le reste dans le noir ce qui ne m'est encore jamais arrivé avec mon glock 19 ou mon HK USP 45).

    De plus le joujou est idéalement équilibré et enfantin a démonter-remonter...



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      -Arme lourde
      -Fibre optique tres fragile a remplacer régulierement ou a changer pour du Hiviz "molded"
      -Pied de biellette fragile
      Excellente prise en main
      Belle arme pour les forces de l'ordre ou sur zone avec acces au pieces détachées...Pas une arme survivaliste.

      Supprimer
  9. Les sirènes devraient retentir dans des communes
    Des essais de sirènes pourront être réalisés les 24, 25, et 26 mai dans plusieurs communes du Var, fait savoir la préfecture. La population n'est pas appelée à réagir.

    Mardi 24: Solliès-Toucas, Solliès-Pont, Solliès-Ville, Belgentier, La Farlède.
    Mercredi 25: Hyères, La Crau, Le Pradet, Carqueiranne.
    Jeudi 26: Cuers, Pierrefeu-du-Var, Puget-Ville.

    Mais a quoi ils se préparent tous en ce moments.... certains se le demandent.. d'autres... pas ;)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      J'ai toujours entendu les essais de sirènes qui se font le premier mercredi de chaque mois, a midi, je suis donc perplexe / curieux de savoir a quoi peut servir concrètement un essai en plus.

      Je réagis a votre commentaire car justement j'aurais juré avoir entendu la sirène cet après-midi, mais le temps d'arriver au balcon, c'était fini (du coup je m'étais demandé si ce n'était pas autre chose). Pas vu d'info locale en parlant.

      Cordialement, B.

      P.S.: ma fille rentrant du parc me dit l'avoir entendu aussi, mais ma femme non ( elle discutait avec une amie...).

      Supprimer
  10. On pourra garder la technique en cas de merde, mais il faudra prendre en compte tous les autres facteurs: tirer de façon plus protégée, le stress de viser des cibles en mouvement et le stress de se faire tirer dessus plus un environnement qui ne ressemble pas au stand. Autre chose: la peur du tir fratricide dans un lieu où tout est confus.
    Bref l'entraînement en stand ne suffira pas et l'entraînement en groupe implique quelque chose de durable et de consciencieux, autant dire impossible pour la plupart d'entre nous car on a peut-être tout ça, mais de façon dispersée et donc inexploitable en l'état.
    Je commencerais déjà par compter mes muns parce qu'entre les babouches, les flics qui ne sont là que pour défendre les institutions, les CGTistes cons et les politocards (plus un ou deux collabos, mais chut...Faut leur faire la surprise), c'est en dizaines de tonnes qu'il faut prévoir son stock.
    Mais patience, plus d'essence, bientôt plus de courant: je parie que les autres bougeront pour nous, bien avant nous. Comme quoi les survivalistes vivront quand les autres survivront.
    cc

    RépondreSupprimer
  11. j'ai le mêmes que sur la 2ieme photo Sig Sauer P226 MK25 !!!

    RépondreSupprimer
  12. Salut Amis Survivalistes.
    Je vous reproduit ci dessous un extrait du site intérieur.gouv.fr relatif aux essais des sirènes d'alerte à la population.

    L'Etat et les communes testent leurs dispositifs de sirènes d'alerte à la population tous les premiers mercredi du mois, afin de s'assurer de leur bon fonctionnement

    Pour mémoire (toujours le même document), le signal d'essai des sirènes ne dure qu'une minute et quarante et une seconde.

    En cas de crise importante, les autorités peuvent être emmenées à déclencher le signal national d'alerte pour vous avertir d'un danger imminent ou en train de produire ses effets.

    Il se compose d'un son modulé, montant et descendant, de trois séquences d'une minute et quarante et une seconde, séparée par un silence de cinq secondes.

    En cas d'alerte ayez les bons reflexes:

    Rejoignez sans délais un local clos.

    Ecoutez la radio(France bleu, France info ou des radios locales.

    N'allez pas chercher vos enfants à l'école.

    Ne téléphoner pas, sauf en cas d'urgence médicale.

    Dans les secteurs situés en aval des ouvrages hydrauliques, si la corne de brume retentit, vous devez évacuer et gagner le plus rapidement possible les points hauts les plus proches.

    Voilà pour ce document. Vous trouverez des information très précises dans le journal officiel du 28 mars 2007. (consultable en ligne)

    Il va de soit que certains points sont critiquables dans ce document. Par exemple: n'allez pas chercher vos enfants à l'école.
    Quelque chose est-il prévu pour les évacuer? je ne sais pas, mais je vois mal une institutrice se démerder seule avec vingt gamins en bas âge!

    Sans vouloir offenser quiconque, je me permet de donner mon avis sur quelques commentaires.

    Plus d'essence? Pour l'instant il y en a. Je pense que nos zélus jouent la carte de la peur. Je connais quelqu'un, et c'est un proche, qui commence déjà à paniquer et à faire du stock pour son seul moyen de locomotion, sa mobylette.
    En Alsace par exemple certains zélus se veulent rassurant. Il nous disent: nous ne risquons pas la pénurie car l'essence est importée de Hollande par péniche et déchargée au port aux pétroles de Strasbourg (entre autre).
    C'est parait-il vrai.
    Mais ce que les zélus ne disent pas, c'est qu'ils ont permis la fermeture, il y a vingt ans environ, de la raffinerie de Herlisheim et, il y a deux ans de celle de Reichstett, toutes deux en Alsace. Aucun zélu dans la rue pour protester!
    J'ignore dans quel club était l'élu municipal de Herlisheim mais, celui de Reichstett n'était pas un vilain Cégétiste, mais un membre plutôt influent localement de l'UMP.
    Une raffinerie bloquée peut être débloquée, en général une promesse de négociation s'suffi mais, quand le pétrole est importé cela dépend des fournisseurs. Si ceci refusent de vous livrer par ce que vous n'êtes pas assez soumis à leurs intérêts par exemple vous faites quoi?

    Ensuite, Amis survivalistes cessez d'étaler sur la toile les modèles et nombre de vos cannes à pêche, nous sommes en situation d'urgence et, certains zèlés ont perdu la boule.
    Un Survivaliste qui à quelques chose entre les oreilles reste discret!

    Je sais, je ne vais pas me faire que des Amis, mais, que voulez-vous, moi je veux survivre!

    Bretzel et Pinot Noir d'Alsace.





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas aller chercher ses enfants a l école?!? Normalement les enfants sont emmenés dans un lieu donné en attendant la suite des événements. Dans mon cas c la salle des fêtes du village... Genre je vais laisser mes gosses seuls avec une instit quand les sirènes retentissent?!? Y a marqué cassoss ou quoi?

      Trinity

      Supprimer
    2. Les sirènes elles vont pas retentir comme ça ,sauf catastrophes "naturelles".Il y aura des prémices comme ce qu e vivent les gens actuellement sur le continent,pas d'essence bientôt plus d'électricité ni d'avion et de camions,lock out des boites et plus de bouffe dans les hypers ou on ne pourra plus aller.A partir de ce stade les directives à suivre seront celles que vous vous donnez.A moins de s'appeller Pascal ce qui est un mauvais présage pour un agneau

      Supprimer
  13. Hors sujet

    c'est arrivé ce matin....
    j'me pointe à la station essence(pour mettre quelques goutte de gazoil nous somme en restrictions a 15 euros) bref ni inquiet ni rien juste que j'avais besoin d'essence...le Monsieur devant moi en porche cayenne commence son plein...15euro pfuiiit sa coupe...il remet sa carte 15 pfuiiit sa coupe.. il commence a s’énerver (tout seul) et refait un 3eme remplissage...la il vient me voir (y'avait la queue qui commençait à râler) et me dit.. "désoler je dois partir a lyon ma fille a eu un AVC"...humm soit..

    je lui répond..." ben faite un dernier (4x15 60 euros même avec un cayenne diesel ça laisse de la marge..)" bref il fait sont 4eme remplissage et va pour ré-introduire sa carte... je sort pénard je lui dit poliment "désolé monsieur vous trouverez de l'essence facilement sur les autoroutes maintenant ya du monde qui attend alors allez y"...

    et baoumm il s’énerve, m'insulte et vient me menacer en ce tenant a moins d'1 mètre de moi en agitant ses bras, les yeux convulsés !! ben mince vous auriez fait quoi ?...légitime défense il me fait peur...alors... j'lui mets mon poing dans la gueule et mon pied dans le bide...des gens s'interposent.. car moi je restais tranquille devant ma voiture après lui avoir exprimer mon opinion, tandis qu'il continuais de me menacer de mort en vociférant.. bref je l'attendais stoïque et perplexe d'une telle attitude......

    Sur ce, les flick arrivent (3 voitures)et tandis que ce Monsieur en cayenne continuait de me menacer de mort (j'en tremble encore) ils lui disent de finir son 5eme pleins(quand même) et de partir et moi de me calmer ...alors que j’étais d'un calme inébranlable et que je ne disait rien! puis un flick me regarde dans les yeux et me dit c'est complétement débile de se battre pour de l'essence??§§!! non mais MDR
    1- j'ai rien demander a personne je viens pépère faire 15 euros d’essence (4 jours que j'ai pas mis d'essence)
    2- j'suis poli et je laisse un VRAI débile enfreindre la loi (arrêté préfectorale)
    3-j'me défend devant une agression caractérisée
    4- le flick me "traire" de débile car selon lui "il n'y pas de pénurie d'essence et que c'est moi qui la crée" !!
    ben la j'suis scotché !!! je lui est dis de revoir ses fonctions... faire appliquer la loi et d’arrêter de déblatérer n'importe quoi car si un mec créer la pénurie c'est dabord le gouvernement en place et ensuite l'autre bobo avec son cayenne en lui faisant remarquer au passage que en effet la France mieux, ya pas de pénurie de carburant, ya pas de gréve et ya pas de crise...

    "moi monsieur je ne faisais que mettre de l'essence dans une voiture...vous semblez surpris et choqué (j'en suis le premier) qu'il puissent y avoir des tensions (dont je ne suis pas à l'origine") dans ce contexte.. alors aller tricoter plutôt que de patrouiller, ce métier n'est pas pour vous..." ces collègues lui ont dis "c'est bon c 'est fini" ils avait compris finalement, après avoir pris les renseignements des "spectateurs" que je n'étais pas à l'origine du problème....puis ils sont reparties.

    bref tout ça pour un peu d'essence..

    Imaginer quand ce sera les rayons qui seront vident !!! Faudra y aller avec son flingue sa barre a mine son couteau ou sa pelle de jardin sous peine de ce faire lyncher par des bobos du dimanche..


    Je sais que le monde n'est pas préparé au chaos mais je pensai pas que les flic étaient aussi naïfs...il ne semblent pas savoir ce qui se passera quand la situation va virer au pire dans 1 semaine, 1 mois, 1 ans,... car comme le disait Galilée..et pourtant elle tourne :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Analyse sans prétention de ma part, les policier sont là pour protéger ceux qui les emploient et donc qui les paient. Ils ont peut être estimé qu'un possesseur d'un Porche Cayenne, de part ces impôts, contribue plus à leur salaire qu'un simple quidam en voiture "ordinaire".

      Supprimer
    2. Bonjour Tomer un flic ça pense pas ,ça obéit jusqu'au jour ou ils s'appercevront qu'ils se sont fait blouser en défendant des lois qui sont à l'inverse de leur engagement:défendre la veuve et l'orphelin

      Supprimer
    3. Dans la police vous trouverez des survivalistes (oui, oui) ou ce qui s'en approche, des abrutis, des lâches, des courageux, des sympas...
      Ils ne pensent ni plus ni besoin que le Français lambda; ce sont les mêmes avec un uniforme.
      Le jour où le fameux "chaos" arrivera, les premiers jours ils joueront leur rôle après ils sauveront leurs fesses, comme les autres.

      JP

      Supprimer
  14. Parmi les mythes ,timidement j'en ajouterai un autre le 12 gauge qui arrose une porte de grange entre 15 et 20 mètres en chevrotines.Faites l'essai (là ou il n'y pas le paysan,il aimerait pas un trou de 10x10 dans sa porte ),ben oui ,il va falloir viser quand même un minimum !!

    RépondreSupprimer
  15. bonjour à tous, pour reparler de la sureté manuelle du pistolet, à l'époque, le vieux et obsolète MAC 50 avait sa sureté placée à l'arrière et en haut de la culasse, de plus son mouvement se faisait vers l'arriere, ce qui fait qu'à l'exercice, une fois sur trois elle etait engagée malencontreusement en dépit des efforts, la solution ? un petit point de colle cyano........., pour l'enlever la lame de couteau suffisait et voilà un souci de moins.
    ce souci n'existait pas avec le révolver.
    actuellement, les forces de l'ordre Françaises utilisent le SIG 2022, acier polymere, 15 coups, 9mm luger, double action, porté cartouche chambrée, marteau à l'abattu!
    enfin du matériel moderne avec un entrainement plus porté vers la riposte que la précision pure.
    je reste partisan de l'absence de marteau et de sureté manuelle sur une arme chargée , à la rigueur une pédale de sureté comme sur le Luger ou le Colt 1911-1926 ! rien ne doit occulter votre pensée et votre réaction si on vous tire dessus ou si on s'apprete à le faire, s'abriter au premier chef. quands ça tire les reflexes et l'entrainement permettent la survie.
    parmi les forces de l'ordre, meme les jeunes sentent bien que ça va mal se terminer toussa!
    mais il y a les traites et impots à payer et le frigo à remplir ! comme pour nous tous !
    mais qu'un de ces impératifs ne puisse se faire faute de brouzoufs et il pourra se passer bien des choses.
    bonne continuation à tous, Herman Stoss !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques remarques sur les PSA (on disait PA avant et c'était les mêmes) à simple action.
      Parce qu'il faudra peut-être s'y adapter. Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai déjà longuement exposé sur la récupération des armes. La plupart seront désarmés d'eux-mêmes car ils ne sauront pas si ça va durer ou pas et dans le doute, remettront leur matériel.
      Il faudra donc faire avec le reste. Et celui qui n'aura "que" un MAC-50 ou un 1911 ou équivalent à se mettre sous la dent sera déjà bien content s'il n'a plus rien d'autre.
      Je me permettrai de rappeler qu'un MAC-50 se porte très bien cartouche chambrée et qu'il y a plusieurs techniques pour une riposte rapide :
      -soit on le porte en "condition one" quand on approche d'une zone cacateuse (chien armé, sûreté engagée, à rabattre en le sortant
      -soit on prend l'habitude d'armer le chien du pouce pendant qu'on le monte en ligne
      -soit on est pris au dépourvu et il y a la méthode du "fanning" chère aux cow-boys de notre jeunesse : on sort l'arme détente enfoncée et la paume de l'autre main passe sur le chien, l'armant avant qu'il lui échappe dans un mouvement ultra-rapide.
      Il faut s'y faire mais c'est bluffant quand c'est bien fait.
      A une époque où on n'avait le droit d'avoir que ça pour des raisons réglementaires, il fallait bien s'y faire. On ronchonne en début de stage parce qu'on se fait mal à la papatte (on a le droit au gant) mais, en tirant 200 cartouches par jour pendant 2 semaines, ça devient un réflexe.
      Dans un contexte de chaos, il ne sera pas possible de tirer 2000 fois ainsi à balle réelle. Et il est hors de question de faire ça à vide sous peine de mettre le matériel HS.
      Il reste une solution : utiliser des douilles vides AMORCEES, ça fait assez peu de bruit dans la cave, et on travaille le mouvement pareil puisque le but est de faire partir ultra-rapidement le 1er coup (qui est souvent décisif à courte portée).
      Et c'est beaucoup plus rapide que d'armer la culasse. Au moins, la première cartouche est déjà en chambre. Je sais, le côté "cinéma" y perd avec la culasse qu'on ne fait plus claquer (dans les films, ils doivent vider le magasin des fusils à pompe avant de tirer tellement ils aiment bien actionner la pompe) mais vous vous rattraperez avec la méthode cow-boy. Euh ... pas trop fin le gant.

      Supprimer
    2. bien evidemment, si il n'y a plus que le MAC50, je m'en contenterai meme si je ralais pendant les stages ou je grillais quelques centaines de cartouches, c'etait quasi à volonté à l'époque.
      néanmoins, j'en ai vu des incidents de tir, sans compter les doigts abimés par la culasse qui rapait bien.
      je suis "monté au front" en armant le marteau avec le doigt, mais franchement cette arme ne m'a jamais inspiré confiance de par sa conception, à l'inverse le Colt 1911, c'est autre chose.
      nous ne sommes pas, (plus) des combattants ou pas encore, mais le cinéma, et bien ça reste du cinéma.
      si vous voulez apprendre la précision, à l'époque je plaçais une piece de 1 franc en équilibre pres du guidon du MAC, presser la queue de détente sans la faire tomber, c'etait le but.
      l'arme de poing restant l'arme du combat rapproché, au moment de l'utiliser, il est bon de se sentir en totale confiance avec elle, le moindre retard ou doute pourra vous etre fatal au dégainé.
      de l'interet donc de dégainer AVANT l'esquimau psychopathe.
      néanmoins, si il y a la possibilité d'investir dans du materiel de tir sportif moderne, n'hésitez pas!
      les enquiquinements risquent de ne pas prévenir.
      meme si l'absence de probleme n'existe pas, autant reduire cette possibilité.
      sinon un remington 1858 fait tres bien le travail, malgré quelques problemes de rechargement rapide.
      bonne preparation à tous .Herman Stoss.

      Supprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.