7 avril 2013

Avez-vous réellement besoin d'un sac d'évacuation ?

J'avoue que le fait d'entendre parler de sac d'évacuation, et notamment du fameux " BOB 72h " (Bug Out Bag ou Sac d'évacuation en français) me fait toujours sourire, dans la mesure où 72 heures représentent justement la durée que peut survivre le corps humain sans rien absorber.

Autrement dit, le temps pendant lequel nous n'aurions besoin de rien d'autre qu'un peu d'air pour respirer...



Le Sac d'évacuation devrait être appelé "Sac de confort", et pourquoi pas, avoir à l'intérieur un petit nounours que nous pourrions serrer contre notre cœur en cas de spleen... Survivre 72 heures, c'est bon pour les gonzesses. Survivre au Chaos, ce n'est pas tenir 72 heures en attendant que la Croix Rouge se pointe et nous raccompagne à la maison.

Ceci étant dit, parce que ce blog se veut avant tout pratique et réaliste, quitte à tordre le cou à quelques idées généralement admises, discutons un peu de l'utilité réelle de tenir un BOB prêt à portée de main.

Ainsi donc vous avez votre BOB avec assez d'eau et de vivres pour tenir 72 heures, y compris le mini-kit pour faire du feu, la trousse de 1° secours, les cartes routières, les armes, la nourriture pour le chien, les couteaux, les équipements de camping, etc. qui vous rendent apte à survivre indéfiniment n'importe où dans le monde.

C'est très bien, et personnellement je me sens toujours revigoré lorsque je vois des gens qui se sont préparés à toute sorte d'urgence, mais...

Commençons par le commencement. Pourquoi devrait-on garder un BOB à portée de main ?

Autrement dit, que pourrait-il arriver de si dévastateur qui nous obligerait à tout quitter sans préavis, abandonner notre foyer et prendre la route en emportant uniquement ce qu'il nous serait possible de porter sur le dos ?

Je n'arrive vraiment pas à imaginer quelle sorte de cataclysme, naturel ou induit par l'homme, pourrait se produire aussi soudainement qu'il ne nous laisserait même pas le temps de préparer un sac...

Examinons les diverses possibilités :

Le BOB en cas de désastres naturels

 
Tempêtes, tornades, inondations...


Je n'imagine pas vraiment une personne regardant par la fenêtre et, voyant une tornade foncer droit sur sa maison, saisir son BOB et se ruer vers la sortie. Pour ce genre d'évènement, ouragans et autres, vous auriez eu un quelconque avertissement préalable qui vous aurait laissé le temps de vous préparer et de décider s'il valait mieux rester ou partir.

Et même si le premier et seul avertissement ne consistait qu'à voir une tornade pointer au fond du jardin, vous ne prendriez probablement pas votre BOB en vous enfuyant pour autant...

Il en est de même pour ce qui est des pluies diluviennes entraînant des inondations. Toutes les régions de notre territoire disposent d'alertes météo, qui préviennent les populations bien avant que les éléments naturels ne les mettent en péril.

Donc si l'on vous avait répété pendant plusieurs jours à l'avance que votre ville allait bientôt se retrouver sous les eaux, vous auriez probablement rempli votre véhicule avant de partir, et pas seulement un sac à dos !


Tremblements de terre


Pour ce qui est des tremblements de terre, vous n'auriez que quelques secondes d'alerte avant que le sol ne se mette à bouger. Les prévisions de tels évènements ne sont absolument pas fiables. Les sismologues japonais, qui possèdent l'un des systèmes de prévention le plus cher et le plus élaboré au monde, s'estiment heureux lorsqu'ils arrivent à donner un préavis de 60 secondes...

Je doute là aussi que quiconque se saisirait de son BOB et s'enfuirait si une sirène d'alerte lui faisait comprendre que dans 10 secondes un tremblement de terre va détruire sa maison, ou bien encore si le sol commençait à trembler violemment.


Le BOB en cas de désastres humains


Emeutes, grèves, révolutions...


Dans tous les cas de trouble social majeur, il existe des signes avant coureurs. Les émeutes et manifestations sont le résultat de la frustration à propos d'une situation qu'une personne ou qu'un groupe de personnes ne parvient à contrôler. Le fait même d'être "construite" laisse entendre qu'il faut du temps pour que des milliers de zouaves s'énervent au point de vouloir mettre à sac une ville.

Si vous saviez qu'une manifestation de plusieurs milliers de personnes allait se produire là où vous vivez, vous feriez probablement en sorte de ne pas être présent à ce moment-là. Si vous y étiez quand même, c'est que vous n'aviez probablement pas le choix, tout comme les propriétaires de magasins qui restent pour défendre leur gagne pain.

Là encore, je doute vraiment que si quelqu'un voyait un beau matin de sa fenêtre 3000 personnes avec des torches entrain de descendre sa rue, il saisirait son sac à dos plein à craquer et s'enfuirait de chez lui...


Epidémies


De la même manière qu'en cas de catastrophes naturelles, les populations seraient largement prévenues à l'avance, peut-être même un an ou plus dans le cas d'épidémies. D'autre part, on ne peut pas échapper aussi facilement à un virus, à moins de trouver une île où vivre et d'avoir suffisamment d'argent de coté pour payer les factures jusqu'à ce que la situation se normalise.

Si durant une épidémie vous verriez quelqu'un entrain de se moucher et de cracher devant votre maison, je doute que vous saisissiez votre BOB et que vous vous précipitiez vers la porte de sortie...


Terrorisme


En cas de véritable attaque terroriste, vous seriez très probablement mort, blessé, ou désarmé. De manière générale, vous n'auriez aucun signe, aucun avertissement qu'une attaque se produirait à un certain moment ou un endroit précis avec suffisamment de détails pour pouvoir l'éviter.

Prendre la route immédiatement après serait stupide à cause des conséquences de cette attaque et parce que vous contribueriez à ajouter du chaos à des rues déjà bien encombrées, ce qui amènerait les services d'urgence à mettre en place diverses mesures de contrôle de foules, alors que ces derniers auraient déjà fort à faire à aider les blessés et essayer de capturer les coupables.

Personnellement, s'il y avait une attaque terroriste dans mon voisinage, je ne prendrais pas mon BOB pour m'échapper, mais je me précipiterais sur les lieux de l'attaque pour voir si je peux porter assistance.

Et c'est pas demain la veille qu'un putain de terroriste me fera m'enfuir de chez moi en abandonnant ma maison...


Attentat nucléaire


Vous regardez trop de films !

Mais si un connard finit par balancer une bombe dans les environs, pas de problème, vous êtes libre de fuir en courant avec votre BOB...

 
Attaque Zombie


Prendre mon BOB et me tirer ? Vous rigolez j'espère ? Je reste sur place pour profiter au maximum d'une telle opportunité de peaufiner mes tests de groupements au calibre 12.
Là, pour le coup, c'est moi qui regarde trop de films...


C'est pourquoi, à mon avis, les raisons pratiques d'avoir un BOB fin prêt ne se justifient pas car dans toutes les circonstances où vous seriez supposé l'utiliser, il s'avère que vous ne le pourriez pas. Et s'il fallait vraiment que vous partiez, on vous aurait suffisamment averti à l'avance pour que vous soyez en mesure d'évacuer avec votre voiture chargée à bloc ou de fortifier l'endroit où vous vivez.

En résumé, est-il réellement nécessaire de posséder un sac d'évacuation ? Malgré toutes les raisons que je viens d'évoquer, cela reste une décision personnelle.

Est-ce mal de posséder un sac d'évacuation ? Non, bien sûr.

Est-ce 100 % nécessaire ? Probablement pas.

Est-ce financièrement viable ? Autrement dit, vaut-il mieux consacrer 500 euros dans la constitution d'un BOB plutôt que dans l'achat d'un frigo à gaz pour un camp retranché ou d'une caravane d'occasion ? Je pense que non.

Voila, tout est dit. Ainsi vous n'avez pas besoin de BOB ! Devez-vous pour autant sortir faire la bringue et dépenser votre budget dans de la bière et des munitions plutôt que dans des allumettes suédoises et couvertures de survie ?

Pas vraiment. En fait il existe de rares situations dans lesquelles il n'est pas seulement suggéré mais recommandé d'avoir un BOB, et où ne pas en avoir serait même insensé. En fait, c'est le lieu où vous vous trouvez et l'emploi que vous occupez qui sont les facteurs déterminants dans la possession et le besoin d'un BOB.

Qui donc a besoin d'un BOB ?

Ceux qui réellement devraient posséder un BOB et être capables de tout quitter en l'espace de quelques minutes sont les Expatriés (les nationaux qui vivent dans un pays autres que le leur) habitant un pays du tiers-monde. Ce sont les seuls qui, à mon sens, ont le besoin véritable d'un sac d'évacuation. Comme vous pouvez le constater, cela ne représente qu'un nombre très faible de personnes.

15 commentaires:

  1. excellent article ; e bob72 est en fait le sac à avoir pour une rando

    RépondreSupprimer
  2. L'avoir c'est mieux mais pas que ce soit un "boulet"! L’exemple des clodos: -triste exemple d'esprit pratique et de survie !

    RépondreSupprimer
  3. Ce Monsieur compte sur l'assistance française (pompiers, croix rouge, militaires, bénévoles etc...)au cas ou?
    "Après tout c'est leurs job!! et puis de toute façon ça tombe toujours sur les AUTRES les catastrophes.
    Les météorologues ne se trompent JAMAIS!!!
    Les sites SEVESO c'est pour le fun et
    l' AZF n'est qu'un petit détail!
    Même si ça m'arrivait ,.....la France est une grande puissance réactive et riche qui sait toujours quoi faire."
    Ce Monsieur doit bien dormir et faire des rêves plein de bisounours.

    Ou alors il est parfaitement conscient de tout ça et écrit juste pour provoquer des réactions comme la mienne.MERCI

    RépondreSupprimer
  4. Jolie femme, jolie théorie , j aime.... Mais je préfère miser sur ma chance et mes opportunités . Toutes théories peu être défaite . Laissons le choix à chacun. Comme disait quelqu un, " l expérience instruit plus sûrement que le conseil" et si cela ne servait seulement qu a rassurer les gens en période de crise? Pourquoi jeter l opprobre sur un système qui tiens le coup d ailleurs. Tout le monde ne survi pas 72h sans rien..... Surtout sans eau et sans entraînement (qui plus est les enfants). Juste facile de critiquer des gens sans entraînement qui on au moins le mérite de ne compter que sur eux!

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas si le concept de sac d'évacuation existait en juin 1940, mais je pense que beaucoup de gens auraient aimé en avoir un à ce moment-là...

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui est important ce n'est pas d'avoir un bob opérationnel prêt à l'emploi mais bien de disposer du matériel nécessaire pour constituer un bob au cas ou il faudrait absolument évacuer. Même en cas d'évacuation en véhicule le bob est indispensable car rien ne dit que nous n'aurions pas à l'abandonner au bord de la route et par conséquent se retrouver à pied avec son bob sur le dos

    RépondreSupprimer
  7. Lol / Pas lol. Avez-vous vécu un ouragan (Hugon à Saint Martin par exemple), un tsunami au Japon ou une inondation en France ? Moi l'ouragan, et bien j'aurai bien aimé avoir un BOB pour les heures de confinement et les jours de retour à la "normale".

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas trop d'accord avec cet article. Le fait d'avoir un sac à dos déjà prêt avec un minimum de matériel et d'eau me parait tout à fait sensé.
    Je m'explique : en cas d'émeute ou de catastrophe naturelle, admettons que la population soit prévenue 72h à l'avance. Tout le monde va donc commencer à réunir ce qu'il compte emporter avec lui.
    Problème n°1: que mettre dans ses bagages? Certains d'entre nous (la plupart, apparemment) mettent des mois à réfléchir, bien penser, organiser leur sac d'évacuation. Dans l'urgence, qui va penser à constituer une petite trousse de premiers secours? Qui va penser à emporter un pied de biche? qui va penser à équiper son gosse d'un sifflet? prendre des photocopie des papiers d'identité? etc.
    Problème n°2: tout le monde va se ruer sur les supermarchés pour y acheter de l'eau, de la bouffe, des sacs de couchage, des outils, des médocs... Tous, sauf ceux qui auront été prévoyant, et qui auront préparé leur sac en amont. Ceux-la éviteront donc panique, stress, bousculade, peut-être violence si la situation tourne mal, perte d'énergie.
    Et pendant que tout le monde va se dépêcher d'enfourner tout ce qui lui tombe sous la main dans une valise à roulette, les autres pourront se concentrer sur autre chose, à savoir penser au point de repli (à mon avis, à déterminer sur le moment, en fonction de l'urgence et de la nature du problème que l'on cherche à fuir), contacter ses proches, n'oublier personne, et peut-être même, soyons fous, aider son prochain.

    RépondreSupprimer
  9. Je vois au moins un cas où il est important de disposer d'un sac prêt, disponible pour partir dans la minute. C'est celui dans lequel vous êtes personnellement visé par l'approche d'une force armée hostile. Une arrestation par exemple, quel qu'en soit le motif. Cela peut arriver sans signe précurseur de chaos.

    RépondreSupprimer
  10. C'est la première fois que je vois un article qui dissuade les gens d'investir dans un sac d'évacuation...
    Imaginez que pour une raison X ou Y vous deviez vous réfugier dans la verte en urgence, pour une durée inconnue : adieu la caravane et adieu le frigo à gaz mentionnés dans cet article... Le sac d'évacuation est une solution relativement compacte et tout-en-un pour emporter partout de quoi survivre et faire face à un maximum de situations. Payer 300€ et avoir une option de fuite supplémentaire, ou ne rien faire ? Mon choix est fait depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. En ce qui me concerne je ne fais plus du tout confiance aux médias,gouvernement ... un seul exemple:Chernobyl et il y a d'autres évenements plus récents à prendre en considération.

    Sans parler des baisses d'effectifs et de dotations des services de secours et de maintiens de l'ordre ainsi d'autres problèmes de type choc des civilisations qui nous sont imposé.

    RépondreSupprimer
  13. Effectivement, Tchernobyl me semble être un bon exemple de cas où les sacs d'évacuations auraient pu être utiles. Je crois avoir lu quelque part que les habitants de la ville de Pripyat ont eu quelque chose comme 30 minutes pour partir de chez eux. C'est suffisant pour préparer un sac certes, mais est-ce assez pour le faire correctement (panique, stress, choc et autres aidant) ?

    Pour le cas des inondations sinon, on le voit régulièrement (cette année encore avec la Seine par exemple) : certaines personnes partent dans les temps, mais d'autres n'y croient pas ou attendent le dernier moment pour quitter leur domicile et se retrouvent après sans le minimum qui aurait pu leur permettre de vivre un peu mieux ce moment là.

    L'article reste intéressant néanmoins dans la mesure où il incite à réfléchir et permet probablement de relativiser l'importance de ce sac. Pour ce que j'en ai lu ailleurs en outre, il est surtout conseillé quand on possède une situation de replis en cas de crises majeures ou non (dans le cas des émeutes par exemple, l'idée ne serait pas de partir quand les 3000 gars se pointent chez vous, mais avant lors des signes avant-coureurs).

    RépondreSupprimer
  14. l'auteur de l'article devrait aller lire la rubrique sur le site du gouvernement qui préconise à chaque citoyen d'avoir un sac d’évacuation prêt.
    Personne , nulle part, n'est a l'abri d'une catastrophe..les secours ont déjà largement de quoi s’occuper sans avoir des gens non autonome dans les pattes... Prévenir les risques est de la responsabilité de chacun.

    RépondreSupprimer
  15. Je tiens à signaler d'abord que posséder un sac d'évacuation fait partie des recommandations du gouvernement.
    L'idée n'est pas forcément d'avoir un sac pour survivre en temps de guerre, mais ne serait-ce qu'en cas d'incendie ou dégâts des eaux obligeant à quitter le logement.
    Ça me tue de voir des gens à la TV vivant en france dans des zones à risques se barrer en peignoir et pantoufle alors que tous les ans ils sont sujet à grosses inondations.
    Et avant tout compte sur toi même et pas que sur les secours.
    Un exemple: je travaille en police municipale. J'ai eu le cas d'un immeuble en flamme avec 30 logements à évacuer en 5 min à 3H du matin.
    Que ce soit des jeunes ou des anciens, presque aucun n'avait pensé ou eu le temps de prendre leurs papiers, du pognon ou des vêtements.
    Pas d'hôtel ouvert en pleine nuit, le bailleur social et la mairie n'ont pas assez de logements d'urgence.
    Aucun élu n'a daigné se déplacer pour un fait de cette ampleur. Seul mon chef est venu. On est 3, sans compter les pompiers, à gérer ce merdier.
    Résultat: A 7H, ils sont dans un bar-café pour prendre un petit dej à crédit, en attendant l'ouverture de la mairie ou de contacter des amis ou famille, et toujours en peignoir.
    A 11H, certains étaient encore dans la rue. L'histoire s'est finie vers 14H.
    Autre chose, nous sommes sur un site seveso; je suis flic et n'ai aucune idée du plan d'urgence. Mes collègues s'en foutent, mes chefs disent qu'il me diront quoi faire quand ça pétera.
    Je sais que le lieu de rassemblement de la population est à 400 m de l'usine !!
    Alors bref, question confiance envers les institutions, mouais bof...
    L'idée d'un sac d'évacuation n'est pas forcément de devoir utiliser tout le contenu du sac, mais de pouvoir s'adapter avec un minimum d’autonomie en fonction des besoins, ne serait-ce que d'avoir des vêtements, ces papiers, un peu de bouffe et de quoi dormir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.